Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 06:30


Département :    34 - Hérault

Le bourg :
   Est ce une église fortifiée dans ce bourg de l'Hérault ?Situation :    (--> le voir sur une carte)
     Le bourg d'Espondeilhan est situé à 15km à l'Ouest de Pézenas et à 4km au Nord de Bassan.

  Coordonnées du bourg :

43° 26′ 28″ N 3° 15′ 47″ E
 43.441111°  3.263056°


L'église :   
    L'extérieur :
La découverte
    Un peu à l'extérieur du village (au Sud-Ouest), protégé par de hauts arbres, une église semble se plaire dans une solitude loin des touristes.

   Je me demande si cette construction est bien celle qui va illuminer ma journée de médiéviste amateur grâce à ses fortifications.

1ère analyse
    A travers les branches, j'aperçois un premier signe qui me donne le sourire : Une fente de tir.

Est ce le seul signe de défense ?

     Cette fente n'est pas unique sur la tour polygonal. La construction flanque donne à l'église un petit air de "château fort" (je sais, j'ai l'imagination fertile  ). Une simple tour ne peut pas défendre une si grande église.

Y a t il d'autres indices ?

 

Nouveaux indices

     En contournant le bâtiment religieux, je découvre un surprenant mur plat. Ne pouvant pas voir l'épaisseur de pierres, ma théorie du mur bouclier ne peut pas être prouvée. Par contre, la façade comporte des fentes courtes et droites identiques à celles de la tour.

    Sur un autre mur, au dessus d'un contrefort, une nouvelle petite ouverture prouve l'existence d'une salle de repli au dessus de la nef.


       L'intérieur :
   Je m'approche du portail roman monumental et.... Hélas, la porte de l'église est close. Je ne pourrai pas connaître les secrets "millénaires" de ses défenses.


Histoire de l'église :

* A l'époque Gallo-Romaine, une villa est construite en ce lieu.
* Au 11ème siècle, sur l'emplacement Gallo-Romain, début de construction d'une église.
* Au 12ème siècle, fin de construction de l'église.
* Au 14ème siècle, fortification de l'église.
* En 1907, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame des Pins) est libre et gratuite. La visite de l'église est certainement possible. Renseignez vous.

 

Un fente de tir, et mon sourire revient

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de l'Hérault
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgAu centre, le village comporte une voie circulaire

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Aigues Vives se situe à 20km l'Est de la cité de Carcassonne et à 6km au Nord-Nord-Ouest de Capendu.

   Coordonnées du bourg :

43° 13′ 54.84″ N 2° 32′ 3.12″ E
 43.2319°  2.5342°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?

    Grâce au dictionnaire des châteaux forts de France, j'ai coché sur ma carte le village d'Aigues Vives dans l'Aude.  

   En regardant son architecture, je remarque une route circulaire, souvent signe d'une ancienne cité fortifiée.      

   Avec ces 2 indices, je suis certain de découvrir une fortification. Mais comment est elle ?

 

1ère analyse

    Proche de l'église, une rude construction attire mon regard. Je n'ose croire que cette beauté est le Graal que je suis venu capturer. Avec ma technique de découverte, je m'approche et pose mes yeux sur sa base.

    Les pierres sont petites et moyennement taillées, mais les angles sont correctement appareillés. Ces 2 indices me donnent à penser à une construction fin 12ème (?) pour un château plus consacré à une résidence qu'à une fortification pour la garde (mais osée est ma conclusion avec si peu d'indices).

 

2ème analyse

     En prenant un peu de recul et en levant la tête, je vois une haute tour carrée sans contrefort et sans différentiation de taille de pierre. La tour ne sembla pas avoir été modifiée après sa construction. Mais le plus surprenant est :

Avez vous deviné ?

   Évidemment l'absence d'archère (voir vocabulaire) ou de fente de tir. Ma datation du 12ème siècle se précise (surtout avec la forme parallélépipédique).

Il manque aussi un élément important. Saurez vous me le dire ?

 

3ème analyse

    Il n'y a pas de porte sur ces 2 façades. Je contourne donc le bâtiment et je découvre en hauteur, une ouverture plein cintre. Sous cette médiévale porte, 2 trous devaient recevoir des poutres (boulins) pour une passerelle.

 

 

4ème analyse

   Pour mieux ressentir cette tour, je reprends un peu de recul et je constate :

       * Qu'il n'y a aucune archère (N'est ce point surprenant).

       * Que le crénelage est inexistant (Mais la tour a peut être été arasée).

       * Qu'il n'y a pas de latrines (La tour n'aurait pas été habitable ?).

 

  Devant tant de questions à l'extérieur, je tente de trouver une porte d'entrée basse (ouverture non médiévale).

 

 

     L'intérieur :

         Hélas, la tour n'est pas visitable, et il faut des yeux de lynx (ou de Chevalier.... c'est un synonyme ) pour voir les entrailles à travers la porte.

 

 

Histoire du château :

* Vers 984, le bourg de Aguaviva est cité suite à un échange entre l' abbé Udulgariuset Roger Trencavel, Vicomte de Carcassonne (voir titre de noblesse). 
* Au  13ème siècle, construction d'une fortification entourant le petit bourg.
* En 1948, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est impossible. 

 

Impossible d'entrer, la porte est trop haute !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgBlason de Laure Minervois

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Laure Minervois se situe à 15km au Nord-Est de Carcassonne.

  Coordonnées du bourg :

43° 16′ 20″ N 2° 31′ 16″ E
 43.272222°  2.521111°

 

La tour porte 

     L'extérieur :

L'arrivée

    Le blason du bourg est si champêtre que je n'imagine pas qu'un vestige médiéval puisse être présent. Pourtant, je dois me rendre à l'évidence, ce bourg viticole possède un bel exemple de tour-porte.

 

La tour

    De l'imposant rempart médiéval il ne reste que des murs percés de fenêtres pour amener la lumière dans les habitations et surtout une tour-porte.

Mais quelle beauté !

   En partie haute, le crénelage avec ses archères dans les merlons (voir vocabulaire) donne le ton d'un système défensif de la fin du Moyen Âge. Pourtant sur la hauteur, une petite fente centrale m'étonne. Elle ressemble à une archère du 12ème siècle alors que la fortification daterait du 14ème.

  Un de mes fidèles lecteurs m'informe que "cette archère comporte deux "évasements" de chaque côté, ce qui signifie qu'elle date du temps des armes à poudre, donc au moins du 14ème siècle".

 Ses yeux ont mieux observé que les miens.

   

La porte

     Voila une porte plein cintre comportant les classiques mais efficaces systèmes défensifs. Certes, mon imagination est fertile mais il est possible de deviner :

* Un double vantail,

* Un assommoir,

* Une herse.

 

     L'intérieur :

Quelle chance !

  En entrant dans la tour, il est possible de voir ses entrailles en levant la tête.

       L'absence de corniche décorée, de cheminée, de cul de lampe sculptée prouve que cette tour était réservé à la défense. Point habitable elle était.

      L'épaisseur des murs m'impressionne. Les trous dans les parois ayant reçu des poutres déterminent le nombre de niveaux. Comme il n'y a aucune trace d'escalier intérieur, il semble logique que l'accès se faisait par le chemin de ronde. Évidemment, la circulation dans cette tour était réalisée par une trappe de plancher et des échelles en bois.

 

La tour boisé 

   En entrant dans le bourg, j'ai une 2ème surprise. Survolant les toits, une tour avec une archère droite en son centre rayonne au soleil. Avec ses vestiges de murs s'accrochant, je suppose que cette tour faisait parti des remparts entourant le bourg.

 

 

Histoire du bourg :

* Au  14ème siècle, le bourg est fortifié.
* Vers 1792, les révolutionnaires s'attaquent aux symboles de l'ancien régime.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des anciennes fortifications médiévales est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est impossible.

 

Solitaire est ce vieux donjon

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgLes fils électrisent mon envie de voir le château

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le bourg de Fitou se situe à 10km à l'Ouest de Leucate (voir son château), à 15km au Sud de Sigean et à 20km au Nord de Salse le Château (voir son château).

    Coordonnées du château :

42° 53′ 37.1″ N 2° 58′ 38.68″ E
 42.89364°  2.97741°

 

Le château :  

     L'extérieur :

L'arrivée

    Fitou se situant sur l'axe Narbonne Perpignan, il est facile de voir sur une colline, les murs anguleux de l'ancien château fort. Il ressemble à une construction un peu trop reconstruite. Pourtant mon dictionnaire des châteaux du Moyen Âge le décrit en ruine.

Cet ancêtre a-t-il gardé sa personnalité ?

 

La découverte

    Après avoir monté la colline (82 m au dessus du niveau de la mer) le château apparaît solitaire, comme un phare surveillant les vallées. La superficie de la colline est importante et les remparts devaient être longs et imposants. A notre siècle, il ne reste qu'une petite partie du château.

 

L'accèsLes murs reconstruits sont borgnes et froids

   Pour protéger l'accès au château seigneurial, le classique mais efficace fossé existe encore. Il devait se franchir par un pont-levis, mais c'est un pont dormant qui a été reconstruit.

   Au dessus de la porte, point de trace de herse ou bretèche (voir vocabulaire).

 

Les courtines et défenses

    Il n'est jamais facile de reconstruire un château fort et encore mois de le consolider en respectant l'architecture passé.

Mais comment était elle ?

   Les propriétaires semblent avoir fait le choix d'une consolidation avec des murs borgnes (donc tours et courtines soildes), sans ouverture de tir ni de guet et avec un crénelage très hypothétique et  minimal.

 

     L'intérieur :

Je n'existe pas 

     Après avoir donné quelques piastres à une "servante" bien trop occupée à ranger ses caisses de limonades qu'à accueillir un chevalier fou de Moyen Âge dans une période où il n'y a que peu de touristes, j'entre dans ce site millénaire.

 

Très reconstruit

     Pour transformer une ruine en musée, il est important que les murs soient consolidés et que des fenêtres soient ouvertes. Tout semble factice, mais comme je suis capable de rêver avec 3 pierres posées au sol, ce ne sont pas ces blocs cimentés qui vont m'empêcher d'imaginer le site au temps des chevaliers.

Mon bonheur est devant moi !

 

Le petit musée

    Dans la pénombre, dans un chaude ambiance médiévale, quelques salles montrent la vie médiévale, aussi bien celle du seigneur, de ses amusements au château que celle des paysans. Des panneaux bilingues accompagnent les visiteurs dans les salles.

  Même si tout n'est pas parfait, il y a une volonté de faire comprendre la vie castrale.

 

 

Histoire du château :

* Vers 990, à sa mort le Vicomte (voir titre de noblesse) Adélaïde de Narbonne lègue le site à Emangaud de Narbonne.
* Au  12ème siècle, construction d'une fortification. Le territoire de Fitou s'étend jusqu'à la limite de Salses.
* En 1209, début de la terrible croisade des Albigeois
* En 1211, l'armée Royale commandée (peut être) par Simon de Montfort  détruit le château.
* En 1244, après la défaite des Cathares au château de Monségur, le seigneur de Niort se convertit au christianisme. Il loge au château de Fitou.
* En 1635, le Cardinal de Richelieu déclare la guerre à l'Espagne. Cet acte "Parisien" causera la mort du château de Fitou.
* Vers 1637, une puissante armée venu d'Espagne avance vers Fitou. Rapidement, le site ne peut contenir les assauts. Le village et le château subissent de nombreuses attaques détruisant remparts et donjon.
* Vers 1790, la famille d'Aragon possède terres et site de Fitou, mais elle est délogée par les Révolutionnaires Français.
* En 1843, le château est pillé puis brûlé.
* En 1948, la ruine est inscrite aux Monuments Historiques.
* A la fin du 20ème siècle, les propriétaires du château reconstruisent les murs puis aménagent une buvette et un petit musée.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la construction est libre et gratuite depuis le parking et le sentier. La visite de l'intérieur est payante. Peut être aurez vous un meilleur accueil que moi.

 

Derière il y a la mer bleue

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgY a t il un château sur ce rocher ?

   Situation  (--> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Belcaire se situe à 40km au Sud-Ouest de Quillan et à 15km au Nord-Est de Ax les Thermes.

 

Le château : 

     L'extérieur :

Pourquoi ce site castral ?

   Le bourg  de Belcaire est peu connu et son château ne fait pas parti des traditionnelles visites des touristes en Aude.

Alors, pourquoi vous montrer ce château ?

   Plusieurs raisons :

1 - Je me dois de décrire tous les sites médiévaux, connus ou ignorés.
2 - J'adore faire découvrir des sites oubliés.
3 - Et puis, ce château est cité dans le Dictionnaire des châteaux et fortifications.

 

La découverte

   Armé d'un incroyable plan montrant un château polygonale, je me hâte au sommet du petit bourg pour admirer ceci.

 Évidemment, cette masse n'est pas très explicite. Il est facile de constater que l'ancien château était posé sur un rocher facilitant sa défense et diminuant l'efficacité du travail des sapeurs.

Mais reste t il une trace de construction ?

 

L'analyse rapide

    Rapide elle sera car les murs sont moins que minimaux et la roche me parle peu . En faisant le tour, je vois enfin une vraie construction. Ce mur avec des pierres irrégulières, pauvrement taillées et peu jointives ne comportent pas d'archère et encore moins de crénelage (voir vocabulaire). Il est difficile d'en connaître la fonction et de faire une datation sérieuse. 

 

     L'intérieur :

  Hélas, la ruine est inaccessible.

 

 

Histoire du château :

* En 1252, le bourg de Belcaire appartient au Royaume de France. C'est le chef du bailliage du Pays de Sault.
* En 1288, un châtelain est nommé pour commander les soldats de la caserne.
* Au 15ème siècle, les Aragonais attaquent à plusieurs reprises le château, sans succès.
* Au 16ème siècle, le château est partiellement détruit durant les guerres de religion.
* En 1576, le château est détruit et le village est brûlé.
* Au début du 21ème siècle, la découverte du château est interdite. Mais peut être qu'un jour.... 

 

L'ombre du château plane au dessus du village

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 02:30

Département :  11 - AUDE 

 

Le bourgY a t il un château sdans ce bourg ?

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le petit bourg d'Axat se situe à 12km au Sud-Est de Quillan et à 15km à l'Ouest de Caudies de Fenoullèdes, sur la rive droite de la rivière Aude.

     Coordonnées du bourg :

42° 48′ 15.84″ N 2° 14′ 9.96″ E
 42.8044°  2.2361°

 

Le château :  

      L'extérieur :

Mais où est le château ?

    En arrivant dans Axat, il n'y a aucun panneau indiquant la présence d'un château (hummm,cela sent la ruine ruinée  ).

Mais y a t il vraiment une ruine ?

   Mon dictionnaire des châteaux forts l'affirme. Malgré l'écrasante chaleur, je décide de grimper à pieds les ruelles en pente (ne suis je pas un chevalier sans peur comme Bayard ?). Comme souvent, mon Graal apparaît sur la hauteur.

Le voyez vous ?

 

La découverte

    Cachée derrière les arbres, certainement protégée par les épineux, je pressens que la découverte de la ruine va se transformer en chemin de "croix pour chevalier".

Suis je aidé par la fée des bois, ou suis je l'élu ?  .

  Je ne sais, mais par "miracle", les arbres s'ouvrent devant moi. En réalité, il ne faut pas monter à travers les bois mais emprunter le chemin longeant le rempart extérieur.  

 Une ruine pleine de mystères

Rapide analyse

   Le rempart est solidement posé sur le rocher et (c'est ce que je crois discerner) comporte des contreforts (c'est surprenant). Le mur est pauvrement appareillé et semble avoir été reconstruit plusieurs fois tant les pierres sont disparate.

     La hauteur n'est pas assez importante pour distinguer des défenses en encorbellement (comme des mâchicoulis, bretèche etc...), mais je suis surpris de ne voir aucune trace d'archère (voir vocabulaire).

 

     L'intérieur :

  Dans une ruine (surtout sur mon blog ), il ne faut pas s'attendre à de beaux bâtiments avec décors, luxe et plafonniers. Mais, pour vous préparer au choc, je préfère vous indiquer que  Axat fait parti de la "race" des ruines sans... rien

   Pourtant, avec un peu d'attention, je crois voir les traces d'anciens murs (bâtiments d'habitation, communs ?).

       Mes efforts de recherche d'indice m'ont donné faim. C'est en admirant le paysage que je déguste une pomme.

 

 

Histoire du château :

* En 1306, un castrum est cité dans un texte. II est possession de la famille Castelport.
* Au début du 14ème siècle, le castrum appartient à Antoine du Vivier.
* Au milieu du 14ème siècle, Arnaud de Dax possède le site fortifié.
* Au début du 15ème siècle, le site appartient à nouveau à la famille Castelport. Cette famille est alliée à la famille du Vivier.
* En 1466, Arnaud de Dax acquit la seigneurie d'Axat (ainsi que celles de Vayra, d'Artigues, La Prade, Ulhac) d'Antoinette de Castelport (ou Castelporre) épouse d'Antoine du Vivier, par acte passé devant Maitre Minety notaire à Narbonne.
* En 1580, il semble que le château soit attaqué puis pris par des "rebelles" (?). Une autre source explique que : "Ce sont les Aragonais, faisant de nombreuses incursions, qui ont pillé le village".
* Vers 1583, le château semble subir une remise en état.
* En 1637, les habitants ne sont plus astreints à consolider et entretenir le château.
* En 1792, les révolutionnaires s'emparent des ruines du château. La famille Dax perd ses droits sur leur possession castrale et territoriale.
* Au 19ème siècle, le château d'Axat est (serait) mentionné comme possession de la Société des Forges d'Axat. Le principal actionnaire est (serait) le marquis (voir titre de noblesse) de Dax d'Axat, maire de Montpellier.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe. 

 

Un panorama comme seule une ruine peut livrer

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 06:30

 

Département :  11 - AUDE 

  La vieille tour surveille toujours la ville.

Le bourg :

   Origine du nom : (voir initiation à la toponymie)
      GRAU signifie "Entrée".  L'étang était l'entrée de l'ancien port de Narbonne, avant l'ensablement.  

 

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Gruissan est située à 70km à l'Est de Carcassonne, 50km au Nord-Nord-Est de Perpignan et à 12km au Sud-Est de Narbonne.

 

    Coordonnées de la tour :

43° 6′ 28.01″ N 3° 5′ 3.98″ E
 43.10778°  3.08444°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

Curiosité

* Gruissan est connu par tous les vacanciers pour sa proximité avec la méditerranée et pour sa plage facilitant le bronzage en été.

* Le touriste curieux, sachant lever la tête en direction de la charmante petite ville avec ses sinueuses ruelles, verra pointer au dessus des toits, une tour sur un rocher.

* En réalité, c'est le vestige de l'ancien château médiéval.

* Curieusement, sur les cartes et guides touristiques, cette ruine est nommée :

LA TOUR BARBEROUSSE.

 

La découverte

* De loin, ce château ressemble à une tour de guet posée sur le seul rocher du paysage.

* La découverte est merveilleuse à pied car les ombres des maisons dans les ruelles amènent la fraîcheur qui manque au mois d'Août (je ne sais pas pourquoi je dis cela, je l'ai visité en mai ).

 Au pied du rocher, la tour paraît inaccessible

Rapide analyse

* Au pied du rocher, la vision est impressionnante par la verticalité.

* Le château ne cache pas ses origines médiévales.

* Un chemin récemment aménagé permet la montée lente et facile sur la plate-forme.

* Porte, remparts, courtines ont disparu, mais les contours sont bien dessinés et les restes des fondations expliquent l'architecture de ce petit château seigneurial. 

 

     L'intérieur :

As tu vu la vue ?

  Le plus impressionnant est d'abord la vue. Les murs principaux ont disparu, la vision est à 360°.

IMPRESSIONNANT !

   Malgré son état de ruine, le château montre de belles réalisations architecturales.

 

La tour ronde

* La tour ronde possède des murs de 1,50m d'épaisseur.

* Elle se termine en bas par un glacis (pente).

* A l'extérieur, des pierres à bossage donne un aspect solide et défensif.

* Une archère droite (du 12ème siècle ?) est visible dans la partie basse.

* Des fenêtres romanes à coussiège (voir vocabulaire) donnent à rêver à la belle qui cousait en regardant au loin l'arrivée de son époux (heu, je pense que pendant les invasions barbares et les guerres de religion, ce devait être des hommes d'arme à cet emplacement).

* Cette tour devait comporter 3 étages. Mon affirmation est due aux empreintes assez visibles dans les pierres.

* En haut, je distingue des traces de corbeaux devant soutenir une bretèche.

 Pourquoi ne pas avoir taillé toute la surface ?

Architecture intérieure

* Les salles basses sont nombreuses et bien restaurées.

* Celle-ci devait être une cave ou un cellier. L'autre est certainement la citerne.

* Il est curieux que si près de la mer il n'y ait pas eu de puit.... (salé   ).

* Au centre, le rocher est présent sur une importante surface laissée brute.

Curieux !

* Ce sol est taillé par endroit et des fondations de murs laissent à penser à des bâtiments de commodités.
* Mais la restauration est très bétonnée pour donner crédit à mon imagination très fertile sur ce sujet.

 

Conclusion

* Si vous passez très près de cette ville, il serait dommage de manquer la vue depuis le château ainsi que la découverte romantique des ruines au soleil couchant (par exemple).

* Par contre, cette ruine ne vous apprendra que peu sur l'architecture militaire et son évolution jusqu'au 16ème siècle.

 

Le diaporama de le tour Barberousse est ici.

 

 

Histoire du château :

* En 768, Pépin le Bref donne à l'évêque de Narbonne des droits sur la navigation et l'exploitation des salines (Le sel est un bien très précieux à cette époque ou le réfrigérateur n'existait pas).

* En 864, Charles le Chauve (voir liste des Rois) attribue à l'Église de Narbonne la moitié des droits de péage sur le commerce de terre et de mer, ainsi que la moitié des salines appartenant au Comte de Narbonne.

* L'Eglise établit ainsi une seigneurie et perçoit les droits sur une partie du domaine maritime et sur le terroir de Gruissan. C'est la première fois que le nom de Gruissan est nommé dans un texte.

* En 1084, un partage signale l'existence du château de Gruissan que se dispute l'Archevêque de Narbonne et le Coseigneur installé sur le site. C'est la première mention officielle d'un château sur le territoire de Gruissan dont nous ne connaissons presque rien sur son architecture (Ce devrait être une simple tour carrée, entourée de remparts aveugles).

* Durant la fin du 11ème et le début du 12ème siècle, de nombreuses incursions de pirates obligent les paysans et ouvriers exploitant les salines à se protéger dans le château.

* A partir de 1209, début de la croisade des Albigeois. Curieusement, Gruissan n'est pas cité dans les combats ou les donations. 

* En 1245, la vieille tour (aujourd'hui disparue) est la propriété des 2 coseigneurs.

* En 1247, fin des travaux d'une autre tour de forme circulaire. les travaux sont demandés et dirigés par l'archevêque Guillaume de Broa.

* En 1289, l'insécurité de la région oblige l'Archevêque à demander la protection Royale. Une garnison est envoyée par le Roi (voir liste des Rois).

* En 1296, Gilles Aycelin archevêque de Narbonne et le seigneur de Gruissan achètent ensemble la part de seigneurie de Béranger de Boutenac (vassal du Vicomte de Narbonne).

* En 1311, un châtelain est nommé pour diriger les terres et le château.

* En 1341, le châtelain se nomme Pierre Gaubert.

* En 1582, les guerres de religion ravagent le pays. Le château est pris successivement par les troupes de Montmorency puis celles du Duc Anne de Joyeuse.

* En 1585, des soldats royaux sont envoyés pour occuper le château et le village. Le Chapitre de Narbonne pense même à détruire cette forteresse trop souvent objet de conflits.

* En 1597, fin de la huitième et dernière guerre de religions. Les soldats quittent le château, le seigneur de Gruissan reprend son domaine très dévasté et son "fort" très abîmé. La Renaissance et la transformation des méthodes de guerres rendent inutile une forteresse médiévale.

* Vers 1610, les menaces Espagnoles redonnent un sursis bien faible à la vocation de ce château. C'est l'abandon progressif du site et son déclin inévitable.

* En 1690, il sert de carrière de pierres pour la construction des maisons à ses pieds. Il est cité en tant que ruine.

* En 1948, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Durant la fin du 20ème siècle, le château est consolidé puis rendu accessible aux piétons.

* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Elle est déconseillée les jours de grand vent.

 

La vue est le plus beau cadeau des sites médiévaux !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux forts du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 06:30

 

Département :  11 - AUDE
 

 

Ho, je vous vois rire, vous pensez : 

"Ce castellologue se moque de nous, Cucugnan est connu pour son curé, narré brillamment dans  'les lettres de mon moulin'  par Daudet, mais pas pour son château !

 

    Mais non, chers lectrices et lecteurs magnifiques et merveilleux (heu, la flatterie est une arme dont j'use avec plaisir) de mon blog, point de filouterie de ma part ni d'ensorcellement ayant fait perdre la tête de votre serviteur.

   Cucugnan avait bien un château à l'époque médiévale. Je vais m'empresser de vous le montrer, avec moins de maîtrise qu'Alphonse bien sur.

  

Le bourg :

   Situation  (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Cucugnan est situé à 50km au Sud-Ouest de Narbonne, à 25km au Nord-Ouest de Perpignan et à 10km au Nord-Est de Saint Paul de Fenouillède.

 

Le château : 

      L'extérieur :

Une vie

      Coincé entre les montagnes, protégé par 2 immenses forteresses (Quéribus  et  Peyrepertuse), Cucugnan est aujourd'hui un village paisible de vigneron. Mais il n'en a pas été de même durant 1000 ans. 

 

La découverte

   Le château est situé au Nord du village, sur une butte. Il se présente sous la forme d'un rectangle, un peu arrondi sur la face Sud-Est. (voir le plan)

   Il faut beaucoup d'imagination, comprendre cette ruine. Je prends donc ma loupe de Sherlock Holmes et je pars à la recherche des indices.

 

Rapide analyse

   Un mur de la courtine au Sud-Est facilite mes premières déductions. Les murs sont peu épais pour une construction médiévale, et surtout l'ensemble est mal appareillé avec des pierres de différentes tailles.
   Un peu plus au Sud, la qualité de la courtine est meilleure et le gabarit des pierres est plus régulier. Au centre, apparaissent les restes d'une tour de défense. Mais elle semble construite avec des pierres de réemploie et contient des tuiles. Elle a du être reconstruite après le 15ème siècle.
     Ce château n'était pas une forteresse imprenable comme Quéribus, mais le château d'un petit seigneur. Il est vrai que le bâtiment s'intégrait dans une défense de village (rempart entourant l'ensemble).

 

      L'intérieur :

    L'intérieur est une expression un peu "pompeuse" car il ne reste presque rien. Par contre, certains indices prouvent des aménagements. A de nombreux endroits, la roche est taillée pour créer une banquette  (voir vocabulaire) devant supporter les murs (hélas disparus).

   Un château d'eau a été construit récemment sur le coté Ouest du château. Il a pris l'emplacement de la chapelle castrale et laisse une parois d'éboulis. La construction d'un château d'eau dans des vestiges médiévaux proche d'un village est  classique, puisque c'est l'endroit le plus élevé. (voir exemple à QuillanCamps sur Agly ...).

 

   Au centre, des cailloux et pierres se confondent avec un beau gazon vert. Ce lieu est très joli pour un pique-nique (ce que j'ai fait) mais il est difficilement exploitable pour comprendre l'aménagement des bâtiments.

  Le coté Ouest est très intéressant. Il y a les restes de murs percés d'archères et de fenêtres de petites tailles.

Sont ce les vestiges d'habitats ?

  Le plus beau bâtiment est sans conteste: La citerne.

 

       La citerne :

   Elle mesure 4m par 3m avec une belle voûte en berceau (Ne vous fait elle pas penser à celle du château de Murat ?). A l'intérieur, on distingue sur les parois verticales en grès un enduit rose de fontainier. Curieusement, cette citerne a été percée d'une ouverture dans le mur Sud, cela m'a permis de constater que l'enduit n'était pas seulement sur les parois, mais aussi à l'intérieur.

   Avec cette ouverture "récente", la citerne médiévale a vécu une deuxième vie :  Cave, grange, étable ou habitat. 

 

 

Histoire du château et du village :

* En 951, apparaît un site nommé : Cucuniano. Il est donné par le Comte Roger de Carcassonne à l'abbaye de Lagrasse.
* En 1070, Cucuniano est cité dans le serment prêté au comte Bernard de Bésalù (aucune mention d'un château mais il devait exister une motte).
* En 1140, la "forteresse" de Cucuniano fait partie de l'hommage rendu par Béranger de Peyrepertuse au Comte de Barcelonne (voir titre de noblesse).
* Au début du 13ème siècle, les familles de Peyrepertuse et de Cucugnan sont très liées. C'est Guillaume de Peyrepertuse qui est le seigneur du village.
* Vers 1209,  la croisade des Albigeois  est très destructrice pour les châteaux de la région. Celui de Cucugnan n'échappera pas à la croisade.
* Vers 1239, Béranger, seigneur de Cucunhan est très impliqué dans les combats contre "les envahisseurs du Nord". Il assure la défense du château de Camp sur Agly.
* En 1239, Pierre de Cucunhan ravitaille les hérétiques réfugiés dans le château de Puylaurens.
* En 1240, le 'castrum de Cucugianco' cède devant la puissance des croisés, et son seigneur se soumet au roi de France Louis IX  (voir liste des rois).
* En 1247, le seigneur jure fidélité au roi. Cette action a pour conséquence la libération de son fils détenu au château de Termes. Il récupère aussi les terres de Camps sur Agly et Soulatge.
* En 1258, 'le traité de Corbeils fixe les frontières entre le domaine royal de France et le royaume d'Aragon. La frontière est dans le Fenouillièdes, à quelques lieus de Cucugnan.
* En 1345, un texte cite le nom de Guillaume de Peyrpertuse, 'seigneur de Cucunian'.
* Au 15ème siècle, une incursion Espagnole détruit le village médiéval.
* Au 16ème siècle, un nouveau village s'établit sur les ruines de l'ancien; Des remparts et une porte fortifiée sont construits.
* En 1692, une maison de 'Seigneur' est mentionnée, mais ce n'est plus le fier château médiéval.
* En 1792, la révolution Française sonne le glas de cette construction. De nombreuses pierres sont pillées pour construire des habitats dans le village.
* Au 20ème siècle, la construction d'un château d'eau détruit partiellement le site et surtout l'ancienne église.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe, bien que faible.  

 

Quelle vue !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le château : Dans une trouée, une fortification apparaît !

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le petit bourg de Cascastel des Corbières se situe à 6km à l'Ouest de Durban Corbières, à 30km à l'Ouest de Sigean et à 15km au Nord de Tuchan.

     Coordonnées du château :

42° 59' 9" N 2° 45' 32" E
 42.985885  2.758947

 

Le château :

      L'extérieur :

Pourquoi ce site castral ?

    La syllabe Castel, ne serait elle pas un diminutif de château ?

  C'est avec cette interrogation que je me rends dans ce petit bourg Audois.

    Vous me connaissez un peu, je ne suis pas parti voir une supposition. En vérité, je sais qu'il y a un château car les semaines précédentes, je me suis renseigné par la lecture du Dictionnaire des châteaux et fortifications.... Malin est votre chevalier.

 

La découverte

     Dans cette région de châteaux dénommés Cathares, celui de Cascastel des Corbières n'est pas connu. Contrairement aux ruines touristiques, il n'est pas posé sur un pog inaccessible et n'a pas été attaqué par les armées de Simon de Monfort et n'a pas connu un massacre comme à Montségur.

   Construit à coté de la rivière, il semble paisible à travers les arbres.

 

1ère analyse

   Curieusement je suis attiré par les arches du pont. Ce n'est pas celui qui enjambe la rivière (cette construction est récente) mais le pont permettant l'accès au château. Depuis le fossé, je peux mieux voir les traces anciennes des fortifications.

 

Donjon

     La construction principale d'un château fort du 12ème siècle est incontestablement le donjon. Celui de Cascastel ne parait pas impressionnant et pourtant il est extraordinaire. Bien qu'arasé partiellement, il impressionne par une base de 11m par 9m et sa façade borgne.

    Les trous de boulin (voir vocabulaire) devaient porter des poutres pour un chemin de ronde. Sur une des faces, il est possible de distinguer une fente d'archère droite et l'entrée primitive aujourd'hui bouchée.

     Ce donjon, composé de pierres calcaire correctement taillées, n'est pas central mais posé au Nord-Ouest du site. Ce plan permet de mieux comprendre l'architecture . 

Ces pierres semblent jeune en comparaison du donjon. 

Les bâtiments

   Par leurs nombreuses ouvertures, par l'accès au rez de chaussée, par la corniche sous les fenêtres, ces bâtiments ne semblent pas médiévaux. Ils ont dû faire l'objet d'aménagements de confort aux 17ème et 18ème siècle.

 

     L'intérieur :

 Hélas, le château est en travaux et je n'ai pas pu le visiter.

     Un passant d'un âge "intemporel" m'informe qu'un escalier en pierre dans l'épaisseur du mur et qu'une salle voûtée plein cintre par étage existent.

   Si vous disposez de photos ou de gravures, je serais heureux de les mettre sur cet article.

Plus d'information sur le site officiel.

 

 

Histoire du château :

* Au début du 12ème siècle, le pape Gelase II cite "l'église Saint Julien et Basilisse" dans une bulle. Le lieu fortifié se nomme : Calzcastel. L'abbaye de Lagrasse détiendrait des privilèges.
* En 1163, la seigneurie de Cascastel appartient à 2 co-seigneurs : Raymond de Castel et Sicard de Cascastel. Il existerait donc 2 châteaux (?).
* En 1209, début de la croisade des Albigeois. Durant cette "guerre", le château de Cascastel des Corbières n'est pas inquiété. Le seigneur n'a pas résisté à l'armée du roi de France (voir liste), il conserve ainsi son château.
* A la fin du 14ème siècle, chaque semaine, les habitants subissent des raids des mercenaires venant de l'Aragon.
* En 1390, construction d'une enceinte fortifiée entourant les deux (?) châteaux.
* Au 17ème siècle, le château appartient à la famille d'Arse. Quelques aménagements du château sont réalisés.
* Au 18ème siècle, le château est profondément remanié pour donner plus de confort.
* En 1966, la commune devient propriétaire du château.
* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde du château est créée. Elle participe à la restauration des bâtiments et à la connaissance historique..
* En 2001, le château est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte du château est interdite. Mais peut être qu'un jour.... 

 

Inhabité et pourtant vivant !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 07:30

 

Département :    34  - Hérault

Le château :

   Situation :    (--> le voir sur une carte)

   Le bourg de Cessenon sur Orb est situé à 35km à l'Ouest de Pézenas, à 30km au Nord de Narbonne, à 20km au Nord-Ouest de Béziers et à 9km à l'Est-Nord-Est de Saint Chinian.

   Coordonnées du château :

43° 26' 57.275" N 3° 48' 48.487" E
 43.449243°  3.046802°


Le château :
       L'extérieur :
La découverte
       Evidemment, vous avez compris que je me rends dans cette bourgade non pas pour acheter du linge  mais pour visiter la ruine d'un château médiéval. Il ne me faut pas beaucoup de temps pour le voir, car il vole au dessus des toits rouges.
   Comme souvent avec un château médiéval, il faut monter au sommet du bourg pour l'approcher.
   Le premier contact avec cet ancêtre de 800 ans c'est ce curieux trou. Je doute par sa faible largeur que ce fut un fossé. J'opte pour des restes de rempart non dégagés ou (en voyant une voûte) des communs dans la basse-cour.

L'analyse
      Posée sur un rocher, la tour surveille aujourd'hui le petit parc et ses passants, mais sa fonction première était l'observation de la plaine et de la rivière Org qui coule à ses pieds.

 Après l'instant de découverte vient le moment de l'observation et.... je suis surpris !

 Il y a certes une pendule "moderne" sur cette tour mais ma surprise est pour :

1 - La forme carrée de ce donjon construit théoriquement au 13ème siècle.
2 - L'absence d'archère (voir vocabulaire) sur les parois.
3 - Le manque de trace de  trou de boulin.
4 - La disparition des créneaux et mâchicoulis.
5 - L'absence de bretèche et de latrines.

 

Question

Ce donjon a t il été aseptisé suite aux consolidations ou bien n'était ce qu'une tour de guet ?

Surprenant quand je lis que le bourg fut un chef-lieu d'un comté de la sénéchaussée de Carcassonne.
   J'ai hâte de découvrir ses entrailles.

        L'intérieur :
   Hélas, l'approche est interdite et la visite impossible. Je repars avec mes doutes et mes questions.


Histoire du château :

* Au 10ème siècle, un château appartient au Vicomte (voir titre de noblesse) de Béziers.
* En 973, Garsinde, veuve du Comte de Toulouse, donne le château à l'abbaye de Saint Pons.
* En 1130, l'abbaye inféode le château à une famille qui prend le nom de Cessenon.
* Vers 1207, durant la croisade des Albigeois, l' armées de Simon de Monfort attaque et détruit partiellement le château.
* Au 13ème siècle, le château est reconstruit.
* En 1633, la forteresse est démantelée sur ordre de Louis XIII (voir liste des rois).
* En 1985, le bourg de Cessenon prend le nom de Cessenon sur Orb.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de la tour semble impossible.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 34 Vers Menu châteaux de l'Hérault
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article