Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 07:30

 

Département :  36 - INDRE

  Au loin apparaît mon Graal du jour !

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Tendu est située à 90km à l'Est de Poitiers, à 38km à l'Ouest de La Châtre (voir son château) et à 22km au Sud-Sud-Ouest de Châteauroux.

   Coordonnées du château :

46° 38' 6.929" N 1° 34' 41.858" E
 46.635258°  1.578294°

 

   Toponymie :  (voir initiation)

      Mazières serait un dérivé du latin Maceriae.

  Cela signifie : Murailles.

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

    Après avoir découvert le donjon du château de Prunget à moins de 2km de là sur l'autre rive, je me rends en direction du hameau de Mazières sur la rive gauche de la rivière Boulzanne. Au bout d'une route légèrement sinueuse apparaît une blanche construction survolant les arbres.

C'est le donjon habitable du château !

 

Que reste il du château ?

    Le château ayant été très transformé par son propriétaire au 19ème siècle,  il ne semble rester que 2 bâtiments d'époque médiévale :

* Le logis de confort avec sa tour escalier.

* L'imposant donjon.

Un puissant donjon Roman

 

Le  donjon

   La haute construction est un véritable cadeau pour tous les passionnés de Moyen Âge. Elle est :

- L'emblème du pouvoir seigneuriale,

- Le lieu de vie et de protection de ses habitants.

Ce donjon est composé :

* D'une base parallélépipédique.

* De 6 étages.

* D'une ouverture (porte) au 1er niveau. Ceci est classique pour améliorer l'anti intrusion des assaillants.

* A la renaissance, une fenêtre à meneau est "aménagée".

* Au sommet, 4 échauguettes d'angle sur culots.

Avez vous remarqué l'absence de contrefort ?

 

Renseignements complémentaires d'après ma brochure :

* Chaque étage mesure 4 mètres

* Un escalier en pierre est aménagé dans l'épaisseur du mur.

* Pour ne pas fragiliser le même mur, l'escalier change de coté à chaque étage.

* La magnifique cheminée sculptée du 2ème étage est actuellement visible au musée de Châteauroux.

* Le donjon était protégé par une courtine comportant 7 tours de défense. Mais il ne reste que les vestiges de 2.

 

     L'intérieur :

         Je n'ai pas tenté d'entrer car c'est une propriété privée non visitable "comme un musée", qui de plus était fermée le jour de mon passage.

  Mais il serait certainement possible de découvrir les entrailles du donjon en louant une chambre dans ce magnifique gîte.

 

 

Histoire du château :

* Vers le 2ème siècle (à vérifier),  une villa Romaine est construite en ce lieu.

* Au 13ème siècle (à vérifier), construction du château.

* En 1381, le donjon est cité dans un texte, mais sa construction semble plus ancienne.

* Au 15ème siècle, le site est/serait possession de Guillaume de Laigue.

* A la fin du 15ème siècle, le site est/serait possession de la famille Montjohan.

* Au 17ème siècle, l'église seigneuriale est décorée de fresques.

* En 1792, les Révolutionnaires récupèrent le château pour le vendre comme Bien National.

* En 1796, le château est acheté par un certain : Sylvain Château.

* A la fin du 19ème siècle, le château appartient à madame Louis Bernard.

* En 1895, à la mort de sa propriétaire, le château est l'enjeu d'un procès de succession.

* Au début du 20ème siècle, le site appartient à la famille Renaud.De nombreux bâtiments sont démolis.

* En 1988, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte au loin de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite pour un visiteur occasionnel. Le donjon est peut être visitable si vous louez une chambre dans ce magnifique logis.

 

Le donjon marque le pouvoir et défend le passage sur la rivière

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 09:50

 

Département :   36 - INDRE

 

Le bourg :

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Levroux est une commune située à 80km au Sud-Est de Tours, à 60km à l'Ouest de Bourges et à 21km au Nord de Châteauroux. 

 

    Coordonnées du château :

46° 59' 16" N1° 36' 38" E
 46.98801073 1.610806

 

  Origine du nom :  (voir l'article d'initiation)

      Le nom actuel vient d'une léproserie construite au Moyen Age, appelée : Leprosum.

 

 

Le château :

    L'extérieur :

Où est il ?

* Au Nord du village, un parking est aménagé pour le départ d'une randonnée pédestre, passant proche du château.

* Après quelques courtes minutes, "sa majesté de pierres" m'attend dans un écrin de verdure.  

 

L'aventure

* La météo annonçant des pluies importantes pour l'après midi, je me suis levé tôt pour admirer les vestiges du château de Levroux.

* Évidemment avec ce soleil matinal, les ombres sont importantes donnant une ambiance presque surnaturelle.

* Plutôt que de marcher sur le sentier, je préfère découvrir le château par "la combe" correspondant à l'ancien fossé, comblé au 19ème siècle.

 

Le châtelet
  * Dans le silence du petit matin, les 2 grosses tours rondes semblent soupirer de bonheur à la venu d'un Chevalier Dauphinois .

 * Ce ne sont pas des tours d'angle (sinon le château serait très petit) mais les tours de défense du châtelet.

 * Elles comportent encore en partie basse des ouvertures de tir pour arme à feu, correspondant au type de défense du 15ème et 16ème siècle.

 * En observant leur construction, il me semble que ce sont des archères médiévales (voir vocabulaire) modifiées pour recevoir des arquebuses ou des petits canons.

Qu'en pensez vous ?

 * La Renaissance (?) a modifié leur esthétique et de grandes fenêtres ont été percées dans les étages rendant ces tours habitables.

 

    Le portail d'entrée

* Au milieu des 2 tours, une immense porte d'entrée rappelle l'origine médiévale du château.

* Bien que le fossé ait été comblé, je constate que l'entrée est surélevée.

* Les crapaudine en bas supportaient les axes du pont-levis et au dessus les flèches (voir vocabulaire) ainsi que les chaînes passaient par les 2 grandes fentes verticales (Voila une porte qui correspond aux standards du château fort de mon enfance).

* Des pierres encadrent la porte empêchant les assaillants de faire levier pour l'arracher.

* De chaque coté, la porte était protégée par les fentes de tir des 2 tours du châtelet : Défense classique mais efficace.

* Évidemment, une herse augmentait la protection dissuasive.

* Il ne reste que la rainure, mais sa largeur est imposante.

* Pour conclure la défense, deux vantaux fermaient l'ensemble (il ne reste que les montant de pierre). Voila une construction classique.

 

Curiosités

  Deux détails rompent le classicisme médiéval :

* D'abord la fenêtre au dessus de la porte. Elle a du être construite en même temps que celles des tours.
* Puis le blason au dessus de la porte.

* Ce blason a été massacré (peut être à la révolution ?), il est devenu "illisible".

* Un texte affirme que cette sculpture représentait les blasons des 2 "mécènes" lors des travaux d'amélioration et de consolidation à la fin du 15ème siècle :

- Le premier était celui de Jacquette de Peschin : "Coupe d'argent et d'azur à la croix ancrée de gueules sur l'argent et d'argent sur l'azur". 
- Le deuxième est celui de son époux, Bertrand V de La Tour d'Auvergne : "Écartelé, en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or et à la tour d'argent maçonnée et ouverte de sable, en 2 et 3 de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or, sur le tout d'or au gonfanon de gueules frangé de sinople".

* Pour comprendre ce vocabulaire, je vous invite à lire ce site d'héraldique.

* Comme à mon habitude, je contourne le château pour le découvrir de l'extérieur. Curieusement, les remparts ayant disparus, j'accède à l'intérieur du château.

 
   L'intérieur :  

Où suis je ?

* Cette vue n'est pas l'extérieur du site, mais les restes d'un des murs intérieurs du château.

*Je suis de l'autre coté du châtelet.

Je vous vois interrogatifs !

Vous ne comprenez pas ?

 

Voici l'explication

J'ai contourné le château.

* Sur la droite (de l'image), il y a le fossé et la tour du châtelet avec un départ du mur d'enceinte (le voyez vous ?).

* La muraille d'enceinte couvrait une superficie de 2 ha, aujourd'hui, elle a fait place à une belle étendue herbeuse. 

* Sur la gauche (de l'image) un plateau qui devait être l'emplacement de l'intérieur du château.

* Le mur que je vous montrais est en face, dans le prolongement.

 

    1ère constatation des entraillesIntérieur épuré et pourtant révélateur

* L'intérieur du châtelet étant peu consolidé et dangereux, des grilles empêchent la visite.

* Mais en tendant le cou "comme une girafe", il est possible de comprendre l'aménagement interne.

* Dans la partie basse, un escalier descend vers une salle sombre, dont je ne peux comprendre la fonction.

* L'ensemble de ce niveau est éclairé par les nombreuses archères et bouches à feu.

* Un peu plus haut, je distingue des corbeaux devant supporter des plafonds (3 étages ?) ainsi que les grandes fenêtres à meneaux dépourvues de coussiège (voir vocabulaire).

* Il me semble deviner des traces de maçonnerie des cheminées, mais mon imagination dans une ruine est très fertile, il me faut être objectif.

 

    Peu mais fascinant

 * Sur la gauche, dans la tour du châtelet, les vestiges d'un escalier en colimaçon me montre les axes de circulation.

* Curieusement, il passe devant une archère.

Cette aberration fonctionnelle est elle du

à la consolidation du bâtiment au 20ème siècle ?

* Hélas dans cette ruine, il n'y a plus de trace de décors ou de sculpture.

Était ce un château pour soldats ou pour un seigneur ?

    Les nuages prévus par Météo France n'arrivant pas, je décide d'abandonner cette ruine puis de trouver une auberge dans le bourg proche.

Venez vous avec moi ?

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle (?), Un oppidum Gaulois est construit sur la colline d'un village nommé : Gabattum.

* Vers 1010 (?), un château primitif remplace l'oppidum. Il est l'oeuvre d'Eudes de Déols.

* En 1188, le château est attaqué et pris par Philippe Auguste (voir liste des rois).

* En 1189, par le traité d'Azay le Rideau, le territoire et le château appartiennent à Richard Coeur de Lion.

* En 1199, le Berry rejoint le domaine Royal de France. Le château change de propriétaire.

* A partir de 1229, les seigneurs de Levroux consolident le château et améliorent ses défenses.

* En 1413, Louis du Peschin, seigneur de Levroux, décrit au Roi Charles VI l'état du château dans un texte. Il semble que les défenses nécessitent de gros travaux et que l'entretien des courtines soit minimal.

* En 1416, Jacquette du Peschin épouse Bertrand V de La Tour d'Auvergne. Il devient le nouveau seigneur de Levroux et va devenir le commanditaire du château.

* Vers 1460 (?), commencent les travaux d'entretien et de modernisation du château.

* En 1461, Bertrand V meurt. Son fils Bertrand VI de La tour d'Auvergne devient le nouveau seigneur de Levroux.

* En 1566, Il semble que le château soit à nouveau en mauvais état.

* En 1653, un texte explique l'état de délabrement du château "féodal" après les guerres de religion.

* En 1689, un autre texte décrit l'état de ruine des bâtiments entourés d'un fossé.

* Au 19ème siècle, sur ce lieu, existe encore des ruines de grosses tours (dont une nommée Bonan) entourées d'un fossé.

* A la fin du 19ème siècle, les fossés sont comblés. Les restes des murailles sont détruits. La tour de Bonan semble ne plus exister.

* En 1927, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, des travaux de consolidation sont entrepris.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. L'entrée est barrée par une grille, mais il y a assez d'ouverture pour admirer l'intérieur de cette ruine sans "enfreindre la loi". Le risque de recevoir une pierre est faible (si vous restez à l'extérieur).

 

 

 

 

 

  
 Vers Menu châteaux de l'Indre

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 06:37

 

Département :  36 - INDRE

 

Le bourgLe miroir me renvoie l'image de ma passion

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Le Pont Chrétien Chanenet est située à 100km à l'Est de Poitiers, à 30km au Sud-Ouest de Châteauroux et à 5km au Nord-Ouest d'Argenton sur Creuse.

 

   Coordonnée du château :

46° 37' 43" N 01° 28' 41" E
 46.62872°  1.478130999°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

La halte salutaire

* Même si votre Chevalier Dauphinois est un être infatigable, parfois il ressent le besoin de s'arrêter.

* C'est donc proche du confluent de la Bouzanne et la Creuse que je pose mon séant.

* L'eau forme un miroir qui me montre les reflets..... du temps.

* Je lève les yeux. Une blanche forme apparaît.

* Ma halte est de courte durée. Je me dois de conquérir le coeur de cette belle à la peau blanche.

 Etait ce la propriété d'une Dame Blanche ?

La découverte de loin

* La courtine  est orientée dans un axe Nord-Sud.

* Elle possède aux 2 extrémités deux rondes tours de diamètre différent.

* La grosse tour possède les traces de ce que j'imagine avoir été des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* La fine et haute tour posée sur culots doit contenir un escalier en colimaçon.

* A sa base, une fente verticale  avec une arquebusière rappelle que la construction fut défensive.

 

Diantre !... Des imitations

* Sur le coté, je remarque une plateforme.

Sont ce les vestiges d'un bastion

ou d'un boulevard ou d'une barbacane ?

* Bien qu'il y ait une échauguette, je doute.

* Ce doit être une terrasse de confort.

 

L'autre face

* La nuit tombe.

* Je dois rapidement voir les derniers indices.

* Point de système défensif, aucune trace de pont levis ni de châtelet d'entrée.

* Je pressens que la belle a été assagie pour la modernité de ses occupants.

 

     L'intérieur :

* Hélas, le site est devenue une mairie.

* A l'heure où je la découvre, le bâtiment n'est pas ouvert au public.

* Je décide de regarder l'horizon et les derniers rayons du soleil.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 15ème siècle, construction d'une "gentilhommière" de plaisance dont les travaux sont suivis par Jehan du Breuil du Bost, écuyer.

* Au 16ème siècle, la construction est possession de la famille Chabenet.

* Vers 1790, le site est possession de la famille Du Bost.

* Vers 1794, les Révolutionnaires vendent le site à Jean Rivet.

* Au début du 19ème siècle, il est possession de la famille Bost.

* En 1869, après le décès du Breuil du Bost; Marquis de Gargilesse, le site est acheté par la famille Barault dont le père est cultivateur.

* Peu de temps après, par son mariage avec un certain Poitrenaud, le château est apporté en dot par la fille de Barrault.

* En 1898, le site est vendu au Baron (voir titre de noblesse) Liebert de Nitray.

* En 1902, le nouveau propriétaire se nomme Gleyrose.

* En 1925, le château est acheté pat monsieur Vacher, industriel de profession.

* En 1958, monsieur Ballereau est le nouveau propriétaire.

* En 1959, après le décès de son père, l'héritier vend le château à la commune. L'antique construction devient la mairie.

* En 1964, la chapelle est détruite.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des salles intérieures n'est possible que pour les membres du conseil minicipal ou pour les mariages. Le site est si modernisé que ses entrailles ne sont plus médiévales.

 

La nuit est le territoire des fantômes. Je me dois de trouver une auberge.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 06:30

 

Département :  36 - INDRE

 

La ville « Sans franchir la porte, on peut connaître le monde.» Lao-Tseu

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune d'Issoudun est située à 35km au Sud-Ouest de Bourges, à 30km au Sud de Vierzon et à 25km au Nord-Est de Châteauroux.

   Coordonnée du château :

46° 56' 52.116" N 1° 59' 23.215" E
 46.94781°  1.989782°

 

    Toponymie :   (--> voir initiation)

Issoudun serait l'association de deux mots Celte : 

  * Dun ou Dunum, signifie "Fortification, enceinte, citadelle".

  * Uxellos, signifie "Elevé".

--> Issoudun aurait donc été une enceinte fortifiée bâtie sur une hauteur.

 

Le bourg fortifié

     L'extérieur :

Le rêve

Saviez vous que votre Chevalier rêve ?

  Je pressens votre réponse : "Evidemment !... Il rêve de châteaux forts et de belles princesses."

     Curieusement, ce ne sont point ces sujets qui ont surgi durant la nuit. Je ne sais pas ce que mon inconscient recèle mais la veille de découvrir la cité d'Issoudun, mes pensées nocturnes furent pour une porte en bois avec des clous fendeurs de fil de hache. Puis, je vis une serrure rouillée dont la clé (du rêve ?) ne m'avait point été donnée.

Etait ce prémonitoire ?

Fortifié fut ce bourg il y a bien longtemps 

Une porte fortifiée

    Pour découvrir cette vieille coté, je laisse mon destrier à l'extérieur et j'arpente rues et ruelles en espérant découvrir les secrets d'Issoudun.

   Cela commence par la rencontre avec une porte fortifiée. Classiquement, cette entrée est protégée par deux tours rondes reliées par un corps de garde sur deux niveaux.

  J'ai osé écrire "classiquement", mais ce terme n'est point péjoratif pour un amoureux des constructions médiévales comme moi. Cela signifie que les architectes ont prix toutes les astuces connues à leur époque pour empêcher les vils envahisseurs d'ennuyer les habitants.

    Certains d'entre vous vont rétorquer :

"Chevalier, je ne voir point de bretèche, ni de mâchicoulis (voir vocabulaire). Le système défensif est donc minimal !"

   Raison vous avez, le temps et la modernité ont certainement supprimé quelques détails, mais regardez la tour à droite.

 

Analyse de la porte nommée : Le Beffroi

    Sur la hauteur, les rangées de pierres verticales sont magnifiquement appareillées en "carreau et boutisse" avec des joints de lit  parfaits.

  Au dessus des ouvertures carrées, un arc de décharge répartit le poids pour alléger le linteau.

Aviez vous remarqué, sur la hauteur, les trous pour armes à feu ?

  Le vieux rempart tente de survivre à la modernité 

Rempart de la ville

   En me dirigeant vers mon graal, je remarque sur la gauche les restes imposants du rempart médiéval. Même si des fenêtres ont été ouvertes, le mur vertical en pierres et la tour flanque évasée à sa base ne me laissent aucun doute sur la fonction défensive.

   Certaines parties très abîmées ont subi un lifting qui n'a point défloré l'âge de la belle.

Avez vous remarqué la construction en encorbellement ?

Que pensez vous que cela fut ?

1 - Un vestige de latrines ?

2 - Des restes de mâchicoulis ?

3 - Des consoles pour une bretèche ?

 

     L'intérieur :

  Hélas, les tours de la porte fortifiée sont interdites à la visite.

 

 

La tour blanche 

     L'extérieur :

La découverte

    Posée au sommet d'une motte haute de 15 mètres, la Tour Blanche (nom donné pour la couleur de la pierre et non pour une blanche personne enfermée) m'impressionne. Haute de 27 mètres, cette puissante construction a un diamètre extérieur à la base de 15m et aurait des murs de 4 mètres d'épaisseur.

  Pensez vous que cette tour soit ronde ou en fer à cheval ?

Rapide analyse

 * Au sommet, point de crénelage mais des trous de boulin (voir vocabulaire) ayant certainement supporter des hourds.

 * Sur les parois, je suis surpris de ne pas voir d'archère et encore moins de bouche à feu.

 * Les pierres sont correctement taillées et magnifiquement jointives.

 * En contournant la construction, je remarque une "sorte" d'angle.

Point ronde serait la tour ?

 * Je cherche la réponse à cet angle en continuant mon contournement.

Diantre ... Que c'est mystérieux !

   En réalité, point d'énigme il y a. Lorsqu'une construction est face à un ennemi, lorsque l'un de ses cotés est en face du point d'attaque, il est classique de le renforcer.

   Je vous révèle le secret architectural dans ce plan en vue de dessus. La solution pour renforcer cette tour est un "bec".

 

     L'intérieur :

   Hélas, la tour est fermée ce jour, je ne pourrai point monter les 150 marches de l'escalier pour admirer le paysage à 360°.

  Je me console en :

1 - En regardant la vue en coupe transversale de la tour. Elle montre :

* Cinq étages dont 4 planéifiés,

* Les  2 premier ont une forme circulaire

* Les 3 suivants affichent un octogone,

* Le 3ème étage possède une voûte en ogive qui retombe sur des colonnettes.

* La pièce du 3ème étage est éclairée par 2 ouvertures et possède une cheminée.

2 - Puis en admirant le panorama sur 120°.

 

 

Histoire de la ville et du château :

* En 1187, le roi de France Philippe Auguste s'empare d'Issoudun qui est à la frontière avec le Berry des Anglois.

* A la fin du 12ème siècle, construction d'un rempart et d'une tour de défense. 

* En 1195, Richard Coeur de Lion (Comte de Poitiers et Duc d'Aquitaine) s'empare du bourg. Il ordonne la construction d'un rempart autour de la ville. Début de construction de la Tour Blanche.

* En 1199, Richard 1er d'Angleterre décède. Qui règnera sur la ville  ?

Jean Sans Terre ou le Roi de France ?

* En 1200, au traité de Goulet, Issoudun revient à la couronne de France.

* En ce début de 13ème siècle, les travaux de la Tour Blanche sont dirigés/demandés par le Roi de France (voir liste).

* En 1202, la Tour Blanche est terminée.

* Au 15ème siècle, les portes fortifiées sont modifiées pour permettre le tir avec armes à feu.

* En 1840, la Tour Blanche est classée aux Monuments Historiques.

* Durant la 1ère guerre mondiale, les tours de la porte fortifiée sont transformées en prison.

* En 1986, les restes du rempart médiéval de la ville sont inscrits aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la porte fortifiée puis de la Tour Blanche est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de la Tour Blanche est payante. Renseignez vous sur les horaires.

 

Inaccessible est ce donjon en cette fin de 20ème siècle

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 07:30

 

Département :  36 - INDRE

  Je pressens le plaisir de la découverte castrale

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Lys Saint Georges est située à à 22km au Nord-Est d'Argenton sur Creuse, à 20km au Sud-Est de Châteauroux et à 16km au Nord-Ouest de La Châtre (voir son château). 

   Coordonnée du château :

46° 38' 29" N 1° 49' 21.5" E
 46.641389°  1.822639°

 

    Toponymie :   (--> voir initiation)

      * Une légende prétend que ce lieu est l'alliance "provisoire" de Richard coeur de Lion et de Philippe Auguste (voir liste des rois).

 Saint Georges pour l'Angleterre et le Lys de la Royauté Française.

      * La vérité est autre. L'ancien nom de la commune fut : Ollicium. Ce devait être certainement le nom d'un Romain fondateur de la ville. Le nom "Ollicium Sancti Georgi" apparaît dans un texte faisant penser que le bourg fut sous la protection de Saint Georges. Il semblerait que les paysans se rendant au bourg disait : "On va au Lis", raccourci du nom Ollicium .

   La concaténation Lys Saint Georges fut évidente quelques siècles plus tard.

  Le vert entoure la blanche ruine

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

    Cet édifice, situé sur un éperon naturel dominant la vallée du Gourdon, est le but de ma promenade en cette fin d'été dans le Berry.

  La rue du château est mon guide pour arriver proche de mon Graal.

Diantre, qu'il est beau !

 

Le choc

    Ma 1ère surprise est évidemment les vertes douves. Un Chevalier des montagnes comme moi n'est point habitué aux châteaux de plaine entourés d'eau.

   Ma 2ème surprise est évidemment de voir de suite un donjon externe qui semble être vieux de 8 siècles.

  Mais il me faut reprendre mes esprits et notifier mes constatations.

  Les canonnières montrent l'évolution défensive du château

Le donjon

     Avec ses pierres pauvrement taillées et sa rudesse architecturale, ce donjon ressemble à une construction du 12ème siècle, mais de nombreux détails prouvent que ma rapide  conclusion est fausse :

* Il est construit à l'extérieur, ou plutôt inclus dans le système défensif extérieur, ce qui n'est pas l'habitude au 12ème siècle.

* Son plan est ovoïde,

* Il possède de nombeuses canonnières.

* Aucune archère (voir vocabulaire) droite est visible. Ce donjon doit avoir été construit au moins au 15ème siècle.

Avez vous remarqué ce curieux décroché au sommet ?

   Je pressens que ce fut un chemin de ronde.

 

Le rempart

     Bien que partiellement arasé, le rempart possède des canonnières. Proche du donjon, des systèmes d'artillerie compensent les angles morts de la tour maîtresse.

 

Les tours

   A ma grande surprise, ce castel n'est point un simple château mais une véritable forteresse médiévale. En plus du puissant donjon, je vois de multiple tours flanques.

  Ma documentation affirme que le rempart en comportait 11.

Fenêtre de confort et systèmes défensifs s'harmonisent sur les façades

   Archères canonnière sur une tour flanque

Les systèmes défensifs

   En faisant abstraction des fenêtres ouvertes "récemment", des systèmes défensifs de périodes différentes apparaissent :

* Des archères-canonnières,

* De larges canonnières,

* Des "pseudo" mâchicoulis.

  Certaines canonnières protègent les courtines et d'autres visent l'extérieur. Le quadrillage semble optimum.

  L'ensemble étant isolé des attaquants par des douves.

 

Une grille bloque le passage

   La propriété étant privée et logiquement interdite à la visite, en suivant les douves je me heurte à une grille. Mais l'accueil des Béirichons (et surtout des propriétaires) est si renommé qu'une pancarte m'informe que je peux continuer à rêver.

  Les tours se succèdent pour mon plus grand plaisir

Des tours partout !

   Lentement je poursuis ma découverte en empruntant le sentier privé et en suivant les douves. Entre chaque rempart arasé (ne comportant ni archère ni mâchicoulis) des tours défensives agrémentent le paysage.

   Même si elles ne sont pas toujours intactes, elles possèdent des canonnières horizontales trahissant une construction du 15ème siècle.

  Le spectacle est vraiment magnifique !

 

L'entrée fortifiée

    Pour franchir les douves, il y avait évidemment un pont levis. Au 19ème siècle, il a été remplacé par un pont fixe lourdement protégé par une tour aux multiples canonnières.

   Les portes charretière et piétonne portent encore les traces des ponts levi entrant dans leur logement. Les emplacements des flèches de levage ont disparu.

 

Le donjon...encore

   Grâce à mon oeil d'aigle, je peux voir au loin quelques détails architecturaux. Le plus intéressant est évidemment l'entrée du donjon avec :

* L'ouverture à l'étage de la salle des gardes avec ses canonnières,

* Et surtout les logementsdes flèches de levage.

 

     L'intérieur :

         Ce château privé est habité. Les bâtiments et salles ne sont point visitables.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction de l'église. Certains historiens supposent/affirment qu'un premier château  (du 12ème ?) devait exister en ce point stratégique. Mais aucun texte l'atteste.

* Au 14ème siècle, construction de l'actuel château en s'appuyant sur les traces de l'ancienne fortification. Le fief relève du seigneur d'Archambault de Crevant.

* En 1440, Antoinette Archambault de Crevant épouse Jesseaume Bertrand. Apporté en dot, le château change de famille propriétaire qui prend le nom de Bertrand Du Lys (ceci pendant trois siècles).

* Au 15ème siècle, modification du château suite à l'amélioration des armes à poudre.

* En 1498, le château appartient Gilbert Bertrant qui, après avoir été Capitaine des archers du Roi, est gouverneur du Berry.

* Au début du 16ème siècle (1501 ?), dans le donjon, Louis XII (voir liste des rois) met en résidence surveillée Ludovic Sforza, Duc de Milan.

* En 1502, le château est érigé en Châtellenie

* En 1504, Ludovic est transféré au château de Loches.

* Au 16ème siècle, amélioration de confort dans le château.

* En 1737, Paul François Bertrant est l'auteur d'un meurtre. Il s'enfuit en Espagne. Le château est réquisitionné par la justice Royale. Il est vendu à la famille Du Breuil Du Bost.

* Vers 1792, durant la Révolution, Lys-Saint-Georges change de nom : "Lys le Pelletier". Ceci est hommage à monsieur Le Pelletier de Saint Fargeau, révolutionnaire qui a voté la mort de Louis XVI (voir liste des rois).

* En 1877, début des restaurations des bâtiments par Alfred Dauvergne. Durant ces 10 années, quelques éléments d'architecture sont profondément modifiés.

* En 1969, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* En ce 20ème siècle, le château appartient à la famille De Reviers De Mauny.

* En 2006, sur demande des "électeurs", le conseil municipal accepte que les habitants se nomment : Les Olliciens. Ainsi, l'ancienne toponymie réapparaît.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite en respectant le silence du site. La propriété privée est interdite à la visite des intérieurs.

 

Plusieurs siècles séparent ces bâtiments

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 07:30

 

Département :  36 - INDRE

   Au centre du bourg, une beauté attend ma visite !

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Bouesse est située à 75km au Nord-Ouest de Montluçon, à 25km au Sud de Châteauroux et à 24km à l'Ouest de La Châtre (voir son château).

   Coordonnée du château :

46° 36' 56.473" N 1° 41' 10.964" E
 46.615687°  1.686379°

 

Le château :  

     L'extérieur :

L'arrivéeUne tour défensive du rempart

   En arrivant dans le petit bourg, comme un aimant je suis attiré par une incroyable construction jouant à se cacher dans les grands arbres. Heureusement, en ce mois de mars, les feuilles sont absentes des arbres et je peux me régaler du spectacle médiéval.

 
Le rempart extérieur

    Evidemment, avec la modernisation, la civilisation et la vie tumultueuse, le rempart n'a plus son agressivité médiévale. Il a été aseptisé et ne montre plus de système défensif, ni de crénelage (voir vocabulaire). Pourtant à l'angle une puissante tour apparaît.

 

La tour d'angle

     La tour présente quelques systèmes défensifs variés :

* Une canonnière pour tir rasant,

* Une ouverture ronde pour arme à feu (dans une pierre blanche ajoutée),

* Au sommet, des trous de boulins pour un hourdage peut être.

  Je suis surpris par la piètre qualité de taille des pierres et leurs positionnements peu jointifs.

 

Il y en a d'autres

   Mon aveuglement à décrire la (première) tour d'angle m'a fait oublier la règle d'or d'un Castellologue-Amateur :

Observer avant d'interpréter !

  Car, en ayant une vue d'ensemble, je vois un autre long rempart (dans le même état que le précédent) et une deuxième tour presque sosie de la première.

  Le donjon marque la puissance de son ancien seigneur !

Le corps de logis

   Au centre de l'espace trône le corps de logis divisé en deux parties :

* Sur la droite, un bâtiment Renaissance avec fenêtres à meneau en croix.

* Sur la gauche, un puissant donjon rond.

 

Le donjon

  Avec ses dimensions, cette tour fut habitable (les fenêtres prouvent son habitabilité). Contrairement aux petites tours d'angle, ce donjon a gardé ses attributs défensifs médiévaux :

* Des mâchicoulis sur consoles,

* Un chemin de ronde couvert,

* Des archères canonnières.

  Comme pour les tours d'angle, je suis surpris de la piètre qualité des pierres, surtout pour un donjon.

 Mais en observant mieux cette tour, je vois par endroit de larges et belles pierres taillées. Une reconstruction/consolidation hâtive a donc été effectué sur l'ensemble du château.

 

     L'intérieur :

         Le château est une propriété privée non visitable. C'est en réalité un hôtel restaurant moderne, silencieux et agréable. Ayant un autre logis ce soir là et n'ayant plus faim, je n'ai hélas pas pu profiter de la découverte des lieux.

Mais je reviendrai !

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château par Eudes de Cluis, vassal du seigneur de Châteauroux.

* En 1239, un acte autorise le seigneur de Bouesse à exercer les droits de basse et haute justice.

* Au 15ème siècle (1443 ?), le château est acheté par une riche famille Picarde: Les Gaucourt. L'architecture du bâtiment est fondamentalement modifiée avec l'ouverture de fenêtres, grandes salles de confort, larges cheminées, mais en respectant les systèmes défensifs de ce siècle.

* Vers 1792, les Révolutionnaires vendent le château.

* En 1855, le château est en mauvais état. Etienne Thimel, son nouveau propriétaire, tente une restauration.

* A la fin du 19ème siècle, le fils de Etienne continue les restaurations du château.

* Au début du 20ème siècle, Georges Poussielgue-Russand, gendre d'Etienne, embellit le château et décore la façade coté parc.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Mais peut être qu'en mangeant dans le restaurant ou en dormant dans l'hôtel, certaines caractéristiques architecturales vous seront révélées.

 

Pour entrer en ce lieu, il faut avoir faim ou sommeil !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 07:30

 

Département :  36 - INDRE

 Mon destrier sera accroché à cette jolie sculpture

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune d'Éguzon-Chantôme  est située à 42km au Sud de Châteauroux, à 28km au Nord de la Souterraine (voir son château) et à 17km au Sud-Est d'Argenton sur Creuse.

   Coordonnée du château :

46° 26' 32.258" N 1° 24' 56.446" E
 46.442294°  1.582346°

 

Le château :  

     L'extérieur :

L'arrivée

    En arrivant dans le bourg d'Eguzon, mon destrier se met à piaffer et refuse d'avancer. Sachant que son intelligence médiévale est plus grande que la mienne, je descends de ma selle et je rente de comprendre.

A-t-il vu le confrère rouillé accroché au mur ?

  Je le laisse à cet anneau d'acier et je me rends vers la mairie.

 

La mairie, bâtiment symbolique

    Lorsque le bourg ne comporte pas d'office de tourisme, il m'arrive souvent de me rendre à la mairie pour obtenir des informations sur le monument fortifié et son histoire.

     Parfois, le château, symbole seigneurial, est devenu une mairie, symbole républicain.

Amusant n'est il pas !

  Des châteaux fortifiés devenus mairies je vous en ai déjà présentés :

* Dans l'Indre, à Le Péchereau,

* Dans le Vaucluse, à Gordes,

* Dans l'Yonne, à Courson les Carrières,

* En Savoie, à Beaufort

 Cette beauté me brûle les yeux

Je me questionne

    Mes chausses bien plantées au sol, je regarde le spectacle qui m'est offert. Mes yeux de Chevalier Castellologue Amateur ne voient que les murs d'origine médiévale.

Pensez vous que je sois normal ?

 

La découverte

    Entourant le rempart, je remarque une étendue herbeuse qui ressemble à un fossé "légèrement" comblé. Je n'ai pas le sentiment que des douves entouraient le château fort.

 

Analyse du coté droit

     Evidemment le temps a fait son travail de destruction, je ne vois point de crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire), ni archère. Pourtant un détail attire mon attention.

   Sur ce coté du rempart, les éventuelles tours défensives semblent avoir été remplacées par des avancées triangulaires. Cela ressemble (en miniature) au système défensif de Vauban.

  Ceci est un effet d'optique, en réalité ceux sont de classiques rondes construction avec une avancée "pointue" nommées : Tours en éperon.

  Les rondes tours protégeaient les courtines

Analyse du coté gauche

    Le coté à gauche (par rapport à moi) de l'entrée possède plusieurs tours rondes. Certaines n'ont conservé que leur base, mais d'autres sont plus fringantes.

  Je suis étonné par leur faible diamètre et leur "petitesse". Les conclusions sont simples :

1 - La faible hauteur est due au fossé comblé. Imaginez les avec 3 à 6 mètres de plus.

2 - La petite base des tours signifie que ce château fort n'était point à l'origine la résidence principale d'un puissant seigneur. Puis lorsque ce territoire fut englobé dans le Royaume de France, le site n'eut point à se défendre des vils Anglois ni d'autres brigands.

 

Je regarde mieux

   Voyez vous des curiosités sur cette tour ?

A - Sa base est évasée.

B - Elle a été bâtie en pierres

C - Mais elle a été surélevée et/ou consolidée avec de la brique.

D - Elle possède de fines fentes de tour pour fusil.

E - Son toit est en bois.

  Le châtelet a disparu

La porte d'entrée

    Je suis étonné par la distance entre la tour et la l'entrée du château, de plus je ne vois aucune tour défensive de l'autre coté.

Ce châtelet est pauvrement défendu !

  Avec le temps et les modernités, le pont fixe ainsi que des pont-levis ont disparu au profit d'une chemin solide.

  Pourtant, sans être un expert en construction médiévale, il est possible d'imaginer les ponts relevable (pour carrosse et piéton) grâce aux vestiges des fentes de flèche.

 

     L'intérieur : 

Je m'imagine en défenseur

   En traversant les restes du châtelet d'entrée, je vais jouer au Capitaine de la garde et faire l'inventaire des défenses.

1 - Il y a quelques minutes j'affirmais que l'entrée n'était protégée que par une seule tour. Mais le mur arrondi me fait penser qu'une autre tour existait. (cela m'apprendra à ne pas tourner 7 fois ma langue dans la bouche avant d'écrire une bêtise). 

2 - Depuis le mur arasé, je constate que courtines et tours se défendaient mutuellement.

 

La basse cour ?

   En continuant mon exploration, je marche dans ce que j'ose nommer la base cour. Mais ceci est hypothétique car, je ne vois aucun bâtiment ni les traces de leur souvenir pour conforter mon impression.

   Un peu plus loin, un muret m'interpelle. Est ce la fin de la visite ? Sa largeur n'est pas celle d'un rempart, sa forme n'est pas représentative d'un système défensif

A-t-il été construit au Moyen Âge ?

Séparait il la basse-cour de la haute-cour ?

 

Un bâtiment moderne

   C'est en cherchant les réponses que mes pas me mènent vers un bâtiment très moderne (pour un vieux Chevalier âgé de 800 ans bien sur).

Est ce la fin de mes découvertes ?

 

Quand il n'y en a plus, il y en a encore !

    Pensant que c'est la de ma visite, je tourne les talons. Mes yeux ayant suivi la même direction (incroyable n'est ce pas !), ils m'informent qu'un mur aux pierres non peintes est fascinant.

Voyez vous un indice ?

  Je ne sais pas si cette construction fut un donjon ou un rempart ultime, mais elle comporte de hautes et fines fentes verticales ressemblant à des archères du 13ème siècle.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château.

* Au 15ème siècle, le château est possession de la famille Estouteville (à vérifier).

* Au 16ème siècle, le site appartient à la famille de Brosse (voir un château éponyme) puis à la famille Gaucourt.

* En 1563, le château appartient à Gaspard Foucauld, seigneur de Saint Germain Beaupré.

* Au 17ème siècle, un bâtiment de confort est aménagé au centre.

* Vers 1791, Denis Robin de Scévole achète le château.

* Au 19ème siècle, le bâtiment central est modifié pour plus de confort et de lumière.

* Au 20ème siècle, les vieux murs médiévaux sont en ruine et attaqués par la végétation.

* En 1976, les remparts, tours et murs médiévaux sont consolidés.

* En 2000, le château devient officiellement la mairie d'Éguzon-Chantôme.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La promenade gratuite dans la cour intérieure est possible durant les heures d'ouverture de la mairie. Le bâtiment non médiéval ne se visite pas.

 

6 siècles d'architecture cohabitent

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 06:30

  Mais quel est ce haut bâtiment dans le petit matin brumeux ?

Département :  36 - INDRE

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Tendu est située à 90km à l'Est de Poitiers, à 38km à l'Ouest de La Châtre (voir son château) et à 22km au Sud-Sud-Ouest de Châteauroux.

   Coordonnée du château :

46° 37' 56.924" N 1° 33' 57.337" E
 46.632479°  1.565927°

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

    Il n'est pas encore 6 heures du matin lorsque mon destrier est déjà à l'oeuvre (avec votre Chevalier Dauphinois peu réveillé au dessus) sur la rive droite de la rivière Boulzanne.

    A l'approche d'un bourg, qui suivant les revues et prospectus est nommé Pringuet ou Pringet ou Pringé, mes yeux, encore embrumés en ce premier jour du printemps, croient voir une haute forme dépasser les maisons et les arbres.

Est ce un donjon ?

 

Où sont les restes du château fort ?

    Avant de m'intéresser à cette imposante tour dont l'architecture semble unique, je tente de découvrir les remparts, courtines, fossés, tours flanques constituant la base d'un château fort.

  Il semble qu'il ne reste rien du passé médiéval de ce site. Les bâtiments annexes sont plus récents. Je vais donc consacrer toute mon énergie sur l'incroyable donjon.

  Un haut donjon Roman du 12ème siècle

Le donjon

    Je suis si impressionné par cette imposante tour que je ne me contenterai d'en faire une description "linéaire" :  

* La base a une forme parallélépipédique.

* La tour mesure 14m x 11m.

* Ce donjon possède 7 étages habitables.

* Les courtines sont renforcées par 3 petits contreforts plats.

* Les angles sont contenus par des contreforts épousant le parement.

* Tous ces contreforts sont peu épais.

* Les mâchicoulis protègent les 4 cotés du donjon.

* A chaque angle, une échauguette ronde finalise le système défensif de cette imposante tour.

Avez vous remarqué l'absence de crénelage ?

 

     L'intérieur :

          Le château est une propriété privée non visitable.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château.

* En 1231, Guillaume de Naillac fait dont du château au seigneur de Châteauroux : Guillaume Ier de Chauvigny.

* Vers 1290, le château appartient à la famille Brillac.

* Au 15ème siècle, Marie de Brillac épouse Guillaume de Laigue. Cette nouvelle famille réalise des modifications au donjon.

* En 1460, Jeanne de Laigue épouse Aubert de Montjohan. Le château est donné en dot.

* En 1609, Claude de Montjohan réalise quelques modifications au donjon.

* En 1544 (à vérifier), Catherine de Montjohan épouse le Huguenot Jean de Pons. Le château change de propriétaire.

* En 1581, Anne de Pons (fille de Jean) épouse Philippe, Baron (voir titre de noblesse) de Pierre-Buffière (voir généalogie). Le Château change de famille-propriétaire.

* En 1588, à la mort de Philippe, Anne épouse son frère : Abel de Pierre-Buffière (voir généalogie).

* Au 18ème siècle, le château appartient à la famille de Poix.

* Au milieu du 19ème siècle, le château appartient à Joséphine de Boisé.

* A la fin du 19ème siècle, le château est en ruine. Le donjon est surmonté d'un toit couvert d'ardoises.

* Vers 1900, le donjon est toujours habité.

* Au début du 20ème siècle, les habitants préfèrent maintenant loger dans les bâtiments annexes.

* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1965, le toit en ardoise est démonté.

* Au début du 21ème siècle, sans déranger ses habitants, la découverte de l'extérieur du donjon est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

Inoubliable est ma visite en ce bourg de l'Indre

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département :  36 - INDRE

 Une masse multiformes sera mon Graal du jour

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de La Motte-Feuilly est située à 40km au Nord-Ouest de Montluçon, à 35km au Sud-Est de Châteauroux et à 8km au Sud-Est de La Châtre (voir son château)

    Coordonnées du château :

46° 32' 37.259" N 2° 5' 12.214" E
 46.543683°  2.086726°

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

    A quelques vingtaines de mètres de l'église et de son petit cimetière, cachée par des arbres et rendue peu accessible par une route à angle droit, une masse importante de bâtiments m'apparaît.

   Les multiples aménagements durant les siècles ne facilitent pas la lecture architecturale de cet ancien château fort.

Je redouble d'attention pour voir les détails !

 Des bâtiments imbriqués de siècles différents

Comprendre l'architecture globale

    N'étant point un magicien et encore moins un spécialiste en architecture de plusieurs siècles, j'ai recours à l'astuce des oiseaux pour comprendre l'aménagement du site. Voici la vue satellite du château de La Motte Feuilly.

* Au Sud, des jardins "modernes" ont été aménagés.

* Au Nord, les douves ont été asséchées et des petits lacs ont été créés.

* A l'Est, des bâtiments (de ferme  ou des communs).

* Au Nord-Ouest (en haut à gauche), je vois 3 courtines et des tours de l'ancien château fort

 

Me serais je trompé ?

    Je pensais rapidement me désintéresser des bâtiments annexes pour consacrer mon temps au château fort "presque invisible" quand un détail attire mon attention. Un donjon qui sait se cacher derrière son rempart

   Ce n'est point l'engin agricole, mais les 2 trous dans le mur. Leur ébrasement extérieur me fait penser à une canonnière.

Serait ce les remparts reconvertis ?

 

Le donjon

    Derrière ce "rempart", il m'est impossible de ne point voir la haute ronde tour. J'ose la nommer : Le Donjon.

   J'avoue qu'en le découvrant, j'ai imaginé que ce fut le clocher d'une église. Mais en la regardant avec attention (aidé par mon téléobjectif) je suis certain que cette haute construction fut la tour maîtresse du château.

   Ma certitude vient des "mâchicoulis" avec ses panneaux en bois.  C'est une sorte de hourdage (voir vocabulaire) fixe. Je suis surpris de ne voir que de rares fentes de tir.

    Avec un diamètre d'au moins 10 mètres ce donjon est habitable, mais je doute qu'il soit très ancien. Il ressemble à un donjon de puissance, pour marquer la présence d'un seigneur en ce lieu.

    Ma brochure affirme :

* Qu'il aurait été construit à la fin du 15ème siècle,

* Qu'il serait l'oeuvre de la famille Culan,

* Qu'il possède une pièce unique à chaque étage,

* Que chaque étage est desservi par une tour escalier.

  La porterie du château de La Motte Feuilly

La porterie

     Sous ce curieux mot (que j'ai lu dans 2 brochures) se cache ce que je nomme souvent : Une tour porte.

   Cette unique entrée principale est positionnée dans une imposante tour hexagonale asymétrique.

  Bien que vous ne le voyez pas sur mes images, cette tour-porte est curieusement située dans un angle  (et non au centre de la courtine comme souvent).

 

Analyse rapide de la porterie

  Cette tour porte possède :

* Une porte en arc surbaissée,

* L'encadrement d'un pont levis, aujourd'hui disparu et inutile,

* Les flèches de levage du pont mobile,

* Des petites canonnières de chaque coté de l'entrée,

* Un assommoir extérieur (au dessus des flèches). Cette astuce est l'équivalent d'une bretèche (voir vocabulaire),

* Les mâchicoulis du chemin de ronde.

  Le chemin de ronde de la tour-porte

Le plan du château

  Avec un peu d'attention et grâce à la vue satellite, il est possible de réaliser rapidement le plan du château fort.

Sauriez vous identifier les éléments suivants ?

* La tour-porte dans un angle,

* Le donjon dans un autre angle,

* La tour escalier du donjon,

* Le grand logis principal,

* Le logis secondaire,

* Un petit bâtiment comportant : Cuisine, boulangerie, cave etc...

 

     L'intérieur :

         Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle (à vérifier), un texte fait mention d'un site nommé : La motte Folly (Etait elle fortifiée ?... Je le suppose sinon pourquoi nommer une motte si elle n'est point castrale ?).

* En 1210, Raymond IV Palesteau, seigneur de Sainte Sévère (voir son château), donne à l'archevêque de Bourges un terrain pour construire une église dans le bourg neuf de Feuilly.

* Au 13ème siècle, par mariage, terres et château de La Motte Feuilly sont transmis à la famille Vicomtal (voir titre de noblesse) de Brosse (voir leur château).

* Au 14ème siècle, en épousant Eude IV de Sully, Aliénor de Brosse donne le château à cette illustre famille.

* Au milieu du 14ème siècle, Aliénor de Sully épouse Messire Vaudenay (famille bourguignonne).

* En 1476, le château appartient à la famille Chamborant.

* En 1487, le fils de Jean IV de Culan hérite du château. Il semble que la "porterie" soit modifiée.

* En 1504, Charlotte d'Albret achète le château.

* En 1514, à la mort de Charlotte, sa fille, Louise Borgia, devient propriétaire du château. Un inventaire des lieux est réalisé.

* En 1517, Louise épouse Louis II de la Trémouille (je vous ai déjà décrit cette famille ici) et apporte ce château en dot.

* En 1530, Louise, devenue veuve, épouse Philippe de Bourbon, Baron de Busset.

* Au 19ème siècle, les douves sont aménagées en plan d'eau dans un petit parc. De nombreux arbres sont plantés.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de loin de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de la propriété privée est interdite. Veuillez respecter la tranquillité du site.

 

Ce château ne révèlera pas ses secrete;res au Chevalier Dauphinois

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 06:30

 

Département :  36 - INDRE

 

Le bourgSuis je voué à la recherche de ruines toute ma vie ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Dunet est située à 60km au Sud-Ouest de Châteauroux, à 35km au Nord-Est de Montmorillon et à 25km au Sud-Ouest d'Argenton sur Creuse.

  Vouhet est un hameau au Nord-Nord-Ouest de Dunet.

 

   Coordonnée du château :

46° 29' 5.244" N 1° 16' 52.727" E
 46.48479°  1.281313°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

Préambule

Suis je voué à l'échec à Vouhet ?   

Avouez que ce serait ruineux pour ma réputation que point ruine je vois !

   C'est sur ces pensées de castellologue amateur et amoureux des mots que j'aborde ce petit bourg.

  Cette eau a-t-elle déshydratée les gardes d'un château fort ?

Où est le château fort ?

    Grâce à mon dictionnaire des châteaux forts, j'ai la certitude que cette petite commune possède une ruine médiévale fortifiée.

   Mais ce merveilleux ouvrage ne me donne point l'endroit exact et ma carte IGN ne possède pas les 3 petits points en triangle indiquant la présence d'une ruine.

Comment vais je faire pour la trouver ?

 

Ma méthode pour trouver une ruine

1 - Chercher dans le bourg une rue du château,

2 - Quémander à un habitant,

3 - Rechercher une colline,

4 - Trouver un point d'eau ou une rivière.

 

Ai je la bonne méthode ?

R1 - Je ne vois aucune rue du château,

R2 - En ce mois de mars, point d'habitant dans les rues,

R3 - Dans cette plate région, impossible de voir une colline pour château fort,

R4 - Par contre, une rivière nommée Anglin attire mon attention.

  Pour confirmer ma recherche, je sors de ma poche une annotation recopiée un jour de pluie dans une bibliothèque "poussiéreuse". Il est écrit : Chapelle castrale à l'entrée de Vouhet.

  Est ce mon Graal au loin ?

Vais je la voir ?

     Rapidement, je vois une chapelle consolidée, je tourne la tête pour chercher la ruine tant espérée.

  Comme vous pouvez le constater, être castellologue-amateur, c'est jongler avec des informations. Puis, comme tous les chercheurs, avoir un peu de chance.

   Grâce à ce miracle (car trouver un site castral oublié de tous en est un), je vais pouvoir vous montrer la ruine du château fort de Vouhet

 

Il est là ( ? )

   Il est vrai que le château fort n'a point fière allure, à tel point que je doute (comme vous) que ce morceau partiellement bâti fut un jour une construction médiévale fortifiée. Point d'archère ni mâchicoulis (voir vocabulaire) est visible.

 

La recherche d'indices

* Les murs sont épais avec un remblai classique.

* Il n'y a pas de linteau au dessus de la fenêtre mais un arc plein cintre. Cette caractéristique prouve que la construction n'est point récente.

* Le parement extérieur n'est pas un exemple de beauté.

* Les pierres sont pauvrement taillées et peu jointives.

* La présence de fantôme de salles semi-enterrées me fait imaginer que le bâtiment fut haut et massif (sinon, il n'y aurait pas autant de terre et matériaux).

 

Conclusion

   La ruine n'est pas celle d'un bâtiment récent, mais il m'est impossible de le dater. Je ne peux avec certitude affirmer que cette construction fut le château fort de Vouhet. Mais mon instinct, mon ressenti est que cette ruine n'a pas pu appartenir à une ferme, ni à une maison.

Avez vous une idée ou une preuve de mon erreur ?

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle une chapelle (castrale ?) est construite à l'extérieur du château fort.

* En 1246, un château est mentionné en ce lieu.

* En ce 13ème siècle, il semble que la seigneurie de Vouhet dépende de Brosse (voir ce château).

* En 1325, Jeanne de Brosse épouse André II de Chauvigny. Le château dépend maintenant de cette grande famille du Berry.

* En 1373, Guy de Chauvigny fait aveu au Comte de la Marche pour le site de Vouhet.

* Au 16ème siècle, terres et château sont possession de Jean d'Aubusson de la Feuillade.

* En 1784, un écrit rapporte qu'une motte porte une tour nommée Chauvigny.

* En 1821, la commune de Vouhet est réunie à celle de Dunet.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite.

 

Est ce un château fort ?

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article