Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 06:10

 

Département 30 - GARD

  Que me murmure ce mur ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Laval Saint Roman est située à 42km au Nord-Est d'Alès, à 40km au Sud d'Aubenas, à 20km au Nord-Ouest de Bagnols sur Cèze et à 5km à l'Est d'Orgnac l'Aven.

     Coordonnées du château :

44° 18' 11" N 4° 29' 52" N
 44.30318639°  4.49778020382

 

Le château : 
        L'extérieur :
Mystérieuse découverte

* A 1 kilomètre au Nord-Ouest du bourg, sur une verte petite colline , une ruine tente de se montrer.

* Mon dictionnaire des châteaux forts affirme que ce sont les vestiges du château médiéval.

* Sans réfléchir, je grimpe par un sentier du coté Est.

* Au sommet, je suis arrêté par un mur.

 Un trou dans un mur.... N'est ce point énigmatique ?

Que dire ?

* Le mur est construit sur le rocher.

* Sa hauteur est si faible qu'il est impossible d'en tirer une conclusion.

* Certaines pierres sont simplement posées, sans mortier.

* Leurs dimensions sont asymétriques, elles sont peu jointives. Le parement est de piètre qualité.

* Avec précaution je le longe.

* Un trou, un vide, une curiosité béante me fait face.

* Je continue à longer le petit mur.

* Soudain, un très haut mur apparaît.

* Bien qu'il soit beaucoup plus haut, il semble de la même époque que le précédent.

* Le parement est d'aussi piètre facture.

* Il comporte un trou carré qui n'est ni une archère, ni un puits de lumière.

Qu'est ce ?

 

Ils sont hauts !

* Durant mon questionnement et ma réflexion, j'avance à petits pas le nez au sol.

Il y a plein de murs pleins, je ne m'en plainds pas* C'est ainsi que je me heurte à une immense paroi borgne.

* Elle est solidement construite sur le rocher.

* Entre les galets ronds, les pierres plates et des petits éclats inserés, je pressens que ce mur a été reconstruit rapidement il y a peu de temps.

 

        L'intérieur :

Le rien.. c'est déjà beaucoup

* J'entre dans le château.

* Evidemment, je devrais dire : J'entre dans les fondements du site castral.

* Au sol, la végétation cache des bases de quelques murs.

* Il m'est impossible d'identifier leur fonction.

* Je suppose que la chapelle a été construite avec les pierres de la ruine.

* N'étant point un archéologue, je me contente de prendre mon plaisir en admirant le paysage Gardois.

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (à vérifier), construction d'un château fortifié sur la colline.

* Au 14ème siècle, le site est propriété des Chevaliers de Saint Jean.

* Au 19ème siècle (à vérifier), construction d'une chapelle sur les vestiges du château.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Veuillez respecter les propriétés privées et ne montez pas sur les vieux murs instables. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe. Soyez très prudents.

 

Je me délecte du trésor d'une ruine castrale : La vue !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 07:06

 

Département 30 - GARD

  Courbe est ce rempart

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Aramon est située à 30km au Nord-Est de Nîmes, à 25km au Nord d'Arles et à 13km au Sud-Ouest d'Avignon.

     Coordonnées du château :

43° 53' 28" N 4° 40' 52" E
 43.89121673°  4.681012630°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'arrivée

* Ce bourg, en bordure du fleuve Rhône et proche des terres Papales d'Avignon, fut un port important pour le Roi de France. Je ne suis donc pas surpris de me trouver face à un haut rempart.

* Mais ce mur n'est point celui de la cité, c'est celui du château.

* Le bâtiment clair avec ses multiples fenêtres est l'habitation moderne du 19ème siècle de ce vieux château médiéval.

 En haut, un créneau, hooooo

La découverte castrale

* Je poursuis ma découverte du long mur-rempart.

* Les pierres sont parfois peu alignées, mal taillées, de dimensions aléatoire.

* Il semble que les siècles n'ont point épargné cette construction défensive.

* Curieusement, je ne vois ni archère, ni crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Au fond, un pont comporte quelques systèmes défensifs. Mais les créneaux ayant été construits au 19ème siècle, je ne les détaillerai pas.

* Je monte vers le château. Je ne m'attarde pas devant les bâtiments modernes et les crénelages très refaits.

* Soudain, je découvre l'entrée fortifiée.

- La paroi possède de nombreux trous de boulin.

- Les trous proches du crénelage ont certainement porté un hourdage en bois

- Certains merlons possèdent une petite archère droite.

 

        L'intérieur :

C'est la fin (?)

   Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. Je rebrousse chemin pour chercher une taverne.

 

  Une place qui se place en tête des beautés à voir

Le bourg
        L'extérieur :

La surprise dans le bourg

* Lentement, j'erre dans les petites rues.

* Soudain, ma chance de castellologue amateur me fait découvrir cette place avec une petite merveille.

* "Moderne est cette place !" pensez vous.

* Certes, les pavements au sol et les chevaux mécaniques montrent un décor de votre 21ème siècle.

Avez vous regardé la tour ?

* Même si elle a été consolidée, même si elle a été modernisée, la tour anguleuse garde des traces de son passé médiéval.

"Chevalier, tu vois le Moyen Âge partout !" me hurlez vous.

* Certes, il m'arrivent parfois de rêver plus que de voir. Mais faites un effort.

Que voyez vous ?

* A mi-hauteur, une fenêtre Romane bouchée, puis au dessus des archères droites obstruées.

 Cette tour a subi un vol de corbeaux !

Une autre surprise

* Heureux de mes découverte, je déambule en sifflottant comme un amoureux ayant eu une bise de sa belle.

* Un Chevalier ailé de bonheur vole.

* Soudain, je suis hélé.

"Holà, ailé Chevalier !"

* Je retombe sur le sol et je vois un rempart dont les corbeaux (ou consoles ?) ont disparu.

* Mais c'est surtout la tour carrée qui m'émeut.

* Les vestiges de console m'informent que des mâchicoulis existaient.

 

C'est la fin pour vous

 

* Je vais donc partir à l'aventure dans les ruelles et les passages où les arcades sont nombreuses et variées.

 

Le diaporama du bourg et château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Durant le Haut Moyen Âge, Aramon, proche du fleuve, subit de nombreuses attaques et pillages.

* En 1229, par le Traité de Paris, Raymond VII Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse céde la plus grande partie du Languedoc au Roi de France Saint Louis. Aramon devient propriété Royale.

* Au 13ème siècle, construction d'un rempart autour d'une tour (à vérifier). Le château est possession de plusieurs seigneurs.

* Dans le premier quart du 15ème siècle, Charles VI échange ses parts du domaine avec Louis II de Poitiers, Comte de Valentinois et de Diois.

* En 1489, Aymar de Poitiers vend ses terres de Saramon à Pérette Saratte. Un long procès en donation s'en suit.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la ville et le château souffrent des échauffourés entre Catholiques et protestant qui successivement s'emparent puis fuient la site.

* En 1551, Diane de Poitier, Duchesse de Ventinois, obtient du Roi Henri II (voir liste des Rois), le château d'Aramon. Elle fait modifier l'architecture du château pour le rendre confortable suivant les normes de la Renaissance.

* En 1635, Jacques de Sauvan est le nouveau propriétaire. Le site devient le siècge d'un Marquisat.

* En 1639, le château se compose d'une tour-rempart, de jardins et de plusieurs bâtiments d'habitation.

* En 1650, Hector de Monteynard, occupe le château (à vérifier). Il semblerait que cette appropriation soit suivie de nombreuses détériorations.

* Vers 1792, les Révolutionnaires saccagent le château.

* En 1858, la famille Sauvan réalise de nombreux travaux de consolidation du château puis des travaux d'aménagements.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du bourg et du château est libre et gratuite depuis les rues et ruelles. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Toute la symbolique défensive du Moyen Âge est visible ici

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 07:10

 

 

Département 30 - GARD

  Quelle merveilleuse beauté !

 

Le bourg

       Situation :   (--> le voir sur une carte

           La commune de Ponteils-et-Brésis est située à 50km au Sud-Ouest d'Aubenas, à 45km au Sud-Est de Mende et à 30km au Nord-Nord-Ouest d'Alès.

 

     Coordonnées du château :

44° 23' 02" N3° 58' 58" E
 44.38390057° 3.98293018°

 

 

Le château : 

       L'extérieur

Il est là haut !

* A 2km au Sud du Bourg, sur une colline proche de la rivière La Cèze, apparaît une grise construction.

* En cette journée où l'ombre est rare et où la végétation est brune, le château se distingue peu.

* Il me faut utiliser l'infra-rouge de Terminator pour mieux analyser l'architecture de cette ruine magnifique.

* Avec le jour qui se lève, avec de la concentration, je commence à comprendre cette ruine.

 

 Vais je connaître tous ses secrets ?

Premières impressions

* Le château est bâti sur un rocher polygonal.

* La construction est entourée sur trois cotés par une escarpe parfois taillée par l'homme.

* Un premier rempart existait (information donnée par ma petite documentation) mais semble avoir disparu.

* La courtine arrondie du château possédait des fenêtres transformées en "trous" suite aux vandalismes d'un de ses anciens propriétaires (voir historique).

* Des fentes verticales défensives sont encore visibles. Elles ont été réalisées avec une pierre plus tendre de couleur claire.

* En contournant le site :

- Je crois voir au premier plan le rempart extérieur très arasé.

- Puis un bâtiment d'un étage ressemblant à un commun.

- Et enfin, une haute construction que j'ose nommer : Le donjon.

(Je pressens que les puristes vont me fustiger et que les spécialistes de ce château vont me quémander de changer la qualification. Mais j'ai été inspiré par les corbeaux).

Les voyez-vous ?

 

 

La suite de la découverte est fascinante

Quelle magnifique tour carrée !

* Le clou du spectacle est incontestablement : La tour carrée.

- Elle est située dans le quart Nord-Est.

- Elle est bâtie avec des lauzes de schistes.

- Elle s'élève à 15 mètres.

- Elle possède 3 étages.

- Les piliers de pierres au somment de chaque angle sont surprenants.

Avez-vous remarqué la corniche ?

 

 

        L'intérieur

  Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. Je me console :

- En admirant le magnifique paysage sur les collines Gardoises. 

- Puis en consultant la vue depuis le ciel.

- Et enfin, en tentant de comprendre l'architecture.

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'une fortification pour surveiller le passage dans la vallée. Il est possession de la famille chevaleresque du Bas Languedoc nommée : Hérail.

* Au 13ème siècle, Pierre Hérail de Brésis fait construire l'actuel château fort.

* Au 16ème siècle, le site est le centre d'une Vicomté (voir titre de noblesse). L'élévation à ce titre serait due au roi de France François 1er.

* En 1687, le site est considéré comme une place forte décrite comme bien meublé avec des tapisseries de Flandres et de la belle vaisselle.

* Au début du 18ème siècle, durant la guerre des Camisards, le site est protégé par des soldats du Roi (voir liste). Il semble qu'ils ne logent point au château mais dans une maison nommée : Le Fort.

* En 1707, la réfection du retable de l'église est confiée au sculpteur Jean Engelbert.

* Au 18ème siècle, par héritage, le domaine appartient à la Comtesse de Caritat de Condorcet, née Anne Hérail de Brésis.

* Vers 1792, le château est propriété de la fille d'Anne : Ailhaud du Castellet.

* Au début du 19ème siècle, terres et châteaux sont la propriété de messieurs Charbonnier et Chabert de Monselgues. Le château n'est pas habité.

* Au début du 20ème siècle, le château est acheté par un antiquaire. Il récupère et vend les cheminées, portes, encadrement et fenêtres.

* Durant la deuxième moitié du 20ème siècle, le site est acheté par les descendants de la famille Hérail. Les propriétaires commencent une campagne de consolidations.

* En 1997, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la limite de la propriété privée. La visite des fortifications intérieures est interdite. Veuillez respecter le silence du site et la tranquillité des habitants.

 

 

Ne voulant pas me voir, la belle ruine gardera ses secrets

    

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 07:05

 

 

Département 30 - GARD 

Un pan de mur représentant un pan d'histoire !

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de La Capelle-et-Masmolène est située à 25km au Nord-Ouest d'Avignon, à 12km au Nord du Pont du Gard et à 10km au Nord-Est d'Uzès.

 

     Coordonnées du château :

44° 3' 16" N4° 31' 36" E
 44.054654652° 4.5266675949°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Après avoir découvert le château fort de La Capelle, je me dirige vers l'Ouest.

* Après un kilomètre, au Nord de la commune de Masmolène, sur une butte boisée, un amas de constructions grises attire mon oeil de castellologue amateur.

* Je pressens qu'un touriste pressé ne remarquera point le site en bordure d'un bosquet, pourtant, les pans de mur ruiné sont magnifiques.

 

 Pour le petit poucet, ce mur est presque un château fort !

L'arrivée 

* Un peu avant d'arriver au sommet, des morceaux de mur me barrent la route (ceci est bien sur une image, car ils ne sont point imposants et se contournent sans difficulté).

* Puis un haut mur s'interpose.

* Certes, il est grand.

* Certes, il est épais.

* Certes, ses pierres sont correctement taillées et assemblées.

* Certes, son parement d'angle est large et solide.

* Certes, l'ensemble est stable sur le rocher.

* Mais ce mur ne m'empêche point de continuer mon errance en contournant le pan de mur vers la droite.

* Soudain, je suis en arrêt !

* Cette paroi n'est point un simple mur.

Admirez cette beauté !

 

Un véritable donjon médiéval !  

Qu'est ce ?

* Après avoir pris le temps d'admirer, que dis je, d'idolâtrer cette imposante et magnifique construction, il me faut prendre le temps de l'analyser.

* La construction carrée est imposante en dimension.

* Sa qualité de construction me fait imaginer que ce ne fut point une simple tour dans le rempart.

* J'ose affirmer que ce fut le donjon.

 

 

        L'intérieur :

Une vraie beauté

* J'entre "religieusement" dans la tour.

* Cet acte n'est point difficile car la construction est partiellement effondrée.

* Je me régale des parements intérieurs.

* Par contre, je remarque que la tour est dépourvue de pierres sculptées.

* Certes, les saccages et les vols ont du être perpétrés sur cette tour si proche du bourg, mais l'angle montre l'absence de cul de lampe.

* Ce site ne devait pas être la possession d'un grand seigneur.

 

 

L'église :

        L'extérieur :

Une surprise

*  En prenant un peu de recul pour mieux voir la tour, je me heurte à un contrefort d'angle.

A qui appartient il ?

* Comme toujours, quand j'ai un problème ou un doute, je prends du recul.

* Incroyable, je suis en face d'une vieille église abandonnée.

 

 

Je me régale de ses rondeurs !

        L'intérieur :

Cela sent la pierre

* "Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai une église" ai je pensé en entrant.

* L'intérieur de cette église reconstruite est très sobre :

- Point de sculpture ni de décoration.

- Dans la chapelle latérale, une simple ouverture de lumière.

- Au fond, une porte.

 

 

Je sors vers la lumière

* Attiré par la lumière, tel un pèlerin, je sors par "à genou" par toutes ses découvertes.

* Je pensais avoir tout vu.

* C'est oublier qu'un site castral est toujours plein de surprises.

 

 

Hors sujet

  Classique surprise

* En jetant un dernier regard vers le donjon, je remarque......

Voyez vous la construction à gauche ?

* Ceci n'est pas unique en notre Royaume. Je vous en ai présenté :

- A Vaour dans le Tarn,

- A Quillan dans l'Aude,

-  Etc...

* Un château défensif médiéval proche d'un bourg étant très souvent sur le sommet le plus élevé, il est logique qu'un château du 20ème siècle (pour stocker l'eau) se pose à coté.

 

  Un mensonge !

* J'ai osé vous mentir.

* Ho, ce n'est point un gros mensonge, c'est une petite tromperie.

* Durant mon errance en ce lieu, je vous ai fait croire à des murs découverts par hasard.

* La vérité est autre. Je vous laisse comprendre l'architecture du site.

 

Le diaporama du château et de l'église est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un site fortifié.

* Au 17ème siècle, le cardinal de Richelieu fait détruire le château.

* Au 21ème siècle, la découverte du château et de l'église est libre et gratuite. Le risque recevoir une pierre existe. Soyez prudents.

 

 

Le vieux château fort surveille le récent château d'eau

    

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

     
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 07:05

 

Département 30 - GARD

  Je pressens une longue marche agréable en syous-bois

Le bourg

       Situation :   (--> le voir sur une carte

   La commune de Verfeuil est située à 35km à l'Est d'Alès, à 10km au Nord d'Uzès et à 17km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze.

 

     Coordonnées du château :

44° 09' 55" N4° 26' 19" E
 44.1654330° 4.4387608767°

 

 

La tour :  

        L'extérieur

La découverte

* Après avoir visité le château de Verfeuil, je me dirige vers le Sud-Ouest.

* Après 800 mètres d'une belle promenade j'aperçois sur une colline boisée, une cubique construction en pierre.

* D'après ma carte, cette beauté se nomme : Tour de Marcuel.

* C'était un poste de guet pour signaler au château les intrusions de quelques "malfrats" ou troupes guerrières dans la vallée.

 Faut il un baudrier et des cordes pour monter vers cette tour ?

La montée 

* Face à la colline, je me demande si les ronces et autres épineux vont être mes compagnons d'aventure.

* Et surtout, j'espère qu'un chemin existe encore car la paroi est abrupte.

* Saint Damase (ou Saint Jérôme), patron des archéologues, ayant eu pitié pour mes petites jambes, me montre le sentier qu'il entretien (pour moi ?).

- Je sens que certains esprits chagrins derrière l'écran pester contre moi :

"Chevalier, point archéologue tu es !"

- Il est vrai que je ne suis qu'un castellologue amateur, mais ce Saint Patron m'accueille comme un de ses disciples.

* Lentement, je monte vers elle.

 

Rapide analyse

* La tour semble seule.

* Elle n'est pas précédée par un rempart.

* L'une des faces est borgne.

* Les autres faces possèdent entre une à 2 ouvertures.

* En voyant cette fente, je me demande si je suis en face d'une archère droite ou d'un puits de lumière.

Avez vous une opinion ?

  

 Archère ou puits de lumière ?

        L'intérieur :

Première sensation

* Par une grande ouverture, que je pressens être une porte d'entrée d'époque médiévale, j'entre dans la tour.

* En entrant, je suis étonné par la lumière. Evidemment, vous avez compris que cela est du à l'absence de plafond.

Comment puis je affirmer que plafond(s) il y eu ?

* Ceci est facile à "lire" sur les murs.

1 - Par les trous de boulin (voir vocabulaire), je peux estimer le nombre d'étage.

2 - Puis, par la rupture de verticalité en partie basse (au dessus de la porte).

3 - Et enfin par les pierres en encorbellement en partie supérieure.

 

Les ouvertures

* Avec son impressionnant ébrasement intérieur (et surtout par sa position en hauteur par rapport à l'emplacement des poutres de l'étage supérieur), cette ouverture est un puits de lumière.

* Par contre, cette petite ouverture n'amène que peu de lumière. J'imagine que sa fonction fut une archère. Pourtant je suis surpris par sa très faible hauteur.

* Avec mes constatations, je vais vous quémander de m'aider.

Que pensez vous de ces 2 ouvertures ?

** D'abord, elles sont proches des "poutres" de l'étage en dessous et trop loin des "poutres" de l'étage supérieur, donc je doute qu'elles furent des puits de lumière.

** Celle de gauche ressemble à l'archère droite que je vous ai montrée.

** Celle de droite possède un ébrasement en biais. Ce serait donc une archère pour tirer à "gauche".

 

 

Le diaporama de la tour est visible ici.

 

 

Histoire de la tour :

* Vers 1121, construction de la tour pour servir de guet et avertir, par signaux de fumée, le château de Verfeuil .

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en prenant garde que le sol n'est pas nivelé. La visite des fortifications intérieures est à vos risques et périls. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

Combien d'archers ont tiré depuis cette fente ?

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 07:30

 

 

Département 30 - GARDNe reste-t-il qu'une tour isolée ?

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Sauve est située à 40km au Nord-Nord-Est de Montpellier, à 28km au Sud-Ouest d'Alès et à 7km au Nord-Ouest de Quissac.

 

     Coordonnées du château :

43° 56' 13" N3° 56' 52" E
 43.936865931° 3.9477939159°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité le castellas, une autre construction castrale sur les hauteurs de Sauve, je prolonge mon plaisir en me rendant vers une autre ruine médiévale.

* Pour découvrir le château de Roquevaire, il faut monter en direction de la mer de Rochers de Coutach.

* Dans ce magnifique paysage de pierres ruiniformes et de verte végétation, la balade est un plaisir.

* Soudain apparaît une forme cubique, bien différente des rochers travaillés par le temps.

 

Reste-t-il des traces de ses systèmes défensifs ?

Je ne comprends pas

* Le bâtiment en face de moi ressemble à un château médiéval. Il comporte :

- Des pierres à bossage.

- Des petites fentes ressemblant à un système de tir pour fusil.

* Pourtant, je suis perdu. Je n'arrive pas à me transporter au Moyen Âge.

* Je contourne les constructions. Mais mes poils ne se hérissent point.

 

Je prends du recul

* Ceux qui me suivent depuis plusieurs années (siècles ?) savent que pour lutter contre mon questionnement, je prends du recul.

* Parfois, une vue de loin éclaire l'esprit logique du castellologue amateur.

* Mais je ne vois aucun détail me faisant croire que ce lieu soit encore (ou fut) un château fort.

* Même l'escalier est de style "Renaissance".

 

        L'intérieur :

La propriété privée n'est pas visitable.

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un bâtiment sert de résidence d'été à l'évêque de Maguelone (c'est ce qu'affirment quelques historiens mais aucun texte fait état de cette possession).

* Au début du 14ème siècle, un petit mas (à vérifier) appartient à Guillaume de Roquevaire.

* Au milieu du 17ème siècle, le site est la propriété de plusieurs familles dont l'abbé Henry Delmas (de l’Abbaye de Saint Pierre de Sauve). Le petit mas s'est transformé en imposante propriété avec écuries, annexes, bâtiments de stockage et grand jardin à thèmes. Le château renferme une grande bibliothèque.

* Vers 1703, Rolland, à la tête d'une troupe de camisards, prend le maquis dans le massif du Coutach. Le château de Roquevaire est incendié.

* En 1712, à la mort de l'abbé, Louis Duranc de Vibrac (gouverneur de Sauve) est le nouveau propriétaire. Il fait démonter tous les morceaux récupérables et les vend.

* En 1725, le château est vendu à une famille Protestante. Le site est transformé en lieu de sépultures. Les nombreux cyprès ont été plantés en cette occasion. Cette curieuse affectation pour un château a duré deux siècles.

* Au 20ème siècle, les nouveaux propriétaires réalisent de nombreux travaux de consolidation.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis le sentier. La visite des fortifications intérieures est interdite. Il semble que le site soit visitable durant le week-end du patrimoine.

 

Gris et vert sont les couleurs en ce site castral Gardois

  

 

 

  
   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgUn blason reflète-t-il la puissance du bâtiment ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le bourg de Caunes Minervois est situé à 28km au Nord-Ouest de Lézignan Corbières, à 25km au Sud-Est de Mazamet et à 20km au Nord-Est de Carcassonne.

   Coordonnées de l'abbaye :

43° 19′ 34″ N 2° 31′ 37.99″ E
 43.32611°  2.52722°

 

L'église 

     L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?

    Le but de ce blog est de montrer la richesse architecturale fortifiée datant du Moyen Âge. Évidemment, le château fort (entier ou en ruine) est l'axe principal de mes proses.

    Mais d'autres articles apparaissent, car pour se défendre, les hommes ont aussi construit des pont fortifiés, des églises fortifiées, des cimetières fortifiés et des abbayes fortifiées.

   Certains vont me reprocher ne n'avoir mis qu'une notation de 1/5 pour cette magnifique construction. L'architecture de l'abbaye de Caunes Minervois est extraordinaire mais ne montre que peu sur ses fortifications, justifiant ma note.

 

La découverte

    En arrivant dans le bourg, je me heurte à un haut mur rectiligne comportant de nombreuses fenêtres. Cette paroi transformée en habitation serait l'ancien rempart (à vérifier). J'erre lentement dans les ruelle et je m'engouffre dans l'avenue de l'abbaye.

Quel choc !

 

Rapide analyse

     Le chevet avec sa forme ronde avec ses colonnes romanes est magnifique. Il est le symbole des constructions du 11ème siècle. En arrière plan, le clocher méridional comporte sur 3 étages des baies géminées soutenues par des chapiteaux romans.

 Les angles droits et les formes rondes  se côtoient avec harmonie.

 

Le système défensif

    Je suis si ébloui par cette architecture si variée que j'en oublie le but de ma visite : Les fortifications défensives.

 C'est ainsi que je découvre une haute tour carrée avec de nombreux trous de boulin (voir vocabulaire). Au sommet, un crénelage primitif est, lui aussi, en harmonie avec cette construction millénaire.

 

     L'intérieur :

         Après avoir donné quelques piastres au guichet, je me retrouve entraîné dans une succession de salles toutes plus belles les unes que les autres. Je suis transporté dans un univers religieux qui n'est point le but de ce blog.

  Je ne vous narrerai pas ses splendeurs et vous invite à visiter cette abbaye dont les fortifications ne se livrent pas mais à l'architecture si pure.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 8ème siècle, l'ordre des Bénédictins fonde l'abbaye de Caunes.
* Durant 3 siècles, les donations permettent l'agrandissement progressif de l'abbaye.
* Au 11ème siècle, création du chevet.
* Au 12ème siècle, création du transept.
* Vers 1209, début de la terrible croisade des Albigeois.
* Au milieu du 13ème siècle, l'abbaye récupère des terres et biens des "hérétiques" (les Cathares).
* Au 14ème siècle, la nef est remaniée.
* En 1916, l'abbaye est classée aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'extérieur de l'abbaye est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

Mais où sont les systèmes défensifs ?

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 07:01

 

Département 30 - GARD

  La grise tour de me grise avec sa beauté médiévale

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Goudargues est située à 50km au Nord-Nord-Est de Nîmes, à 35km au Nord-Est d'Alès et à 15km au Nord-Ouest de Bagnols sur Cèze.

 

     Coordonnées du château :

44° 12' 12" N4° 28' 2" E
 44.2033604° 4.46731031°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* A moins d'un kilomètre au Sud de Goudargues, le hameau de La Bastide possède les traces d'un passé médiéval.

* Sur un rocher, au dessus des arbres, apparaît une tour carrée.

* Lentement j'approche pour mieux la sentir.

* Sentir !.... Comme souvent en notre siècle, ce sont les poubelles qui m'accueillent.

 

Elle est vraiment béton cette échauguette

Rapide analyse

* Dans un angle, un vestige d'échauguette me pose des questions.

Est elle d'origine ?

Ou est ce une reconstruction ?

* Bien que le mur soit cimenté le parement d'angle avec ses belles pierres taillées me semble d'origine.

 

La porte !

* En général, lorsqu'un Homo Sapiens en notre siècle crie "Le porte !", c'est pour nous quémander de sortir. Mais en ce lieu, c'est une invitation à la découverte.

* Accrochée à un mur cimenté qui ne semble pas épais, la porte me transporte dans le doute.

* Le crénelage est trop bas et semble trop récent.

* Point vraiment défensive cette entrée est.

 

 

 L'angle droit est son droit !La tour sans faire le tour

 * Je prends un peu de recul et....

..... Je me délecte.

 * La vieille tour médiévale s'offre à moi.

 * L'ensemble porte+tour s'enorgueillit de l'angle droit.

 * Moi qui suis plutôt un adepte des courbes (sur les damoiselles... hooo), j'avoue être heureux de déguster autant de "droiture".

 * La haute construction est accolée à un bâtiment moderne puis à un vestige de rempart.

 * Même si le 17ème siècle l'a affublé de modernes fenêtres, la vieille dame garde encore ses archères droites.

 * Pour que vous puissiez mieux comprendre ce château d'un autre âge et mieux l'admirer, je vous offre une vue du ciel.

 

        L'intérieur :

  Hélas, la porte ne s'ouvre pas. La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, la seigneurie est donnée en exploitation par l'évêque et Comte (voir titre de noblesse) d'Uzès à la famille Orniols.

* Au 13ème siècle, construction d'un puissant donjon carré.

* En 1436, François de Larque reçoit la seigneurie de monseigneur Bertrand III de Cadoène en échange de sa propriété de Sanilhac.

* Au 15ème siècle, le site est propriété de Jean Faret puis de Pons d'Oriols.

* En 1529, par son mariage, Jeanne de Maubuisson apporte la seigneurie en dot à Jean-François de Pèlegrin.

* En ce 16ème puis 17ème siècle, le site devient le centre de réunion des Calvinistes de la province.

* Au 17ème siècle, des nombreux travaux de modernisation et les reconstitutions partielles (type défensif) sont réalisés.

* En 1716, par mariage, la seigneurie est possession de René de Juges, Baron de Cadoine.

* En 1767, François de Cadolle est le nouveau propriétaire.

* Au 19ème siècle, Guillaume Guizot possède le château.

* Au 20ème siècle, durant la deuxième guerre mondiale, le château est occupé par des troupes Belges, Allemandes puis Françaises.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Hooo, que c'est beau un créneau en haut !

     
   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 07:40

 

Département 30 - GARD

  D'avance, je me lèche les babines tant cette tour paraît formidable !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Laurent d'Aigouze est située à 35km au Sud-Ouest d'Arles, à 25km à l'Est de Montpellier et à 11km au Nord-Est du Grau du Roi.

 

     Coordonnées de la tour :

43° 35' 32" N4° 12' 33" E
 43.592126° 4.209352999°

 

 

La tour : 

        L'extérieur :

Je dois montrer patte blanche

* Après avoir visité la merveilleuse cité d'Aigue Morte, mon destrier décide de prendre une petite route vers le Nord passant par les espaces lagunaires.

* Il trottine lentement et je me laisse bercer par l'air de la petite camargue.

* Soudain, après 3 kilomètres, mon omble stoppe et casse mes rêves.

* Au milieu de ce territoire des oiseaux, poissons et moustiques, une masse me barre la route.

Y a-t-il en ce lieu un péage pour votre Chevalier ?

 Une tour solitaire, belle comme un solitaire en diamant !

La défense Nord d'Aigue Morte

* Lorsque je ne comprends pas la raison d'une construction fortifiée, je consulte les cartes de Cassini.

* En observant le parchemin, je remarque que cette tour est la défense coté Nord de la seule route menant à la cité Royale d'Aigue Morte.

* A l'origine, il n'y avait pas de contournement sur les cotés. Pour rejoindre Aigue Morte, il fallait passer "à travers la tour" (et bien sur, s'acquitter un droit de passage).

* Ce n'est donc pas une tour mais : Une porte fortifiée.

* C'est donc avec respect et curiosité que j'approche cette construction historique.

 

La façade Sud ensoleillée

* La tour actuelle a moins de 13 mètres de hauteur.

* Sa base mesure 13m par 9m.

* Je suis surpris de la voir en si bon état alors qu'elle a subi de nombreuses attaques ainsi que les canonnades durant les Guerres de Religion.

* En l'observant mieux, je remarque des pierres de couleur et de forme différentes. La tour a été réparée de nombreuses fois.

* Les angles possèdent des vestiges d'échauguettes (voir vocabulaire).

* En haut de la tour, au centre de la façade, de curieuses traces apparaissent.

En devinez vous la fonction ?

* Ce sont les vestiges d'une bretèche défendant la porte d'accès à la tour.

* Le sommet et la base de la tour montrent encore des archères à étrier.

Voyez vous les multiples réparations proches de cette fente défensive ?

* Au sommet, je remarque une curieuse rupture dans le mur. Cet ébrasement extérieur (visible sur les 4 cotés) fut aménagé au 16ème siècle pour implanter des canons.

 Quelle fut la fonction de cette construction en encorbellement ?

La façade Est

* La façade coté Est comporte évidemment au sommet :

- Les traces des échauguettes,

- Les archères droites,

- Ainsi que l'ébrasement pour un canon.

* Au 1er étage, une baie a été bouchée.

* Cette ancienne ouverture n'avait pas la vue sur la route.

Etait ce une fenêtre

ou les latrines ?

 

La façade Nord

* La face Nord, donc dans l'ombre, est l'entrée à péage pour se rendre à Aigue Morte.

* Elle possède au sommet les mêmes caractéristiques architecturales que les 2 précédentes.

* Elle montre sur la droite une ancienne ouverture (porte ?) dont je ne m'explique pas la présence.

* Au centre, la construction en encorbellement ressemblant à des latrines devait être la bretèche protégeant la porte.

 

Les portes

Porte coté Sud

* Cette tour (qui n'en est pas vraiment une pour moi) possède 2 portes : Une de chaque coté.

* Ces 2 grandes ouvertures, permettant le passage de cavalier sur leur monture mais aussi des chariots et carrosses, sont identiques cotés Nord et Sud.

* Elles étaient fermées par un double vantail.

* Une herse était guidée par des rails encore visibles.

* Curieusement, je ne vois pas de trace de pont levis.

* Ma documentation affirme qu'un pont mobile en bois existait. Il se tirait pour entrer dans la tour. Hélas, aucun mécanisme ou glissière est visible.

Porte coté Nord

 

        L'intérieur :

 

Pour découvrir l'intérieur de cette tour-porte

veuillez cliquer ici.

 
 

Vais je voir un intérieur décoré ou dépouillé ?

     
   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 06:07

 

Département 30 - GARD

  Le blason va-t-il me révéler les secrets du château fort ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Durfort est située à 40km au Nord-Ouest de Nîmes, à 30km à l'Est de Le Vigan et à 8km au Sud-Sud-Ouest d'Anduze.

 

     Coordonnées du château :

43° 59' 27" N3° 57' 20" E
 43.99095467° 3.95555556°

 

 

Le château :

        L'extérieur :

Questionnement

* Parfois, en regardant le blason d'une commune, il est possible de deviner une partie de son histoire ou des propriétaires du site fortifié.

* Mais après de longues minutes, je suis dans l'inconnu.

* C'est donc un Chevalier dans le doute qui s'avance lentement.

 Une énigmatique tour médiévale

La découverte

 * Le bourg est posé une colline.

 * Sa forme circulaire ne laisse aucun doute sur ses origines anciennes et sa fonction défensive.

 * J'emprunte une entrée nommé : Le Pourtalet.

 * Chaque rue sent la pierre.

 * J'ai l'impression de marcher dans les ruelles d'un autre âge.

 * Soudain, mes poils se hérissent.

Voyez vous cette merveille ?

 

Rapide analyse

 * La tour a une base quadrangulaire.

 * Elle est construite en pierres à bossage.

 * A plusieurs mètres du sol, la tour possède une porte.

 * Sous la porte, les trous de boulin (voir vocabulaire) m'informent qu'une passerelle d'accès en bois existait.

 * Au dessus, les corbelets ont certainement porté un toit au dessus de la passerelle.

 * La fente au dessus ressemble plus à un puits de lumière qu'à une archère primitive. Depuis mon endroit d'observation, je n'ai pas les moyens de vérifier mes dires.

 * Le sommet me surprend. Il est difficile d'imaginer que la tour se terminait par une simple terrasse. Je ne vois aucune trace de corbeaux ni de consoles me permettant de supposer que crénelage et mâchicoulis existaient.

 * Tout en respectant la propriété privée, je contourne la haute construction.

 * Sur une paroi apparaît une ouverture avec un imposant ébrasement extérieur. Je pressens que puits de lumière cela est.

 

        L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle construction du château (à vérifier).

* En 1293, le dernier seigneur Durfort décède sans héritier. Le site appartient à l'évêque de Maguelone.

* En 1726, la seigneurie est possession de la famille Limery.

* En 1737, par mariage, le site appartient à la famille Cadolle.

* A la fin du 20ème siècle, le château appartient toujours à la famille Madolle.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du bourg et du château est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Hélas, par manque de passerelle, la porte est inaccessible

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article