Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 07:19

 

 

Département 89 - YONNE

 

 Sur son plateau, le vieux château survole la petite commune

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Druyes les Belles Fontaines est située à 40km à l'Ouest-Nord-Ouest d'Avallon, à 30km au Sud-Sud-Ouest d'Auxerre et à 15km au Nord-Ouest de Clamecy.

 

     Coordonnées du château :

47° 32' 56" N03° 25' 22" E
 47.54908280° 3.42285640°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est la haut !

* Depuis le village, mon oeil de castellologue amateur est attiré par une forme massive sur un plateau situé au Nord.

* Cette construction est le château fort, but de ma croisade en ce début juillet.

* Grâce à ma carte, je sais qu'il faut aborder le site castral par le Nord, coté opposé au bourg.

 

 Toutes les formes géométriques sont présentes : Triangle, carré, rond...

Analyse rapide du plan

* Pour comprendre le château dans son ensemble, il faut regarder le plan global.

* Le château seigneurial est placé au Sud, coté de l'à-pic.

* Il est entouré d'un imposant rempart comportant de nombreuses tours en majorité circulaires.

* Ce rempart isole la grande basse cour de la route d'accès.

* Bien que non représenté sur le plan, un fossé devait exister.

* En notre siècle, de nombreuses maisons ont remplacé les communs, les écuries et autres bâtiments seigneuriaux.

* Le "rue des granges" doit être un souvenir de temps anciens.

Avez vous remarqué l'impasse du château neuf ?

* Cette construction du 17ème siècle, certainement plus confortable que le vieux château féodal, a complètement disparu après la Révolution Française.

 

 

 La porte du rempart extérieur est une invitation au Moyen ÂgeLe rempart extérieur

* Avec les années sans entretien et les destructions, il ne reste rien du rempart extérieur excepté un fantôme de mur d'à peine 2 mètres de long et une tour située à l'angle Sud-Ouest.

* Mon affirmation est mensongère car le hasard de l'histoire n'a pas détérioré l'imposante porte fortifiée. Elle comporte :

- Deux archères droites sur la façade d'entrée.

- Au sommet, un chemin de ronde avec mâchicoulis (voir vocabulaire), datant certainement du 14ème siècle, possède des archères droites primitives de style 12ème siècle.

* L'absence de crénelage, de trace d'un pont levis et de rails de guidage d'une herse est surprenante.

* La présence de contreforts droits à larmier est la meilleure solution pour créer des angles morts utiles aux assaillants.

* Je pressens des reconstructions/consolidations d'époques diverses.

 

 Que ses rondeurs sont belles !

        L'intérieur :

Les rondes surprises

* Avec précaution je passe la porte fortifiée.

* Le coté intérieur est aseptisé.

* Au bout de la rue du château fort il y a........ (devinez !)....

....... une tour ronde (je suis certain que votre réponse était fausse... hihihi).

* Elle possède :

- A la base.... des fleurs.

- Sur la hauteur, des trous de boulin pour les réparations.

- Une archère en bêche (voir vocabulaire) et une archère droite.

 

 

Cubique surprise

* Comme vous le savez, une tour est toujours accrochée à une courtine.

Est ce pour ne pas qu'elle s'enfuit ?

* Je longe ce haut mut dépourvu de crénelage et mâchicoulis.

* Soudain, je me heurte à une tour aux formes anguleuses.

Quel contraste !

 

 Cubes et rondeurs se côtoient avec harmonie

Où suis je ?

* Quelques mètres plus loin, je vois une puissante porte fortifiée de forme carrée.

Quelle curieuse architecture globale !

* Je suis perdu... et je vous sens aussi perdu.

* Lorsqu'un château résiste à ma compréhension je fais appel à la technologie.... plus exactement à "mon" satellite privé.

 

 

Une architecture en avance sur son temps

* En haut à gauche, c'est la seule tour d'angle du rempart extérieur ayant survécu.

* En bas à gauche, c'est l'actuelle commune séparée du château par un à-pic (je vous l'ai déjà montré ici).

* Le château a une forme carrée de 53 mètres de coté.

* Les angles possèdent des tours rondes.

* Pour la défense des deux longues courtines latérales, une tour carrée a été construite.

* Au nord, l'entrée est aménagée dans une puissante tour carrée.

* Ce château du 12ème siècle correspond (presque) aux critères définis par le Roi de France Philippe Auguste (voir liste des Rois) 50 ans après. Ce château est proche de ce qui sera nommé 50 ans plus tard : L'architecture Philippienne.

 

Cette porte m'emporte dans un autre siècle

 

 

La tour-porte

Les contreforts d'angle accentuent l'effet de puissance

* Bien assise au centre de la façade, solidement ancrée dans le sol, la tour-porte a du faire réfléchir plus d'un assaillant.

* Je devine la présence d'un pont levis aujourd'hui disparu.

* Les mâchicoulis entourant la construction permettent une défense à 360°.

* Au sommet, la rehausse semble un aménagement "récent" avec une fonction défensive minimale.

* Après la surprise de la découverte, je tente de comprendre cette tour :

- Aucune archère, ni fente de tir, ni canonnière est visible.

- La tour escalier latérale n'est pas très logique pour une entrée défensive.

L'accès au chemin de ronde depuis la tour est visible

 

 

Entrer est ma mission !

* Lentement j'approche de la porte.

* Je m'assure qu'aucun défenseur soit présent pour me fracasser le crâne avec des pierres.

* La herse est baissée.

* Je quémande l'autorisation d'entrer, je hurle mon envie de découvrir ce château unique, je marque bruyamment ma présence pour qu'un résident m'invite.

 

 

Dehors et pourtant dedans

* Je la pointe de mes chausses, je tente de voir les entrailles.

* Les bâtiments ont été détruits, l'herbe a envahi le château

* Au fond, je vois de magnifiques fenêtres. Cette façade coté à-pic correspond au logis seigneurial. L'élégance et le confort se lisent partout.

* Sur ce coté, il n'y a pas la place pour les cheminées. Elles devaient s'inscrire dans les murs latéraux hélas disparus.

 

Fontaine... Vais je boire de ton eau ?

* Pensant avoir tout vu, j'erre sur le chemin du retour.

* Dans la basse cour, un petit puits m'informe que le confort est partout.

* Plus bas, je vois une retenue d'eau.

Etait ce le vivier médiéval ?

 

 

Histoire du château :

* Dans la première moitié du 11ème siècle, un château est cité dans un texte. Les historiens supposent que ce devait être une petite construction avec palissades en bois.

* Dans le deuxième moitié du 12ème siècle, construction de l'actuel château fortifié. La seigneurie est possession du Comte (voir titre de noblesse) de Nevers (voir liste) représenté par la famille Courtenay.

* En 1184, par le truchement du Roi de France Philippe Auguste, Pierre II de Courtenay, petit fils du Roi Louis VI le Gros, épouse Agnès de Nevers, Comtesse de Nevers. La seigneurie est donc dans le giron de Pierre II. L'architecture et les gros travaux du château sont déjà très avancés lorsque Pierre II en prend possession.

* A la fin du 13ème siècle, après le décès de Yolande de Bourgogne, Comtesse de Never, le château devient possession du Comte de Flandre.

* Au 14ème siècle, n'ayant pas une importance stratégique, le château est délaissé. Les Comtes n'y demeurent pas. Un capitaine a la charge du château. L'état de ruine partielle est constaté dans un texte.

* En 1378 et durant 2 ans, sous l'influence des Comtes de Flandres (voir liste), des travaux de reconstruction et consolidation sont réalisés au château.

* En 1383, une nouvelle campagne de consolidation et d'amélioration est menée. Une bretèche est aménagée au dessus de la porte du rempart extérieur.

* Durant les 3 siècle suivants, le château n'est pas habité ni consolidé. Seuls les revenus de la seigneurie intéressent les propriétaires.

* Au 16ème siècle (à vérifier), l'imposant logis coté Sud disparaît.

* Au 17ème siècle, un "château neuf" est construit proche du vieux château fort.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent des bâtiments et les vendent comme Bien National. Le château "neuf" disparaît. Le château fort est dépecé.

* En 1888, la porte défensive extérieure est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 20ème siècle, une grange est implantée dans les ruines de la chapelle castrale et une maison est aménagée dans la tour. Les arbres envahissent la basse-cour.

* En 1924, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1965, monsieur Pierre-Joseph Girard Claudon achète les ruines du château et commence à lui redonner vie, magnifiquement aidé par Robert Nemo.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible certains jours. Veuillez vous renseigner sur les dates et heures d'ouverture.

 

 

 

Est ce une reproduction d'une arène Romaine ?

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 89Vers Menu châteaux de l'Yonne
Repost 0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 06:30

 

Département 71 - SAÔNE et LOIRE

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite commune de  Saint Maurice des Champs est située à 38km au Nord-Ouest de Macon, à 24km au Sud-Ouestr de Chalon sur Saône et à 20km au Nord de Cluny.

 

Ecrire un blog, c'est montrer le monde avec mes yeux

   Coordonnées de l'église :

46° 37' 46.5023" N 4° 37' 14.02" E
 46.629584°  4.620561°

  

 

L'église :

     L'extérieur :

Préambule

   Lorsque j'ai créé ce blog en janvier de l'an de grâce 2006, ce fut une décision mûrement réfléchie.

  Mais avec le nombre important de sites web et de blogs affichant des châteaux forts, il me fallait imaginer un style et des thèmes différents. Montrer les mêmes constructions, décrire les grands sites touristiques ne fut point mon but.

   ==> Proser sur le patrimoine peu connu, montrer autrement le moyen âge construit fut ma décision.

    Cette petite église est le résultat de mon approche des bâtiments fortifiés d'origine médiévale. Le système défensif est certes minimal, mais par sa présence, elle a sécurisé les habitants de ce lieu.

Elle se doit d'être mise en valeur !

 

Point de défense visible pour cette église !

La découverte

       Le village est si petit (moins de 100 habitants) qu'il est aisé de voir rapidement l'église le long d'une des rares rues. D'un pas alerte, je m'approche de cette beauté ceinte de son cimetière.

  Mon oeil de Castellologue-amateur ne voit point de rempart, ni de tour, ni d'imposant crénelage.

Mais où sont les défenses ?

 

L'enquête commence

   L'art Roman s'exprime dans toute sa simplicité : Angle droit, petite fenêtre et absence d'arc boutant.

  Excepté le clocher pouvant servir de vigie, je ne vois ausun signe de système défensif

 

 

Où sont les défenses ?

   De suite, je me précipite vers la nef espérant trouver une salle de repli sous le toit avec de multiple fente et même des mantelets (voir vocabulaire ). Mais rapidement, je comprends que les murs ont été partiellement arasés et point de refuge je vois.

  Les 2 ouvertures rondes ne sont point des canonnières mais des oculus récents amenant la lumière dans la petite église.

 

Que voyez vous sur le clocher ? 

Vais je repartir bredouille ?

    C'est un Chevalier Dauphinois trainant un peu des pieds et la tête basse devant l'échec qui retourne vers son destrier. 

  Soudain, me instint me quémande de lever la tête :

Diantre, que c'est beau !

 

 

L'espoir renait

    Au sommet du clocher, ce que je pensais être un abat-son semble se transformer en ouverture de guet. Peut être qu'une petite salle de refuge existait.

  Au dessus du toit du chevet, une fente me fait signe de l'admirer. C'est évidemment une archère droite (du 12ème siècle ?) dans une salle intérmédiaire.

  Les preuves que cette petite église fut fortifiée sont minimales mais magnifiques.

N'ai je point une passion de rêve ?

 

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.

* En 1971, une partie de l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, l'église s'offre un joli lifting grâce aux fonds financiers de la commune.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Maurice) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Un clocher fortifié est le secret de cette église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 71

Vers Menu châteaux de Saône et Loire

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 06:30

 

Département 89 - YONNE

Il y a une tour médiévale cachée dans les arbes 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La petite commune de Girolles est située à 35km au Sud-Est d'Auxerre, à 25km au Nord-Est de Clamecy et à 7km au Nord-Ouest d'Avallon.

     Coordonnées de la tour :

47° 31' 42.874" N 3° 50' 23.672" E
 47.528576°  3.839909°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Préambule

    Cela se passe en 2006. Votre Chevalier Dauphinois visite quelques sites médiévaux de l'Yonne. Dans ce petit bourg, il s'apprêtait à faire rapidement quelques clichés d'une ruine située dans une propriété privée quand  soudain, son indécente chance lui donne une opportunité.

   En ce beau jour d'été, le propriétaire du lieu va, le lendemain, marier sa fille. Il s'affaire de toute part. Son sourire est magnifique. Avec un immense courage, je lui quémande le droit de photographier SA ruine (et non pas sa fille).

Il me répond : "Faites, jeune homme, je laisse la porte ouverte durant 1 heure".

   Imaginez mon bonheur. Moi qui ai 800 ans, ce qualificatif de jouvenceau me plait, et surtout, je vais approcher une beauté que peu de personnes ont pu voir de si près.

   Vous allez avoir la chance extraordinaire de "toucher" (des yeux) une ruine non visitable et peu montrée sur le web.

 La haute tour est attaquée par la végétation

La découverte

    Dans le joli parc, les hauts arbres entourent mon Graal du jour. Mais cette vieille damoiselle sait résister à cette envahissante végétation. Elle montre ses plus beaux atours dans un costume de lierre.

  Avec une hauteur de 12 mètres, elle m'a déjà séduit, même si au sommet, je ne vois point de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

Pourquoi une tour solitaire ?
  Cette tour appartenait évidemment à un château fort. Mais les siècles et surtout l'aménagement d'un parc, d'une belle pelouse  puis l'utilisation des pierres pour une maison ont fait disparaître les fondation du château.

 

Rapide analyse

    A la base, la tour possède de grandes pierres taillées très jointives. Sur la hauteur, elles sont aussi larges et belles. Il n'y a que par endroit que la qualité est moindre.

Sont ce des "rebouchages" ?

   Des trous de boulin confirment l'ancienneté de cette tour.

Avez vous remarqué la qualité du parement d'angle ?

 

        L'intérieur :

Je franchi le seuilLa belle me révèle son intimité !

    C'est par une ouverture soutenue avec des poutres en ciment moderne que j'entre dans la tour. Des pierres de remploi ont servi à consolider la base.

 

Je l'observe de loin

      Pour mieux comprendre son architecture intérieure, je prends du recul. Chaque étage est clairement marqué par une série alignée de trous pour les poutres du plancher.

Avez vous remarqué l'épaisseur des murs ?

  Curieusement, les pierres au sommet n'ont pas la même qualité.

Est ce du à une élévation tardive ?

 

De nombreux détails !

   Mes yeux de Castellologue-Amateur sont ébahis par le nombre impressionnant de traces de confort et de vie à l'intérieur de cette tour.

Les distinguez vous ?

  Fenêtres, cheminées... Que de confort ! 

Description

* Deux des trois parois possèdent des fenêtres.

* Elles sont peu larges.

* Ces ouvertures comportent toutes une coussiège.

* Ce "ban" de pierre est toujours situé à gauche de la fenêtre.

* Le mur borgne possède des vestiges de cheminées.

* Celle-ci sans décoration, situé dans une salle basse, ressemble à une cheminée de cuisine.

* Par contre, celle au dessus, avec ses piédroits sculptés, devait chauffer la salle de réception.

* Ces cheminées sont proches de certaines fenêtres.

Avez vous remarqué que les murs des salles moins élevées comportent des corbeaux pour soutenir le sol ?

 

C'est la fin

    Ne souhaitant pas embêter plus longtemps mon hôte du jour (que je remercie encore) je quitte ce lieu magnifique non sans avoir regardé une pierre magnifiquement sculptée prouvant que cette tour appartenait au Moyen Âge à un seigneur aisé au goût subtil.

 Nota :

  Cette tour qui de loin paraissait (pouvait paraître) banale, sans intérêt, est une construction à l'architecture très riche.

Ceci vous montre que la compréhension de ruines doit se faire avec attention et patience.

   N'oubliez pas ce conseil : Observez puis comparez pour mieux comprendre.

Pensez vous qu'une belle damoiselle brodait sur la coussiège ?

 

 

Histoire du château :

* Au 6ème siècle, la petite histoire de la Grande Histoire de France affirme que la Reine des Francs nommée Brunehaut  aurait pu séjourner dans cette tour lors de ses périples au château d'Epoisses. Je présume que ceci n'est qu'une légende, même s'il est vrai qu'à notre siècle, la tour porte son nom. Une telle tour en pierre n'existait pas avant le 11ème siècle.

* Au 9ème siècle, le château/territoire/site est donné à l'abbaye Saint Martin d'Autun.

* Au 14ème siècle, le château est "reconstruit ou agrandi"  (?).

* En 1594, le château est détruit, certainement durant la huitième guerre de religion (à vérifier).

* Au début du 20ème siècle, seule la tour en ruine est visible. Les bases du château semblent avoir disparu.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est interdite car la ruine est dans une propriété privée.

 

girolles-82 girolles-83

 

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 89 Vers Menu châteaux de l'Yonne
Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 06:30

 

Département 71 - SAÔNE et LOIRE

  Est ce une tour ou un beffroi ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Bourbon Lancy est située à 80km au Nord-Ouest de Macon, à 40km au Nord-Est de Moulins et à 20km au Nord-Ouest de Digoin.

    Coordonnées de la porte fortifiée :

46° 37′ 13″ N 3° 46′ 27″ E
 46.620278°  3.774167°

 

Les fortifications :

     L'extérieur :

La découverte

     Après avoir déposé mon blanc destrier sur le parking fleuri, j'entends une construction qui me hèle en dansant.

"Mais il devient fou notre Chevalier" pensent mes visiteuses et visiteurs 'Un bâtiment ne peut pas bouger !"

  Il est possible que pour vous, les constructions soient fixes, mais pour un Chevalier Castellologue Amateur (et un peu fou), mes bâtiments médiévaux sont différents.

J'ai une preuve, regardez ici !  

    Bigre !... Voila un bourg bien protégé

Rapide analyse

     En voyant la tour solitaire, j'imagine que les remparts et murs de défense ont disparu avec les années. Seule reste la haute construction parallélépipédique qui doit certainement posséder une horloge (comme souvent).

    Quatre détails attirent mon attention :

1 - Une petite tour ronde est accolée. Avec ses fentes verticales, j'imagine qu'elle doit posséder un escalier en colimaçon.

2 - Les fentes sont uniquement orientées vers l'extérieur. Peut être ont elles servi d'archères !?

3 - Une bouche à feu protégeait le rempart.

4 - Au dessus, des pierres en encorbellement ont peut être supporté des poutres pour un hourdage (voir vocabulaire).

 

Une entrée bien protégée

   Face à la tour-porte, je suis en admiration devant de nombreux détails défensifs :

A  - A la base, une inclinaison pour solidifier la tour et permettre aux objets ronds, jetés depuis le haut, de rouler vers les assaillants.

B - Une arquebusière sous la fenêtre de la salle des gardes.

C -  Des encoches pour les flèches en bois d'un pont levis.

DAutour de la porte, les empreintes pour recevoir le pont-levis.

La face intérieure de la tour porte 

    L'intérieur de la tour:

Je traverse à pas feutrés

   Même si la herse n'existe plus, son souvenir est encore présent par le rainurage. La porte à droite doit mener vers la salle des gardes en empruntant la petit tour-escalier ronde.

   Même un "peu cimentée", l'archère-canonnière garde sa fraicheur médiévale.

 

Vais je pouvoir visiter la tour ?

    Un panneau m'informe qu'il est possible de visiter les entrailles de la construction. Sur le moment, heureux je suis.

   Mais soudain, la tristesse se lit sur mon visage.

 

Petit coup de griffe

    Un office de tourisme est un "local" servant, entre autre, à accueillir le touriste et à lui donner des brochures et des renseignements. Il est amusant de constater que ce service n'est pas rendu le dimanche (et encore moins les jours fériés).

 Un synonyme de touriste est vacancier.

    Si je réfléchi un peu, je m'aperçois que c'est le dimanche que je visite, car en semaine, je travaille.

 Conclusion : Un "service" ouvert quand on travaille mais fermé quand on visite me semble Ubuesque (totalement absurde m'explique le dictionnaire).

Êtes vous en accord avec moi ?

 

L'intérieur du bourg :

     Déçu de ne point visiter la tour, j'erre dans les ruelles "médiévales" de la cité en admirant les maisons à colombage. Je me promène sur la terrasse en regardant les murs couvrant 600 ans d'évolution architecturale.

Diantre, mais il est tard.

  Avant que le Beurdin me tire la langue, il faut que je trouve une taverne pour la nuit.

 

 

Histoire du bourg :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fort. La ville se blottit autour.

* En 1389, Philippe II "le Hardi", Duc (voir titre de noblesse) de Bourgogne, inaugure la tour-porte de la belle cité fortifiée.

* Au 16ème siècle, la tour-porte reçoit une horloge.

* En 1982, Gaby Cimetière et Georges Kirsch installe en haut de la tour, coté intérieur, le Beurdin.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des fortifications du bourg est libre et gratuite. La visite des intérieurs est interdite.

 

Le panorama est le trésor des fortifications médiévales

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 71

Vers Menu châteaux de Saône et Loire

Repost 0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 06:30

 

Département 71 - SAÔNE et LOIRE

  Je suis proche de mon Graal

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de La Salle est situé à 100km au Nord de Lyon, à  20km au Sud-Sud-Ouest de Tournus et à 10km au Nord de Macon.

   Le château se situe à quelques kilomètres à l'Ouest, sur la route du golf de Macon.

      Coordonnées du château :

46° 24' 25.045" N 4° 50' 45.449" E
 46.406957  4.845958

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

     Dans le Maconnais, les châteaux viticoles sont nombreux. Il n'est point étonnant de voir un panneau de rue en faisant part. Mais mon instinct de castellologue-amateur (il est vrai aidé par mon dictionnaire des châteaux forts) m'informe qu'une vraie fortification médiévale presque millénaire m'attend.

Pensez vous que ce soit cette massive construction ?

 

L'enquête commence

    En contournant le bâtiment par la route, je vois une réalisation très consolidée. Les ouvertures sous le toit rappellent un chemin de ronde. Mais sur le mur, je ne vois aucune fente de tir. En partie basse, les contreforts ressemblent à une imitation de consolidation médiévale.

   Sur la gauche, excepté une tour carrée sans âge, les autres bâtiments ne ressemblent pas à un château fort. Ma seule réjouissance est le fantôme d'une fenêtre à remplage flambloyant.

Était ce l'église du château ?

La végétation protège la vieille tour 

Quelle merveille !

    Je m'apprête à rejoindre mon destrier quand une beauté de pierre survolant les arbres me fait signe. J'avance lentement car je viens certainement de trouver le vieux château dont le contour du rempart semble matérialisé par une haie d'arbustes.

  Cet amas informe est peut être le vestige de l'entrée. Évidemment, c'est l'imposant donjon qui va être l'objet de toute mon attention.

 

Le donjon

    Par ses dimensions, la haute tour est habitable. Je me lance dans une rapide analyse :

 * Le donjon ne comporte pas de contrefort.

 * Toutes les faces possèdent des trous de boulin (voir vocabulaire).

 * Ces trous ne servaient pas à porter une passerelle de circulation.

 * Au sommet, les consoles à ressaut sont magnifiques.

 * Le crénelage a disparu ainsi que la plate-forme.

 * Quelques rares fantômes d'archère droite sont visibles.

* Les pierres sont petites, mal taillées et peu jointives.

* Une face comporte des fenêtres à meneaux en croix prouvant que le donjon a été habité assez tardivement.

 

Une autre surprise

  En contournant le donjon, je remarque une curiosité architecturale en encorbellement.

Avez vous deviné sa fonction ?

  C'est évidemment les classiques latrines, très souvent situées coté Nord.

 

    L'intérieur :

  La propriété est privée et non visitable. La tour ne semble pas consolidée, il n'est pas conseillé de s'en approcher. Avant de quitter le site, je regarde une dernière fois le magnifique donjon et je tente d'imaginer ce que le guetteur voyait.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château pour surveiller un péage sur la Saône au confluent de la Mouge.
* En 1368, Catherine de la Salle et  Girard de se partage le domaine et le péage.
* Au début du 15ème siècle, le firf appartient à la famille de Saint-Point.
* Au début du 17ème siècle Melchior Mitte de Miolans, seigneur de Chevrières, marquis de Saint-Chamond est le nouveau propriétaire.
* Vers 1659, Just-Henry Mitte de Chevrières, marquis de Saint-Chamond, vend le fief à Pierre Perrachon, seigneur de Senozan.
* En 1675, par mariage, château et terres sont la propriété de Gabriel de Briord.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château et de la tour est libre et gratuite depuis la route. La visite des intérieurs est interdite.

 

La tour est vraiment le symbol d'une construction médiévale

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 71

Vers Menu châteaux de Saône et Loire

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 06:30

 

Département 71 - SAÔNE et LOIRE

 

Le bourg :

Pensez vous que le seigneur buvait du vin ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le bourg de Mercurey est situé à 50km au Nord de Macon, à 25km au Sud-Sud-Ouest de Beaune et  à 10km au Nord-Ouest de Chalon sur Saône.

    Coordonnées du château :

46° 49′ 29″ N 4° 42′ 45″ E
 46.824722°  4.7125°

 

Le château :

     L'extérieur :

La raison de ma venue en Bourgogne

    Pour nombre d'entre vous, Mercurey signifie un des grands vins de Bourgogne. Les châteaux (souvent ce sont des manoirs ou des maisons bourgeoises) sont nombreux et indiquent une cave viticole. Mais pour un castellologue-amateur, le château (marqué sur ma carte) dans les terres de Mercurey est une des ruines les plus énigmatiques de la région.

La voyez vous au milieu des vignes ?

 

La recherche

   En cette fin d'hiver, bien que la végétation soit sans feuille, il n'est pas facile de voir la ruine de Montaigu. Mais, si je me fie à la toponymie, il me faut trouver un mont aigu. L'une des plus hautes collines pointues de Mercurey ayant vue sur la vallée semble porter la beauté millénaire

Que cette ruine est belle et mystérieuse !

 

La découverte

   En suivant le panneau de randonnée ainsi que les différentes traces sur les arbres, après quelques minutes  je vois mon Graal caché dans le petit bois. La végétation cache partiellement les pierres du rempart extérieur mais il est aisé d'en comprendre l'architecture. Certains pans de mur sont très révélateurs. 

 

Première analyse

   Les pierres sont correctement taillées et jointives. Cela signifie un château de seigneur. Le plus surprenant est la présence de fentes fines. J'ai l'impression que les défenses de ce château n'ont pas suivi l'évolution technologique : Point d'arquebusière ou bouche à feu.

A-t-il été abandonné après le 14ème siècle ?

Ce plan montre une puissante forteresse médiévale   

    L'intérieur

Le 2ème rempart

   Lentement j'avance sur le sentier en direction du donjon et de son logis. La partie centrale du château est entourée d'un rempart. Étant très arasé, il n'est pas possible de voir archère, crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire), mais il semble évident qu'il en était pourvu.

 

Le donjon

   Quelle chance j'ai de voir le donjon. Certes, il est un "peu" cassé mais son fantôme est très intéressant.

  Il montre au 1er étage un vestige de porte. Le trou de boulin (voir vocabulaire) devait supporter une plate-forme en bois. L'épaisseur du mur, bien qu'elle ne soit pas exceptionnelle, montre la fonction défensive de cette construction.

   En contournant le donjon, je vois son périmètre ainsi que les différents étages.

 

La surprise

   Pour mieux comprendre l'architecture du donjon et du logis, je prends un peu de recul et une incroyable surprise s'offre à moi :

* Au fond à gauche, c'est la ruine du donjon,

* Sur la droite, c'est le vestige du 2ème rempart,

* Au centre, je vois.... un toit.

 

Un bâtiment entier !

   Ce magnifique toit en pierre a évidemment été reconstruit récemment. Il doit correspondre à une réserve ou un entrepôt. Il me faut entrer pour rêver. L'intérieur est un peu aseptisé mais il en faut peu pour un Chevalier-Castellologue. La voûte et la lumière m'emporte dans le passé.... Et je suis dans un autre siècle !

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 10ème siècle, à la demande du Duc (voir titre de noblesse) de Bourgogne, le Comte Lambert de Valentinois fait construire un château pour contrôler la voie Chalon-Lyon.
* Durant le dernier quart du 12ème siècle, Guillaume de Valentinois, Comte de Chalon, réalise des actes de pillages dans certaines cités Bourguignonnes.
* En 1180, le Roi Louis VII le Jeune (voir liste) déshérite Guillaume de Valentinois et cède le château de Montaigu à Hugues III Duc de Bourgogne.
* A la fin du 12ème siècle, le château est propriété de Alexandre Montaigu-Bourgogne.
* En 1205, le château appartient à Eudes Montaigu-Bourgogne.
* En 1244, son fils Guillaume Montaigu-Bourgogne est le nouveau seigneur. Il est le seul héritier à habiter au château.
* En 1304, Eudes II Montaigu-Bourgogne est seigneur de Montaigu. A partir de cette date, le château loge des soldats.
* En 1338, le château appartient à Henri Montaigu-Bourgogne.
* En 1591, durant les guerres de religions, le château est assiégé par les Ligueurs.
* A la fin du 16ème siècle, le Roi de France Henri IV (voir liste) demande la destruction du château.
* En 1803, le château est vendu à un "marchand de biens" qui démantèle le site et revend les pierres.
* En 1822, le Marquis d'Arcelot achète la ruine.
* Durant le 19ème siècle, de nombreux "ermites" habitent la ruine.
* En 1870, accusé d'espionnage, un dénommé Richer doit fuir la ruine. Les villageois détruisent les rares bâtiments encore habitables dont l'oratoire.
* Au 21ème siècle, la visite de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe, soyez prudent.

 

Une cave sans vin... hic !

     

Vers Menu châteaux de Saône et Loire

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 06:30

 

Département 71 - SAÔNE et LOIRE

 

Le bourg :

Un château dans la plaine, comme ceci est curieux    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite ville de Bourgvilain est située à 80km au Nord-Nord-Ouest de Lyon, à 60km au Nord-Est de Roanne, à 15km au Nord-Ouest de Macon et à 6km au Sud de Cluny.

    Coordonnées du château :

46° 21′ 47″ N 4° 38′ 21″ E
 46.363056°  4.639167°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

     Dans cette région de verts pâturages entrecoupés de petits bois et de collines de faible hauteur, je suis surpris de voir une construction fortifiée posée dans la plaine. Avec sa couleur pierre et son toit rouge, elle se remarque de loin. Pourtant elle ne possède pas de hautes tours, ni d'un donjon et point des murailles impressionnantes.

Est ce une fortifications médiévale ?

 

Point de défense visible pour ce petit château

L'enquête commence

   En approchant, je vois un rempart borgne protégé aux extrémités par 2 tours rondes. Avec les siècles et la paix qui règne dans notre beau Royaume, courtines et tours ont été percées de porte basse.

  Ce rempart précède la basse cour.

 

L'habitat

     Coté opposé à la basse-cour, je vois de massifs bâtiments correspondant à la partie habitable du château. Elle se compose d'une tour carrée (ancien donjon ?) et dans l'angle opposé une tour ronde de défense.

  De nombreuses fenêtres et sculptures confirment ma supposition d'un habitat seigneurial. Mais :

Où sont les systèmes défensifs ?

 

Sont ce les défenses ?

     Malgré mon oeil d'aigle et mon envie à voir les détails de ce château, je ne vois aucun système classique de défense, point de crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire ). Mais en insistant un peu, je crois voir, sur une tour dont les pierres sont très pauvrement taillées, les vestiges d'une petite archère droite (mais j'ai un doute).

  Puis, bien cachée dans un angle, une ouverture pour arme à feu, avec un ébrasement extérieur important, me nargue de loin. Heureux de cette découverte, je m'avance vers l'entrée composée de 2 portes. Je ne vois aucune trace de fente pour les flèche d'un pont levis.

  Conclusion : Ce château a traversé les siècles en étant toujours habité. Lentement, il a perdu ses défenses et son agréssivité médiévale.

 

    L'intérieur :

      Je m'approche lentement de la porte charretière, mais je suis stoppé. La propriété est privée et non visitable.

 

 

Histoire du château :

  • * A la fin du 10ème siècle, un texte de l'abbaye de Cluny cite le nom de Corcelle.
  • * Au 14ème siècle, construction du château par la famille Verrey.
  • * En 1520, le fief appartient à Philibert de Busseul, seigneur de Saint Sernin.
  • * En 1642, le château est vendu à Laurent de Laube.
  • * En 1780, par mariage, le château appartient à Louis de Leusse.
  • * En 1794, Louis de Leusse est guillotiné à Lyon par les Révolutionnaires.
  • * Vers 1795, Jeanne Antoinette de Laube vend le château aux Frères Martinot.
  • * En 1976, le site est inscrit aux Monuments Historiques.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du petit château est libre et gratuite depuis la route. La visite  est interdite car la propriété privée est habitée.

 

Le paysage calme de notre 21ème siècle

     

Vers Menu châteaux de Saône et Loire

Repost 0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département  21 - CÔTE d'OR

 

Le bourg :

Un château entouré d'eau. Est il médiéval ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Commarin est situé à 35 km à l'Ouest de Dijon, à 25km au Nord-Ouest de Beaune et à 5km à l'Est de Pouilly en Auxois.

  Coordonnées du château :

47° 15' 21.013" N 4° 38' 58.283" E
 47.255837°  4.649523°

 

Le château :

     L'extérieur :

La raison de cette découverte

    Mon dictionnaire des châteaux forts m'informe qu'il y a une construction d'origine médiévale dans le bourg de Commarin. Ayant décidé de m'approvisionner en bonnes bouteilles de Bourgogne (vin que j'apprécie) je profite de joindre l'utile à l'agréable.

 

Où est le château fort ?

Comment trouver une construction fortifiée ?

  Souvent il suffit de regarder sur une carte. Soit le bâtiment est en ruine et sa représentation correspond à "Trois petits points". Mais pour Commarin, c'est l'indication "Chat" au milieu d'une tache bleu représentant de l'eau.

Wahouu, je vais voir une château fort entouré de douves !

 

La découverte

   En arrivant dans le bourg, je rencontre un rempart à la hauteur faible pour une défense sérieuse et à l'épaisseur non impressionnante. Il possède une tour un peu décevante. Bien que sa construction ne semble pas récente, elle ne dispose pas de système de défense.

 

Est ce le seul vestige médiéval ?

L'enquête commence

    En longeant le rempart, j'arrive proche d'une autre ronde tour qui ne parait pas plus massive que la première. Point d'archère, mâchicoulis crénelage (voir vocabulaire) pouvant justifier de sa fonction défensive et de son origine médiévale. Pourtant, quelques détails curieux et fascinants m'interpellent.

 

Sont ce les défenses ?

  Il y a des pierres sculptées comportant un orifice central.

Était ce une ouverture de tir ?

  Une autre plaque lisse semble me donner raison (bien que mon doute soit important). Je dois entrer pour mieux comprendre l'architecture de ce château presque intemporel.

 

    L'intérieur :

Hélas, nous sommes en avril

       La grille est fermée car je ne suis pas venu durant la période estivale. Je vais me contenter de voler quelques images de loin. Mais avant, je quémande une vue satellite pour comprendre ce château mystérieux entouré de douves.

 

De puissantes tours

Quelle curieuse construction.

  Elle mêle douceur des rondes tours et classicisme des formes anguleuses. Les fenêtres sont nombreuses et aucun système défensif semble exister.

  Il me semble que de l'époque médiévale, il ne reste qu'une puissante tour ronde à droite et son pendant à gauche. Le château semble avoir évolué par palier et a utilisé pour chaque bâtiment le style architecturale de l'époque.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle , une famille nommée Commarin apparaît dans les textes. La date de construction du château est inconnue.
* En 1346, le dernier Commarin décède sans héritier. Le maison forte et les terres appartiennent à Jean de Cortiambles.
* A la fin du 14ème siècle, Jacques de Cortiambles est chambellan du Duc (voir titre de noblesse) de Bourgogne : Philippe le Hardi.
* Au début du 15ème siècle, Jacques transforme la modeste maison forte en une imposante forteresse.
* Au 15ème siècle, en se mariant, Agnès (fille de Jacques de Cortiambles) apporte en dot le château et les terres à la famille Dinteville.
* En 1478, Jacques Dinteville le petit fils de Agnès épouse Alix de Pontailler.
* En 1500, Bénigne Dinteville épouse Girard de Vienne et apporte le château (qui ressemble toujours à une forteresse) en dot.
* Durant le 16ème siècle, peu de transformation sont réalisées dans ce château-forteresse comportant double fossé, 7 tours de défense, basse-cour etc...
* Vers 1620, Charles Ier de Vienne fait détruire l'aile Nord et fait aménager l'aile Est. La lumière entre enfin dans les bâtiments.
* En 1699, la tour flanque au Sud-Est s'écroule.
* En 1702, un architecte est nommé par Charles II de Vienne(marié à Alix de Chastellux) pour remplacer la tour effondrée par de confortable bâtiments. Une partie des fossés sont comblés.
* En 1725, Marie Judith de Vienne épouse Joseph-François de Damas et apporte château et etrres en dot.
* Jusqu'en 1780, le château est toujours habité et modifié pour plus de confort.
* Le château échappe aux destructions des révolutionnaires.
* Au 19ème siècle, Charles de Vogüé, mari de Zéphérine de Damas, devient possesseur du château. Depuis cette date, le château ne change plus de famille.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est payante durant la période estivale.

 

La bâtisse médiéval a laissé la place à un beau château de confort

 

     

Vers Menu châteaux de Côte d'Or

Repost 0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département 71 - SAÔNE et LOIRE

 

Le bourg :

Sur la coline, une ruine médiévale me surveille    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de  Sigy le Châtel est située à 35km à l'Ouest de Tournus, à 17 km au Nord-Ouest de Cluny, à 25km au Sud-Est de Montceau les Mines.

    Coordonnées :

46° 33′ 22″ N 4° 34′ 24″ E
 46.556111°   4.573333°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    Dans cette région de petites collines, il semble évident que des châteaux forts aient été construits il y a 1000 ans. C'est donc sans surprise que je vois une rude construction surplombant le petit village.

    Posés au sommet aplani de la colline, les quelques bâtiments semblent entourés par un rempart arasé.

 

L'enquête commence

    Bien au frais, à l'ombre des vieux arbres, j'admire les vestiges importants du château de Sigy le Châtel. La construction a la forme d'un quadrilatère irrégulier. En plus des vestiges (peu élevés) du mur d'enceintes, 3 bâtiments se dressent fièrement.

 Voyez vous des archères sur la tour ?

La tour ronde

   Ses dimensions ne sont pas impressionnantes, ce ne devait pas être la tour maîtresse (le donjon). Avec un morceau de courtine accrochée, je suppose que cette construction était la tour défensive coté Nord-Ouest.

   Le plus surprenant est la disparité des pierres, de leur tailles et dimensions.

 

La tour carrée ?

   En voyant cette construction anguleuse, je suis dans le doute.

Est ce une tour carrée ou une courtine d'angle ?

  Avec son imposante échauguette ronde sur culot, j'opte pour la 2ème solution. En contournant la construction, je confirme ma supposition : Courtine d'angle.

 

Donjon ?

   Un peu décalé, sans lien avec les courtines et remparts, un pan de mur avec trou de boulin semble s'ennuyer tout seul.  Sa forme massive et habitable me fait penser à un donjon. Mais en voyant sa faible hauteur, j'opte pour un logis seigneurial.

Qu'en pensez vous ?

 

Où sont les défenses ?

    Ma plus grande surprise est l'absence de système défensif. Point de crénelage, pont levis, herse, mâchicoulis (voir vocabulaire) et surtout fente verticale pour tirer.

   C'est au moment où je désespère qu'apparaît ma récompense.

La voyez vous ?

   Derrière la haie, je vois une belle archère-canonnière posée sur la courtine Ouest, ainsi qu'une autre sur la tour carrée.

Diantre, ce château était encore habité au 15ème siècle !

 

    L'intérieur :

      La propriété est privée. En cette fin du 20ème siècle, un fil m'interdit l'entrée et un panneau m'informe que je n'ai point le droit de pénétrer.  Je me console en regardant la richesse d'une ruine médiévale : L'immense panorama.

 

 

Histoire du château :

  • * Au 10ème siècle, présence d'un château "en bois".
  • * Au 12ème siècle, construction d'un château en pierres.
  • * En 1266, le château est la propriété de Archambaud de Chanay.
  • * En 1560, le château appartient à Philibert de  La Guiche.
  • Au 17ème siècle, il semble que la château soit partiellement en ruine.
  • * En 1629, Henriette de  La Guiche épouse Louis Emanuel de Valois, Duc (voir titre de noblesse) d'Angoulème. Le château de Sigy le Châtel est apporté en dot.
  • * Au 18ème siècle, la famille La Guiche retrouve la propriété du château et des terres.
  • * Vers 1792, Amable-Charles, marquis de La Guiche, est guillotiné.
  • * A la fin du 20ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite . La visite des entrailles est interdite.
  • * Au début du 21ème siècle, le propriétaire entreprend des travaux de consolidation et permet la visite certains jours. Renseignez vous

Le château regarde fièrement le village

     

Vers Menu châteaux de Saône et Loire

Repost 0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 06:30

 

Département 58 - NIEVRE

 

Le bourg :

Mais où se trouve ce château de la Motte ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de Arthel est situé à 30 km au Nord-Est de La Charité sur Loire, à 40km au Sud-Ouest de Vézelay et à 8km au Nord-Nord-Est de Premery.

   Coordonnées du château :

47° 14' 37.698" N 3° 24' 10.883" E
 47.243805°  3.403023°

 

Le château :

     L'extérieur :

Un seul château fait mon adulation

   Dans le petit bourg de Arthel il existe 2 châteaux :

* Un du 18ème siècle construit par François Guynet (à l'emplacement d'un château fort disparu).

* Un autre de la fin du Moyen Âge qui va être mon dessert en ce mois printanier. 

  Cette beauté, but de mon voyage, se nomme : Le château de La Motte.

 

Mais où est il ?

   A l'époque médiévale, un seigneur disposant d'un château fort ne faisait pas pousser des arbres autour. Les ennemis auraient pu se cacher et s'approcher du bâtiment et puis, un château doit être montré pour marquer le pouvoir.

   Mais dans "votre" 21ème siècle, le "seigneur" se cache comme s'il avait honte de posséder une "vieille" construction. C'est donc à travers les branches que je devine sa présence. Ce château possède :

* Plusieurs tours rondes de taille et diamètre différents,

* Des tours parallélépipédiques,

* Des bâtiment accolés aux courtines.

 

Son origine médiévale est incontestable !Je vois enfin le château

    En montant sur mon destrier, en me tenant sur la pointe de mes chausses telle une ballerine, je peux enfin déguster ce château.

 

Quel curieux système défensif !

   La puissante tour ronde possède des trous de boulins alignés sur 2 rangés.

Était ce pour un ancien hourdage (voir vocabulaire) ou un chemin de ronde ?

   Au sommet, de petites ouvertures carrées comportent des consoles.

A quoi pouvaient servir des bretèches sans porte en dessous ?

     La distance entre chaque bretèche est si grande que l'attaquant dispose d'angle mort pour saper la muraille.

Pourquoi n'y a t il pas les efficaces mâchicoulis ?

 

Les systèmes de tir !

    Sous le toit de la petite tour flanque, je vois une ouverture de tir pour arme à feu. Malgré toute mon attention, je ne distingue aucune archère. Ce château a du être construit ou complètement réhabilité au 15ème et 16ème siècle. D'ailleurs cette canonnière puis plus loin cette arquebusière confirment ma constatation.

 

Elles sont là

   Ceux qui me suivent sur ce blog depuis plusieurs années savent que je "raffole" d'une curiosité médiévale, et que je consacre beaucoup de temps sur le terrain pour la dénicher.

   Le château de La Motte en possède : Ce sont .... des lattrines en encorbellement.

 

    L'intérieur :

        La propriété est privée et habitée. Il est impossible de la visiter. Je repars donc par la route de l'Ouest vers de nouvelles aventures. En haut de la colline, je jette un dernier regard en direction du château et.... la chance me sourit. Je peux, grâce à mon oeil d'aigle ,  admirer de nombreux détails architecturaux.

   Je ne vous les décrirai point  pour que vous ayez aussi ces sensations incroyable de découverte.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction d'une maison forte par les Comtes (voir titre de noblesse) de Never.
* Au 15ème siècle, construction du château de La Motte à l'emplacement de la maison forte.
* Au début du 16ème siècle, un logis est construit sur la face Sud.
* A la fin du 16ème siècle,la façade Nord est remaniée.
* Au 18ème siècle, les bâtiments s'appuyant sur les courtines Ouest et Nord sont modifiés. Une imposante porte charretière est aménagée.
* Au 19ème siècle, certains murs du château sont consolidés.
* En 1985, les façades et toitures du château ainsi que des communs sont inscrites aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route et les chemins est libre et gratuite . La visite du château est interdite. 

 

Le château de la Motte se voit de loin

      

Vers Menu châteaux de la Nièvre

Repost 0