Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 07:30

 

Département  40 - LANDES

 

Le bourg :

Une église fortifiée par les Anglais   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Lesgor est située à 30km à l'Ouest de Mont de Marsan, à 10km à l'Est de Castets et à 25km au Nord-Est de Dax.

     Coordonnées du bourg :

43° 51′ 12″ N 0° 54′ 0″ W
 43.853333°  -0.9°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

     Le bâtiment religieux, entouré de son cimetière, est un peu à l'écart du centre ville et de la route principale. En descendant de mon destrier, j'ai un choc.

Quelle incroyable église !

  Je pressens que je vais passer de longues heures à regarder chaque pierre tant elle semble hors du temps. Mais une question me trotte déjà dans la tête :

Comment vais je faire pour vous la montrer correctement ?

 

L'enquête commence

    L'ensemble église-cimetière est entouré d'un mur de faible hauteur. Je suis surpris de voir de nombreux contreforts appuyés sur ce muret. Je suppose que ce devait être le rempart aujourd'hui arasé.

 Etonné je suis devant ces profonds contreforts

 L'abside

     En suivant ce mur-rempart, je découvre la nef. Je n'ai jamais vu une nef avec d'aussi puissants contreforts. Grâce aux années qui ont comblé la base du rempart, je peux facilement enjamber le muret pour admirer cette abside renforcée.

Pourquoi avoir construit des contreforts triangulaires aussi profonds ?

    Je n'ai jamais vu cette architecture pour une bâtisse médiévale. Mais en observant les matériaux (du grès mélangé avec des galets), je pressens que les contreforts ont été ajoutés bien après la construction de l'église.

Mais, pour quelle raison ?

   Sous le toit, la différence de matériaux montre une élévation de l'abside (et de la nef bien sur). C'est un chemin de ronde, système défensif classique pour une église.

Ces contreforts ont ils été ajoutés par les architectes par crainte de poids excessif sur le mur circulaire de l'abside ? 

 

    Le clocher-tour

    Toujours en suivant le rempart, je découvre le clocher-tour coté Nord.

Et là j'ai encore un choc et même plusieurs !

 

  Contreforts plats et à larmiers soutiennent le clocher-tour  * Très souvent, un clocher s'élève à plusieurs mètres (et parfois dizaines de mètres) au dessus de la nef. C'est le symbole religieux qui se voit de loin. A Lesgor, il ne dépasse le toit de la nef que de 2 petits mètres. Pourtant... Il se montre.

Incroyable n'est ce pas ! 

 

   * Sous le toit, les ouvertures me font penser à un chemin de ronde. Les trous de boulin supportaient ils des hourds (voir vocabulaire) ou une passerelle ?

   * A la base, l'ancienne porte ogivale a été obstruée.

   * Les contreforts sont asymétriques. L'un situé en angle comporte plusieurs larmiers, alors que l'autre posé un peu à l'écart de l'angle est uniforme.

   * A la base, la maçonnerie est constituée de blocs de grès jaunâtre de taille moyenne correctement alignés. Mais, comme pour l'abside, la surélévation est cahotique. Elle est réalisée avec des pierres de petites tailles et de couleur brun-rougâtre. Cela dénote une construction hâtive et de plusieurs années postérieures.

 

La suite !

     L'église fortifiée de Lesgor est si passionnante que je vous propose de continuer la visite dans un autre article - clic.

 

 

 

 

Unique et originale église fortifiée Landaise


Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 06:30

 

La 1ère partie expliquant ma rencontre avec cette incroyable église fortifiée  est ici.

Veuillez lire cet article avant de découvrir celui-ci.

 

 

Contreforts plats et à larmiers soutiennent le clocher-tour

 

Le clocher-tour (autres faces)

    La haute construction n'est pas symétrique. La façade Nord possède des ouvertures du chemin de ronde, par contre, l'autre ne comporte qu'une seule ouverture (il est curieux de laisser une paroi sans défense).

   En contournant le clocher-tour, je suis en admiration devant la façade comportant l'entrée.

Que de merveilles !

 

  Je vois :

* A nouveau l'asymétrie des contreforts (redents et larmier à l'angle, plat contre la tour).

* Puis 2 grandes archères droites non identiques en embrasure.

* Puis un vestige de bretèche qui reposait sur des consoles.

* Et enfin une ouverture du chemin de ronde de la tour.

   Pensant avoir tout vu, je relache mon attention, mais mon instinct me montre une autre incroyable surprise. Sous le toit de la nef, il y a un alignement des ouvertures carrées.

Les chemins de rondes se rejoignent !

 

 La nef

    Pour mieux comprendre ce que je crois voir comme un unique chemin de ronde entre tour et nef, je prends un peu de recul.

    Le chemin de ronde de l'abside communique avec celui de la nef et s'aligne avec celui de la tour.

N'y a t il que ces ouvertures carrées pour défendre cette incroyable église ?

 

 Multiplicité du système défensif

    A peine ai je terminé ma question qu'une archère me fait des signes (J'avais oublié que je parle couramment la langue des pierres  ).

    Je prends un peu de recul pour mieux l'observer. Je suis en admiration devant des dizaines d'archères, toutes différentes.


Archère cruciforme à croix pattée Archère cruciforme Archère cruciforme avec arquebusière Archère cruciforme à croix pattée

 

Les sculptures

     Mon blog étant consacré aux châteaux forts et fortifications médiévales, il n'y a que des articles et des photos d'architectures défensives. Mais une église, ce n'est évidemment pas que des archères et bretèches, il y aussi des sculptures très souvent regroupées autour du chevet.

     La construction religieuse de Lesgor possède de nombreux et magnifiques modillons.

 

Tête simiesque Tête chapeautée souriante Grimace ou sourire figé ? Tête de chien ou de lion ?

 

 

    L'intérieur :

       L'envie d'entrer dans cette église est grande pour dévorer toutes ses défenses. Hélas, comme trop souvent au 21ème siècle, la porte est fermée.

 


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Au 14ème siècle, durant la guerre de Cent ans, les Anglais font fortifier l'église.
* En 1453, l'Aquitaine redevient territoire du Royaume de France (voir liste des rois).
* Dans le 2ème moitié du  15ème siècle, à la fin de la guerre de Cent ans, des fenêtres de style gothique sont ouvertes pour faire entrer la lumière.
* A partir de 1561, les guerres de religion font rage.
* En 1569, le bourg de Lesgor est attaqué puis brûlé par les protestants de Montgomery.
* Au 17ème siècle, d'imposant contreforts sont construits pour soutenir le chevet.
* Au 19ème siècle, aménagement de l'autel et pose de cloches.
* Au 20ème siècle, des rénovations sont réalisées à l'intérieur de l'église (plafond en bois par exemple).
* En 1970, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Isolée pour mieux se défendre

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Les défenses sont partout !   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Geours de Maremne est situé à 12km à l'Ouest-Sud-Ouest de Dax.

   Coordonnées du bourg :

43° 41′ 17.16″ N 1° 13′ 41″ W
 43.6881°  -1.228056°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    Il est impossible de ne pas voir cette église tant elle est magnifiquement mise en valeur sur une place dégagée. Avec ses dimensions, sa masse, sa puissance, elle marque son territoire.

  Sans réfléchir, je vois déjà les nombreuses défenses.

 

L'enquête commence

    La haute nef (avec ses collatéraux) parait "récente" face aux deux constructions opposées qui l'enlacent.  Bien que consolidée par 10 contreforts à larmier, elle ne comporte aucun signe de défense.

 

L'abside

    Avec ses petites fenêtres et ses 6 contreforts étroits à larmier, cette abside semi-circulaire est typique de l'architecture Romane.Les blocs de pierres en petits appareils sont correctement agencés. les différences de couleurs sont dues à du grès carbonaté ou sableux.

   Évidemment, ma fascination pour cette église est causée par les ouvertures régulières sous le toit, correspondant à un chemin de ronde. La différence des tailles de pierres me font penser que le rehaussement a été réalisé quelques années (siècles ?)  après la construction de l'église.

 

Le clocher

   Avec sa base parallélépipédique de grande dimension et sa hauteur digne d'un donjon féodal, le clocher est un centre d'observation et de défense incroyable. Il possède de nombreuses archères-canonnières avec des dimensions différentes.

   Sur sa face Sud, une fine tour escalier polygonale comporte plusieurs ouvertures de lumière.

  A qui est dédié cette église ?

    L'intérieur  :

Les indices défensifs

        En entrant dans le porche, je comprends que l'escalier ainsi que les fortifications hautes ne sont pas visitable. Je vais donc rechercher d'autres indices. Il n'est point besoin d'être un détective pour voir des fentes de défense et des archères-canonnières avec un important ébrasement (voir vocabulaire).

 

Question

    La nef est vaste et très moderne.

Mais à qui est dédié cette église ?

Avez vous une petite idée ? 

* Je vais vous donner un indice :

Au dessus de l'autel il y a une représentation de...

* Et un autre indice :

Qui est le personnage sur ce vitrail ?

    ==> La réponse est inscrite ci-dessous.

 


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Au 14ème siècle, amélioration des fortifications.
* Au 19ème siècle, modernisation de l'église.
* En 1969, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Georges) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Magnifique chemin de ronde au dessus des contreforts

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 06:30
    Au moyen âge, il n'y avait pas que des châteaux forts pour assurer la protection, le royaume de France possédait aussi des églises fortifiées, des cimetières fortifiés, et des maisons fortes. Le temps a fait disparaître ces "maisons" ou les a transformées.
  Voici un exemple minimal et très joli.
 


Département 33 - GIRONDE

Le bourg :
   Situation :   (le voir sur une carte)
    Le village de Blésignac est situé à 25km au Sud-Est de Bordeaux et à 18km au Sud-Ouest de Saint Emilion.

       Coordonnées du bourg :

44° 46′ 34″ N 0° 15′ 25″ W
 44.776111°  -0.256944°


La maison forte:
      L'extérieur :
Où est elle ?
    C'est grâce au dictionnaire des châteaux forts que je galope vers le village de Grésignac. Un peu à l'extérieur, mon destrier s'arrête pour me montrer ceci.  Surpris je suis car cette construction ne semble ni en ruine (ma passion), ni fortifiée (mon but de balade).
   Tout en respectant la belle pelouse et surtout les limites de la propriété, je cherche un indice.
.... Et quand on cherche.... on trouve.

La description
   La forme générale ne ressemble pas à une forteresse imprenable.Il me semble voir un bâtiment avancé, ancêtre d'une tour. Et surtout, dans l'angle une magnifique échauguette.

       L'intérieur :
    La propriété est privée et je ne me sens pas le droit de déranger le "châtelain" durant sa sieste.


Histoire de la maison forte:

* En 1278, une petite fortification est construite en ce lieu par Ebulon de Puyguilhem.
* Au 15ème siècle, la construction est modifiée (?). 
* Au 16ème siècle, nouvel aménagement de la maison forte.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La propriété est privée et non visitable.

 

 

  Vers Menu châteaux de Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Cette église comporte t elle des défenses imprenable ?  Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Le bourg d'Arjuzanx est situé à 28km au Nord-Ouest de Mont de Marsan.

   Coordonnées du bourg :

44° 0′ 47.88″ N 0° 51′ 16″ W
 44.0133°  -0.854444°

 

Le fantôme du château :

   Au 13ème siècle, une tour fortifiée a été construite, mais elle a été détruite à la fin du 20ème siècle.il ne reste que son souvenir.

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

       Posée sur une petite butte, entre la route principale et le chemin de fer, l'église du bourg semble paisible et ne parait pas être fortifiée.

 

L'enquête commence

    Depuis l'arrière de l'église, je ne distingue aucun système défensif ni de salle de repli en haut de la nef.  Les contreforts sont certes puissants et nombreux mais cela ne transforme pas l'église en un bâtiment fortifié.

  L'architecture de l'église est "linéaire", sans transept ni abside. Cette forme très médiévale  (12ème) devrait comporter un système défensif classique.

Mais où est il ?

 

Voilà enfin les défenses

   Tel un donjon, le clocher porche est la solution intelligente pour se défendre des petites bandes armées sévissant à partir du 15ème siècle. Cette construction, indépendante de l'église a dû être construite quelques temps après puisqu'elle est en ajout devant le clocher-mur.

   Cette masse comporte des archères (voir vocabulaire) sur les 2 faces latérales ainsi que la façade centrale.

Les fentes du bas sont droites avec un faible embrasement, celles du haut sont prévues pour de petites arquebuses. 

 

    L'intérieur  :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées en dehors des offices. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 


Histoire de l'église et de l'ancien château :

* Au 12ème siècl e, construction d'une église dépendant du diocèse de Dax.
*  Au 13ème siècle (1241 ?), construction d'une tour fortifiée. Elle faisait partie des nombreuses tours de Bayle (Provenant du mot : Bailli - La tour abritait le représentant de l'autorité du roi).
* Au 15ème siècl e, ajout d'un clocher fortifié.
* Au 16ème siècle, amélioration des fortifications.
* Au 19ème siècle, modification d'architecture de l'église.
* En 1960, la tour est détruite permettant l'exploitation d'un gisement de lignite.
* En 2002, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Jean-Baptiste) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher est interdite.

 

2 archères avec orifice pour arquebuses

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :Je pressens que cette église est unique !

   Situation :   (--> le voir sur une carte 

      Le bourg de Sarbazan est situé à 22km au Nord-Est de Mont de Marsan et à 3km au Sud de Roquefort.

   Coordonnées du bourg :

44° 1′ 10.92″ N 0° 18′ 37″ W
 44.0197°  -0.310278°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    Après avoir fait une belle promenade sur les chemins balisés autour de Sarbazan, j'ai la surprise de voir une construction qui titille mon instinct de castellologue -amateur.

   En cette belle journée, je vais déguster une magnifique église fortifiée.

 

La découverte

    Je suis si empressé que je fonce vers les contreforts encadrant une fenêtre Gothique à colonnette centrale avec remplage. Je sens que la construction se "renferme", je sais qu'il ne faut pas être pressé (voir l'explication), je reprends donc un peu de recul pour admirer cette merveille de rusticité et d'élégance.

  Je suis surpris par la petitesse de la nef en comparaison des tours de défense.

 

Cette église ressemble beaucoup à un château fortL'enquête commence

    En pénétrant dans le cimetière pour observer l'église de loin, je suis en arrêt devant tant de systèmes défensifs.

Nota : Si je vous avais montré cette façade, je suis certains que nombreux d'entre vous auraient plutôt vu un château fort qu'une église..

 

La puissance

   Avec ses 24 mètres de hauteur la puissante tour parallélépipédique a dû impressionner plus d'un assaillant. Les pierres sont jointives et correctement taillées. L'ensemble est homogène. Cette simplicité de construction est magnifique.

   Sur le coté de la tour, une plus petite construction haute et carrée, aujourd'hui servant d'horloge, contient un escalier éclairé par les nombreuses petites fentes verticales.

 

Analyse de la tour

    A la base de la tour, coté sud, il y a un enfeu. Mais je ne le décrirai pas car ce sont évidemment les défenses qui m'intéressent.

   Au sommet, le crénelage est simple, bien construit mais sans artifice (pas de fente dans les merlons ni corbeau pour mantelet (voir exemple) etc... ).

   En dessous, une curieuse ouverture qui semble avoir été partiellement obstruer. J'opte pour une porte.

Mais comment y accédait on ?

    Sous cette porte, il y a enfin un signe de défense médiévale : Deux archères cruciformes.

 

La tour sur l'autre face

Sur cette face, j'ai toutes les réponses à mes questions.

Et vous ?

  Le bâtiment à droite, plus petit que la tour, semble être la salle de repli au dessus de la nef de l'église. Bien que le chaînage d'angle soit bien appareillé, les pierres du mur sont petites et pauvrement taillées.

Ce bâtiment est il antérieur à la haute tour ?

Les réponses :

 1 - Sous les créneaux parfois obstrués, les pierres saillantes devaient supporter des hourds (voir vocabulaire).

 2 - Les trous de boulin devaient certainement porter une passerelle pour entrer dans la tour.

 3 - La salle en dessous servait à la défense grâce aux archère cruciformes.

 4 - Et.... la tour a été rehaussée lorsque les armes de jet sont devenues plus puissantes. Ceci est visible par la différence de matériaux laissant apparaître l'ancien crénelage.

Nota : Le fait de rehausser une tour est assez classique. Sur beaucoup de bâtiments, le revêtement et l'usure du temps ont effacé les traces, mais d'autres constructions portent encore les marques (voir l'exemple au château de Bressieux)

 

    L'intérieur  :

      Je vais tenter d'entrer par ce porche néo-classique avec fronton triangulaire et colonnades doriques.

  Hélas, comme trop souvent au 21ème siècle, les portes de l'église sont fermées. Je me console en admirant les sarcophages Mérovingiens et Carolingiens.



Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction d'une église.
* Au 12ème siècle, ajout d' une travée et d'une absidiole au Sud de la nef.
* Au 14ème siècle, modification du choeur et fortification de l'église.
* Au 16ème siècle, les protestants ravagent l'église.
* Au 18ème siècle, création d'un portail néo-classique.
* Au 19ème siècle, l'église subit quelques modifications.
* En 1997, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite depuis la place du village et le cimetière. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Des sarcophages médiévaux accompagnent les visiteurs

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Quel beau sujet de tableau ferait cette église   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Taller est situé à 50km à l'Ouest de Mont de Marsan, à 6km à l'Est de Castets et à 16km au Nord de Dax.

   Coordonnées du bourg :

43° 52′ 24.96″ N 1° 4′ 18″ W
 43.8736°   -1.071667°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

     Si l'église de Taller avait été construite à coté de l'eau, j'aurais pu photographier ceci. Mais comme la rivière est loin, j'ai devant moi ce puissant bâtiment au milieu d'arbres et de fleurs.

  Je pressens que sa découverte va me mettre en joie tant les signes défensifs sont nombreux.

 

Le clocher

   C'est d'abord le clocher qui attire le regard. Haut, massif, renforcé par 4 contreforts aux angles. Tant il est imposant, ce clocher pourrait être le donjon de nombreux châteaux forts.

    Au sommet, sous le toit, 2 imposantes archères sur 3 façades servaient à la défense active de l'église. 

      Tout en surveillant les archère, j'avance vers la porte

La nef

     En prenant un peu de recul, je peux admirer la qualité et l'intelligence des défenses de cette église. En plus du clocher-donjon, les habitants pouvaient se protéger et se défendre depuis un chemin de ronde avec salle de repli au dessus de la nef. Les archères sont plus petites que celles du clocher mais je crois voir un grand ébrasement (voir vocabulaire). 

 

Porte médiévale 

    Au dessus du toit de la nef, une curieuse ouverture m'intrigue. La forme intérieur de cette baie ressemble à une ouverture (porte) médiévale. C'était certainement l'accès entre la salle de repli et le clocher-donjon. La nef a donc été arasée.

Mais qui et quand a été réalisé cet abaissement ? 

 

    L'intérieur  :

        Je me présente sans arme devant la porte de l'église espérant le droit d'asile. Hélas, comme trop souvent durant ce 21ème siècle, l'église est fermée.

 


Histoire de l'église :

Je n'ai aucune information sur l'histoire de cette incroyable église.
* Au 20ème siècle, un crépi de consolidation masque les pierres taillées.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Eglise massive et pourtant élégante

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 07:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Au centre du village, trône sa majesté de pierre !   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Sainte Marie de Gosse est situé à 10km au Nord-Ouest de Peyrehorade et à 20km au Nord-Est de Bayonne.

   Coordonnées du bourg :

43° 33′ 27″ N 1° 14′ 13″ W
 43.5575°  -1.236944°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    Au centre du bourg, en face de la maire, une imposante construction religieuse attire les regards. C'est l'abside semi-circulaire de style Roman de l'église Sainte Marie.

Cette église est elle fortifiée ?

    Les hautes et fines fentes verticales ressemblent à des archères, mais il n'en est rien. Ce sont des fenêtres plein cintre encadrées de colonnette (pure style Roman). Les chapiteaux sont sculptées de feuillage et d'animaux.

   Les contreforts à larmier en dalles de calcaire sont longilignes et ne constituent pas un système défensif.

Vais je découvrir les défenses de cette église ?

 

L'enquête commence

    La longue nef montre une architecture différente avec ses fenêtres Gothiques à colonnette centrale et oculus. Bien que les contreforts encadrent les ouvertures, ils n'en constituent pas un système de défense contre des envahisseurs.

Cette église est elle réellement fortifiée ?

 

J'ai des doutes

L'église étant asymétrique, peut être que l'autre coté de la nef possède un système défensif.

  Que nenni !.. Pas plus de trace de bretèche (voir vocabulaire), de chemin de ronde ou de fente de tir.  Contrairement à l'autre coté, cette façade possède de fines fenêtres romanes curieusement non alignées. Mais cette particularité (que je ne m'explique pas) ne permet pas de dire que cette église est fortifiée.

Vais je revenir bredouille de ma chasse aux fortifications ?

  Magnifique archère avec arquebusière en dessous

L'espoir revient !

    En arrivant devant le clocher-porche, je suis dans la jouissance la plus immense (heu, j'exagère un peu, mais trop d'échecs décuplent les sensations de bonheur !).

Voyez vous cette merveille ?

    Le mur comporte 4 archères sur 2 niveaux. Sous chaque archère droite a été ajoutée au 14ème siècle certainement, une ouverture ronde pour arme à feu (petit canon ?). Et comble de raffinement, le haut de chaque archère est sculptée.

  J'ai hâte de visiter ce porche accroché au clocher-mur. Il est évident que le porche carré a été posé après contre le mur pignon de l'église. C'est un ajout défensif pour protéger la porte du bâtiment religieux.

   Les contreforts à larmiers sont surprenants car ils créent des angles morts favorable aux attaquants.

    Je vais pénétrer par cette porte de style Gothique flamboyant avec gâble et pinacle.

N'ai je pas un loisir magnifique ?

 

    L'intérieur  :

Le porche

Quelle incroyable sensation !

    Entre la lumière diffuse, les murs blancs, le dessin reproduisant les pierres, les archères, la représentation d'un oratoire, je me sens dans un autre monde. Symboles religieux et guerriers, architecture médiévale et restauration récente se côtoient dans une harmonie irréelle (me suivez vous dans cette ambiance ?).

   Je suis entre réalité et ambiance de film hollywoodien. Même les fleurs ne savent plus où elles poussent. 

 

La nef

   La nef romane à 3 travées a été augmentée d'un collatéral au Sud du 16ème siècle (Ne me prenez pas pour un spécialiste en architecture religieuse, j'ai simplement lu la clé de voûte où la date de 1553 est inscrite).

    En me retournant je vois une tour ronde devant contenir un escalier. Hélas, il n'est point accessible et le mystère de sa fonction sera gardé.

 


Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction de l'église.
* Au 13ème siècle, l'église est fortifiée.
* Au 14ème siècle, amélioration des fortifications de l'église.
* Au 15ème siècle, l'architecture de l'église est modifiée en style Gothique.
* Au 16ème siècle, un collatéral est construit au Sud.
* Au 20ème siècle, l'église est restaurée, mais hélas un crépi dénature la beauté de la pierre.
* En 1999, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Sainte Marie) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite des fortifications est interdite.

 

Fenêtres gothiques encadrées par des contreforts à replet

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 07:30

 

Département  40 - LANDES

Le bourg :

Vais je tomber ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La ville de Dax est située à 50km au Nord-Est de Bayonne, à 50km au Sud-Ouest de Mont de Marsan et à 38km au Nord-Ouest de Orthez.

   Coordonnées du bourg :

43° 42′ 25.92″ N 1° 3′ 19.08″ W
 43.7072°  -1.0553°

 

Les remparts :

     L'extérieur :

La découverte

    En garant mon destrier sous les arbres, je n'imaginais pas qu'un danger me guettait. Je m'approche lentement d'un rebord pour observer le bas du rempart et, pourquoi pas, repousser une attaque.

  C'est à ce moment où un autochtone me montre le panneau de mise en garde :

" Diantre, je me dois de découvrir les remparts depuis le bas ! "

 

Je suis en bas

     Pour éviter d'être tout cassé (comme un miroir), je découvre les remparts depuis le bas. Une telle fortification, construite il y a plus de 15 siècles est un trésor (en or bien sur) pour Le Chevalier Dauphinois. Les tours rondes sont nombreuses (Il y en aurait eu entre 38 à 49 suivant les historiens) disposées sur un quadrilatère irrégulier. de dimensions : 330m  x  445m  x  280m  x  410m.

  La hauteur des murs atteignaient parfois plus de 11 m et l'épaisseur variaient entre 2 à 4m.

  Comment vais je envahir cette cité fortifiée ?

Mais pourquoi ?

    Ce qui me frappe le plus dans ces remparts, ce sont :

1 - L'absence de fente de tir.

2 - Le manque de crénelage (voir vocabulaire).

3 - La non présence de mâchicoulis ou bretèche.

    Il est évident que ces murs du 4ème siècle n'ont pas été construits suivant les normes et habitudes médiévales (pfff... évidemment... pfff).

Mais pourquoi les architectes du Moyen Âge n'ont ils pas modernisé ces vieux murs ?

 

Curiosité architecturale

    La dimension des pierres à la base du rempart et des tours est curieusement petite et même asymétrique.

Est ce du à des réparations suite aux guerres ?

Ou à un manque de moyen financier obligeant à prendre toutes les pierres des carrières ainsi que les chutes ?

 

Que de questions !

    Le plus surprenant est le chaînage de briques à horizontal aussi bien sur les tours que les courtines. Cette curiosité a l'aspect d'un cordon rouge très visible sur cette surface grise.

   Les 3 rangées de briques alignées s'intercalent de façon asymétrique sur la hauteur. Certains murs et tours comportent entre 5 à 7 cordons rouges.

Quel spectacle !

Quelle était la fonction de cette coquetterie ?

 


Histoire condensée de Dax et de ses remparts :

* En 56 avant J.C., le général Romain Crassus durant la conquête de la Gaule, attaque la région des Tarbelles (peuplade vivant dans la région de Dax).
* En 17 avant J.C., la région est entièrement conquise par les Romains suite à la victoire du Proconsul Messala Corvinus.
* Au 2ème siècle, la civilisation Gallo-Romaine est riche et propère dans la ville de "Aquea Augustae".
* Vers 276, les peuplades "barbares" venues du Nord attaquent les villes et villages de l'Aquitaine.
* Durant la seconde moiié du 4ème siècle, construction d'un rempart entourant la ville Gallo-Romaine pour lutter contre les hordes barbares. Les pierres et matériaux de monuments antiques ou païens sont utilisés pour consolider les épais murs.
* En 406, les Vandales ravagent la région. Mais quelques années après, les Wisigoth les chassent.
* Durant 10 siècles, Francs (6ème), Sarrasins (8ème), Normands (11ème), Anglais (1177), Français (1442), Espagnols attaquent la riche ville fortifiée. Mais les remparts semblent indestructibles !
* Au 14ème siècle, un château fort est construit à l'angle Nord-Ouest.
* En 1569, les Protestants attaquent la ville, sans succès.
* A partir de 1648 et jusqu'à 1653, La Fronde divise le Royaume. Les villes sont attaquées.
* En 1652, Dax résiste à plusieurs assauts.
* En 1660, les remparts voient le Roi de France Louis XIV (voir liste), l'infante Marie Thérèse et Anne d'Autriche.
* A la fin du 19ème siècle, les nobles des communes de France veulent supprimer les traces du passé pour aller vers le futur. Cela consiste à détruire fortifications et remparts. Dax se voit spoliée de son trésor de 15 siècles !
* A la fin du 21ème siècle, l'état et la municipalité entreprennent des travaux pour consolider les vestiges de ce patrimoine.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des hauts murs et la promenade sur les remparts sont libres et gratuites.
--> Si ces remparts vous fascinent, je vous propose la lecture d'un blog incroyable.

 

Je me reposerai bien de mes émotions sur ce joli banc

 



  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 07:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :Ai je bu un élixir de sorcière déformant les architectures ?

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Laurent de Gosse  est situé à 10km à l'Ouest de Peyrehorade et à 20km au Nord-Est de Bayonne.

   Coordonnées du bourg :

43° 32′ 2″ N 1° 16′ 1″ W
 43.533889°  -1.266944°

 

   Toponymie :   (--> petite initiation)

**  Saint Laurent  : C'est au 4ème siècle (après JC bien sur) que des paysans s'établissent en ce lieu sous la protection d'un Saint très "en vogue" à l'époque : Saint Laurent.

   Ce personnage fut un Diacre martyrisé sur un gril par les Romains en 258 parce qu'il ne voulut pas livrer l'argent des églises.

 

** Gosse : Ce mot a diverses interprétations.

1 - La terminaison "osse" serait le suffixe euskarien "otz(a)" définissant un domaine, un lieu.

2 - "Gosse" pourrait provenir de "Garros" (Goi/garai + oz) signifiant : Lieu en hauteur.

3 - "Gosse est peut être une déformation de l'anglais "goose" signifiant --> Oie. Ce met était (et est toujours) très présent dans les Landes, région envahie par les Anglais durant la guerre de Cent Ans

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

Quelle curieuse journée !

   Il fait chaud mais le vent est frais, il y a du soleil mais les nuages sont nombreux, il y a une église mais je la devine plus que je la vois.

   Je pressens que cette découverte va être bizarre, originale, unique.

Mais sera t elle médiévale ?

 

L'enquête commence

      L'église est devant moi, à quelque mètres, et pourtant elle est floue.

Est ce un mirage ?

  J'essuie mes binoculaires mais un grillage m'empêche de la voir correctement. Je peux discerner  :

       * Un clocher-mur qui ne semble pas fortifié,

       * Et surtout de nombreux contreforts mais sans fenêtre ni archère entre.

  Cette église, ne serait ce qu'un tableau de peintre ?

J'ai des doutes 

    J'entre dans le cimetière pour mieux regarder l'église qui semble prise entre l'art Roman et Gothique. Cette construction est un vrai puzzle pour moi. L'abside est percée de 4 fenêtres très hautes et non défendues par des bretèches (voir vocabulaire).

   Plus j'observe cette église et plus mes convictions éclatent en morceaux.

   L'église de Saint Laurent de Gosse ne semble pas avoir été fortifiée.

Ma brochure régionale serait elle incorrecte ?

 

Un peu de recul

   Lorsque j'ai des doutes, je prends un peu de distance pour mieux analyser de loin les formes. Mais ma vision est cryptée comme si je regardais un tableau impressionniste. Je tente, comme Terminator, de régler ma vision électronique, mais je ne vois toujours pas de chaleur défensive médiévale.

 

Ai je trouvé ?

    En observant mieux le clocher-mur, je crois voir une tour ronde avec des fentes ressemblant à des archères. Mais la nuance entre puits de lumière et système défensif est difficile à déterminer depuis l'extérieur. 

 

    L'intérieur  :

       Avec toutes ces visions ensorcelées, j'ai besoin d'entrer dans l'église pour un "exorcisme"  . Heureusement la porte est ouverte. Comme l'ambiance est curieuse, le long couloir sombre de la nef est mystérieux, l'absence de transept augmente cette sensation de "droiture". L'obscurité est elle dû aux armoiries du Prince Noir sur l'une des clés de voûte ?

   Dans la lumière, l'abside de 5 pans à croisées d'ogive est magnifique. Lever les yeux pour voir autant de beauté me ferait croire à.....

  N'ayant vu aucune possibilité de monter dans la tour-escalier, je ressors pensant être redevenu moi même. Mais la magie du soleil me fait croire que l'Adour est en cru et crée des douves. Il faut que je consulte un ophtalmologiste.

   


Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle (?), construction d'une église.
* En 1363, le Prince Noir est fait Duc (voir titres de noblesse) d'Aquitaine par son père. Une clé de voûte en garde l'empreinte.
* Au 20ème siècle, l'ancien cloître est devenu l'école du bourg.
* A la fin du 20ème siècle, l'école (ancien cloître) est transformée en mairie.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Laurent) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Une belle église peu fortifiée

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article