Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 07:49

 

 

Département 09 - ARIEGE

     C'est un feu d'artifice de beauté défensive

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Mirepoix est située à 40km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 25km au Nord de Montségur (voir son château), à 25km au Nord-Est de Foix (voir son château) et à 20km à l'Est de Pamiers.

 

     Coordonnées de la commune :

43° 05' 19" N01° 52' 19" E
 43.088560° 01.872012°

 

 

Le site fortifié : 

        L'extérieur :

Manger et dormir, tels sont mes besoins

* Pour mon dernier jour de vacances en Ariège, mon valeureux destrier m'amène dans la touristique cité de Mirepoix.

* Mon but : Me reposer de mes aventures castrales et bien manger dans l'un des nombreux restaurants.

* Mais mon étalon est malin, il m'a déposé devant les remparts.

 

 Etes vous transportés par cette porte fortifiée ?

La porte défensive

* Le temps et la modernité ont fait disparaître les remparts.

* Il ne reste que de rares murs borgnes et arasés

* Heureusement il reste cette entrée fortifiée nommée : Porte d'Aval.

* Ma première surprise est de ne voir aucune canonnière.

La cité n'aurait point été modernisée après le 15ème siècle ?

* Mon deuxième étonnement est pour l'omniprésence de l'angle droit.

 

 

Les défenses de la porte d'Aval

* La tour-porte arasée ne montre aucun vestige de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Au premier étage, les 2 fentes verticales ressemblent à des archères droites.

* L'encadrement de l'ouverture d'entrée est en léger retrait. La faible épaisseur ne me fait pas penser à l'encastrement d'un pont levis, de plus il n'y aucune trace de système de relevage du pont.

* L'entrée était protégée par un double vantail et une herse, dont je vois le rail de guidage.

 

 

        L'intérieur :

Que voir derrière la porte ?

* La tour a évidemment subi quelques destructions. Avantage : Il est possible de voir ses entrailles.

* J'ai la confirmation que les 2 fentes verticales sont des archères avec un faible ébrasement.

Avez vous remarqué ?

- L'épaisseur du mur.

- Le pieddroit d'une porte (menant au chemin de ronde ?).

* Le retrait du mur et le trou de boulin pour le niveau supérieur.

 

 Sont ce les couleurs des siècles passés ?

L'errance

* Pensant avoir tout vu des systèmes défensifs, j'ôte mon armure de castellologue-amateur pour chausser mon chapeau de paille de touriste.

* Le rue droite m'emporte vers le centre bourg.

* Arrivé sur la place, c'est le choc !

* La place est entourée de maisons datant du 13ème au 15ème siècle.

* Le premier étage s'avance sur des couverts en charpente. Cet espace ombragé est très agréable en cette région de

* La maison des consuls est incroyable. Chaque poutre est sculptée. Des monstres côtoient des animaux et des personnages d'époque.

 

Monstres et humains se partagent l'espace au Moyen Âge

 

 

 Le souffle des Cathares et des évêques se ressententL'église

* Soudain, je vois une église.

* Je suis étonné par ses dimensions pour une commune de taille modeste.

Est ce pour marquer le catholicisme en ces terres Cathares ?

* Cette construction de style gothique méridionale de 22 mètres de large est la plus large de France.

* A cause des multiples guerres et épidémies, les travaux de réalisation ont duré 6 siècles.

* Ce moutier fut en réalité une cathédrale, "déclassée" en église à la fin du 18ème siècle.

 

 

La fin et la faim

* Toutes ses découvertes m'ont donné faim.

* Après m'être rassasié de beauté médiévale, je me dois de contenter mon estomac.

* Je passe rapidement devant les halles pour chercher une taverne à l'ombre.

 

Est ce une dentelle médiévale ?

 

 

 

Le diaporama du bourg fortifié est visible ici - clic

 

 

Histoire du bourg :

* Au début du 13ème siècle, au pied du château fort de Terride, sur la rive droite de l'Hers, la commune de Mirepoix étale ses habitations. Les co-seigneurs du château sont vassaux du Comte (voir titre de noblesse) de Foix.

* En 1209, début de la croisade des Albigeois.

* En ce début de 13ème siècle, l'armée Royale commandée par Simon de Montfort se rend à Pamiers. Les habitants de Mirepoix ayant entendu les rumeurs sur la férocité de cette troupe décident de s'enfuir dans les montagnes. C'est une ville déserte qui s'offre à Simon.

* En 1229, après le traité de Meaux-Paris, la seigneurie de Mirepoix appartient à la famille De Lévis (dont l'un des membres fut compagnon de Simon de Montfort).

* En 1279, le barrage de Puivert se brise (voir la légende). Mirepoix, située en aval, est détruite par la crue de l'Hers.

* Vers 1289, Guy de Lévis décide la reconstruction de Mirepoix mais sur l'autre rive de l'Hers. Il définit (à vérifier) l'architecture d'une cité fortifiée en se calquant sur les plans d'une bastide (rues en équerre et place centrale). Quatre portes fortifiées sont aménagées.

* En 1298, l'église paroissiale dédiée à Saint Maurice est consacrée.

* En 1317, suite à la demande du Pape Jean XXII, la paroisse est élevée en Diocèse. L'église est trop petite pour devenir cathédrale. Des travaux d'agrandissement sont organisés.

* A partir de 1337, les "batailles" durant la Guerre de Cent ans stoppent de nombreuses fois l'aménagement de la cathédrale.

* A partir de 1347, les travaux sont arrêtés par la Peste Noire.

* Au 15ème siècle, à la fin de la guerre de Cent ans puis après les saccages des Routiers, les travaux de la cathédrale recommencent.

* En 1790, l'évêché de Mirepoix est supprimé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des fortifications est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de la porte fortifiée est interdite.

 

 

Colorées et vivantes sont les rues de ce bourg Ariégeois

 

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 06:53

 

 

     Je pressens que le château se bat contre la végétation

Département 09 - ARIEGE

  

  

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Montesquieu-Arvantès est située à 40km Est-Sud-Est de Saint Gaudens, à 35km Ouest-Nord-Ouest de Foix (voir son château), à 30km au Sud de Carbonne et à 20km au Nord de Seix (voir son église).

 

     Coordonnées du château :

43° 01' 24" N01° 12' 01" E
 43.0234008653° 1.200363636°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :  

Quand il faut y aller... Il faut y aller !  Ho hisse... j'y suis presque

* A l'Est du bourg, une verdoyante colline.

* Même un castellologue amateur comme moi sait que les fortifications médiévales ont été construites sur une "bosse" (sauf dans les régions plates évidemment).

* Bien que le soleil soit haut, bien que la chaleur soit intense, bien que jla fatigue sois présente après 2 semaines en ce territoire, mon courage sans limite me quémande de gravir cette montagne !

Suis je crédible dans le rôle de l'inusable Chevalier ?

 

 

La ruine est joueuse

* Avez vous remarqué que certaines ruines adorent se cacher dans la verdure ?

* Alphonse de Lamartine a écrit  : "Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s'attache à notre âme et .....". 

* Même si ce poète n'a point écrit pour une ruine castrale, je me suis toujours demandé si "les pierres inanimées ont une âme et une envie de se faire désirer".... surtout du Chevalier.

 

  Voyez vous cette beauté envahie par la végétation ?

Premier contact

* J'avance lentement pour éviter de glisser sur les pierres au sol.

* Je vois un mur moyennement épais composé de pierres pauvrement taillées et aux dimensions multiples.

* Il montre quelques trous de boulin (voir vocabulaire).

* Plus loin, le mur très arasé ne m'informe ni sur ses systèmes défensifs ni sur sa fonction.

* En avançant, je suis surpris de voir une ouverture rectangulaire.

Serait ce une fenêtre pour un commun ?

Suis je déjà dans le château ?

* Je dois continuer l'aventure à travers la végétation pour mieux comprendre.

 

 

Je défaille ! Est ce le donjon ?

* Soudain, à ma grande surprise, une masse apparaît.

* Cette construction est composée de deux rondes tours reliées par une courtine "presque" intacte.

* L'architecture me fait penser à un logis fortifié ou ... à un petit donjon habitable.

Quel est votre avis ?

* Je vais tenter d'entrer en cette énigmatique construction.

 

 

        L'intérieur :

Hélas..... et lasse elle est

* Avec précaution, je contourne le "donjon".

* Le temps et le désintérêt des hommes ont fait leur travail de destruction.

* Les autres courtines ainsi que les éventuels angles arrondis ont disparu.

 

C'est la fin... pour un nouveau départ

* Bien calé contre une paroi, je contemple l'étendu de la ruine.

* Puis je m'éloigne en reculant pour mieux savourer ce mystérieux site castral.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite en respectant les champs, les clôtures et propriétés privées. la ruine n'est pas sécurisée, soyez très prudents lors de votre découverte. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

 

 

Aucun ennemi au loin, je peux descendre dans la vallée

 

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 06:46

 

 

Département 09 - ARIEGE

     Voyez vous le château fort ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Miglos est située à 90km au Sud de Toulouse, à 70km à l'Est-Sud-Est de Saint Gaudens, à 25km au Sud-Ouest de Montségur (voir son château) et à 20km au Sud de Foix (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

42° 47' 48" N01° 35' 25" E
 42.796767724° 1.5902535617°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est là bas

* Au Nord-Ouest du village d'Arquisat, une verte colline porte une grise ruine.

* Au loin, elle ne fait pas grise mine, elle me quémande de la rejoindre.

 

 Cette beauté médiévale me semble presque entière

L'approche

* A la base la colline, un petit parking demande au touriste (ou au castellologue amateur) de déposer son destrier puis de continuer l'aventure à pieds.

* La haut, le château fort se débarrasse de sa poussière matinale et s'apprête pour être admiré.

* Il semble composé :

- D'un haut et puissant donjon habitable.

- D'une tour carrée à l'angle opposé.

- De courtines ayant souffert du temps et des hommes.

 

 

 Le fantôme du rempart ou le rempart fantômeLes 1ers systèmes défensifs

  * La première défense d'un château de montagne est évidemment les à-pics.

  * La deuxième défense est le rempart. Ce dernier n'est plus qu'un fantôme.

  * Avec un peu d'attention, il est possible de comprendre/voir sa longueur, son épaisseur et ses fentes de tir.

 

 

Les autres systèmes défensifs

* Les tours sont cubiques, ce qui est surprenant pour un château fort du 14ème siècle.

* Elles sont solidement construites sur le roc.

* Elles possèdent des fentes de tir (archères ?) de faible hauteur.

* L'étage supérieur du donjon est agrémenté d'une belle fenêtre trilobée.

* Les courtines sont aussi pourvues de fentes défensives.

 

 Les tours me quémandent d'admirer leurs entrailles

Comprendre avant d'entrer

* Bien qu'en ruine, le site castral est encore majestueux.

* Pour mieux le comprendre, je consulte le plan réalisé en 1890 par Barrière-Flavy.

* Le plus fascinant semble être la partie Nord-Ouest.

* De suite, je m'y précipite.

 

 

        L'intérieur :

Les défenses d'abord

* Un château fort, c'est d'abord une construction défensive.

* C'est donc avec ténacité que je recherche des fentes de tir.

Les voyez vous ?

* Elles sont à l'étage inférieur de ce pan de mur par exemple.

 

 Cette porte m'emporte dans les siècles passés

Le confort

* Un château fort, c'est aussi un lieu de vie.

* Ce site fortifié ayant été détruit, brûlé puis abandonné, il n'offre plus de sculpture ni de décors.

* Pourtant, la construction de 600m² est une ruine passionnante. Avec un peu d'attention il est possible de voir :

- De hautes fenêtres au premier étage.

- Les traces d'encoche des poutres délimitant les étages.

- Des ouvertures pour les portes et axes de circulation.

* Des salles voûtées parfois borgnes (réserve, citerne, etc....).

 

Le trésor

* Si les traces de vie ne sont pas votre plaisir, je vous propose de regarder le trésor du château.

* La merveille est évidemment.... le panorama qu'offre beaucoup les ruines médiévales des collines.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* Au milieu du 12ème siècle, aménagement d'une construction fortifiée pour contrôler une partie de la vallée de Vicdossos.

* En 1160, Pierre de Miglos rend hommage au Comte (voir titre de noblesse) de Foix.

* En 1213, le seigneur de Miglos rend hommage au Comte de Foix (voir liste des Comtes) pour son château et ses terres.

* En 1272, suite à l'enquête des sites fortifiés du Comté de Foix, le château de Miglos est cité.

* Au début du 14ème siècle, à cause de sa grande ferveur à la cause Cathare (c'est ce que supposent les historiens) la famille Miglos est dépossédée de la seigneurie. Elle est donnée à la famille De Son.

* En 1320, Bernard De Son réaménage le château.

* En 1610, la famille Montant Miglos possède le site et les terres.

* Au 17ème siècle (à vérifier), le château est partiellement ruiné.

* Au 18ème siècle, le Baron Jean Louis de Montaut Miglos et sa famille habitent une résidence dans la vallée d'Arquisat.

* Vers 1792, les ruines du château sont la proie d'un incendie.

* Au 20ème siècle, le site ruiné appartient au Conseil Départemental de l'Ariège. Une association de sauvegarde est créée.

* En 1987, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en dehors des périodes de fouille ou de consolidation.

 

 

 

Le ciel devient orageux, il me faut redescendre

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 07:50

 

 

Département 09 - ARIEGE

     Voyez vous le château fort ?

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Lordat est située à 90km à l'Ouest de Perpignan, à 25km au Sud-Est de Foix (voir son château), à 20km à l'Est d'Auzat (voir son château) et à 15km au Sud-Ouest de Montségur (voir ce château).

 

     Coordonnées du château :

42° 46' 33" N01° 44' 57" E
 42.7759899467° 1.749213337898°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est là haut

* L'Ariège est un département de belles collines boisées entrecoupées de vallées agréablement humides.

* C'est donc au petit jour naissant et proche d'une rivière que je somnole au rythme des pas saccadés de mon valeureux destrier.

* Soudain, mon palefroi stoppe et me montre avec ses oreilles une curieuse bosse à l'Ouest du bourg.

* Au sommet trône fièrement des pans de mur d'origine médiévale.

 

 Y a-t-il un chemin pour monter sur la colline ?

N'y a-t-il que des murs arasés ?

* Dans plusieurs brochures, le site est décrit comme l'une des plus imposantes forteresses de l'Ariège.

* Ce que je vois confirme les publications : Grandiose.

* Rapidement (presque en un saut... presque) je suis aux pieds du premier rempart.

* Les murs suivent parfaitement le contour du plateau.

* Hélas, le temps et les hommes (surtout les Rois) ont fait leur travail de destruction. Arasés sont les murs, crénelages et mâchicoulis (voir vocabulaire) ont disparu.

* Les pierres sont pauvrement taillées, peu jointives et de dimensions très disparates.

* Je pressens que cette construction a été réparée de nombreuses fois, soit rapidement, soit par les habitants peu expérimentés du bourg sur la demande du seigneur.

 

 

Voyez vous des systèmes défensifs ? Les défenses

* Sur les parois linéaires et angulaires je remarque des fentes verticales.

* Elles ne ressemblent pas à des archères primitives.

Sont ce des fentes pour tir au fusil ?

* Lentement je longe le rempart dans l'espoir de voir archère, arquebusière et même canonnière.

* A l'angle c'est une anguleuse tour presque borgne qui m'accueille.

* Elle possède de nombreux trous de boulin pour faciliter sa réparation. Mais au sommet, je ne vois pas de trou aligné pour un hourdage.

* Pas de hourd, pas de créneau, pas d'archère.......

Les murs sont ils tous assagis, sans système défensif ?

* Je décide de rebrousser chemin puis de contourner le site par la gauche.

 

 

Que c'est beau un rempart de château fort ! Que de merveilles ! 

* Soudain, le rempart (presque borgne) est plus haut que précédemment.

* Sa base est construite sur le rocher.

* Au sommet, un crénelage (consolidé et trop stylisé par les maçons de notre siècle) m'informe que je suis vraiment devant une construction défensive.

* Les merlons sont curieusement troués par une fente de tir.

* Quelques mètres plus loin, une magnifique beauté s'offre à mes yeux amoureux de castellologue amateur.

Devinez vous la fonction de ces pierres en encorbellement ?

* Pour vous faciliter la compréhension, je vous en montre d'autres.

* Vous êtes si perspicaces mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteurs que vous avez deviné : Les latrines.

 

Le tour pour revoir la tour

* Ayant fait le tour de cette imposante forteresse, je me retrouve logiquement devant la grande tour.

* Cette haute construction est en réalité l'entrée du 2ème mur d'enceinte.

 

 

 Plan simplifié du château de Lordat       L'intérieur :

Sésame...... (va-t-elle s'ouvrir ?)

* Je suis devant.

* Je la pousse fort.

* Elle ne s'ouvre pas.

* Il n'y a aucun panneau donnant les heures d'ouverture.

* Je hèle, je crie, tel Roland je souffle dans mon cor...... mais le corps de l'entrée ne s'ouvre point.

 

La fin

* Saint Damase, patron des archéologues (donc un petit peu le mien) m'ayant abandonné, j'abandonne donc ce site castral.

* Dans mon périple vers la vallée je vois les vertiges du premier rempart.

* Les ouvertures de tir ont un faible ébrasement, comme une archère primitive. Mais je penche pour des fentes pour arme à feu.

* Etes vous en accord avec moi ?

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 10ème siècle (à vérifier), construction d'un château par la famille éponyme. Son but est de contrôler  la vallée de Sabarthès conduisant en Ibérie par le col de Puymorens.

* En 970, Roger Ier de Carcassonne échange plusieurs seigneuries ou lieux dans le Lordalais contre l'église  et les terres de Saurat.

* En 1034, Lordat est cité en apanage des Comtes de Foix.

* En 1208, début de la croisade des Albigeois.

* En 1210, le château est occupé par les armées du Roi de France.

* En 1226, le Comte met le château de Lordat en garantie au Roi de France Louis IX.

*  En 1229, le château est rendu au Comte de Foix.

* En 1244, la forteresse de Montségur capitule. Certains Cathares (d'où viennent ils ?) se réfugient à Lordat (à vérifier).

* En 1245 (?), le Comte de Foix, pour apaiser le Roi de France, demande au bailli et consul de Lordat de ne point accepter les hérétiques.

* En 1272, Roger Bernard Comte (voir titre de noblesse) de Foix, en conflit avec le Roi de France (voir liste), demande de l'aide au Roi d'Aragon. Ce dernier récupère plusieurs châteaux dont celui de Lordat.

* Vers 1318 (?), le Roi d'Aragon attaque plusieurs châteaux dont celui de Lordat.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la famille Lordat abandonne le château. Le sire d'Audou, dont le vrai patronyme est Jean-Claude de Lévis Léran, est un fervent protestant. Il est aussi homme de confiance d'Henri IV. Il informe ce dernier que la forteresse de Lordat est puissante. En nommant un capitaine de la province, ce fief serait bien gardé.

* Vers 1582, le Roi de France Henri IV ordonne la destruction du château.

* En 1672, le château est cité en tant que ruine.

* En 1923, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, la municipalité est propriétaire du château.

* A la fin du 20ème siècle, en été le site est le siège d'un spectacle de dressage de rapaces.

* Au début du 21ème siècle, les murs du château sont consolidés.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante avec parfois des animations. Veuillez vous renseigner sur les horaires.

 

 

 

Peut être qu'un jour tes portes s'ouvriront pour moi

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 06:55

 

Département 09 - ARIEGE

     Voyez vous une fortification médiévale ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Lacourt est située à 80km au Sud-Sud-Ouest de Toulouse, à 45km au Sud-Est de Saint Gauduns, à 35km à l'Ouest de Foix (voir son château) et à 5km au Sud-Est de Saint Girons.

 

     Coordonnées du château :

42° 56' 55" N01° 10' 40" E
 42.94876541° 1.17794036865°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Mais où est il ?

* Au Nord-Est de Lacourt, il y a une colline.

* Il semble logique qu'une structure de guet ait pu être aménagée au sommet pour surveiller la vallée du Sarlat.

* C'est donc d'un pas alerte que je grimpe le monticule sur un agréable sentier.

* Soudain, une curieuse indication me quémande de :

A - Rebrousser chemin.

B - Faire une virage à 360°.... ou presque.

Que vais je faire ?

 

Je pressens que cette beauté est faroucheLe mystère s'épaissit

* Ayant choisi la solution B, je me retrouve au sommet de la colline, à 550 mètres d'altitude.

* De suite, je suis émerveillé !

La voyez vous toute frétillante ?

*  Ne soyez pas déçu, ceci est le rempart extérieur.

* Certes, il n'est pas bien grand, mais ce n'est pas la longueur qui compte (n'est ce pas mesdames... hoooo), c'est l'ensemble de la prestation.

 

        L'intérieur :

Je repars dans le rempart

* En un bond, je franchis le rempart. Je suis donc dans le château.

* Je vois dans vos yeux grincheux et votre sourire moqueur que vous ne me croyez pas.

* Dans ce vestige il y a deux trous.

* L'un est pour un boulin (voir vocabulaire), l'autre est une ouverture défensive.

Etes vous convaincus ?

 

Elle me joue des tours

Noir comme un corbeau ou comme Zorro

* Je me retourne et je vois... je vois.... une tour.

* Je me précipite vers elle pour en faire le tour.

* Elle a un parement de piètre qualité.

* Pourtant sa brune couleur me fascine (pierre ferrugineuse).

* Ses dimensions ne la rendent pas habitable.

* A la base, le mur a une épaisseur de plus d'un mètre.

* Cette ronde construction ne semble pas avoir été le donjon du château.

* Lentement je m'approche d'elle. Je la sens fragile, je vais donc l'admirer avec précaution.

* Ses entrailles ne me montrent que peu.

* Elle ne possède pas d'escalier intérieur.

* La salle basse ressemble à un ratier.

Elle est penchée comme sa consoeur de Pise

 

Elle joue à la grande surface

* La surface plane de ce château est importante. Cela m'informe que ce n'était point un simple château de garde.

A quel puissant seigneur appartenait il ?

* Dans cette grande surface, il est possible de magasiner (comme disent nos cousins Québécois).

* Evidemment, la nourriture n'est point pour mon ventre mais pour mes yeux.

* Je cherche au sol les traces de mur, de tour, de constructions....

* Dans les hautes herbes, la difficulté est accrue.

* Je recherche les traces des 3 remparts dont le plus grand excédait 300 mètres de long.

* Je ne vais pas vous révéler mes trouvailles ainsi vous aurez le bonheur de chercher et trouver lors de votre venue en ce site médiéval.

* Avant de partir, n'oubliez pas de jeter un dernier regard (amoureux) vers cette tour "presque" intacte.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* Au début du 10ème siècle, création du Comté de Comminges.

* En 1176, le Comte (voir titre de noblesse) Bernard III de Comminges décide de se retirer. Il partage son Comté en 4 (1 pour chacun de ses fils). La Vicomté de Couserans est créé. Elle est administrée par Robert Ier. Elle comprend de nombreux châteaux comme Encourthiech, Massat....

* En 1180, construction du château de Chunaut par Robert Ier, Vicomte de Couserans.

Comment le sais je ?.... Grâce à ceci.

* Au 16ème siècle, durant les guerres de religion, le château est souvent attaqué, repris, partiellement démoli et rapidement consolidé (à vérifier).

* En 1667, durant sa visite d'inspection des forêts Royales, Louis de Froidour décrit le château comme mal entretenu.

Est il déjà en ruine ?

* Vers 1900, les créneaux de la tour s'effondrent.

* En 1923, une demande de classement au titre des Monuments Historiques est faite. Hélas, le papier s'est perdu dans les multiples bureaux des fonctionnaires de la Capitale si peu préoccupés envers cette lointaine province qu'est le Couserans.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur de la tour est dangereuse. Le risque de recevoir une pierre n'est pas nul. Soyez très prudents.

 

 

Minimal et pourtant fascinant !

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 08:16

 

 

Département 09 - ARIEGE

     Voyez vous un site fortifié ?

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Auzat est située à 70km au Sud-Est de Saint Gaudens, à 30km à l'Ouest-Nord-Ouest d'Ax les Thermes, à 28km au Sud-Sud-Ouest de Foix (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

42° 45' 48" N01° 29' 24" E
 42.763372717° 1.489951014518°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Au loin puis au près

* Depuis Auzat, une agréable route sinueuse m'amène vers le village d'Olbier.

* Sous le chaud soleil d'Ariège, je pense plus à une sieste qu'à une escapade castrale.

* Mais mon vaillant destrier, par ses sauts, sait réveiller le sot. C'est ainsi que je vois....

 

 Cette colline est trouée comme de l'emmental

La montée vers mon Graal !

* Comme souvent, il faut aller à pieds sur un agréable sentier pour découvrir le site médiéval.

* Après avoir serpenté dans un petit bois, le sentier grimpe le long d'un paroi naturelle. La protection du château est parfaite.

* Enfin, je vois le but de ma découverte de ce jour. A 918m d'altitude, protégé par un à-pic sur 3 cotés, le château était facilement défendable.

 

 

Des petits trous

* Sur la paroi du rocher portant le château fort, je remarque plusieurs cavités.

* Certains de ces trous ont été habités depuis plusieurs milliers d'années. Les fouilles archéologiques ont révélé des ossements humains et d'animaux ainsi que des restes de poterie et de mobilier. Une dernière grotte comporte des peintures murales.

* Evidemment, quand il y a grotte avec des dessins énigmatiques, il y a toujours mystères. Dans cette région où le Catharisme et Montségur sont proches, certains (illuminés) pensent que le trésor des Cathares et mêmes celui des Templiers ont été (momentanément ?) cachés en ces cavités.

Et pourquoi pas le Saint Graal... et l'arche de Noé ?... pfffff.

 

 Voyez vous les traves d'habitats ?

        L'intérieur :

La basse cour

* En un saut, je suis dans la partie basse du château. Il m'a d'abord fallu franchir la tour de Campanal.

* En ce lieu, n'imaginez point voir des poules et des canards, la basse cour est en réalité la cour basse du château, en opposition à la cour haute (donc seigneuriale).

* Cette partie de la colline castrale était habitée. Cela se remarque par 2 détails au sol :

1 - Quelques rochers sont taillés en banquette (voir vocabulaire).

2 - Sur le sol calcaire arasé par l'homme, présence d'encoches circulaires pour poser un poteau.

* Je dois maintenant accéder à la cour haute et au véritable château.

 

 Que voila vestige bien anguleuse

Les défenses

* D'abord, je vois la tour du Barry. Ce patronyme n'est pas du à la célèbre Comtesse mais au mot latin médiéval Barrium signifiant : Rempart.

* Cette tour située au Nord-Ouest possédait une citerne en partie basse. Cela se déduit grâce aux couches de mortier rosi (je vous en ai montrées dans le château de Cucugnan en Aude).

* Ensuite, je vois quelques murs du rempart

 

 

Minimal et pourtant immense

* Dans ce capharnaüm de rochers et de pierres construites, de nombreuses salles médiévales se devinent.

* Ici je vois... heu... 

Avez vous une idée ?

 

* Par contre, mon imaginaire (aidé par le plan du château) affirme que la cubique construction fut : Le donjon central. Il est vrai que mon affirmation est confortée par un panneau explicatif.

* Les dimensions de la tour maîtresse me font penser qu'il fut un donjon de repli.

* Grâce au travail des archéologues et aux panneaux explicatifs, j'apprends que de nombreux foyers pour la cuisson des aliments ont été découverts. Ils étaient constitués d'une grande dalle plate en partie basse surmontée d'un dôme.

 

 

Le panorama

* Cette ruine permet de déguster un magnifique panorama sur 360°.

* D'abord les vallées avec la commune d'Auzat puis le petit village d'Olbier.

* C'est en dégustant une pomme que j'admire les multiples collines boisées.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle, sur ordre du Comte de Foix (voir son château), construction du château pour surveiller la vallée.

* En 1272, Roger Bernard Comte (voir titre de noblesse) de Foix, en conflit avec le Roi de France (voir liste), demande de l'aide au Roi d'Aragon. Ce dernier récupère plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1273, le Roi d'Aragon rend le château au sénéchal de Carcassonne.

* En 1277, le Comte de Foix récupère enfin ce château. Mais suite à un conflit le Comte est fait prisonnier par le Roi d'Aragon. Pour sauvegarder une partie du patrimoine Comtal, la Comtesse Marguerite de Moncade se retourne vers le Roi de France Philippe III le Hardi.

* En 1283, le château de Montréal de Sos est possession du Roi de France.

* En 1285, le Roi donne/rend le château au Comte de Foix.

* En 1290, lors de la querelle avec la famille d'Armagnac, le Roi de France exige la restitution des terres de Montréal de Sos.

* En 1300, le Comte de Foix récupère la seigneurie de Montréal de Sos.

* Vers 1318 (?), le Roi d'Aragon attaque plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1332, les habitants réparent les défenses du château.

* Au 14ème siècle, un village (nommé aujourd'hui Olbier) s'établit au pied de la colline castrale.

* Au 15ème siècle, n'étant plus utile pour la garde des vallées, le site castral est abandonné. Sur ordre du Comte de Foix, le château est partiellement détruit et donjon est arasé.

* A la fin du 20ème siècle, des campagnes de fouilles sont organisées.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Soyez très prudent avec  des enfants. La ruine étant fragile, veuillez ne pas montrer sur les murs et les lieux de fouilles.

 

 

Le panorama est le trésor d'une ruine castrale

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:34

 

 

Département 09 - ARIEGE

 Le mythique château Cathare semble inaccessible

Le bourg :

        Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montségur est située à 90km au Nord-Ouest de Perpignan, à 80km au Sud-Est de Toulouse, à 30km à l'Est de Foix et à 25km au Sud de Mirepoix.

 

     Coordonnées du château :

42° 52' 32" N1° 49' 59" E
 42.8757582° 1.83318310°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Comment aborder un article sur un tel site ?

* La ruine de Montségur est chargée d'une histoire terrible.

* Ce château a tellement été décrit dans les livres, les historiettes, les revues, les films, les sites web que je ne sais point comment en montrer plus ou autrement.

* Mais étant un chevalier, de plus Dauphinois, je me dois de relever ce défi.

*  Je vais vous décrire, nom point un comte ni mes comptes, mais.... un conte (vrai bien sur).

 

Il était une fois....

* Cette histoire se passe au siècle dernier.

* Un merveilleux Dauphinois, qui se targue d'être un Chevalier, chevauche un viril et magnifique destrier trottinant en direction de Montségur.

* Au Nord du bourg, au sommet de la colline, une forme cubique d'un autre âge apparaît tel un fantôme appelant les âmes visiteuses.

* Certains pourraient être terrifiés à la vue de ce fantôme portant encore les marques des martyrs, mais votre Dauphinois est un Chevalier...... Sans peur (et cent reproches).

Nota : Cette devise a été reprise par un autre Dauphinois nommé : Bayard.

Sachez qu'ayant 800 ans, donc né bien avant ce rustre paraphraseur, JE suis le dépositaire de la vraie devise énoncée ci-dessus.

Ceci étant dit, l'histoire (vraie) peut continuer.

 

 

Pour approcher une belle il faut être malin et téméraireVais je la posséder par l'arrière ?

 * Ne souhaitant point aborder de face la belle accrochée à son rocher, je tente une manœuvre de diversion.

 * Je contourne cette colline pour mieux approcher l'illustre ruine, avant de la posséder.

 * Hélas, cette beauté connaît le stratagème. Elle a planté sur cette face de nombreux épineux et des rochers presque verticaux.

* Rebroussé sont mes poils tant ma déception est grande. Rebrousser le chemin je me dois de faire.

 

 

Piastres il me faut donner

* Pour monter vers elle, il faut que je donne à un préposé quelques pièces de ma bourse.

* En échange, ce ventripotent proxénète (Est ce bien le terme pour celui qui reçoit de l'argent en échange d'une visite à une belle ?) me donne un ticket.

Est ce l'origine de l'expression : J'ai un ticket avec elle.

 

 

Que me murmure ce mur ?Je me heurte à un mur

* Après une marche m'amenant à 1200 mètres d'altitude, je suis à ses pieds.

* Elle est là, si proche que je pourrais la toucher.

* Sa hauteur et sa présence me touchent aussi... mais virtuellement.

* Le vide et le rocher nous séparent.

* Le précipice de 800m me fait comprendre la difficulté pour les assaillants.

* Lentement je l'approche.

* Elle est troublée, elle rougit un peu.

* Pourtant, pour m"impressionner, elle me montre son mur bouclier.

* A son sommet, sur sa largeur, je remarque des pierres en encorbellement ayant porté un hourdage (voir vocabulaire).

* Il me semble que la belle ne souhaite pas résister. Toutes ses défenses sont abaissées

Je suis troublé !

 

Le trouble m'habite

 

Je l'observe tel un amoureux

* Avant de la conquérir, j'admire cette beauté (peut être pour comprendre ses faiblesses).

* Le site fortifié est composé de 3 parties :

1 - Une structure à cinq cotés asymétriques épousant parfaitement le plan su sommet.

2 - Au fond un puissant donjon.

3 - Sur la droite, les vestiges des habitats du castrum.

 

Le donjon

* Pour le rendre plus haut, plus solide et moins vulnérable au travail des sapeurs, le donjon est aménagé sur le rocher.

* Bien que très arasée, la haute tour possède encore quelques fenêtres.

* A sa base, les hautes archères droites m'informe que le donjon fut réalisé entre le 12ème et le 13ème siècle.

* En le contournant, je constate que le mur coté Nord est effondré.

* Les entrailles de la tour maîtresse révèlent la présence :

- De plusieurs niveaux matérialisés par les trous pour les poutres.

- D'une salle basse voûtée réservée à la défense et comportant des archères sur les 3 cotés encore existants.

* Au fond à droite d'un escalier en colimaçon.

* A l'étage, les fenêtres possèdent des coussièges.

 

 

Le plan

* Avant d'entrer en ce mythique château, il est important de comprendre le plan simplifié.

* Ce site a la forme d'un pentagone irrégulier sur lequel est adossé un donjon parallélépipédique.

Rappel : Ceci est l'architecture du château réaménagé par les soldats du Roi de France. Il est fort probable que le château Cathare fut légèrement différent.

C - Citerne.

D - Donjon.

E - Entrée.

M - Montée, escalier droit.

P - Poterne.

S - Salles (dont la fonction n'est plus identifiable).

 

 

 Epuré est l'intérieur de la forteresse        L'intérieur :

J'entre par la petite porte

* Ce n'est point par l'entrée principale que je découvre les entrailles mais par la poterne.

* Je suis étonné par :

- Le vide. Autant l'extérieur est presque "neuf", autant l'intérieur est dépouillé.

- Le rocher. Bien qu'une importante surface ait été aplanie, le rocher brut s'impose souvent.

- Les trous de boulin. Dans la surface des murs opposés, les nombreux trous servaient à recevoir les poutres de l'étage supérieur. Leur nombre et leur dimension m'impressionnent.

- Les rares trous. Au dessus de l'alignement, d'autres trous beaucoup plus espacés devaient soutenir un étage. Mais ces orifices m'interpellent.

Sont ce les emplacements de corbeaux ou consoles ?

 

 Comme les oiseaux je découvre le site de haut !

Je monte au ciel !

  * Dans ce site, 2 escaliers en pierre sont encore visibles.

  * Les deux sur le mur Nord sont difficilement praticables.

  * Ne souhaitant point jouer les bouquetins, je tente l'ascension coté Est.

  * La gorge me serre, mes jambes tremblent car je pense aux Cathares ayant fait cette montée pour se défendre contres l'armée du Roi de France.

  * Mettre mes chausses dans les pieds de l'histoire est un moment unique.

  * Du sommet je vois :

- Les emplacements des murs des différentes salles.

- L'épaisseur des courtines (que je croyais plus impressionnantes).

- L'incroyable panorama.

- La puissance du donjon.

Avez vous remarqué l'archère pemettant de tirer dans la cour ?

- Je vous l'avais montrée ici.

 

 

Pour découvrir la suite de l'article,

veuillez cliquer ici

 

 

 

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège

 

Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 07:35

 

Département 09 - ARIEGE

     La rivière va-t-elle me permettre de vivre d'Amour et d'eau fraîche ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Massat est située à 80km au Sud de Toulouse, à 25km au Sud-Ouest de Foix (voir son château) et à 20km au Sud-Est de Saint Girons.

 

     Coordonnées du château :

42° 53' 48" N01° 20' 16" E
 42.896726° 1.33771100°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Avant propos

* En ce 14 février, pour la Saint Valentin, je me dois d’honorer les amoureux.

* Bien qu'une ruine soit souvent considérée par les poètes comme un symbole romantique, en tant que Chevalier, je me dois d'aller plus loin dans la symbolique.

* Pour vous, les amoureux, je vous offre : le château d'Amour !

 

L'Amour est au bout du chemin

Le ressenti de l'Amour

* Après avoir visité l'église fortifiée du bourg, je laisse mon destrier errer en direction du Nord-Ouest.

* Dans le hameau de Lirbat, mon étalon se met à tressaillir, à frémir, à hennir.

* Il ne parade pas, il me fait comprendre qu'un château est proche.

* Quels sont les signes :

- Une colline,

- Une rivière,

- Une vallée à protéger.

* Je descends de la selle et je me présente devant l'entrée de la carte du tendre.

 

 

 Que d'obstacles pour rencontrer l'Amour !Comment trouver l'Amour ?

* Je traverse la rivière Arac sur le petit pont de bois (comme le chante Yves Duteil).

* Puis, sur le sentier de terre, j'avance doucement pour ne point faire peur à l'Amour.

* Mais un panneau me quémande de me dépêcher car l'Amour n'attend pas.

* Comme par magie, les arbres s'écartent pour me faire rencontrer l'Amour.

* Soudain, la végétation me cache le sentier.

Est ce une épreuve pour déterminer ma foi ?

* Devant moi une bosse.

L'arbre s'accroche-t-il sur les pierres du rempart des sentiments ?

* A moins que le message soit : "Bosse un peu plus si tu veux voir l'Amour !"

 

 

Est ce le mur de l'Amour ?Est ce le mur de l'Amour ou des lamentations ?

* Les galets roulés ne se sont pas montés dessus par hasard.

* L'homme, ce bâtisseur infatigable, a certainement donné ses mains (pour demander la main de la damoiselle ?) à l'ouvrage.

* Pour faire l'Amour.... heu... je veux dire "Pour faire le mur du château d'Amour", il faut que la base soit solide et large.

* "Faire le mur".... Sauter les obstacles. Voila une belle idée pour rejoindre l'Amour.

* Tel un hussard, je charge !

 

 

        L'intérieur :

Suis je dans l'Amour ou en Amour ?

 

Le mamelon est-il la preuve de la présence de l'Amour * Découvrir l'Amour n'est point chose aisé.

* Il me faut grimper sur elle...... (elle étant la colline évidemment).

* Lorsque j'ai atteint son mamelon (évidemment, le sommet de la colline, point de quiproquo j'ose me permettre), elle me montre ses atours (elle étant la ruine bien sur).

* J'ai l'impression de la voir au petit matin sans maquillage, elle ne s'est point apprêtée pour moi.

* Bien que je sois un Chevalier, je suis aussi un amant fougueux. Donc je la sollicite et je mets mes mains partout !

  

 

L'amour est enfant de bohème...

* Point de fente je vois (évidemment mon propos est sur la non présence d'archère).

Mais où peut on tirer ?

(Tirer signifie bien sur à l'arc, à l’arbalète ou au fusil)

* Diantre !.... La belle me montre un petit orifice.

* En ce moment magique de la découverte, je vous demande de la discrétion.

* Veuillez repartir en bas de la colline pendant que je passe un (bon) moment avec elle...... (La ruine évidemment).

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* La date de construction du château n'est pas connue.

* A la fin du 16ème siècle (début 17ème ?), Henri Gaston de Foix-Rabat hérite de son père du Vicomté (voir titre de noblesse) de Massat. Il est aussi Baron de Rabat, Baron de Fornets. Par ailleurs, il est seigneur d'un bonne dizaine d'autres châteaux. Par contre, ce personnage a des attitudes peu nobles. Il est autoritaires et spolie souvent quelques seigneurs locaux de leurs droits et pouvoirs. Évidemment, il n'a que peu de considérations envers ses paysans. L'une de ses frasques est résumé dans une légende.... qui aurait donné le nom au château.

* Au milieu du 17ème siècle, les villageois, excédés par les exactions de son seigneur, attaquent puis détruisent le château. Après un procès, les "vandales" sont condamnés à reconstruire le château. Pour une raison inconnue, ce dernier est toujours en ruine.

* En 1870, une grange est aménagée utilisant quelques pans de mur de la ruine du château.

* Au 20ème siècle, la grange n'est plus utilisée. Ses matériaux se mélangent à la vieille ruine castrale.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car le site n'est pas sécurisé. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important. Soyez très prudents.

 

 

Le souffle d'amour a emporté tous les murs

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège

 

Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 07:50

 

 

Département 09 - ARIEGE

  Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Le Fossat est située à 55km à l'Est de Saint Gaudens, à 45km au Sud de Toulouse, à 30km au Nord-Ouest de Foix (voir son château) et à 20km au Sud-Est de Carbone.

 

     Coordonnées de l'église :

43° 10' 28" N01° 24' 28" E
 43.174539448° 1.4076822996°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

Je vois le chevet

* En arrivant dans le petit bourg, je remarque une construction dont les matériaux sont bien différents des maisons qui la bordent.

* Les pierres comportant des morceaux de brique m'informent que le bâtiment a été plusieurs fois réparé.

* L'église a souffert !

 

 Réparations et modifications ont fermé les ouvertures de cette église

Je suis à son chevet

* L'arrière de l'église est..... énigmatique pour moi.

* Les contreforts droits semblent avoir été construits à 2 époques différentes.

* Les pierres en partie supérieure n'ont pas la même couleur ni la même qualité de pose que la partie basse.

Y avait il une salle de repli ?

* Entre les contreforts, en partie supérieure, des ouvertures ont été bouchées.

* Ces rebouchages ne pouvaient pas être un crénelage (voir vocabulaire) car il est trop profond, ni des fenêtres médiévales car elles sont trop larges. D’ailleurs, la fenêtre bouchée sur la gauche me montre la différence.

Quel fut le rôle de ces curiosités ?

* Comme je ne remarque aucun trou de boulin ni de corbeau pouvant soutenir un hourdage, je suis encore plus surpris par ce chevet.

* Conclusion provisoire : L'église ne me semble pas avoir été fortifiée.

 

 Ce coté augure une merveilleuse découverte

Je la reçois en pleine face !

* Je contourne l'église qui ne possède pas de transept.

* Contre toute attente, je découvre coté rue principale du bourg, une haute construction "pointue".

* Lentement je m'approche et c'est avec stupéfaction que je vois deux cubiques tours.

* Ces cubiques constructions sont en brique, ce qui contraste avec le chevet.

* Je me penche (cela explique la photo penchée...hihi) pour voir la façade.

* Je me projette de l'autre coté pour mieux ressentir cette construction.

Quel incroyable système défensif !

 

 

Une symétrie asymétrique !

Une façade unique !

  * J'ose maintenant affirmer que cette église est fortifiée, pourtant je ne vois ni archère ni canonnière.

N'est ce pas incroyable ?

  * Quel contraste entre le blanc et le rouge.

  * La base est en pierre alors que la partie supérieure est en brique.

  * La protection de la porte est assurée par des mâchicoulis.

  * Au dessus de ceux-ci des pierres en encorbellement me font penser à des gargouilles (défensives ?).

  * En admirant cette façade, j'ai l'impression de jouer au jeu des 7 erreurs (ou des différences) :

1 - Les tours n'ont pas le même nombre d'ouvertures.

2 - Les baies (portes ?) de chaque coté du chemin de circulation entre les tours n'ont pas la même hauteur.

3 - Le contrefort de gauche n'est pas en pierre au dessus du larmier, de plus il s'élargit curieusement.

* Avec envie, je regarde le passage de la tour au chemin de ronde. Je veux le voir, le humer, le toucher !

* Il faut donc entrer dans l'église.

 

 

        L'intérieur :

Quelle lumière !Modernisées sont les entrailles du moutier

* Lentement, presque religieusement, je pousse la porte.

* En entrant je suis surpris par la lumière formant des ronds sur la voûte.

* En cette construction, point de contre-allée ni de chapelle latérale puisqu'il n'y a pas de transept.

* Pourtant, dans l'épaisseur du mur, une petite chapelle contredit ma précédente pensée.

* Le choeur très modernisé a effacé toute trace d'aménagement médiéval.

 

Où est l'entrée des fortifications ?

* N'étant point un touriste mais un castellologue amateur, je me dois de trouver l'accès aux tours et systèmes défensifs.

* Avec attention j'inspecte chaque mur. Mais ma recherche est infructueuse.

* Je reprends le chemin de la sortie quand un détail m'interpelle.

* A plusieurs mètres du sol, une porte.

* Il semble évident que ceci est l'entrée vers les tours de défense. Elle devait être accessible par une échelle amovible.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire de l'église :

* Au 14ème siècle construction de l'église avec une façade fortifiée. Le petit village appartient à la châtellenie de Carla.

* Au 16ème siècle (1568 ?), durant les guerres de religion, les Huguenots attaquent la cité. L'église est très abîmée.

* En 1625, les Huguenots s'attaquent encore à Le Fossat, mais ils sont stoppés.

* Au 18ème siècle, la nef et le chœur sont transformés.

* En 1926, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Barthélemy) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

 

La brique et la pierre s’harmonisent pour défendre cette église

 

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 08:40

 

Département 09 - ARIEGE

     Ce bourg fortifié va-t-il me donner des frissons médiévaux ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte

        La commune de Camon est située à 40km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 30km Est-Nord-Est de Foix (voir son château) et à 15km au Sud-Est de Mirepoix.

 

     Coordonnées du bourg :

43° 01' 19" N01° 27' 27" E
 43.021915° 1.96590500°

 

 

Les fortifications : 

        L'extérieur :

Pourquoi suis je en ce lieu ?

* A l'origine, j'ai eu en main la reproduction d'une gravure représentant Camon en 1825.

* Le monastère fortifié et le château me paraissaient si beaux que croisade je me promis d'organiser, mais sans précipitation.

* Mon envie de visiter ce site fut encore plus importante lorsque j'appris que Camon est classé parmi les plus beaux villages de France.

 Il faut bien comprendre le plan avant de visiter cette cité

Stupéfaction !

* Il y a des remparts partout !

* Pour ne pas être perdu, il est nécessaire de lire le plan.

* Il semble qu'il y ait deux remparts d'âges différents avec des systèmes défensifs.... différents !

* Il me faut donc m'habituer à voyager dans le temps.

 

 

La marche coule vers le mâchicoulis

Quel beau vestige de mâchicoulis

* En longeant le rempart, mon premier réflexe est de lever les yeux.

Est ce pour chercher la lumière ?

* Que nenni, c'est pour admirer les multiples consoles ayant été des mâchicoulis (voir vocabulaire).

Le toit protège les vestiges de mâchicoulis

 

 

Fentes en tout genre

Que recele cette tour ?

* Dans la tour carrée (à droite) avec son ouverture de guet entre les consoles, une fente défensive date au moins du 16ème siècle puisqu'elle est dédiée au fusil.

* Sur l'autre tour (à gauche) l'ouverture défensive pour fusil possède, comme ses consoeurs, un ébrasement extérieur pour augmenter d'angle de tir.

* L'angle de l'ébrasement est plus ou moins important. Il facilite parfois le tir vers le bas.

* Flâner dans le bourg en regardant les fentes de tir est passionnant.

1 - Certaines montrent qu'elles ont été implantées après la construction du rempart.

2 - D'autres ont été construites pour servir de pot de fleur..... hihihi.

3 - Certaines ont été bouchées récemment par du ciment.

4 - Alors que d'autres sont obstruées par une plaque de verre.

Voyez vous un système de tir ?

 

Soudain, le rempart s'ouvre !

* Durant mon errance le long du rempart, je découvre une pente.

* Comme il n'y a pas de garde dans la tour, je tente une intrusion dans la cité.

 'Des petits trous, des petits trous' aurait pu chanter Gainsbourg

        L'intérieur :

Ils ont fait des trous partout

* En étant à l'intérieur des remparts, je peux comprendre l'aménagement défensif.

* Evidemment les fentes de tir possèdent un ébrasement intérieur.

* Le  système de tir permet à plusieurs défenseurs de viser des angles différents.

* En me retournant j'observe un mur fascinant :

- Certaines ouvertures carrées (du 18ème ?) ont été bouchées.

- Au sommet, les fentes verticales me font penser à des archères.

* Quelques mètres plus loin, un mur me montre de hautes et fines archères en bêche. Leur position (trop) basse me fait penser que le sol a été comblé.

* Grâce aux nombreuses ouvertures (fentes ou éboulements) je peux jouer les voyeurs. Ainsi je me délecte des vieilles cheminées.

 

Les bâtiments religieux

* Durant mon errance en cette cité montrant milles variétés de construction et de systèmes défensifs, je me retrouve face à l'église.

* Evidemment son haut clocher ressemble à une tour de guet.

* Mais mon attention est surtout portée sur le chevet de ce moutier.

* Au dessus des hautes fenêtres je remarque une multitudes de trous alignés.

Pensez vous que cette église comportait une salle défensive ?

 

C'est la fin et la faim

* Il y a tant à voir et à découvrir en ce lieu que je préfère le faire seul, sans vous.

* Puis, lorsque mes yeux seront rassasiés, je me ferai le plaisir de manger dans la merveilleuse auberge de Camon.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du bourg :

* Vers 778, durant son retour d'Espagne, Charlemagne (voir liste des rois) demande la construction d'un monastère en ce lieu (c'est ce que prétendent quelques textes non officiels).

* Au 10ème siècle, le site est transformé en abbaye fortifiée.

* Au 12ème siècle (à vérifier), le site devient un simple prieuré confié aux Bénédictins. Le site est/serait fortifié.

* En 1279, le barrage de Puivert (voir sa légende) se rompt ravageant de nombreux sites sur son passage dont Camon.

* En cette fin de 13ème siècle, le monastère est entièrement reconstruit.

* Au 14ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, les religieux du monastère font aménager des remparts pour leur protection. Le village en est dépourvu.

* En 1494, le petit village ainsi que le monastère sont attaqués, pillés et partiellement détruits par des Routiers.

*  A la fin du 15ème siècle, après le saccage, l'évêque Philippe de Lévis Mirepoix demande la fortification du village. De nombreux aménagements sont réalisés dont la construction, dans un angle du rempart, d'une puissante tour carrée nommée de nos jours : Maison Haute.

* A la fin du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le Cardinal Georges d'Armagnac fait rehausser les remparts.

* Au début du 17ème siècle, l'imposante tour carrée est transformée en luxueuse habitation seigneuriale nommée en notre siècle : Maison haute.

* Au 17ème siècle, quelques temps avant son arrestation, le Duc de Montmorency loge dans l'habitation seigneuriale durant quelques jours (c'est ce que prétend une légende, mais aucun texte le prouve).

* Au début du 18ème siècle, avec la période de paix et l'accroissement de la démographie, certains remparts sont détruits pour libérer le bourg et d'autres sont aménagés en habitation.

* En 1964, une partie des remparts et du monastère sont inscrits aux Monuments Historiques.

* En 2007, la maison haute est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et des tours est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des maisons et des tours fortifiée est interdite. L'abbaye est devenue un restaurant avec quelques chambres d'hôtes. Bien que ce bourg soit touristique, veuillez respecter le silence et la quiétude de ce site Ariégeois.

 

 

Quelle magnifique cachette !

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0