Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 07:45

 

Département 48 - LOZERE

  Voyez vous cette belle ruine oubliée ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Saint Rome de Dolan est située à 25km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi), à 20km au Sud-Ouest de Sainte Enimie et à 15km au Sud-Est de Séverac le Château (voir sa belle ruine).

 

     Coordonnées du château :

44° 17' 04" N3° 13' 35" E
 44.28458509° 3.22636216878°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est là bas !

* A moins de 2km au Nord-Est de Saint Rome de Dolan, sur le route sinueuse qui mène au village de Les Vignes au bord du Tarn, une ruine médiévale se dore au soleil.

* En aval du causse de Séverac, mais loin des falaises pour éviter d'être attaqué depuis les hauteurs, le château est un point de surveillance pour contrôler l'ancien chemin du col devenu une route touristique.

* Lentement, j'approche de cette ruine presque millénaire.Entendez vous le bruit des reptiles dans les brousailles ?

 

Premier ressenti

* Depuis le petit hameau, le sentier faiblement en pente est facilement accessible.

* La seule difficulté est l'amas de pierre au sol quelque peu instable.

* Devant la ruine, je ne distingue aucun fossé donc aucune trace de pilier pour un éventuel pont levis.

 

 

        L'intérieur :

La porte

* De l'entrée il ne reste qu'un fantôme d'arc.

* Puis, plus loin, une autre ouverture s'inscrit dans un mur très épais.

* Je pressens que cette dernière fut l'entrée principale du château.

 

Un pan de mur

D'énigmatiques murs !* Plus loin, des pans de murs me quémandent de deviner leur fonction.

* A gauche, le premier morceau de mur me force à l'observer.

* Il est constitué de lits de pierres asymétriques.

* Seul son parement d'angle m'informe de l'importance du château.

* Il possède quelques trous de boulin (voir vocabulaire) mais c'est surtout son ouverture verticale qui me fascine.

* Est ce :

     1 - Une archère droite ?

     2 - Une ouverture de lumière ?

* En voyant son épaisseur, je pressens que ce mur ne fut point dans le rempart et ne devait pas faire partie du système défensif.

* J'opte pour la réponse 2.

Êtes vous en accord avec moi ?

 

La réponse

* Évidemment pour avoir la réponse, il suffit de contourner le mur.

* Avec son fort ébrasement intérieur et sa position haute, la fente est une ouverture de lumière.

Je suis vraiment très fort, j'avais deviné !

"Évidemment !... Puisque c'est toi qui écris l'article" grommelez vous.

"Puisque tu es si fort, quelle fut la fonction de ce bâtiment ?"

Heu... j'ose penser que ce fut..... heu....... la chapelle castrale.

 Ce mur possède de nombreux trous peu reconnaissables

Le grand bâtiment

* Je me dois de comprendre le bâtiment au fond.

* Sa paroi extérieure est réalisée avec des pierres de petites dimensions.

* L'intérieur montre au moins 2 étages sur rez de chaussée.

* Le rez de chaussée comporte une magnifique fenêtre.

Avez vous remarqué l'épaisseur du mur ?

Je pressens que je ne suis pas au niveau inférieur.

Des tonnes de gravas recouvrent le sol.

* A l'étage supérieure, une ouverture ressemble à une archère.

* Au dernier étage, je voir un mur en retrait montrant le niveau du plafond.

Avez vous remarqué le vestige d'un mur vertical de séparation ?

* Je pressens que ce bâtiment fut le logis avec cuisine et aula de réception.

 

 

C'est la fin

* Je ne vous ai montré que les grands murs "facilement" identifiables dans cette ruine.

* Le site possède de nombreux autres vestiges qu'il serait amusant de comprendre.

* Donc je vous laisse réfléchir sur ce trou, puis sur cette beauté.

* Je vous quitte pour admirer le paysage grandiose sur les gorges du Tarn.

 

 

Puis je rester dans ton ombre ?

 

 

Histoire du château :

* Au début du 11ème siècle, un site fortifié existe. Il est possession de Raymondus (à vérifier).
* Au 12ème siècle, construction d'un puissant château fort. Il est possession d'une famille nommée Dolan (à vérifier).

* Au début du 13ème siècle, le château est possession du seigneur de Séverac.

* En 1224, pour le château de Dolan, le seigneur de Séverac rend hommage à Etienne II de Brioude, évêque de Mende (voir liste).

* En 1255, le seigneur de Dolan rend hommage au Roi de France (voir liste) pour son château et ses terres.

* Au 14ème siècle, le site est possession de la famille Arpajon.

* Vers 1728, la seigneurie appartient à la famille De Roye.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur est possible. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important. Soyez très prudents.

 

 

 

Adieu magnifique ruine médiévale !

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 06:05

 

Département 48 - LOZERE

  Je pressens que cette ruine va être mon déjeuner intellectuel de ce jour

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Banassac est située à 60km au Nord-Est de Rodez, à 30km au Sud-Ouest de Mende, à 20km au Nord-Est de Séverac le Château (voir sa ruine) et à 2km au Nord de La Canourgue (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 27' 11" N 3° 11' 49" E
 44.453157514°  3.19699198°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

L'arrivée

* A 2km au Nord de Banassac, un peu à l'écart du hameau de Montferrand, en bordure de la rivière Lot, une vieille ruine somnole.

* Sans la réveiller, j'avance lentement.

* Au début, le spectacle de ses pierres est minimal.

* Mais au loin, je perçois monter en moi le plaisir du Castellologue amateur.

 Ses rondeurs sont désirables !

Première analyse 

* Ma première vision est la rondeur d'une tour.

* Ayant été arasée, elle est dépourvue de crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Cette construction circulaire partiellement enterrée a une base talutée avec des pierres de grandes dimensions.

* A mi-hauteur, la tour possède des ouvertures dont je ne sais si elles furent pour la lumière ou pour la défense.

* En les examinant, je subodore que certaines ont été créées après la construction.

 

Un orifice passionnant

* J'entends parfois des "touristes" affirmer qu'une ruine c'est moche, sans intérêt.

* Par ce petit chapitre je souhaite vous montrer qu'un château oublié est toujours passionnant.

* Sur cette tour arasée, de nombreux détails sont fascinants.

- Les pierres sont de 2 couleurs différentes, signifiant une réparation ou modification.

- En partie basse, une ouverture rectangulaire ne ressemble ni à une canonnière, ni à un puits de lumière.

Qu'est ce ?

- Ceci est un goulet d'évacuation.

Sont ce des latrines ?

 Le luxe seigneurial sera t il encore visible ?

        L'intérieur :

Est ce le bon endroit ?

* En contournant la tour ronde, je vois une partie des entrailles du château.

* Ce vestiges étant sur le sommet de la colline, je suppose que ce fut le logis.

* J'espère que décoration il y a encore.

* Le mur montre des pierres mieux taillées, plus jointives.

* Dans l'épaisseur du mur, je vois le remblai fait de chutes de taille des pierres.

* Au dessus, il me semble voir les vestiges d'une fenêtre à coussiège.

(vous connaissez mon imagination fertile.

Il est possible que cela soit ... autre "chose".)

* Puis, sur la longueur du mur, une belle corniche sculptée.

A-t-elle porté les poutres du plafond ?

 

 

C'est la fin

* Il y a encore d'autres détails et vestiges au sol à regarder et à comprendre.

* Pour vous permettre d'avoir autant de surprise et d'émotion que moi, je ne vais pas tout vous dévoiler.

* Lentement je m'éloigne de ce site presque millénaire.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château fortifié pour surveiller l'entrée accédant aux bourgs de Banassac et La Canourgue.

* En 1150, Hugues et Guillabert de Montferrand font hommage pour leurs terres et château au Comte (voir titre de noblesse) du Gévaudan.

* A la fin du 13ème siècle, naissance au château d'Elise ou Amphélise de Montferrand.

* Au début du 14ème siècle, Elise donne naissance dans un autre château à Guillaume III Grimoard qui deviendra le Pape Urbain V.

* Au 14ème siècle, le château est cité dans un texte (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de précaution. Le site n'étant pas sécurisé, le risque de recevoir une pierre ou de glisser ou de tomber dans un trou est important.

 

Chaque pierre me conte son histoire. Les entendez vous ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 07:15

 

Département 48 - LOZERE

  Ce mur me murmure son histoire si riche

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Le Malzieux-Ville est située à 60km au Sud-Ouest de Le Puy en Velay, à 40km au Nord de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 30km au Sud-Est de Saint Flour.

 

     Coordonnées des fortifications :

44° 51' 18" N 3° 19' 52" E
 44.8549843°  3.3310312999°

 

 

Les fortifications : 

        L'extérieur :

Une cité pour tous types de touristes

* Certaines constructions médiévales en notre siècle offrent un plaisir pour chacun d'entre nous.

* Le touriste premeneur sera heureux de déambuler dans les ruelles.

* Les damoiselles seront enthousiasmées par les balcons fleuris.

* Un castellelogue amateur ou un passionné d'architecture sera coi devant les murs multi-centenaires.

** Voila ce que propose la cité fortifiée de : Le Malzieu-Ville.

 Les fleurs ont remplacé les archers

L'arrivée

* La première façade que je rencontre a subi de nombreuses modifications.

  - Parois plusieurs fois consolidées,

  - Fenêtres créées puis rebouchées,

  - Archères en remploi,

  - En haut à droite, latrines défigurées.

 

Remparts modernisés

* Lentement, je longe le rempart comportant de nombreux logements.

* Soudain, l'architecture change. Les pierres sont "neuves" d'aspect et les joints refaits.

Quelles sont les raisons de ces modifications ?

* Une mairie s'est installée dans le rempart. En réalité, elle a pris place dans l'ancienne chapelle des Pénitents.

  - Des fenêtres ont été aménagées,

  - Le chemin de ronde a été couvert,

  - Des fleurs ont "poussé"

 * L'office de tourisme a pris ses fonctions dans la tour située à l'Est.

  - Cette ronde beauté se nomme : Bodon.

  - Elle possède des archères canonnières cruciformes.

  - Son sommet garde les traces des mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

Les tours

* A la fin du Moyen Âge, le rempart de la cité possédait 7 tours défensives :

 

1 - La tour Bodon à l'Est.

2 - La tour de la Communauté : Détruite durant les Guerres de Religion.

3 - La tour Crussols : Il ne reste que les fondations.

4 - La tour Jonas : Emportée par une crue au 17ème siècle.

5 - La tour Mercoeur : Arasée mais encore visible.

6 - La tour Thaler au Nord-Ouest.

7 - La tour Tourlande : Détruite durant les Guerres de Religion.

 

 

Les portesPorte, archères, puits : Que de symboles d'un autre temps !

* Pour entrer dans une cité fortifiée il faut des portes (évidemment).

* L'une des plus importantes est celle que je vous ai montrée en arrivant.

L'avez vous déjà oubliée ?

* Elle est sur le mur avec les 3 archères canonnières cruciformes.

* Ces portes m'informent :

- Que le rempart était épais.

- Qu'elles possédaient un double vantail bloqué par une poutre.

* Par contre, je suis surpris de ne pas voir de trace d'assommoir ni de herse.

 

        L'intérieur :

La diversité

* Les petites rues de Malzieu-Ville regorgent de détails historiques.

* Quelques maisons bourgeoises portent encore les signes marquant la richesse de ses anciens propriétaires.

* Une passerelle couverte relie l'église et le rempart.

* Soudain, une haute construction me fait face.

 

Une tour !

* A l'intérieur des remparts, la cubique construction se nomme : Le beffroi ou tour de l'horloge.

* Elle semble posséder 4 étages.

* Je ne sais point si les ouvertures servent à la défense ou à l'éclairage des niveaux.

* Elle est surmontée d'une plateforme défensive avec crénelage, merlons avec fentes de tir et de mâchicoulis.

* La petite tour renfermant l'escalier est plus décorative en notre siècle qu'utile au  moyen âge.

 

 

C'est la fin pour vous

* Vous imaginez que toutes ces découvertes épuisent Le Chevalier Dauphinois.

* Pour reprendre des forces je me dois de trouver une taverne accueillante.

* La cité n'en manquant point, je vous laisse pour découvrir les spécialités régionales.

Même remanié, le souffle médiévale se ressent

 

Histoire de la cité :

* Au milieu du 11ème siècle, le petit bourg est possession des Barons de Mercoeur.

* A la fin du 12ème siècle, début de construction des remparts.

* Vers 1362, la cité est plusieurs fois assiégée par les Routiers.

* Au 16ème siècle, la ville devient une cité Huguenote.

* En 1586, l'armée Catholique, commandée par le Duc de Joyeuse, attaque la cité.  Les remparts sont partiellement détruits et plusieurs tours sont démantelées.

* Au début du 17ème siècle, la Peste s'approche de la cité. Pour enrayer le "mal" il est décidé de brûler une maison. Evidemment l'incendie se propage est une partie de la cité est détruite.

* Au milieu du 17ème siècle, des architectes Italiens reconstruisent les quartiers détruits. Les nouveaux habitats sont collés aux remparts.

* Vers 1790, en apprenant l'arrivée des Révolutionnaires, les religieuses du couvent abandonnent leurs bâtiments.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Combien de religieuses ont emprunté ce passage.... secret ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 06:24

 

Département 48 - LOZERE

  Ce château ne semble point massif ni défensif

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Canourgue est située à 60km au Nord-Est de Rodez, à 30km au Sud-Ouest de Mende, à 20km au Nord-Est de Séverac le Château (voir sa ruine).

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 56" N 3° 12' 23" E
 44.48216833°  3.20637971°

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

 * Montjezieu serait la déformation de l'expression : Mont Judéo.

* Certains historiens émettent l'hypothèse que le rocher ou le château était habité par une colonie Juive.

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Le hameau de Montjézieu est situé à 5kilomètres au Nord de La Canourgue.

* Posé sur une colline surplombant le Lot, le château protège les maisons de l'attaque des... heu.... "mouches (?).

* Avec les modifications des siècles passés, il ne ressemble plus à un château fort du moyen âge.

Reste-t-il quelques signes de fortification ?

 Le confort n'a point défiguré le château médiéval

Première analyse 

* La première construction que je remarque est la tour ronde.

* Les archéologues affirment qu'elle fut construite au 16ème siècle.

* Elle ne possède aucun système défensif.

* Elle est accolée à un bâtiment datant de la même époque.

* Il semble que ce plus petit bâtiment soit le logis de confort d'époque Renaissance.

* Logis et tour s'appuient sur une puissante construction.

* C'est le donjon habitable d'origine médiévale.

A-t-il gardé la rudesse de cette époque

qui me passionne tant ?

 

 

Le donjon est si solide que la ronde tour s'appuie dessus

Le donjon médiéval

* Regardez l'image en fermant les yeux pour imaginer la solide construction débarrassée de ses "verrues" du 16ème siècle.

N'est il pas magnifique ?

* Cette construction a la forme d'un parallélépipède de 2 étages habitable sur rez de chaussée.

* Sur la gauche, à travers les branches, je vois une construction en encorbellement non alignée.

* Cette curiosité est :

   - Soit une bretèche (mais il n'y a pas de porte en dessous).

   - Soit des latrines.

* Je tente de sentir (beurk) mais surtout je me contorsionne pour observer le dessous.

Voyez vous des trous d'évacuation ?

 

Les défenses du donjon

* Au sommet de ce gros cube, il y a un chemin de ronde.

* Le pourtour comporte un mâchicoulis sur consoles.

* Le parapet possède des ouvertures de guet et des fentes de tir pour armes à feu.

Avez vous remarqué la qualité de construction ?

* Pierres des murs et parement d'angle sont "presque" neufs.

* La construction est sobre tout en étant défensive.

Avez vous remarqué le détail qui m'amuse toujours ?

* Sur le mur le plus long, au 1er étage, une construction en encorbellement pour.... l'hygiène.

Quelle puissance et quelle grâce !

     L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

* Je me console en admirant le paysage.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le seigneur de Montjézieu rend hommage pour ses terres et son château au Roi d'Aragon.

* Au 13ème siècle, la seigneurie est possession de l'évêque de Mende (à vérifier).

* Au 16ème siècle, un logis et une tourelle ronde sont construits en s'appuyant sur le château médiéval.

* Au 17ème siècle, après les Guerres de Religion, un ordre est donné par les états du Languedoc de détruire le château pour éviter qu'il soit le refuge des Protestants. Cet ordre n'est pas exécuté.

* En 1971, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur est impossible.

 

Malgré les siècles, le château a gardé son allure médiévale défensive

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 08:10

 

Département 48 - LOZERE

  Haute et fière est cette tour !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Prunières est située à 50km au Sud-Ouest du Puy en Velay, à 30km au Nord de Marvejols et à 25km au Sud-Est de Saint Flour.

 

     Coordonnées du château :

44° 49' 0,7" N 3° 19' 20" E
 44.816859579°  3.322279304°

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

* L'actuel Apcher s'écrivait Apchier.

* Une légende prétend que le nom original est : Hacher.

* Cela fait suite à la rencontre, en terre du Gévaudan, du roi de Hongrie et de son petit fils tenant une hache.... j'adore les légendes !

** Mais les linguistes ont une autre interprétation.

** Le nom Apcher provient du Gaulois et du Rune :

- AP signifiant : Lieu fortifié.

- CHIER figurant : Le chaos rocheux.

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

* Après avoir visité l'église fortifiée de Prunières, je me dirige au Sud-Ouest de la commune pour découvrir, 2km plus loin, le château d'Apcher dans le hameau éponyme.

* Evidemment la tour, par sa hauteur, par sa puissance, par sa grâce attire l'oeil.

* Je me sens aspiré par elle.

* Mais, en tant que Castellologue-amateur, je me dois d'aborder la découverte du château par ses extérieurs.

 

Rapide analyse 

* Pour comprendre ce château, il est préférable de le regarder de haut.

* L'enceinte extérieure du site a disparu avec les constructions modernes.

* L'enceinte intérieure du château de forme polygonale comporte :

- La tour carrée,

- Les traces de trois tours circulaires.

 

        L'intérieur :

Les traces des bâtiments

* En enjambant le fantôme du rempart, les lieux de vie du château se révèlent.

* Je ne vais pas vous les décrire, je vous demande de faire travailler votre imagination et votre sens de la déduction.

* Dans ce site en fouille à la fin du 20ème siècle, vous pouvez voir un rempart avec archères, la cuisine, le four, une réserve, la salle de réception, etc...

 

 

 

La chapelle Saint Jean Baptiste

* Soudain, dans ce dédale de bases de mur, une construction entère apparaît.

* C'est la chapelle castrale bâtie au 12ème siècle, très fortement remaniée au 13ème  puis modifiée et agrandie aux siècles suivants.

* Cette construction Romane est réalisée en granit. Le toit est en lauze.

* Comme pour le château, je vous laisse admirer sa pureté et le travail de restauration.

 

 

* Avez vous remarqué :

- Le dallage,

- La base des piliers,

- Les chapiteaux,

- La voûte.

* En ce lieu, je me sens attiré par la lumière (divine ?).

* Elle me quémande de..... sortir pour admirer la suite du château.

 Combien d'assaillants on reçu des projectiles depuis ces mâchicoulis ?

La tour

Quel spectacle !

* Posée sur son rocher, la tour semble indétrônable.

Avez vous remarqué son parement d'angle ?

* Après m'être extasié, je tente de comprendre ce qui fut le donjon de repli du château fort.

* La tour comporte 4 étages avec une hauteur de 17m.

Pourquoi est elle si haute ?

* Evidemment pour être vu de loin, pour informer les "errants" que ce territoire appartient à un puissant seigneur.

* Je suis surpris de constater qu'elle est presque borgne. Seules apparaissent une ouverture de lumière à mi-hauteur ainsi qu'une fente de tir en dessous.

* Sur la face Est, à quelques mètres du sol (environ 3m) une porte. C'est évidemment l'entrée médiévale uniquement accessible par une passerelle (extractible ?) en bois.

Avez vous remarqué le puits de lumière au sommet ?

* Je pressens que 2 étages étaient habitable : Le 2ème et le 4ème.

* Les autres étages devaient servir au stockage de nourriture, armes, richesses et archives.

* La plateforme submitale permettait la défense rapprochée grâce aux mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

Pour admirer le site au 21ème siècle,

je vous propose de déguster cette vidéo.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle, construction d'un premier château (à vérifier).

* En 1096, le chevalier Henri est seigneur d'Apchier (à vérifier dans les chroniques des Croisades).

* Au 12ème siècle, un membre de la famille Randon s'établit en ce lieu et en prend le nom. Il est probable qu'il demande la construction d'une chapelle castrale (à vérifier).

* Durant la deuxième moitié du 12ème siècle, le seigneur d'Apcher se nomme : Garin (certains historiens supposent qu'il s'agit de Garin de Châteauneuf époux d'Alix d'Apchier). Il est surtout connu comme troubadour. Il crée une forme poétique nommée : Le Descors ou Descord.

* Au 13ème siècle, construction de la haute tour carrée puis aménagements importants de la chapelle castrale. Cette dernière est l'oeuvre de Guérin III de Châteauneuf à son retour de la 7ème croisade.

* En 1233, le château est cité dans un hommage du Baron (voir titre de noblesse) d'Apcher au Comte-évêque de Mende.

* Vers 1296, la Baronnie est détenue par Guérin IV d'Apcher.

* Au 14ème siècle, amélioration des systèmes défensifs par la construction des tours en éperon coté Sud.

* En 1363, durant la guerre de Cent Ans, à la tête d'une petite armée, Guérin VI d'Apcher stoppe l'attaque d'une troupe Anglaise dans l'actuelle commune de Saint Chély d'Apcher.

* Au 16ème siècle, le choeur de la chapelle est modifiée.

* Au 17ème siècle, un clocher est ajouté à la chapelle.

* A la fin du 17ème siècle, Charles de Crussol achète la seigneurie.

* En 1715, Charles de Crussol vend la seigneurie à Pierre Bouniol.

* En 1717, Pierre revend le titre à Emmanuel de Bessuéjouls, Marquis de Roquelaure.

* Au 18ème siècle, le Marquis d'Apcher est le plus fervent chasseur de la Bête du Gévaudan.

* En 1983, chapelle et tour carrée sont classées aux Monuments Historiques.

* En cette fin de 20ème siècle, la tour n'est pas visitable. La ville et l'association de sauvegarde travaillent à rendre le site sécurisé et visitable pour le début du siècle suivant.

* En 2013, les ruines du site sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en respectant les vieilles pierres.

 

La haute tour est LE symbole du château d'Apcher

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 07:25

 

 

Département 48 - LOZERE

 

  Voyez vous la ruine du château sur son rocher ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sainte Enimie est située à 70km à l'Est de Rodez, à 20km au Sud de Mende (voir sa tour fortifiée) et à 6km au Sud-Ouest d'Ispagnac.

 

     Coordonnées du château :

44° 20' 24" N3° 27' 52" E
 44.3399782659° 3.464483991°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Mon destrier m'alerte !

* Après avoir visité le château de Prades, je remonte les gorges du Tarn quand sur la droite (donc la rive gauche) un hameau  s'illumine.

* Mon destrier toujours aussi sensible aux poussières médiévales me quémande de regarder.

* Le long de la rivière et autour d'un haut rocher, les maisons s'agglutinent.

Pourquoi y a-t-il un hameau en ce lieu ?

* Evidemment, parce qu'au Moyen Âge un château a été construit pour surveiller la rivière et le passage du causse Méjean. Les villageois ont aménagé des maisons pour bénéficier de la protection.

 

 

Cité perdue ou touristique ?

 

Comment vais je entrer dans ce château ?

* En entrant dans le hameau, mon âme de touriste se réveille.
* C'est donc vêtu d'un chapeau de paille que je visite les ruelles.

* Un bâtiment, collé à la paroi de pierre m'interpelle.

* Avec sa petite taille, son toit en lauze et sa jolie cheminée, je devine sa fonction.

* Cette construction n'est point un habitat mais le four (certainement) seigneuriale.

* Soudain, un panneau me rappelle ma fonction première en ce lieu.

* J'ôte mon chapeau de paille, je chausse mon heaume de castellologue amateur et je prends un peu de recul.

J'ai oublié mes cordes d'escalades

 

Premiers indices

1 - La ruine épouse parfaitement les contours du rocher.

2 - Le site comporte 3 niveaux (gauche, droite, arrière centre).

3 - Le bâtiment anguleux à gauche est composé de lits de pierres asymétriques pourtant jointives.

4 - Le remblai semble composé de pierres de bonne qualité.

5 - Je suis étonné de ne voir aucune archère ni fente de tir.

6 - Quel magnifique vaisseau !

 

123456

 

L'analyse 

 

Le château semble invincible sur son rocher

* Ce mur, bien que dépourvu de système défensif causé par son arasement, ressemble à une vigie.

* En me décallant pour mieux le comprendre, je m'aperçois qu'un autre bâtiment plus haut est en arrière plan.

Ses murs sont ils plus hauts ?

* Que nenni, les murs sont aussi arasés mais le bâtiment est construit sur une plateforme plus élevée.

* En contournant le château, je remarque :

1 - Une archère droite.

2 - Une construction en encorbellement dont la fonction exacte m'interpelle.

* Mes efforts sont récompensés. Enfin je vois des murs défensifs typiquement médiévaux.

 

Est ce le donjon ?

 

 

        L'intérieur :
Oups !

* Avec attention, je cherche l'entrée.

* Avec de la chance, je trouve un escalier creusé dans la roche.

* Avec courage, je monte.

* Avec erreur.... je glisse sur les pierres.

 

C'est la fin

* C'est un chevalier cabossé qui sagement décide de remettre son chapeau de paille.

* Etre un simple touriste est moins dangereux... Aie !

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le château est cité dans un texte. il est possession d'Etienne de Castelbouc.

* Au 13ème siècle, Raymond de Castelbouc refuse de partir en croisade. C'est lui qui est la source de la fameuse (et vraie) légende de Castelbouc.

* En 1598, pour éviter qu'il soit occupé par les Protestants, les états du Gévaudan ordonnent le démantèlement du château.

* Vers 1945, avec l'électrification des villages sur la rive droite du Tarn, les villageois désertent un à un les maisons du hameau pour plus de confort et de modernité.

* En 1971, le dernier habitant officiel de Castelbouc décède. Le village est abandonné.

* A la fin du 20ème siècle, l'engouement pour le vieux village renaît. De nombreux couples achètent les ruines et leur redonnent vie.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est très difficile sans équipements spéciaux.

 

Ce château est pratiquement intact... (ceci avec un peu d'imagination)

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 08:44

 

Département 48 - LOZERE

  Je pressens que la découverte va être passionnante

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Bauzile est située à 60km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi), à 20km au Nord-Ouest de Florac et à 5km au Sud de Mende.

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 12" N 3° 30' 08" E
 44.4699684°  3.502370899°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

L'approche

* Le hameau de Montialoux est situé à 1km au Sud de la commune.

* Il n'est pas très difficile de trouver le site castral puisqu'il est positionné au sommet de la petite colline.

* Tel un matador, je bombe le torse et j'agite mon étendard de Chevalier Dauphinois.

* La ruine n'est pas impressionné et ne m'offre qu'un angle et un mur sans grand intérêt.

* Malgré la pente glissante dans laquelle je suis (au sens physique et psychologique), je tente de la séduire en contournant ce rempart composé de pierres disparates.

 Diantre !... Que voila ruine captivante

La première tour

* Pour comprendre le site je sors mes ailes. Tel un oiseau je regarde les ruines du château.

* Au Nord apparaît une tour carrée.

* Je pressens qu'elle fut réaffectée en pigeonnier.

 

Passionnante façade

* Dans mon périple je découvre la façade extérieure du logis seigneuriale.

N'est elle pas magnifique !

* Cette merveille possède quelques détails fascinants et amusants :

- Une archère, implantée après la construction primitive du château, est rebouchée.

- Le niveau supérieur de l'imposante tour défensive est voûté en berceau.

- Le fantôme d'une construction en encorbellement interpelle le touriste. Elle demande :

Etais je une bretèche

ou des latrines ?

* Vous connaissez évidemment la réponse... grâce à l'odeur... hihihi.

* C'est à ce moment que je franchi le passage (secret) menant à la cour intérieure.

 

        L'intérieur :

Festival de Cannes

 

La montée des marches vers la célébrité !

* Dans cette cour, j'adorerai faire la cour à une damoiselle.

* Je lui conterai fleurette et......

Oupss !... Hors sujet je suis.

* De suite, j'ôte mon pourpoint en dentelle et je revêts mon armure de chevalier castellologue amateur.

* Avec précaution, je monte chaque marche.

* Au sommet, une porte que me quémande de la franchir.

La porte du Paradis

 

Le choix de Corneille !

* Deux options s'offrent à moi :

1 - Soit je continue la montée vers le Paradis.

2 - Soit je tente la découverte des salles basses.

Quelle option vais je prendre ?

Quel dilemme.... Cornélien !

 

Tel Rodrigue, qui a du coeur, j'ai choisi

* Ma décision tombe, non pas sur le carreau, mais à Pique !

* Trèfle de plaisanterie..... à droite je vais.

 

Une succession de salles défensives et utilitaires

1 - Une archère bouchée (ressemblant à sa consoeur vue précédemment).

2 - Une grande salle.

En devinez vous la fonction ?

3 - Voici un premier indice.

En souhaitez vous un autre ?

* Voici l'ouverture sur la gauche.

Est ce une simple fenêtre avec 2 coussièges ?

* La réponse est ici.

* Ceci est un lavabo.

** Conclusion : Cette pièce est la cuisine.

4 et 5 - Des cheminées sans décoration. Je subodore qu'elles sont dans des locaux fonctionnels ou pour le "personnel".

6 - Que voyez vous en ce lieu ?

 

1 2 3 4 5 6

 

D'autres surprises

* Dans ce site non sécurisé, il est important d'être prudent.

* Lentement j'avance sans faire de bruit tout en observant les vestiges.

* Soudain, apparaît une cavité dans le mur. Je subodore que cela fut une cheminée.

* Le piédroit sculpté m'informe que cette salle fut importante (la aula ?).

* En prenant un peu de recul, je remarque dans le ciel un conduit... de cheminée.

 

L'étage est il aussi riche en détails ?

11 - Je monte l'escalier.

12, 13 et 14 - Plusieurs portes s'ouvrent presque par magie.

15 - Sous l'une d'elle je retrouve la voûte de l'étage inférieur.

16 - J'admire la pierre sculptée à la naissance de l'arc.

17 - Oups... J'ai oublié le nom de cette pièce d'architecture.

18 - Quelle puissante pierre ayant reçu une poutre de blocage.

11 12 13 14 15 16 17 18

 

C'est la fin

* En ce logis seigneurial, chaque salle renferme des pierres sculptées, soit pour la décoration, soit pour la solidité.

* Je vous laisse car j'ai encore beaucoup à voir et admirer.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château fortifié. Sa fonction est de surveiller l'entrée de la vallée du Valdonnez.

* Dans la deuxième moitié du 16ème siècle, durant les Guerres de religion, le château est partiellement détruit pour éviter qu'il soit utilisé par les Protestants.

* Au milieu du 17ème siècle, un logis de confort est aménagé.

* Vers 1780, Charlotte de Lafayette et le chevalier de Chavangnac vendent le château à Guillaume Perrier.

* Vers 1792, les Révolutionnaires réquisitionnent le château et le vendent comme Bien National.

* Durant le 19ème siècle, les propriétaires se succèdent.

* Vers 1930, le château est décrit en tant que ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de précaution. Le site n'est pas sécurisé. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important. Soyez très prudents.

Nota : Ce château étant une propriété privée, veuillez être très respectueux du silence et de la propreté du site.

 

Ce château m'a donné un arc en ciel de beauté médiévale !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 08:12

 

 

Département 48 - LOZERE

 Voyez vous les vestiges d'un château fort ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune des Vignes est située à 35km au Sud-Ouest de Florac, à 30km au Nord-Est de Millau (voir son château) et à 15km au Sud-Est de Séverac le Château (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

 44° 15' 39" N 3° 14' 09" E
 44.26086656°  3.235808909°

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

* Il n'est point besoin de faire de longues recherches pour comprendre l'origine du nom :

- Blanque = Blanc,

- Fort = Fortification.

--> Ceci est donc un lieu fortifié avec des pierres blanches.

* Je vous ai déjà montré un site avec le même nom situé en Gironde.

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Depuis la commune nommée Les Vignes dans les gorges du Tarn, mon destrier m'emporte à l'Est sur une route pentue vers le causse Méjean.

* Après quelques kilomètres, il stoppe brusquement, me jette sur le sol et part brouter l'herbe rase.Ce château troglodytique va être mon Graal du jour

* Quand il a cette attitude, je sais que son flair sans faille a détecté une ruine médiévale.

(Ce n'est point moi qui suis expert en sites médiévaux, c'est mon hongre. Je ne serai rien sans lui).

* Je lève la tête et je vois une cavité dans la roche partiellement fermée par un mur droit.

* Je me relève, je m'époussette puis j'attaque la montée.

 

L'approche

* J'arrive au pied du mur (il paraît que c'est là que l'on voit le bon maçon).

* Je ne suis pas là pour construire le mur mais pour le sauter (passer au dessus évidemment).

* Lentement, je contourne la paroi.

* Ne voyant aucun sentier ni possibilité de grimper, je prends un peu de recul.

* Et c'est par cet éloignement que je vois la "grotte" et le mur de courtine.

 

Les derniers mètres

* Je sens que la ruine va se livrer à moi.

* Je sais qu'elle craque devant mon charme de Dauphinois, le gratin des Chevaliers.

Ses pans de mur avec trous de boulin (voir vocabulaire) frémissent.

 

 

Rapide constatation

* Ce site n'est point celui d'un seigneur.

* Le minimalisme me fait penser à un poste de guet.

* Le système défensif comporte ni crénelage ni mâchicoulis.

* L'unique pièce était éclairée par quelques rares petites ouvertures carrées.

 

        L'intérieur :
L'analyse 

* En entrant, je constate que le sol possède plusieurs niveaux.

* Je ne décèle aucune trace de cheminée ou de foyer.

Comment se chauffaient les guetteurs ?

* A l'extérieur de la grotte, un mur en angle m'informe qu'au moins un bâtiment existait.

 

La vue : Le cadeau des ruines

* Evidemment, un poste de guet bénéficie d'une vue panoramique.

* La vue sur les causses et les gorges est magnifique !

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle (à vérifier), aménagement d'un site de guet fortifié.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible. Le site n'étant pas totalement sécurisé, le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe. Soyez très prudents.

 

Ce château est idéal pour surveiller les gorges et le chemin du Causse voisin

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 06:08

 

Département 48 - LOZERE

  Au 21ème siècle, la ruine se bat contre la végétation

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint Julien d'Arpaon est située à 50km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi), à 35km ai Nord-Ouest d'Alès et à 7km au Sud-Est de Florac.

      Coordonnées du château :

44° 17' 54.586" N 3° 40' 1.618" E
 44.298496°  3.667116°

 

Le château : 
        L'extérieur :

La découverte

   Sur une hauteur à l'Est de la commune, une ruine presque irréelle, posée sur le rocher, me quémande de la visiter. C'est donc avec entrain, mais sans me presser, que j'arpente un petit sentier.

 

Plusieurs siècles d'aménagement sont visibles

Aspect général

  * Si l'on excepte la construction avancée, le château a une forme circulaire avec un diamètre impressionnant.

  * Je suis fasciné par le nombre de murs encore debout.

  * Le site est posé sur le rocher dont il a la couleur.

  * De nombreuses ouvertures que j'assimile à des fenêtres sont visibles, mais curieusement, les systèmes défensifs semblent absents.

M'approcher je dois !

 

Je la touche presque
   Les premières tours (ou courtines.. car leur fonction est difficile à déterminer) ne possèdent pas les archères droites ni cruciformes (voir vocabulaire) qui me font rêver.

  Lentement, mon oeil s'habitue à la couleur foncée du matériau. Je je distingue des pierres plus claires légèrement espacées.

Sont ce des fentes pour fusil ?

 

Etait ce un passage secret ?

Coloré ou Noir & Blanc ?

   Le parement n'est pas très beau. Ce défaut d'esthétique est causé par les pierres utilisées dont la taille ne peut point être régulières.

   Pour résoudre le problème aux endroits importants (angles, contour des portes et fenêtres) une autre pierre a été utilisée.

Que pensez vous de ce damier coloré ?

 

En haut, c'est pour ma tête ?

   Lentement je regarde chaque pierre du bas vers le haut espérant trouver :

* Une archère,

* Une fente de tir,

* Un crénelage,

* Une échauguette.

  Ma recherche est vaine. Je ne vois que de hautes parois entrecoupées de fenêtres. Lorsque la courtine est cassée, je distingue des couloirs ou des axes de circulation dans l'épais mur. Je commence à douter que ce château fut défensif à l'époque médiévale.

Soudain, je suis en arrêt !

 Que de variantes de couleurs de pierre en ce lieu !

Une installation défensive

   Taillé dans une troisième sorte de matériau, une construction en encorbellement me nargue.

Sont ce des latrines ?

  Que nenni. Vous avez toutes et tous reconnu une échauguette.

   Elle sécurisait l'entrée en dessous dont les traces du système de fermeture se remarquent.

 

Analyse rapide de l'échauguette

   Comme toutes ses consoeurs dans les autres châteaux forts, l'échauguette est portée par des consoles distantes permettant de laisser tomber des "objets" et liquides.

   Je suis surpris par la large et haute fente de chaque coté. Le défenseur est peu protégé des flèches ou balles tirées contre lui. De plus aucun ébrasement intérieur facilite son angle de tir.

  J'ai la sensation d'être à Stonehenge

        L'intérieur :
Je prends du recul
    Sur la pente herbeuse qui devait être la basse-cour, je regarde cette curieuse ruine dont la datation m'échappe.

  Lentement j'avance.

 

Enfin, je vois des rondeurs
   Dans cette ruine où l'angle droit semble être la règle de construction, je suis étonné de voir une voûte pour une salle basse, puis sur le mur opposé, une autre rondeur.

 

Je pense donc je cherche
   Par sa superficie, il semble évident que cette construction ait appartenu à une puissante famille (puissante signifiant riche).
Je décide de chercher des détails architecturaux prouvant ma supputation.

 

Voyez vous les trous sur la droite ?

Une surprise

   Je n'ai pas besoin de longuement chercher En haut de ce qui semble être une tour, je vois de multiples trous.

En connaissez vous la fonction ?

  Vous êtes si perspicaces et si érudits que vous m'avez tous dit :

"C'est un pigeonnier !".

   Ceci est un signe extérieur de richesse, comme pourrait le dire le service des impôts en notre 21ème siècle.

 

Les profondeurs

  Après m'être envolé dans les airs, je plonge dans les salles.

1 - Entrée d'une des salles basses.

Nota : Veuillez être très prudents dans une ruine. Surtout ne grimper sur aucun mur et ne courez pas. Le risque de recevoir ue pierre est important.

2 - Je me sens comme dans une cathédrale, excepté la poussière.

3 - Un joli passage sous voûte avec un arc en tiers point.

4 - Au fond, les ouvertures carrées sont des systèmes de tir avec un faible ébrasement.

5 - Conduit de cheminée.

6 - Des traces dans les murs dont je n'ai pas identifié la fonction.

* Support pour un palan ?

* Etagère ?

Avez vous une suggestion ?

 

1 2 3 4 5 6

 

C'est la fin

   Dans les salles, il y a de nombreux renfoncements de lumière (ou défensif ?). Je quitte cette beauté pleine de mystères et de rêves non sans m'être extasié devant une forme ressemblant à un puits ou une citerne.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château. Il est possession du seigneur d'Anduze dont la famille détient la Baronnie (voir titre de noblesse) de Florac.

* En 1266, l'évêque de Mende achète la seigneurie.

* Au début du 17ème siècle, le château est démantelé.

* Au 18ème siècle, la famille Montcalm, nouveau propriétaire, tente de reconstruire une partie du château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de l'intérieur est possible en prenant quelques précautions car le site n'est pas sécurisé. Veuillez respecter cette propriété privée.

 

Quelle vue !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 06:06

 

Département 48 - LOZERE

  La puissante forteresse se bronze au soleil couchant

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint Alban sur Limagnole est située à 50km au Sud-Ouest de Le Puy en Velay, à 35km au Nord-Nord-Ouest de Mende et à 8km au Sud-Est de Saint Chely d'Apcher.

     Coordonnées du château :

44° 46' 53.18" N 3° 23' 23.039" E
 44.781439°  3.389733°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte
   Un château se situant très souvent en hauteur, il me semble évident que chercher une rue montante soit la solution pour voir le site médiéval de Saint Alban.

    L'ensemble fut modifié au 15ème siècleAu sommet du bourg, une beauté lumineuse attend que je la caresse... du regard bien sur, car je n'ai point fait les préliminaires d'usage pour séduire cette belle (voir mes conseils ici).

 

Première analyse

    De suite je suis en joie car la construction possède encore de nombreux détails architecturaux défensifs :

* Des rondes tours aux angles.

* En haut des courtines, des consoles. Ce sont les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

  D'autres détails m'informent que le château a subi de nombreuses adaptations et modernisations durant les siècles :

* Des canonnières.

Avez vous remarqué leur nombre et leur position ?

* Des fenêtres à meneaux en croix dans les courtines.

  Pour mieux embrasser (Diantre ! J'ose déjà lui donner un baiser) son architecture, je prends un peu de recul.

Quel spectacle incroyable !

 

Voyez vous l'échauguette ?

Que de surprises !  

* L'autre tour d'angle est dépourvue de canonnière.

* Mais elle possède au sommet les traces de mâchicoulis.

* Et surtout, elle a gardé le vestige d'une échauguette.

Surprenant n'est il pas ?

* En observant la base de l'échauguette, je remarque une coquille Saint Jacques. Cela signifie que le château est sur l'une des routes des pèlerins vers Saint Jacques de Compostelle.

 

Une autre tour bien différente

   Plus loin, une autre tour ronde m'étonne. Elle ne possède ni fenêtre, ni système de tir. Seules, les consoles rappellent un système défensif en encorbellement.

 

Défense et modernité se marient merveileusement bienEncore des surprises !

   Lentement je contourne ce quadrilatère en remarquant quelques archères arquebusières pour arriver devant une façade incroyable.

   Plusieurs siècles de construction et reconstruction s'offrent à mes yeux ébahis :

* Au sommet, l'ancien chemin de ronde.

* En dessous, les consoles pour mâchicoulis.

* Des fenêtres très élégantes.

* Et surtout, un portail d'entrée en grès rouge avec un tympan portant un écu. Ma documentation affirme qu'il fut percé sous Henri IV (voir liste des Rois).

 

        L'intérieur :
Je suis "enfermé dehors" ! 

* Je toque à la porte, mais l'immobilisme me répond.

* Je tente de trouver une autre entrée, mais aucune ouverture s'offre à moi.

* Je suis enfermé dans mon questionnement sans ouverture vers mes réponses.

 

Je jette un oeil
   Je pensais jeter l'éponge quand j'eu l'idée de jeter un oeil sous la porte.

Le miracle s'accomplit !

  Je vois une belle cour où il m'aurait été agréable de faire la cour à une damoiselle. Elle serait au balcon et moi, caché dans l'ombre, je lui déclarerai les vers de Cyrano.

 

Une cour intérieur aux décors Italiens

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château fortifié. Il est possession de la famille Apchier.

* En 1188, Guérin d'Apcher rend hommage à l'évêque de Mende pour ce château.

* En 1360, signature du traité de Brétigny. Cet acte bien loin du Gévaudan aura pourtant des conséquences pour le château.

* Durant la deuxième moitié du 14ème siècle, pendant la Guerre de Cent Ans, les Routiers à la solde des Anglais saccagent la région. Ils tentent à plusieurs reprises de récupérer le château.

* En 1414, Bernard d'Armagnac et une troupe armée s'emparent du château. Béraud d'Apcher est fait prisonnier. Certains historiens pensent que le donjon est rasé et les fossés sont comblés.

* Au 15ème siècle (en 1440 ?), par son mariage avec Marguerite de Murat (petite fille de Béraud d'Apcher), la famille Louet de Calvisson possède le château.

* Au début du 17ème siècle, par mariage, le château appartient à François de Molette.

* Au milieu du 17ème siècle (à vérifier), par héritage, le château est possession de la famille Morangiès. Ce sont ces nouveaux propriétaires qui façonnent et transforment l'antique forteresse médiévale en château de confort.

* En 1740, après la mort du dernier Baron (voir titre de noblesse) de Canilhac (voir son château), Pierre-Charles, Marquis de Morangiès, achète le titre de Baron. Saint Alban sur Limagnole devient le siège de cette Baronnie.

* Durant la deuxième moitié du 18ème siècle, une bête immonde sévit dans la région. Elle est nommée : La bête du Gévaudan. Le château de Saint-Alban est l'un des points de ralliement pour les battues.

* En 1821, Christophe Théodore de Morangiès a d'important besoin d'argent. Il décide de vendre le château à Sylvain Boissier.

* En ce 19ème siècle de renouveau et d'idéologie humaine, le château est transformé en hôpital psychiatrique. Cette fonction durera plus d'un siècle alternant entre "asile" privé puis départemental (en 1824 ?).

* En 1942, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1993, le Conseil Général de Lozère achète le site. L'hôpital est déplacé. Des travaux sont entrepris pour moderniser les salles devant accueillir le public.

* A la fin du 20ème siècle, le château abrite l'office de tourisme et un petit musée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est partiellement possible, renseignez vous.

 

La fière façade a gardé son visage médiéval défensif

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article