Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 06:10

 

Département 67 - BAS RHIN

 Une ruine castrale jouant avec les verts feuillages

Le bourg :   

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Dambach est située à 10 km de la frontière Allemande et à mi-distance entre Bitche et Wissembourg. Le château est positionné à l'Ouest du village.

   En marchant tranquillement sur le chemin du club Vosgien, vous découvrirez la ruine après 25 minutes de plaisir de la forêt et de ses odeurs.

   Coordonnées du château :

49° 0' 11.225" N 7° 36' 51.318" E
 49.003118°  7.614255°

 

Le château : 

    Extérieur :

Préambule

    Voila une ruine castrale qui n'est pas facile à décrire. D'abord parce qu'elle est semi-troglodyte, ensuite parce que son rôle n'était pas très important au point d'avoir des écrits et des plans détaillés. La documentation étant pauvre, je vais donc vous parler de mes sensations.

 

La découverte

     Ce qui surprend lorsque l'on arrive sur le site, c'est l'immense piton rocheux de 80 mètres de long pour une hauteur de 20 mètres. Il est taillé pour recevoir des poutres et des murs. Tout semble en équilibre. Pour faciliter la compréhension de cette rapide visite, je vous présente le plan du château.

Un escalier taillé dans la roche 

    Intérieur :

La basse-cour

   La basse cour est importante, mais il est impossible de deviner les bâtiments qu'elle contenait. Le long de la paroi, un "couloir" et des marches permettent de monter vers une première plate-forme.

 

L'alimentation en eau

   Au milieu de la montée, une curiosité m'attend : une citerne.

     Ce cercle presque parfait est aujourd'hui recouvert d'un couvercle en rondins de bois pour éviter une chute malencontreuse, mais c'est bien la réserve d'eau du château. D'ailleurs, en regardant la paroi, à droite, il est possible de voir les gouttières de récupération d'eau de pluie. Les encoches dans la paroi devaient supporter les poutres pour les poulies, facilitant la remontée d'une outre.

 

Toujours plus haut !

     Il faut encore grimper pour découvrir les autres salles. Hélas, l'escalier est interrompu et je ne peux pas visiter le donjon et l'habitat du seigneur. Il est possible que ce "vide" soit une protection en cas d'attaque. Une sorte de pont amovible isolant le donjon des assaillants. A moins que ce soit le travail de destruction des Français en 1680.

 

C'est fini

  Mais avant de redescendre, une autre surprise m'attend. Une ouverture circulaire pouvant être obstruée par une planche carrée. Que de questions je me pose :

* Est ce une trappe ?

* Était ce l'entrée d'une salle secrète ?

* Était ce une réserve de nourriture en cas de siège ?

  Je vous laisse trouver la réponse et je repars vers de nouvelles, non pas aventures, mais ruines.

 

Un diaporama de ce château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* En 1155, une famille de petite noblesse est citée. Leurs membres sont vassaux du Duc de Lorraine.
* Vers 1200, il semble qu'un bâtiment fortifié ait été construit sur le rocher par cette famille qui prend le nom de Hohenfels.
* En 1291, le seigneur de Ettenbourg rend hommage pour son château et ses terres.
* Au 13ème siècle, deux puissance familles voisines accaparent tous les territoires par conquêtes et alliances :  les Fleckenstein et les Lichtenberg. Les Ettenbourg n'ont que leur petit château.
* En 1408, la lignée des Ettenbourg s'éteint faute d'héritier male.
* En 1423, le château est détruit par les troupes de Strasbourg et de Haguenau.
* En 1424, le nouveau châtelain, reconstruit partiellement le château. Il est vassal  de l'évêque de Strasbourg.
* En 1451, le château appartient au Comte (voir titre de noblesse) de Lichtenberg.
* En 1480, par héritage le château appartient au Comte de Deux-ponts-Bitche
* Vers 1525, le château est endommagé durant la "guerre des paysans" (voir explication).
* A partir de 1542, il semble que les bâtiments ne soient plus habités.
* En 1570, le dernier Comte Deux-Ponts-Bitche décède sans héritier. Le château appartient maintenant au Comte de Hainau-Lichtenberg.  Il le donne en fief à la famille Eckbrecht de Dürckheim.
* En 1618, début de la guerre de "30 ans". De multiples invasions ravagent le pays.
* En 1630, le château semble être attaqué par les troupes de Louis XIII (voir liste des rois), puis occupé par une petite garnison.
 * En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". Il semble que les bâtiments ne soient plus habités après cette date.
* Vers 1680, il semblerait que les français conduits par Montclar aient détruit le château (comme d'autres dans la région). Il est toujours la propriété des Eckbrecht de Dürckheim.
* En 1792, le château est vendu comme bien national et semble acheté par la famille Dietrich.
* En 1985, le site est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable.

 

600 ans plus tard, les traces creusées par l'homme médiéval sont encore visibles.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 67 Vers Menu châteaux du Bas Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 06:07

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

Le bourg : La dense forêt camouffle merveilleusement la ruine.

  Situation :    (--> le voir sur une carte)

    Le site du château de Waldeck se trouve dans le Jura Alsacien, au Sud de Leymen, à la frontière avec la Suisse.

   Coordonnées du château :

47° 29' 7.426" N 7° 28' 31.292" E
 47.485396°  7.475359°

 

Le château :

     L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

     Après avoir visité le château de Landskron, le livre des ballades du Club Vosgien m'indique qu'un chemin balisé serpente dans la belle forêt, puis s'approche d'une ruine de château.
   Vous me connaissez, je ne pouvais pas résister à l'appel des vielles pierres.

 

La découverte

    Dans la dense forêt, la ruine du château de Waldeck se cache, mais mon "oeil exercé de castellologue amateur" la découvre (j'exagère un peu, elle est à coté du sentier). La ruine est posée au sommet d'une colline à 467 mètres d'altitude.

    Les courtines externes sont construites sur  un rocher. Elles comportent des pierres pauvrement taillées. Aucune porte, ni ouverture de tir est visible. Voici une vraie ruine oubliée des hommes.

 

    L'intérieur :

Minimal ?

    Évidemment dans un château aussi ruiné, avec une végétation aussi envahissante, il est très difficile de comprendre l'architecture interne. Je vois quelques élévations sans pourvoir déterminer la fonction (donjon, 2ème rempart, tour carrée...), et ces murs ne comportent aucune d'archère. C'est certainement un bâtiment du 12ème siècle tant la géométrie est rectiligne. En progressant, je distingue clairement le plan d'une ou deux salles mais il m'est impossible de dire si c'est le logis, ou les dépendances.

 

Moins que minimal

    Ce château ayant été détruit il y a 650 ans, il faudrait un archéologue et une longue campagne de fouille pour retrouver l'architecture.
   En grattant un peu le sol, je découvre de nombreuses pierres, hélas aucune avec des marques de tâcheron, ni élément de décors.

 

C'est fini

    Mais quel silence et les odeurs de la forêt sont agréable. C'est une belle balade pour un pique-nique dans une ruine pleine de mystères.
   Hélas, le soleil se couche, la visite est terminée et mon destrier m'attend au parking du Landskron.

 

 

Histoire du château :

* En 1149, le château appartient à la famille de Waldeck citée lors de l'oblation qu'elle en fait à l'évêque de Bâle.
* En 1356, le terrible tremblement de terre qui détruit Bâle, démolit aussi le château. Il est nommé maintenant :" Burgstall " c'est-à-dire : "château en ruine".
* Durant un siècle, de nombreuses familles se succèdent à la possession du fief.
* En 1379, l'évêque de Bâle inféode les ruines du château et ses dépendances aux frères Fritscheman et Hertrich Zu Rhein de Hésingue.
* En 1453, le château et ses terres appartiennent aux Reich de Reichenstein.
* En 1618, début de la guerre de "30 ans". Le territoire est envahit à plusieurs reprises.
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". La seigneurie appartient au roi de France Louis XIV (voir liste des rois).
* En 1881, des fouilles sont organisées. Les quelques objets découverts sont exposés au musée d'histoire de Bâle.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable. Ruine réservée aux passionnés, ou aux marcheurs.

 

Les murs en calcaires offrent de belles cachettes aux lézards.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 68 Vers Menu châteaux du Haut Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 06:30

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

Le château : Perché sur sa colline, le vieux château de Ferrette attend les touristes

  Origine du nom :

    Pour les Romains, le lieu se nommait : Piretum, signifiant Verger de Poirier. Le nom latin se transforme en Ferretis. En Allemand, il devient Pfirt, et en Français Ferrette.
   C'est d'abord le petit village supérieur qui porte ce nom. Le château et ses Comtes prendront le patronyme plus tardivement.

 

   Situation :    (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Ferrette se situe à 40km à l'Est de Montbéliard, à 30km au Sud de Mulhouse, à  20km au Sud-Ouest de Bâle (en Suisse).
    Au Nord-Est du village, le château est posé sur une colline à 630 mètres d'altitude.

    Coordonnées du château :

47° 29' 37.478" N 7° 19' 2.676" E
 47.493744°  7.31741°

 

Le château :

      L'extérieur :

La découverte

    Depuis le parking la vue sur l'ancien château Comtal est impressionante. Les ruines se confondent avec le rocher. Je vais encore visiter un château sans toiture, avec peu de murs intérieurs et des squelettes de bâtiments.

humm, j'adore et vous ?

 

Le plan

   Proche du sentier menant vers la porte d'entrée, un panneau affiche le plan du château. Des 2 châteaux devrais je dire :

- Il y a sur la gauche (coté Nord-Ouest) le château bas,

- Puis à droite, (bien sur coté Sud-Est), le château haut, nommé aussi château primitif (le plus ancien).

 Sur le plan trois traits/tracés importants apparaissent :

* Le trait fin en "noir et marron" est le sentier de découverte de la ruine. Il peut se faire d'abord par l'extérieur en contournant les fortifications, puis en pénétrant dans le château.

* Les traits "noirs épais" sont les murs existants.

* Évidemment, les traits "bleus clairs" sont les murs disparus après l'intervention du temps et surtout des Suédois.

Plan du château de Ferrette 

L'approche

   La découverte gratuite commence maintenant. Une première porte (repère E) du 16ème siècle (très remaniée au 20ème) est la première fortification. Elle devait comporter un pont levis.
   Il faut maintenant grimper par le sentier en pente douce. C'est le chemin de défilement qui longe l'impressionnant rempart du château haut.  Bien que la végétation ait envahi une partie des courtines, les remparts et tours sont encore impressionnants avec leurs multiples bouches à feu et archères (voir vocabulaire).

   Rapidement, j'arrive devant une deuxième porte fortifiée (nommée "porte haute") avec une ouverture pour artillerie. Cette construction semble médiévale bien que remaniée au 16ème siècle.

Etait elle protégée par un pont levis ?

 

    L'intérieur du château bas :La courtines Ouest du château bas est très sobre.

Reste-il des décorations ?

      Cette partie du château est censée avoir été construite à la fin du 15ème siècle. Comme le château de Ferrette était la résidence des Comtes, j'avais imaginé trouver quelques décors renaissance. Bien sur, ce n'est pas un château de la Loire, mais au moins un peu de pierres sculptées. Ces murs sont très neutres sans apparats. Les bâtiments ont vraiment une fonction de protection et de défense, comme beaucoup dans la région du Sundgau (voir Morimont).

 

Est ce le donjon ?

     Au centre (repère D) de cette cour assez déserte (je vous avais dit que ce château "sentait" les murs intérieurs fantômes), je perçois les vestiges d'une puissance tour carrée. C'est le donjon du château bas qui semble dater du 12ème siècle par sa forme géométrique et ses épais murs.

 

Est ce la chapelle ?

   Du coté Est, inclus dans les remparts, une "tour" (repère C) carrée tente de survivre malgré la pente qui l'attire (pauvre vestige ). Le plan du château indique que c'est la chapelle castrale dédiée à Sainte Catherine, elle est vraiment méconnaissable.
   Dans l'herbe haute de printemps, je remonte le chemin vers le château haut.

 

   L'intérieur du château haut :

Est ce la salle des gardes ?

       Entre les 2 châteaux, il y a un mur devant être le rempart Nord du haut castrum. Il y a aussi un bâtiment très endommagé comportant des petites fentes (pour fusils ?). Certains textes le nomment "Salle des chevaliers", d'autres font allusion au "corps de garde". Il est difficile de connaître sa fonction car la construction a subit de nombreuses modifications. Avançons ensemble vers le Sud.

 

Est le puits ou une réserve ?

    Tout au bout, un curieux vestige (repère P) s'offre à mes yeux ébahis. Il est long et comporte une ossature de voûte très harmonieuse.

Quelle est la fonction de cette salle ?

Deux hypothèses :

1 - La réserve d'eau (citerne) puisque ce château est le plus ancien et surtout le plus haut, c'est une conséquence logique.
2 - Une cave ou salle de stockage de la nourriture.

 

Est ce le palais ?

   Le château haut me réserve une autre surprise. Un mur en pierres très haut, posé sur une puissante paroi rocheuse.

Quel fantastique décors !

     La paroi est creusée pour recevoir des poutres. Cette partie du château devait avoir au moins 3 étages. C'est certainement le palais du château Comtal.

 

Est ce un autre donjon ?

    A quelques mètres au Nord, une plate-forme symbolise l'emplacement du donjon. Bien qu'il ne reste que peu de mur, il émane de ces pierres une impression de puissance (la ressentez vous ?). Je vous invite à grimper l'escalier.

      C'est l'avantage des ruines sur les châteaux trop bien entretenus . Comme la vue n'est pas "bloquée" par les murs, un panorama à 360 degrés nous fait découvrir les beautés du Sundgau.

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, certains pensent qu'une tour de guet est construite sur le haut de la butte.
* Au 11ème siècle, le Comte de Bar et de Montbéliard possède un territoire important (l'Alsace du Sud et un morceau du Jura). Un petit hameau est construit au pied de la fortification. (C'est l'actuel "vieux Ferrette" ou "Ferrette le haut").
* En 1105, sur la butte, un château est cité dans un texte. (Cet acte en fait l'un des châteaux les plus vieux de l'Alsace ).
* En 1125, à la mort de Thierry Ier de Montbéliard (Comte de Bar-Mousson-Montbéliard), l'un de ses fils, Frédérique Ier, reçoit en héritage la partie Sud du domaine nommé Sundgau. Il transforme ce fief en Comté, et devient le premier Comte de Ferrette. C'est un homme de décision et de "vision sur le futur"; Il fonde de nombreux couvents, monastères et prieurés. Il aménage le château qu'il habite.
* Vers 1168, Frédérique meurt. Son Fils Louis Ier devient de deuxième Comte de Ferrette. Il semble qu'il réside au château. Sa brutalité est légendaire.
* En 1189, Louis part pour la troisième Croisade en Terre Sainte, et meurt peu de temps après. Son fils aîné, Frédérique II, devient le 3ème Comte de Ferrette. Le pouvoir du Comte grandit, et l'évêque de Bâle commence à surveiller ce puissant Comté si proche.
* Vers 1232, le village se dote d'une enceinte fortifiée.
* En 1233, Frédérique II est assassiné par son fils aîné Louis (il semble que cet acte soit contesté par quelque historiens). C'est le cadet, Ulrich II qui devient le 4ème Comte de Ferrette.
* En 1271, le Comte Ulrich II de Ferrette fait oblation à l'évêque de Bâle. Il vend son Comté à l'évêque qui lui redonne en "gestion". Ferrette est nommé "Ville" dans un écrit (titre important pour l'époque).
* En 1275, Ulrich II meurt. Son fils Thiébaut est confirmé par l'évêque de Bâle pour la gestion du Comté. Ce sixième Comte de Ferrette est un guerrier redoutable qui sévit dans toute la région.
* En 1310, Thiébaut meurt. Ulrich III est nommé  7ème Comte de Ferrette,
* En 1324, Ulrich III, meurt sans héritier "mâle". Jeanne de Ferrette, fille du dernier Comte, épouse l'Archiduc Albert II de Habsbourg. Le Comté de Ferrette passe à la maison d'Autriche qui lui accorde des droits supplémentaires (en plus de ceux acquis durant 200 ans). Par exemple, le débit de sel....
* En 1488, une enceinte polygonale flanquée de 4 tours est construite autour du château bas.
* Au début du 16ème siècle, la famille Reich de Reichenstein, nouveau propriétaire, règne en maître absolu sur leurs sujets. Il supprime de nombreux droits aux résidents de la vallée. La crainte est présente chez tous les habitants.
* En 1540, une nouvelle famille habite le château : Les Fugger. Ces banquiers modifient et aménagent fortifications et bâtiments. Un rempart est construit reliant le château haut et le château bas. Une porte basse avec bouche à feu est aussi érigée.
* En 1618, début de la guerre de "30 ans" (voir ce livre). Le territoire est envahit à plusieurs reprises.
* En 1632, des mercenaires à la solde des Suédois attaquent puis envahissent le château.
* En 1634, les paysans se révoltent et chassent la garnison. En représailles, l'armée Suédoise attaque village et château. Le nombre des victimes civiles est important. Le château supérieur subit de gros dommages, et les fortifications de la ville sont détruites.
* En 1635, l'armée Française envahit la région et attaque le château.
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la "guerre de 30 ans". La seigneurie appartient au roi de France Louis XIV (voir liste des rois).
* En 1649, Louis XIV décide de relancer l'économie de la région qui a terriblement souffert de cette guerre. Il place un bailli dans un bâtiment "restauré" du château.
* En 1659 (?), Louis XIV donne au Cardinal de Mazarin le Comté de Ferrette.
* En 1661, à la mort du Cardinal (sans héritier bien sur), Honoré IV prince de Monaco hérite du domaine de Ferrette. Peu d'investissements sont faits par ces nouveaux propriétaires excepté pour le bâtiment du bailli. Le château est décrit comme ruine.
* En 1789, des révolutionnaires, venant de la vallée de Saint Amarin, pillent et incendient les restes du château bas et de la résidence du Bailli.
* En 1792, comme beaucoup de ses contemporains, le château est "débarrassé" de ses plus belles pierres.
* Au 19ème siècle, Walter Scott, écrivain écossais, met en scène le château dans un roman décrivant les méfaits d'un bandit.
* En 1930, les ruines du château sont classées aux Monuments Historiques.
* A la fin du 20ème siècle, le prince de Monaco (qui est aussi Comte de Ferrette) a été invité pour l'inauguration d'un train (mais hélas, aucun projet de consolidation du château était à l'ordre du jour ).
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible. Un circuit de visite est aménagé.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 68 Vers Menu châteaux du Haut Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 06:30

 

Département :  68 - HAUT RHIN

  Les pieds dans le fossé, la muraille semble haute et imprenable.

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le château du Morimont se situe dans le Jura Alsacien sur un promontoire à 532 m d'altitude entre les villages d'Oberlarg et de Levoncourt. 
Moersberg est un château frontière avec la Suisse. Je vais vous faire visiter la fortification la plus au Sud de l'Alsace.

     Coordonnées du château :

47° 26' 43.526" N 7° 12' 54.241" E
 47.445424°  7.215067°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    Comme souvent, je découvre le château au dernier moment (le nez dessus), car de hauts arbres empêchent d'admirer de loin ses contours.

Le château est massif !

   C'est un mélange d'architecture de plusieurs époques.

 Les rondes tours protègent chaque courtine

Deux curiosités !

    Cette belle ruine a une caractéristique : C'est le seul château d'Alsace en calcaire.
   Une autre caractéristique géographique a du lui enlever son rôle stratégique. Cette beauté fortifiée est entourée de collines, ce qui le rend assez vulnérable lors de l'invention de puissantes armes de jet.
    En marchant dans le fossé, je fais le tour pour découvrir ce que les assaillants devaient ressentir.

 

Le rempart

 * Le rempart a une forme trapézoïdale asymétrique.

 * Les courtines sont hautes et puissantes.

 * Des tours semi-circulaires renforcent l'impression d'invulnérabilité.

 * Les tours sont au nombre de 7 de formes et tailles différentes. Presque toutes comportent des bouches à feu avec une ouverture impressionnante, certainement de la fin du 15ème siècle.

  Ces "bouches" sont prévues pour un tir horizontal, c'est le plus dévastateur à cette époque.

  - La tour d'angle au Nord-Est est nommée : "Tour de 1515" (cela vous rappelle t il quelque chose ?).
  - La tour d'angle du Sud-Ouest est nommée : "Tour Schlossturm" (curieux diminutif puisque cela signifie "tour du château" !).

 

Je vais entrer

    L'entrée, située du coté Sud-Est, est protégée par une sorte de barbacane (voir vocabulaire) avec une tour munie de bouches à feu à tir rasant.

Fou il fallait être pour pénétrer sans autorisation.

Même en ruine, les bâtiments donnent l'impression que le château est encore vivant ! 

    L'intérieur :

La découverte

     En traversant le sombre porche d'entrée, je crois discerner des marques pour vantaux, doubles vantaux et herses. L'accès à l'intérieur était très protégé. Au bout de ce "tunnel", je suis accueilli avec le soleil, sous un arc tenant par "magie" (et surtout grâce au ciment du 21ème siècle).

    Sur la gauche, je vois les entrailles des tours. Avec leur épaisseur impressionnante, les nombreux étages, j'imagine que cette construction a été dédiée à la défense.

   Au fond, je discerne les murs du 15ème siècle correspondant aux dépendances et au logis coté Nord. Ils donnent une indication de la richesse des anciens propriétaires de ce château.

Je pénètre dans la vaste cour verdoyante. 

 

L'analyse

   En regardant l'ensemble avec attention, il est facile de voir 2 époques de construction (voir le plan).

- 1ère époque :  Dans la partie Sud du château, l'époque médiévale avec un donjon (Sud-Est) construit sur le rocher, puis une chapelle et le logis en prolongement vers le Sud-Ouest.

   Au centre une tour-escalier trône fièrement devant les vestiges du logis médiéval. Elle est d'époque renaissance, mais utilise certainement une tour primitive du 14ème

- 2ème époque :  Toute la partie Nord est du 15ème au 17ème siècle. De puissantes tours, des dépendances très grandes et lumineuses. Et une tour centrale avec un puits dont la littérature m'informe d'une profondeur de 115 mètres.

Quel château !

Fenêtre, puits de lumière ou arquebusière ? 

Quelle richesse !

     Je me sens en sécurité dans ce château aux murs épais de 5 mètres (et même 6 mètres pour la plus massive), hauts et protégés par des bouches à feu "modernes".
     La plupart des ruines que je visite (avec vous) ont des murs intérieurs inexistants (il ne reste que les fondations). Enfin, je vois des parois d'habitation, je me mets en quête de décors, cul de lampe et autres beautés sculptées. Hélas, après 15 minutes de recherche, je constate l'absence d'ornement de luxe :

* D'abord parce que le château a été détruit très souvent,

* Et peut être que la révolution Française n'a pas épargné les belles pierres.

 

C'est déjà la fin

       Il faut déjà quitter cette ruine unique, mais avant, je vais vous montrer une des nombreuses curiosités du Moesberg : Son grand souterrain voûté unique en Alsace (52 m sur 8 m de large et 4 m de haut).

  Il n'est pas très sombre et aboutit dans les fossés par une sorte de poterne (voir vocabulaire). Il a été en parti taillé dans le rocher, sa voûte en berceau est magnifique.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est sûrement construit, mais aucun texte l'affirme. Par contre, une famille Morimont originaire de Porrentruy, s'installe en ce lieu.
* En 1228, l'évêque de Strasbourg fait détruire le château.
* En 1324, la dernière héritière du Comté de Ferrette (puissante famille Alsacienne) épouse l'Archiduc Albert II de Habsbourg. Cet évènement a une conséquence : La famille Morimont se met au service de la Maison d'Autriche.
* En 1356, le tremblement de terre qui a dévasté Bâle a aussi détruit partiellement courtines et bâtiments du château.
* En 1440, la famille Morimont commence son ascension dans la noblesse et la puissance.
* En 1444, Pierre de Morimont fait appel aux Armagnac pour lutter contre les Suisse. Hélas, le choix fut mauvais car...
* En 1445, les confédérés Suisses attaquent et détruisent partiellement le château.
* En 1448, nouvelle attaque des Suisses et nouvelle destruction du château.
* Vers 1475, avec l'amélioration des armes à feu, Gaspard de Morimont transforme le château. Il l'adapte à l'artillerie naissante. Ces travaux dureront 30 ans. Cette forteresse devient un verrou important dans l'axe de défense demandé par les Habsbourg.
* Durant le 16ème siècle, la forteresse ne fut plus inquiétée. D'abord, qui oserait se frotter à une telle débauche de canons, et ensuite, parce que les Suisses préféraient les actions de harcèlements rapides plutôt qu'un long siège ou une attaque de position.
* Au début du 17ème siècle, Jérôme de Morimont devenu protestant, est très endetté. Il vend la seigneurie et le château aux Comtes d'Ortenbourg-Salamanque.
* En 1632, durant la "guerre de 30 ans" (voir ce livre) les Suédois envahissent et occupent le château.
* En 1637, les troupes Françaises attaquent, pillent, détruisent et incendie le château.
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". Le château est donné par le Roi de France Louis XIV (voir liste des rois) aux nobles de Vignancourt.
* En 1792, les révolutionnaires le déclarent Bien National. Il est acheté par Joseph Bruat, juge au tribunal civil de Altkirch.
* En 1808 (?), il est racheté par Aaron Meyer de Genève. Le château devient le lieu de mémoire du Jura et de la province du Sundgau.
* En 1826, sous l'ombrage des hêtres au milieu des ruines, 4 Jurassiens Suisse (Xavier Stockar, Louis Quiquerez, Auguste Quiquerez et Olivier Seurez) ont juré de délivrer le Jura de l'oligarchie Bernoise au risque de leur vie. 4 ans plus tard, le serment fut tenu.
* En 1841, la ruine est classée aux Monuments Historiques.
* En 1870, la famille Meyer revend les ruines à la famille Vieillard. Des travaux importants de consolidation sont entrepris.
* En 1971, dans la cour du château est fondée la Société d'Histoire Sundgauvienne.
* Au début du 21ème siècle, le château est fermé pour travaux et la visite est interdite. La découverte de l'extérieur est possible. Le risque de recevoir une pierre est faible dans la partie autorisée.

 

La vaste cour a un romantisme, avec ses dentelles de pierres ruinées.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 68 Vers Menu châteaux du Haut Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 06:30

 

Département :  67 - BAS RHIN

 

Le bourg : L'architecture de ce château est unique, avec ces 2 donjons opposés.

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Andlau est un village au Sud de Barr et à 15 km au Nord de Sélestat. Les ruines du château nommé Haut-Andlau sont à 450 mètres d'altitude à l'Ouest du village.

    Coordonnées du château :

48° 24' 5.861" N 7° 24' 44.726" E
 48.401628°  7.412424°

 

      Origine du nom :

         En 880, la femme de l'empereur d'Occident Richard II le Gros est accusée injustement d'adultère. Elle se réfugie dans un petit hameau "sans nom" et fonde une abbaye qu'elle nomme Eléon. Ce nom est d'origine gréco-latine, et signifierait "mont des Oliviers".

   C'est l'hypothèse de nombreux linguistes faisant référence au sanctuaire construit par sainte Hélène sur le Mont des Oliviers, à Jérusalem.  Ce sanctuaire se nomme : Eleona.

   Avec la prononciation Alsacienne et le temps, le nom Eléon est devenu Andlau.

 

Le château : 

      L'extérieur :

L'approche

     Comme souvent en Alsace, la découverte d'une ruine castrale se fait après une ballade à pied dans une dense forêt. Sur le sentier, profitant d'une trouée dans les arbres, j'admire la curieuse ruine.

   Un château avec 2 donjons opposés est unique en France. Cette forme caractéristique me rappelle une gravure à la BNU de Strasbourg faite par Silbermann. J'ai hâte de découvrir cette ruine.

Je presse le pas.

Un plan de château fort peu classique

Première analyse 

   Le château est entouré par un rempart avec 2 tours d'angle à l'Est du coté de l'attaque. Ce mur de protection a perdu un peu de sa hauteur et de son agressivité mais quelques archères sont encore visibles. Les restes d'un bâtiment que l'on pourrait nommer "le corps de garde" comporte une cheminée.
    Pour pénétrer dans la basse cour, il faut franchir une porte munie d'archères. Elle devait sûrement être précédée d'un pont levis aujourd'hui disparu. Les aménagements du 16ème siècle ont laissé quelques arquebusières et bouches à feu dans le mur.

 

Les courtines sont passionnantes

   Comme à mon habitude, je fais le tour de l'enceinte pour comprendre l'architecture de la ruine. Curieusement, je découvre que les immenses donjons sont borgnes.

Les seigneurs comptaient ils sur leurs mâchicoulis (voir vocabulaire) pour se défendre ?

   En longeant les murs du logis, je suis en admiration devant ce bâtiment en granit avec de hautes archères en partie basse et de nombreuses fenêtres romanes pour les 2 étages supérieurs.

   Après quelques minutes d'observation, je peux enfin vous montrer le plan de cette belle ruine. Il me faut maintenant trouver la porte du logis. 

 

Que de luminosité pour un château médiéval !    L'intérieur :

J'entre au paradis des castellologues

Quel choc !

    La lumière est omniprésente. Il est vrai que le manque de toit favorise l'entrée du soleil. Mais l'éclairage est aussi facilité par les très nombreuses fenêtres sur les murs

 

Les donjons

    Avant de rêver sur les fenêtres du logis, je m'attarde sur les donjons. Ils semblent massifs et devaient avoir une triple fonction :
  1 -  Tour d'observation. De là haut, la vue sur la vallée d'Andlau et de la Kirneck doit être unique. (Hélas, il n'y a plus d'escalier pour confirmer mes dires).
  2 - Protection ultime en cas d'attaque. Les corbeaux, devant supporter une bretèche, montrent le caractère défensif.
  3 - Symbole de la puissance du seigneur. Depuis la route nationale dans la vallée, bien qu'aujourd'hui caché par la forêt (qui ne devait pas exister au moyen âge) ces 2 puissantes tours sont visibles. Le symbole est fort.

 

Le logis

   Le logis est un bâtiment parallélépipédique irrégulier comportant des salles basses munies d'archères et de cheminées.

   Les salles supérieures devaient être l'habitat du seigneur. Que de beautés :

* Grandes cheminées,

* Fenêtres gothiques en arc brisé,

* Fenêtres à coussiège dont certaines avec encadrement en grès,

* Ouvertures trilobées ou quadrilobées.

Tout est fait pour le confort et la beauté. Voila un logis qui devrait être agréable à vivre.

 

C'est fini
     Hélas, la période révolutionnaire a enlevé les culs de lampe qui devaient être sculptés, les manteaux et jambages décorés des cheminées, ainsi que les boiseries. Mais avec un peu d'imagination, il est possible de "voir" le luxe de ce château et de reconstituer les murs intérieurs. 

    Déjà, le soleil se cache derrière les Vosges, il me faut revenir dans la vallée.

Adieu château luxueux.

 

 

Histoire du château :

* En 996, une famille d'Andlau est citée dans un texte. Cet acte fait des Andlau l'une des familles la plus ancienne d'Alsace.
* Vers 1246, Eberhard d'Andlau réalise la construction d'un château.
* Vers 1264, le château  semble terminé et habité.
* En 1274, la famille d'Anlau fait allégeance à l'évêque de Strasbourg.
* En 1376, le seigneur d'Andlau blesse gravement un soldat de Strasbourg. Les représailles sont terribles. Le château semble avoir été pillé.
* En 1438, le château est habité par un riche bourgeois devenu le châtelain (Thenie Lamprech). Il semble qu'il soit fait capturé contre rançon par les soldats de la ville de Obernai.
* En 1618, début de la "guerre de 30 ans" (voir ce livre). Ce château d'habitation souffre un peu durant cette dévastatrice guerre.
* En 1633, les Suédois attaquent puis envahissent le château.
* Vers 1636, les troupes de Strasbourg occupent maintenant la place.
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans".
* En 1673, une petite garnison de soldats de Strasbourg garde le château.
* En 1678, le roi Louis XIV (voir liste des rois) envoie une troupe commandée par le maréchal Créqui pour occuper la région. Le château est pillé puis partiellement détruit. Mais le seigneur d'Andlau est toujours propriétaire du domaine.
* En 1792, les révolutionnaires le réquisitionnent puis le vendent à un commerçant.
* A partir de 1806, ce nouveau propriétaire démantèle le château et vend les plus belles boiseries et pierres aux plus offrants.
* En 1818, le Comte Antoine Henri d'Andlau achète la ruine et tente de consolider les murs détruits par 12 ans de "saccage".
* En 1859, des travaux importants de consolidation sont entrepris.
* En 1926, la ruine est classée aux Monuments Historiques.
* En 1928, le Club Vosgien entreprend quelques travaux de restauration.
* A la fin du 20ème siècle, l'état et la collectivité aident le Comte Guillaume d'Andlau à consolider certains murs  de ce merveilleux et unique château.
* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable bien que limité.

 

Passer l'hiver près de cette cheminée devait être un plaisir.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du Bas Rhin Vers Menu châteaux du Bas Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 06:30

 

Département :   67 - BAS RHIN

 Fermez les yeux, cette ruine se ressens !

Le site :

  Ethymologie : (petite initiation)
      Il semblerait que le nom signifie : Tête --> donc poste avancé  (à vérifier).
 
 
  Coordonnées :
48°27'38''N 7°23'54''E
 48.460556  7.398333
 
 
   Situation :   (--> le voir sur une carte)
* En Alsace, sur la route entre Ottrot et le mont Sainte Odile, de nombreuses ruines sont "cachées" dans la forêt.
* Heureusement, le Club Vosgien a merveilleusement balisé les chemins.
* Les anciennes fortifications sont accessibles sans boussole mais avec la force des mollets.
* Pourtant, un château peut échapper à votre regard si vous n'êtes pas attentifs durant votre marche.
* Avec un oeil averti, dans l'épaisseur du feuillage de printemps, il est possible de voir un curieux poteau.
* Il faut maintenant pousser les feuilles et marcher doucement.
 
 
Le château :
Voyez vous un mur d'angle au fond ?Première sensation
* Il n'y a aucun haut mur et aucune tour.
Suis je vraiment sur le site
du château de Koepfel ?
* Je sens que mon "neurone de Sherlock Holmes" doit se réveiller pour découvrir des indices.
 
La recherche d'indice commence
* En observant un peu mieux, je vois un petit mur régulier.
* Malgré les nombreux arbres, je peux constater que ce vestige a une forme rectangulaire de 50m par 25m.
* Voila l'enceinte de ce "fort" axé Nord-Sud. 
* A l'est, (coté du ravin) le mur "disparaît" un peu.
* Les pierres composant le mur sont cubiques ou parallélépipédiques avec des dimensions très variables.
* Ces pierres sont  en grès et taillées parfois grossièrement.
* Elles sont posées sans scellement :  C'est  curieux !
 * Il semble qu'un fossé ait été creusé, ce qui est classique pour un bâtiment médiéval.
* Au centre du petit coté Nord, des pierres forment les bases  d'une tour carrée.
Etait ce une tour de guet ? 
 
Conclusion
Il me semble être en présence d'un "château" primitif.
* Ce devait être une architecture peu haute (3 à 4 mètres ?) en pierre à l'extérieur avec sûrement des palissades ou protections en bois.
* Il devait être gardé par quelques rares soldats qui surveillaient le passage dans la vallée entre les châteaux de Rathsamhaussen et Hagelschloss.
 
Peut être ressemblait il à cela ?
 
 Curieux, cela ressemble presque à un camps Romain. Qu'en pensez vous ?
         

 

Histoire du château : 

* Au 10ème ou 11ème siècle, construction des remparts et de la tour (ceci est une hypothèse suite à l'analyse de la construction).

* Après cette date...... Mystère. Il n'existe aucun texte ou archive relatant le rôle ou les évènements marquants pour ce site. Il est assez habituel qu'un petit fort ou une tour de guet n'ait pas une grande histoire notée par des scribes (voir le châteaux de Fa), mais qu'il n'y ait rien...Aucun acte de propriété, ni d'hommage..... Je suis surpris.

* Au 21ème siècle, la visite est gratuite, mais est elle libre  ?

* Le risque de recevoir une pierre est faible car les murs sont inexistants, mais les pierres au sol sont mouvantes et les racines d'arbres très présentes. Soyez très prudent. Et surtout veuillez respecter ce site presque "intemporel".

 

  Cliquez pour voir le menu des Châteaux forts du Bas Rhin Vers Menu châteaux du Bas Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 06:30

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

Le bourg :Voyez vous le château derrère le clocher ?

   Situation :    (--> le voir sur une carte)

       Katzenthal est un village viticole en bordure de la N145, au Nord-Ouest de Colmar. 
   Le château est situé sur un rocher à 320m d'altitude, à l'extrémité d'une crête au Nord-Ouest du village. Au 21ème siècle, c'est vraisemblablement le seul château d'Alsace au milieu des vignobles.
     Coordonnées du bourg :
48° 6′ 29.88″ N 7° 16′ 58.08″ E
 48.1083°  7.2828°

 

Le château : 

      L'extérieur :

1ère impression

      De loin, la première image que l'on a du château est la vision du haut donjon. Avec une base presque carrée de 7 mètres de coté, sa hauteur parait impressionnante, pourtant il ne mesure "que" 21 mètres. Il est bâti en bel appareillage de calcaire.

      Ce château est de dimensions modestes. Ce n'était pas la résidence d'une grande famille Alsacienne, mais plutôt celui d'un petit seigneur vassal ou un château de garde.

Dans les vignes, ce château paraît presque fantomatique. 

Le système défensif

   Lorsque je me rapproche de cet ancêtre par un chemin longeant les vignes, un épais mur en forme de fer à cheval délimite le périmètre du château. On peut supposer qu'un chemin de ronde et des créneaux (voir vocabulaire) coiffaient l'ensemble. Un fossé dans la pente isole le château et constitue la première défense.
  Le deuxième système défensif est assuré par le donjon dont je distingue quelques archères droites.
 
L'entrée

   En contournant le bâtiment par l'Est puis le Sud, j'arrive devant un pont fixe avec la porte principale peu impressionnante. Les ravages du temps et l'abandon du château à la renaissance ont laissé peu de traces du logis seigneurial, des dépendances et des écuries.  

 

   L'intérieur :

      Je n'ai pas eu la chance de visiter ce petit château car les jours d'ouverture sont rares (renseignez vous). Un petit musée est installé dans une salle montrant le résultat des campagnes de fouilles. 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1200, un modeste château existe certainement. Il appartient à la famille d'Eguisheim-Dabo.
* Vers 1250, par héritage il est à Ulrich II de Ferrette.
* En 1251, Ulrich II rend hommage à Henri de Stachleck, évêque de Strasbourg. Le château est cité.
* En 1271, Ulrich rend hommage à l'évêque de Bale. Il récuse donc son acte passé il y a 20 ans. Le château est en fief à la famille Wineck.
* Au 14ème siècle, avec l'amélioration des arcs et engins de jet, les défenses du château sont améliorées et le donjon est surélevé (vers 1350 ?).
* Au 15ème siècle, le château appartient à l'Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, puis aux Barons de Rhahsamhausen.
* A la fin du 15ème siècle, ce château de garde n'a plus une positon stratégique. Il est peu habité et se dégrade.
* En 1502, les bâtiments sont qualifiés de "ruine". Quelques années plus tard, un incendie le ravage partiellement.
* En 1828, la famille Rathsamhausen vend les terres et le château aux Barons de Gail.
* En 1848, il est revendu.
* En 1866, il est la propriété de la Société pour la Conservation des Monuments d'Alsace.
* En 1971, le château est "donné" à l'Association de Sauvegarde de Wineck.
* En 1981, les vestiges du château sont classés aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la visite de l'extérieur est gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les jours et heures d'ouverture. Le risque de recevoir une pierre est très faible.

 

Au pied de la courtine en 'fer à cheval', le donjon parait inaccessible..

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 68 Vers Menu châteaux du haut Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 06:30

 

Département :  68 - HAUT RHIN
 Est ce vraiment le château féodal ? 

Le bourg

   Situation (--> le voir sur une carte)

     Hartmannswiller est un petit village de plaine à 40km au Nord-Est de Belfort, à 14km au Nord-Ouest de Mulhouse et à 6km au Sud de Guebwiller, .

   Coordonnées du bourg :

47° 51′ 46.08″ N 7° 12′ 59.04″ E
  47.8628°  7.2164°

 

Le château :

    L'extérieur :

La découverte

      De loin, le château semble massif et léger.

Curieuse opposition.

  Il est composé de 3 bâtiments en forme de U et d'un mur fermant l'ensemble. Entouré par de grands arbres,  il se cache pour mieux se faire désirer.

 

Que reste il ?

    Les traces du château médiéval sont rares. Il n'y a plus de rempart entourant l'ensemble, ni de donjon si représentatif de la puissance du seigneur féodal.
   En faisant le tour, j'aperçois une tourelle avec archères et fentes pour armes à feu. C'est la seule preuve "agressive" de ce château très remanié à différentes époques, devenu une gentilhommière.

 

  L'intérieur :

    Le château étant privé, je n'ai pas tenté une approche en sonnant à la porte. Le mystère demeure. Mais je peux supposer que les traces médiévales doivent être rares tant ce château a été détruit puis reconstruit à travers les siècles.

 

 

Histoire du château :

* En 1308, un château est cité dans le village. Il appartiendrait aux Hattstatt.
* Vers 1369, les Waldner de Freundstein seraient possesseurs du château.
* En 1376, des routiers à la solde des Anglais pillent et massacrent la région. Ils brûlent le village. Il semble que le château est aussi détruit.
* En 1383, les Waldner de Freundstein (qui deviendront une grande famille Alsacienne avec des personnages illustres) font aveu du fief à l'église de Bâle.
* En 1562, sur les ruines des bâtiments, les propriétaires font construire un château renaissance.
* En 1618, c'est le début de la "guerre de trente ans". Les villages et châteaux sont souvent des cibles inutiles.
* En 1648, à la signature du traité de Westphalie l'équivalent du département actuel du Haut Rhin est possession Française. Les troupes du roi Louis XIV (voir liste des rois) occupent la région.
* En 1718, après de nombreuses années sans entretien, le château est remanié.
* Vers 1918, après les dégâts de la "grande guerre", le château est à nouveau réparé.
* En 1921, certaines parties du château sont classées aux Monuments Historiques.
* Au milieu du 20ème siècle, le château change de propriétaire.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est possible, la visite de l'intérieur est interdite car il est privé.

 

Pelouse, fleurs et décors renaissance ont adouci ce château féodal. 


Dans ce village, il existe une autre construction médiévale visible :  I C I.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 68 Vers Menu châteaux du Haut Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 06:30

 

Département :  67- BAS RHIN
 
Comme souvent, 'mes' châteaux sont en haut de la colline. Un peu de marche me fera du bien..

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village est situé à 40km au Nord-Ouest de Strasbourg, à 22km au Nord-Nord-Est de Saverne et  30km au Nord-Ouest de Haguenau. Ce bourg est dans le parc régional des Vosges du Nord.

   Coordonnées du château : 

48° 55' 16" N 7° 29' 13.999" E
 48.921111  7.487222

 

Le château : 

   L'extérieur :

     Ce château est implanté sur une colline à 415m d'altitude. Il domine le village éponyme.

    De loin, le château est impressionnant. Mon livre annonçait qu'il avait été reconstruit à la renaissance, mais son architecture ne ressemble pas à un château de la Loire. Une petite marche d'approche me permet de mieux le découvrir.

Une citadelle toute de rouge vétue 

La découverte

        Aux pieds de la forteresse, la sensation est curieuse. Des courtines sont posées sur le rocher comme les châteaux médiévaux. Elles sont précédées par un fossé. Par endroit, une sorte de bretèche anime les rectilignes murs.

    En regardant mieux ces hauts murs, les courtines comportent de très nombreuses canonnières en partie haute.

Sont ce les vestiges d'un long mâchicoulis ?

    Au 15ème siècle, avec la naissance de l'artillerie, les bouches à feu étaient construites en bas des murs pour un tir rasant, très efficace pour ces armes "naissantes". Les ouvertures sur les courtines sont donc du 17ème siècle.

 

Rapide analyse

    Comme souvent, je m'imprègne du château en faisant le tour. Très peu d'indices me font croire que ces murs sont médiévaux. Vauban, au 17ème siècle, est passé par ce château et en a fait une vraie forteresse "imprenable". Par de "petites touches" au cours de 5 siècles, ce château s'est modifié pour devenir une opulente bâtisse dont je vais découvrir l'intérieur.

     La barbacane (voir vocabulaire) de Vauban s'est muée en billetterie. Mes quelques Euros vont se transformer en plaisir.

Un sas sécurisant l'entrée 

    L'intérieur :

L'entrée

    Évidemment, il faut franchir un pont pour "survoler" le fossé, et après une porte à 2 vantaux,  je pénètre dans un tunnel coudé protégé par des canonnières. Cette atmosphère sombre fait monter en moi le plaisir de la pierre.

 

La cour intérieure

    Wahouuu, en sortant du tunnel, les couleurs sont superbes (ciel bleu, mur de grès rose, herbe verte....), mais en plus, il y a de très nombreux bâtiments. Il me faudra la journée pour tout détailler et photographier.

    Mais commençons la visite de façon méthodique : Le plan.

     L'ensemble forme un ovale presque parfait, avec des bâtiments espacés n'ayant que 300 ans d'âge; Trop jeune pour moi...... Enfin, pour ma passion voulais je dire.

     Je ne vais pas vous détailler les nombreux bâtiments postérieurs au 15ème siècle, mais vous faire ressentir "mon" moyen âge.
  Il y a d'abord les caves voûtées de l'époque médiévales. Elles ont été transformées sous Vauban en casemate, mais l'architecture de base a bien été réalisée au 13ème siècle.
  Puis en contournant la chapelle, c'est le choc.

Un majestueux donjon me fait face. 

La vaste cour intérieure accueille de nombreux bâtiments. 

Le donjon

    Voila le bâtiment médiéval qui justifie à lui seul mes Euros. Il vient tout droit du 13ème siècle. Il est vrai que les puristes diront que les créneaux ont été retouchés au 17ème, que les ouvertures de lumière ont été faites au 15ème.

Mais regardez le : droit, fier, imposant !

 

La haute cour

     Respectueusement, en direction de ce représentant du château Comtal (oui, cher lecteur, ce n'est pas une simple ruine seigneuriale comme vous en lisez souvent dans mon blog. Ces bâtiments ont connu et vu vivre des Comtes) je vais monter le large escalier récent pour arriver dans la haute-cour.
     Et là encore un premier choc :   Une citerne (non, ce n'est pas un puits, le château est trop haut) en grès rose, sobre mais belle, aérienne presque.
    Et un deuxième choc : Le haut du donjon comporte encore une tour flanque sur un bâtiment d'habitation. Je pressens que les salles vont être magnifiques.

 

Les salles du donjon

     Certes, ce n'est pas Chenonceau, ni le palais des glaces de Versailles (je vous rappelle que nous sommes dans une bâtisse féodale devenue une garnison royale durant presque 200 ans), mais les salles sont belles. Leur petitesse renforce le coté "douillet", les linteaux des portes sont sculptés et les cul de lampes (voir vocabulaire) sont décorés de "vivantes" têtes humaines.

     Un escalier étroit muni de fentes pour tir au fusil, monte vers la terrasse. Bien que je sois habitué à profiter de la vue depuis ces hautes tours médiévales, je ne me lasse jamais d'admirer les paysages qui s'offrent à moi. Je frise le rêve d'être le Comte de ce lieu guettant un messager m'apportant des nouvelles de...... 
     Mais la réalité me rappelle au 21ème siècle, Un gardien me dit : "on ferme dans 10 minutes".  Il me faut trouver un gîte pour la nuit avant de conquérir demain une autre ruine castrale.

 

 

Histoire du château :

* En 1206, un texte cite le nom d'un château en ce lieu appartenant à Rodolphe de Lichtenberg, branche de la famille de Hunebourg. Les paysans déboisent le bas de la colline et établissent un village éponyme.
* En 1269, la famille de Lichtenberg devient vassale de l'évêque de Metz, qui confirme cette famille dans le droit de possession.
* En 1286, changement de propriétaire en la personne de Conrad de Lichtenberg, évêque de Strasbourg. Il fait de grands travaux de fortification.
* En 1332, Hanemann II de Lichtenberg achète des terres en basse Alsace. Puis par des actions guerrières agrandit son territoire.
* Au milieu du 14ème siècle, le château ne bénéficie d'aucun aménagement, et semble délaissé par ses propriétaires qui préfèrent discuter possession et héritage plutôt que construction d'avenir. Ils construisent à l'intérieur de la cour des murs de séparation pour habiter chacun dans une partie différente et isolée. Conséquence :
* En 1352, Hanemann III de Lichtenberg répudie son épouse et décide de vivre avec sa concubine. Son fils Henri de Lichtenberg  assiège le château, et le prend par la force.
* Au début du 15ème siècle, de nombreux conflits opposent les familles Lichtenberg, Fleckenstein et Linange.
* En 1450, Jacob de Lichtenberg passionné de recherches scientifiques installe dans le château un observatoire astronomique.
* En 1458, Jacob de Lichtenberg est élevé au rang de Comte par l'Empereur Frédérique III de Habsbourg.
* En 1480, le Comte Jacques de Lichtenberg meurt sans héritier direct. Le domaine est partagé entre les Comtes de Hainau-Lichtenberg et les Comtes Deux-Ponts-Bitche.
* En 1570, le dernier Comte Deux-Ponts-Bitche décède sans héritier. Le château appartient maintenant à une seule famille : les Comtes de Hainau-Lichtenberg.
* En 1580, le Comte Philippe IV de Hainau-Lichtenberg fait venir le célèbre architecte Strasbourgeois Daniel Speklin et le charge d'aménager le château. Sa solution fut simple : destruction de tous les murs et défenses féodaux pour adapter la future forteresse aux perfectionnements de l'artillerie, et aménager des bâtiments résidentiels "renaissances". Seul le donjon central survit à ce "coup de jeunesse".
  La forteresse perd son statut de château Comtal au profit de Bouxwiller.
* En 1618, début de la "guerre de 30 ans" (voir ce livre). La puissante forteresse souffre peu durant cette dévastatrice guerre..
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans".
* En 1678, le Maréchal de Créqui bombarde l'ancien château, et s'en rend maître pour le compte du roi de France Louis XIV (voir liste des rois).
* En 1682, la position étant stratégique, les ingénieux de Vauban se chargent de modifier cette puissance forteresse. Quelle chance, les bâtiments ne sont pas rasés comme souvent au 17ème siècle. De nombreux édifices sont gardés et aménagés, le donjon échappe à la destruction. Une garnison Française occupe le site pendant 188 ans.
* En 1870, les troupes Allemandes du Wurtembourg bombardent et incendient le site. Puis, ils l'abandonnent.
* En 1878, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.
* En 1944, la population se réfugie dans les casemates.
* En 1970, la commune achète la ruine.
* En 1993, début des travaux de consolidation et de restauration. La tâche est importante, mais un projet culturel sur le site dynamise l'enjeu.
* Au 21ème siècle, la découverte extérieure du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Le risque de recevoir une pierre est négligeable.

 

Elle est vraiment belle cette forêt Alsacienne !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 67 Vers Menu châteaux du Bas Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 06:30

 

Pourquoi le choix d'un village ?

 

     Il était une fois, un chevalier chercheur de ruines fortifiées médiévales heureux. Il avait mangé le soir dans une taverne Alsacienne, il avait visité la journée un château "tout cassé" du 13ème siècle, il avait le projet d'une découverte incroyable le lendemain. Le bonheur se lisait dans ces yeux.
   Hélas, un maléfice, lancé par un sorcier jaloux du sourire béa qui illuminait le visage du chevalier, fit arriver des énormes nuages noirs regorgeant de pluie.
   Bien douillettement au chaud dans un "campement" proche de Colmar, votre chevalier (oui, c'est moi ) écoutait la pluie tomber toute la nuit.

  Il se disait :

       - "Une ruine, c'est déjà dangereux, alors avec la pluie, c'est très risqué !..... Que faire ?"

 
     Evidemment, la fée "idée" vint dans son sommeil lui donner LE conseil. Au réveil, malgré les gouttelettes qui tintaient sur le cuir de la selle de son blanc destrier (oui, je le fais 'prince charmant' de Walt Disney ) son sourire était présent........ Le chevalier allait visiter pour vous un petit village fortifié.  

 

Département :  68 - HAUT RHIN

  En entrant dans le village, sur la gauche, nous attend le château de 'Schwendi'

Le village 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Kientzheim est situé à 15km au Nord-Ouest de Colmar proche de Kayserberg. C'est un petit village de plaine, au milieu des vignes.

  Coordonnées du bourg :

48° 8′ 12.84″ N 7° 17′ 12.12″ E
 48.1369°  7.2867°

 

Description des fortifications : 

    L'extérieur :

L'approche

   Comme à mon habitude, lorsque je découvre un site médiéval, je tente d'en faire le tour. C'est une merveilleuse façon de se mettre à la place des assaillants des siècles passés.

  Cette méthode à l'avantage de me montrer certains détails peu visible le nez dans le mur.  

 

1ère découverte

Quelle chance !

    Les courtines n'ont pas été trop défigurées par les années ou par les constructions modernes. J'ai devant moi un rempart de village médiéval. Certes, les murs ont été "raccourcis", créneaux (voir vocabulaire) et chemin de ronde ont disparu, mais quelle sensation de contempler un petit village médiéval fortifié.
    Certains d'entre vous vont me dire qu'il suffit d'aller à Carcassonne pour voir des remparts. Mais je ne vous parle pas d'une riche cité fortifiée mais d'un village, non remanié par Viollet le Duc (voir son livre).

 

L'analyse

   L'enceinte est flanquée de nombreuses tours circulaires équipées de bouche à feu et comportant encore des créneaux .

   La porte basse (nommée aussi Lalli) est majestueuse, avec le nom du village peint sur le fronton ainsi quecette belle bouche à feu décorée d'un masque.

Comportait elle des mâchicoulis, un pont-levis, des doubles vantaux, une herse ?

  Impossible à dire, les remaniements sur 6 siècles ont supprimé toute trace. Mais impossible n'est pas vrai sur le net : Un élément de réponse m'a été donné par un "lecteur" -->  voir cette gravure.

 

L'intérieur
   En la franchissant, je découvre peut être les restes du chemin de ronde ou la casemate pour tirer au canon.

     Proche de la porte, le mur crénelé du "château de Schwendi" me donne la sensation de remonter le temps. Ce n'est pas une ruine comme je vous en présente souvent mais un véritable château ayant évolué durant 6 siècles. Il est devenu un musée de la "vigne et du vin".

Peut être y aura t il une dégustation ? 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, il semble qu'un château féodal soit construit, et qu'un village s'établisse autour.
* Au 14ème siècle, le village se fortifie partiellement. Il fait parti de la seigneurie du Haut-Landsbourg et appartient aux Habsbourg.
* En 1360, les Habsbourg  le confient à la puissante famille Ribeaupierre.
* En 1399, c'est maintenant les Lupfen qui en ont la charge. Ils améliorent les défenses du village.
* En 1430, Johan de Lupfen obtient le droit de citer pour la bourgade. Une foire, et des marchés hebdomadaires sont organisés.
* En 1473, Charles le Téméraire, Duc de Bourgogne, séjourne quelques temps dans le château.
* En 1563, Lazare de Schwendi, chef des armées Impériales, possède le château, et commence son aménagement en résidence. C'est vers cette époque que le mur crénelé fut imaginé.
* En 1618, début de la "guerre de 30 ans" (voir ce livre). Il semble que le village souffre peu.
* En 1635, par héritage, la famille Leyen devient propriétaire du château.
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". La seigneurie appartient au roi de France Louis XIV (voir liste des rois). Mais le château reste aux descendants indirects de la famille de Schwendi.
* En 1680, le Roi donne la seigneurie au baron Joseph de Montclar, gouverneur militaire d'Alsace qui aménage un parc proche du château.
* En 1771, le château est vendu par la famille Leyen à François Reich de Platz.
* En 1793, Pierre Albert achète le château. Le vieux fossé est nivelé (symbole médiéval dans cette époque révolutionnaire ?).
* En 1808, le château est vendu à Georges André de Golbéry
* En 1896, la famille de Castex en devient propriétaire. De nombreux aménagements de confort et de modernisation sont réalisés.
* En 1972, le château est la propriété de la "Confrérie Saint-Etienne". Des travaux importants sont réalisés pour aménager les bâtiments en musée.
* En 1980, le Musée "de la vigne et du vin" est créé dans les dépendances.
* En 1994, le château est inscrit aux monuments historiques
* Au 21ème siècle, la visite du village est libre et gratuite, par contre le château-musée est payant. Le risque de recevoir une pierre est très faible.

 

La porte sous le crénelage décoratif est l'entrée du musée

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 68 Vers Menu châteaux du Haut Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article