Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 09:48

 

 

Département 48 - LOZERE

 

  Voyez vous un vestige de construction fortifiée ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

           La commune de Fau-de-Peyre est située à 35km au Sud de Saint Flour, à 25km au Nord de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 7km au Nord-Ouest de Aumont-Aubrac.

 

     Coordonnées du château :

44° 44' 54" N3° 13' 22" E
 44.74825186° 3.2228216528°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Dualité

* Mon dictionnaire des châteaux forts affirme que la commune de Fau de Peyre possède au Nord un site fortifié ruiné.

* Curieusement, une ancienne brochure sur les châteaux du Gévaudan cite une construction du 17ème siècle en mauvais état.

Où est la vérité ?

Le château Renaissance a-t-il été construit sur le site médiéval ?

* C'est avec ces doutes et ces questionnements que je me rends en ce bourg localement connu pour son restaurant.

* Je me dis : "Si la ruine me déçoit, je me consolerai avec un bon repas".

 

 

Un mystère mystérieux !

* Par une journée agréable avec un joli ciel bleu moutonnant, mon magnifique destrier trottine doucement vers le bourg de Fau de Peyre.

* Arrivée proche du cimetière, mon palefroi me fait signe de descendre et me quitte pour manger quelques brins d'herbe d'Aubrac.

* C'est à ce moment que je remarque..... le vide.

* Je lève la tête, mais aucune ruine s'amuse à créer des ombres.

* Je baisse les yeux pour tenter de voir des traces au sol (comme je l'ai fait pour un site du Roussillon).

Il n'y a rien !

 

 Etait ce la chapelle castrale ?

Le raisonnement de votre Chevalier

* Voyant une église, j'imagine :

- Que fortifiée elle pu être

- Ou chapelle castrale elle fut.

* Ce moutier a une architecture Romane.

* Mais le bâtiment ne comporte aucune trace (même infime) de système défensif.

Vais je revenir bredouille ?

 

 

Echec.... mais pas mat !

* Je regarde si, le mur du cimetière possède des pierres taillées, à bossage, avec trou de boulin, ou vestige de fente d'archère.

* Rien, il n'y a aucune trace de remploi de pierre d'un château.

* Je regarde au sol pour trouver les traces de fondation.

* Rien, il n'y a pas de frémissement d'un passé construit.

* Pourtant, ma carte indique "la rue du château".

* Soudain, j'entends une voix.

Suis je la réincarnation de la « Pucelle d'Orléans » ?

 

 Voyez vous ce fantôme d'un passé pas si lointain ?

La vérité sur le passé... composé par un habitant.

* Un chaleureux Faupeyren, voyant un "étranger" la truffe au sol et l'air triste, sollicite mon attention.

* Il a bien compris que Le Dauphinois Chevalier cherche le château.

* Il m'explique qu'il a été détruit (pour cause de danger) et a laissé la place à un parking.

* Mais, cet amoureux du bourg en a gardé des "traces".

 

 

 Les daguerréotypes

* Cette image montre l'église à droite et le château à gauche.

* L'église semble figée dans le temps.

* Le château est en ruine, comme l'avait annoncé mon patient interlocuteur.

* En m'approchant de l'image, donc du château, je vois :

- Une pièce sans toit avec une porte parallélépipédique,

- Le pieddroit d'une cheminée,

- Les bases d'une échauguette d'angle sur culots.

* Il est difficile d'identifier un château médiéval sur cette image du passé, mais la pose des pierres, la taille et le système défensif sont des indices me faisant croire que la construction d'origine ne pouvait pas être Renaissance.

Qu'en pensez vous ?

 

Sont ce les murs d'un château médiéval fortifié ?

 

 

Histoire du château :

* Au début du 12ème siècle, une église est construite. Il n'est fait aucune mention d'un château.

* Au 17ème siècle, construction d'un château Renaissance par le seigneur de Peyre.

* A la fin  du 18ème siècle, suite aux dégâts causés par les Révolutionnaires, l'église est consolidées.

* En 1963, le conseil municipal vote la démolition des ruines du château devenues dangereuses.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite.

 

Au siècle dernier, la ruine du château était encore visible

    

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 07:50

 

 

Département 48 - LOZERE

  La porte de Chanelles est magnifique de force et de grâce !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Marvejols est située à 90km au Sud-Est d'Aurillac, à 70km au Nord-Est de Rodez, à 50km au Nord-Ouest de Mende (voir ses fortifications).

 

     Coordonnées des fortifications :

44° 44¨33' 05" N3° 17' 23" E
 44.5515281° 3.289808099°

 

 

Les portes fortifiées : 

        L'extérieur :

La porte de Chanelles

* La première construction que je vois est imposante.

* Elle est située au Sud de la ville.

* Elle est composée de deux puissantes tours défensives.

* Suite à la transformation des tours en habitats, des fenêtres ont été percées au siècle dernier.

* Au sommet des tours, le chemin de ronde sur des consoles crée de beaux mâchicoulis pour la défense rapprochée.

* Entre les tours, un châtelet protège l'entrée. Il montre encore quelques archères.

* La bretèche affirme le caractère défensif de l'ensemble.

* La porte montre l'emplacement du double vantail et surtout le rail pour la herse (voir vocabulaire).

* La face coté ville ancienne est aseptisée suite à la création de logements, mais l'épaisseur du passage voûté m'informe de la puissance des remparts.

 La porte de Soubeyran a du faire réfléchir plus d'un assaillant avant de l'attaquer

 

La porte de Soubeyran

* Proche de l'office de tourisme, la porte de Soubeyran ressemble beaucoup à sa consoeur.

* Elle a eu la chance de ne point être défigurée par la création de logements.

* Elle est située au Nord de la ville.

* Chaque niveau des tours ainsi que le chemin de ronde possède des fentes verticales pour arme à feu.

* L'accès à la porte est protégé par une bretèche.

* La façade coté ville ancienne, bien que modernisée, montre les aménagements médiévaux.

 

 

La porte de Thérond

* Elle est située au Sud-Sud-Est.

* C'est la moins large des trois.

* La porte de Thérond semble avoir perdu son aspect défensif.

* Mais en approchant, elle montre encore 2 imposantes tours.

* Celle de gauche a gardé son aspect presque pur avec ses mâchicoulis et fentes de tir.

* Celle de droite possède des fenêtres d'habitat moderne sur tous les étages.

Avez vous remarqué qu'une des consoles a été supprimée

au profit de la fenêtre supérieure ?

 

 

        L'intérieur :

Vais je pouvoir entrer dans le Moyen Âge ?

* Deux des portes sont interdites à la visite car ce sont des logements privée.

* Seule la porte de Soubeyran est partiellement visitable. Mais hélas, elle est fermée le jour de ma venue.

 

 

C'est la fin et la faim

* Toutes ses découvertes m'ont mis en apétit.

* Je pars à la recherche d'une taverne en vous laissant devant ces logements (défensifs ?)

 

 

Histoire de la commune :

* Au 11ème siècle, Marvejols fait partie de la Baronnie (voir titre de noblesse) de Peyre et appartient au Vicomté de Grèzes.

* En 1161, signature de la Bulle d'Or royale (obtenue par Aldebert III du Tournel). Cet acte aura des conséquences importantes 2 siècles plus tard pour Marvejols.

* Vers 1230, naissance à "Maruejols" de Bernart Sicard, futur troubadour Languedocien.

* En 1307, signature de l'acte de paréage entre Guillaume VI Durand (évêque de Mende) et le Roi de France (voir liste) Philippe IV le Bel. Marvejols devient une ville royale ainsi que la capitale du Gévaudan.

* En 1360, suite aux multiples attaques des Routiers, la ville "royale" se dote de fortifications. Les portes de Chanelles, du Soubeyran et du Tenon sont aménagées entre les imposants remparts.

* Au 16ème siècle, la ville devient une cité Huguenote.

* En 1586, l'armée Catholique, commandée par le Duc de Joyeuse, massacre la population (Catholiques et Protestants) puis saccage et incendie la ville. De la cité fortifiée, il ne reste que peu après l'ordre de démantèlement du Roi Henri III.

* Vers 1590, le Roi de France (voir liste) Henri IV aide la ville à se reconstruire.

* Au début du 17ème siècle, la ville est reconstruite. Les habitants seront toujours reconnaissants envers Henri IV.

* Au 18ème siècle, le fossé est comblé puis transformé en jardin.

* En 1925, les portes de Chanelles, de Soubeyran et de Thérond sont inscrites aux Monument Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des 3 portes est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de 2 portes est interdite. Un musée installé dans la porte du Soubeyran, l'entrée est payante.

 

Heureusement que je viens en paix en cette cité fortifiée

     
   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de la Lozère
     
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 07:02

 

Département 48 - LOZERE

  Voyez vous une fortification dans ces multiples constructions ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Chanac est située à 60km au Nord-Est de Rodez, à 40km au Sud de Saint Chély d'Apcher et à 15km Ouest-Sud-Ouest de Mende.

     Coordonnées du château :

44° 28' 45.091" N
3° 19' 4.991" E
 44.479192°
 3.318053°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte
    Après avoir visité le château de Chanac, je me rends à trois kilomètres au Nord-Ouest , en bordure de la rivière Lot, pour voir un bâtiment médiéval fortement remanié durant plusieurs siècles.

  Depuis la route, le site ressemble à une simple ferme ou un manoir intemporel.

  La ronde tour est elle fortifiée ?

L'analyse 

* Le logis est composé un puissant bâtiment parallélépipédique.

* Il comporte deux étages sur rez-de-chaussée.

* D'un coté, je vois une tour d'escalier.

* L'autre angle possède une tour couverte d'un toit conique.

* Les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire) m'informent de la fonction défensive.

* Les communs sont composés de bâtiments en rez-de-chaussée abritant la chapelle et les écuries.

 

        L'intérieur :
    La propriété privée n'est pas visitable. Les jardins seraient visitables quelques jours dans l'année puis aux Journées du Patrimoine.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1266, une maison forte est construite par l'évêque de Mende.

* Au 15ème siècle, le site est remanié.

* Au 16ème siècle, un château remplace l'ancienne bâtisse peu confortable.

* Au 17ème siècle, une chapelle est aménagée.

* En 1992, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la tranquillité de ses habitants. La visite de l'intérieur est interdite. Il serait possible de visiter le magnifique parc en prenant rendez vous.

 

Ce château n'est plus que l'ombre de son histoire

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 07:30

 

 

Département 48 - LOZERE

 

  N'est elle pas magnifique la tour des Pénitents ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Mende, préfecture de la Lozère, est située à 100km à l'Ouest de Montélimar, à 90km au Nord-Est de Rodez et à 80km au Sud-Ouest de Le Puy en Velay.

 

     Coordonnées des fortifications :

44° 31' 02" N3° 30' 03" E
 44.5174115° 3.5007785999°

 

 

Les remparts : 

        L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

* Le ville de Mende n'est pas connue pour posséder un château fort ni une église fortifiée.

* Il semble donc curieux que je sois en cette préfecture.

* Ce sont de nombreux détails du passé encore visibles au 21ème siècle qui titillent mon instinct de castellologue amateur.

 

Les traces de l'histoire !

* Sur une carte récente, je vois un centre ville entouré par une route circulaire (rouge). Cela semble être un témoin d'un passé fortifié.

* En regardant mieux, grâce à mon satellite personnel, mes poils de castellologue amateur se hérissent de joie.

Voyez vous les traces des remparts médiévaux ?

* Je vous sens moqueurs ou plain de doutes derrière votre écran.

* Tel H.G. Wells, je prends ma machine à remonter le temps.

* Voici le plan du 12ème siècle de la cité fortifiée.

* Et maintenant, admirer la gravure représentant Mende au 16ème siècle.

Vous ai je convaincu ?

* En résumé : La cité était composée de 5 portes fortifiées et de 16 tours rondes entrecoupées de hautes courtines défensives.

 J'ai envie de composer un sonnet pour ce sommet

Les traces physiques

* Tel un voyageur de l'espace, je regarde le rempart depuis le ciel.

* Hélas, habitats et nombreuses rues ont remplacé les constructions médiévales.

* Seule apparaît une "presque" ronde tour.

 

La tour d'Aurias, aussi nommée tour des Pénitents Blancs

* Cette tour est l'un des rares (le seul ?) vestiges des anciennes fortifications du 12ème siècle.

* Elle protégeait la porte d'Angiran qui était à côté d'elle.

* La haute construction aurait servi de garde pour l'éphémère sénéchaussée de Mende.

* Cette tour possède trois étages et un grenier.

* Des archères droites sont encore visibles.

* En la contournant, je vois coté ville la trace de l'ancienne porte communiquant avec le chemin de ronde ou le châtelet.

 

     L'intérieur :

  * Je tente de gravir les escaliers pour entrer par la modeste porte.

  * Hélas, elle ne s'ouvre pas.

  * Je contourne cet ancêtre pour tenter une entrée par la chapelle des Pénitents Blancs.

  * Hélas, close elle est.

  * C'est un Chevalier obligé de rester dehors qui s'en retourne vers son destrier.

 

 

Histoire de la tour des Pénitents :

* Au 12ème siècle, construction des remparts.

* En 1161, la tour est érigée. Elle se nomme : Tour d'Auriac.

* En 1593, la tour est restaurée sur l'ordre du gouverneur de Mende.

* Au 17ème siècle (1655 ?), une chapelle est construite par les Pénitents Blancs à la base de la tour.  Cette dernière est renommée.

* En 1768, les remparts de la ville sont détruits. La tour des Pénitents survit car elle sert de clocher à la chapelle attenante.

* En 1943, la tour des Pénitents est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Les mâchicoulis sont les souvenirs d'une époque guerrière

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 07:45

 

Département 48 - LOZERE

  Voyez vous cette belle ruine oubliée ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Saint Rome de Dolan est située à 25km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi), à 20km au Sud-Ouest de Sainte Enimie et à 15km au Sud-Est de Séverac le Château (voir sa belle ruine).

 

     Coordonnées du château :

44° 17' 04" N3° 13' 35" E
 44.28458509° 3.22636216878°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est là bas !

* A moins de 2km au Nord-Est de Saint Rome de Dolan, sur le route sinueuse qui mène au village de Les Vignes au bord du Tarn, une ruine médiévale se dore au soleil.

* En aval du causse de Séverac, mais loin des falaises pour éviter d'être attaqué depuis les hauteurs, le château est un point de surveillance pour contrôler l'ancien chemin du col devenu une route touristique.

* Lentement, j'approche de cette ruine presque millénaire.Entendez vous le bruit des reptiles dans les brousailles ?

 

Premier ressenti

* Depuis le petit hameau, le sentier faiblement en pente est facilement accessible.

* La seule difficulté est l'amas de pierre au sol quelque peu instable.

* Devant la ruine, je ne distingue aucun fossé donc aucune trace de pilier pour un éventuel pont levis.

 

 

        L'intérieur :

La porte

* De l'entrée il ne reste qu'un fantôme d'arc.

* Puis, plus loin, une autre ouverture s'inscrit dans un mur très épais.

* Je pressens que cette dernière fut l'entrée principale du château.

 

Un pan de mur

D'énigmatiques murs !* Plus loin, des pans de murs me quémandent de deviner leur fonction.

* A gauche, le premier morceau de mur me force à l'observer.

* Il est constitué de lits de pierres asymétriques.

* Seul son parement d'angle m'informe de l'importance du château.

* Il possède quelques trous de boulin (voir vocabulaire) mais c'est surtout son ouverture verticale qui me fascine.

* Est ce :

     1 - Une archère droite ?

     2 - Une ouverture de lumière ?

* En voyant son épaisseur, je pressens que ce mur ne fut point dans le rempart et ne devait pas faire partie du système défensif.

* J'opte pour la réponse 2.

Êtes vous en accord avec moi ?

 

La réponse

* Évidemment pour avoir la réponse, il suffit de contourner le mur.

* Avec son fort ébrasement intérieur et sa position haute, la fente est une ouverture de lumière.

Je suis vraiment très fort, j'avais deviné !

"Évidemment !... Puisque c'est toi qui écris l'article" grommelez vous.

"Puisque tu es si fort, quelle fut la fonction de ce bâtiment ?"

Heu... j'ose penser que ce fut..... heu....... la chapelle castrale.

 Ce mur possède de nombreux trous peu reconnaissables

Le grand bâtiment

* Je me dois de comprendre le bâtiment au fond.

* Sa paroi extérieure est réalisée avec des pierres de petites dimensions.

* L'intérieur montre au moins 2 étages sur rez de chaussée.

* Le rez de chaussée comporte une magnifique fenêtre.

Avez vous remarqué l'épaisseur du mur ?

Je pressens que je ne suis pas au niveau inférieur.

Des tonnes de gravas recouvrent le sol.

* A l'étage supérieure, une ouverture ressemble à une archère.

* Au dernier étage, je voir un mur en retrait montrant le niveau du plafond.

Avez vous remarqué le vestige d'un mur vertical de séparation ?

* Je pressens que ce bâtiment fut le logis avec cuisine et aula de réception.

 

 

C'est la fin

* Je ne vous ai montré que les grands murs "facilement" identifiables dans cette ruine.

* Le site possède de nombreux autres vestiges qu'il serait amusant de comprendre.

* Donc je vous laisse réfléchir sur ce trou, puis sur cette beauté.

* Je vous quitte pour admirer le paysage grandiose sur les gorges du Tarn.

 

 

Puis je rester dans ton ombre ?

 

 

Histoire du château :

* Au début du 11ème siècle, un site fortifié existe. Il est possession de Raymondus (à vérifier).
* Au 12ème siècle, construction d'un puissant château fort. Il est possession d'une famille nommée Dolan (à vérifier).

* Au début du 13ème siècle, le château est possession du seigneur de Séverac.

* En 1224, pour le château de Dolan, le seigneur de Séverac rend hommage à Etienne II de Brioude, évêque de Mende (voir liste).

* En 1255, le seigneur de Dolan rend hommage au Roi de France (voir liste) pour son château et ses terres.

* Au 14ème siècle, le site est possession de la famille Arpajon.

* Vers 1728, la seigneurie appartient à la famille De Roye.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur est possible. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important. Soyez très prudents.

 

 

 

Adieu magnifique ruine médiévale !

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 06:05

 

Département 48 - LOZERE

  Je pressens que cette ruine va être mon déjeuner intellectuel de ce jour

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Banassac est située à 60km au Nord-Est de Rodez, à 30km au Sud-Ouest de Mende, à 20km au Nord-Est de Séverac le Château (voir sa ruine) et à 2km au Nord de La Canourgue (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 27' 11" N 3° 11' 49" E
 44.453157514°  3.19699198°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

L'arrivée

* A 2km au Nord de Banassac, un peu à l'écart du hameau de Montferrand, en bordure de la rivière Lot, une vieille ruine somnole.

* Sans la réveiller, j'avance lentement.

* Au début, le spectacle de ses pierres est minimal.

* Mais au loin, je perçois monter en moi le plaisir du Castellologue amateur.

 Ses rondeurs sont désirables !

Première analyse 

* Ma première vision est la rondeur d'une tour.

* Ayant été arasée, elle est dépourvue de crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Cette construction circulaire partiellement enterrée a une base talutée avec des pierres de grandes dimensions.

* A mi-hauteur, la tour possède des ouvertures dont je ne sais si elles furent pour la lumière ou pour la défense.

* En les examinant, je subodore que certaines ont été créées après la construction.

 

Un orifice passionnant

* J'entends parfois des "touristes" affirmer qu'une ruine c'est moche, sans intérêt.

* Par ce petit chapitre je souhaite vous montrer qu'un château oublié est toujours passionnant.

* Sur cette tour arasée, de nombreux détails sont fascinants.

- Les pierres sont de 2 couleurs différentes, signifiant une réparation ou modification.

- En partie basse, une ouverture rectangulaire ne ressemble ni à une canonnière, ni à un puits de lumière.

Qu'est ce ?

- Ceci est un goulet d'évacuation.

Sont ce des latrines ?

 Le luxe seigneurial sera t il encore visible ?

        L'intérieur :

Est ce le bon endroit ?

* En contournant la tour ronde, je vois une partie des entrailles du château.

* Ce vestiges étant sur le sommet de la colline, je suppose que ce fut le logis.

* J'espère que décoration il y a encore.

* Le mur montre des pierres mieux taillées, plus jointives.

* Dans l'épaisseur du mur, je vois le remblai fait de chutes de taille des pierres.

* Au dessus, il me semble voir les vestiges d'une fenêtre à coussiège.

(vous connaissez mon imagination fertile.

Il est possible que cela soit ... autre "chose".)

* Puis, sur la longueur du mur, une belle corniche sculptée.

A-t-elle porté les poutres du plafond ?

 

 

C'est la fin

* Il y a encore d'autres détails et vestiges au sol à regarder et à comprendre.

* Pour vous permettre d'avoir autant de surprise et d'émotion que moi, je ne vais pas tout vous dévoiler.

* Lentement je m'éloigne de ce site presque millénaire.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château fortifié pour surveiller l'entrée accédant aux bourgs de Banassac et La Canourgue.

* En 1150, Hugues et Guillabert de Montferrand font hommage pour leurs terres et château au Comte (voir titre de noblesse) du Gévaudan.

* A la fin du 13ème siècle, naissance au château d'Elise ou Amphélise de Montferrand.

* Au début du 14ème siècle, Elise donne naissance dans un autre château à Guillaume III Grimoard qui deviendra le Pape Urbain V.

* Au 14ème siècle, le château est cité dans un texte (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de précaution. Le site n'étant pas sécurisé, le risque de recevoir une pierre ou de glisser ou de tomber dans un trou est important.

 

Chaque pierre me conte son histoire. Les entendez vous ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 07:15

 

Département 48 - LOZERE

  Ce mur me murmure son histoire si riche

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Le Malzieux-Ville est située à 60km au Sud-Ouest de Le Puy en Velay, à 40km au Nord de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 30km au Sud-Est de Saint Flour.

 

     Coordonnées des fortifications :

44° 51' 18" N 3° 19' 52" E
 44.8549843°  3.3310312999°

 

 

Les fortifications : 

        L'extérieur :

Une cité pour tous types de touristes

* Certaines constructions médiévales en notre siècle offrent un plaisir pour chacun d'entre nous.

* Le touriste premeneur sera heureux de déambuler dans les ruelles.

* Les damoiselles seront enthousiasmées par les balcons fleuris.

* Un castellelogue amateur ou un passionné d'architecture sera coi devant les murs multi-centenaires.

** Voila ce que propose la cité fortifiée de : Le Malzieu-Ville.

 Les fleurs ont remplacé les archers

L'arrivée

* La première façade que je rencontre a subi de nombreuses modifications.

  - Parois plusieurs fois consolidées,

  - Fenêtres créées puis rebouchées,

  - Archères en remploi,

  - En haut à droite, latrines défigurées.

 

Remparts modernisés

* Lentement, je longe le rempart comportant de nombreux logements.

* Soudain, l'architecture change. Les pierres sont "neuves" d'aspect et les joints refaits.

Quelles sont les raisons de ces modifications ?

* Une mairie s'est installée dans le rempart. En réalité, elle a pris place dans l'ancienne chapelle des Pénitents.

  - Des fenêtres ont été aménagées,

  - Le chemin de ronde a été couvert,

  - Des fleurs ont "poussé"

 * L'office de tourisme a pris ses fonctions dans la tour située à l'Est.

  - Cette ronde beauté se nomme : Bodon.

  - Elle possède des archères canonnières cruciformes.

  - Son sommet garde les traces des mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

Les tours

* A la fin du Moyen Âge, le rempart de la cité possédait 7 tours défensives :

 

1 - La tour Bodon à l'Est.

2 - La tour de la Communauté : Détruite durant les Guerres de Religion.

3 - La tour Crussols : Il ne reste que les fondations.

4 - La tour Jonas : Emportée par une crue au 17ème siècle.

5 - La tour Mercoeur : Arasée mais encore visible.

6 - La tour Thaler au Nord-Ouest.

7 - La tour Tourlande : Détruite durant les Guerres de Religion.

 

 

Les portesPorte, archères, puits : Que de symboles d'un autre temps !

* Pour entrer dans une cité fortifiée il faut des portes (évidemment).

* L'une des plus importantes est celle que je vous ai montrée en arrivant.

L'avez vous déjà oubliée ?

* Elle est sur le mur avec les 3 archères canonnières cruciformes.

* Ces portes m'informent :

- Que le rempart était épais.

- Qu'elles possédaient un double vantail bloqué par une poutre.

* Par contre, je suis surpris de ne pas voir de trace d'assommoir ni de herse.

 

        L'intérieur :

La diversité

* Les petites rues de Malzieu-Ville regorgent de détails historiques.

* Quelques maisons bourgeoises portent encore les signes marquant la richesse de ses anciens propriétaires.

* Une passerelle couverte relie l'église et le rempart.

* Soudain, une haute construction me fait face.

 

Une tour !

* A l'intérieur des remparts, la cubique construction se nomme : Le beffroi ou tour de l'horloge.

* Elle semble posséder 4 étages.

* Je ne sais point si les ouvertures servent à la défense ou à l'éclairage des niveaux.

* Elle est surmontée d'une plateforme défensive avec crénelage, merlons avec fentes de tir et de mâchicoulis.

* La petite tour renfermant l'escalier est plus décorative en notre siècle qu'utile au  moyen âge.

 

 

C'est la fin pour vous

* Vous imaginez que toutes ces découvertes épuisent Le Chevalier Dauphinois.

* Pour reprendre des forces je me dois de trouver une taverne accueillante.

* La cité n'en manquant point, je vous laisse pour découvrir les spécialités régionales.

Même remanié, le souffle médiévale se ressent

 

Histoire de la cité :

* Au milieu du 11ème siècle, le petit bourg est possession des Barons de Mercoeur.

* A la fin du 12ème siècle, début de construction des remparts.

* Vers 1362, la cité est plusieurs fois assiégée par les Routiers.

* Au 16ème siècle, la ville devient une cité Huguenote.

* En 1586, l'armée Catholique, commandée par le Duc de Joyeuse, attaque la cité.  Les remparts sont partiellement détruits et plusieurs tours sont démantelées.

* Au début du 17ème siècle, la Peste s'approche de la cité. Pour enrayer le "mal" il est décidé de brûler une maison. Evidemment l'incendie se propage est une partie de la cité est détruite.

* Au milieu du 17ème siècle, des architectes Italiens reconstruisent les quartiers détruits. Les nouveaux habitats sont collés aux remparts.

* Vers 1790, en apprenant l'arrivée des Révolutionnaires, les religieuses du couvent abandonnent leurs bâtiments.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Combien de religieuses ont emprunté ce passage.... secret ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 06:24

 

Département 48 - LOZERE

  Ce château ne semble point massif ni défensif

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Canourgue est située à 60km au Nord-Est de Rodez, à 30km au Sud-Ouest de Mende, à 20km au Nord-Est de Séverac le Château (voir sa ruine).

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 56" N 3° 12' 23" E
 44.48216833°  3.20637971°

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

 * Montjezieu serait la déformation de l'expression : Mont Judéo.

* Certains historiens émettent l'hypothèse que le rocher ou le château était habité par une colonie Juive.

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Le hameau de Montjézieu est situé à 5kilomètres au Nord de La Canourgue.

* Posé sur une colline surplombant le Lot, le château protège les maisons de l'attaque des... heu.... "mouches (?).

* Avec les modifications des siècles passés, il ne ressemble plus à un château fort du moyen âge.

Reste-t-il quelques signes de fortification ?

 Le confort n'a point défiguré le château médiéval

Première analyse 

* La première construction que je remarque est la tour ronde.

* Les archéologues affirment qu'elle fut construite au 16ème siècle.

* Elle ne possède aucun système défensif.

* Elle est accolée à un bâtiment datant de la même époque.

* Il semble que ce plus petit bâtiment soit le logis de confort d'époque Renaissance.

* Logis et tour s'appuient sur une puissante construction.

* C'est le donjon habitable d'origine médiévale.

A-t-il gardé la rudesse de cette époque

qui me passionne tant ?

 

 

Le donjon est si solide que la ronde tour s'appuie dessus

Le donjon médiéval

* Regardez l'image en fermant les yeux pour imaginer la solide construction débarrassée de ses "verrues" du 16ème siècle.

N'est il pas magnifique ?

* Cette construction a la forme d'un parallélépipède de 2 étages habitable sur rez de chaussée.

* Sur la gauche, à travers les branches, je vois une construction en encorbellement non alignée.

* Cette curiosité est :

   - Soit une bretèche (mais il n'y a pas de porte en dessous).

   - Soit des latrines.

* Je tente de sentir (beurk) mais surtout je me contorsionne pour observer le dessous.

Voyez vous des trous d'évacuation ?

 

Les défenses du donjon

* Au sommet de ce gros cube, il y a un chemin de ronde.

* Le pourtour comporte un mâchicoulis sur consoles.

* Le parapet possède des ouvertures de guet et des fentes de tir pour armes à feu.

Avez vous remarqué la qualité de construction ?

* Pierres des murs et parement d'angle sont "presque" neufs.

* La construction est sobre tout en étant défensive.

Avez vous remarqué le détail qui m'amuse toujours ?

* Sur le mur le plus long, au 1er étage, une construction en encorbellement pour.... l'hygiène.

Quelle puissance et quelle grâce !

     L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

* Je me console en admirant le paysage.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le seigneur de Montjézieu rend hommage pour ses terres et son château au Roi d'Aragon.

* Au 13ème siècle, la seigneurie est possession de l'évêque de Mende (à vérifier).

* Au 16ème siècle, un logis et une tourelle ronde sont construits en s'appuyant sur le château médiéval.

* Au 17ème siècle, après les Guerres de Religion, un ordre est donné par les états du Languedoc de détruire le château pour éviter qu'il soit le refuge des Protestants. Cet ordre n'est pas exécuté.

* En 1971, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur est impossible.

 

Malgré les siècles, le château a gardé son allure médiévale défensive

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 08:10

 

Département 48 - LOZERE

  Haute et fière est cette tour !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Prunières est située à 50km au Sud-Ouest du Puy en Velay, à 30km au Nord de Marvejols et à 25km au Sud-Est de Saint Flour.

 

     Coordonnées du château :

44° 49' 0,7" N 3° 19' 20" E
 44.816859579°  3.322279304°

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

* L'actuel Apcher s'écrivait Apchier.

* Une légende prétend que le nom original est : Hacher.

* Cela fait suite à la rencontre, en terre du Gévaudan, du roi de Hongrie et de son petit fils tenant une hache.... j'adore les légendes !

** Mais les linguistes ont une autre interprétation.

** Le nom Apcher provient du Gaulois et du Rune :

- AP signifiant : Lieu fortifié.

- CHIER figurant : Le chaos rocheux.

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

* Après avoir visité l'église fortifiée de Prunières, je me dirige au Sud-Ouest de la commune pour découvrir, 2km plus loin, le château d'Apcher dans le hameau éponyme.

* Evidemment la tour, par sa hauteur, par sa puissance, par sa grâce attire l'oeil.

* Je me sens aspiré par elle.

* Mais, en tant que Castellologue-amateur, je me dois d'aborder la découverte du château par ses extérieurs.

 

Rapide analyse 

* Pour comprendre ce château, il est préférable de le regarder de haut.

* L'enceinte extérieure du site a disparu avec les constructions modernes.

* L'enceinte intérieure du château de forme polygonale comporte :

- La tour carrée,

- Les traces de trois tours circulaires.

 

        L'intérieur :

Les traces des bâtiments

* En enjambant le fantôme du rempart, les lieux de vie du château se révèlent.

* Je ne vais pas vous les décrire, je vous demande de faire travailler votre imagination et votre sens de la déduction.

* Dans ce site en fouille à la fin du 20ème siècle, vous pouvez voir un rempart avec archères, la cuisine, le four, une réserve, la salle de réception, etc...

 

 

 

La chapelle Saint Jean Baptiste

* Soudain, dans ce dédale de bases de mur, une construction entère apparaît.

* C'est la chapelle castrale bâtie au 12ème siècle, très fortement remaniée au 13ème  puis modifiée et agrandie aux siècles suivants.

* Cette construction Romane est réalisée en granit. Le toit est en lauze.

* Comme pour le château, je vous laisse admirer sa pureté et le travail de restauration.

 

 

* Avez vous remarqué :

- Le dallage,

- La base des piliers,

- Les chapiteaux,

- La voûte.

* En ce lieu, je me sens attiré par la lumière (divine ?).

* Elle me quémande de..... sortir pour admirer la suite du château.

 Combien d'assaillants on reçu des projectiles depuis ces mâchicoulis ?

La tour

Quel spectacle !

* Posée sur son rocher, la tour semble indétrônable.

Avez vous remarqué son parement d'angle ?

* Après m'être extasié, je tente de comprendre ce qui fut le donjon de repli du château fort.

* La tour comporte 4 étages avec une hauteur de 17m.

Pourquoi est elle si haute ?

* Evidemment pour être vu de loin, pour informer les "errants" que ce territoire appartient à un puissant seigneur.

* Je suis surpris de constater qu'elle est presque borgne. Seules apparaissent une ouverture de lumière à mi-hauteur ainsi qu'une fente de tir en dessous.

* Sur la face Est, à quelques mètres du sol (environ 3m) une porte. C'est évidemment l'entrée médiévale uniquement accessible par une passerelle (extractible ?) en bois.

Avez vous remarqué le puits de lumière au sommet ?

* Je pressens que 2 étages étaient habitable : Le 2ème et le 4ème.

* Les autres étages devaient servir au stockage de nourriture, armes, richesses et archives.

* La plateforme submitale permettait la défense rapprochée grâce aux mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

Pour admirer le site au 21ème siècle,

je vous propose de déguster cette vidéo.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle, construction d'un premier château (à vérifier).

* En 1096, le chevalier Henri est seigneur d'Apchier (à vérifier dans les chroniques des Croisades).

* Au 12ème siècle, un membre de la famille Randon s'établit en ce lieu et en prend le nom. Il est probable qu'il demande la construction d'une chapelle castrale (à vérifier).

* Durant la deuxième moitié du 12ème siècle, le seigneur d'Apcher se nomme : Garin (certains historiens supposent qu'il s'agit de Garin de Châteauneuf époux d'Alix d'Apchier). Il est surtout connu comme troubadour. Il crée une forme poétique nommée : Le Descors ou Descord.

* Au 13ème siècle, construction de la haute tour carrée puis aménagements importants de la chapelle castrale. Cette dernière est l'oeuvre de Guérin III de Châteauneuf à son retour de la 7ème croisade.

* En 1233, le château est cité dans un hommage du Baron (voir titre de noblesse) d'Apcher au Comte-évêque de Mende.

* Vers 1296, la Baronnie est détenue par Guérin IV d'Apcher.

* Au 14ème siècle, amélioration des systèmes défensifs par la construction des tours en éperon coté Sud.

* En 1363, durant la guerre de Cent Ans, à la tête d'une petite armée, Guérin VI d'Apcher stoppe l'attaque d'une troupe Anglaise dans l'actuelle commune de Saint Chély d'Apcher.

* Au 16ème siècle, le choeur de la chapelle est modifiée.

* Au 17ème siècle, un clocher est ajouté à la chapelle.

* A la fin du 17ème siècle, Charles de Crussol achète la seigneurie.

* En 1715, Charles de Crussol vend la seigneurie à Pierre Bouniol.

* En 1717, Pierre revend le titre à Emmanuel de Bessuéjouls, Marquis de Roquelaure.

* Au 18ème siècle, le Marquis d'Apcher est le plus fervent chasseur de la Bête du Gévaudan.

* En 1983, chapelle et tour carrée sont classées aux Monuments Historiques.

* En cette fin de 20ème siècle, la tour n'est pas visitable. La ville et l'association de sauvegarde travaillent à rendre le site sécurisé et visitable pour le début du siècle suivant.

* En 2013, les ruines du site sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en respectant les vieilles pierres.

 

La haute tour est LE symbole du château d'Apcher

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 07:25

 

Département 48 - LOZERE

  Voyez vous la ruine du château sur son rocher ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sainte Enimie est située à 70km à l'Est de Rodez, à 20km au Sud de Mende et à 6km au Sud-Ouest d'Ispagnac.

 

     Coordonnées du château :

44° 20' 24" N 3° 27' 52" E
 44.3399782659°  3.464483991°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Mon destrier m'alerte !

* Après avoir visité le château de Prades, je remonte les gorges du Tarn quand sur la droite (donc la rive gauche) un hameau  s'illumine.

* Mon destrier toujours aussi sensible aux poussières médiévales me quémande de regarder.

* Le long de la rivière et autour d'un haut rocher, les maisons s'agglutinent.

Pourquoi y a-t-il un hameau en ce lieu ?

* Evidemment, parce qu'au Moyen Âge un château a été construit pour surveiller la rivière et le passage du causse Méjean. Les villageois ont aménagé des maisons pour bénéficier de la protection.

 

 

Cité perdue ou touristique ?

 

Comment vais je entrer dans ce château ?

* En entrant dans le hameau, mon âme de touriste se réveille.
* C'est donc vêtu d'un chapeau de paille que je visite les ruelles.

* Un bâtiment, collé à la paroi de pierre m'interpelle.

* Avec sa petite taille, son toit en lauze et sa jolie cheminée, je devine sa fonction.

* Cette construction n'est point un habitat mais le four (certainement) seigneuriale.

* Soudain, un panneau me rappelle ma fonction première en ce lieu.

* J'ôte mon chapeau de paille, je chausse mon heaume de castellologue amateur et je prends un peu de recul.

J'ai oublié mes cordes d'escalades

 

Premiers indices

1 - La ruine épouse parfaitement les contours du rocher.

2 - Le site comporte 3 niveaux (gauche, droite, arrière centre).

3 - Le bâtiment anguleux à gauche est composé de lits de pierres asymétriques pourtant jointives.

4 - Le remblai semble composé de pierres de bonne qualité.

5 - Je suis étonné de ne voir aucune archère ni fente de tir.

6 - Quel magnifique vaisseau !

 

1 2 3 4 5 6

 

L'analyse 

 

Le château semble invincible sur son rocher

* Ce mur, bien que dépourvu de système défensif causé par son arasement, ressemble à une vigie.

* En me décallant pour mieux le comprendre, je m'aperçois qu'un autre bâtiment plus haut est en arrière plan.

Ses murs sont ils plus hauts ?

* Que nenni, les murs sont aussi arasés mais le bâtiment est construit sur une plateforme plus élevée.

* En contournant le château, je remarque :

1 - Une archère droite.

2 - Une construction en encorbellement dont la fonction exacte m'interpelle.

* Mes efforts sont récompensés. Enfin je vois des murs défensifs typiquement médiévaux.

 

Est ce le donjon ?

 

 

        L'intérieur :
Oups !

* Avec attention, je cherche l'entrée.

* Avec de la chance, je trouve un escalier creusé dans la roche.

* Avec courage, je monte.

* Avec erreur.... je glisse sur les pierres.

 

C'est la fin

* C'est un chevalier cabossé qui sagement décide de remettre son chapeau de paille.

* Etre un simple touriste est moins dangereux... Aie !

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le château est cité dans un texte. il est possession d'Etienne de Castelbouc.

* Au 13ème siècle, Raymond de Castelbouc refuse de partir en croisade. C'est lui qui est la source de la fameuse (et vraie) légende de Castelbouc.

* En 1598, pour éviter qu'il soit occupé par les Protestants, les états du Gévaudan ordonnent le démantèlement du château.

* Vers 1945, avec l'électrification des villages sur la rive droite du Tarn, les villageois désertent un à un les maisons du hameau pour plus de confort et de modernité.

* En 1971, le dernier habitant officiel de Castelbouc décède. Le village est abandonné.

* A la fin du 20ème siècle, l'engouement pour le vieux village renaît. De nombreux couples achètent les ruines et leur redonnent vie.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est très difficile sans équipements spéciaux.

 

Ce château est pratiquement intact... (ceci avec un peu d'imagination)

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article