Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 08:44

 

Département 48 - LOZERE

  Je pressens que la découverte va être passionnante

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Bauzile est située à 60km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi), à 20km au Nord-Ouest de Florac et à 5km au Sud de Mende.

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 12" N 3° 30' 08" E
 44.4699684°  3.502370899°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

L'approche

* Le hameau de Montialoux est situé à 1km au Sud de la commune.

* Il n'est pas très difficile de trouver le site castral puisqu'il est positionné au sommet de la petite colline.

* Tel un matador, je bombe le torse et j'agite mon étendard de Chevalier Dauphinois.

* La ruine n'est pas impressionné et ne m'offre qu'un angle et un mur sans grand intérêt.

* Malgré la pente glissante dans laquelle je suis (au sens physique et psychologique), je tente de la séduire en contournant ce rempart composé de pierres disparates.

 Diantre !... Que voila ruine captivante

La première tour

* Pour comprendre le site je sors mes ailes. Tel un oiseau je regarde les ruines du château.

* Au Nord apparaît une tour carrée.

* Je pressens qu'elle fut réaffectée en pigeonnier.

 

Passionnante façade

* Dans mon périple je découvre la façade extérieure du logis seigneuriale.

N'est elle pas magnifique !

* Cette merveille possède quelques détails fascinants et amusants :

- Une archère, implantée après la construction primitive du château, est rebouchée.

- Le niveau supérieur de l'imposante tour défensive est voûté en berceau.

- Le fantôme d'une construction en encorbellement interpelle le touriste. Elle demande :

Etais je une bretèche

ou des latrines ?

* Vous connaissez évidemment la réponse... grâce à l'odeur... hihihi.

* C'est à ce moment que je franchi le passage (secret) menant à la cour intérieure.

 

        L'intérieur :

Festival de Cannes

 

La montée des marches vers la célébrité !

* Dans cette cour, j'adorerai faire la cour à une damoiselle.

* Je lui conterai fleurette et......

Oupss !... Hors sujet je suis.

* De suite, j'ôte mon pourpoint en dentelle et je revêts mon armure de chevalier castellologue amateur.

* Avec précaution, je monte chaque marche.

* Au sommet, une porte que me quémande de la franchir.

La porte du Paradis

 

Le choix de Corneille !

* Deux options s'offrent à moi :

1 - Soit je continue la montée vers le Paradis.

2 - Soit je tente la découverte des salles basses.

Quelle option vais je prendre ?

Quel dilemme.... Cornélien !

 

Tel Rodrigue, qui a du coeur, j'ai choisi

* Ma décision tombe, non pas sur le carreau, mais à Pique !

* Trèfle de plaisanterie..... à droite je vais.

 

Une succession de salles défensives et utilitaires

1 - Une archère bouchée (ressemblant à sa consoeur vue précédemment).

2 - Une grande salle.

En devinez vous la fonction ?

3 - Voici un premier indice.

En souhaitez vous un autre ?

* Voici l'ouverture sur la gauche.

Est ce une simple fenêtre avec 2 coussièges ?

* La réponse est ici.

* Ceci est un lavabo.

** Conclusion : Cette pièce est la cuisine.

4 et 5 - Des cheminées sans décoration. Je subodore qu'elles sont dans des locaux fonctionnels ou pour le "personnel".

6 - Que voyez vous en ce lieu ?

 

1 2 3 4 5 6

 

D'autres surprises

* Dans ce site non sécurisé, il est important d'être prudent.

* Lentement j'avance sans faire de bruit tout en observant les vestiges.

* Soudain, apparaît une cavité dans le mur. Je subodore que cela fut une cheminée.

* Le piédroit sculpté m'informe que cette salle fut importante (la aula ?).

* En prenant un peu de recul, je remarque dans le ciel un conduit... de cheminée.

 

L'étage est il aussi riche en détails ?

11 - Je monte l'escalier.

12, 13 et 14 - Plusieurs portes s'ouvrent presque par magie.

15 - Sous l'une d'elle je retrouve la voûte de l'étage inférieur.

16 - J'admire la pierre sculptée à la naissance de l'arc.

17 - Oups... J'ai oublié le nom de cette pièce d'architecture.

18 - Quelle puissante pierre ayant reçu une poutre de blocage.

11 12 13 14 15 16 17 18

 

C'est la fin

* En ce logis seigneurial, chaque salle renferme des pierres sculptées, soit pour la décoration, soit pour la solidité.

* Je vous laisse car j'ai encore beaucoup à voir et admirer.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château fortifié. Sa fonction est de surveiller l'entrée de la vallée du Valdonnez.

* Dans la deuxième moitié du 16ème siècle, durant les Guerres de religion, le château est partiellement détruit pour éviter qu'il soit utilisé par les Protestants.

* Au milieu du 17ème siècle, un logis de confort est aménagé.

* Vers 1780, Charlotte de Lafayette et le chevalier de Chavangnac vendent le château à Guillaume Perrier.

* Vers 1792, les Révolutionnaires réquisitionnent le château et le vendent comme Bien National.

* Durant le 19ème siècle, les propriétaires se succèdent.

* Vers 1930, le château est décrit en tant que ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de précaution. Le site n'est pas sécurisé. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important. Soyez très prudents.

Nota : Ce château étant une propriété privée, veuillez être très respectueux du silence et de la propreté du site.

 

Ce château m'a donné un arc en ciel de beauté médiévale !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 08:12

 

 

Département 48 - LOZERE

 Voyez vous les vestiges d'un château fort ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune des Vignes est située à 35km au Sud-Ouest de Florac, à 30km au Nord-Est de Millau (voir son château) et à 15km au Sud-Est de Séverac le Château (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

 44° 15' 39" N 3° 14' 09" E
 44.26086656°  3.235808909°

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

* Il n'est point besoin de faire de longues recherches pour comprendre l'origine du nom :

- Blanque = Blanc,

- Fort = Fortification.

--> Ceci est donc un lieu fortifié avec des pierres blanches.

* Je vous ai déjà montré un site avec le même nom situé en Gironde.

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Depuis la commune nommée Les Vignes dans les gorges du Tarn, mon destrier m'emporte à l'Est sur une route pentue vers le causse Méjean.

* Après quelques kilomètres, il stoppe brusquement, me jette sur le sol et part brouter l'herbe rase.Ce château troglodytique va être mon Graal du jour

* Quand il a cette attitude, je sais que son flair sans faille a détecté une ruine médiévale.

(Ce n'est point moi qui suis expert en sites médiévaux, c'est mon hongre. Je ne serai rien sans lui).

* Je lève la tête et je vois une cavité dans la roche partiellement fermée par un mur droit.

* Je me relève, je m'époussette puis j'attaque la montée.

 

L'approche

* J'arrive au pied du mur (il paraît que c'est là que l'on voit le bon maçon).

* Je ne suis pas là pour construire le mur mais pour le sauter (passer au dessus évidemment).

* Lentement, je contourne la paroi.

* Ne voyant aucun sentier ni possibilité de grimper, je prends un peu de recul.

* Et c'est par cet éloignement que je vois la "grotte" et le mur de courtine.

 

Les derniers mètres

* Je sens que la ruine va se livrer à moi.

* Je sais qu'elle craque devant mon charme de Dauphinois, le gratin des Chevaliers.

Ses pans de mur avec trous de boulin (voir vocabulaire) frémissent.

 

 

Rapide constatation

* Ce site n'est point celui d'un seigneur.

* Le minimalisme me fait penser à un poste de guet.

* Le système défensif comporte ni crénelage ni mâchicoulis.

* L'unique pièce était éclairée par quelques rares petites ouvertures carrées.

 

        L'intérieur :
L'analyse 

* En entrant, je constate que le sol possède plusieurs niveaux.

* Je ne décèle aucune trace de cheminée ou de foyer.

Comment se chauffaient les guetteurs ?

* A l'extérieur de la grotte, un mur en angle m'informe qu'au moins un bâtiment existait.

 

La vue : Le cadeau des ruines

* Evidemment, un poste de guet bénéficie d'une vue panoramique.

* La vue sur les causses et les gorges est magnifique !

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle (à vérifier), aménagement d'un site de guet fortifié.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible. Le site n'étant pas totalement sécurisé, le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe. Soyez très prudents.

 

Ce château est idéal pour surveiller les gorges et le chemin du Causse voisin

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 06:08

 

Département 48 - LOZERE

  Au 21ème siècle, la ruine se bat contre la végétation

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint Julien d'Arpaon est située à 50km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi), à 35km ai Nord-Ouest d'Alès et à 7km au Sud-Est de Florac.

      Coordonnées du château :

44° 17' 54.586" N 3° 40' 1.618" E
 44.298496°  3.667116°

 

Le château : 
        L'extérieur :

La découverte

   Sur une hauteur à l'Est de la commune, une ruine presque irréelle, posée sur le rocher, me quémande de la visiter. C'est donc avec entrain, mais sans me presser, que j'arpente un petit sentier.

 

Plusieurs siècles d'aménagement sont visibles

Aspect général

  * Si l'on excepte la construction avancée, le château a une forme circulaire avec un diamètre impressionnant.

  * Je suis fasciné par le nombre de murs encore debout.

  * Le site est posé sur le rocher dont il a la couleur.

  * De nombreuses ouvertures que j'assimile à des fenêtres sont visibles, mais curieusement, les systèmes défensifs semblent absents.

M'approcher je dois !

 

Je la touche presque
   Les premières tours (ou courtines.. car leur fonction est difficile à déterminer) ne possèdent pas les archères droites ni cruciformes (voir vocabulaire) qui me font rêver.

  Lentement, mon oeil s'habitue à la couleur foncée du matériau. Je je distingue des pierres plus claires légèrement espacées.

Sont ce des fentes pour fusil ?

 

Etait ce un passage secret ?

Coloré ou Noir & Blanc ?

   Le parement n'est pas très beau. Ce défaut d'esthétique est causé par les pierres utilisées dont la taille ne peut point être régulières.

   Pour résoudre le problème aux endroits importants (angles, contour des portes et fenêtres) une autre pierre a été utilisée.

Que pensez vous de ce damier coloré ?

 

En haut, c'est pour ma tête ?

   Lentement je regarde chaque pierre du bas vers le haut espérant trouver :

* Une archère,

* Une fente de tir,

* Un crénelage,

* Une échauguette.

  Ma recherche est vaine. Je ne vois que de hautes parois entrecoupées de fenêtres. Lorsque la courtine est cassée, je distingue des couloirs ou des axes de circulation dans l'épais mur. Je commence à douter que ce château fut défensif à l'époque médiévale.

Soudain, je suis en arrêt !

 Que de variantes de couleurs de pierre en ce lieu !

Une installation défensive

   Taillé dans une troisième sorte de matériau, une construction en encorbellement me nargue.

Sont ce des latrines ?

  Que nenni. Vous avez toutes et tous reconnu une échauguette.

   Elle sécurisait l'entrée en dessous dont les traces du système de fermeture se remarquent.

 

Analyse rapide de l'échauguette

   Comme toutes ses consoeurs dans les autres châteaux forts, l'échauguette est portée par des consoles distantes permettant de laisser tomber des "objets" et liquides.

   Je suis surpris par la large et haute fente de chaque coté. Le défenseur est peu protégé des flèches ou balles tirées contre lui. De plus aucun ébrasement intérieur facilite son angle de tir.

  J'ai la sensation d'être à Stonehenge

        L'intérieur :
Je prends du recul
    Sur la pente herbeuse qui devait être la basse-cour, je regarde cette curieuse ruine dont la datation m'échappe.

  Lentement j'avance.

 

Enfin, je vois des rondeurs
   Dans cette ruine où l'angle droit semble être la règle de construction, je suis étonné de voir une voûte pour une salle basse, puis sur le mur opposé, une autre rondeur.

 

Je pense donc je cherche
   Par sa superficie, il semble évident que cette construction ait appartenu à une puissante famille (puissante signifiant riche).
Je décide de chercher des détails architecturaux prouvant ma supputation.

 

Voyez vous les trous sur la droite ?

Une surprise

   Je n'ai pas besoin de longuement chercher En haut de ce qui semble être une tour, je vois de multiples trous.

En connaissez vous la fonction ?

  Vous êtes si perspicaces et si érudits que vous m'avez tous dit :

"C'est un pigeonnier !".

   Ceci est un signe extérieur de richesse, comme pourrait le dire le service des impôts en notre 21ème siècle.

 

Les profondeurs

  Après m'être envolé dans les airs, je plonge dans les salles.

1 - Entrée d'une des salles basses.

Nota : Veuillez être très prudents dans une ruine. Surtout ne grimper sur aucun mur et ne courez pas. Le risque de recevoir ue pierre est important.

2 - Je me sens comme dans une cathédrale, excepté la poussière.

3 - Un joli passage sous voûte avec un arc en tiers point.

4 - Au fond, les ouvertures carrées sont des systèmes de tir avec un faible ébrasement.

5 - Conduit de cheminée.

6 - Des traces dans les murs dont je n'ai pas identifié la fonction.

* Support pour un palan ?

* Etagère ?

Avez vous une suggestion ?

 

1 2 3 4 5 6

 

C'est la fin

   Dans les salles, il y a de nombreux renfoncements de lumière (ou défensif ?). Je quitte cette beauté pleine de mystères et de rêves non sans m'être extasié devant une forme ressemblant à un puits ou une citerne.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château. Il est possession du seigneur d'Anduze dont la famille détient la Baronnie (voir titre de noblesse) de Florac.

* En 1266, l'évêque de Mende achète la seigneurie.

* Au début du 17ème siècle, le château est démantelé.

* Au 18ème siècle, la famille Montcalm, nouveau propriétaire, tente de reconstruire une partie du château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de l'intérieur est possible en prenant quelques précautions car le site n'est pas sécurisé. Veuillez respecter cette propriété privée.

 

Quelle vue !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 06:06

 

Département 48 - LOZERE

  La puissante forteresse se bronze au soleil couchant

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint Alban sur Limagnole est située à 50km au Sud-Ouest de Le Puy en Velay, à 35km au Nord-Nord-Ouest de Mende et à 8km au Sud-Est de Saint Chely d'Apcher.

     Coordonnées du château :

44° 46' 53.18" N 3° 23' 23.039" E
 44.781439°  3.389733°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte
   Un château se situant très souvent en hauteur, il me semble évident que chercher une rue montante soit la solution pour voir le site médiéval de Saint Alban.

    L'ensemble fut modifié au 15ème siècleAu sommet du bourg, une beauté lumineuse attend que je la caresse... du regard bien sur, car je n'ai point fait les préliminaires d'usage pour séduire cette belle (voir mes conseils ici).

 

Première analyse

    De suite je suis en joie car la construction possède encore de nombreux détails architecturaux défensifs :

* Des rondes tours aux angles.

* En haut des courtines, des consoles. Ce sont les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

  D'autres détails m'informent que le château a subi de nombreuses adaptations et modernisations durant les siècles :

* Des canonnières.

Avez vous remarqué leur nombre et leur position ?

* Des fenêtres à meneaux en croix dans les courtines.

  Pour mieux embrasser (Diantre ! J'ose déjà lui donner un baiser) son architecture, je prends un peu de recul.

Quel spectacle incroyable !

 

Voyez vous l'échauguette ?

Que de surprises !  

* L'autre tour d'angle est dépourvue de canonnière.

* Mais elle possède au sommet les traces de mâchicoulis.

* Et surtout, elle a gardé le vestige d'une échauguette.

Surprenant n'est il pas ?

* En observant la base de l'échauguette, je remarque une coquille Saint Jacques. Cela signifie que le château est sur l'une des routes des pèlerins vers Saint Jacques de Compostelle.

 

Une autre tour bien différente

   Plus loin, une autre tour ronde m'étonne. Elle ne possède ni fenêtre, ni système de tir. Seules, les consoles rappellent un système défensif en encorbellement.

 

Défense et modernité se marient merveileusement bienEncore des surprises !

   Lentement je contourne ce quadrilatère en remarquant quelques archères arquebusières pour arriver devant une façade incroyable.

   Plusieurs siècles de construction et reconstruction s'offrent à mes yeux ébahis :

* Au sommet, l'ancien chemin de ronde.

* En dessous, les consoles pour mâchicoulis.

* Des fenêtres très élégantes.

* Et surtout, un portail d'entrée en grès rouge avec un tympan portant un écu. Ma documentation affirme qu'il fut percé sous Henri IV (voir liste des Rois).

 

        L'intérieur :
Je suis "enfermé dehors" ! 

* Je toque à la porte, mais l'immobilisme me répond.

* Je tente de trouver une autre entrée, mais aucune ouverture s'offre à moi.

* Je suis enfermé dans mon questionnement sans ouverture vers mes réponses.

 

Je jette un oeil
   Je pensais jeter l'éponge quand j'eu l'idée de jeter un oeil sous la porte.

Le miracle s'accomplit !

  Je vois une belle cour où il m'aurait été agréable de faire la cour à une damoiselle. Elle serait au balcon et moi, caché dans l'ombre, je lui déclarerai les vers de Cyrano.

 

Une cour intérieur aux décors Italiens

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château fortifié. Il est possession de la famille Apchier.

* En 1188, Guérin d'Apcher rend hommage à l'évêque de Mende pour ce château.

* En 1360, signature du traité de Brétigny. Cet acte bien loin du Gévaudan aura pourtant des conséquences pour le château.

* Durant la deuxième moitié du 14ème siècle, pendant la Guerre de Cent Ans, les Routiers à la solde des Anglais saccagent la région. Ils tentent à plusieurs reprises de récupérer le château.

* En 1414, Bernard d'Armagnac et une troupe armée s'emparent du château. Béraud d'Apcher est fait prisonnier. Certains historiens pensent que le donjon est rasé et les fossés sont comblés.

* Au 15ème siècle (en 1440 ?), par son mariage avec Marguerite de Murat (petite fille de Béraud d'Apcher), la famille Louet de Calvisson possède le château.

* Au début du 17ème siècle, par mariage, le château appartient à François de Molette.

* Au milieu du 17ème siècle (à vérifier), par héritage, le château est possession de la famille Morangiès. Ce sont ces nouveaux propriétaires qui façonnent et transforment l'antique forteresse médiévale en château de confort.

* En 1740, après la mort du dernier Baron (voir titre de noblesse) de Canilhac (voir son château), Pierre-Charles, Marquis de Morangiès, achète le titre de Baron. Saint Alban sur Limagnole devient le siège de cette Baronnie.

* Durant la deuxième moitié du 18ème siècle, une bête immonde sévit dans la région. Elle est nommée : La bête du Gévaudan. Le château de Saint-Alban est l'un des points de ralliement pour les battues.

* En 1821, Christophe Théodore de Morangiès a d'important besoin d'argent. Il décide de vendre le château à Sylvain Boissier.

* En ce 19ème siècle de renouveau et d'idéologie humaine, le château est transformé en hôpital psychiatrique. Cette fonction durera plus d'un siècle alternant entre "asile" privé puis départemental (en 1824 ?).

* En 1942, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1993, le Conseil Général de Lozère achète le site. L'hôpital est déplacé. Des travaux sont entrepris pour moderniser les salles devant accueillir le public.

* A la fin du 20ème siècle, le château abrite l'office de tourisme et un petit musée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est partiellement possible, renseignez vous.

 

La fière façade a gardé son visage médiéval défensif

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 06:05

 

Département 48 - LOZERE

  Voyez vous une tour fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Chanac est située à 60km au Nord-Est de Rodez, à 40km au Sud de Saint Chély d'Apcher et à 15km Ouest-Sud-Ouest de Mende.

     Coordonnées du château :

44° 28' 3.09" N 3° 20' 37.226" E
 44.467525°  3.343674°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte
   Posée sur une petite colline à la limite du bourg, une construction grise montre aux grands arbres qu'elle est toujours la plus haute et la plus forte.

  Ce mur est il d'origine médiévale ?

Rempart 

    Avec des siècles sans entretien, avec l'exploitation agricole causant des modifications, il est difficile de savoir si le mur entourant la tour est le vestige du rempart médiéval.

   J'ai quelques doutes en découvrant les 2 murs "superposés" et décalés. J'imagine qu'un des murs ne soit pas un vrai système défensif originel du château.

 

La chemise
   Je ne vais point vous parler chiffon ni mode. Mon propos est sur le mur entourant la tour nommé : Chemise.

  Cette protection posée sur le rocher est composée de pierres aux multiples dimensions avec une taille assez pauvre.

   A certains endroits, des pierres de remploi ont été mises pour consolider la paroi.

 Soudain, j'ai un doute sur mon affirmation.

  Ceci n'est point chemise mais rempart

Erreur j'ai commise

    Le mur en avant de la tour n'est point une chemise mais le rempart du château.

  Conclusion (pour vous et moi) : Mon erreur (volontaire bien sur) signifie qu'il ne faut jamais tirer de conclusion rapide en regardant une ruine. Le détail est important mais en le replaçant dans son ensemble architectural. Donc :

La fente dans le rempart est elle une archère ?

 Pour le savoir, je "traverse" le mur.

 

        L'intérieur :

Qu'est ce ?
    Point de surprise j'ai en regardant à l'intérieur de la fente, je suis devant une archère droite avec un faible ébrasement.

       Je suis surpris que ce rempart n'ait point évolué durant les siècles et les améliorations des armes.

  Il n'y a  :

- Aucune trace d'archère cruciforme,

- Ni d'archère canonnière,

- Et encore moins de vrai canonnière.

  Ceci est le donjon médiéval du château

La tour

   Cette haute construction ne fut point une simple tour mais le donjon du château premier. Elle comporte :

* Des trous de boulin.

* Sur la hauteur, de petites fentes (Puits de lumière ou archères primitives ?).

* Quelques fentes plus hautes : De vraies archères.

* Une construction en encorbellement : Les latrines.

* Une porte d'entrée à plusieurs mètres du sol.

 

La richesse

   Comme très souvent dans un château fort posé sur une colline, le panorama est magnifique.

 

C'est la fin
     Après cette magnifique plongée dans l'univers médiéval, il me semble évident qu'il me faut finir la journée par une autre beauté de cette période.

    Je monte sur mon destrier pour visiter une fortification dans le hameau de Le Villard proche de Chanac.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle, le Prince d'Aragon et Comte (voir titre de noblesse) de Barcelone, Raymond-Béranger IV, fait construire un château pour contrôler la vallée.

* Au début du 13ème siècle, durant la croisade des Albigeois, l'évêque de Mende réquisitionne le château. Il fait construire un donjon, symbole de son pouvoir. Ce château devient la résidence d'été des évêques durant plusieurs siècles.

* Au 14ème siècle, durant la guerre de Cent Ans, le château n'est pas possession des troupes Anglaise ni des Routiers (si cette information est vraie, ce château est un exemple presque unique dans l'histoire médiévale).

* A la fin du 17ème siècle, un incendie ravage le château. L'évêque fait reconstruire partiellement le château, l'aménage pour plus de confort et fait construire une glacière.

* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du château et le brûlent.

* En 1993, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur du donjon est interdite.

  Nota : Un passionné de châteaux du Gévaudan m'informe que le donjon est visitable quelques jours par ans. Renseignez vous.

 

Cette tour médiévale semble éternelle !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 06:07

 

Département 48 - LOZERE

  Ruiné est ce château fort d'un autre temps !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Canilhac est située à 45km au Nord-Est de Rodez, à 40km au Nord de Millau et à 3km à l'Ouest de La Canourgue.

     Coordonnées du château :

44° 25' 28.178" N 3° 9' 0.403" E
 44.424494°  3.150112°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Préambule

   En découvrant la photo du château, vous vous êtes mis à penser :

"Le Chevalier Dauphinois va encore nous amener

dans ses délires de ruine formidable !".

   Il est vrai que je me suis rendu dans ce bourg pour me pâmer devant un site médiéval "un peu" ruiné. Mais...... il faut savoir que ce château fut le siège d'une des 8 Baronnies (voir titre de noblesse) du Gévaudan.

   C'est donc pour cette incroyable raison historique que je suis en ce lieu.

  Un parement d'angle très original

Je vais faire des photos
     Sur la vue satellite, le château ainsi que son rempart sont très reconnaissables. C'est donc avec la certitude de ne point revenir bredouille que je me rends dans cette petite commune proche du département de l'Aveyron.

 

Première analyse 

   En découvrant une courtine du château, j'ai plusieurs remarques :

* Point de tour défensive je vois.

* La diversité des pierres et de leur pose m'informe que le mur a été de multiple fois réparé.

* Le montage des pierres en arête de poisson me fait penser que le château est ancien (certains supposent des murs Romains).

* Avec leur rouge couleur, les parements d'angle surprennent. J'ai supposé que localement il n'y avait pas de pierre de grande dimension. Le recours à une autre carrière aurait été la solution. Mais il n'en ai rien. Un lecteur passionné me donne la vérité.

 

Quelle surprise !

    En contournant le site je découvre une curieuse ouverture semi-circulaire. Je prends un peu de recul pour mieux comprendre.

Quelle est donc cette curiosité ?

   Point de bizarerie cela est. Le château étant si ruiné que la commune a consolidé l'ensemble puis aménagé une salle.

Pensez vous que cela soit un petit musée ?

   Une archère très primitive

        L'intérieur :
Classique découverte

   La salle basse n'est point musée mais une pièce pour la mairie. La salle est voûtée, mais il est difficile d'en connaître la fonction originelle.

   N'étant pas visitable, je me dirige vers l'escalier moderne pour découvrir l'étage.

 

Eléments de défense et de confort

    A l'étage, il ne reste que 2 pans de mur très arasés. Ma mission va être de comprendre l'architecture et la fonction des salles et étages.

   L'étage accessible possède :

* Un sol très moderne,

* A gauche de l'escalier une ouverture ressemblant à une petite cheminée,

* A droite de l'escalier une voûte.

* Une archère droite avec un faible ébrasement me la faisant dater de la fin du 11ème siècle ou début 12ème. Ma supposition est peut être faussée par les nombreuses consolidations récentes.

* Un mur reconstruit mais avec la preuve qu'un étage existait.

* La présence d'un étage supérieur est prouvée sur l'autre mur.

* Les vestiges d'une imposante cheminée m'informent que ce niveau était réservé au seigneur.

 

La cheminée de la salle seigneuriale 

C'est la fin

   Ne souhaitant pas vous révéler tous les secrets de cette beauté très abîmée, je vous laisse ici. Je jette un dernier regard sur les brumeuses montagnes.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. Un seigneur nommé Canilhac est cité.

* Au 17ème siècle, le château est en ruine.

* Au 20ème siècle, pour protéger le site, les murs sont rapidement consolidés, le sol est refait avec des matériaux récents et une salle est aménagée pour recevoir la mairie.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible. L'entrée dans la salle de la mairie n'est pas autorisée sans invitation.

 

Pour les passionnés d'histoire, je vous propose la lecture de ce site.

 

L'art moderne ose s'intégrer dans cette forteresse médiévale

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 06:05

 

Département 48 - LOZERE

  Bien que transformé en ferme, la puissance du château fort se ressent encore

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Balsièges est située à 60km au Nord-Ouest d'Alès, à 50km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi) et à 8km au Sud-Ouest de Mende.

      Coordonnées du château :

44° 27' 35.69" N 3° 27' 2.444" E
 44.459914°  3.450679°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Isolé de tout, presque oublié du temps et des hommes, une bâtisse médiévale somnole sous le soleil. Mais je subodore que point fut son calme lors de sa construction car ce château a été volontairement positionné sur une lieu stratégique. Sa mission était de surveille le croisement des routes de Chanac-Ispagnac et de Mende-Sainte-Enimie.

  J'installerai bien mon bureau au sommet de cette tour

Quelle est la fonction de ces bâtiments ?

    Dans certains documents, ce site est notifié comme une ferme fortifiée, mais dans d'autres plus nombreux, il est nommé : Château du Choizal ou La Choizal.

   C'est cette dernière fonction que j'ai retenue (et préférée).

 

L'analyse 

* La tour est le premier bâtiment qui attire l'oeil.

* Bien que son diamètre soit peu imposant, elle survole le logis du château.

* Ses mâchicoulis assuraient la défense proche.

* Son chemin de ronde couvert permettait le guet et la défense au loin.

* Avec ses petites lucarnes, cette ronde construction doit comporter un escalier en colimaçon.

* Le logis possède plusieurs fenêtres à meneaux en croix.

* Le dernier étage du logis ressemble à une chambre de repli avec ouvertures de tir.

* Le style de la porte basse de la tour avec son fronton triangulaire ne semble point être du Moyen Âge.

* Le blason serait celui de la famille Bardon.

Question :

En partie basse de la tour, voyez vous un évasement ?

 

        L'intérieur :
   La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, l'évêque de Mende est propriétaire du château.

* En 1640, la famille Pineton de Chambrun vend le domaine le Bernard Bardon (à vérifier).

* Au milieu de 17ème siècle, le site très ruiné est en partie reconstruit (à vérifier).

* En 1689, la propriétaire "madame de Chauzal" rend hommage pour son château à l'évêque de Mende.

* Au 19ème siècle, des bâtiments agricoles sont construits.

* Au 20ème siècle, après un incendie, certains bâtiments sont reconstruits ou aménagés en grange (à vérifier).

* En 2004, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter cette propriété privée.

 

Ce château fort surveille la pousse de l'herbe

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 06:10

 

Département 48 - LOZERE

  Voyez vous les fortifications de cette église ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Prunières est située à 50km au Sud-Ouest du Puy en Velay, à 30km au Nord de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 25km au Sud-Est de Saint Flour.

 

     Coordonnées de l'église :

44° 49' 35.962" N 3° 20' 33.788" E
 44.826656°  3.342719°

 

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte
   D'après mon dictionnaire, le bourg de Prunières possède une église fortifiée d'origine médiévale. En arrivant devant ce bâtiment religieux, j'ai deux certitudes :

1 - Cette église est bien médiévale,

2 - Ses fortifications ont presque disparus.

  Un morceau de mâchicoulis a traversé les siècles

L'analyse 

* L'église ne possède pas de transept.

* Le mur de la nef est renforcé par cinq contreforts plats.

* Les fenêtres Romanes sous arcade sont placées en hauteur.

* Les pierres en granit sont jointives, prouvant le soin apporter (pour l'éternité) par les moines constructeurs.

 

Le système défensif
    Il semble minimal durant notre siècle, mais en observant le toit, je suppose qu'il fut "récemment" abaissé.

  Une salle de repli avec construction défensive en encorbellement a été construite il y a 5 siècles.

Reconnaissez vous les mâchicoulis ?

 

Le clocher porche

* Le clocher-porche serait l'un des plus anciens de France (d'après certains universitaires).

* La trilogie est exprimée partout dans cette façade :

- Dans le portail d'entrée,

- Dans les 3 baies à mi-hauteur,

- Dans les 3 ouvertures pour les cloches.

Les peintures du 17ème s'harmonisent bien avec cette architecture médiévale.

 

        L'intérieur :
Sobre et décorée

    Devant la porte, j'ose la phrase magique :

"Césame, ouvre toi !"

* En entrant, je constate une division entre le choeur et la nef.

* Cette particularité est créée par un arc triomphal en sailli.

* Un autre arc presque symétrique sépare le choeur de l'abside.

* Les décors peints, bien que réalisés au 18ème siècle, par leur simplicité semblent avoir été conçu au début de la renaissance.

* Pourtant bien loin de ses terres, Jeanne la Pucelle m'observe avec passion (et réciproquement).

* Ma brochure affirme que derrière l'autel, un puits existe. Ainsi les "défenseurs" pouvaient résister à un siège.

 

Hors sujet

    J'ai une question :

  Pensez vous que le sculpteur de ce bénitier ait pu imaginé

que les Homo-sapiens du 21ème siècle puissent encore l'admirer ?

 

Je trouve une "consolation"

    Evidemment, n'ayant pas pu visiter les entrailles fortifiées, en sortant j'ai la truffe au sol... de tristesse...

Pensez vous que je sois réellement triste ?

    Que nenni, je suis pensif sur mon prochain lieu de visite.

C'est grâce à cet acte de pensée que mon regard tombe sur des détails que point j'avais vus auparavant : Des sachophages.

   Certains sont cassés et d'autres servent de bac à fleurs. Mais leur présence prouve que certains moines (importants ?) se faisaient (certainement) enterrer proche de l'église.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, le prieuré de Prunières dépend de l'abbaye de la Chaise Dieu.

* Au 13ème siècle, construction de l'église par les moines.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, l'église est fortifiée.

* Au 17ème siècle, un retable est intégré dans le mur.

* Au 18ème siècle, des peintures ornent le choeur.

* En 1920, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Caprais) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Etait ce le tombeau d'un Grand Chevalier... comme moi ?

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 07:06

 

Département 48 - LOZERE

  Sentez vous cette bonne odeur de pierre médiévale ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Sainte Enimie est située à 70km à l'Est de Rodez, à 20km au Sud de Mende et à 6km au Sud-Ouest d'Ispagnac.

 

      Coordonnées du château :

44° 21' 2.39" N 3° 27' 33.156" E
 44.350664°  3.45921°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

     A 4km au Sud-Est de Sainte Enimie, sur la rive droite du Tarn bien calme en cette année de sècheresse, le petit bourg de Prades somnole tranquillement loin des touristes mais en étant gardé par son incroyable château d'origine médiévale.

  Ceci est la façade donnant sur la cour intérieure

La façade coté Nord

   En arrivant par le Nord, je vois (sur la droite) un corps de logis parallélépipédique comportant :

* Proche d'un angle coté Tarn, une imposante tour carrée.

* Coté cour, une ronde tour comportant certainement un escalier en colimaçon.

 

Encore des surprises !

    Sur la gauche, je vois 3 bâtiments qui s'entremêlent. Il semble évident qu'ils n'ont point été construits à la même époque.

  Pourtant, un détail me chagrine. Je pressens que 2 d'entre eux sont de la même époque mais avec des aménagements au cours des siècles.

Voyez ces détails ?

 

Deux bâtiments

   Une rapide analyse m'informe que le site, qui n'est point en ruine, possède :

* 2 bâtiments en équerre. Cette beauté me rougeoie les yeux

* Une cour intérieure, me faisant penser que 2 autres cotés ont été détruits complètement.

* Un rempart dont il ne reste que le tracé. 

  Pour mieux vous repérer, voici la vue satellite du château.

 

Façades Est et Sud-Est
   Ce coté est fascinant par sa sobriété tout en possédant quelques caractéristiques architecturales :

* Un arrachement de mur prouvant que le bâtiment-rempart continuait sur la droite.

* En haut, les traces d'une porte.

* 2 archères droites.

* Une haute courtine accrochée au rocher.

* Les vestiges d'une construction en encorbellement : latrines.

  Comme par magie, le château a poussé sur les rochers

Façade Sud

  Au pied du rocher, je suis impressionné par la volonté qu'ont eu les hommes du passé à construire une telle fortification. La fusion entre le rocher et la pierre construite est presque parfaite.

  Cette façade montre :

* Des fenêtres modernes,

* Des ouvertures obstruées,

* Des archères droites ou avec arquebusière,

* Une tour carrée,

* Une archère cruciforme,

* Un curieux arc de décharge.

 

        L'intérieur :
  La propriété privée n'est pas visitable. 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle (à vérifier), construction du château. Il sécurise l'abbaye de Sainte Enimie en contrôlant l'entrée des gorges du Tarn.

* Au milieu du 15ème, l’abbé du monastère abbatial de Sainte Enimie, seigneur de Prades, habite au château.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château résiste aux attaques des Protestants commandé par le Capitaine Merle.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château puis le vendent comme bien national. Il est transformé en exploitation agricole.

* Au milieu du 20ème siècle, la Caisse des Dépôts devient propriétaire du site. Elle le consolide et l'aménage.

* En 1972, la Caisse des Dépôts vend le site à un particulier.

* En 1974, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la tranquillité de ses habitants. La visite de la propriété privée est interdite.

 

La surveillance de la vallée est très aisée

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 06:30

 

Département :   48 - LOZERE 

  Sur sa colline, le château attend les visiteurs

Le bourg :

     Situation : (--> le voir sur une carte)

       Le petit village de Albaret Sainte Marie est situé à 10 km au Nord de Saint Chély d'Apcher et à 20 km au Sud-Est de Saint Flour, à la frontière des départements de la Lozère et du Cantal.

   Cordonnées du château :

44° 53' 59.597" N 3° 16' 0.563 E
 44.899888°  3.266823°

 

Le château :

     L'extérieur :

Une ruine oubliée

    Voila une ruine extraordinaire qui est oubliée des hommes. Aucun panneau dans le village indique sa présence.

Comment l'ai je trouvée ?

   C'est grâce à un symbole de ruine (vous savez, les 3 petits points en triangle) sur ma carte IGN et aussi par mon dictionnaire des châteaux forts.

   Grâce à un habitant du village, je connais la direction à suivre. Dans un virage, à travers les arbres, je distingue enfin la ruine sur la colline.

Le voyez vous au milieu des arbres ?  

La découverte   

    Évidemment comme souvent, "ma" ruine est entourée d'une épaisse végétation. Je sens que mes jambes vont être griffées.

Comme vous avez de la chance de pouvoir la visiter en restant dans votre fauteuil !

Mais que ne ferais je pour vous !

 

Première constatation

    Première surprise, je ne vois ni fossé, ni obstacle naturel. Il n'y a aucun rempart externe entourant le château. C'est assez rare pour une construction médiévale.

Ce château n'était il qu'un refuge de guetteur ?

N'est ce point surprenant si ce fut la résidence d'un seigneur ?

 

La végétation me laisse tranquille

     Sans trop de difficulté (mes jambes ne sont pas griffées, merci de vous en inquiéter), j'arrive devant la courtine fortifiée du château. Les murs à bossage très épais ne sont pas le reflet d'un simple bâtiment pour guetteur.

Je vais découvrir le château d'un seigneur du Gévaudan.

Une curieuse archère sur le mur à bossage 

Je la contourne

   La courtine comporte quelques archères très curieuses à double ouverture circulaire (pour fusil ?). Je dois contourner le haut mur pour trouver l'entrée. Sur ce coté, les ronces m'empêchent de pénétrer. Mais grâce à un mur écroulé, j'ai déjà une vision du logis.

  Comme toujours, "mes" ruines ne comportent ni toit, ni plancher, ni boiserie mais je pressens que les pierres seront très instructives.

 

Mais où est l'entrée ?

    Tout en cherchant une porte, je dessine les contours théoriques de ce château. Il devait ressembler à cela. A l'origine, ce château avait une forme carrée avec 4 tours d'angle (très classique comme architecture).

  Puis, 2 siècles plus tard, sur le coté Nord, une structure presque triangulaire est venu renforcer la défense (comme une barbacane voir vocabulaire). Elle épouse la totalité du petit promontoire.

   Un peu plus loin, une porte en arc brisé m'invite à la découverte de l'intérieur.

Chaque mur possède un riche détail 

    L'intérieur :

Le logis

     En pénétrant dans ce château je suis impressionné par la hauteur des murs et la qualité de construction pour une ruine oubliée. Positionné au centre de la plus grande salle, je suis regarde les différentes portes et fenêtres, et je suis en admiration devant la richesse des décors. Évidemment, ce n'est pas Versailles, mais je suis certain maintenant que ce château était l'habitat d'un seigneur.

Vous ne me croyez pas ?

   Regardez cette finesse au dessus d'une niche.

 

Que de beautés (certes un peu ruinées)

    Pour le confort, il n'y a pas que la qualité des sculptures et l'aménagement des fenêtres. Aussi belle soit elle, une pierre est froide en hiver. La chaleur est fournie par de nombreuses cheminées sortant des murs à différents étages.

N'aimeriez vous pas dormir dans un tel château ?

     Il est vrai qu'il manque un peu de toit pour les soirs de pluie. Alors, puisque vous préférez les intérieurs, je vous emmène visiter les tours.
    Avant de franchir le seuil, je découvre dans un angle le curieux système de tir. Ces pierres de défense sont implantées sur toutes les parties basses les murs.

Y avait il une belle assise sur la coussiège ?

La tour

     Dans la salle basse je découvre, ce qui est très logique dans un château médiéval, un ratier (voir vocabulaire) ou un puits. Il faudrait m'allonger sur le sol poussiéreux pour en définir la fonction exacte.

    Évidemment, comme je ne suis pas dans le logis seigneurial, les sculptures sont rares, mais la construction est vraiment exceptionnelle; Voûte, arc de décharge, voussoir s'enchaînent avec élégance.

    Dans une autre salle, l'éclairage est meilleur parce que le seigneur a fait construire pour sa belle une fenêtre à coussiège.

      Puis dans un petit coin, il y a ..... les petits coins  . Chaque salle, chaque mur me réserve une surprise.

Quelle ruine !

   Plus haut, une fenêtre me montre un paysage incroyable, le rêve m'emporte...... m'emporte..... au point d'imaginer ce château il y a 500 ans.

 

C'est déjà fini
    Mais le soir tombe, la fraîcheur de septembre me réveille et il me faut partir en franchissant cette massive porte en arc brisé. Mais un indice m'informe que cette ruine a été reconstruite.

L'avez vous vu sur la photo ?

C'est sur la droite.

 

 

Histoire du château :

* Vers le 12ème siècle, un château semble construit en ce lieu. Il appartient aux évêques de Mende.
* Au 15ème siècle, une "barbacane" est construite au Nord pour renforcer la défense avec l'amélioration des armes de jet.
* En 1789, il semble que le châtelain fuit le château.
* En 1795, il est incendié par les révolutionnaires.
* Au 21ème siècle, la découverte du château est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est important, mais il serait dommage de l'éviter.

   Fallait il tirer en étant allongé ?

  Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article