Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 06:30

 

Département :   29 - FINISTERE

 

Un diamant brut dans un écrin de verdure

Le bourg :

   Situation  (--> le voir sur une carte)

   Le bourg Landunvez est situé à 25km au Nord-Ouest de Brest, à 8km à l'Ouest de Ploudalmézeau.

   Le château est à 3km au Nord-Nord-Est de Landunvez.

        Coordonnées du château :

48° 33′ 1.18 ″ N 4° 42′ 44.43″ W
 48.550329  -4.712341

 

Le château :

      L'extérieur

Premières sensations

     Au loin, dans un écrin de verdure, brille une forme parallélépipédique. Il me faut quelques minutes, une petite marche d'approche et une paire de jumelle pour apprécier la ruine du château fort de Trémazan.

 

Le rempart

      Curieusement, mes yeux sont attirés par le vert-rempart. Je ne savais pas que nos ancêtres peignaient les murs en couleur nature.

Était ce les premières tentatives de camouflage ? 

    Je plisse mes yeux pour mieux comprendre cette curiosité architecturale. Pfftf.. Que je suis bête. Point coloriage cela est, mais le manque d'entretien de la ruine. La végétation envahit progressivement le site. Dans quelques années, il ne sera plus possible de voir les pierres pauvrement taillées, asymétriques et peu jointives du rempart.

  Le temps a abîmé ce puissant donjon

Le donjon 

  Au centre de la verdure arrive à survivre une haute construction.

C'est le donjon.

   Avec ses dimensions, je peux affirmer qu'il était habitable. Bien que ses parois soient réalisées en pierres de tailles différentes, le parement d'angle est sans reproche.

     Je suis étonné de ne pas voir d'ouverture de tir, ni de fenêtre et encore plus surpris par l'absence de construction en encorbellement (voir vocabulaire).

Est ce un donjon borgne du 11ème siècle ?

 

      L'intérieur :  

Vais je réussir à le voir ?

     A la fin du 20ème siècle, une partie du mur s'est effondré, il semble donc logique que le site soit interdit à la visite. Peut être qu'avec mon oeil d'aigle je pourrais voir ses entrailles en le contournant.

    La commune et l'association de sauvegarde n'ayant pas les moyens financiers pour entreprendre une véritable consolidation de la tour, des "pansements" ont été posés pour éviter un autre effondrement.

 

Minimal

     A l'intérieur, je ne vois ni décoration, ni sculpture. Ce début d'arcade est certainement le fantôme d'une fenêtre car je n'imagine pas une porte à cette hauteur. Sur l'autre face, j'ai la confirmation que de nombreuses fenêtres (aujourd'hui bouchées) éclairaient les salles. Chaque niveau était séparé par des poutres.

   En haut de la tour, j'ai la surprise de voir le mur s'incurver. Ce sommet serait le dernier étage habitable de l'ancien château. J'imagine qu'au dessus, il y avait la plate-forme de surveillance avec le crénelage.

    Tel un peintre, j'imagine cette tour à la fin des temps, dans la nuit tombante avec un soleil rougeoyant. Je m'éloigne sur la pointe des pieds de peur de faire trembler la terre avec mes lourdes chausses.

 

 
Histoire du château :

  • * A la fin du 13ème siècle, une tour fortifiée est peut être construite (Les historiens et archéologues débattent sur la date).
  • * Au 14ème siècle, construction du château fort par la famille Du Chastel.
  • * Au 15ème siècle, une barbacane est certainement construite.
  • * Au 18ème siècle, le château n'est plus habité et se dégrade doucement.
  • * En 1926, le site castral est inscrit aux Monuments Historiques.
  • * En 1995, un pan de mur de la tour s'écroule.
  • * En 1998, la commune achète la tour et les remparts.
  • * En la fin du 20ème siècle, un projet de mise en valeur du site est imaginé (voir le site web de l'association)
  • * Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et du donjon est libre et gratuite depuis routes et sentiers. La propriété est privée, la ruine n'est pas visitable.

Pour plus d'informations sur l'histoire de la ruine et de ses seigneurs, je vous invite à lire ce site.

 

Balayée par les vents, la ruine tente de survivre

  Vers menu châteaux forts du Finistère Vers Menu châteaux du Finistère
Repost 0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 07:30

 

Département :   29 - FINISTERE

 

Le bourg : 

  L'aube embellit ce château fort Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La petite commune de La Roche Maurice est située à 5km au Nord-Est de Landerneau, à 10km au Sud-Ouest de Landivisiau, sur la riche gauche de la rivière Elorn. 

  Coordonnées :

48° 28′ 12″ N 4° 12′ 0″ W
 48.47°  -4.2°

 

  Toponymie :   (petite initiation)

    Le nom "Roche Maurice" vient du Breton Rob Morvan :

        * Morvan : signifiant Maurice  en Français (nom du bâtiseur du château).

        * Roch (ou parfois Rob) : signifiant rocher, fortification. 

 

Description du château :

      L'extérieur :

  L'arrivée

    En arrivant très tôt dans le bourg, je suis fasciné par l'ombre de la ruine posée sur sa colline. Lentement, le soleil se lève et le cadeau de ma journée se réveille enfin.

   Je peux maintenant m'approcher en toute sécurité vers cette incroyable ruine.

 

  Elle me fascine

      Cette forteresse médiévale devait être entourée d'un rempart que le temps et surtout les hommes ont fait disparaître. Il est encore possible de discerner son contour et quelques bases de mur. Mais le plus fascinant est le donjon en haut de la butte :

- Évidemment, il est posé sur un rocher,
- Ses contours suivent la plate-forme, et de puissants contreforts s'appuient sur le rocher,
- Un épais mur borgne rend plus imposant le "château haut".

  Très sobre est la façade fortifiée du château de Roch'Morvan

   Y a t il des systèmes de défense ?

       En découvrant des murs arasés sans ouverture de tir, sans crénelage, sans mâchicoulis (voir vocabulaire) je me suis demandé si cette ruine ne datait pas du 11ème siècle et sans amélioration défensive.

Sans défense ! ..Impossible !

Cela n'existe pas dans notre Royaume.

   Et c'est en continuant la découverte que je vois enfin une paroi avec 2 hautes fentes verticales. Ce sont des archères certainement du 13ème siècle.

 

   N'y a t il que ces 2 archères ?

      Maintenant que je ressens mieux cette ruine, mon oeil recherche d'autres vestiges de défense. C'est ainsi que je remarque cette surprenante petite fente verticale. J'opte pour une archère du 12ème siècle... A moins que ...

  Un peu en dessous, proche d'un contrefort, je perçois une autre archère courte et droite en meilleur état. Un peu cachée par un contrefort, je me demande si ce n'est pas une "ouverture de lumière" dans un escalier intérieur.

    Un peu plus loin, cet encorbellement réparé ressemble à une bretèche. Mais comme il ne semble pas y avoir de porte à défendre en dessous, ce vestige est peut être celui de latrines. Je vais de suite sentir si ma théorie est vraie.

 

    L'intérieur :

        Pour entrer, il faut contourner les fortifications basses et monter un escalier récent. Hélas, le château est interdit à la visite en ce beau matin de printemps.

     Je repars "bredouille" en jetant un dernier regard vers cette beauté, quand soudain, je suis en arrêt devant le trésor des ruines de château fort.

Que pensez vous de ce spectacle ?

 

    
Histoire du château :

* Au 11ème siècle, Morvan (Maurice en Français), Vicomte (voir titre de noblesse) du Faou fait bâtir une fortification sur la colline en bordure de la vallée de l'Elorn.
* Au 12ème siècle, château et terres appartiennent au Vicomte de Léon.
* En 1219, Hervé II de Léon meurt (dans le château ?) au retour de la 5ème croisade.
* En 1336 Hervé VI de Léon donne de magnifique fêtes dans le château.
* Dans le 1er tier du 14ème siècle, naissance au château du futur Hervé VIII de Léon.
* En 1363, Hervé VIII de Léon décède. Par le mariage de Jeanne de Léon avec Jean de Rohan, le château appartient maintenant à la famille de Rohan.
* En 1421, le château est agrandi.
* En 1490, le château est démantelé sur ordre du roi de France (voir liste).
* En 1641, le château est en ruine.
* En 1678, le château est transformé en prison.
* En 1694,  les bâtiments sont si délabrés que les prisonniers sont transférés et le site fortifié abandonné.

* En 1792, les révolutionnaires s'emparent du site et le vendent à un marchand de biens. La ruine sert de carrière de pierres.
* A la fin du 20ème siècle, le conseil régional ferme le site et commence des travaux de consolidation
* En 2001, une campagne de fouilles est engagée.
* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite à l'extérieur. La visite des entrailles est possible, mais en respectant les horaires. Renseignez-vous.

 

Posé sur sa colline, le château offre une vue incroyable

  Vers menu châteaux forts du 29 Vers Menu châteaux du Finistère
Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 07:30

Département :   56 - MORBIHAN

 

Le bourg :

   L'aube embellit ce château fort Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le bourg de Erdeven est situé à 28km au Sud-Est de Lorient, à 8km au Nord-Ouest de Carnac, et à 10km au Sud-Ouest de Auray.

   Le manoir est situé à 3 km à Est de Erdeven, en direction de Ploemel.

      Coordonnées du manoir :

47° 38′ 30″ N

3° 8′ 16″ W
 47.641667°  -3.137778°

 

Le manoir : 

      L'extérieur :

Le hasard de la découverte

Je vais vous avouer un secret. 

   Je n'avais pas coché sur ma carte "spéciale ruines médiévales" le manoir de Kercadio. Vous comprenez ma surprise quand, cheminant tranquillement vers Erdeven pour dormir dans le château de  Kéraveon, je découvre cette beauté au bord de la route.

   J'étais si troublé que ma vue s'est brouillée.

 

1ères analyses

      De l'ancien manoir médiéval, il ne reste que 2 pans de mur et une tour.

Mais que de beautés dans cette ruine !

   * Il y a d'abord les pierres taillées, asymétriques certes mais (presque) parfaitement jointives.

   * Puis cette curieuse échauguette posée sur une double corniche en encorbellement.

   * Et enfin, une haute tour ronde non habitable avec des trous de boulin.

 

  Évidemment, ce manoir ne dispose pas des classiques systèmes de défense d'un puissant château fort, comme un fossé, un crénelage (mais la hauteur des murs ne me permet pas de l'affirmer), un donjon, des mâchicoulis (voir vocabulaire).

Pourtant cette construction dispose d'une particularité. L'avez vous vue ?

 

Diversité des systèmes de tir

      Sur la tour et dans les murs de courtine, de nombreux systèmes de tir pour armes à feu sont encore présents. Certains sont curieusement disposés me faisant penser à une reconstruction "hâtive". Il y a :

   * Une fente verticale très classique,

   * Puis une fente à double trou (une pour viser et une pour tirer ?) réalisée avec 2 pierres,

   * Une fente identique mais sculptée dans la même pierre, (avez vous remarqué la réparation hâtive du mur ?)

   * Une ouverture carrée pour arquebuse (?),

   * Une curieuse ouverture semi-circulaire et plate en bas (en bêche ?) pour petit canon (?). 

 

    L'intérieur :

        Le château est dans une propriété privée non visitable, mais avec un oeil d'aigle il est possible de voir un bâtiment (avec cheminée) accolé au rempart, puis dans la cour un petit puits (qui ne me semble pas médiéval).

  Je vous laisse car il est l'heure de déguster de délicieux mets Breton dans ce manoir qui est  devenu une crêperie.

 

 

     Histoire du manoir :

* Au 15ème siècle, construction du manoir fortifié.
* En 1427, une seigneurie existe dirigée par Alain de Kergadiou.
* En 1466, le seigneur se nomme : Larlan.
* Au 17ème siècle, le manoir est agrandi tout en gardant la vieille tour médiévale.
* Au 18ème siècle, nouvelle modification du manoir. Elle serait l'oeuvre de la famille : Gouyon de Vaudurand
* En 1792, les révolutionnaires s'emparent du manoir.
* En 1970, le manoir appartient à Joseph Rollando.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du manoir est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite car c'est une propriété privée. Mais il est possible de le découvrir partiellement après avoir dégusté les merveilleux mets de cette crêperie.

 

Petit mais incroyablement médiéval !

  Vers menu châteaux forts du 56 Vers Menu châteaux du Morbihan

 

Repost 0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 07:30

 

Département :   56 - MORBIHAN

 

Le bourg fortifié :

  L'église cache ses fortifications dans la végétation  Situation :     (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de Malestroit est situé à 30km au Nord-Ouest de Redon et à 10km au Sud de Ploërmel.

   Coordonnées du bourg :

47° 48′ 36.59″ N 2° 22′ 57.38″ W
 47.810164°   -2.382606°

 

   Toponymie :   (voir initiation)

      Les linguistes n'étant pas d'accord sur l'origine exacte du nom, je vous donne les 2 hypothèses traduites de la langue Bretonne :

    *  "Mael-Trech" signifiant : Passage du seigneur.

    *  "Mala streta" correspondant à : Mauvais chemin.

 

Description de l'église : 

    L'extérieur

Pourquoi le choix de ce site ?

    Une brochure récupérée à la "frontière de la Bretagne" lorsque j'ai présenté mon laisser-passer    m'a motivé pour découvrir ce bourg.

    Et puis, cette église fait parti de l'histoire de France durant les périodes de troubles et de guerres. Une trêve y a été signée, ce site devait donc être fortifié.

Sont ce des mâchicoulis ? 

La découverte

     Surpris je suis devant cette façade. Je pensais qu'une église "fortifiée" proche d'un bourg actif aurait été entière. Hors c'est une ruine qui se montre dans un écrin de verdure.

     Les multiples dimensions des pierres me font penser à une église ayant été trop souvent consolidée. Les contreforts à larmier hauts et puissants, la porte ogivale trahissent une origine médiévale et même Romane.

Mais où sont les défenses ?

   Je ne distingue aucune fente de tir ni archère. Au dessus de la porte une construction pourrait faire penser à une bretèche (voir vocabulaire). Mais ma joie est de courte durée, l'encorbellement n'est pas évidé.

 

    L'intérieur
        A l'intérieur, au dessus de la porte, je découvre une ouverture obstruée. J'ai une preuve (ou plutôt un indice) qu'il y avait bien une bretèche il y a 6 siècles (au moins).

    Évidemment dans cette ruine, point de toit, ni de mur décorés, ni de statut de saints. Il reste les souvenirs de remplage, de piédestals et de chapiteaux (ou inversement).

 

  Histoire de l'église :

* En 1129, un prieuré consacré à Madeleine est construit sur la rive gauche de l'Oust, affluent de la Vilaine.
* En 1343, une trêve est signée dans l'église, au cours de la 1ère guerre de Succession de Bretagne.
* Au 21ème siècle, la découverte des ruines de l'église est libre et gratuite.

 

Les pierres sculptées jouent avec la nature

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers menu châteaux forts du Morbihan Vers Menu châteaux du Morbihan

 

Repost 0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 07:30

 

Département :   22 - CÔTES d'ARMOR

 

Le bourg : 

Je suis arrivé à Coëtquen proche de Saint Hélen    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le bourg de Saint Hélen est situé à 8km à l'Est de Dinan. Le hameau de Coëtquen est à 1km à l'est du bourg.

    Coordonnées du bourg :

48° 27' 59.623" N 1° 57' 19.033" O
 48.466562  -1.955287

 

Le château : 

      L'extérieur 

Je le cherche 

    Un château qui a appartenu à l'illustre famille de Coëtquen (conseiller des Ducs de Bretagne puis des Rois de France) doit être entouré de panneaux indicateur nombreux, de fléchages importants et d'une signalétique historiques très riche.

Quelle n'est pas ma surprise de ne rien voir ! 

   Il faut beaucoup d'attention pour découvrir, caché dans la végétation, ce panneau en bois. Avec si peu d'information, reste-t-il des murs de ce château si important à la fin du Moyen Âge ?

 

L'entrée

       L'entrée actuelle du site se fait grâce à cette grille protégée par une modeste tour ronde. Su un coté de la porte, des vestiges d'arc sont visibles, mais je ne distingue pas la présence d'un pont-levis, de rainurage pour herse ou de montant pour vantaux. Aseptisée est cette entrée.

 

Une tour

    La ronde tour, que j'avais délaissée à mon arrivée, est riche d'enseignement. Ses pierres sont pauvrement taillées avec des dimension très disparates. De nombreuses pierres avec un trou rond semblent avoir été ajoutées après la construction.

   En contournant cette tour, je vois toujours ces pierres trouées (pour tir au fusil certainement) entourées par des trous de boulin (voir vocabulaire). Les petites pierres en écailles de poisson semblent être une consolidation rapide (après une attaque ?). 

   Une autre trace de fortification entre le 15ème et 16ème siècle se trouve sous une fenêtre. Cette petite canonnière et l'absence d'archère prouvent que ce château a été construit à la fin du Moyen Âge. 

 

L'enquête continue

Coquette est la ruine entourée de ses fleursNe reste-t-il que cette petite tour ronde ?

    Ne pouvant entrer dans la propriété privée, je poursuis ma découverte depuis la petite route longeant l'ancien rempart.

   Soudain, noyée dans la végétation, une autre tour ronde apparaît. Bien qu'arasée, elle est plus massive et bien appareillée. Je crois voir à travers les feuilles, une large canonnière datant du 16ème (?). 

    A quelques mètres, une autre tour aussi puissante s'appuie contre un haut mur.

Mais que vois je ?

 

    L'intérieur :  

Elle se "déshabille" 

     Ne pouvant entrer dans la ruine, je désespérais de ne pas connaître ses entrailles. Mais grâce à l'usure du temps, je peux observer quelques salles depuis la route.

 

De nombreux  détails

   Ne voulant pas tout montrer pour laisser un peu de mystère et vous titiller le sens aigu de la recherche, je ne vais décrire que 3 caractéristiques architecturales :

1 - D'abord comme à mon habitude, je vous dévoile les latrines  . Elles sont certes un peu ventées, mais cet encorbellement posé sur des consoles est caractéristique.
2 - Puis il y a une large ouverture avec arc plein cintre. J'opte pour l'entrée du donjon, accessible par une plate-forme en bois certainement soutenue par des poutres s'appuyant sur des consoles  (voir en dessous).
3 - Enfin, une cheminée avec un linteau en queue d'aronde et un arc de décharge.

 

 

Histoire du château et de ses propriétaires :

* En 1130, présence d'un personnage nommé : Raoul de Coëtquen.
* En 1203, son petit fils, Olivier de Coëtquen, assiste aux Etats de Vannes.
* En 1231, Clément de Coëtquen est élu Archevêque de Dol.
* En 1350, naissance de Raoul V de Coëtquen.
* En 1386, il est chevalier  banneret. Ce titre signifie que ce chevalier a le droit de porter une bannière. Il peut donc commander d'autres chevaliers.
* En 1405, il est chambellan du Duc (voir titre de noblesse) de Bretagne.
* En 1440, Raoul V de Coëtquen reçoit du Duc de Bretagne Jean V l'autorisation de fortifier sa demeure.
* En 1442, Raoul V de Coëtquen est nommé maréchal de Bretagne.
* Vers 1450 (?), fin de la fortification du château.
* En 1575, château et terres sont érigés en Marquisat par lettres patentes en faveur de Jean III de Coëtquen.
* Au 16ème siècle, le château est en partie détruit par la Ligue et son partisan Saint-Laurent d'Avaugour.
* Vers 1792, le château est démoli par les Révolutionnaires.
* Quelques années après, le château est reconstruit.
* En 1875, le château sert de cadre au roman "Patira"de Raoul de Navery, pseudonyme d'Eugénie Saffray.
* En 1927, les bâtiments sont inscrits aux Monuments Historiques.
* En 1955, il semble que le château soit démonté sur ordre de la Comtesse de Boishue de Palys (à vérifier).
* Au 21ème siècle, le château est dans une propriété privée, il ne peut pas être visité. Mais il est possible de déguster une partie de ses entrailles grâce à une petite route longeant la site.

 

La ruine s'est enveloppée de sa robe verte

 

  Vers menu châteaux forts des Côtes d'Armor Vers Menu châteaux des Côtes d'Armor
Repost 0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 06:30

 

Département :   29 - FINISTERE

 

Le bourg :Malgré les nombreuses fenêtres, ce château est bien médiéval

  Situation  (--> le voir sur une carte 

     Le bourg de Pont l'Abbé est situé à 11km à l'Ouest de Bénodet et à 18km au Sud-Ouest de Quimper.

   Coordonnées du château :

47° 52′ 5″ N 4° 13′ 19″ W
 47.868056° -4.221944°

 

Le château :

      L'extérieur :

L'arrivée

      Il est impossible de ne pas voir le château car il s'exhibe en face du pont : Large, majestueux et presque intemporel.

     De loin, la partie droite semble presque banale, mais la partie gauche est passionnante. J'ai hâte de m'approcher de cette "bête" !

 

Je suis pressé

      Contrairement à ce que je vous avais expliqué sur la meilleure méthode pour visiter un site médiéval, je me précipite et me jette sur la gauche pour comprendre l'architecture globale du château de Pont l'Abbé. Je passe rapidement devant l'imposante tour sans crénelage ni archère (voir vocabulaire) dont les pierres correctement taillées me la font dater du 13ème siècle (?).

   Comme pour la façade extérieure, la tour comporte des fenêtres à meneaux en croix.

  Que de variété d'architecture !

La façade interne .

Que de  contrastes !

 * Le contraste entre le puissance médiévale des tours et le "frêle" bâtiment avec ses fenêtres nombreuses et modernes.

 * Le contraste entre les formes rondes ou anguleuses des tours face à la linéarité du bâtiment.

   Mais... Qu'est ce donc cette tour haute, fine, avec le double contrefort ?

  Pour comprendre il est obligatoire de regarder le croquis du château il y a 4 siècles. 

 

  Les défenses

      Avec les demandes de confort de notre siècle et la fonction municipale de ce bâtiment, tous systèmes de défense semblent avoir disparu. Mais la château résiste à la modernité et montre encore une variété d'ouverture de tir.

      * Il y a la classique archère droite en angle,

      * Puis une curieuse archère en bêche,

      * Et enfin l'efficace archère-canonnière.

 

    L'intérieur :

        Le bâtiment fortifié est devenu l'hôtel de ville de Pont l'Abbé ainsi qu'un musée. Il est évidemment possible d'entrer dans le couloir et "laisser un oeil" dans certaines salles. Mais les siècles d'aménagement ont supprimé les traces d'architecture (et d'inconfort) d'époque médiévale.

 

    
Histoire du château :

* Au 11ème siècle, les Normands quittent la région. Un premier seigneur s'établit sur une motte à la tête du pont traversant la rivière.
* Au 13ème siècle, le seigneur de Pont l'Abbé passe un contrat avec l'abbaye de Loctudy pour construire un château proche de la rivière.
* En 1383, le seigneur de Pont l'Abbé construit le Prieuré des Carmélites.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est délicate dans les salles de l'hôtel de ville, mais possible dans le musée Bigoudin.

 

Même arasée, la tour paraît puissante

  Vers menu châteaux forts du 29 Vers Menu châteaux du Finistère

 

Repost 0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département :   22 - CÔTES d'ARMOR

 

Le bourg :

  Point d'église en ce lieu !   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le bourg de Lamballe est situé à 16km au Sud-Est de Saint Brieu et  à 36km à l'Ouest de Dinan.

   Coordonnées

48° 28′ 15.52″ N 2° 30′ 45.35″ W
 48.470979°   -2.512597°

 

Description de la collégiale :

     L'extérieur

  Postulat du Chevalier

* Souvent, une église est au centre d'un bourg.
* Un village, il y a plusieurs siècles, s'établissait proche d'une rivière.
==> Donc, avec ce raisonnement simpliste, j'aborde la découverte de l'église fortifiée proche de la rivière.

 

Ne la trouvant pas , je dois revoir mon raisonnement. Et j'eus une idée.

      En lisant le petit fascicule dans la poche arrière de mon armure  , j'apprends que l'église fut celle du château.

Et où était construit un château fort au Moyen Âge ?

 

Elle est là-haut 

  Je lève donc les yeux pour voir enfin la beauté fortifiée qui m'attend. Étant un chevalier, je cueille quelques fleurs pour ma belle (hélas, il n'y a que les belles restant de marbre (ou de pierre) qui me séduisent.  ), et je monte la retrouver.

 

 La découverte

    Bien que très linéaire, la façade de style roman ne me semble pas très fortifiée. Les deux contreforts ne sont pas des tours, ni un système de défense. Il me semble apercevoir sur la gauche un crénelage (voir vocabulaire).

Mais pourquoi n'y ai je pas pensé plus tôt ?

  L'église était intégrée dans le système défensif, donc il faut que j'aille du coté de l'attaque qui n'est point coté place bien sur. Je fais donc le tour pour ....

 

 Les remparts

    .... trouver les signes évidents de défense. Ce sont 2 demi-rangées de rempart en encorbellement avec petites tourelles d'angle. Ce plan, réalisé par J.M. Boulbain, permet de mieux comprendre l'architecture de l'église intégrant les remparts.

    Ayant été remanié, il n'est pas facile de faire une datation de ce système défensif.


     L'intérieur :

Religieusement j'avance

   Avec une façade aussi imposante, il est évidemment que l'intérieur est magnifique. L'acoustique permet d'entendre le cliquetis des jointures de mon armure  .

     Dans les niches des murs, quelques statuts, pierres tombales, gisants, tombeaux montrent le riche passé de ce lieu. Même le dallage possède des marques de 600 ans (au moins).

 

Questionnement du Chevalier Dauphinois

   Il me semble que la position de l'épée sur un gisant est codifiée :

        1 - Si l'épée est posée au dessus, le personnage est mort au combat.

        2 - Si elle est le long du corps, la mort est naturelle.

   Hors, sur cette pierre tombale, elle est sous le personnage nommé : Bertho de Lescouët. 

  Était ce pour montrer que ce "protagoniste" avait délaissé la fonction de "chevalier" pour entrer dans les ordres (par exemple ?)  

  
Histoire de l'église :

* Vers 1202, un château est construit par la famille de Penthièvre en surplomb du Gouëssant. Une chapelle castrale est aménagée contre les remparts.
* Au 14ème siècle, lors de la guerre de succession du Duché (voir titre de noblesse) de Bretagne, l'église est fortifiée.
* Toujours au 14ème siècle, agrandissement de l'église. Le style gothique embellit le bâtiment.
* En 1435, le Duc Jean V fonde un collège de chanoines.
* En 1626, le château est rasé sur l'ordre de Richelieu. Seule la collégiale subsiste.
* En 1701, la collégiale est rehaussée.
* En 1848, la collégiale Notre-Dame est classée aux Monuments Historiques.
* En 1912, certaines parties de la collégiale (pierres tombales, statuts etc..) sont classées aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la collégiale Notre Dame est libre et gratuite. L'accès aux fortifications est impossible.

 

Majestueuse est cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers menu châteaux forts des Côtes d'Armor Vers Menu châteaux des Côtes d'Armor
Repost 0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 06:30

 

Département :   22 - CÔTES d'ARMOR

 

Le bourg : 

Le château fort est par là... En avant !

    Situation :  (--> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Tréméven est situé à 18km au Nord-Est de Guigamp et à 15km au Sud de Paimpol.

    Le lieu-dit de Coat Men est situé à mi-distance entre Tréméven et Tréverec. 

  Coordonnées du site :

48° 39' 54" N 3° 2' 9" W
 48.665054  -3.0361

 

Le château : 

     L'extérieur :  

Comment trouver une ruine ?

    En préparant mes vacances pour la  Bretagne, j'ai évidemment lu quelques revus et livres, dont le magnifique dictionnaire de Salch.

  Mais j'ai aussi regardé des cartes détaillées, et c'est ainsi que j'ai découverte ceci.

 

Je suis proche

     Quelques mois plus tard, je suis dans le bourg de Tréméven.

Mais où est la ruine ?

   Pour la trouver, j'ai recours à une carte plus précise. La tour du château de Coat Men se situe au Nord-Ouest d'une carrière. Il suffit de suivre les panneaux

 

 La randonnée de recherche commence

       Un chemin herbeux semble être la voie vers mon Graal. Mais au bout de 10 minutes de marche, le désespoir m'envahit : Rien à l'horizon. Je n'ose espérer que la jolie grue jaune fendant le ciel bleu serve à la reconstruction de la ruine médiévale.

    Je tente de longer un sentier proche d'une "falaise", mais à part des arbres, je ne vois rien.

 

Échec ?

      Je tourne, je vire, j'écarte les branches, j'épie chaque indice, mais... rien.

  En désespoir de cause, je m'approche de la rupture de pente et je vois des cailloux et surtout des pierres.

Ont elles appartenu au château ?

 

Epilogue

    De retour à la taverne qui m'héberge pour 2 nuits, je consulte les cartes satellites du web et je vois.... je vois....Je vois que la carrière augment rapidement entre chaque cliché.

    Le lendemain matin, en dialoguant avec le "tavernier", j'apprends que la carrière a (aurait ?) été condamnée pour destruction d'un bien national. Voyant ma tristesse, il me donne une reproduction du château au siècle dernier ainsi qu'une vue en coupe du donjon polygonal de 13 mètres de "diamètre" avec des archères à faible embrasure  (voir vocabulaire) décalées sur la hauteur.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle,  Geslin de Penthièvre reoit la seigneurie de Coëtmen.
* En 1180, l'unique héritière  de la Vicomté de Tonquédec épouse Geslin de Penthièvre.
* Au début du 12ème siècle, un château en pierre est cité en ce lieu, il appartient au Vicomte de Coëtmen. Sa position est stratégique car il domine la vallée du Leff
* A partir de 1222, durant la guerre qui oppose Pierre Mauclerc, Duc (voir titre de noblesse) de Bretagne et Henri II d'Avaugour, le château est attaqué et partiellement détruit.
* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.
* A la fin du 20ème siècle, la carrière s'étend et détruit la ruine.
* Au 21ème siècle, la découverte est impossible car la ruine est "invisible".

 

Je vois presque l'Angleterre !

 

  Vers menu châteaux forts des Côtes d'Armor Vers Menu châteaux des Côtes d'Armor

 

Repost 0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 06:30

 

Département :   22 - CÔTES d'ARMOR

 

Le bourg : 

Où es tu beauté médiévale ?    Situation  (--> le voir sur une carte)

     Le bourg de Ploubèzre est situé à 8km au Sud de Lannion.

         Le lieu-dit de Coatfrec est à 5km à l'Est de Ploubèzre proche d'une rivière nommée : Le  Léguer. 

  Coordonnées du bourg :

48° 42' 32" N 3° 25' 19" W
 48.708918  -3.422005

 

Curiosité

   Sur mes différents documents, cartes, livres, brochures, le château est nommé :

      * Coatfrec (c'est le nom que je retiendrais)

      * Coëtfrec

      * Coëffrec

      * Coat Frec

 

  Préambule :

Les ruines sont cachées

    A l'époque médiévale, les arbres étaient coupés pour servir de bûches dans les cheminées ou pour être transformés en poutres, plafonds, portes etc...  Conséquence, autour des fortifications, il n'y avait pas de bois ni de forêt, les châteaux se voyaient de loin.

   Mais au 21ème siècle, les ruines sont cachées  et il faut redoubler d'astuces pour les trouver, surtout si aucun panneau indicateur a été posé.

 

Comment trouver la ruine de Coatfrec ?

    La 1ère méthode consiste à regarder une carte précise au 1/25000ème comme celle-ci. Puis, pour mieux comprendre la topologie du site, il suffit de louer un satellite.

 

Le château :  

      L'extérieur :  

Je le cherche 

     Je n'avais pas accès ce jour là au satellite espion positionné "pour moi" au dessus du château de Coatfret. Il faut donc un peu de logique pour trouver ce château caché dans un bois très dense. Depuis le hameau, en allant vers l'Est, en direction de la rivière une beauté apparaît.

 

 1ère analyse

       Ce petit bout de mur à travers les arbres est plein de renseignements. Il montre des pierres bien taillées et petites avec un angle de mur bien saillant (donc j'opterais pour le 13ème siècle ?). Mais la présence d'une bouche à feu avec fente de visée me fait pencher pour le 15ème siècle. Cette pierre percée semble avoir été posée après la construction du mur, mes 2 datations ne sont pas incompatibles. ;)

     Quelques mètres plus loin, une petite bouche à feu montre l'évolution défensive de ce château. Il fut donc important pour la région !

 

Restes des mâchicoulis servant de jardin :)

Une tour

    Enfin je vois le site en entier (rassurez vous, je n'ai pas coupé les arbres pour le voir ). La découverte commence par une imposante tour ronde. Elle est fascinante et riche d'enseignements (oui, je sais... le superlatif est mon défaut devant une ruine ).

  Évidemment dans sa partie supérieure, il y a les consoles formant un mâchicoulis ((voir vocabulaire) et ayant supporté le crénelage du chemin de ronde.

   Je passe rapidement sur la description de sa base faite de pierres correctement taillées mais curieusement asymétriques (avez vous remarqué certaines pierres aux dimensions imposantes ). Je préfère m'attarder sur une curiosité de construction.

 

Quelle curiosité architecturale !

Avez vous déjà vu cela ?

** Évidemment, un système de défense rond pour tirer à l'arquebuse ou au petit canon est assez classique, ce n'est donc pas cela qui m'interpelle.

** Une courtine jointant parfaitement avec une tour ronde n'est pas une grande surprise.

==>  C'est.... la construction en encorbellement ne tenant que sur un seul corbeau. Évidemment, l'autre coté ne tient pas par magie (je suis en Bretagne, terre des légendes certes, mais Brocéliande n'est pas à coté ), ll entre et s'accroche à la courtine.

Magnifique n'est il pas !

   Je vous sens dubitatif. Regardez ces 2 autres latrines, elles comportent chacune 2 corbeaux pour les soutenir.

Mais pourquoi l'architecte a t il posé un encorbellement dans un angle ?

  Parce qu'il fallait implanter 3 latrines sur cette paroi. Pour intercaler celle du bas, il fallait l'accrocher à l'angle.

 

      L'intérieur :  

Déception 

    Après tant de beautés à l'extérieur, j'ai hâte de découvrir les trésors des salles du château. Hélas je ne peux entrer  , la propriété est privée et le chantier de consolidation est dangereux. C'est donc avec mon oeil de linx que je découvre l'intérieur de la ruine.

 

De riches détails

   Grâce à ses murs effondrés, la ruine montre de nombreux détails comme les immenses fenêtres, les trous carrés ayant reçu d'imposantes poutres de soutien du plafond et le piédroit d'une cheminée.

   Il a aussi des encadrements de porte et même une tour escalier. Il est possible de comprendre la ruine grâce à ce plan réalisé il y a bien longtemps par A. de Nanteuil.

 

 

Histoire du château :

* En 1330, une construction existe (un manoir ?).
* En 1451, Coatfrech est érigé au rang de Baronnie (voir titre de noblesse) par le Duc Pierre II. Le lieu appartient à Guillaume de Porhoët, sieur de Kerimel et de Coatfrech.
* Au 15ème siècle, construction d'un "château"; (Utilise il les pierres du manoir ou certains murs ?).
* Au début de 1592, durant les guerres de la Ligues, Guy Eder prend le château par ruse et l'occupe pendant quelques mois.
* Au milieu de 1592, les troupes du Roi de France  attaquent le château et s'en emparent.
* A la fin de l'année 1592, le Parlement de Bretagne, fidèle au Roi de France (voir liste des rois), ordonne le démantèlement du château.
* En 1593, il semble que le château ne soit plus habité.
* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.
* A la fin du 20ème siècle, une consolidation est entreprise et des fouilles commencent.
* Au 21ème siècle, le château est dans une propriété privée. La découverte est impossible car la ruine est dangereuse et en cour de consolidation. Depuis le pseudo sentier entourant le chantier, avec beaucoup de précautions et de respect de la propriété, il est possible d'admirer ce château fort.

 

Même en ruinee, la beauté du château est éclatante !

  Vers menu châteaux forts des Côtes d'Armor Vers Menu châteaux des Côtes d'Armor
Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 06:30

 

Département :   29 - FINISTERE

 Ce panneau sent l'interdiction mais surtout la ruine

Le bourg : 

   Situation  (--> le voir sur une carte)

      Le château de Kergournadeac'h est situé à 15km au Sud-Ouest de Saint Pol de Léon, à 14km au Nord de Landivisiau, à 5km au Sud de Plouescat et à 1 km à l'Ouest de Quéran.

    Coordonnées du château :

48° 37' 25.615" N 4° 8' 38.465" W
 48.623782  -4.144018

 

Le château : 

      L'extérieur :

  L'arrivée

      C'est par une petit bruine très Bretonne  que je découvre le sentier menant au château de Kergournadeac'h. Au bout du chemin, une construction apparaît, mais elle ne me semble pas médiévale.

Aurais je commis une erreur  ?

 

  L'espoir revient

      En baissant les yeux comme un enfant qui a fait une bêtise, je vois... je vois... un panneau. Oui, un panneau me réjouit !

   Ce morceau de tôle m'informe que des pierres sont susceptible de tomber. Comme il n'y a pas vraiment de montagne proche de ce site, c'est donc qu'une ruine instable est attenante. (Ne suis pas extraordinaire dans mes raisonnements de chevalier ?).

      En reculant légèrement, je comprends ma méprise; Il y a bien une magnifique ruine à découvrir. 

 

   La découverte 

     De loin, ce château parait être très médiéval. Tours rondes aux angles, petites courtines pour être défendable par les tours. Mais en approchant, de curieux détails architecturaux me redonnent des doutes.Voici le trésor du Chevalier Dauphinois

Les voyez vous aussi ?

   Courtines et tours comportent de larges fenêtres incompatible avec une véritable défense. De plus aucune archère ou bouche à feu (voir vocabulaire) est visible.

   Au raz des courtines, des ouvertures semblent trop basses pour une fortification du Moyen Âge.

Qu'est ce donc ce château pseudo-fortifié ?

 

   Une partie de la réponse m'est donnée par un château nommée : Le Plessis Bourré. Ce château de transition (du Maine et Loire) se défendait par des canons sur une plate-forme avancée.

Était ce le cas pour Kergournadeac'h ?

   Une autre partie de réponse (pour les ouverture basses) est donnée en regardant la base des tours : Elles semblent trop enterrées. Des siècles de terre, de feuilles et de non entretien ont rehaussé le sol dans et autour de la construction (comme dans beaucoup de ruines). Les ouvertures devaient être à quelques mètres du sol.

 

   Les tours

      La partie de construction la plus fascinante de ce château est incontestablement les imposantes tours rondes posées aux 4 angles.

     Elles ont presque leur hauteur d'origine et comportent les consoles du chemin de ronde avec l'ouverture d'accès depuis l'intérieur. L'espacement de ses consoles forment les mâchicoulis (voir vocabulaire). L'ajustement des pierres est presque une oeuvre d'art dans les angles rentrants.

   L'ensemble est magnifiquement harmonieux.

Mais.... Avez vous remarqué cette curiosité ?

  Ce ne sont hélas pas des cigognes sur la cheminée

   Les "tuyaux" 

      Survolant les tours, de nombreuses cheminées servent de perchoirs aux oiseaux  . Leur nombre n'équivaut pas celui du château de Chambord certes, mais ces "flèches" ayant traversé les siècles sont magnifiques et impressionnantes.

Avez vous remarqué les détails sculptés

 

    L'intérieur :

        Hélas, la ruine se situe dans une propriété privée et n'est pas visitable ce jour.

  Avec mes yeux de lynx, je peux voir de magnifiques cheminées sur 3 étages et sur plusieurs murs. Chaque pieds droit et linteau possède un dessin sculpté différent : Simple et décoratif. De la poche de mon armure, je ressors une vieille photo sépia qui confirme le confort intérieur.

     Ne pouvant voir plus, je me console en regardant les entrailles grâce à mon gps. C'est ainsi que je découvre qu'un rempart entourait le château. Le mélange Renaissance-Moyen âge est encore plus évident.

N'est il pas magnifique ce château ?

 

  Après avoir détaillé chaque pierre, je pressens que ce château n'est pas médiéval dans son architecture et sa construction. Mais peut être utilise t il les bases du 1er "manoir fortifié", ainsi que ses pierres ?

   Si c'est le cas, il a bien sa place dans ce blog des châteaux forts, sinon..... Je suis quand même heureux qu'il y soit.

 

  Avant de partir je me délecte de l'horizon en ce jour peu ensoleillé.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, une famille Kergournadeac'h est citée dans un texte. Un manoir fortifié existe.
* Au milieu du 16ème siècle, le dernier "mâle" de la famille meurt sans héritier. Le château appartient maintenant à la famille Kerc'hoent. Olivier commence la construction d'un château renaissance.
* En 1594, Olivier meurt et son fils François continue l'amélioration esthétique du château.
* En 1629, à la mort de François de Kerc'hoent, il semble que le château rectiligne avec ses imposantes tours rondes soit finalisé.
* En 1926, le château est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite depuis le sentier. Sans y être invité, la visite est interdite dans cette propriété privée.

 

Il paraît presque irréel, naviguant entre plusieurs siècles

  Vers menu châteaux forts du Finistère Vers Menu châteaux du Finistère
Repost 0