Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 08:16

 

 

Département 09 - ARIEGE

     Voyez vous un site fortifié ?

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Auzat est située à 70km au Sud-Est de Saint Gaudens, à 30km à l'Ouest-Nord-Ouest d'Ax les Thermes, à 28km au Sud-Sud-Ouest de Foix (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

42° 45' 48" N01° 29' 24" E
 42.763372717° 1.489951014518°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Au loin puis au près

* Depuis Auzat, une agréable route sinueuse m'amène vers le village d'Olbier.

* Sous le chaud soleil d'Ariège, je pense plus à une sieste qu'à une escapade castrale.

* Mais mon vaillant destrier, par ses sauts, sait réveiller le sot. C'est ainsi que je vois....

 

 Cette colline est trouée comme de l'emmental

La montée vers mon Graal !

* Comme souvent, il faut aller à pieds sur un agréable sentier pour découvrir le site médiéval.

* Après avoir serpenté dans un petit bois, le sentier grimpe le long d'un paroi naturelle. La protection du château est parfaite.

* Enfin, je vois le but de ma découverte de ce jour. A 918m d'altitude, protégé par un à-pic sur 3 cotés, le château était facilement défendable.

 

 

Des petits trous

* Sur la paroi du rocher portant le château fort, je remarque plusieurs cavités.

* Certains de ces trous ont été habités depuis plusieurs milliers d'années. Les fouilles archéologiques ont révélé des ossements humains et d'animaux ainsi que des restes de poterie et de mobilier. Une dernière grotte comporte des peintures murales.

* Evidemment, quand il y a grotte avec des dessins énigmatiques, il y a toujours mystères. Dans cette région où le Catharisme et Montségur sont proches, certains (illuminés) pensent que le trésor des Cathares et mêmes celui des Templiers ont été (momentanément ?) cachés en ces cavités.

Et pourquoi pas le Saint Graal... et l'arche de Noé ?... pfffff.

 

 Voyez vous les traves d'habitats ?

        L'intérieur :

La basse cour

* En un saut, je suis dans la partie basse du château. Il m'a d'abord fallu franchir la tour de Campanal.

* En ce lieu, n'imaginez point voir des poules et des canards, la basse cour est en réalité la cour basse du château, en opposition à la cour haute (donc seigneuriale).

* Cette partie de la colline castrale était habitée. Cela se remarque par 2 détails au sol :

1 - Quelques rochers sont taillés en banquette (voir vocabulaire).

2 - Sur le sol calcaire arasé par l'homme, présence d'encoches circulaires pour poser un poteau.

* Je dois maintenant accéder à la cour haute et au véritable château.

 

 Que voila vestige bien anguleuse

Les défenses

* D'abord, je vois la tour du Barry. Ce patronyme n'est pas du à la célèbre Comtesse mais au mot latin médiéval Barrium signifiant : Rempart.

* Cette tour située au Nord-Ouest possédait une citerne en partie basse. Cela se déduit grâce aux couches de mortier rosi (je vous en ai montrées dans le château de Cucugnan en Aude).

* Ensuite, je vois quelques murs du rempart

 

 

Minimal et pourtant immense

* Dans ce capharnaüm de rochers et de pierres construites, de nombreuses salles médiévales se devinent.

* Ici je vois... heu... 

Avez vous une idée ?

 

* Par contre, mon imaginaire (aidé par le plan du château) affirme que la cubique construction fut : Le donjon central. Il est vrai que mon affirmation est confortée par un panneau explicatif.

* Les dimensions de la tour maîtresse me font penser qu'il fut un donjon de repli.

* Grâce au travail des archéologues et aux panneaux explicatifs, j'apprends que de nombreux foyers pour la cuisson des aliments ont été découverts. Ils étaient constitués d'une grande dalle plate en partie basse surmontée d'un dôme.

 

 

Le panorama

* Cette ruine permet de déguster un magnifique panorama sur 360°.

* D'abord les vallées avec la commune d'Auzat puis le petit village d'Olbier.

* C'est en dégustant une pomme que j'admire les multiples collines boisées.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle, sur ordre du Comte de Foix (voir son château), construction du château pour surveiller la vallée.

* En 1272, Roger Bernard Comte (voir titre de noblesse) de Foix, en conflit avec le Roi de France (voir liste), demande de l'aide au Roi d'Aragon. Ce dernier récupère plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1273, le Roi d'Aragon rend le château au sénéchal de Carcassonne.

* En 1277, le Comte de Foix récupère enfin ce château. Mais suite à un conflit le Comte est fait prisonnier par le Roi d'Aragon. Pour sauvegarder une partie du patrimoine Comtal, la Comtesse Marguerite de Moncade se retourne vers le Roi de France Philippe III le Hardi.

* En 1283, le château de Montréal de Sos est possession du Roi de France.

* En 1285, le Roi donne/rend le château au Comte de Foix.

* En 1290, lors de la querelle avec la famille d'Armagnac, le Roi de France exige la restitution des terres de Montréal de Sos.

* En 1300, le Comte de Foix récupère la seigneurie de Montréal de Sos.

* Vers 1318 (?), le Roi d'Aragon attaque plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1332, les habitants réparent les défenses du château.

* Au 14ème siècle, un village (nommé aujourd'hui Olbier) s'établit au pied de la colline castrale.

* Au 15ème siècle, n'étant plus utile pour la garde des vallées, le site castral est abandonné. Sur ordre du Comte de Foix, le château est partiellement détruit et donjon est arasé.

* A la fin du 20ème siècle, des campagnes de fouilles sont organisées.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Soyez très prudent avec  des enfants. La ruine étant fragile, veuillez ne pas montrer sur les murs et les lieux de fouilles.

 

 

Le panorama est le trésor d'une ruine castrale

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:34

 

 

Département 09 - ARIEGE

 Le mythique château Cathare semble inaccessible

Le bourg :

        Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montségur est située à 90km au Nord-Ouest de Perpignan, à 80km au Sud-Est de Toulouse, à 30km à l'Est de Foix et à 25km au Sud de Mirepoix.

 

     Coordonnées du château :

42° 52' 32" N1° 49' 59" E
 42.8757582° 1.83318310°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Comment aborder un article sur un tel site ?

* La ruine de Montségur est chargée d'une histoire terrible.

* Ce château a tellement été décrit dans les livres, les historiettes, les revues, les films, les sites web que je ne sais point comment en montrer plus ou autrement.

* Mais étant un chevalier, de plus Dauphinois, je me dois de relever ce défi.

*  Je vais vous décrire, nom point un comte ni mes comptes, mais.... un conte (vrai bien sur).

 

Il était une fois....

* Cette histoire se passe au siècle dernier.

* Un merveilleux Dauphinois, qui se targue d'être un Chevalier, chevauche un viril et magnifique destrier trottinant en direction de Montségur.

* Au Nord du bourg, au sommet de la colline, une forme cubique d'un autre âge apparaît tel un fantôme appelant les âmes visiteuses.

* Certains pourraient être terrifiés à la vue de ce fantôme portant encore les marques des martyrs, mais votre Dauphinois est un Chevalier...... Sans peur (et cent reproches).

Nota : Cette devise a été reprise par un autre Dauphinois nommé : Bayard.

Sachez qu'ayant 800 ans, donc né bien avant ce rustre paraphraseur, JE suis le dépositaire de la vraie devise énoncée ci-dessus.

Ceci étant dit, l'histoire (vraie) peut continuer.

 

 

Pour approcher une belle il faut être malin et téméraireVais je la posséder par l'arrière ?

 * Ne souhaitant point aborder de face la belle accrochée à son rocher, je tente une manœuvre de diversion.

 * Je contourne cette colline pour mieux approcher l'illustre ruine, avant de la posséder.

 * Hélas, cette beauté connaît le stratagème. Elle a planté sur cette face de nombreux épineux et des rochers presque verticaux.

* Rebroussé sont mes poils tant ma déception est grande. Rebrousser le chemin je me dois de faire.

 

 

Piastres il me faut donner

* Pour monter vers elle, il faut que je donne à un préposé quelques pièces de ma bourse.

* En échange, ce ventripotent proxénète (Est ce bien le terme pour celui qui reçoit de l'argent en échange d'une visite à une belle ?) me donne un ticket.

Est ce l'origine de l'expression : J'ai un ticket avec elle.

 

 

Que me murmure ce mur ?Je me heurte à un mur

* Après une marche m'amenant à 1200 mètres d'altitude, je suis à ses pieds.

* Elle est là, si proche que je pourrais la toucher.

* Sa hauteur et sa présence me touchent aussi... mais virtuellement.

* Le vide et le rocher nous séparent.

* Le précipice de 800m me fait comprendre la difficulté pour les assaillants.

* Lentement je l'approche.

* Elle est troublée, elle rougit un peu.

* Pourtant, pour m"impressionner, elle me montre son mur bouclier.

* A son sommet, sur sa largeur, je remarque des pierres en encorbellement ayant porté un hourdage (voir vocabulaire).

* Il me semble que la belle ne souhaite pas résister. Toutes ses défenses sont abaissées

Je suis troublé !

 

Le trouble m'habite

 

Je l'observe tel un amoureux

* Avant de la conquérir, j'admire cette beauté (peut être pour comprendre ses faiblesses).

* Le site fortifié est composé de 3 parties :

1 - Une structure à cinq cotés asymétriques épousant parfaitement le plan su sommet.

2 - Au fond un puissant donjon.

3 - Sur la droite, les vestiges des habitats du castrum.

 

Le donjon

* Pour le rendre plus haut, plus solide et moins vulnérable au travail des sapeurs, le donjon est aménagé sur le rocher.

* Bien que très arasée, la haute tour possède encore quelques fenêtres.

* A sa base, les hautes archères droites m'informe que le donjon fut réalisé entre le 12ème et le 13ème siècle.

* En le contournant, je constate que le mur coté Nord est effondré.

* Les entrailles de la tour maîtresse révèlent la présence :

- De plusieurs niveaux matérialisés par les trous pour les poutres.

- D'une salle basse voûtée réservée à la défense et comportant des archères sur les 3 cotés encore existants.

* Au fond à droite d'un escalier en colimaçon.

* A l'étage, les fenêtres possèdent des coussièges.

 

 

Le plan

* Avant d'entrer en ce mythique château, il est important de comprendre le plan simplifié.

* Ce site a la forme d'un pentagone irrégulier sur lequel est adossé un donjon parallélépipédique.

Rappel : Ceci est l'architecture du château réaménagé par les soldats du Roi de France. Il est fort probable que le château Cathare fut légèrement différent.

C - Citerne.

D - Donjon.

E - Entrée.

M - Montée, escalier droit.

P - Poterne.

S - Salles (dont la fonction n'est plus identifiable).

 

 

 Epuré est l'intérieur de la forteresse        L'intérieur :

J'entre par la petite porte

* Ce n'est point par l'entrée principale que je découvre les entrailles mais par la poterne.

* Je suis étonné par :

- Le vide. Autant l'extérieur est presque "neuf", autant l'intérieur est dépouillé.

- Le rocher. Bien qu'une importante surface ait été aplanie, le rocher brut s'impose souvent.

- Les trous de boulin. Dans la surface des murs opposés, les nombreux trous servaient à recevoir les poutres de l'étage supérieur. Leur nombre et leur dimension m'impressionnent.

- Les rares trous. Au dessus de l'alignement, d'autres trous beaucoup plus espacés devaient soutenir un étage. Mais ces orifices m'interpellent.

Sont ce les emplacements de corbeaux ou consoles ?

 

 Comme les oiseaux je découvre le site de haut !

Je monte au ciel !

  * Dans ce site, 2 escaliers en pierre sont encore visibles.

  * Les deux sur le mur Nord sont difficilement praticables.

  * Ne souhaitant point jouer les bouquetins, je tente l'ascension coté Est.

  * La gorge me serre, mes jambes tremblent car je pense aux Cathares ayant fait cette montée pour se défendre contres l'armée du Roi de France.

  * Mettre mes chausses dans les pieds de l'histoire est un moment unique.

  * Du sommet je vois :

- Les emplacements des murs des différentes salles.

- L'épaisseur des courtines (que je croyais plus impressionnantes).

- L'incroyable panorama.

- La puissance du donjon.

Avez vous remarqué l'archère pemettant de tirer dans la cour ?

- Je vous l'avais montrée ici.

 

 

Pour découvrir la suite de l'article,

veuillez cliquer ici

 

 

 

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège

 

Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 07:35

 

Département 09 - ARIEGE

     La rivière va-t-elle me permettre de vivre d'Amour et d'eau fraîche ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Massat est située à 80km au Sud de Toulouse, à 25km au Sud-Ouest de Foix (voir son château) et à 20km au Sud-Est de Saint Girons.

 

     Coordonnées du château :

42° 53' 48" N01° 20' 16" E
 42.896726° 1.33771100°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Avant propos

* En ce 14 février, pour la Saint Valentin, je me dois d’honorer les amoureux.

* Bien qu'une ruine soit souvent considérée par les poètes comme un symbole romantique, en tant que Chevalier, je me dois d'aller plus loin dans la symbolique.

* Pour vous, les amoureux, je vous offre : le château d'Amour !

 

L'Amour est au bout du chemin

Le ressenti de l'Amour

* Après avoir visité l'église fortifiée du bourg, je laisse mon destrier errer en direction du Nord-Ouest.

* Dans le hameau de Lirbat, mon étalon se met à tressaillir, à frémir, à hennir.

* Il ne parade pas, il me fait comprendre qu'un château est proche.

* Quels sont les signes :

- Une colline,

- Une rivière,

- Une vallée à protéger.

* Je descends de la selle et je me présente devant l'entrée de la carte du tendre.

 

 

 Que d'obstacles pour rencontrer l'Amour !Comment trouver l'Amour ?

* Je traverse la rivière Arac sur le petit pont de bois (comme le chante Yves Duteil).

* Puis, sur le sentier de terre, j'avance doucement pour ne point faire peur à l'Amour.

* Mais un panneau me quémande de me dépêcher car l'Amour n'attend pas.

* Comme par magie, les arbres s'écartent pour me faire rencontrer l'Amour.

* Soudain, la végétation me cache le sentier.

Est ce une épreuve pour déterminer ma foi ?

* Devant moi une bosse.

L'arbre s'accroche-t-il sur les pierres du rempart des sentiments ?

* A moins que le message soit : "Bosse un peu plus si tu veux voir l'Amour !"

 

 

Est ce le mur de l'Amour ?Est ce le mur de l'Amour ou des lamentations ?

* Les galets roulés ne se sont pas montés dessus par hasard.

* L'homme, ce bâtisseur infatigable, a certainement donné ses mains (pour demander la main de la damoiselle ?) à l'ouvrage.

* Pour faire l'Amour.... heu... je veux dire "Pour faire le mur du château d'Amour", il faut que la base soit solide et large.

* "Faire le mur".... Sauter les obstacles. Voila une belle idée pour rejoindre l'Amour.

* Tel un hussard, je charge !

 

 

        L'intérieur :

Suis je dans l'Amour ou en Amour ?

 

Le mamelon est-il la preuve de la présence de l'Amour * Découvrir l'Amour n'est point chose aisé.

* Il me faut grimper sur elle...... (elle étant la colline évidemment).

* Lorsque j'ai atteint son mamelon (évidemment, le sommet de la colline, point de quiproquo j'ose me permettre), elle me montre ses atours (elle étant la ruine bien sur).

* J'ai l'impression de la voir au petit matin sans maquillage, elle ne s'est point apprêtée pour moi.

* Bien que je sois un Chevalier, je suis aussi un amant fougueux. Donc je la sollicite et je mets mes mains partout !

  

 

L'amour est enfant de bohème...

* Point de fente je vois (évidemment mon propos est sur la non présence d'archère).

Mais où peut on tirer ?

(Tirer signifie bien sur à l'arc, à l’arbalète ou au fusil)

* Diantre !.... La belle me montre un petit orifice.

* En ce moment magique de la découverte, je vous demande de la discrétion.

* Veuillez repartir en bas de la colline pendant que je passe un (bon) moment avec elle...... (La ruine évidemment).

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* La date de construction du château n'est pas connue.

* A la fin du 16ème siècle (début 17ème ?), Henri Gaston de Foix-Rabat hérite de son père du Vicomté (voir titre de noblesse) de Massat. Il est aussi Baron de Rabat, Baron de Fornets. Par ailleurs, il est seigneur d'un bonne dizaine d'autres châteaux. Par contre, ce personnage a des attitudes peu nobles. Il est autoritaires et spolie souvent quelques seigneurs locaux de leurs droits et pouvoirs. Évidemment, il n'a que peu de considérations envers ses paysans. L'une de ses frasques est résumé dans une légende.... qui aurait donné le nom au château.

* Au milieu du 17ème siècle, les villageois, excédés par les exactions de son seigneur, attaquent puis détruisent le château. Après un procès, les "vandales" sont condamnés à reconstruire le château. Pour une raison inconnue, ce dernier est toujours en ruine.

* En 1870, une grange est aménagée utilisant quelques pans de mur de la ruine du château.

* Au 20ème siècle, la grange n'est plus utilisée. Ses matériaux se mélangent à la vieille ruine castrale.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car le site n'est pas sécurisé. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important. Soyez très prudents.

 

 

Le souffle d'amour a emporté tous les murs

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège

 

Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 07:50

 

 

Département 09 - ARIEGE

  Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Le Fossat est située à 55km à l'Est de Saint Gaudens, à 45km au Sud de Toulouse, à 30km au Nord-Ouest de Foix (voir son château) et à 20km au Sud-Est de Carbone.

 

     Coordonnées de l'église :

43° 10' 28" N01° 24' 28" E
 43.174539448° 1.4076822996°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

Je vois le chevet

* En arrivant dans le petit bourg, je remarque une construction dont les matériaux sont bien différents des maisons qui la bordent.

* Les pierres comportant des morceaux de brique m'informent que le bâtiment a été plusieurs fois réparé.

* L'église a souffert !

 

 Réparations et modifications ont fermé les ouvertures de cette église

Je suis à son chevet

* L'arrière de l'église est..... énigmatique pour moi.

* Les contreforts droits semblent avoir été construits à 2 époques différentes.

* Les pierres en partie supérieure n'ont pas la même couleur ni la même qualité de pose que la partie basse.

Y avait il une salle de repli ?

* Entre les contreforts, en partie supérieure, des ouvertures ont été bouchées.

* Ces rebouchages ne pouvaient pas être un crénelage (voir vocabulaire) car il est trop profond, ni des fenêtres médiévales car elles sont trop larges. D’ailleurs, la fenêtre bouchée sur la gauche me montre la différence.

Quel fut le rôle de ces curiosités ?

* Comme je ne remarque aucun trou de boulin ni de corbeau pouvant soutenir un hourdage, je suis encore plus surpris par ce chevet.

* Conclusion provisoire : L'église ne me semble pas avoir été fortifiée.

 

 Ce coté augure une merveilleuse découverte

Je la reçois en pleine face !

* Je contourne l'église qui ne possède pas de transept.

* Contre toute attente, je découvre coté rue principale du bourg, une haute construction "pointue".

* Lentement je m'approche et c'est avec stupéfaction que je vois deux cubiques tours.

* Ces cubiques constructions sont en brique, ce qui contraste avec le chevet.

* Je me penche (cela explique la photo penchée...hihi) pour voir la façade.

* Je me projette de l'autre coté pour mieux ressentir cette construction.

Quel incroyable système défensif !

 

 

Une symétrie asymétrique !

Une façade unique !

  * J'ose maintenant affirmer que cette église est fortifiée, pourtant je ne vois ni archère ni canonnière.

N'est ce pas incroyable ?

  * Quel contraste entre le blanc et le rouge.

  * La base est en pierre alors que la partie supérieure est en brique.

  * La protection de la porte est assurée par des mâchicoulis.

  * Au dessus de ceux-ci des pierres en encorbellement me font penser à des gargouilles (défensives ?).

  * En admirant cette façade, j'ai l'impression de jouer au jeu des 7 erreurs (ou des différences) :

1 - Les tours n'ont pas le même nombre d'ouvertures.

2 - Les baies (portes ?) de chaque coté du chemin de circulation entre les tours n'ont pas la même hauteur.

3 - Le contrefort de gauche n'est pas en pierre au dessus du larmier, de plus il s'élargit curieusement.

* Avec envie, je regarde le passage de la tour au chemin de ronde. Je veux le voir, le humer, le toucher !

* Il faut donc entrer dans l'église.

 

 

        L'intérieur :

Quelle lumière !Modernisées sont les entrailles du moutier

* Lentement, presque religieusement, je pousse la porte.

* En entrant je suis surpris par la lumière formant des ronds sur la voûte.

* En cette construction, point de contre-allée ni de chapelle latérale puisqu'il n'y a pas de transept.

* Pourtant, dans l'épaisseur du mur, une petite chapelle contredit ma précédente pensée.

* Le choeur très modernisé a effacé toute trace d'aménagement médiéval.

 

Où est l'entrée des fortifications ?

* N'étant point un touriste mais un castellologue amateur, je me dois de trouver l'accès aux tours et systèmes défensifs.

* Avec attention j'inspecte chaque mur. Mais ma recherche est infructueuse.

* Je reprends le chemin de la sortie quand un détail m'interpelle.

* A plusieurs mètres du sol, une porte.

* Il semble évident que ceci est l'entrée vers les tours de défense. Elle devait être accessible par une échelle amovible.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire de l'église :

* Au 14ème siècle construction de l'église avec une façade fortifiée. Le petit village appartient à la châtellenie de Carla.

* Au 16ème siècle (1568 ?), durant les guerres de religion, les Huguenots attaquent la cité. L'église est très abîmée.

* En 1625, les Huguenots s'attaquent encore à Le Fossat, mais ils sont stoppés.

* Au 18ème siècle, la nef et le chœur sont transformés.

* En 1926, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Barthélemy) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

 

La brique et la pierre s’harmonisent pour défendre cette église

 

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 08:40

 

Département 09 - ARIEGE

     Ce bourg fortifié va-t-il me donner des frissons médiévaux ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte

        La commune de Camon est située à 40km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 30km Est-Nord-Est de Foix (voir son château) et à 15km au Sud-Est de Mirepoix.

 

     Coordonnées du bourg :

43° 01' 19" N01° 27' 27" E
 43.021915° 1.96590500°

 

 

Les fortifications : 

        L'extérieur :

Pourquoi suis je en ce lieu ?

* A l'origine, j'ai eu en main la reproduction d'une gravure représentant Camon en 1825.

* Le monastère fortifié et le château me paraissaient si beaux que croisade je me promis d'organiser, mais sans précipitation.

* Mon envie de visiter ce site fut encore plus importante lorsque j'appris que Camon est classé parmi les plus beaux villages de France.

 Il faut bien comprendre le plan avant de visiter cette cité

Stupéfaction !

* Il y a des remparts partout !

* Pour ne pas être perdu, il est nécessaire de lire le plan.

* Il semble qu'il y ait deux remparts d'âges différents avec des systèmes défensifs.... différents !

* Il me faut donc m'habituer à voyager dans le temps.

 

 

La marche coule vers le mâchicoulis

Quel beau vestige de mâchicoulis

* En longeant le rempart, mon premier réflexe est de lever les yeux.

Est ce pour chercher la lumière ?

* Que nenni, c'est pour admirer les multiples consoles ayant été des mâchicoulis (voir vocabulaire).

Le toit protège les vestiges de mâchicoulis

 

 

Fentes en tout genre

Que recele cette tour ?

* Dans la tour carrée (à droite) avec son ouverture de guet entre les consoles, une fente défensive date au moins du 16ème siècle puisqu'elle est dédiée au fusil.

* Sur l'autre tour (à gauche) l'ouverture défensive pour fusil possède, comme ses consoeurs, un ébrasement extérieur pour augmenter d'angle de tir.

* L'angle de l'ébrasement est plus ou moins important. Il facilite parfois le tir vers le bas.

* Flâner dans le bourg en regardant les fentes de tir est passionnant.

1 - Certaines montrent qu'elles ont été implantées après la construction du rempart.

2 - D'autres ont été construites pour servir de pot de fleur..... hihihi.

3 - Certaines ont été bouchées récemment par du ciment.

4 - Alors que d'autres sont obstruées par une plaque de verre.

Voyez vous un système de tir ?

 

Soudain, le rempart s'ouvre !

* Durant mon errance le long du rempart, je découvre une pente.

* Comme il n'y a pas de garde dans la tour, je tente une intrusion dans la cité.

 'Des petits trous, des petits trous' aurait pu chanter Gainsbourg

        L'intérieur :

Ils ont fait des trous partout

* En étant à l'intérieur des remparts, je peux comprendre l'aménagement défensif.

* Evidemment les fentes de tir possèdent un ébrasement intérieur.

* Le  système de tir permet à plusieurs défenseurs de viser des angles différents.

* En me retournant j'observe un mur fascinant :

- Certaines ouvertures carrées (du 18ème ?) ont été bouchées.

- Au sommet, les fentes verticales me font penser à des archères.

* Quelques mètres plus loin, un mur me montre de hautes et fines archères en bêche. Leur position (trop) basse me fait penser que le sol a été comblé.

* Grâce aux nombreuses ouvertures (fentes ou éboulements) je peux jouer les voyeurs. Ainsi je me délecte des vieilles cheminées.

 

Les bâtiments religieux

* Durant mon errance en cette cité montrant milles variétés de construction et de systèmes défensifs, je me retrouve face à l'église.

* Evidemment son haut clocher ressemble à une tour de guet.

* Mais mon attention est surtout portée sur le chevet de ce moutier.

* Au dessus des hautes fenêtres je remarque une multitudes de trous alignés.

Pensez vous que cette église comportait une salle défensive ?

 

C'est la fin et la faim

* Il y a tant à voir et à découvrir en ce lieu que je préfère le faire seul, sans vous.

* Puis, lorsque mes yeux seront rassasiés, je me ferai le plaisir de manger dans la merveilleuse auberge de Camon.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du bourg :

* Vers 778, durant son retour d'Espagne, Charlemagne (voir liste des rois) demande la construction d'un monastère en ce lieu (c'est ce que prétendent quelques textes non officiels).

* Au 10ème siècle, le site est transformé en abbaye fortifiée.

* Au 12ème siècle (à vérifier), le site devient un simple prieuré confié aux Bénédictins. Le site est/serait fortifié.

* En 1279, le barrage de Puivert (voir sa légende) se rompt ravageant de nombreux sites sur son passage dont Camon.

* En cette fin de 13ème siècle, le monastère est entièrement reconstruit.

* Au 14ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, les religieux du monastère font aménager des remparts pour leur protection. Le village en est dépourvu.

* En 1494, le petit village ainsi que le monastère sont attaqués, pillés et partiellement détruits par des Routiers.

*  A la fin du 15ème siècle, après le saccage, l'évêque Philippe de Lévis Mirepoix demande la fortification du village. De nombreux aménagements sont réalisés dont la construction, dans un angle du rempart, d'une puissante tour carrée nommée de nos jours : Maison Haute.

* A la fin du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le Cardinal Georges d'Armagnac fait rehausser les remparts.

* Au début du 17ème siècle, l'imposante tour carrée est transformée en luxueuse habitation seigneuriale nommée en notre siècle : Maison haute.

* Au 17ème siècle, quelques temps avant son arrestation, le Duc de Montmorency loge dans l'habitation seigneuriale durant quelques jours (c'est ce que prétend une légende, mais aucun texte le prouve).

* Au début du 18ème siècle, avec la période de paix et l'accroissement de la démographie, certains remparts sont détruits pour libérer le bourg et d'autres sont aménagés en habitation.

* En 1964, une partie des remparts et du monastère sont inscrits aux Monuments Historiques.

* En 2007, la maison haute est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et des tours est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des maisons et des tours fortifiée est interdite. L'abbaye est devenue un restaurant avec quelques chambres d'hôtes. Bien que ce bourg soit touristique, veuillez respecter le silence et la quiétude de ce site Ariégeois.

 

 

Quelle magnifique cachette !

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 08:35

 

 

La description du château est ici - clic

 

 

Département 09 - ARIEGE

 

Le drame en ce lieu a terni toutes les couleurs

 

 

        Mythes et légendes sur le site de Montségur :

Avant propos

* Tous les lieux ou les signes que le rationalisme ne peut pas (encore) expliquer ou toutes les curiosités que les scientifiques refusent de comprendre (car dénuées de véritable intérêt, exemple : Le carré SATOR) sont évidemment récupérées par les mystiques, les farfelus et les adorateurs du "rien qui est vrai".

* Je pressens qu'en écrivant ceci, les foudres des "spiritualistes" vont s'abattre. Ces "malheureux" pris au piège de leur croyance vont commenter avec vigueur. Mais la vérité est souvent plus logique que le rêve éveillé.

* Qu'importe leur acharnement, j'assume ma vérité !

 

Les curiosités prétendues ou non

1 - Le trésor des Cathares serait enterré dans ou proche du site (aucun texte sérieux mentionne un trésor détenu par les Cathares et encore moins en ce lieu. S'il y en avait eu un, les soldats du Roi de France en poste durant 3 siècles l'auraient certainement récupéré. Les fouilles archéologiques n'ont pas trouvé le moindre indice).

Michel Roquebert a récemment montré que le "trésor des Cathares" composé d'argent (ayant partiellement servi à payer des passeurs) et d'objets du "culte" ont été envoyés en Lombardie quelques semaines avant la reddition.

 

2 - Au solstice d'hiver, en "se levant", le soleil projette ses rayons dans l'alignement du château (je vous rappelle que le château n'est pas linéaire, donc il semble logique qu'étant orienté Nord-Ouest Sud-Est, le soleil éclaire au moins un alignement durant la journée).

 

3 - Au solstice d'hiver, les rayons de Râ passent par les 3 archères (si les fentes avaient été coté Nord, rien ne se serait passé. Mais coté Nord, une attaque semble moins possible, donc les archères sont coté de l'arrivée des assiégeants. Il est donc logique que le soleil les éclaire, comme dans les autres châteaux du Royaume).

 

4 - La coupe dans laquelle Joseph d'Arimathie aurait recueilli le sang du Christ sur le mont Golgoth est nommé : Le Graal.  Ce trésor aurait été la possession d'un Cathare qui fut évidemment à Montségur le jour du début du siège du château par l'armée Royale. Le Graal est caché en Ariège (Mouai !... Et pourquoi pas le linceul, la couronne d'épine et les ossements des enfants du Christ qu'il aurait eu avec Marie de Magdalena. Puisque mythe il y aurait, imaginons le maximum !).

 

5 - En 1307, après la dissolution de l'Ordre du Temple, des Templiers se réfugient au château. Certains farfelus pensent que leur fameux trésor est déposé à Montségur (curieusement, ce site était une des frontières du Royaume de France, des soldats royaux le gardaient).

Pourquoi les Templiers seraient venus dans un château Royal ?

  (Si cette histoire avait été vraie, elle aurait été consignée dans un texte. De plus, après le traité des Pyrénées, Montségur ne fut plus gardé. De nombreux pillards se sont rués dans la garnison vide et n'ont trouvé aucun trésor. Le rêve est là aussi plus fort que la banale réalité, point de trésor en ce lieu).

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle, les Romains établissent un poste de guet sur la haute butte.

* Au 12ème siècle, un château est aménagé au sommet du pog. Sa forme, ses dimensions et son architecture nous sont inconnus.

* En 1204, proche du premier château déjà ruiné, un village fortifié est bâti à la demande d'Esclarmonde fille du Comte (voir titre de noblesse) de Foix. Les travaux sont "surveillés" par Raymond de Pereille (ou Pereilhe) seigneur du site.

* En 1209, au début de la Croisade des Albigeois mené par Simon de Montfort. La construction du site fortifié de Montségur est achevée.

* De 1209 à 1213, première période de la croisade, le site de Montségur, pourtant connu des Croisés, n'est que très peu inquiété.

* En 1213, Simon de Monfort tente une attaque, mais il se retire craignant l'hiver.

* En 1212, Guy de Montfort-Castres, frère de Simon de Montfort, tente d'attaquer le site castral. L'hiver approchant, il décide de quitter Montségur.

* En 1215, le concile de Latran affirme que la forteresse Montségur est un repaire d'hérétiques.

* En 1229, le traité de Meaux-Paris confirme la possession de Mirepoix (donc de Montségur) à Guy Ier de Lévis, l'un des importants seconds de feu Simon de Montfort. Ce traité affirme que Montségur est un abri pour l'Église Cathare. Cette même année, de nombreux chevaliers faydits (seigneur locaux dépossédés de leurs terres) se réfugient au castrum de Montségur.

*  En 1232, Raymond de Pereilhe seigneur de Montségur autorise les Cathares à s'installer dans le Castrum. Le château devient le site de la résistance. C'est le dernier et suprême refuge des "Purs" mais aussi de ceux souhaitant l'indépendance de la province face à l'envahisseur du Nord.

* En 1241, après avoir fait allégeance au Roi de France Louis IX, Raymond VII Comte de Toulouse reçoit l'ordre d'attaquer Montségur. Son armée échoue et il se retire avant l'hiver.

* En 1242, Raymond VII est sommé de conquérir Montségur. A nouveau son armée échoue.

* En avril 1243, au concile de Béziers, ordre est donné de faire plier les hérétiques de Montségur. Le castrum comporte 400 personnes aussi bien civils que militaires.

* En mai 1243, sur ordre du Roi de France, Hugues des Arcis, sénéchal de Carcassonne, ainsi que Pierre Amiel, archevêque de Narbonne, entreprennent le siège du site fortifié. Une armée de 6 000 hommes ainsi que des armes de jet se mettent en place.

* L'hiver 1243-1244 est terrible. Les habitants doivent lutter contre la faim, le froid et les attaques des croisés et un siège d'une grande efficacité.

* En mars 1244, les habitants de Montségur négocient une reddition. Mais l'archevêque exige que les Cathares abjurent leur "foi hérétique" et se convertissent au Catholicisme. 220 d'entre eux (hommes et femmes) refusent et préfèrent se jeter dans le bûcher dressé par les croisés. Cette terrible tragédie marque à jamais l'histoire du site.

* En avril 1244, Guy II de Lévis-Mirepoix, seigneur de Mirepoix et de Florensac, récupère le bien acquis par sa famille au traité de Meaux 15 ans plus tôt.

* En 1245, Guy II de Lévis-Mirepoix donne le château de Montségur au Roi de France (voir liste). Ce dernier demande l'installation d'une garnison. Le site partiellement détruit est modifié par les architectes Royaux.

* En 1659, le traité des Pyrénées changeant les frontières du Royaume de France, le château de Montségur ne protège plus la limite du territoire. Il est abandonné. Ruine sera son futur, surtout que les pillards se précipitent.

* En 1862, les ruines du château sont classées aux Monuments Historiques.

* En 1968, des fouilles sont organisées. Elles dureront plusieurs décennies.

* En 1989, les vestiges du castrum et les restes des remparts extérieurs sont classés aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, ce site devient la référence de la cruauté Royale.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite de loin. La visite de l'intérieur est payante.

 

Adieu château magique et éternel

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 07:10

 

Département 09 - ARIEGE

 Le village est posé sur une petite colline

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Carla de Roquefort est situé à 40km au Sud-Sud-Ouest de Castelnauday, à 12km à l'Est de Foix (voir son château) et à 8km au Nord-Ouest de Lavelanet.

     Coordonnées du bourg :

42° 58′ 33.96″ N 1° 46′ 8.04″ E
 42.9761° 1.7689°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Est ce le bon endroit ?

   En préparant mes vacances, grâce à mon dictionnaires des châteaux forts et fortifications médiévales de France, j'avais coché sur la carte de l'Ariège un petit bourg fortifié un peu au Nord du château de Roquefixade.

    Même si l'information lue quelques semaines plus tôt était minimale, sur la route sinueuse, je piaffe d'impatience à l'idée de voir des remparts. Ma sensation est sublimée par la vue d'un village posé sur une colline.

Est ce un château fort ou un vestige du rempart ?   Mais en posant le pied à terre, mes yeux de castellologue-amateur ne reconnaissent pas les bases d'une fortification médiévale.

Reste-t-il quelques traces ?

 

La recherche d'indices

    Un mur attaqué par la végétation tente de me montrer ses trous de boulin (voir vocabulaire ). Quelques mètres plus loin, des constructions "récentes" masquent une partie de ce que je pense être le rempart.

  Malgré mon oeil d'aigle et mon envie de trouver des preuves, je ne vois aucun système défensif dans le mur.

 

Je suis bredouille
   La recherche étant terminé, le doute est permis.

Ai je trouvé les vestige des fortifications ?

 Durant mon interrogation, je tombe "nez-à-nez" devant une haute paroi. Sa position proche de l'à-pic et son épaisseur ne permet pas le doute : Ceci est un rempart.

 

 

Histoire du bourg :

* Vers le 10ème siècle, le site est rattaché au Comté de Carcassonne (à vérifier).

* Vers le 12ème siècle, Carla appartient au Comté de Foix (à vérifier).

* En 1209, début de la croisade des Albigeois.

* En 1229, le site fortifié est donné à Guy 1er de Lévis .

* Vers le 14ème siècle, le petit bourg dépend de la seigneurie de Mirepoix (à vérifier).

* En 1631, le château et ses terres appartiennent à la seigneurie de Léran.

* A partir de 1691, le site appartient à plusieurs co-seigneurs :

- Henri-Gaston de Lévis,

- Ester et Louise de Lévis, ses soeurs.... voir la généalogie

* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du château et le vendent.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

La vue est la richesse de cet ancien bourg fortifié

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 07:00

 

Département 09 - ARIEGE

  Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Massat est situé à 80km au Sud de Toulouse, à 25km au Sud-Ouest de Foix et à 20km au Sud-Est de Saint Girons.

     Coordonnées de l'église :

42° 53′ 23″ N 1° 20′ 55″ E
 42.889722°   1.348611°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Est ce le bon endroit ?

      En arrivant dans le petit bourg, il est impossible de ne point voir l'église. Comme souvent, elle trône au centre de la commune, face à une petit place et proche de son cimetière. Avec son haut clocher, elle ne passe pas inaperçu.

  Mais, car il y a un mais, je ne suis point venu faire du tourisme "ecclésiastique". Tel un chien de chasse, je suis en arrêt devant le bâtiment et une question me vient :

Cette église est elle fortifiée ?

 

Le clocher

    Pensant que le clocher ait pu servir de système défensif, je scrute et inspecte chaque pierre. Par sa forme octogonale, le clocher surprend. Ce style d'architecture très haut et multi-faces n'est point habituel pour une église "Romane" qui se devrait être fortifiée. Bien que je ne sois pas un spécialiste en clocher je remarque :

* Sur chaque face de l'octogone, il y a des fenêtres de forme ogivale,

* Celles du 1er étage sont surmontées d'oeil-de-boeuf de forme ovale,

* Celles du 2ème étage ont des ouvertures en forme de losange.

  Cette église m'en fait voir de toutes les couleurs

Le clocher a-t-il été un système défensif ?

  Aux pieds du clocher, je remarque de nombreux contreforts à larmiers et des fentes. Les ouvertures n'étant que sur une des 8 faces, j'opte pour des ouvertures de lumières pour un escalier intérieur.

   Ces caractéristiques ne font pas de la construction, une église fortifiée. Je contourne le site à la recherche d'autres indices.

 

Je suis toujours bredouille
     En prenant un peu de recul, je constate que l'église est composée d'une nef pourvue de chapelles entre les contreforts.

   Le castellologue-amateur que je suis se désespère de trouver des indices défensifs.

Une architecture complexe par de nombreux ajouts 

Je suis ébloui !

  Plus je contourne l'église et plus je suis ébloui par une lumière irisée.

Est ce un esprit farceur qui s'amuse avec les rayons de Ré ?

  En plissant les yeux, il me semble voir un indice prouvant que cette église fut fortifiée.

Le voyez vous ?

 

Une salle de repli

  Au dessus du choeur, juste sous le toit, apparaissent de nombreuses ouvertures ressemblant à un crénelage. L'emplacement ressemble à la classique salle de repli défensive comme le Moyen Âge en a créé de nombreuses dans les églises.

  Heureux de ma découverte, je me rends vers la porte d'entrée grande ouverte.

 

        L'intérieur :

Le choc

  En entrant, je suis ébloui car le dallage à damier. Après quelques minutes pour m'habituer à ce noir-et-blanc, je découvre l'immense lumière donnée par les grandes fenêtre modernes dépourvues de vitrail.

Un autel attirant la lumière La pucelle d'Orléans en terre Ariégeoise Tapisserie ou peinture ?

 

Fortifications interdites

   Rapidement, je comprends que point de porte est ouverte pour accéder à l'escalier vers la salle de repli.Je prends un peu de temps pour admirer la peinture céleste, puis je regagne la lumière extérieure.

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 13ème siècle, construction de l'église en style Roman.

* Au 15ème siècle, construction du clocher.

* Au 17ème siècle, l'église est fortement remaniée et agrandie.

* En 1985, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Est ce la lumière divine ou celle de la sortie ?

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 09 - ARIEGE

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Bonnac est situé à 70km à l'Ouest de Carcassonne, à 60km au Sud de Toulouse et à 7km au Nord-Nord-Ouest de Pamiers

     Coordonnées du bourg :

43° 10′ 1″ N 1° 35′ 36″ E
 43.166944°  1.593333°

 

L'église : 
        L'extérieur :
 

bonnac-eglise-01 Préambule

* C'est mon dernier jour de vacances.

* Mes jambes sont lourdes d'avoir marché durant 2 semaines.

* Après avoir visité la magnifique cité de Mirepoix...

* ...Je rentre tranquillement vers mon logis provisoire proche du château de Foix.

* Quand soudain, une construction me fait face !

bonnac-eglise-02
bonnac-eglise-11

La découverte

* Surpris par cette curieuse église, je consulte mon dictionnaire des châteaux forts car je pressens....

* ... Que ce bâtiment a pu être fortifié.

* Depuis 800 ans, j'ai acquis un 6ème sens....

* ...Même s'il est vrai que la plupart du temps, c'est mon destrier qui me signale les sites à voir.

* Mais c'est cela les vieux couples, chacun donne de l'importance à l'autre.

* Au point que nos idées ne font plus qu'une.

* Un grand personnage l'a dit mieux que moi. Veuillez l'écoutez ici.

bonnac-eglise-12-d
bonnac-eglise-21

Un clocher  fortifié ?

* Dans un premier temps, je ne remarque aucun système défensif.

* Je m'attarde donc à scruter le haut clocher.

* Avec son toit si "pointu", je ne pense pas qu'il ait été le symbole classique de la tour de guet.

* Mais avec une église, il faut toujours être vigilant...

* .... Car pour la conserver, les hommes l'ont souvent modifiée et consolidée.

 

Distinguez vous un signe ?

bonnac-eglise-22
bonnac-eglise-35  

Une archère

* Entre les classiques trous de boulin (voir vocabulaire), je vois une archère droite.

* Avec un peu d'attention, je l'imagine cruciforme.

* Et dans mon souci du détail, je suppose que cette archère est de type croix pattée.

Daterait elle du 14ème siècle ?

 

* Puisque je vois, derrière, la lumière du jour, je suppose que cet étage en possède au moins 2, si ce n'est 3 !

bonnac-eglise-36
bonnac-eglise-05

Le bâtiment adjacent

* Le mur de ce bâtiment possède les traces d'une ancienne construction.

Est ce à cause de la route que la nef a été amputée ?

bonnac-eglise-06
bonnac-eglise-45

Les traces

* Les multiples traces de constructions, démolitions, reconstructions sont visible sur ce mur.

Diantre... Quelle vie !

bonnac-eglise-46
bonnac-eglise-51  

Le chevet

* Je contourne l'église pour mieux la comprendre.

* Avec ses nombreux contreforts, le chevet me semble être d'époque Romane.

* Les fenêtres en hauteur empêchent les assaillants d'entrer facilement.

Y avait il une salle de repli ?

 

 

bonnac-eglise-52

 

        L'intérieur :
 J'étais si pressé que je n'ai pas pris le temps de découvrir l'intérieur de l'église. Un jour, peut être y retournerais je... 

 

 

Histoire de l'église :

* Vers 960, l'évêque Hugues de Toulouse donne les terres au chapitre cathédrale de Saint Étienne.

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est agrandie et fortifiée.

* Au milieu du 16ème siècle, l'évêque de Pamiers s'inquiète de l'état de l'église de Bonnac.

* A début du 17ème siècle, l'église est consolidée et réaménagée.

* Au milieu du 18ème siècle, une partie de l'église s'effondre.

* Au 19ème siècle, des bâtiments sont ajoutés et aménagés (sacristie, presbytère).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Cette ancienne église fortifiée mérite que l'on s'arrête pour la regarder

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 09 - ARIEGE

 Eclairée par le soleil, l'église me hèle !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Seix est situé à 100km au Sud-Est de Tarbes, à 90km au Sud-Ouest de Toulouse, à 50km au Sud-Est de Saint Gaudens et à 15km au Sud-Sud-Est de Saint Girons.

     Coordonnées du bourg :

42° 51′ 55″ N 1° 12′ 5″ E
 42.865278°  1.201389°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Préambule

    Non, non, non, ne comptez pas sur moi pour faire des jeux de mots quelque peu tendancieux avec le nom de ce bourg. Chevalier je suis et Chevalier je dois être dans toutes les épreuves.... Mais j'avoue être très excité que ma destination soit Seix.

 

La découverte

    Après mon errance dans les étroites ruelles où l'ombre est un bienfait sous le chaud soleil d'Ariège, comme par magie, un haut et élancé clocher attire mon regard de Castellologue -Amateur.

  Je consulte mon dictionnaire des châteaux forts et fortifications pour savoir si cette église est qualifiée de fortifiée.

Une nef très basse et un haut clocher. Quel contraste ! 

Le clocher
    Voila une construction peu classique. Sa forme s'apparente à un classique clocher-mur portant au sommet 4 cloches. Mais de chaque coté, des petites tours rondes ressemblent à des constructions de guet.

   Sur la face, au niveau inférieur, un chemin de ronde crénelé permet la circulation entre les 2 tours. Au sommet,une balustrade en encorbellement ne semble pas efficace en cas d'attaque.

 

Curiosité

   Les constructions circulaires semblent être des tours-escaliers. Je suis surpris de voir à l'extérieur, en partie basse, une porte. Cela crée un point faible que les assaillants auraient pu exploiter, surtout qu'aucun système défensif au dessus en assure la garde.

 

La recherche d'autre trace

  Je  contourne l'église pour savoir si la nef ou l'abside sont fortifiées. Hélas, je ne vois aucun indice permettant de l'affirmer. Excepté le clocher avec son curieux crénelage coté nef, cette église ne possède que peu d'indice de ses systèmes défensifs d'antan. En prenant un peu de récul tout en contournant le chevet, j'espère découvrir d'autres détails. Hélas, point de nouveau système défensif je vois.

 

        L'intérieur :

Vais je pouvoir entrer ?

  Hélas, le jour de ma venue, une cérémonie d'adieu réunit de nombreuses personnes dans la nef, je n'ose franchir la porte.

 

Je repars vers une nouvelle aventure quand....

   Avant de quitter ce Seix   pour visiter l'église de Salau (à quelques kilomètres de là), je m'adonne à une autre passion qui est la photo de "composition/paysage". Avec la rivière nommée Le Salat, la couleur des roches, le bleu du ciel, je me sens une âme de photographe-amateur et même de peintre.

  Soudain, en recherchant un angle de prise de vue, mon oeil d'aigle est attiré par une construction.

 Voyez vous au loin une forme médiévale connue ?

  Mes brochures nomment ce bâtiment : Le château - Centre d'interprétation des vallées du Haut Salat.

 

 

Histoire de l'église :

* Au  12ème siècle (?), une église est construite. Le chrisme trinitaire, posé en remploi dans un contrefort, date de cette époque. 

* Au 16ème siècle, l'église est fortifiée.

* Au 18ème siècle, de nombreux travaux sont réalisés, la façade date de cette époque.

* En 1965, une partie de l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Etienne) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Pour ressentir l'ambiance de ce bourg et de sa vallée, je vous propose cette petite vidéo.

 

Tout l'art de vivre Ariégeois est dans cette image !

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège

 

Repost 0