Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 06:30

 

Département  40 - LANDES

 

Le bourg :

Cette église comporte t elle des défenses ?    Situation  (--> le voir sur une carte)

       Le bourg de Mazerolles est situé à 3km au Sud-Est de Mont de Marsan. L'église de "Beaussiet" est à l'écart du bourg, à 2km au Nord.

    Coordonnées de l'église :

43° 53′ 32″ N 0° 25′ 44″ W
 43.892222°  -0.428889°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

      Au bout d'un chemin agréable dans les bois, une construction isolée se réchauffe au soleil. Mon regard est de suite attiré par les puissants contreforts  Curieusement il ne supporte qu'une partie du mur actuel de l'église. Je suppose que l'extension à gauche n'est pas d'origine médiévale.

    Ces contreforts ne constituent pas un système de défense. Je me dois de chercher d'autre indices.

 

L'enquête commence

    En prenant un peu de recul, je comprends deux évidences :

* La défense est assurée par la haute tour à l'opposé des contreforts.

* La partie non soutenue pas les contreforts a bien été ajoutée après la construction de l'église.

 

La tour

     Avec sa restauration récente, il est difficile de tirer des conclusions sur l'âge de cette tour. J'opterais pour une construction hâtive, car il est constitué de petites pierres pauvrement taillées avec le chaînage d'angle peu symétrique.

      Le crénelage ne comporte pas d'archère dans les merlons (voir vocabulaire) ce qui ne facilite pas la défense contre une attaque importante (voir exemple pour le bourg fortifié de Montblanc en Espagne).

   La particularité de cette tour est sa forme : En fer à cheval. Cette forme est assez rae pour une église fortifiée. Était ce une solution économique ou l'église originelle comportait elle un chemin de ronde au dessus de la nef ? (j'en doute).

    Entre les 2 pans du toit, je vois une porte d'accès. Ce devait être l'entrée médiévale accessible par une échelle amovible en bois.

  Curieusement, cette tour ne comporte aucune archère ni corbeaux pour soutenir un hourdage. Cette tour ayant été modifiée (voir emplacement d'une porte moderne rebouchée) et restaurée (consolidée ?), les ouvertures de défense ont peut être été noyées dans les briques et pierres nouvellement posées

  Un portail magnifique

La porte

   Même si cette porte n'est pas un système défensif comme j'adore en voir, elle mérite que votre Chevalier Dauphinois se transforme en touriste.

     Ce portail Roman, permettant l'accès dans la nef, se situe coté Nord. Il est aujourd'hui protégé par un imposant auvent.

Les 4 voussures en grès sont originales.

      Celle du haut est constituée de sculptures en forme de pointe de diamant, celle en dessous comporte des boules avec des personnages à la base. L'ensemble repose 3 colonnettes avec des chapiteaux sculptés d'animaux parfois fantastiques.

  La porte en bois, bien que très abîmée, possède 2 vantaux sculptés. Il est possible de voir :

   * Sur le tympan de gauche, la vierge et des angelot,

   * Et sur celui de droite, Saint Michel terrassant le dragon.

 

    L'intérieur :

        Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Mais, par une ouverture dans la fenêtre j'ai pu "voler" une vue des entrailles. L'intérieur est aseptisé, sans âme.


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Au 14ème siècle, l'église est fortifiée.
* Au 17ème siècle, l'église reçoit quelques aménagements décoratifs comme la magnifique porte en bois sculptée.
* En 1982, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de l'ascension de Beaussiet)  est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Les sculptures sont aussi la richesse des églises

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 06:30

 

Département 33 - GIRONDE

  Le soleil illumine déjà cette forteresse médiévale.

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Blanquefort est située à 6km au Nord-Nord-Ouest du centre de Bordeaux et à 5km à l'Est de Saint Médard en Jalles.

  Le château de Blanquefort, parfois nommé château Duras, est à moins de 800m de la mairie.

 

   Coordonnées du château :

44° 54' 4.259" N 0° 37' 48.576" W
 44.901183°  -0.63016°

 

  Toponymie :   (--> voir initiation)

     Dans la littérature, le site porte 2 noms :

1 - Blanquefort :  La naissance du nom est simple à comprendre, "Blancafortis". C'est un fort (fortification) avec des pierres blanches.

2 - Château Duras : C'est le nom de l'actuel lieu-dit. Peut être est ce une dénomination en rapport avec l'un de ses anciens propriétaires.

 

  Au bout de chemin il y a le Graal !

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    Il est tôt en ce mois de septembre lorsque je découvre au loin l'incroyable forteresse Anglaise dans son écrin de verdure. Lentement, je m'avance sur le sentier pour déguster les rondeurs de cette beauté de 700 ans.

  Je pressens que la belle ne va pas de suite me révéler ses secrets. Il va falloir que je la séduise avec délicatesse.

 

Je suis perdu

      Entre la végétation, les rondeurs de la forteresse, les hautes ruines à l'intérieur, les courtines parfois petites, je suis perdu. Je ne reconnais pas les classiques standard du château fort.

   Dans mes moments interrogatifs, j'ai recours à 2 astuces :

  1 - Prendre un peu de recul pour mieux ressentir l'architecture,

  2 - Sortir de ma poche un plan détaillé.

 

L'enquête commence

    A l'origine, le château était au centre de marécage, donc difficilement accessible par les attaquants. Des douves, aujourd'hui asséchées, entouraient les remparts. Mais peut être n'était ce qu'un fossé aujourd'hui partiellement comblé.

 

Les systèmes de tir

Avez vous remarqué que cette forteresse possède de multiples systèmes de visée et de tir ?

   J'ai l'impression que les architectes (ou les artisans) ont essayé tous les systèmes connus ou bien ils se sont adaptés aux pierres et courtines existantes.

 

1 2 3 4 5 6

 

1 - Arquebusière avec trou de visée séparé,

2 - Arquebusière avec fente de visée intégrée,

3 - A gauche, arquebusière aménagée dans une ancienne petite archère droite,

3 - A droite, arquebusière implantée en bas d'une ancienne archère,

4 - Arquebusière taillée spécifiquement puis implantée dans la courtine,

5 - Arquebusière taillée spécifiquement puis implantée dans la courtine. La fente de visée est dans une archère  (réimplant ?)

6 - Dans une porte qui semble avoir été rebouchée (poterne ?) implantation d'une arquebusière aveugle et d'une autre avec système de visée.

 Nota :

   J'ai volontairement utilisé le mot "arquebusière" pour définir un trou circulaire pour arme à feu. Il est possible que ces orifices aient reçu une arquebuse, mais aussi une couleuvrine ou un petit canon. Je ne peux le dire avec précision.

  Une petite tour ronde avec vestige de mâchicoulis

Il y a d'autres systèmes défensifs !

   Evidemment, les systèmes défensifs ne se limitent pas à des ouvertures de tir comme ces canonnières dans le rempart. Il y a aussi :

* Le fameux fossé (qui était certainement des douves).

* De petites tours rondes avec des vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire ).

Avez remarqué les fines archères droites ?

* Des petites tours avec archère et canonnière.

* Une petite tour effondrée permettant de comprendre l'aménagement interne.

* De grosses tours d'angle.

* Une grosse tour ronde avec une petite tour flanque

  Curieux n'est il pas ?

 

Mais où est l'entrée ?

  En faisant le tour de ce grandiose château fort, il semble évident qu'à un moment je rencontre l'entrée fortifiée.

Quels systèmes défensifs protégent l'entrée ?

* Le châtelet d'entrée est composé de deux imposantes tours rondes,

* Ces tours possèdent des canonnières pour tir rasant.

* L'entrée est précédée d'un pont. Il est fixe aujourd'hui mais il est évident que mobile il était il y a plusieurs siècles. Les embrasures entourant les ouvertures d'entrées prouvent mes dires.

*  Bien que la partie supérieure de châtelet ait disparu, il est possible de voir les consoles ayant servi de mâchicoulis.

 

Je vais entrer !

Pour découvrir l'intérieur de cette incroyable forteresse, veuillez cliquer ici.

 

 

Depuis des siècles ce château fascine les hommes

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 33 Vers Menu châteaux de la Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 06:30

 

Département 33 - GIRONDE

  Bien que disparus les Templiers ont encore leur chemin

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Arveyres est située à 25km au Nord-Est de Bordeaux et à 6km au Sud-Ouest de Libourne.

  Coordonnées de la commanderie :

44° 53' 14.676" N
0° 17' 31.204" W
 44.88741°
 -0.292001°

 

La commanderie :

     L'extérieur :

Comment la trouver ?

     Dans ce bourg, il existe 2 indications faisant référence à l'Ordre du Temple :

1 - L'impasse de la commanderie,

2 - Le chemin des templiers.

  C'est ce dernier qu'il faut trouver pour découvrir une commanderie du 13ème siècle.

Sera-t-elle aussi puissante que celle de Vaour ?

 

La découverte

   Sachant que la commanderie est située proche de la rivière Dordogne, je me rends au Nord du bourg en direction d'un port. Après une petite marche sur un sentier herbeux, mon Graal du jour apparaît.

 Voyez vous une tour de défense et des mâchicoulis ?

Précision sur les constructions des Templiers

    Une commanderie dans le Royaume de France n'avait pas besoin d'être fortement défensive. L'aura des Templiers était si grande que point de vil manant avait l'idée de s'attaquer à leur territoire.

    L'ennemi des Templiers était en Terre Sainte, les Commanderies dans notre hexagone avaient comme but de récolter de l'argent pour acheter, entre autre, chevaux, armures et provisions.

   Ce n'est donc point un château fort que je vois mais une ruine de maison "forte".

 

La maison forte

   Il faut beaucoup d'imagination pour voir dans cette maison "classique", un des bâtiments d'une commanderie.

    Point de recherche de système défensif je vais faire car le lieu a été modifié plusieurs fois. Je vais simplement regarder les murs en ruine. Une porte ciselée. Est ce l'entrée principale ?

   Il y a un contraste saisissant entre la façade avec la grande arche et l'entrée "pour piéton".

  J'entre par cette grande arche dont l'architecture n'est point celle d'une ouverture du 13ème siècle.

 

L'intérieur de la 1ère salle - maison forte

    L'intérieur de la première salle est très sobre, point de sculpture ni d'élément de confort (fenêtre, cheminée). Seule apparaît à l'étage une porte (?).

   Les pierres sont correctement taillées prouvant la "richesse" des anciens propriétaires. Par contre, avec les années, les joints se sont écartés.

  Cette grande salle sans séparation n'est point une salle d'habitation.

Etait ce l'étable, l'écurie ou le stockage ?

  Quelle magnifique cheminée !

L'intérieur de la 2ème salle - maison forte

   Le contraste entre les 2 salles est impressionnant. Celle-ci est chaleureuse. L'imposante cheminée (possédant, d'après mon manuscrit, une inscription à l'Ordre des Templiers) est magnifique.

   Même si les années ont abîmé cette construction, il y a de nombreux détails amusants ou énigmatiques.

Que pensez vous de ces pierres légèrement courbes ?

 

L'autre bâtiment

    A quelques mètres de la maison forte, un autre bâtiment dans le même alignement attend patiemment ma visite. D'après ma documentation, ce serait le chai.

   Il n'est pas étonnant que proche de Bordeaux, dans ce territoire viticole, un chai exista. La vente du vin permettait d'enrichir la commanderie pour des achats guerriers ultérieurs.

  Reste-t-il des bouteilles dans le chai ?

Extérieur du chai

   Comme pour l'autre bâtiment, le chai possède 2 entrées :

   * Une, classiquement rectangulaire,

   * L'autre, avec une arche.

 

Intérieur du chai

    La surprise est totale dans la première salle. En plus de voir une niche proche de l'ouverture, je suis étonné par les nombreux corbeaux sculptés.

   Je dois être très prudent lors de mes déplacements. En plus des pierres roulant sous mes chausses, il y a des ouvertures dans le sol.

Sont ce des caves ?

 

La civilisation me rattrape

  Les 2 salles ne se ressemblent pas :

* L'une a des pierres pauvrement taillées et mal ajustées,

* L'autre possède des murs avec des pierres taillées très jointives.

Avez remarqué un curieux détail ?

  Je ne savais pas que les Templiers avaient inventé l'électricité. Je pensais que c'était Volta en 1800, puis Thomas Edisson en 1879.

  Evidemment, vous aviez compris que ces bâtiments ont été occupés jusqu'au 20ème siècle.

 

 

Histoire de la commanderie :

* Le 13 janvier 1129, fondation de l'Ordre du Temple.

* En 1170, le site d'Arveyres est notifié dans un texte au sujet d'un partage (à vérifier) entre l'archevêque de Bordeaux et le Vicomte (voir titre de noblesse) de Fronsac.

* En 1231, Raymond Gombaud seigneur de Vayres donne le territoire d'Arveyres à l'Ordre du Temple.

* En 1264 (à vérifier), quatre croix sont implantées marquant les limites de la commanderie.

* Au 13ème siècle, construction de la commanderie.

* En 1307, le roi de France (voir liste) Philippe IV le Bel ordonne l'arrestation des Templiers et la confiscation de leurs biens.

* Le 13 mars 1312, dissolution de l'Ordre du Temple.

* Au 14ème siècle, la commanderie et les terres appartiennent aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

* Au 18ème siècle, des annexes sont construites.

* Vers 1792, les révolutionnaires réquisitionnent le site, font détruire l'église et vendent les pierres.

* Le 19ème siècle, époque du modernisme, a été très "meurtrier" pour les bâtiments de la commanderie. Certaines constructions sont détruites, d'autres, non entretenues, tombent d'elles mêmes.

* Au 20ème siècle, la construction de l'autoroute détruit un moulin à eau utilisé par les Templiers.

* A la fin du 20ème siècle, la municipalité achète les vestiges de la commanderie. Les bâtiments possèdent encore des toits et des murs solides.

* Au début  du 21ème siècle, la municipalité n'a fait aucun entretien. La commanderie se dégrade, les toits disparaissent, les murs s'écroulent. Certaines pièces sont remplies d'ordure.

* Au 21ème siècle, une association de sauvegarde est créée. Elle cherche des financements pour sécuriser le site et organise des visites.

* En ce 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des bâtiments est libre et gratuite en respectant le champ. La visite de l'intérieur est réservée aux "fous" comme moi, correctement chaussée et habillé d'un heaume. Le risque de chute de pierre est important. Veuillez respecter ce site fragile et historique.

 

L'histoire de l'Ordre du Temple est plus dense que cette ruine

 

Vers liste châteaux des Templiers Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 33 Vers Menu châteaux de la Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

La ruine se cache telle de moi ou de tous ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Martin d'Oney est situé à 12km à l'Ouest-Nord-Ouest de Mont de Marsan.

  Coordonnées du bourg :

43° 55′ 45.84″ N 0° 38′ 22″ W
 43.9294°  -0.639444°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    En arrivant dans le village, la brume transforme les constructions et curieusement quand je m'approche, c'est la végétation qui m'empêche de voir l'église.

Le lieu est il envoûté ? 

 

L'enquête commence

      En me décalant légèrement vers la droite, une tour trapue apparaît. Pour un construction fortifiée, je suis surpris par sa faible hauteur, et pourtant tout m'affirme que je suis face à une tour de défense.

     Bien qu'un petit bâtiment carré (sacristie ?) ait été construit contre la tour, cette dernière montre des contreforts aux 4 angles et un autre au centre de la façade renforçant l'assise.

     Évidemment, le crénelage est la preuve de sa fonction défensive. Même si la tour a été très (trop ?) restaurée, il est possible de voir de belles pierres en grès et un chaînage d'angle bien appareillé.

 

Encore des défensesQuelle puissance !

    Pensant avoir vu la défense principale de cette église, je retourne vers mon destrier en jetant un dernier regard à cette construction religieuse quand.... je vois une autre tour sortir du brouillard.

  Elle est plus massive et plus haute que la 1ère.

 

La 2ème tour

    Comme sa consoeur, cette tour a un contrefort au milieu de la façade, mais il n'y en a aucun dans les angles. Par contre, elle comporte de nombreuses archères sur 2 niveaux. Ces fentes ne sont pas alignées (permettant de couvrir plus de surface défensive) et curieusement l'une d'entre elles est bloquée dans l'angle d'un contrefort.

    Au sommet, un crénelage borgne permet la surveillance des 4 cotés, le plus surprenant est qu'il soit asymétrique : 3 créneaux sur 3 face, et seulement 2 cotés nef.

    D'ailleurs ce coté comporte aussi une autre curiosité architecturale. Mais j'ai des doutes :

   * Sont ce des créneaux ou des portes rebouchées ?

   * Ces pierres en encorbellement sont elles le support d'un ancien toit ?

   * Ou plus simplement un chemin de ronde externe ?

   * Ou....

Avez vous une idée ?

 

    L'intérieur :

       Il est temps maintenant de traverser cette porte dont l'épaisseur du mur me surprend. A l'intérieur, comme je le pensais, la restauration a été très efficace pour lui donner un aspect trop moderne.

    L'église comporte une nef à 2 travées avec 2 collatéraux séparés par des arcs plein cintre. Mais il n'y a aucun accès possible aux 2 tours fortifiées.

 


Histoire de l'église :

* Au 14ème siècle, construction de l'église.
* Au 15ème siècle, amélioration des fortifications de l'église.
* Durant plusieurs siècles, des consolidations sont réalisées avec des matériaux de remploi.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

2 tours encadrant la nef. Presque unique !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 06:30

 

Pour découvrir l'extérieur de cette forteresse, veuillez cliquer ici.

 

 

Bobinette et chevillette vont être sollicitées

 

Le château :  (suite)

     L'intérieur :

Je pousse la porte et...

   Malgré ma musculature imposante, la grille ne s'ouvre point. Je tire la chevillette, mais point de bobinette cherre.

  Je vais donc tenter de comprendre cette incroyable forteresse depuis l'extérieur.

  Je vous sens dubitatif derrière votre écran, pourtant, l'intérieur peut se voir de l'extérieur.

Je vais vous le démontrer.

 

Les tours du châtelet

     En me contorsionnant, en cherchant le détail sur la droite, je vois l'entrée de la tour ronde du châtelet (souvenez vous, je vous l'ai montrée ici). La porte et la fenêtre ne sont point médiévales. Elles ont été ouvertes au 19ème siècle par les paysans utilisant le château comme lieu de stockage.

    A l'intérieur de la ronde tour, je distingue des corbeaux ayant supporté des poutres.

 

La végétation est l'assaillant du château

Qu'est ce donc ces constructions ?

    Je continue de me contorsionner à travers les barreaux de la porte pour découvrir les autres bâtiments intérieurs.

Quel capharnaüm !

 - Je vois des tours rondes dans un château.

 - Je distingue des pans de mur sans fonction identifiable.

 - Dans l'herbe, je devine des traces de fondation.

Il me faut résoudre cette énigme architecturale.

 

Un plan salvateur

     Les réponses à mon questionnement se trouvent dans le plan de ce château.

  En regardant depuis l'entrée du châtelet (repère C) je vois :

1 - Les invisibles traces d'une tour disparue,

2 - Les petits vestiges d'une tour,

3 - Les vestiges d'une autre tour,

0 - Le pan de mur Nord-Ouest de l'habitat du donjon,

6 - L'imposante tour Sud,

M - Le mur Sud de la "maison".

   La preuve de mes dires est ici.

 

Tout est en rondeur sauf la 'maison'

La maison

  Je ne m'étendrai pas sur cette curieuse construction parallélépipédique dans un château qui possède autant de formes circulaires.

* Est elle médiévale ?

* Etait ce un logis ou un commun ?

* Pourquoi est elle plus haute que le rempart ?

 

Le donjon

   De nombreux documents affirment que cette puissante tour aurait été le plus haut donjon au 14ème siècle. Il est vrai que ses dimensions sont impressionnantes :

* Largeur : 10 m,

* Longueur : 18 m.

  Le donjon habitable est flanqué de 6 grosses tours rondes. Le corps central avait la même hauteur que les tours.

Ce donjon est unique !

 

De l'extérieur, je vois l'intérieur

    Pour mieux comprendre l'aménagement des bâtiments et l'architecture de l'intérieur des salles, je prends un peu de recul. Cette ruine est un livre ouvert sur le confort et l'habitat :

* Fenêtre à coussiège,

* Corbeaux ayant porté des poutres,

* Axes de circulation,

* Portes.....

  Tout est évident !

  Je vous laisse déguster cette forteresse unique.

 

 

C'est la fin

    Il reste encore beaucoup à voir dans cette forteresse médiévale, mais pour ne point gâcher votre plaisir je ne vous dévoile tout.

  Avant de vous quitter, je vous offre la vue satellite de mon ami Google.

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle (à vérifier), le Romains construisent une petite fortification au milieu des marais.

* Entre 926 et 930  les Normands de la Loire attaquent et pillent la Saintonge, l'Angoumois, le Périgord et l'Aquitaine. Certains historiens supposent qu'ils établissent un point fortifié à l'emplacement du château "Romain".

* Au 11ème siècle, un Vicomte (voir titre de noblesse) de Blanquefort est cité dans un texte. Une tour carrée en pierre (entourée certainement d'une palissade en bois) semble existée.

* En 1154, Aliénor d’Aquitaine (ancienne Reine de France) épouse Henri Plantagenêt qui devient Duc d'Aquitaine. Cet acte bien loin de Blanquefort va avoir une incidence car...

* ... Le 19 décembre 1154, Aliénor devient Reine d'Angleterre, son époux prenant le nom d'Henri II. Les seigneurs de Blanquefort sont donc les vassaux du Roi d'Angleterre.

* En 1247, le Vicomte de Blanquefort réalise quelques travaux sur le château fort.

* En 1254, Pierre Bertrand, seigneur de Blanquefort, reçoit en son château le Duc d'Aquitaine et Roi d'Angleterre Henri III.

* En 1270, Edouard 1er d'Angleterre achète Blanquefort. Il ne l'habite pas et laisse au Vicomte la moitié des revenus des terres et l'usufruit.

* En cette fin du 13ème siècle, début de construction de la forteresse.

* En 1308, pour régler sa dette, le château est cédé à Bertrand de Goth, neveu du pape Clément V.

* En 1325, en épousant le Comte d'Armagnac, le fille de Bertrand apporte le château en dot. Le Comte ayant fait allégeance au Roi de France (voir liste), un conflit éclate entre le Comte et le Roi d'Angleterre.

* Au 14ème siècle, construction du donjon. C'est le symbole de la présence Royale Anglaise en Aquitaine.

- Les historiens notent que ce ne sont point des mâchicoulis qui réalisent la défense rapprochée (comme pour beaucoup de châteaux de cette époque) mais un hourdage en bois (voir vocabulaire). Cette curiosité architecturale ne s'explique pas.

- De plus, à mi-hauteur, un autre ensemble de hourdage était prévu rendant complètement inutilisable les hourds du dessus. 

* Au 15ème siècle, les remparts extérieurs sont aménagés pour les armes à feu sur la demande du seigneur de Duras (à vérifier).  L'entrée du donjon est agrémentée de sculptures flamboyantes.

* Au milieu du 15ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, les troupes du Roi de France  attaquent et prennent la forteresse. Antoine de Chabannes, un des anciens compagnons de Jeanne d'Arc, serait un des créateurs des embrasures à canon du châtelet d'entrée (à vérifier).

* En 1453, fin de la guerre de Cent Ans. La forteresse redevient Française.

* Vers 1476, le château est rendu par le Roi Louis XI à son ancien propriétaire, Gaillard IV de Durfort dit le Proscrit.

* A la fin du 15ème siècle (à vérifier), les historiens supposent qu'un toit à lucarnes a été ajouté sur le donjon.

* Au 16ème siècle, il semble que la famille Durfort ne loge plus au château.

* Au 17ème siècle, durant les guerres de religion le château sert de refuge aux Protestants car Symphorien de Durfort a adopté  la religion Réformé (à vérifier). Le château est partiellement brûlé.

* Au milieu du 17ème siècle, pour réprimer les Frondeurs (voir l'histoire de  la Fronde), Mazarin fait assécher le marais de Blanquefort et araser certaines tours.

* Au 18ème siècle, le château n'est plus entretenu par la famille Durfort.

* Vers 1792, les Révolutionnaires réquisitionnent le château comme Bien National puis le vendent à un marchand de bien. Ce dernier démonte les pierres pour les revendre.

* En 1862, Proper Mérimée s'intéresse à la ruine de Blanquefort. Le château est classé aux Monuments Historiques.

* En cette fin du 19ème siècle et jusqu'en 1920, une partie du château est "habité" ou utilisé par des paysans. Certains ouvrages de maçonnerie (portes et fenêtres) sont effectués.

* En 1966,  après l'effondrement d'une tour, une première campagne de fouille est entreprise.

* A notre siècle, malgré le courage et l'envie de l'association de sauvegarde, par faute de moyen financier, le château s'écroule lentement.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectrant les propriétés privées et la tranquilité des habitants proches du site. La visite des entrailles semble possible quelques jours dans l'année, veuillez vous renseigner auprès de la Maison Du Patrimoine de Blanquefort ou de l'association en charge de la restauration : G.A.H.B.L.E..

 

 

Pour mieux comprendre le travail d'une association de sauvegarde, je vous propose cette vidéo.

 

 

Le château me semble plus joli que la haute tour moderne

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 33 Vers Menu châteaux de la Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 07:30

 

Département  40 - LANDES

Le bourg :Une motte avec une construction au sommet

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Hontanx est située à 17km au Sud-Est de Mont de Marsan  (voir ce bourg fortifié) et à 14km au Nord de Aire sur l'Adour.

   Coordonnées de la maison forte :

43° 49′ 26.12″ N 0° 16′ 14.44″ W
 43.823923°  -0.270678°

 

La maison forte :

    L'extérieur :

La découverte

    Posée sur une butte appelée Motte castrale, une construction tente de survivre aux trop nombreuses sollicitations des hommes. D'après ma carte et mon petit fascicule, ce parallélépipède se nomme : Le château d'Aon.

 

 J'ai des doutes

       La construction ne ressemble pas à une fortification comme je vous en montre souvent. J'entre prudemment par le petit sentier et je vois un bâtiment "moderne" accolé au "château".

    J'ai l'impression que le mot "château" est un peu exagéré pour ce site. J'opte pour l'expression : Maison Forte.

Mais encore faut il prouver que ce site a été fortifié et, ce qui me semble le plus important, a une origine médiévale.

 

Une trace qui me met en joieL'enquête commence

    La maison forte est un bâtiment rectangulaire de 12m par 24m comportant 3 niveaux. Avec ma paires de jumelle, je crois voir que l'épaisseur des murs excède 1m (ceci est une indication de son âge ancien).

    Le mur d'angle est en pierres moyennement taillées alors les "courtines" semblent être en briques (Le crépi jaunâtre ne facilite pas mon analyse).

   Sur une face, un vestige d'arc avec des pierres blanches (de Mont de Marsan ?) me fait penser à une porte. Celle-ci n'est pas au niveau du sol.

Était ce l'entrée médiévale ?

 

L'enquête continue

    En prenant un peu de recul, je ne vois toujours pas de système défensif. En contournant complètement la bâtisse, je vois 3 fentes verticales sous 3 fenêtres non médiévales.

Sont ce les preuves que j'attendais ?

 

La chapelle castrale

    Avant de quitter ce lieu énigmatique, je jette un dernier regard  dans la "cour" et je vois un puissant contrefort.

   Cette construction très cimentée s'appuie sur un mur. Et ce mur est celui.... d'une chapelle.

   Ma brochure affirme que c'est la chapelle du château. Pour que vous ayez autant de surprises que moi, j'ai volontairement flouté et grisé les images. Votre découverte de Hontanx n'en sera que plus intéressante et énigmatique.

 

    L'intérieur :

        L'ensemble est interdit à la visite. Je vais maintenant découvrir l'autre merveille de Hontanx : L'église fortifiée.

 

 
Histoire de la maison forte et sa chapelle :

* En 1298, la Vicomtesse (voir titres de Noblesse) de Marsan fait édifier une fortification à Hontanx suite au conflit qui l'oppose au Vicomte d'Armagnac.
* En 1331, création d'une bastide incluant le château fort. La prospérité et la sécurité attirent la population environnante.
* En 1988, la maison forte et sa chapelle sont inscrites aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la chapelle (dédiée à Saint Blaise) et de la maison forte est libre et gratuite depuis la route. La visite est interdite.

 

Ma vue se brouille devant tant d'énigmes

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 18:29

 

Département  40 - LANDES

Le bourg :

La tour , prend garde !... J'arrive   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le village de Pey est situé à 20km au Sud-Ouest de Dax, à 12km au Nord-Ouest de Peyrehorade, proche de la D33.

   Coordonnées du bourg :

43° 37′ 54.84″ N 1° 12′ 2″ W
 43.6319°  -1.200556°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Perché sur un coteau non loin de la rivière Adour, la position de Pey est surprenante dans cette région de plaine. Et c'est logiquement qu'au centre du village, sur le point le plus haut, je vois cette tour protégeant l'église.

     Ne voulant pas me précipiter et respecter ainsi ma "charte de découverte" je contourne l'église pour mieux la déguster.

 

L'enquête commence

    La vue de la haute tour borgne, protégeant le petite nef si basse est amusante : Masse et légèreté se côtoient. 

 

L'abside

    Construit en pierres de taille moyenne, l'abside est la partie architecturale la plus intéressante, en plus d'être la plus ancienne. C'est une construction semi-circulaire comportant 3 petites baies de style Roman. Trois colonnes semblent servir de contreforts surtout qu'elles reposent sur des stylobates élargis à la base.

(Impressionnant ce vocabulaire, n'est il pas ?  ... En réalité, il n'est point de moi. Je l'ai volé sur une brochure récupérée non loin de là ).

    A l'extrémité de l'abside, de vrais contreforts font le lien avec la nef.

 

Le haut de l'abside

  A l'extrémité des colonnes, une corniche est décorée de 11 modillons encore visibles. Ses petites sculptures représentent des têtes d'homme et de femme, ainsi que des personnages entiers souvent accroupis.Je suis étonné par les poutres à l'extérieur.

Était ce pour soutenir des hourds (voir vocabulaire) de défense ? 

  Certainement pas, mais la surélévation me fait penser à un chemin de ronde construit quelques années ou siècles après.

 

Le clocher-porche

    Située à l'Ouest, cette construction ressemble à un donjon de château fort. Haut (4 étages), parallélépipédique (8m de coté), massif, sans fenêtre, sans archère, c'est en théorie le symbole d'une défense médiévale du 12ème siècle. Le plus surprenant est la pauvre qualité de taille des pierres ainsi que leur assemblage et petites dimensions.

    Ce clocher-tour a été très reconstruit récemment, car le crénelage parait trop neuf et trop symétrique pour une tour de 800 ans.

 

    L'intérieur :

        La rénovation de la fin du 20ème siècle a modernisé l'intérieur devenu trop neuf, même si certains détails semblent authentiques.  Mais je ne suis pas là pour faire du tourisme, je suis entré pour trouver les fortifications. Il y a bien un escalier ici mais il ne monte pas dans la tour.

 


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église à vaisseau unique et choeur semi-circulaire.
* Au 14ème siècle (à vérifier), fortification de l'église.
* En 1879, l' architecte Legrand de Dax aménage des chapelles latérales.
* Vers 1990, importante rénovation de l'extérieur et de l'intérieur.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Saturnin) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Pseudo peinture de la nef de l'église fortifiée de Pey - Landes

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 07:30

 

Département  40 - LANDESAu dessus des arbres, une tour vole !

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Avit est situé à 10km au Nord-Est de Mont de Marsan, sur la rive gauche de la Douze.

   Coordonnées du bourg :

43° 56′ 31.92″ N 0° 26′ 39″ W
 43.9422°  -0.444167°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

Où se trouve la petite église de ce village ?

    J'ai parfois des interrogations stupides car il suffit de regarder au dessus des arbres pour voir un clocher. Évidemment avec un chevalier-castellologue, le clocher ne ressemble pas aux classiques pointes tendues vers le ciel (avec un coq au sommet  ).

Mais à part ce clocher, y a t il des signes défensifs sur les murs de l'église ?

 

Au dessus des arbres, une tour vole !L'enquête commence

    Voila une église sans fioriture. Une petite nef sans transept et à une extrémité, un clocher-tour.

   Tout semble banal et pourtant de nombreux détails me fascinent.

Par exemple :

  * A l'arrière, ces 2 pierres verticales.

Sont ce les vestiges d'archères ?

  * Sur le clocher, 3 fentes verticales dont une obstruée

  * Et surtout, une courte archère insérée dans un contrefort. 

Incroyable n'est il pas ?

 

Encore des défenses

     L'autre coté de l'église est aussi fascinant. La partie arrondie semble être le choeur (curieusement non central). En regardant attentivement la construction ronde, je vois à l'arrière, sur le clocher-tour, de petites archères.

    Cette haute construction comporte toutes les défenses de l'église. Évidemment sous le toit il y a le classique crénelage.

 

Conclusion

    En découvrant cette église, je n'était point certain qu'elle puisse faire l'objet d'un article et qu'elle soit intéressante pour un castellologue-amateur.

  Mais avec tous ses détails, je suis en face d'une petite construction religieuse assez unique.

 

    L'intérieur :

        Hélas, l'église est fermée. Mais point de regret j'ai car je suis certain que la tour n'est point visitable pour un simple passant comme moi. En repartant, je me retourne une dernière fois sur cette curiosité et je vois une horloge.

    Beaucoup d'églises portent une horloge sur le clocher, mais pas une "écologique" comme celle-ci.

 

 
Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction d'une église à nef unique.
* Au 12ème siècle, construction d'une absidiole.
* Au 14ème siècle, fortification de l'église par la construction d'une tour de défense.
* Au 17ème siècle, changement d'orientation de l'église avec construction de la nef au Nord et aménagement du choeur.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Crénelage minimal pour défense....minimale

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 07:30

 

Département  40 - LANDES

Le bourg :

Il faut faire LE tour pour LA tour   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Cricq Villeneuve est situé à 4km à l'Ouest de Villeneuve de Marsan, sur la rive gauche de la rivière : Midou.

    Coordonnées du bourg :

43° 53′ 30.84″ N 0° 21′ 7″ W
 43.8919°  -0.351944°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    En arrivant dans ce petit bourg composé d'une rue traversante, je vois le porche de l'église qui n'est ni fortifié, ni médiéval, ni ... pour mon blog.

Vais je faire demi-tour ?

   Évidemment non car il suffit de regarder le porche dans les yeux (c'est à dire en face) pour voir au loin, une construction qui titille mes sens de castellologue-amateur.

 

L'enquête commence

    Je prends un peu de recul pour déguster la haute construction filiforme. Ce doit être un clocher-tour curieusement construit à l'opposé de l'entrée de l'église et en plus décalé par rapport à l'axe central. 

  Filiforme et rigueur sont ses qualités !

Analyse du clocher-tour

   Ses dimensions ne la rendent pas habitable, cette haute construction devait être une tour de guet. Pourtant une petite fente semble dire :

"Mais oui chevalier, je peux me défendre."

  L'autre face ne montre pas plus de système défensif imposant. Et même pire, un escalier moderne permet l'accès au 1er étage de la tour. J'imagine aisément qu'il fallait une échelle en bois à l'époque médiévale.

   Sous le toit, il y a un crénelage dont les merlons sont borgnes.

 

    L'intérieur :

  Comme trop souvent dans votre 21ème siècle, l'église n'est pas ouverte en dehors des offices et en plus, la porte de la tour, en haut de l'escalier en ciment, est fermée. Je n'aurai aucune réponse à mes questions et doutes.

 


Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction d'une église.
* Au 14ème siècle, aménagement d'un crénelage au sommet de la tour.
* Au 16ème siècle, modification du portail d'entrée.
* Au 17ème siècle, un collatéral est ajouté au Nord.
* Au 19ème siècle, un collatéral est ajouté au Sud, puis construction d'un escalier pour monter dans la tour.
* Au 20ème siècle (?), construction du porche.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher est interdite.

 

Peintre des églises fortifiées je deviens

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 07:30

 

Département :   40 - LANDES

 Il est évident que l'église est fortifiée

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Saint Aubin est située à 24km au Sud-Ouest de Mont de Marsan et à 10km au Nord-Ouest de Hagetmau.

  Saint Aubin est proche de la petite rivière nommée : Gouaougue.

      Coordonnées du bourg :

43° 42′ 42.84″ N 0° 41′ 45″ W
 43.7119°  -0.695833°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Depuis le parking de l'église, je n'ai aucun doute sur l'aspect fortifié de cette construction. Le clocher ressemble à un donjon, mais :

Comporte-t-il des archères, bouches à feu, bretèches le rendant invulnérable ?

 

L'enquête commence

    Le clocher-tour est impressionnant. Sa forme parallélépipédique avec son toit à faible pente lui donne un aspect trapu. Cette sensation est renforcée par les puissants contreforts aux 2 angles.

     Sur 3 faces, une petite fente verticale ressemble à une archère primitive et l'ouverture sous le toit peut être assimilé à un crénelage. Le 4ème coté ne comporte aucune archère. J'ai imaginé que cette face communiquait avec la nef et (pourquoi ne pas rêver) vers une salle de repli avec chemin de ronde. 

Voyez vous toutes les défenses de cette église ?

A part le haut clocher-tour, y a t il d'autres signes de défense ?

 

La nef

    Cette église est un véritable puzzle architectural avec des formes, des couleurs et des matériaux différents.

Cette vue globale me met en joie.

    La nef comporte des archères droites situées à gauche de chaque fenêtre. Leur dimension, ébrasement et forme me font penser à un système défensif du 12ème siècle. 

 

L'abside

    L'abside est percée de 5 fenêtres de style Roman encadrées par des colonnes dont les sculptures n'ont pas résisté au temps. Chaque ouverture est encadrée de contreforts curieusement de largeur, hauteur et profondeur différents. La raison m'échappe !

Au dessus, les panneaux en bois cachent ils des créneaux

ou un chemin de ronde ?

  Je ne peux pas l'affirmer. Il faut entrer pour comprendre.

 

    L'intérieur :

  Hélas, comme trop souvent au 21ème siècle, l'église est fermée en dehors des offices. Je me console en admirant le paysage et l'immensité de cette région plate.

   Il est temps maintenant de découvrir l'autre fortification de Saint Aubin dans le hameau de Poyaler.

 

 
Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.
* Au 14ème siècle, fortification de l'église par l'ajout d'un clocher-tour.
* Au 18ème siècle, modification de l'église.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

L'horizon est infini dans cette région plate

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article