Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 07:10

 

Département 09 - ARIEGE

 Le village est posé sur une petite colline

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Carla de Roquefort est situé à 40km au Sud-Sud-Ouest de Castelnauday, à 12km à l'Est de Foix (voir son château) et à 8km au Nord-Ouest de Lavelanet.

     Coordonnées du bourg :

42° 58′ 33.96″ N 1° 46′ 8.04″ E
 42.9761° 1.7689°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Est ce le bon endroit ?

   En préparant mes vacances, grâce à mon dictionnaires des châteaux forts et fortifications médiévales de France, j'avais coché sur la carte de l'Ariège un petit bourg fortifié un peu au Nord du château de Roquefixade.

    Même si l'information lue quelques semaines plus tôt était minimale, sur la route sinueuse, je piaffe d'impatience à l'idée de voir des remparts. Ma sensation est sublimée par la vue d'un village posé sur une colline.

Est ce un château fort ou un vestige du rempart ?   Mais en posant le pied à terre, mes yeux de castellologue-amateur ne reconnaissent pas les bases d'une fortification médiévale.

Reste-t-il quelques traces ?

 

La recherche d'indices

    Un mur attaqué par la végétation tente de me montrer ses trous de boulin (voir vocabulaire ). Quelques mètres plus loin, des constructions "récentes" masquent une partie de ce que je pense être le rempart.

  Malgré mon oeil d'aigle et mon envie de trouver des preuves, je ne vois aucun système défensif dans le mur.

 

Je suis bredouille
   La recherche étant terminé, le doute est permis.

Ai je trouvé les vestige des fortifications ?

 Durant mon interrogation, je tombe "nez-à-nez" devant une haute paroi. Sa position proche de l'à-pic et son épaisseur ne permet pas le doute : Ceci est un rempart.

 

 

Histoire du bourg :

* Vers le 10ème siècle, le site est rattaché au Comté de Carcassonne (à vérifier).

* Vers le 12ème siècle, Carla appartient au Comté de Foix (à vérifier).

* En 1209, début de la croisade des Albigeois.

* En 1229, le site fortifié est donné à Guy 1er de Lévis .

* Vers le 14ème siècle, le petit bourg dépend de la seigneurie de Mirepoix (à vérifier).

* En 1631, le château et ses terres appartiennent à la seigneurie de Léran.

* A partir de 1691, le site appartient à plusieurs co-seigneurs :

- Henri-Gaston de Lévis,

- Ester et Louise de Lévis, ses soeurs.... voir la généalogie

* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du château et le vendent.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

La vue est la richesse de cet ancien bourg fortifié

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 07:00

 

Département 09 - ARIEGE

  Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Massat est situé à 80km au Sud de Toulouse, à 25km au Sud-Ouest de Foix et à 20km au Sud-Est de Saint Girons.

     Coordonnées de l'église :

42° 53′ 23″ N 1° 20′ 55″ E
 42.889722°   1.348611°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Est ce le bon endroit ?

      En arrivant dans le petit bourg, il est impossible de ne point voir l'église. Comme souvent, elle trône au centre de la commune, face à une petit place et proche de son cimetière. Avec son haut clocher, elle ne passe pas inaperçu.

  Mais, car il y a un mais, je ne suis point venu faire du tourisme "ecclésiastique". Tel un chien de chasse, je suis en arrêt devant le bâtiment et une question me vient :

Cette église est elle fortifiée ?

 

Le clocher

    Pensant que le clocher ait pu servir de système défensif, je scrute et inspecte chaque pierre. Par sa forme octogonale, le clocher surprend. Ce style d'architecture très haut et multi-faces n'est point habituel pour une église "Romane" qui se devrait être fortifiée. Bien que je ne sois pas un spécialiste en clocher je remarque :

* Sur chaque face de l'octogone, il y a des fenêtres de forme ogivale,

* Celles du 1er étage sont surmontées d'oeil-de-boeuf de forme ovale,

* Celles du 2ème étage ont des ouvertures en forme de losange.

  Cette église m'en fait voir de toutes les couleurs

Le clocher a-t-il été un système défensif ?

  Aux pieds du clocher, je remarque de nombreux contreforts à larmiers et des fentes. Les ouvertures n'étant que sur une des 8 faces, j'opte pour des ouvertures de lumières pour un escalier intérieur.

   Ces caractéristiques ne font pas de la construction, une église fortifiée. Je contourne le site à la recherche d'autres indices.

 

Je suis toujours bredouille
     En prenant un peu de recul, je constate que l'église est composée d'une nef pourvue de chapelles entre les contreforts.

   Le castellologue-amateur que je suis se désespère de trouver des indices défensifs.

Une architecture complexe par de nombreux ajouts 

Je suis ébloui !

  Plus je contourne l'église et plus je suis ébloui par une lumière irisée.

Est ce un esprit farceur qui s'amuse avec les rayons de Ré ?

  En plissant les yeux, il me semble voir un indice prouvant que cette église fut fortifiée.

Le voyez vous ?

 

Une salle de repli

  Au dessus du choeur, juste sous le toit, apparaissent de nombreuses ouvertures ressemblant à un crénelage. L'emplacement ressemble à la classique salle de repli défensive comme le Moyen Âge en a créé de nombreuses dans les églises.

  Heureux de ma découverte, je me rends vers la porte d'entrée grande ouverte.

 

        L'intérieur :

Le choc

  En entrant, je suis ébloui car le dallage à damier. Après quelques minutes pour m'habituer à ce noir-et-blanc, je découvre l'immense lumière donnée par les grandes fenêtre modernes dépourvues de vitrail.

Un autel attirant la lumière La pucelle d'Orléans en terre Ariégeoise Tapisserie ou peinture ?

 

Fortifications interdites

   Rapidement, je comprends que point de porte est ouverte pour accéder à l'escalier vers la salle de repli.Je prends un peu de temps pour admirer la peinture céleste, puis je regagne la lumière extérieure.

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 13ème siècle, construction de l'église en style Roman.

* Au 15ème siècle, construction du clocher.

* Au 17ème siècle, l'église est fortement remaniée et agrandie.

* En 1985, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Est ce la lumière divine ou celle de la sortie ?

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 09 - ARIEGE

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Bonnac est situé à 70km à l'Ouest de Carcassonne, à 60km au Sud de Toulouse et à 7km au Nord-Nord-Ouest de Pamiers

     Coordonnées du bourg :

43° 10′ 1″ N 1° 35′ 36″ E
 43.166944°  1.593333°

 

L'église : 
        L'extérieur :
 

bonnac-eglise-01 Préambule

* C'est mon dernier jour de vacances.

* Mes jambes sont lourdes d'avoir marché durant 2 semaines.

* Après avoir visité la magnifique cité de Mirepoix...

* ...Je rentre tranquillement vers mon logis provisoire proche du château de Foix.

* Quand soudain, une construction me fait face !

bonnac-eglise-02
bonnac-eglise-11

La découverte

* Surpris par cette curieuse église, je consulte mon dictionnaire des châteaux forts car je pressens....

* ... Que ce bâtiment a pu être fortifié.

* Depuis 800 ans, j'ai acquis un 6ème sens....

* ...Même s'il est vrai que la plupart du temps, c'est mon destrier qui me signale les sites à voir.

* Mais c'est cela les vieux couples, chacun donne de l'importance à l'autre.

* Au point que nos idées ne font plus qu'une.

* Un grand personnage l'a dit mieux que moi. Veuillez l'écoutez ici.

bonnac-eglise-12-d
bonnac-eglise-21

Un clocher  fortifié ?

* Dans un premier temps, je ne remarque aucun système défensif.

* Je m'attarde donc à scruter le haut clocher.

* Avec son toit si "pointu", je ne pense pas qu'il ait été le symbole classique de la tour de guet.

* Mais avec une église, il faut toujours être vigilant...

* .... Car pour la conserver, les hommes l'ont souvent modifiée et consolidée.

 

Distinguez vous un signe ?

bonnac-eglise-22
bonnac-eglise-35  

Une archère

* Entre les classiques trous de boulin (voir vocabulaire), je vois une archère droite.

* Avec un peu d'attention, je l'imagine cruciforme.

* Et dans mon souci du détail, je suppose que cette archère est de type croix pattée.

Daterait elle du 14ème siècle ?

 

* Puisque je vois, derrière, la lumière du jour, je suppose que cet étage en possède au moins 2, si ce n'est 3 !

bonnac-eglise-36
bonnac-eglise-05

Le bâtiment adjacent

* Le mur de ce bâtiment possède les traces d'une ancienne construction.

Est ce à cause de la route que la nef a été amputée ?

bonnac-eglise-06
bonnac-eglise-45

Les traces

* Les multiples traces de constructions, démolitions, reconstructions sont visible sur ce mur.

Diantre... Quelle vie !

bonnac-eglise-46
bonnac-eglise-51  

Le chevet

* Je contourne l'église pour mieux la comprendre.

* Avec ses nombreux contreforts, le chevet me semble être d'époque Romane.

* Les fenêtres en hauteur empêchent les assaillants d'entrer facilement.

Y avait il une salle de repli ?

 

 

bonnac-eglise-52

 

        L'intérieur :
 J'étais si pressé que je n'ai pas pris le temps de découvrir l'intérieur de l'église. Un jour, peut être y retournerais je... 

 

 

Histoire de l'église :

* Vers 960, l'évêque Hugues de Toulouse donne les terres au chapitre cathédrale de Saint Étienne.

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est agrandie et fortifiée.

* Au milieu du 16ème siècle, l'évêque de Pamiers s'inquiète de l'état de l'église de Bonnac.

* A début du 17ème siècle, l'église est consolidée et réaménagée.

* Au milieu du 18ème siècle, une partie de l'église s'effondre.

* Au 19ème siècle, des bâtiments sont ajoutés et aménagés (sacristie, presbytère).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Cette ancienne église fortifiée mérite que l'on s'arrête pour la regarder

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 09 - ARIEGE

 Eclairée par le soleil, l'église me hèle !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Seix est situé à 100km au Sud-Est de Tarbes, à 90km au Sud-Ouest de Toulouse, à 50km au Sud-Est de Saint Gaudens et à 15km au Sud-Sud-Est de Saint Girons.

     Coordonnées du bourg :

42° 51′ 55″ N 1° 12′ 5″ E
 42.865278°  1.201389°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Préambule

    Non, non, non, ne comptez pas sur moi pour faire des jeux de mots quelque peu tendancieux avec le nom de ce bourg. Chevalier je suis et Chevalier je dois être dans toutes les épreuves.... Mais j'avoue être très excité que ma destination soit Seix.

 

La découverte

    Après mon errance dans les étroites ruelles où l'ombre est un bienfait sous le chaud soleil d'Ariège, comme par magie, un haut et élancé clocher attire mon regard de Castellologue -Amateur.

  Je consulte mon dictionnaire des châteaux forts et fortifications pour savoir si cette église est qualifiée de fortifiée.

Une nef très basse et un haut clocher. Quel contraste ! 

Le clocher
    Voila une construction peu classique. Sa forme s'apparente à un classique clocher-mur portant au sommet 4 cloches. Mais de chaque coté, des petites tours rondes ressemblent à des constructions de guet.

   Sur la face, au niveau inférieur, un chemin de ronde crénelé permet la circulation entre les 2 tours. Au sommet,une balustrade en encorbellement ne semble pas efficace en cas d'attaque.

 

Curiosité

   Les constructions circulaires semblent être des tours-escaliers. Je suis surpris de voir à l'extérieur, en partie basse, une porte. Cela crée un point faible que les assaillants auraient pu exploiter, surtout qu'aucun système défensif au dessus en assure la garde.

 

La recherche d'autre trace

  Je  contourne l'église pour savoir si la nef ou l'abside sont fortifiées. Hélas, je ne vois aucun indice permettant de l'affirmer. Excepté le clocher avec son curieux crénelage coté nef, cette église ne possède que peu d'indice de ses systèmes défensifs d'antan. En prenant un peu de récul tout en contournant le chevet, j'espère découvrir d'autres détails. Hélas, point de nouveau système défensif je vois.

 

        L'intérieur :

Vais je pouvoir entrer ?

  Hélas, le jour de ma venue, une cérémonie d'adieu réunit de nombreuses personnes dans la nef, je n'ose franchir la porte.

 

Je repars vers une nouvelle aventure quand....

   Avant de quitter ce Seix   pour visiter l'église de Salau (à quelques kilomètres de là), je m'adonne à une autre passion qui est la photo de "composition/paysage". Avec la rivière nommée Le Salat, la couleur des roches, le bleu du ciel, je me sens une âme de photographe-amateur et même de peintre.

  Soudain, en recherchant un angle de prise de vue, mon oeil d'aigle est attiré par une construction.

 Voyez vous au loin une forme médiévale connue ?

  Mes brochures nomment ce bâtiment : Le château - Centre d'interprétation des vallées du Haut Salat.

 

 

Histoire de l'église :

* Au  12ème siècle (?), une église est construite. Le chrisme trinitaire, posé en remploi dans un contrefort, date de cette époque. 

* Au 16ème siècle, l'église est fortifiée.

* Au 18ème siècle, de nombreux travaux sont réalisés, la façade date de cette époque.

* En 1965, une partie de l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Etienne) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Pour ressentir l'ambiance de ce bourg et de sa vallée, je vous propose cette petite vidéo.

 

Tout l'art de vivre Ariégeois est dans cette image !

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège

 

Repost 0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 06:30

 

Département 09 - ARIEGE

  Le château est proche de moi

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de La Bastide de Sérou est située à 25km à l'Est-Nord-Est de Saint Girons, à 18km à l'Ouest-Nord-Ouest de Foix (voir son château) et à 5km Est-Sud-Est de Durban sur Arize (voir son château).

      Le château de Bugnas (aussi nommé Tour de Bugnas) est situé 3 kilomètres à l'Ouest de La Bastide de Sérou.

 Coordonnées du château :

43° 0' 35.089" N 1° 23' 29.72" E
 43.009747°  1.391589°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Est ce le bon endroit ?

    Depuis que je vous ai montré mon astuce pour trouver une ruine médiévale, vous supposez que ma question "Est ce le bon endroit ?" semble idiote. Mais la technologie parfois se trompe (les erreurs sur les carte IGN existent) et surtout, il existe des noms identiques pour les lieux- dits.

   Mais, avec ce merveilleux GPS de randonnée, j'avoue ne point avoir de doute :

La ruine du château Bugnas est proche de ma position.

 

La découverte 

    Dans cette région de collines boisées et de nombreuses vallées creusées par les multiples cours d'eau la blanche construction se remarque dans l'immensité verte.

  La ruine survole les toits des maisons

Rapide analyse

* Le château semble en ruine,

* Mais sa hauteur reste impressionnante,

*Au sommet, je ne vois pas de mâchicoulis (voir vocabulaire) ni crénelage,

* Sur les parois, je ne distingue aucune fente de tir,

* A la base les parements d'angle ont des joints assez larges,

* Sur la hauteur, la qualité de construction est peu homogène (pierres mal taillées et peu jointives),

* Les murs sont peu épais. Mais cette construction est peut être une tour d'habitation et non pas le donjon,

* Mon imagination (trop) fertile croit voir un vestige de cheminée.

* La fenêtre que je devine n'a point une allure médiévale. Je subodore que ce bâtiment a été une (re)construction à l'époque d'un Louis XIII ou XIV.

 

        L'intérieur :
  Le château est dans une propriété privée, la ruine étant peu sécurisée, j'avoue ne pas avoir tenté une approche, ni quémandé l'autorisation.

  Je me console en admirant le paysage vallonné.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château (à vérifier).

* Au 17ème siècle, aménagement d'un château "moderne" sur les base du vieux châteaux fort (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur au loin est libre et gratuite depuis les sentiers. La visite de l'intérieur est interdite car le site est une propriété privée, de plus en reconstruction.

 

Les collines Ariégeoises sont très vertes !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 06:30

 

Comment imaginer que cette paisible rivière ait emporté l'église

 

Département 09 - ARIEGE

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit hameau de Salau est situé à 110km au Sud-Sud-Ouest de Toulouse, à 55km au Sud-Est de Saint Gaudens, à 11km au Sud de Seix et à 3km au Sud de Couflens, sur la RD3.

     Coordonnées de l'église :

42° 45' 28" N 1° 11' 22" E
 42.757896  1.189474

 

L'église : 
        L'extérieur :
Pourquoi le choix de ce site ?

   D'après ma documentation touristique, Salau (le dernier village au fond de la haute vallée du Salat) possède une église romane datant du 12ème siècle. Elle aurait été construite par les Chevaliers Hospitaliers de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem.

   Mon dictionnaire des châteaux forts et fortifications médiévales affirme que cette église est fortifiée. Voila deux raisons pour parcourir la petite route départementale en direction de l'Espagne.

 

La découverte 

1 - Entouré par les montagnes, le village se regroupe le long de sa rivière.

2 - Sur la rive gauche du Salat, l'ancienne église se dore au soleil.

3 - Proche de son petit cimetière, dans un écrin de verdure, son calme ne reflète pas sa vie mouvementée.

4 - La différence de couleur, de hauteur et de pierre entre la partie gauche et droite trahit des reconstructions.

5 - Cette différence d'architecture se voit sur la face coté Nord.

6 - Même si la partie droite parait plus solide, elle ne garde aucune trace de système défensif.

 

1 2 3 4 5 6

  Un plan d'église peu traditionnel

Le clocher

    Il comporte quatre arcades. Elles sont disposées en deux étages, avec doubles archivoltes reposant sur des colonnettes dont les chapiteaux sont sculptés.

 

Diantre, quelle curiosité !

   Mon petit manuel touristique affirme que : " Le clocher est situé sur l'arcature qui sépare les deux nefs".

Voyez vous deux nefs ?

  Pour comprendre cette curiosité il faut se référer au plan réalisé au 19ème siècle. Coté Ouest (en haut sur le plan) une puissante salle faisait partie du monastère. Ce dernier ayant disparu, la salle se situe dans le prolongement de la nef initiale, comme une deuxième nef.

3 niveaux pour une église ayant trop vécu

Dernières constatations avant d'entrer

   J'observe cette église composée de trois "bâtiments" bien distincts avec un dénivelé différent. Le sol en pente ne justifie pas ces hauteurs.

 Avez vous remarqué l'ansence de contrefort et de bande Lombarde ?

    Sur le coté Sud-Ouest, une baie géminée tranche avec les fines fentes romanes de l'autre coté. Je suppose qu'elle doit amener une grande lumière dans l'étage du bâtiment Ouest. L'ouverture murée sur la gauche était une porte menant dans le monastère.

 

Le Chrisme

    Au dessus de la porte d'entrée, une pierre sculptée attire mon regard. Ce Chrisme (voir définition) a été retrouvé après l'inondation de la fin du 20ème siècle puis replacer au dessus de l'entrée. Il semble que ce soit l'une des rares pierres d'origine datant de l'installation des Hospitalets.

 

        L'intérieur :

Curiosité

  Pour entrer dans l'église, je dois appuyer sur un bouton. En même temps, je prononce la phrase magique : "Sésame, ouvre toi". Et comme par magie, la porte s'ouvre seule.

  Une fois à l'intérieur, le "temple  est à nouveau scellé (Vous avez compris que la porte électrique s'est refermée automatiquement). D'un seul coup, une panique s'empare de moi : "Y a t il un bouton d'ouverture à l'intérieur ?"

 

Rapide description

11 - Les pieds bien campés à l'extrémité Nord de l'église (nommée Salle des hommes), je comprends que les étages "fortifiés" me sont interdits. Cette salle aurait eu un passage communiquant avec le monastère des Hospitalets.

12 - Illuminé par l'unique fenêtre, la nef est très sombre (il m'a fallu un temps de pose très long pour réaliser cette image).

13 - Pour certains, cette pierre sculptée est un bénitier, mais pour d'autres, ce serait une "fontaine".

14 - En ce village bien loin de la Lorraine et de la reconquête de Reims, figure la statut de Jeanne d'Arc.

15 - L'abside en cul-de-four est décorée d'une peinture de J.B. Lalanne.

16 - Après avoir humé l'intérieur de cette église, je reprends le chemin du retour en jetant un dernier regard dans la "salle des hommes".

 

11 12 13 14 15 16

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, une légende affirme qu'une princesse venue d'Espagne et répudiée par son époux aurait fait construire une chapelle en ce lieu.

* Au 12ème siècle, construction de l'église par les Chevaliers Hospitaliers de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. certains historiens supposent qu'ils serait venus d'Espagne après avoir participé à la Reconquista du Nord de la Péninsule..

* Au 13ème siècle, les Hospitalets ajoutent un clocher-mur et le narthex.

* Au début du 14ème siècle, le Pape Clément V donne une partie des biens et terre de l'Ordre du Temples aux Hospitalets. En doublant leur propriété, ils ne peuvent plus être partout. Salau est progressivement abandonné.

* Au 15-16ème siècle, Salau dépend de la Commanderie de Caignac en Lauragais

* Au 19ème siècle, les colonnes du porche sont retrouvées dans les champs. Il est décidé de les implanter autour de l'église.

* En 1911, l'église est classée aux Monument Historiques.

* En 1937, une importante inondation détruit partiellement l'église et emporte de nombreuses colonnes.

* En 1982, une inondation emporte queques pierres de l'église primitive.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des étages intérieurs est interdite.

 

Je deviens un chevalier amateur de monument touristique... hoooo

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 07:30

 

Département 09 - ARIEGE

 Les crénelages forcent le respect

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Castillon en Couserans est située à 90km au Sud-Ouest de Toulouse, à 35km au Sud-Est de Saint Gaudens, à 55km au Sud-Sud-Ouest de Foix (voir son château) et à 12km au Sud-Ouest de Saint Girons.

     Coordonnées de l'église :

42° 55' 12" N 1° 2' 2" E
 42.9201°  1.033841°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Elle est au sommet

   La très grande majorité des églises fortifiées que je vous montre se situent dans la vallée, dans les murs ou en périphérie du bourg. Curieusement, c'est en levant la tête vers la colline surplombant Castillon en Couserans que je découvre l'église fortifiée.

   Cette position peut paraître surprenante, mais si je vous dis que cette construction a été la chapelle du château fort, tout s'éclaire pour vous.

  Suivez moi à la découverte de : La Chapelle du Calvaire.

Entre ombre et lumière, entre grâce et force 

Analyse depuis le bas de la colline

      En regardant attentivement cette église, je vois 3 parties distinctes :

* Au centre, un clocher-peigne. Sa position est due à l'agrandissement de l'église vers l’Ouest. Il possède deux rangs d’arcades géminées munies de colonnettes et de moulures. Le campanile possède cinq cloches.

* A l'Ouest, une longue nef pourvue d'un large et épais contrefort. Par sa faible haute, j'imagine que le rehaussement de l'église est ultérieur à sa construction d'origine. Au sommet, les nombreux merlons trahissent un chemin de ronde avec salle de repli.

* A l'Est, le chevet pentagonale, dont la hauteur est inférieure à celle de la nef, possède en partie supérieure un crénelage défensif. Sur l'un des cotés a été accolé ultérieurement un construction (chapelle ou sacristi ?)

 

Le chevet
    En un bon, je saute sur la colline. Face au chevet pentagonal, je constate que les murs sont renforcés par de belles bandes lombardes dont les bases portent des sculptures de visages très expressifs.

 

Le système défensif du chevetCrénelage, mâchicoulis et hourdage ?

    Avec l'accumulation de terre à la base, avec les modifications des ouvertures de lumière, il est difficile d'imaginer si les systèmes défensifs ont été efficaces.

Y avait-il des mâchicoulis ?

    Aux pieds du mur, bien obstrués, je pressens qu'ils ont du exister pour parfaire le système défensif rapproché.

 

Le système défensif de la nef

     La nef comporte de fines ouvertures de lumière ressemblant à des archères. Sous le toit, le crénelage montre des merlons non borgnes, cette caractéristique est assez rare pour une église fortifiée.

Il faut passer le porche pour entrer 

Le porche

   Pour entrer dans l'église, il ne faut point tenter de franchir la porte basse, mais se rendre dans le porche au centre de la nef. C'était l'emplacement de la porte d'entrée médiévale.

Quel choc !

Je ne m'attendais pas à une telle entrée.

  En parte haute, je retrouve le crénelage avec ses merlons et fentes de tir, puis en dessus, des trous de boulin (voir vocabulaire) pour des poutres portant le auvent.

 

Le portail

   Les archéologues datent ce portail du 12ème siècle. Il se compose de trois rangs d'archivoltes et de six colonnettes dont les sculptures sont pratiquement intactes.

 

J'adore l'art Roman. Et vous ? Quel magnifique entrelacement 8 siècles qu'ils sont là

 

Que de sculptures !

   A droite de la porte se trouve une niche carrée. Elle contient la statue, gravée au 12ème siècle, de Saint-Pierre assis et bénissant. Les archéologues ont réussi à lire sur la page du livre cette inscription :

"Petrus Prineps Regnice Lor(um) Ioa(n) de la Casa Fo (m)aester de l’Obra"

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. Avant de quitter la colline, je jette un dernier regard vers la magnifique église puis j'admire le panorama comme un guetteur du Moyen Âge.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 10ème siècle, une chapelle existerait dans l'enceinte du château primitif (à vérifier).

* Au 12ème siècle, le Vicomte (voir titre de noblesse) de Couserans, fait "agrandir" l'église et modernise le château.

* Entre la fin du 14ème et le début du 15ème siècle, les murs de l'église reçoivent de nombreuses décorations et peintures.

* Au 15ème siècle, une travée est ajoutée.

* Au 16ème siècle, fortification de l'église.

* En 1594, durant les Guerres de Religion, la ville est brûlée et pillée par les Huguenots.

* En 1650, sur ordre de Richelieu, le château est détruit. Seule l'église survit.

* Vers 1792, les révolutionnaires vendent les pierres de la ruine castrale (Hypothèse formulée par certains historiens).

* En 1906, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, des consolidations et rafraîchissements de l'église sont réalisés. Des peintures murales sont retrouvées.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

La vue est le cadeau de tous les sites médiévaux fortifiés

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 09:30

 

Département 09 - ARIEGE

 Le modernisme du 21ème est très utile pour un Castellologue amateur

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Durban sur Arize est situé à 70km au Sud de Toulouse, à 60km Est-Sud-Est de Saint Gaudens, à 25km au Nord-Ouest de Foix (voir son château) et à 18km au Nord-Nord-Est de Saint Girons.

     Coordonnées du château :

43° 1' 18.088" N 1° 19' 55.708" E
 43.021691°  1.332141°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'arrivée

   Grâce à mon dictionnaire des châteaux forts, j'ai connaissance d'une magnifique ruine médiévale sur une colline au Nord-Ouest de Durban sur Arize. Aidé par mon magnifique GSP de route équipé d'une option randonnée, je sais exactement où se situe mon Graal.

   Il y a plusieurs chemins pour rejoindre le site castral, j'ai opté pour une randonnée depuis le parking "Milles Pattes" situé à 349m d'altitude aux coordonnées :

43,02006° 1,33190°

Un plan peu lisible à cause des arbres 

La découverte

   Pour atteindre un château fort, il faut très souvent gravir une colline. Mais avec l'ombre des beaux arbres et les odeurs de la végétation, la montée est un plaisir que je ne boude pas.

  Comme par magie, les arbres s'écartent et me laisse voir une blanche ruine.

 

Le plan

  Avec la dense végétation, avec les siècles sans entretien, il n'est point aisé que comprendre l'aménagement de ce magnifique château fort. Je vous propose de "lire" la vue aérienne commentée :

D : Donjon,

E : Sas d'entrée,

eg : Eglise paroissiale,

R1 : Premier rempart,

R : Deuxième rempart,

T : Tour défensive.

   Une église sans toit pour mieux voir le ciel de Dieu

Le 1er rempart extérieur (R1)

  Il faut beaucoup d'imagination pour voir le premier rempart. Les archéologues ont retrouvé ses vestiges et je suppose qu'il est à la hauteur de ce panneau qui me fait déjà vibrer de plaisir

 

L'église (eg)

  Dans la première cour, il ne reste que les vestiges du bâtiment religieux. Cette construction n'est point la chapelle castrale, mais l'église paroissiale de l'ancien bourg à l'époque médiévale.

  Dans ses entrailles, ce n'est que désolation. Il ne reste aucune sculpture, ni trace de support de statut, ni de cul de lampe. Malgré ce vide, je suis surpris par les dimensions de cette construction. Le village médiéval devait être important.

Quelle magnifique surprise !

Le 2ème rempart (R) Archère droite primitive et merlon borgne

  Lentement je me retourne pour déguster la ruine de Saint Barthélemy et surtout le rempart protégeant le château.

   Même si le crénelage a été refait, même si le mur me paraît peu élevé par rapport à celui d'origine, l'architecture de ce deuxième rempart est intéressante.

 

Les systèmes défensifs du rempart

   Un rempart entourant un château fort se doit d'être dissuasif, protecteur et efficace. Je vais vérifier si ces qualités sont discernables sur les vestiges de Saint Barthélemy :

* Solide est ce rempart car il est en pierre. Ne souriez pas en lisant ma prose, mais avant le 10ème siècle, il était habituel d'utiliser les troncs d'arbre pour délimiter l'emplacement.

* Il est posé sur le rocher ainsi sa base est solide.

* Le parement d'angle est bien appareillé, ainsi le rempart n'est point fragilisé.

* Bien qu'asymétriques sur la longueur, les archères sont nombreuses permettant une bonne défense.

   Je suis surpris de ne voir que des archères droites primitives, même si elle bénéficie d'un ébrasement intérieur important.

Son architecture défensive n'aurait elle point évolué après le 12ème siècle ?

 Les années n'ont pas été tendres avec ce vieux château fort

Les courtines du château

    Lentement, je contourne le rempart précédé par de nombreux rochers et je me présente devant la longue courtine. Plusieurs caractéristiques me surprennent :

* Les pierres sont pauvrement taillées,

* De plus, elles sont peu jointives.

* Aucune tour protège le mur,

* Les trous de boulin (voir vocabulaire) ne sont pas rebouchés.

* Aucune archère est visible,

* Je n'imagine même pas qu'une bouche à feu ait été percée.

 

Que conclure ?

    Avant de pénétrer dans le château par cette ouverture peu médiévale et curieusement non protégée par une bretèche (par exemple), je me pose une question : 

* Ce château ne semble pas avoir eu d'amélioration défensive après sa construction.

* Il semble que la "modernisation" ait été une succession de rempart.

Même en ruine, le donjon est puissant 

        L'intérieur :

Je suis accueilli

  Ce ne sont point des soldats qui m'accueillent dans la haute cour mais des chèvres. L'avantage de ces belles et odorantes ruminantes, c'est qu'elles tondent la pelouse .

  Pour une fois, je ne vais pas me faire griffer les mollets par les épineux qui habituellement adorent les ruines et mes jambes.

 

Le donjon (D)

  Rapidement, je pressens que le haut bâtiment est le donjon. Comme je le supposais, il ne comporte pas de système défensif.

 

Je suis troublé

  Je ne sais pas si c'est le parfum aux arômes naturels  des "damoiselles" dans le château ou si c'est le puissant soleil Ariégeois qui me chauffe trop le heaume, mais je ne discerne pas les fonctions des bâtiments et des murs.

  Je vous laisse admirer les murs et vestiges en espérant que votre imaginaire sera plus fertile que le mien. 

 

 

 

C'est la fin

   Pendant que vous admiriez les images, je me suis assis à l'ombre sur un muret pour déguster une pêche tout en admirant le paysage.

 

 

Histoire du château :

* Au milieu du 11ème siècle, un premier château est construit dont la superficie est bien inférieure à l'actuelle ruine.

* Vers 1569, durant les Guerres de Religion, les Protestants attaquent la ville puis brûlent le château.

* En 1657, le château est inhabité. Ruine sera son devenir.

* A la fin du 20ème siècle, l'association Mille-Pattes est créée. Ses membres achètent le château pour lui redonner vie.

* Au début du 21ème siècle, l'association tente de faire vivre l'histoire du lieu, mais les difficultés financières limitent leurs rêves.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible gratuitement en dehors des activités estivales de loisir. Renseignez vous.

  Le risque de recevoir une pierre est important, soyez très prudents.

 

La vue est l'un des trésors d'un château fort

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège

 

Repost 0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 03:00

 

Département 09 - ARIEGE

Voyez vous une église fortifiée ?

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Les Pujols est situé à 70km au Sud-Est de Toulouse, à 50km Ouest-Sud-Ouest de Carcassonne, à 15km à l'Ouest de Mirepoix et à 10km au Sud-Est de Pamiers.

     Coordonnées du bourg :

43° 5′ 21.12″ N 1° 43′ 9.84″ E
 43.0892°  1.7194°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

   Il est souvent difficile de trouver des ruines médiévales car il est rare qu'elles soient mises en valeur et/ou identifiées par des panneaux. L'avantage d'une église est qu'elle trône souvent au centre du bourg, avec parfois un panneau routier indiquant la direction. C'est donc sans difficulté que je découvre ce bâtiment religieux.

   Mais rapidement, je "déchante". Je ne reconnais pas dans cette architecture les bases d'un système défensif.

Pensez vous que cette construction soit encore fortifiée ?

Les hommes du 21ème siècle ont repeint la vielle église 

L'analyse 

    Lentement je m'avance en cherchant à comprendre ce bâtiment :

1 - L'architecture semble datée de l'époque Romane.

2 - Le chevet plat et l'absence de transept m'informent que le bâtiment n'a pas été fortement modifié après sa construction.

3 - Les fenêtres sont positionnées hautes, ce qui est une bonne solution de défense, mais elles sont trop larges et facilitent l'intrusion.

4 - La sacristie coté chevet doit être un aménagement tardif.

5 - Les contrefort plats sont nombreux.

6 - Je suis surpris par la position "vulnérable" (trop basse) des fenêtres entre chaque contrefort. Cette modification a du être effectuée plusieurs siècles après sa construction.

7 -Les ouvertures carrées ressemblent à des trous de boulin (voir vocabulaire). Mais leur nombre et leur rapprochement ne me semble pas logique. Doute sur leur fonction j'ai.

8 - Au dessus de certains trous, il me semble voir une archère droite primitive. Mais j'ai tant d'imagination que je préfère ne point m'étendre sur ce sujet.

    Ne comprenant pas quel détail a pu être la raison de la qualification "Fortifié", je décide de prendre un peu de recul pour mieux observer l'église.

Et c'est ainsi que je vois....

 

Un clocher fortifié ou un trompe l'oeil ?

Le clocher

   De loin, la construction portant 4 cloches est un compromis entre un clocher-peigne et un clocher-mur. Au sommet, il me semble voir un crénelage, mais cela ressemble plus à un leurre qu'à un véritable système défensif.

    En le contournant, j'ai la sensation que ce mur appartenait à une autre construction fortifiée (une maison forte ou un château accolé ?).

   De face, s'il n'y avait pas les cloches, je pourrais affirmer que j'observe une courtine de château fort. Mais en m'approchant, je constate que les mâchicoulis sont faux. Ce type de "trompe-l'oeil" me fait penser à l'église de Surville dans le Manche.

 

Le secret du système défensif

   A travers l'écran, je sens votre regard interrogateur et même une moue dubitative. Vous pensez : "Le Chevalier Dauphinois se moque de nous, à moins qu'il devienne fou. Point défensive est cette église !"

  J'ai tant de respect pour mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteurs que je n'oserai point détourner la vérité ni affabuler. Cette construction aurait eu un simple chemin de ronde en bois similaire à un hourdage (voir vocabulaire). Ce dessin devrait vous le faire comprendre.

 

Le portail

   Curieusement, le portail n'est pas à une extrémité de l'église  (coté clocher par exemple) mais sur le côté sud. Il comporte trois archivoltes en arc brisé. Cette architecture est surprenante en comparaison du reste de l'église.

Est ce un ajout ultérieur ?

    Encadrant l'ensemble il y a des blasons et une inscription. Les archéologues ont réussi à lire : "Renaud IV de Pons, gendre du duc de Lévis (1296-1335)".

 Quel contraste avec l'extérieur !

        L'intérieur :

J'entre

    En entrant, je retrouve mes classiques repères d'une église Romane ayant évoluée lentement avec les siècles.  N'étant pas un grand spécialiste du mobilier religieux, je vous laisse admirer l'autel et l'abside.

 

C'est la fin

   Dans un silence de "cathédrale", je cherche quelques indices pour un castellologue-amateur. Ne voyant aucun système défensif (ce qui est logique puisque ce fut un hourdage qui réalisait cette fonction), sur la pointe de mes chausses je reprends le chemin de la lumière (point divine puisqu'elle est ici) extérieure.

   Coté opposé à l'abside, un détail m'interpelle. Point un vrai détail cela est, mais un escalier. Evidemment, il monte (puisque c'est sa fonction ) vers.... le haut.

   Évidemment, vous êtes si perspicaces que vous avez deviné qu'en l'empruntant, il me mènera vers le clocher.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, construction de l'église.

* En 1330, l'église fortifiée de hourds est achevée.

* En 1551, l'église échoue d'un nouveau patron : Saint Blaise.

* En 1850, des contreforts sont démolis pour construire une sacristie extérieure.

* En 1870, la crypte est murée.

* En 1889, les murs sont repeints cachant "définitivement" les oeuvres médiévales.

* Au milieu du 19ème siècle, des fenêtres sont aménagées entre chaque contrefort.

* Au 20ème siècle, après quelques recherches et études d'historiens, une association de sauvegarde est créée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Blaise) est libre et gratuite. 

 

Êtes vous convaincus que cette église fut fortifiée ?

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 07:30

 

Département 09 - ARIEGE

Le matériel secret pour trouver les ruines

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Carla Bayle est situé à 33km au Nord-Ouest de Foix (voir son château), à 27km au Nord-Est de Saint Girons et à 12km au Sud-Sud-Est de Montesquieu Volvestre.

   Le château se situe à 4km au Nord-Ouest de Carla Bayle.

       Coordonnées du château :

43° 10' 33" 1° 21' 49"
 43.175911  1.363859

 

Le château : 
        L'extérieur :
Le secret du Chevalier

   Depuis plusieurs années, je vous fais croire que j'ai un sixième sens pour trouver les ruines de châteaux forts ou que mon destrier est très intelligent et prédit les zones visitables.

Je vous ai mentis ! 

  Même s'il est vrai que je dispose de cartes précises, je possède aussi un GPS avec une option spéciale montrant la plupard des lieux-dits et curiosités peu connues.

   Il est donc facile de trouver la ruine du château Gélis. Mais ce que mon appareil extraordinaire ne dit pas c'est :

Quel est son état !

 

L'approche

    Pour découvrir le château de Gélis, il faut emprunter une petite route en direction de ces lieux-dits. Même si la pente n'est pas très importante, il semble évident que le château soit posé au sommet de la petite colline.

   A l'approche d'un virage, il me semble voir une construction envahie par la végétation.

Est ce mon Graal ?

Voyez vous un château fort dans cette jungle ? 

La découverte
   Debout devant la façade, je suis très surpris. L'architecture ne ressemble pas à celle d'une tour médiévale mais plus à une maison "récente" ou renaissance.

    Pensant que je me suis trompé de lieu, je sors ma deuxième arme secrète (qu'un ami m'avait prétée pour ma semaine de vacances en Ariège). Les satellites me prouvent que je suis bien en face du château de Gélis.

 

Rapide analyse

 * La construction est parallélépipédique.

 * Elle comporte un rez de chaussé et un étage identifiable.

 * Je pressens que la tour a été arasée, car je soupçonne la présence d'au moins un autre étage.

 * Des trous de boulin sont visibles. Cette curiosité est rare à la renaissance et pour les constructions actuelles.

 * Sur les murs, les pierres sont pauvrement taillées et peu jointives.

 * Par contre les parements d'angle sont en pierres de taille.

 * Il m'est impossible d'affirmer que les fenêtres ont été posées après ou pendant la construction du mur.

Il faut adorer l'herbe pour être un chercheur de châteaux

 

Y a-t-il d'autres indices ?

   Je fouille dans les hautes herbes sans succès, j'écarte les branches à la recherche d'un vestige d'archère, je mets ma truffe au raz du sol espérant voir une merveille médiévale.

  Tous mes efforts de recherche sont infructueux, je ne vois que fantôme de petit mur sans âme. Je me console en admirant les champs cultivés sur le collines et les tournesols à la tête tombante.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du Moyen Âge, il semble qu'une tour soit construite (à vérifier).

* Au 18ème siècle, une gentilhommière est notée sur la carte de Cassini.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La ruine est dans un champs privé. Veuillez respecter ce site.

 

Admirez les petites collines Ariégeoises

       Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0