Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 07:30

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

Massive et élégante   Situation :   (--> le voir sur une carte

      Le petit bourg de Carcarès-Sainte Croix est situé à 2km à l'Est de Tartas et à 22km à l'Ouest de Mont de Marsan.

   Coordonnées du bourg :

43° 50′ 33″ N 0° 47′ 24″ W
 43.8425°  -0.79°

 

   Toponymie :

       Ce nom composé date de 1821, année du regroupement des 2 paroisses du Vicomté (voir titres de noblesse) de Tartas.

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    A l'extrémité Sud-Ouest du bourg, sur une petite colline dominant la rivière Midouze, une église regarde le panorama. La dénivellation n'est peut être pas importante, mais elle suffisait il y a 6 siècles à créer une barrière défensive.

N'y a t il que le dénivelé pour stopper les assaillants ?

 

L'enquête commence

    En laissant mon destrier proche du parking de la mairie, je vois au bout d'une allée ombragée l'église de Carcarès. Avec l'absence de fenêtre centrale (en bout de construction), l'abside polygonale parait massive. Cette sensation est amplifiée par les hauts et larges contreforts à larmiers.

   Le petit bourg de Carcarès Sainte Croix possède 2 églises (fortifiées ?) construites à la même période et distante de 4km. Je suis étonné qu'elles soient si différentes (voir l'autre église ici).

 

Que de contreforts pour une si petite église !Je suis surpris

    Rapidement ces nombreux contreforts m'inquiètent ou plutôt m'interpellent (pff, le vieux Chevalier Dauphinois a chevauché sous le soleil Landais toute la journée, point fraîche est sa tête pleine de mots). 

   Sur chaques faces, ils sont curieusement asymétriques.

Pourquoi ont ils 2 hauteurs ?

 

Le système défensif

    Une partie de la réponse m'est livrée par la nature différente des pierres. Il est évident que les murs de l'église ont été réhaussés.

   En levant les yeux, je découvre des ouvertures carrées (présence d'un chemin de ronde) et de chaque coté, des archères droites et courtes.

   L'autre coté de l'église possède aussi le même système défensif.

 

    L'intérieur :

       Hélas, la porte de l'église n'a pas voulu s'ouvrir pour moi. Je me console en admirant ce magnifique abat-sons, ainsi que dans l'entrée une dalle tombale avec son curieux orthographe.

    Je vais maintenant retrouver mon destrier et de ce pas visiter un château fort à peu de distance de là.

 


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'une église dédiée à Saint Girons. Ceci reste une hypothèse : Sa consoeur de Sainte Croix datant de la même époque, et avait la même fonction de surveillance de la vallée de la Midouze.
* Au 13ème siècle, construction d'un chevet polygonal.
* Au 14ème siècle, fortification de l'église par surélévation des murs pour aménager une salle de repli sous le toit.
* Au 17ème siècle, modification de l'architecture du choeur et construction d'une chapelle dédiée à la vierge.
* Au 18ème siècle, un mobilier constitué de tableaux, sculptures, tabernacle et retable est offert à l'église.
* En 2003, le magnifique mobilier est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Laurent) est libre et gratuite. La visite  des fortifications intérieures est interdite.

 

Sur sa petite butte, fière est cette église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 08:30

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

Voyez vous la maison forte aussi nommée Tour de Malte   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Geaune est situé à 12km au Sud-Ouest de Aire sur Adour et à 20km au Sud-Sud-Est de Mont de Marsan.

      Coordonnées du bourg :

43° 38′ 27″ N 0° 22′ 39″ W
 43.640833°  -0.3775°

 

La maison forte :

      L'extérieur :

La découverte

    Est-ce grâce à mon instinct de chasseur de ruines médiévales ou la magie de ma bonne fée ou ma peur de revenir bredouille de cet ancienne bastide fortifiée mais après une errance dans le bourg, je tombe sur cette vue.

Que pensez vous de cela ?

 Oups..Désolé, je me suis trompé d'image.... De ceci bien sur !

 

L'enquête commence

Quelle curieuse architecture !

  La façade est un compromis entre confort et force.

  • * Le confort est évidemment créé par la fenêtre en arc brisé avec colonnette centrale.
  • * La force se voit dans la rigueur carrée, ainsi que les petites fentes (archères ?).

    La dure vie se lit sur sa paroi composée de pierres moyennement taillées et de briques rouges (pour boucher les trous ?). A la position du toit, je soupçonne que cette construction a été arasée.

Tour de Malte au bout de la ruelle

 

L'autre façade

    J'ai besoin d'en connaître plus sur cette énigmatique tour que certaines brochures n'hésitent pas à nommer : Le Donjon.

  Mais l'expression la plus usitée est : La Tour de Malte.

La raison est simple.

   Cette construction carrée et massive (comme une tour médiévale) a été construite pour l'Ordre de Malte.

  C'est par une ruelle perpendiculaire que je découvre son autre face.

 

Que de surprises !

    En découvrant le bâtiment accolée à la tour, je suis convaincu que la construction a été arasée et qu'au moins un étage manque. Ma supposition est renforcée par la présence de solides corbeaux au raz du toit.

    Les corbeaux, ce sont les seuls indices que le temps a laissé aux découvreurs (comme moi) pour imaginer la construction médiévale.

   C'est le moment pour tenter une découverte des entrailles.

 

    L'intérieur :

         Hélas, pour moi, la maison forte est une propriété privée non visitable. Et point de belle princesse pour ouvrir la rustique porte.

 

 
Histoire de la maison forte :

* Au 12ème siècle (?), construction d'une maison forte par l'Ordre de Malte pour se protéger des nombreux assaillants dans cette province peu sécurisée.
* En 1318, création d'une bastide fortifiée. La tour de Malte est intégrée dans les remparts.
* En 1338, Gaston de Foix assiège la ville.
* En 1352, Jean de Cheveresdon, sénéchal de Guyenne, investit la place forte pour le compte des Anglais.
* Vers 1353, les remparts de la ville sont détruits. La tour de Malte est partiellement arasée.
* A partir du 15ème siècle, la maison forte se transforme en habitation puis en chai.
* En 1673, la maison forte appartient aux Parabère (information à vérifier).
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du donjon est libre et gratuite depuis les ruelles. La visite de la tour est interdite. 

 

Sésame Ouvre toi !.. Hélas elle reste fermée

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 06:06

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

Je suis ici, et non pas là   Situation :   (--> le voir sur une carte

      Le petit bourg de Carcarès Sainte Croix est situé  à 2km à l'Est de Tartas et à 22km à l'Ouest de Mont de Marsan.

    Coordonnées de l'église :

43° 52' 7" 0° 44' 30"
 43.868611  -0.741652

 

   Toponymie :

     Ce nom un peu "complexe" est dû au regroupement (paroisses du Vicomté de Tartas) des 2 communes en 1821 :

* Carcarès,

* Sainte Croix.

 

L'église :

    L'extérieur :

Préambule

    En arrivant sur le site, je suis étonné par un panneau. Il ne me dit pas : "Bonjour Chevalier Dauphinois, je suis heureux de te connaître" mais "Vous êtes ici !".

   Je savais que je n'étais pas las, mais être là, j'en étais certain .

 

La découverte

Je vais me faire sonner les cloches     Rapidement je retrouve un peu de sérénité de castellologue amateur. Je plante mon armure dans le sol et je contemple l'église. Évidemment mon regard est attiré par son clocher-mur.

    Cela ne constitue pas la preuve d'une église fortifiée, mais un amateur d'architecture se doit de comprendre le système de soutien de l'abat-sons qui pourrait s'apparenter à des hourds (voir vocabulaire).

Mais où sont les vrais systèmes défensifs ?

 

 L'enquête commence

    Vous le savez maintenant, quand je me pose des questions, je prends un peu de recul. Le muret ne me semble pas d'origine et ne présente aucun signe de défense.

    Devant mes yeux un peu triste , je regarde une église Romane à nef unique qui a reçu un transept bien bien après sa construction (Voyez vous la différence de pierres et de construction ?).

    Le chevet semi-circulaire, ne comportant qu'une petite ouverture de lumière, possède 2 minces contreforts peu défensifs. Je ne vois aucune trace de chemin de ronde ni ouverture de tir sous le toit.

 

Ai je trouvé ?

    Devant tant d'échecs, je dépose les armes et me transforme en touriste. Mais soudain, sur cette façade très Romane,  un incroyable détail me met en arrêt (je savais que ma muse de castellologie ne pouvait pas m'abandonner).

Voyez vous ce qui me met en joie ?

   Au dessus des fenêtres, des corbeaux s'alignent ou, plus correctement, sont alignés. Normalement, un corbeau se pose sur un support (pfff, bête je suis et même volatile dans mes propos   ), mais ici les corbeaux devaient servir à supporter.... des hourds. Ces pierres en encorbellement sont nombreuses, les faces Nord et Sud en comportent plusieurs.

 

    L'intérieur :

        Il est temps maintenant d'entrer dans l'église. Hélas, la porte est fermée. En sautant, je perçois un peu de ses entrailles. L'église est propre, refaite, sans trace de fortification interne.

   Je me console en regardant le paysage au Nord-Ouest.

 


Histoire de l'église :

* Au milieu du 12ème siècle, construction de la chapelle du château du Baron de Sainte Croix .Sa richesse provenait du droit de péage pour les bateaux sur la rivière Midouze en contrebas au Nord.
* En 1569, l'église souffre durant les guerres de religion et plus particulièrement des troupes du Huguenot Montgomery.
* Vers 1790, le bâtiment devient l'église paroissiale de Sainte Croix Meilhan.
* En 1894, abandon de l'église pour celle de Carcarès (où un presbytère est construit).
* En 1996, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite. Du château fort, il ne reste que le souvenir d'une motte et une croix de Malte toute proche.

 

Minimales sont les preuves de défense

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 06:30

 

Département :  40 - LANDES
 

Le bourg :

L'ombre du château plane en ce lieu   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de Carcares-Sainte Croix est situé à 22km à l'Ouest de Mont de Marsan et à 2km à l'Est de Tartas.

  Ce nom un peu "complexe" est dû au regroupement (paroisses du Vicomté de Tartas) des 2 communes en 1821.

     Coordonnées du château :

43° 50' 50" 0° 46' 42"
 43.847346  -0.778341

 

Le château :

     L'extérieur  :

La découverte

     Sur la petite route qui me mène de Sainte Croix à Carcarès, à 1km  avant mon terminus, une ronde construction se cache à l'ombre des grands arbres.

  Je pressens que je suis en face de l'ancien château fort de Malet.

  Et j'entends certains visiteuses et visiteurs me souffler :

"Mais comment en es tu si certain Chevalier ?"

  C'est élémentaire mon cher Watson, il suffit de se retourner pour lire en bordure du chemin une inscription sur un appareil de la fée électricité.

 

J'ai des doutes

Même si cette construction est bien le château fort de Malet, reste t il des preuves de ses défenses ?

Cette tour carrée est elle médiévale ?    A travers les feuilles, je tente de voir la plus haute tour. Sa forme carrée et ses petites dimensions ne la rendant pas habitable me fait penser à un donjon du 12ème siècle. Mais l'absence d'archère, de crénelage, de mâchicoulis (voir vocabulaire) ainsi que la présence d'une trop grande ouverture au sommet me font douter de sa "médiévalité" (Quand il doute le chevalier, il invente des mots doute-teux  ).

 

La recherche continue

    Ne trouvant pas de preuve de défense sur la tour carrée, je prends un peu de recul et une tour ronde apparaît.

   Évidemment, ce n'est pas une fortification imprenable comme notre scolarité nous les a montrées, mais cette tour comporte plusieurs indices sachant faire rêver un Chevalier Dauphinois.

   Je vous vois faire la mou. Regardez bien cette beauté.

 

Description de la ronde tour

1 -La base (qui me semble avoir une légère inclinaison - "fruit") montre des pierres pauvrement taillées (moellons dégrossis de grès coquillé).

2 -La partie supérieure a été "cimentée" mais possède quelques traces de fentes verticales. Leur petite dimension me fait penser à des archères primitives.

3 -Mais en observant certaines, il me semble que trop petites elles sont. Ne serait ce point des fentes de tir pour fusil ?

Cette tour (et même ce petit château) aurait il évolué avec l'amélioration des armes à feu ?

  Certainement, et même révolutionnaire il est car il y a une fente de tir unique en France.  Hihihi, moqueur je suis, ceci est évidemment un détérioration du temps.

 

    L'intérieur :

       Hélas pour moi, la visite est impossible. Je me console en jettant un dernier regard sur cette beauté ronde (oui, je les aime très rondes).

 

 

Histoire du château de Malet :

* Au 13ème siècle (1292 ?), construction d'un château fort par des seigneurs "aimant" guerroyer.
* Au 16ème siècle (?), le château se transforme en paisible manoir confortable.
* Au début du 17ème siècle, le roi de France Henri IV (voir liste) séjourne parfois en ce château.
* En 1782, la famille Chapon devient propriétaire du château.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est possible depuis la petite route. La propriété étant privée et habitée, elle n'est pas visitable.

Une haie d'honneur pour un château bien paisible

 

      Vers Menu châteaux des Landes

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 06:30

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

J'ai un coup de grisou en cette journée grise   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint André de Seignanx est situé à 10km au Nord-Est de Bayonne et à 25km à l'Ouest de Peyrehorade.

     Coordonnées du bourg :

43° 33′ 29.88″ N 1° 21′ 2″ W
 43.5583°  -1.350556°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Il a plu la veille. En ce jour, les nuages sont encore porteur d'une humidité rendant tous les bâtiments ternes et gris. Mais un Chevalier-castellologue-amateur ne doit pas se laisser influencer par quelques nuages.

    C'est donc avec mon flair habituel que je découvre une construction religieuse au milieu du cimetière.

Y aurait-il d'incroyables fortifications en ce lieu ?

 

L'enquête commence

    La partie la plus impressionnante de cette église est incontestablement le haut mur lisse soutenu par 2 puissants contreforts à 2 niveaux. Sur la façade opposée à l'entrée actuelle, cette construction ressemble à un donjon borgne sur lequel se câline la nef..

    Au sommet, des ouvertures carrées me font penser à un chemin de ronde. Je suis surpris de ne pas voir des archères sur cette haute tour.

 

Que me réserve l'autre façade ?

     Face à l'entrée actuelle, je suis toujours en admiration devant l'imposant contrefort. L'orifice du chemin de ronde est aussi visible mais je ne vois aucune bretèche (voir vocabulaire) protégeant la porte.

  Le plus curieux est la présence d'une tour escalier accolée. Les fentes sont certainement des ouverture de lumières pouvant servir à tirer, mais la largeur trop importante rend vulnérable le défenseur.

 

    L'intérieur :

        Hélas, comme trop souvent au 21ème siècle, les portes de l'église sont closes, je ne pourrai pas vérifier mes théories.

 


Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, création d'un village et construction d'une église.
* Au 14ème siècle, fortification de l'église.
* Au 16ème siècle, modification du portail d'entrée et ajout de vitraux.
* Au 20ème siècle, la rénovation l'église défigure son architecture et sa physionomie.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint André) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite. 

 

Grise est cette église trop haute !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 06:10

 

Département 33 - GIRONDE

  Quelle magnifique ruine !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Budos à 40km Ouest-Nord-Ouest de Marmande, à 35km au Sud-Est de Bordeaux et à 10km à l'Ouest de Langon.

 

   Coordonnées du château :

44° 32' 17.664" N 0° 22' 53.926" W
 44.53824°  -0.381646°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

      A une portée de flèche au Sud-Ouest de Budos, au milieu des vignes, une magnifique ruine somnole au soleil.

Symbole du château fort : Un quadilatère avec 4 tours d'angle    Avec ses 4 tours aux angles et ses longues courtines droites, elle est le symbole parfait du château fort de mon imaginaire.

 

Précision du Chevalier

    Ce n'est pas parce qu'un château est en ruine et semble abandonné qu'il n'appartient pas à une famille.

  Il est important de respecter la propriété privée et les vieilles pierres. Lorsque cela est possible, il est souhaitable de demander l'autorisation pour pénétrer dans un site.

  

Le plan

    Le château fort de Budos ressemblerait au château Pontifical de Villandraut (je vous le montrerai prochainement). Ce type d'architecture n'est pas unique ni rare, de nombreux châteaux ont cette forme :

- En Aveyron, Le Bousquet,

- En Lozère, La Garde,

- En Aude, Arques,

- Dans les Pyrénées Orientales, Salses.

 

L'enquête commence

* Il a la forme d'un quadrilatère de 46m sur 56m. Le plan réalisé par Léo Drouyn au milieu de 19ème siècle le prouve.

* 3 angles comportent une tour circulaire.

* Le 4ème angle possède une tour octogonale.

* Certaines courtines possèdent des constructions en encorbellement. Evidemment, vous avez reconnu les latrines.

* Les tours de défense comportent aussi des latrines pour le confort des soldats durant  leur garde.

  Entre 2 flèches, le défenseur peut aller faire ses besoins rapidement

Les systèmes défensifs

   Même si le temps et les hommes ont fortement abîmé le château fort, il est encore possible de voir de nombreux systèmes de défense :

1 - Le classique fossé entourant le site (même si je ne distingue que son fantôme).

2 - Des archères cruciformes à croix pattée.

3 - Au sommet de certaines tours, un crénelage (voir vocabulaire) est visible.

4 - Les courtines possèdent les consoles des mâchicoulis.

5 - Les archères sur plusieurs niveaux défendent sur 270°.

Est ce mon imagination fertile qui me fait voir une arquebusière dans l'archère supérieure ?

Les systèmes défensifs ont ils évolué avec l'arrivée des armes à feu ?

Voici la réponse....

6 - La tour octogonale à l'Ouest possède de nombreuses bouches à feu et canonnières. Il est amusant de constater que les archères côtoient les armes à feu.

 

Entre 2 flèches, le défenseur peut aller faire ses besoins rapidement

La porte fortifiée

     Située coté Sud-Est, l'entrée du château fort est fortement gardée. Même si les 2 tours d'angle contribuent à sa protection, même si les courtines possèdent des archères, l'entrée a ses propres systèmes de défense :

* Comme il se doit, elle est précédée par un pont enjambant le fossé.

* Le pont est fixe en notre siècle mais je pressens qu'il fut "levis" il y a 6 siècles. D'ailleurs, les empreintes des flèches du système de levage sont visibles.

* Evidemment, des archères sur les cotés.

* Au somment de l'imposante tour, un vestige de mâchicoulis.

* Le plus surprenant est évidemment la "fine" tour carrée (avec archères et crénelage) posée sur la massive tour-porte. Je ne me souviens pas avoir vu une telle curiosité architecturale.

Avez vous remarqué l'ouverture latérale ?

* Cela ressemble à une poterne. Mais il est curieux qu'elle soit coté entrée principale.

 

 

    L'intérieur :

Pour découvrir les entrailles de ce magnifique château fort,

vous devez  cliquer ici.

 

 

 

 

Les oiseaux ont remplacé les gardes armés

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 33 Vers Menu châteaux de la Gironde

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 06:30

 

Département  40 - LANDES 

 

Le bourg :

Bien que rustre cette église ne parait pas fortifiée   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Lévignacq est situé à 48km à l'Ouest de Mont de Marsan, à 33km au Nord de Dax et à 10km au Nord-Nord-Ouest de Castets, en bordure de la rivière Vignac.

 

   Coordonnées du bourg :

44° 0′ 22″ N 1° 9′ 59″ W
 44.006111°  -1.166389°

 

   Toponymie :   (petite initiation)

       A l'origine, ce bourg se nommait  : Saint Martin du Vignac en Born. 

  * Saint Martin est le nom du protecteur de la paroisse.

  * Vignac : C'est le nom de la rivière mais il semblerait que ce soit le diminutif de Vigne.

  * Born : C'est le nom du "pays".

==> En 1833 M. Boucau maire de la commune, écrit pour la 1ère fois : Le Vignac

==> Ce nom devient Levignac puis (avec l'accent peut être) Lévignacq.

 

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Arrivée dans le petit bourg, je vois l'église grâce à son haut clocher effilé. L'ensemble est élégant mais il ne ressemble pas à un système défensif médiéval qui est le but de ma venue à Lévignacq.

Vais je revenir bredouille ?

  Les fleurs adoucissent la rudesse de la tour

L'enquête commence

* Avec mes 800 ans d'errance dans notre Royaume, ma vue est moins bonne que durant ma croisade contre les "Anglois d'Aquitaine" au 15ème siècle, donc pour voir les défenses je dois m'approcher.

* Les fleurs, bien que jolies, me brouillent les yeux.

* J'avance donc au plus près du clocher-donjon.

* Vous avez compris que la puissance défensive de cette église est d'abord l'imposante masse de cette tour haute et large rigidifiée par des contreforts d'angle et 2 autres sur chaque façade.

 

Le système défensif

* Sur le haut de chaque face, entre les contreforts, 2 énormes ouvertures permettaient le guet et le tir.

* Elles ne ressemblent pas aux classiques archères médiévales, elles s'apparentent plus à de petits créneaux ou des fentes de tir du 17ème siècle.

 * La face ayant vu sur la nef comporte des ouvertures différentes, aussi bien d'un coté que de l'autre.

* J'ai l'impression de voir une archère cruciforme, mais je suis surpris par sa faible hauteur.

* Le petit évasement à l'extérieur ne me semble pas très "naturel".

 

Encore des défenses ?

  Je reprends un peu de recul pour comprendre l'architecture de liaison entre le clocher-tour et le reste de l'église. Deux constatations :

       1 - L'ensemble n'est pas homogène (différence de siècle de construction ou de restauration).

       2 -La nef ne comporte pas de chemin de ronde en partie supérieure.

L'analyse du chevet me montrera t il d'autres indices ?

   Quelle rusticité !

           Aucune fenêtre, pas de corniche, aucun modillon, mais surtout de puissants contreforts. La renaissance a oublié de moderniser ce chevet.

      Avec ce plan, je comprends mieux cette église.

 

Quelle magnifique définition des costumes !

    L'intérieur :

       En franchissant la porte, je sais que la visite de la tour me sera impossible.

  Mais mon désenchantement est de courte durée car une ambiance religieux et artistique m'enlace !

* Que de beautés !

* Que de talents affichés !

* Que de lyrisme !

* Que de scènes théâtrales de vie !

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle (?), construction d'une église.

* Au 14ème siècle, fortification de l'église, car la région "Anglaise" est souvent attaquée.

* Au 14ème siècle, des peintures sont réalisées dans le choeur.

* En 1713, l'église est restaurée. De nombreuses peintures ornent plafond et murs.

* Au 19ème siècle, nouvelle restauration de l'église.

* En 1970, les peintures et décorations intérieures sont classées aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Est ce le musée du Louvre ?

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 06:30

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

Bretêche ou mâchicoulis ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Roquefort des Landes est située à 22km au Nord-Est de Mont de Marsan et à 16km au Nord de Villeneuve de Marsan.

     Coordonnées du bourg : 

44° 2′ 3″ N 0° 19′ 17″ W
 44.034167°  -0.321389°

 

Le château :

    L'extérieur :

La découverte

    Les automobilistes pressés franchissant le pont, ne pensent pas regarder les constructions de ce bourg. Mais un Chevalier Dauphinois sur son destrier centenaire a le temps de voir un curieux mur.

Est ce un vestige médiéval ?

 

L'enquête commence

    Avec ses pierres correctement taillées (bien que parfois asymétriques), avec ses joints fins je pressens que ce mur a été construit il y a plusieurs siècles. La présence de corbeaux (dont la fonction m'échappe) est aussi un signe d'ancienne construction.

Mais était ce pour défendre un château, un palais, une maison ou un village ?

 

Il faut prendre du recul

    Plutôt que d'avoir le nez dans les pierres (et me faire mal au heaume  ), je prends un peu de recul. Mais les siècles et ses aménagements de confort n'ont pas épargné ce mur. Portes et fenêtres ont certainement remplacé, archères, mâchicoulis et crénelage (voir vocabulaire).

    Pourtant à son extrémité il y a ....

 

La tour

... Une magnifique tour, haute, haute, haute !

    J'ai un peu exagéré pour sa hauteur en utilisant une astuce de photographe (un objectif grand-angle et un genou à terre), car la tour ne comporte que 2 étages. Mais la "petitesse" peut cacher d'innombrable plaisirs.

   Sur les 2 étages, la tour comporte sur son périmètre, une multitude d'ouvertures pour le tir. Au 1er étage, il y a des fentes horizontales très fines (pour fusil ?) et au dessus  quelques trous ronds en alternance avec les mêmes fentes.

J'opte pour un système défensif du 16ème siècle.

 

Est ce vraiment un château médiéval ?

   En contournant la tour, je vois un curieux indice architectural : Une petite construction en encorbellement. Évidemment, comme moi vous avez deviné les traditionnelles latrines.

 

    L'intérieur :

        La propriété est privée et non visitable.

 


Histoire du château :

* Au 13ème siècle, Gaston VII de Béarn fait construire un château fort qui se nommera : Castérat de la Doze.
* En 1344, Gaston II de Foix (voir son château), aussi nommé Gaston Phoebus, séjourne dans ce château avec sa mère Eléonore de Comminges.
* Quelques années passent et ce château se nomme : Château de Foix. 
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite depuis le petit parking et les ruelles. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Cette tour appartient elle à l'ancien château ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 08:50

 

Pour découvrir l'extérieur de ce château,

Veuillez cliquer ici !

 

  Par grand vent, cette niche devait être confortable

Le château :

     L'intérieur

Le châtelet d'entrée

   Le pont-levis étant baissé (il est vrai qu'il n'existe plus, mais laissez moi le plaisir d'y croire), j'enjambe le fossé pour me retrouver devant une herse (à nouveau mon imaginaire est plus fertile que la réalité puisque seul le rainurage prouve mon délire).

  Au plafond du tunnel d'entrée, il me semble voir un assommoir (voir vocabulaire). Lentement je franchis le seuil pour admirer de chaque coté des archères cruciformes défendant le fossé et la courtine.

 

Trois curiosités dans le châtelet d'entrée

1 - La poterne est pour moi une curiosité. En général, elle est située à l'opposé de l'entrée principale.

Etait ce pour attaquer les assaillants proche du mur ?

C'est un exemple vu dans "Le Seigneur de Anneaux"

2 - Une empreinte dans le mur. Ce devait être pour un verrou, mais :

Etait ce une porte pour la poterne ou un deuxième vantail ?

3 - Des rails traversant l'entrée. Il y a bien longtemps, un guide dans un autre château avait affirmé que cela empêchait un chariot de se mettre (volontairement ou pas) en travers de l'entrée bloquant ainsi le passage.

Avez vous une autre hypothèse ?

La théorie d'une canalisation pour les eaux de pluie me semble peu adaptée, surtout que ces "rigoles" se situent de chaque coté.

Etait ce la conséquence de l'expression : "Mettre des bâtons dans les roues" ?

Que de détails sont visibles en cette ruine !

C'est plein de vide !

En entrant, je suis émerveillé !  

Derrière votre écran, je vous sens déçu. Je subodore que cette vision représente pour vous le néant, la minimale ruine.

Que nenni !

   De magnifiques merveilles s'affichent aux yeux de ceux qui ressentent les vieilles pierres et aussi qui savent regarder. Par exemple :

* Au sol, les traces de nombreux bâtiments.

* Sur le mur, les traces des étages, des ouvertures de passage, des systèmes défensifs

 Analyse du coté Nord-OuestUne tour renfermant une magnifique surprise

* Extérieurement, la façade Nord-Ouest comporte de nombreuses latrines. L'accès à ces encorbellements de confort se retrouve donc sur la façade interne. Ce sont les grandes ouvertures verticales (porte ?).

* De nombreux corbeaux et consoles animent la façade. Même si je suppose qu'il y a 5 siècles, ces pierres étaient décorées, elles ne sont point là uniquement pour moi. Ce sont évidemment les supports des poutres des plafonds.

* Au bout de ce long mur (coté gauche) une imposante construction d'angle m'impressionne. Je vous l'ai déjà montrée, c'est la tour polygonale avec ses canonnières.

* De plus, cette tour possède un curieux aménagement dont je vous révèle l'indice.

Avez vous identifié la fonction de cette curiosité ?

* Cette tour renferme un pigeonnier. Au moyen âge, la viande était un met de seigneur. De plus, les oiseaux (proche du ciel donc de Dieu ?) cuisinés étaient plus appréciés que les animaux marchant.

* De retour sur la façade (pour me rendre sur l'autre angle) je remarque au sommet les vestiges du chemin de ronde avec les nombreuses ouvertures de tir.

* A la base du mur, les archères cruciformes avec un large ébrasement (voir vocabulaire) servent de "pot de fleur". Ce n'est point du à une élégante princesse ayant vécu en ce lieu. Les plafonds, toits et murs s'étant écroulés, le sol s'est élevé et la terre a remplacé les gravas.

La courtine coté châtelet d'entréeEn notre siècle, pour tirer il faut être allongé

    Cette courtine montre une architecture différente :

* De nombreuses archères semi-enterrées trouent la paroi.

*** Question :

Au Centre, est ce une archère ?

* En voyant l'inclinaison de la partie basse de cette ouverture verticale puis sa position en hauteur par rapport aux archères, je subodore que cette fente fut un puits de lumière.

* Plus loin à gauche, je me rends pour découvrir un détail architectural de la tour d'angle.

* En voyant les archères droites, je pressens qu'elle n'eut qu'une fonction défensive.

* Dans l'autre angle (coté droit), bien qu'elle soit beaucoup plus abîmée, la tour ressemble à sa consoeur.

* Sur le chemin de ronde, les vestiges d'un pan de mur m'informe que des arquebusières et armes à feu ont défendu le château.

Cette façade est très défensiveC'est la fin

    Avant de quitter cette magnifique ruine, j'analyse une dernière fois la tour-porte. Elle semble composée :

* D'un rez de chaussée,

* D'un étage éclairé par un puits de lumière (salle d'arme ?),

* D'un autre étage avec une  belle fenêtre (salle de repos ?),

* D'une salle borgne bien que des archères apparaissent à l'extérieur,

* D'une plateforme crénelée.

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction probable d'un petit château.

* A la fin du 12ème siècle, la Guyenne devient Anglaise après le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec le futur roi Henri II.

* Au début du 14ème siècle, Edouard II, Roi d'Angleterre et Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine, autorise Raymond Guilhem de Budos, neveu du pape Clément V, à aménager un château fortifié sur le site existant.

* En 1325, les modifications du château sont terminées.

* Au 14ème siècle, ce château aurait été  la cible de diverses armées durant la Guerre de Cent Ans.

* En 1571, La famille Budos vend la seigneurie et le château à la famille La Roque.

* En cette fin de 18ème siècle, la seigneurie est toujours possession de la famille La Roque.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château puis le vendent comme bien National. Meubles, boiserie, plancher et toiture disparaissent.

* En 1830 et durant 10 ans, le château sert de carrière de pierres.

* En 1860, la ruine est achetée par un descendant de la famille La Roque.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée.

* En 1988, la ruine est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant le vignoble. La visite de l'intérieur est possible en respectant cette propriété privée. Le risque de recevoir une pierre existe, soyez très prudents.

 

Surveilleur de vigne... Quel beau métier !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 33 Vers Menu châteaux de la Gironde

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 07:30

  

 

La tour est le dernier symbole de la puissance médiévale du bourg

Département 33 - GIRONDE

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Libourne est située à 55km à l'Ouest de Bergerac et à 25km au Nord-Est de Bordeaux.

 

   Coordonnées de la porte fortifiée :

44° 54' 59.418" N0° 14' 49.668" W
 44.916505° -0.247038°

 

 

La fortification :

     L'extérieur :

La découverte

* Sur la rive gauche de l'Isle, proche du confluent avec la Dordogne, les derniers vestiges des fortifications de Libourne tentent de héler les touristes et les passants pressés.

* Le Chevalier Dauphinois, toujours attentif aux murmures des vieilles pierres, s'approche lentement pour ne point effrayer cette beauté de 700 ans.

 

Le rempart

* Il y a 700 ans, la ville était entourée d'un puissant rempart.

* Bien que les années et les hommes ne l'aient point épargné, le haut mur défensif est encore visible proche de la porte.

* Il est composé de pierres correctement taillées.

* Avec un peu d'imagination il est possible de voir le chemin de ronde au dessus des mâchicoulis.

  Voilà une tour qui est bien Barré !

La tour Barrée

* Même partiellement arasée, la plus petite des deux tours encadrant la porte est pleine d'enseignement.

* Elle possède sur plusieurs niveaux des archères droites.

* Je suis surpris qu'une construction défensive du 14ème siècle ne possède pas des archères cruciformes à bêche (voir vocabulaire ).

Les Anglois étaient ils en retard technologiquement ?

* Au sommet, les ouvertures me font penser à un chemin de ronde couvert, aujourd'hui sans plafond.

 

La tour Richard

    Le nom de la grande tour a été donné par les Libournais en hommage à Richard de Bordeaux, fils du Prince de Galles et de Jeanne de Kent né à Bordeaux en 1366.

  Coiffée d'une incroyable toiture point médiévale, l'imposante tour Richard m'informe que ces "maudits Anglois" savaient faire construire de belles cités fortifiées hautes et puissantes. Cette beauté comporte les classiques systèmes de défenses :

- Des archères droites,

- Une salle de surveillance avec fenêtre à meneau unique et latrines pour le confort.

- Des mâchicoulis,

- Un crénelage avec des merlons possédant un trou rond (pour fusil ?).

 

L'entrée

    Coincée entre les 2 puissantes tours, la porte d'entrée paraît petite, pourtant ses dimensions sont respectables. Avec précaution, je m'approche de ce territoire qui fut à mes ennemis : Les Anglois.

Un derrière bien fortifié !  

 

    L'intérieur :

Le système défensif de l'entrée

    Au dessus de l'entrée, point de fente pour recevoir les flèches d'un pont levis. Le système de fermeture était donc composé d'un double vantail renforcé évidemment par une herse dont je vois le rainurage.

 

L'arrière des tours 

   L'entrée forme un large couloir ogival. Je suppose qu'une autre double-porte enfermait l'assaillant dans ce sas.

   Sur l'arrière des tours, des "ombres" de bâtiment du passé apparaissent.

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle, le village portuaire Romain se nomme : Condatis.

* Au début du Moyen Âge, le village se nomme : Fozera

* En 1152,  Éléonore d'Aquitaine épouse Henri Plantagenêt futur Roi d'Angleterre. Cet acte a pour conséquence, la scission de la France et le début de la guerre de Cent Ans.

* Au 13ème siècle (1265 ?), le Roi (voir titre de noblesse) d'Angleterre et Duc d'Aquitaine Edouard Ier ordonne la construction d'une fortification entourant la ville se nommant : Leybornia.

* En 1330, sous l'impulsion du roi d'Angleterre Edouard III, la porte du Grand Port est construite. La cité est maintenant fortifiée, 8 portes permettent la circulation des biens et des hommes. Avec le commerce fluvial, la ville prospère.

* Après 1453 (fin de la guerre de Cent Ans), la ville s'appauvrit.

* Au 17ème siècle, la tour Richard est coiffée d'une imposante toiture.

* Vers 1794, la municipalité révolutionnaire ordonne la destruction des remparts et des portes fortifiées. La porte du Grand port échappe à ce massacre architectural.

* En 1935, la porte est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la porte est libre et gratuite. La visite des tours est interdite.

 

 

Fermez les yeux et ressentez la puissance de cette entrée

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 33Vers Menu châteaux de la Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article