Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 07:30

 

Département :   40 - LANDES
 

 

Le bourg :

Là haut, sur la colline, je vais siffler !  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le village de Bergouey est situé à 10km à l'Ouest de Hagetmau, à 28km au Sud-Ouest de Mont de Marsan et à 8km au Sud de Mugron.

  Coordonnées :

43° 40′ 10.92″ N 0° 43′ 11″ W
 43.6697°  -0.719722°

 

L'église :

    L'extérieur  :

L'approche

     Par sa hauteur, l'église est très souvent le bâtiment le plus visible dans un petit bourg. Celle de Bergouey, en plus de son clocher, est posée au sommet d'une colline.

La voyez vous ici ?

  Je vous sens dubitatif. Je me rapproche donc pour que vous la dégustiez.

 

Quelle puissance rustique

    Voilà une église Romane comme j'adore. Ce n'est pas une construction Gothique avec des gargouilles sculptées et des flèches ciselées cherchant à toucher le ciel. Je suis en face d'un robuste bâtiment.

    Les murs sont en moellon de garluche "Plio-Quartenaire" (je ne suis pas savant, c'est marqué dans mon fascicule  ) et en galets ferrugineux. Des contreforts, certainement apposés au 14ème siècle, sont en calcaire du Lutétien supérieur (dixit mon prospectus). 

Une église accrochée à un donjon médiéval

 

Les défenses 

     Un rempart entoure la construction, il ne semble pas être très dissuasif à notre siècle, mais des années de terre accumulée à sa base ont diminué sa hauteur relative.

  Il y a bien sur le puissant clocher-donjon carré. Ses dimensions le rendent  habitable et apte à la défense. Il est dépourvu d'archère (voir vocabulaire) ou de fente de tir, mais possède au sommet des ouvertures. Pour éviter d'être atteint par des flèches ennemis, elles étaient certainement obstruées par un mantelet en bois.

 

    L'intérieur :

        Souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Mais elle a une très bonne raison pour ne pas être accessible, l'église se refait une beauté.

   Si elle avait été ouverte, j'aurais vu une sculpture de Saint Loup (Saint Leu) avec son loup. Ce personnage est très "prisé" dans ce village puisqu'une fontaine proche de l'église lui est dédiée.

    Je me console en admirant le paysage vallonné.

Qui a dit que le département des Landes est plat ?

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du Moyen Âge, le village dépend de la famille : Lataulade.
* Au 12ème siècle, construction de l'église.
* Au 14ème siècle, renforcement de l'église .
* Au 18ème siècle, ouverture d'une porte au rez de chaussée de la tour.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église Saint André est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher est interdite. 

Quel panorama vallonné !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux et églises des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 07:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Le bourg de Biarrotte est situé à 10km à l'Ouest de Peyrehorade proche de la N117.

Coordonnées du bourg :

43° 33′ 43″ N 43.561944°
 1° 16′ 15″ W  -1.270833°

 

Préambule :

   Il m'arrive parfois des échecs :

* Soit parce que ma documentation date un peu,

* Soit parce que des reconstructions récentes suppriment les traces de la ruine

* Soit la construction médiévale est détruite car elle est devenue dangereuse..

     Pour cette découverte Landaise, ma documentation ne datait que de 2 ans et une église ne disparaît pas subitement. Il y a donc un mystère dans mon analyse de ce site (et dans ma documentation).

   Puisque bizarrerie il y a, j'ai donc créé un article bizarre avec une présentation peu classique sur mon blog.

 

L'église :

    L'extérieur  : 

Pourquoi suis je ici ?

      D'après mon dictionnaire des châteaux du Sud-Ouest, le petit bourg de Biarottes dans les Landes posséderait une église fortifiée. J'avance donc vers une masse blanche avec un clocher-mur.

    De loin, l'église ressemble aux classiques constructions religieuses de notre pays. Celle-ci est certes massive, mais pas dissuasive pour un attaquant.

L'enquête commence en ce jour peu ensoleillé !

 

La recherche d'indice

 

Biarrotte : Joli clocher-mur


  * Depuis la place du village, l'imposante église trône fièrement.

 

  * Le clocher-mur accueille de belles cloches qui doivent encore sonner le dimanche.

 

  * Mais cette vue ne montre pas de défense.

 

 

Biarrotte : Haute tour, curieux pour une église


  * La haute tour surprend pour une église.

 

  * A t elle desservi un étage de défense ?

 

  * La tour était elle LE système de défense de cette église landaise ?

 

Biarrotte : Immense parait cette église


  * Aucune trace de défense, je désespère !

 

  * Aucune bretèche (voir vocabulaire) au dessus des portes.

 

Biarrotte : Mais où sont les défenses ?


  * Des bâtiments (sacristies ?) ont été construits contre l'église.

 

Biarrotte : Nombreux contreforts


  * Les contreforts sont nombreux.

 

  * Le chevet est puissant.

 

  * Les fenêtres supérieures de style Gothique faisaient elles parties du système défensif ?

 

Biarrotte : Plusieurs siècles d'architecture sont visibles


  * Les architectures Romanes et Gothiques se côtoient avec harmonie.

 

    L'intérieur  :

  Incroyable !... L'église est ouverte le jour de ma découverte (Il y en a tant fermées en ce 21ème siècle que je ne l'espérais pas).

 

Biarrotte : Délicates ambiance médiévale

  *** En entrant, Je suis surpris. Cette stupéfaction est dûe à la nef unique et ogivale

 

  * Mais c'est l'abside semi-circulaire qui est le trésor de cette église.

 

 

 

Biarrotte : Quelle lumière !


 

  * Malgré la surélévation, le choeur ne trahit pas son origine Romane.

 

  * 4 grands piliers s'ornent de feuillages et têtes sculptées.

 

  * Les croisées d'ogives sont magnifiques.


  Histoire de l'église :

  • * Au 12ème siècle, construction de l'église.
  • * Au 15ème siècle, aménagement de l'église (Portail et 5 fenêtres).
  • * Au 20ème siècle, un crépi est apposé sur les pierres.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Etienne de Biarrotte) est libre et gratuite depuis la place du village. La découverte de l'intérieur est possible, mais la visite des "tours" est interdite.


Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 07:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Cette église comporte t elle des défenses imprenable ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Villeneuve de Marsan est situé à 15km à l'Est de Mont de Marsan.

    Coordonnées du bourg :

43° 53′ 38″ N 0° 18′ 19″ W
 43.893889°  -0.305278°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    Au bout de la rue du Mirailh apparaît une imposante construction toute de briques vêtue. C'est l'église Saint Hippolyte. Avec ses dimensions, je peux affirmer que c'est la plus grande élise fortifiée que j'ai vue depuis des années de recherche.

Mais, est elle vraiment fortifiée ?

 

L'enquête commence

    Rapidement, je n'ai aucun doute sur sa fortification. La façade comporte de nombreuses archères fines et sans ébrasement extérieur. Trois sont visibles ici et d'autres semblent se cacher dans les retraits de chaque coté du porche.

    Des historiens en architecture pensent qu'une bretèche (voir vocabulaire) protégeait la porte, mais je ne vois aucune trace.

 

J'ai des doutes

    En contournant l'église, je suis surpris par l'absence de transept (mais je ne suis pas venu pour découvrir les caractéristiques architecturales d'une église mais pour voir ses défenses).

   Le plus frappant ce sont les nombreux contreforts à larmier hauts et puissants. Cette construction parait invulnérable. Pourtant je distingue une faille. Les fenêtres situées très bas fragilisent cette invulnérabilité apparente.Les villageois ne seraient donc pas en totale sécurité enfermés dans la nef de l'église.

 

Enfin, je vois les défenses

    Il parait impossible que seule la façade soit fortifiée. Je lève la visière de mon heaume et je repars à la chasse aux indices..... Incroyable, j'ai trouvé !

Voyez vous cette merveille ?

    Je ne suis pas en admiration devant les contreforts mais devant les ouvertures sous le toit ainsi que les archères. Il y a donc une salle de repli avec chemin de ronde au dessus de la nef unique.

   Mais une questionne me titille.

Pourquoi y a-t-il une différence de construction et de couleur entre les ouvertures ?

Sont ce les traces d'un crénelage ayant été obstrué

pour créer une salle de repli ?

 

    L'intérieur  :

  La porte de l'église est ouverte et je tente une approche de Chevalier Médiéviste. Les défenses n'étant pas visitables, je ressors rapidement pour une autre aventure.

 


Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle (?) , construction d'une église.
* Au 14ème siècle, le bas des fenêtres est muré permettant la réalisation de peintures à l'intérieur de l'église.
* Au 15ème siècle, un grand oeil de boeuf est aménagé dans le mur Est.
* Au 16ème siècle, des peintures sont apposées sur les murs.
* En 1834, des travaux sont réalisés sur la façade suite à l'effondrement d'une échauguette.
* En 1873, un campanile couronne le clocher.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Hippolyte) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

2 archères dans un chemin de ronde

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 07:30

 

Département :  40 - LANDES

Le bourg :

Des remparts, il ne reste que des vestiges pour notre imaginaire   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Mont de Marsan est situé à 50km au Nord-Est de Dax, à 150km au Nord-Ouest de Tarbes et à 135km au Sud de Bordeaux.

   Coordonnées du bourg :

43° 53′ 29″ N 0° 29′ 58″ W
  43.891389°   -0.499444°

 

Les remparts :

    L'extérieur  :

Curiosité

    Dans certaines brochures Mont de Marsan est appelé : La ville aux 3 rivières. 

Incroyable n'est il pas ?

   En réalité, il existe bien 2 rivières nommées Douze et Midou. En se rencontrant les hommes ont appelé la "nouvelle" rivière : La Midouze.

Donc, 3 noms = 3 rivières.

    Évidemment, un confluent (dans la province du Marsan) est propice à la création d'un bourg puisqu'il est protégé naturellement par 3 cotés. C'est ainsi que naquit ce qui devint : Mont de Marsan.

 

Plan de Mont de MarsanUn plan très curieux pour une cité fortifiée

   Pour comprendre la description de ce bourg, il est important d'analyser sa carte à la fin du Moyen Âge.

Légende :

   A - Maison Romane,

   B - Maison Romane,

   C - Château Nolibos,

   D - Église Sainte Madelaine,

   E - Maison Romane,

   G - Château Vieux,

   H -Cordelière,

  P1 - Porte de Roquefort,

  P2 - Porte d'Aire,

  P3 - Porte de Saint Sever,

  P4 - Porte du Port,

  P5 - Porte Campet. 

 

La découverte

    En descendant au rythme de la rivière Midou, j'arrive à proximité de murs consolidés, vestiges des remparts de la cité. Quelle sensation d'approcher des murs ayant vu Gaston Phoebus et le futur roi Henri IV.

  C'est donc avec respect que je m'approche de ce mur. Ce n'est évidemment pas le tag sur la porte du garage (certainement un plaisir pour le Chercheur d'Empreintes) qui m'attire, mais les blocs de pierres.

 

Les remparts

    Mont de Marsan n'est évidemment pas Carcassonne, ni le belle petite cité de Larresingle , mais voir un rempart de 800 ans ayant su évoluer doucement puis attirer le regard de personnages illustres est un vrai plaisir.

    Les pierres ont des tailles et dimensions différentes entre la base et le sommet. Le plus étonnant et l'absence d'archère, de mâchicoulis (voir vocabulaire) ou de crénelage. Je suppose que le rempart devait être beaucoup plus haut.

 

Le doute

   Les murs, bien que passionnants pour un amateur de pierres, ne me satisfont pas. Et je commence à douter de la présence de vraies constructions habitées et fortifiées. c'est l'oeil vide et a vue basse que j'erre le long de la rivière quand soudain, venue de nulle par, une femme m'interpelle :

"Chevalier, aie confiance dans ton chemin qui te mènera vers le panneau !"

   Ma muse (qui est avant tout une femme) ayant toujours raison (n'est ce pas mesdames), m'a guidé vers le panneau.

 

Système défensif et fenêtres de confort !Le Donjon Lacabaye

    Bien que partiellement caché par une construction parallélépipédique avec de curieux corbeaux, le Donjon de Lacabaye apparaît, puissant et distingué, haut et pourtant si trapu, défensif et si habitable.

Que de contrastes !   Les ressentez vous ?

   En regardant rapidement la façade Nord, ce donjon ressemble à une maison médiévale avec ses belles fenêtres trilobées à colonne centrale. J'imagine aisément une belle à sa fenêtre guettant "mon" retour de la chasse.

  Mais en observant bien cette construction en 2 parties, des systèmes de défense apparaissent. Ils encadrent les fenêtres et se déclinent sur plusieurs hauteurs en décalé

  Cette architecture est fascinante car elle est harmonieuse même dans les positions des archères.

 

Le Donjon Lacabaye (encore)

Quelle physionomie montre le donjon sur les autres faces ?

 1 - La face Est est très austère. Y avait il un bâtiment accolé ?

 2 - En tentant de regarder la façade Sud, je découvre qu'elle domine la rivière (derrière les arbres à gauche). La fonction de défense me parait enfin plus logique.

 3 - En descendant proche de la rivière, j'observe la face Ouest. Des fenêtres récentes égaient un peu ce haut mur curieusement sans archère.

    Comme moi vous avez certainement été surpris par le manque de mâchicoulis, latrines, bretèche au dessus des portes, trou de boulin et corbeau pour soutenir des hourds (voir vocabulaire). Surpris je suis et aucune raison je peux vous apporter.

 

Maisons médiévales

   Le bourg possède quelques belles maisons médiévales, certaines en ruines (repère E) et d'autres toujours fringuantes (repère B). Mais ce blog n'étant pas un prospectus touristique, je n'en donnerai aucune description

 

    L'intérieur :

       Les remparts n'étant que de simple mur, il n'y a pas d'intérieur à visiter. Le donjon de Lacatayes est visitable gratuitement. Je ne vous montrerai aucune photo de son intérieur pour que vous ayez la surprise des sculptures et de l'ambiance.

 

 

Histoire simplifiée du bourg et des fortifications :

* En 1130, un château fort est bâti au milieu des 2 rivières par P. de Lobonner, Vicomte (voir titres de Noblesse) de Marsan.
* Au 12ème siècle, construction des remparts entourant la ville.
* A la fin du 13ème siècle, construction au Nord-Est des remparts d'une maison forte; (Elle sera nommée un siècle plus tard : Le Château Nolibos). Elle est acheté par Marguerite de Moncade, fille de Gaston VII, Vicomte de Béarn.
* Au 14ème siècle, amélioration des défenses du rempart.Construction d'une maison forte nommée aujourd'hui : Le Donjon de Lacataye.
* Vers 1380, Gaston Phoebus (de son vrai nom Gaston III de Foix Béarn), Vicomte de Marsan, fait restaurer le château Nolibos.
* En 1585, Henri IV (voir liste des rois) fait construire un bastion (nommée : La Grande Tenaille) pour protéger la porte Est nommée : Porte Roquefort.
* Au 17ème siècle, sur ordre du Roi de France Louis XIII, le château Nolibos est détruit.
* Au 18ème siècle, pour agrandir la ville, une grande partie des remparts sont détruits dont les 5 portes fortifiées.
* Au 19ème siècle, le "château vieux" (ainsi que de nombreux bâtiments fortifiés) sont détruits. Le "château vieux" sera remplacé par le théâtre et les halles.
* En 1860, Antoine Lacaze, maire de Mont de Marsan et propriétaire du "Donjon" (la tour de Lacatayes), fait don de ce bâtiment médiéval à la ville pour loger les soldats.
* En 1875, les militaires déménagent à la caserne Bosquet. La tour devient successivement :

- Un pensionat de jeunes filles,
- Un centre de gymnastique,
- Un atelier municipal.

* En 1968, Charles Lamarque-Cando, maire de Mont de Marsan, transforme ce lieu en musée pour 2 sculpteurs régionaux :

- Charles Despiaux,
- Robert Wlérick.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et des constructions fortifiées est libre et gratuite. La visite du donjon devenu musée est gratuite.

 

Le donjon est magnifique sous tous les angles de vue



  Vers Menu
châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 06:30


Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Mince et haute semble être cette église   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Beylongue est situé à 28km à l'Ouest-Nord-Ouest de Mont de Marsan et à 10km au Sud-Est de Morcenx.

   Coordonnées du bourg :

43° 55′ 23.46″ N 0° 49′ 46.22″ W
 43.923183° -0.829505°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

     En arrivant dans le village, je suis frappé par la faible largeur de l'église en comparaison à sa longueur. L'absence de transept augmente cette sensation.

   Le choeur d'architecture Romane est  semi-circulaire. Il possède 4 fins contreforts. La corniche comporte de jolis modillons sculptés. Mais je ne distingue aucune trace de fortification ni de défense.

Faut il que je sorte ma loupe de Sherlock Holmes ?

 

   L'enquête commenceUn donjon-clocher coincé entre 2 bâtiments. Curieux n'est ce pas !   

 En me décalant, je reçois un choc !

1 - L'église comporte trois bâtiments d'architecture et d'époque différents.

2 - Une puissante tour carrée est accolée à l'élégant bâtiment semi-circulaire.

3 - La porte de l'église est curieusement implantée dans ce que je pensais être le choeur.

4 - La construction au fond à gauche (certainement la nef) est de facture plus récente et d'architecture sobre.

 

Je me lance dans une théorie  :

A - L'église originale (à droite) devait être petite.

B - La tour devait être la nef originale, certainement remaniée quelques dizaines d'années plus tard.

C - La porte devrait être au bout de cette tour.

D - Avec l'augmentation des fidèles, l'église est agrandie laissant un clocher-donjon au centre.

E -Le bâtiment ajouté étant devenu le choeur de cette nouvelle église, la porte actuelle a été ouverte dans l'ancien bâtiment Roman.

Ces élucubrations (extraordinaires et sans faille  ) ne me font pas avancer dans la recherche des systèmes défensifs. 

 

  Voilà enfin les défensesSimple et élégante est cette église

     Comme moi, vous avez vu la puissance du clocher-donjon avec ses ouvertures en haut (chemin de ronde). Mais les plus importantes découvertes sont sur le long bâtiment..

* D'abord il y a les ouvertures classiques du chemin de ronde, avec certainement une grande salle de repli.

* Puis une fente verticale et surtout un vestige de bretèche (voir vocabulaire). Récemment, elle servait à abriter une cloche dont le mécanisme était utilisé depuis la sacristie. Cette "verrue" est moderne et ne faisait pas partie de la construction défensive. Évidemment, vous avez compris que la porte d'entrée de l'église était sous la bretèche (il y a plusieurs siècles).

* Enfin, au bout de l'église, le mur arrondi possède des fentes de tir non alignées. Cette curiosité se reproduit symétriquement sur l'autre face.

Y avait il 2 niveaux de tir sur le chemin de ronde ?

     Vous imaginez bien que l'autre coté de ce bâtiment comporte des fentes de tir et des ouvertures de type crénelage.

Quel régal !

  Je suis si fasciné que je tourne 4 fois autour de cette église fortifiée.

 

    L'intérieur  :

       Souvent au 21ème siècle, les églises ne sont pas ouvertes. Celle-ci ne déroge pas à la règle, la visite des entrailles est impossible.

  (En réalité, j'ai visité l'intérieur, grâce au concours fortuit d'un abbé. Il était si passionné et passionnant sur les murs de son église que j'en ai oublié de photographier l'intérieur...pffff).

 


Histoire de l'église :

* En 1075, début de construction d'une église.
* En 1125, fin de la construction de l'église.
* Au 14ème siècle, fortification de l'église.
* Au 18ème siècle, nouvel aménagement de l'église.
* En 1996, l'église Saint Pierre est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place du village. La visite des fortifications est interdite.

 

L'église trône fièrement au centre du village

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :Mes yeux se troublent devant cette ancienne maison forte

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Justin est situé à 11km au Sud-'Est de Roquefort et à 4km au Nord-Ouest de Labastide d'Armagnac, proche de la D933.

   Coordonnées du bourg :

43° 58′ 51.96″ N 0° 13′ 48″ W
 43.9811°  -0.23°

 

La maison forte :

    L'extérieur  :

La découverte

    Dans une bastide du 13ème siècle, je ne m'attends pas à voir une puissante maison forte avec des tours flanques gigantesques et un donjon touchant le ciel. C'est pourquoi, mes yeux clignotent de bonheur devant ce bâtiment

Le voyez vous ?

   Je sens votre étonnement derrière l'écran. Regardez mieux ici.......

 

Rapide analyse

    Sur cette façade, il y a des volets bleus hélas fermés. Impossible de savoir si cette fenêtre est romane, gothique ou moderne.

   L'autre façade latérale comporte une ouverture rectangulaire obstruée dont il est impossible de connaître la fonction.

 Est ce vraiment une maison forte ?

 

Les défenses

  C'est la façade principale qui comporte les indices les plus significatifs sur les défenses.

 ** Il y a d'abord la porte médiévale située à quelques mètres du sol.

 ** Puis les 2 corbeaux ayant dû supporter une bretèche (voir vocabulaire) aujourd'hui obstruée.

 ** Puis, une fente de tir (certainement créée après le rebouchage de la bretèche).

 

Nota : La porte du bas n'est pas une ouverture médiévale.

 

    L'intérieur  :

  Hélas, la maison forte est fermée et personne "aurait la clé".

 


 Histoire de la maison forte :

* Au 13ème siècle (?), construction de la maison forte.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de cette maison est libre et gratuite depuis la place du village. La construction est une propriété privée non visitable.

 

Remerciement   Par ce modeste article, je voudrais remercier quelques habitants du bourg pour leur gentillesse à  m'expliquer leurs "vieilles pierres" et tout particulièrement la "princesse" de l'office de tourisme pour :  
   

* Sa patience à répondre à mes nombreuses questions,

* Sa compétence dans l'histoire et l'architecture des bâtiments,

* Sa disponibilité,

* Sa documentation.

 

Un corbeau

 
  Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Blanche comme une colombe dans un écrin de verdure   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Tosse est situé à 22km à l'Ouest de Dax et à 4km au Nord de Saint Vincent de Tyrosse.

   Coordonnées du bourg :

43° 41′ 24″ N 1° 19′ 55″ W
 43.69°  -1.331944°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    Un peu à l'écart d'immeubles modernes, l'église de Tosse est lumineuse sous le soleil de fin d'été.

Quelle incroyable blancheur !

   En voyant une telle inhabituelle couleur pour une construction médiévale, je crains que l'église ne soit pas (ou plus) fortifiée.

 

L'enquête commence

    Bien que de nombreux et puissants contreforts à larmier marquent  l'abside, aucune preuve de défense apparaît. Même sous le toit, les multiples modillons d'animaux et de personnages m'informent  qu'il n'y aucune trace de crénelage (voir vocabulaire) ou de salle de repli.

    Peut être qu'un élément du clocher a gardé des vestiges défensifs.

 

Le clocher

    En prenant un peu de recul, j'essaie de comprendre l'architecture d'allure Romano Byzantin. Ma ténacité est récompensée, il y a devant moi....

Voyez vous l'indice sur le clocher ?

  Bravo, vous avez vu les 2 archères droites et obstruées curieusement asymétriques de chaque coté de la rosace. Une telle fente verticale aussi petite a dû être construite au 13ème siècle (?).

 

   L'intérieur  :

      Derrière la porte, la nef rectiligne et peu large est trop refaite. Cette église a perdu sa personnalité médiévale au profit d'un modernisme propre. 

 


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Au 13ème siècle, construction d'un clocher.
* En 1866, le clocher et les fenêtres du chevet sont restaurés par l'architecte Roger Legrand.
* En 1928, l'église est restaurée
* En 1928, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Sever) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Un intérieur ni moderne, ni médiéval !

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 06:30

 

Département 33 - Gironde
 

 


Le bourg  :

     Situation :   (--> Le voir sur une carte)

       La commune de Saint Emilion est située à 15km au Sud-Est de Libourne et à 30km à l'Est de Bordeaux.

 

    Coordonnées :

44° 53′ 36.96″ N0° 9′ 17″ W
 44.8936° -0.154722°

 

 
Pourquoi le choix de ce bourg ?

- Un curieux prospectus affirme qu'il y a des châteaux à Saint Emilion.

- Surpris je suis. Je pensais qu'il n'y avait qu'une ruine castrale dans ce bourg.

- De plus, je lis en bas de la page qu'il faut les consommer avec modération !

Impossible !........ Il n'en est pas question !

- Pour votre chevalier Dauphinois, un château est un tout que l'on dévore, que l'on hume, que l'on embrasse, que l'on décortique.... mais SANS modération.

- Je vais de suite voir ce curieux village qui veut m'apprendre à découvrir différemment un ou des châteaux !
 

 


Le château  :

     L'extérieur du bourg :
      

La découverte

* Après une route agréable encadrée de vignes, j'arrive devant ce bourg connu pour ses châteaux  (des crus classés bien sur). 

* Je ne suis pas venu pour déguster le vin, mais pour découvrir des bâtiments médiévaux et..... je ne suis pas déçu.

* Devant moi, il y a un haut rempart composé de 2 architectures bien différentes :

* Une belle fenêtre géminée.

* Une magnifique archère cruciforme.

 

 

Premières sensations

* Comme à mon habitude je contourne le rempart pour m'imprégner de la cité médiévale.

* Elle a une forme "de poire" sur un axe "Nord-Sud". et conserve de beaux murs de 4 à 8m de haut et de 1500m de long partiellement précédés par un fossé.

* A l'extrémité Est, proche de vignoble, une puissante porte me fait face.

 


La porte Brumet

* Cette porte nommée Brunet est un vestige intéressant.

* Elle est de facture Romane (12ème siècle) avec une épaisseur double par rapport au rempart.

* Elle devait être précédée par un pont-levis et certainement possédait des créneaux de défense. Mais le temps a fait son travail de destruction. Point de trop de suppositions je veux faire.

 

 

        Le donjon :

L'extérieur 

Et soudain, c'est le choc !

* Le chef d’œuvre de Saint Emilion est incontestablement l'imposant donjon.

* Il est si impressionnant que les habitants le nomment : "Le château du Roi".

 

 
Datation

* Nombre d'historiens pensent que sa construction date de 1237, sous la domination Anglaise du roi Henry III alors Duc d'Aquitaine.

* Mais curieusement cette construction s'apparente au donjon roman du 12ème siècle.

Voila une curiosité historique !

 

 

Description

* Ce donjon est posé sur l'unique rocher isolé lui donnant un aspect encore plus massif.

* Cette tour "carrée" (dimensions 9,5m x 9,3m) semble habitable.

* Chaque coté est renforcé par des contreforts plats (3 par cotés) qui se rejoignent aux angles. Un seul (au Sud-Est) comporte de petites ouverture ressemblant à des puits de lumière pour un escalier (voir le plan en coupe).

 


 
Où sont les défense ?

* Pour une construction du 13ème siècle, elle me surprend :

* Pas d'archère.

* Pas de bretèche.

* Pas d'échauguette.

* Pas de mâchicoulis (mais le donjon a peut être été arasé).

* Pas de créneau (mais cela est peut être du à l'usure du temps et des hommes).

* Pas d'évolution de défense (au 15ème siècle) de type arquebusière ou canonnière,

* Curieusement, il n'existe qu'une seule ouverture regardant vers....... la ville. 

* Surprenante "philosophie" de défense.

Quel énigmatique donjon !

  Les énigmes continuent, aux pieds de la tour entre 2 contreforts, une... heu... je ne sais pas.

Pensez vous que cela soit des latrines ?

 

 
L'intérieur

* Après avoir donné quelques piastres à la jolie "guichetière", je grimpe des marches (c'est classique dans un donjon).

* Évidemment, point de lustre en cristal, ni de draperie au mur, ni de beau meuble, c'est dans la pénombre que cette tour se découvre.

* Certains murs comportent des traces de dessins ressemblant aux décorations médiévales.

* Mais dans un château si proche des habitations, je doute toujours de l'origine de graffitis, surtout que d'autres sont visibles et n'ont point 700 ans d'âge.

* Les dimensions des pierres et la qualité des jointures montrent bien l'importance de ce château et les moyens financier qu'il a fallu.

* La seule fenêtre (au 1er étage) comportent de belles sculptures et bien sur offre une vue sur les toits du bourg.

* En redescendant, j'admire les vignobles dans la brume du soir, cela me donne l'idée de goûter le "petit breuvage" de Saint Emilion.

M'accompagnez vous dans cette dégustation ?

 

 

 
Histoire du château et des fortifications :

* En 1199, une charte donne l'autorisation de construction d'une fortification entourant le bourg. (Certains historiens pensent que le donjon est construit en même temps ?).

* En 1224, (certains historiens pensent que) le roi de France Louis VIII (voir liste des rois) demande la construction d'un château (?).

* En 1237, (certains historiens pensent que) Henry III "roi Angleterre et Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine" ordonne la construction d'un donjon fortifié (?).

* En 1503, des travaux de modernisation des portes de la ville sont envisagés. Surélévation pour la défense et construction de corbeaux pour poser des hourds (voir glossaire).

* En 1580, durant les guerres de religions, les troupes du roi de France pénètrent par cette porte.

* En 1886, classement du donjon aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des 3 étages est payante. Un panneau informe des risques potentiels.

 

     
Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables Vers Menu châteaux de  Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 06:30

 

Département  40 - LANDES

Le bourg :Point de château près de la rive

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le bourg de Peyrehorade est situé à 30km à l'Ouest d'Orthez.

  Coordonnées du bourg :

43° 32′ 45″ N 1° 5′ 56″ W
 43.545833°  -1.098889°

 

Le château :

    L'extérieur :

La découverte

    En arrivant dans le bourg, je laisse mon destrier à l'ombre proche de la rivière et je tente de voir si trace de fortification il y a.

Que nenni.

   Il y a bien un château nommé Montréal, mais il est trop jeune (16ème siècle) pour qu'un article lui soit cronsacré.

N'est il pas magnifique ? 

L'enquête commence

    Si un château "renaissance" a été construit dans la vallée, il faut donc qu'un château fort du Moyen Âge fut posé sur une colline. C'est donc proche du foirail que j'observe l'horizon.

Distinguez vous ce que je crois voir ?

 

Il est là

    Je suis en admiration devant cette découverte.

N'est il pas magnifique ?

 

Voila la preuve

    Pour ceux qui n'aurait pas développé le sens de la divination à travers les arbres, je vous offre cette vue détaillée.

 

    L'intérieur :

        La propriété est privée, la découverte de cette merveille est impossible.Mais la chance me fait rencontrer une personne me donnant une image "assez rare".

 


Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction d'un premier château sur la colline.
* En 1243, les troupes Béarnaises de Gaston VII attaquent et détruisent le château.
* A partir de 1250, le Vicomte (voir titres de noblesse) d'Orhe fait construire un nouveau château à quelques distances de l'ancien.
* Au 14ème siècle, le Vicomte d'Orthe rend hommage au Duc d'Aquitaine qui est aussi Roi d'Angleterre.
* En 1442, les troupes du Roi de France Charles VII (voir liste des Rois) assiègent et détruisent le château "du vassal Anglais".
* A la fin du 15ème siècle, le château est reconstruit en style gothique.
* Vers 1523, le château est incendié par les troupes de Charles Quint.
* Quelques années après, le château renaît partiellement de ses cendres.
* En 1540, pour construire le château de Montréal (proche de la rivière) un bâtiment et une tour ronde sont détruits pour récupérer les pierres.
* En 1569, durant les guerres de religion, les protestants détruisent partiellement cette malheureuse construction fortifiée.
* En 1577, les dirigeants de la ville de Bayonne achètent des pierres du château.
* Au 18ème siècle, la carte de Cassini indique que le château d'Apremont est en ruine.
* Au 19ème siècle, la toiture du donjon s'effondre.
* En 1950, quelques murs s'effondrent encore.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur (de loin) est libre et gratuite. La visite est interdite car la ruine est dans une propriété privée. 

 

Peinture d'une colline fortifiée il y a très longtemps



  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 06:30

 

Département :   40 - LANDES
 

Le bourg :

Ma vue se déforme devant la beauté de cette fortification   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Vielle Soubiran est situé à 10km à l'Est de Roquefort des Landes (voir son château et son église) et à 32km au Nord-Est de Mont de Marsan (voir ses remparts).

 

     Coordonnées du bourg :

44° 2′ 44.88″ N 0° 11′ 2″ W
 44.0458°   -0.183889°

 

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    Il est impossible de ne pas voir cette église trônant magnifiquement proche du centre bourg. Avec le rasant soleil de septembre, mes yeux ne voient que les contours de cette construction.

Avec ce handicap, vais je trouver les traces des fortifications de l'église ?

 

L'enquête commence

* En haut du clocher-mur, une curieuse construction en bois me regarde.

Est ce le vestige d'une bretèche (voir vocabulaire) ?

* Que nenni, c'est un rustique et néanmoins original abat-son pour les cloches.

Ces corbeaux sous les poutres ont ils supporté

une construction en encorbellement ?

* J'ai quelques doutes.

* Sur chaque coté de l'église, les contreforts à larmier ne sont pas un indice de fortification.

* Ils pourraient peut être attester d'une construction du 12ème siècle (?), l'absence de transept semble confirmer ma rapide déduction.

* Entre chaque contrefort, aucune trace d'archère, il n'y a que des fenêtres haut perché de style gothique.

  Avez vous remarqué la petite fenêtre romane en partie basse

me suggéreant que la construction date du 12ème siècle ?

 

Les défensesChevet fortifié de l'église de Vielle Soubiran

    Soudain, de belles archères droites à peine décalées en verticale me font face. Elles appartiennent au chevet circulaire de l'église  construit en blocs taillés de moyen appareil. Je suis si ébloui par ces fentes médiévales que j'en oublie de regarder sous le toit.

Incroyable !....Un chemin de ronde.

Mais fait il le tour de l'église ?

 

Le chemin de ronde

   Je contourne l'église et en haut il y a toujours les traces d'un crénelage dont les pierres semblent différentes du mur en dessous. Le crénealage continue, continue, continue, continue, continue le long de la nef de l'église.

  Sur l'autre face, une surprise m'attend. Les créneaux semblent avoir été bouchés (consolidations ?).

 

Bilan

  En découvrant la façade au début de l'article, je n'imaginais pas que l'église de Vielle Soubiran entourée par son cimetière fut si massive, si légère (en même temps) et si bien fortifiée avec sa salle de repli.

  En prenant un peu de recul, j'essaie d'imaginer ce que pensait un assaillant il y a 600 ans.

 

    L'intérieur  :

* Hélas, comme souvent pour les églises dans notre siècle, je trouve porte close.

* Point d'image je vous donnerai de cette merveille.

 


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'une église.
* Au 14ème siècle, fortification de l'église.
* Au 15ème siècle, aménagement de l'église.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Roch) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite des fortification est interdite.

 

Quel majestueux vaisseau traversant les siècles !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article