Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 07:30
     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département 91 - ESSONNE

 J'ai le césame pour ouvrir cette porte

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Villeconin est située à 35km au Sud-Ouest de Paris, à 25km au Sud-Est de Rambouillet et à 8km à l'Est de Dourdan.

   Coordonnées du bourg

48° 30' 49.745" N 2° 7' 24.618" E
 48.513818°  2.123505°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

S'agit-il d'un manoir, d'un château, d'une ancienne maison-forte?

   Peu importe. A part les ouvertures qui ont été percées dans les façades de son corps de logis principal, au 16ème siècle, ce magnifique ensemble a conservé son architecture médiévale d'origine.

     En face de l'église paroissiale, une longue allée pavée nous en fait découvrir la façade Nord : Son grand corps de logis conforté par un grand pavillon à base carré.

   Une petite aile d'équerre adossée à une tour de guet et des constructions de dépendances fermant la cour d'honneur.

  Voyez vous les systèmes défensifs ?

La façade sur le parc

    Une fois franchie la cour d'honneur, on découvre la façade sud donnant sur le parc. L'aspect en est sévère et exprime le caractère défensif des lieux.

   Sur un soubassement et entre les chaînages d'angles en grès, la maçonnerie de remplissage est faite de pierre massive sans enduit. D'étroites fenêtres s'ouvrent sur le parc.

    Le gros pavillon carré a conservé ses mâchicoulis. Il est pratiquement aveugle, comme la tour ronde coiffée d'un toit en poivrière.

  Voyez vous la porte fortifiée ?

La façade Ouest

    Poursuivant le tour extérieur du château, nous abordons sa façade Ouest qui était primitivement celle d'accès au domaine.

   Cette mystérieuse importante tour carrée en était finalement le portail, précédé d'un pont-levis sur des douves, alimentées par la "Misère" qui se jette un peu plus en aval dans la Remarde.

  Du pont-levis, ne subsistent que les rainures dans la maçonnerie abritant ses bras de levage.

     Deux entrées en plein cintre, l'une piétonnière et l'autre cochère, donnant maintenant accès à un escalier.

 Les douves (voir vocabulaire ) en eau ont, elles, subsisté et concourent au charme des lieux.

 

Accès Nord

   Revenons à l'accès nord du château qui se fait maintenant par un charmant pont en maçonnerie, jeté au-dessus des douves en eau, omniprésentes à Villeconin.

  Quel honneur d'être dans la cour d'honneur

La cour d'honneur

   La sobriété de la cour d'honneur préserve l'esprit de la destination primitive des lieux : une maison-forte.

   Cette cour est certes davantage ouverte maintenant sur l'extérieur, mais tout en conservant son authenticité.

  Remarquons les longues lisses horizontales en légère saillie sur cette maçonnerie de pierre blonde.

    Les dépendances établies dans l'angle Nord-Est de la cour ont été traitées avec des matériaux identiques.

 

Le jardin

   Sobre est également la décoration végétale des abords : Un parterre de pelouse et de buis taillés le long de la façade sud et des massifs de plantes vivaces, ça et là, au détour des rives de la "Misère". Ce domaine de Villeconin est réellement un enchantement.

 

    L'intérieur :

      La propriété est privée et ouverte à la visite quelques semaines par an. Il est impossible de réaliser des photos de l'intérieur.

Sachez que chaque salle est un plaisir des yeux.

  La découverte avec les propriétaires apporte un charme unique.

 

 

Histoire du château :

* En 1390, au cœur même de la guerre de Cent Ans, Jean de Montagu, surintendant des Finances de Charles VI (voir liste des rois), fait construire cette maison forte, ceinturée de douves.

* En 1409, Jean de Montagu est décapité sur ordre de Jean-Sans-Peur. Château et terres sont sequestrés

* En 1422, la seconde fille de Jean de Montagu épouse Jean de Malet, seigneur de Graville. Le famille de Graville récupère le château de Villeconin.

* En 1542, François Ier achète le fief pour son fils illégitime, Nicolas d'Estouteville.

* En 1545, Estouteville meurt en duel.

* En 1567, la famille de Cochefilet achète le château et le modernise pour en améliorer l'habilité.

* A partir du 17ème siècle, le château voit de nombreux propriétaires se succéder.

* En 1659, le fief appartient à la famille Mérault.

* Au début du 18ème siècle, la famille Talaru devient propriétaire.

* Vers 1792, les révolutionnaires récupèrent le château et le vendent à la famille Renaud. Le château est le siège d'une exploitation agricole.

* En 1926, la "ferme" est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1932, la famille de Jouvencel, lointaine parente de celles des Cochefilet et Talaru, achète le domaine et réhabilite le château et son parc.

* Au 20ème siècle, la dernière représentante de la famille Valentine, épouse le Comte (voir titre de noblesse) de Longevialle. Cette famille devient, jusqu'à nos jours, propriétaire du château en y apportant tous ses soins et en l'ouvrant à la visite.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est possible après un droit de passage en pièces sonnantes et trébuchantes. Renseignez vous sur les horaires et jours d'ouverture.

 

L'architecture médiévale n'a point été gommée par les siècles

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux d'Ile de France

Vers Menu châteaux de l'Essonne

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 07:30
     
michel-j-01  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02 

Département :    78 - Yvelines
Entrons dans la cour d'une hôtel de prestige
Le bourg :
    Situation :   (--> le voir sur une carte)
     Le bourg de Villiers le Mahieu est situé à 50km au Sud-Est de Evreux, à 40km à l'Ouest de Paris et à 25km au Nord-Ouest de Versailles.

   Coordonnées du château :

48° 51′ 34.067″ N 1° 46′ 8.756″ E
 48.859463°  1.769099°


Le château:
       L'extérieur :
Où est il ?
    Pour trouver le château dans cette région de plaines, il suffit de suivre les panneaux. Cette magnifique construction est aujourd'hui un Château-Hôtel de Prestige.

   Entièrement entouré de douves (voir vocabulaire) en eau, le château de Villiers-le-Mahieu est une ancienne forteresse médiévale du 13ème siècle.

 

La découverte 

  On aborde le château par une grande allée bordée d'une double rangée d'arbres.

      La façade coté Est n'est pas la plus attrayante :

  Une entrée, fortifiée par deux tours jumelles, enserre un corps central qui devait abriter :

- Le poste de garde,

- Le logement du gardien.

   De part et d'autre, deux ailes à rez-de-chaussée et un étage sont couvertes par des toitures en tuiles plates. Elles sont couvertes par des toitures en tuiles plates.

  Notons que la pierre de taille n'est pas le matériau courant dans le Mantois. Elle est réservée aux chaînages et aux encadrements de baies, le surplus étant réalisé en moellons destinés à être enduits au mortier de chaux.  

 Tours d'angle coiffées de poivrière 

L'arrière du château

    Faisons le tour de cette construction, remaniée au cours des siècles et qui ne revendique aucune authenticité, mais dont cependant la réhabilitation a été intelligemment réalisée en respectant son aspect médiéval du 13ème siècle, tout en s'inscrivant merveilleusement bien dans son environnement rural.

    L'eau est omniprésente, provenant des sources et petits ruisseaux qui irriguent la campagne environnante.

    L'ensemble des bâtiments est, du reste, cerné de douves en eaux sur ses quatre cotés, franchies par des petits ponts de pierre.

    Les longs corps de bâtiments se trouvent flanqués aux angles par des tours circulaires coiffées de toits à poivrières.

 

L'eau : Le miroir du château

    Les façades se reflètent dans de larges douves en eau.
   On peut imaginer que leurs parties basses correspondent aux fondations de la forteresse d'origine.
  Très judicieusement, on s'est gardé d'enduire les murs en moellons pour préserver la rusticité de l'ensemble.

  Les belles statuts du 18ème se mirent dans l'eau

La végétation adoucit la rudesse médiévale

    Il ne fait guère de doute que cette façade sur le parc devait être close de murs dans son état d'origine.
Elle se trouve maintenant généreusement ouverte sur le parc arboré où l'on accède par ce charmant pont de pierre.
     La rusticité des façades a été adoucie par cet habillage végétal de vecchi.
  Les sculptures, les buis soigneusement taillés, les essences à feuillage persistant confèrent à cette cour d'honneur un aspect calme et reposant.

  Ces statues qui se mirent dans les douves sont un probable apport du 18ème siècle.

 

C'est déjà la fin

    Nous achevons cette visite par un retour sur la façade d'accès qui, à l'instar des autres, se mire dans l'eau des douves et où le pont de pierre a pris la place d'un probable pont-levis.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié par le seigneur de Villiers-le-Mahieu, Hugues de Maizelan.
* Passant de mains en mains au fil des siècles suivants, il devient la propriété de la famille de Claude de Bullion, Surintendant des Finances de Louis XIII (voir liste des rois).
* En 1642, c'est le fils de Claude de Bullion, Claude, Marquis d'Attilly qui fait reconstruire le château. Il semble qu'il ne l'ait cependant conservé que peu de temps si l'on se réfère à un registre de l'état civil du temps de Louis XIV qui fait apparaître comme propriétaire Messire Philippe de Cuisy, Secrétaire du Roy. 
* A la fin du 18ème siècle, c'est un conseiller du roi Louis XVI, Nicolas de la Haye qui s'en rend acquéreur.
* Puis le Baron Caruel de Saint-Martin sous le second Empire.
* Suivi du docteur Velter qui acheta le château en 1919.
* Et du Comte de Rohan-Chabot qui entreprit d'importants travaux de restauration de 1965 à 1970.
* C'est lui qui donna au château son aspect actuel, dans lequel séjourna le peintre Bernard Buffet de 1971 à 1979.
* Le château est, depuis 1980, la propriété de M° Jean-Luc Chauffour qui réalisa les travaux nécessaires pour lui donner sa vocation actuelle de Château-hôtel de Prestige.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est possible avec discrétion. La visite des entrailles est possible à condition de prendre une ou plusieurs chambres.

 

  Pour plus d'informations, veuillez consulter le site officiel du château.

 

Château-hôtel entouré de douves

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 78 Vers Menu châteaux des Yvelines
Repost 0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 06:30

 

Département :  95- VAL d'OISE

 

Le bourgAu sommet du bourg, le ruine surveille les voitures du parking

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Beaumont sur Oise est à 20km au Nord-Est de Pontoise et à 30km au Sud-Ouest de Senlis.

   Coordonnées du château :

49° 8′ 38″ N 2° 17′ 11″ E
 49.143889°  2.286389°

 

Le château :  

        Avec la construction effrénée d'habitations dans la périphérie de la Capitale, avec l'explosion démographique et l'envie de faire du nef au 19ème siècle puis après guerre, j'imaginais que peu de vieilles ruines poussiéreuses et dangereuses avaient résisté dans les mégapoles Parisiennes.

     Vous comprenez ma surprise en voyant cette beauté sur les hauteurs de Beaumont sur Oise.

 

  L'extérieur :

Le rempart
      Bien que partiellement arasé le rempart offre une belle image de son glorieux passé. Les tours rondes du 13ème siècle ne comportent plus de mâchicoulis ni de créneau (voir vocabulaire), mais impressionnent par leur puissance.
    Les pierres sont asymétriques, peu jointives et pauvrement taillées. C'est surprenant pour une forteresse stratégique pour la défense de Paris.

Est ce du à de nombreuses reconstructions ou à une consolidation rapide entre chaque bataille ?

  Le mur d'enceinte comporte des pierres de couleurs et d'origines différentes (surélévation ou reconstruction ?). Sa faible hauteur ne permet pas de savoir si des archères existaient.

 

Le donjon rectangulaireLe donjone n'a que 3 mètres de haut, mais quelle puissance !

   Le donjon est situé dans l'enceinte. Pour comprendre l'architecture globale, je vous propose ce plan en perspective.

     Ce devait être une construction très imposante pour l'époque. Avec ses dimensions (27m x 19m), c'était un donjon habitable. Si les textes affirmant qu'il mesurait 37 mètres de haut sont vrais, ce donjon était aussi un symbole de pouvoir. 

   Avec ses contreforts plats (5 d'un coté et 3 de l'autre), il ressemble beaucoup aux constructions fortifiées du 12ème siècle.

   Ce donjon est construit avec des pierre calcaire de taille régulière (33 cm). Quelques archères droites sont visibles coté Nord.

    Évidemment, les aménagement des siècles ont créé des ouvertures peu médiévales.

   Avec un peu d'attention il est possible de voir des marches d'escalier dans une tour (?) intérieure.

  Le vide est derrière chaque porte

    L'intérieur : 

       Hélas, le jour de ma venue le site n'était pas ouvert à la visite. Il me faut donc voler les images depuis les fenêtres et fentes. 

   Il est difficile d 'imaginer les salles de l'époque médiévale car 800 ans de modification guerrière ont changé l'architecture, et je doute que cet intérieur ait eu autant d'ouvertures à sa construction. 

   Malgré toute l'attention que je porte à cette ruine et aux jumelles qui améliorent ma vision des détails, je ne distingue que des pierres sans décors, comme dans une caserne.

 

 

Histoire du château :

* En 953, un château en bois sur motte semble existé, certainement construit par Yves "l'ancien" au Pecq.
* Au 12ème siècle, un donjon en pierre est construit par le Comte (voir titre de noblesse) Mathieu Ier de Beaumont. Le site contrôle le passage de l'Oise vers Paris.
* Au 13ème siècle, une fortification entoure le site.
* En 1226, Louis IX (voir liste des rois) devient Comte de Beaumont et séjourne un temps au château..
* En 1346, il semble qu'un incendie se déclare suite à une bataille de la guerre de Cent Ans.
* En 1358 (?), une partie de la fortification est détruite lors de la révolte des Paysans du Beauvaisis.
* En 1403, réfection des fortifications par les maîtres d'oeuvre de Louis d'Orléans
* En 1411, la milice de Paris s'installe au château (?).
* En 1420, de nombreux assauts sont lancés contre le château.
* En 1422, le Duc de Bourgogne abandonne la forteresse aux Anglais. Il fait détruire les remparts avant.
* En 1432, nouvelle démolition du château sur l'ordre du Duc de Bedford.
* En 1590, le château, aux mains des ligueurs, est assiégé par les troupes du roi de France Henri IV (voir liste des rois).
* En 1708, le château appartient à la famille Bourbon-Conti.
* En 1814, le château partiellement arasé et en mauvais état n'est plus une place militaire.
* En 1888, Emile Zola découvre les ruines du château de Beaumont sur Oise. Il s'en inspire pour l'écriture de son roman : "Le Rêve".
* En 1984, des fouilles sont entreprises.
* En 1999, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte des ruines depuis le parking et le sentier est libre et gratuite. Les bâtiments n'étant pas complètement sécurisés, la visite de l'intérieur n'est possible qu'à certaines périodes. Renseignez vous. Et surtout restez couvert indique ce panneau.

Voici une ruine bien .... ruinée donc interdite

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 95 Vers Menu châteaux du Val d'Oise
Repost 0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 07:30

 

 
Département :   95 - VAL d'OISE 

 

 

Le bourg :

    Situation :    (--> le voir sur une carte)

      La commune de Luzarches est située à 20km au Sud-Ouest de Senlis et à 30km au Nord-Est de Pontoise.

   Coordonnées de la porte :

49° 6' 45" N2° 25' 13" E
 49.11251 2.420385

 

 


Le château :

       L'extérieur :

La découverte

* En arrivant dans ce bourg je suis de suite dans une ambiance "médiévale" grâce au blason apposé sur les panneaux de signalisation (et sur quelques poubelles ).

* Le plus dur reste à faire, trouver des indices médiévaux et ce qui ne facilite pas la quiétude, je suis pressé.

* Je sollicite quelques Luzarchois aussi pressés que moi et enfin, je suis dans la bonne rue. Au bout, le soleil médiéval de la Porte Saint Côme va illuminé ma fin de journée.

 

 
De curieux habitats

* Contrairement aux nombreux autres vestiges médiévaux isolés et perdus que je vous montre, cette tour-porte s'intègre dans les habitats modernes.

* En avançant je constate qu'elle garde des traces de constructions anciennes.

Magnifique contraste !
 

* Comme moi, vous êtes sous le charme de ces poutres posées sur des consoles ainsi que les étages en encorbellement.

 


Les défenses

* Mais "chevalier des fortifications je suis", il me faut regarder la tour.

* Au sommet, il y a les créneaux aujourd'hui couverts et les mâchicoulis (voir vocabulaire) aujourd'hui bouchés.

* Quelques archères en croix bouchées et très remaniées au 19ème siècle  assuraient la défense au loin.

* Évidemment comme toutes les portes de cette époque, il y a les emplacements pour le guidage de la herse et au dessus, l'efficace assommoir.
 
* Je traverse la tour-porte espérant trouver d'autres indices médiévaux.

* Hélas, l'autre face a été très "ravalée".

* Je "ravale" donc mon enthousiasme , et je repars vers une autre aventure.

 

 
       L'intérieur :

    Le site est une propriété privée non visitable.
 

 

 

Histoire du château :  

* Au 13ème siècle (?), construction des remparts.

* Au 19ème siècle, les architectes embellissent et réaménage les remparts et monuments médiévaux dont la Porte Saint Côme.

* En 1997, une courte scène du film "Les visiteurs - les couloirs du temps" est tournée.

* En 2009, l'ensemble de l'ouvrage porte et façade à pans de bois a été restauré. Le site a reçu le label de la fondation du Patrimoine.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre à l'extérieur. La tour-porte est une propriété privée non visitable.

 

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 95Vers Menu châteaux Val d'Oise
Repost 0