Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 06:04

 

Pays :

  BELGIQUE

Province :

  Luxembourg
   

Le bourg :

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le petit bourg très accueillant de La Roche en Ardenne est situé à 60km à l'Est de Dinant et à 22km au Nord-Ouest de Bastogne.

  Coordonnées du château :

50° 10' 57.4" N 5° 34' 35.252" E
 50.182611°  5.576459°

 

Le château :

   Cela se passe en l'an de grâce 2007, durant un printemps pluvieux au Royaume de Belgique. J'avais déjà visité 2 ruines castrales. La fatigue se lisait sous mon heaume.

    Le ciel était bas et comme tout Gaulois, j'avais peur qu'il me tombe sur la tête. Je n'avais qu'une seule envie : Retourner à l'auberge.

    C'est à ce moment que mon destrier s'arrête pour me montrer une forme brune au dessus des maisons colorées.

Sont ce les ruines d'un château fort ?

 

    L'extérieur :

      De loin, le château ressemble à un  enchevêtrement de tours rondes  reliées par de petites courtines. Le cercle et l'ovale semblent avoir été le thème principal de cette construction.

   Pourtant en  regardant le plan, cette impression n'est pas réelle.  Je pars à la découverte de cette curieuse ruine. 

 

    L'intérieur :

La montée

     Après avoir passé le guichet et donné quelques piastres au "bougon caissier", j'entre dans la place forte. Il faut monter, monter, monter pour conquérir ce château. Fatigué, je m'arrête (voir repère 4 sur plan) proche d'une barbacane (?) pour regarder le dénivelé restant

 

Une curiosité architecturale

       Aux pieds d'une des tours, je constate que l'ensemble a été consolidé récemment et surtout que le matériau de base n'est pas de la pierre taillée mais un "assemblage que certains spécialistes nomment "Opus incertum" (j'adore frimer avec des mots que je ne comprends pas  ).

      Cette haute tour comporte quelques archères droites très classiques.

Etait ce suffisant pour défendre un tel château ?

 

La modernité dans un médiéval château

    Face au rempart principal de la fortification, le spectacle est différent. Ce sont des canonnières et des bouches à feu qui mettent un peu de couleur blanche à cette sombre pierre. Ce château me semble brouillon, sans personnalité (Peut être trop refait ?).

 

Je suis dans la cour

    Je suis dans le coeur du château, et je vois... heu.... une tour arasée. Elle ressemble à une tour à canon du 17ème siècle. Puis à quelques mètres, une fente de tir pour fusil. Puis dans un angle un four à pain.

  Holalalala, comme je suis triste dans cette ruine.... Point de vibration pour une pierre ou une sculpture j'ai !

 

Il me faut un déclic

Mais que vois je ?

   Une citerne au milieu ...... Cela ne m'émeut pas.

     Peut être ai je trop marché ce jour ou est ce "le ciel si bas qu'un canal c'est perdu".... hihihi, je cite du Brel.

 

Le déclic ne vient pas

    J'ai l'impression que cette ruine n'a pas d'âme, cela est certainement dû à trop de consolidations pour recevoir des visiteurs. Ce château accueille aussi de nombreuses manifestations "médiévales", il doit peut être aussi s'ennuyer avec comme seul visiteur votre chevalier.

   Je vais la laisser dormir et je repars sur la pointe des pieds vers la sortie.
 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, une petite fortification semble être bâtie sur le rocher situé au croisement de 6 vallées.
* A partir de 844, Adelard Comte de Laroche (voir titre de noblesse) aurait construit  une fortification.
* Au début du 12ème siècle, le château appartient au pays de Namur.
* Au 14ème siècle, Jean l'Aveugle, Roi de Bohème autorise les habitants de La Roche a construire des murailles entourant la petite ville. Ce bourg protégé prospère rapidement.
* En 1681, l'armée du Roi de France Louis XIV (voir liste des rois) attaque puis occupe le château. Vauban aurait amélioré la défense du château.
* En 1697, les Français abandonnent le château.
* Au 18ème siècle (1780 ?), l'Empereur Joseph II fait démanteler le château. Il sert de carrière de pierre pour les maisons des habitants de La Roche.
* En 1903, des fouilles sont organisées dans l'enceinte du château.
* Au 20ème siècle, consolidation des ruines.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible depuis les ruelles du bourg animé. La visite du château est payante. Choisissez un week-end de festivité, sinon, tristesse, comme moi, vous aurez.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 15:53

 

 

Pays :

  BELGIQUE
 
 

Province :

  Namur  

   

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le petit village de Dourbes est situé à 15km au Sud-Est de Philippeville et à 30km au Sud-Ouest de Dinant.

  Coordonnées du bourg :

50° 5′ 15.666″ N 4° 35′ 57.138″ E
  50.087685 °   4.599205°

 

Le château :

Je me dirige vers la France

    Après avoir visité dans la plaine la ruine de Fagnolles et vu le curieux château de Roly, je me dirige vers "le Royaume" de France en espérant voir un dernier château  dans le petit bourg de Dourbes. Ce château est nommé : Haute Roche.

Soudain, c'est le choc !

 

La surprise

     Monsieur Brel chantait "Le plat pays" ,il avait (partiellement) tort car devant moi se devine un château perché sur une colline. Une petite montée très facile par un agréable sentier dans le bois me porte vers cette beauté de pierres.

   Arrivé au sommet, je regarde ma montre... "Pourquoi ?" me demandez vous... La réponse est ici.

Y aurait quelques fantômes noctambules ? 

 

    L'extérieur :

     Protégé par un à-pic sur 3 cotés, ce château n'avait besoin que d'une façade fortifiée pour se défendre.

Quelle façade !

   Il est vrai que ma passion pour les ruines déforme "un peu" (oui, un peu seulement) mon objectivité, mais regardez bien, il y a de nombreux détails prouvant mon exclamation.

1 - D'abord en avant du mur, il y a l'habituel fossé. Avec les hautes herbes, il a perdu de son prestige, mais il est profond et a été creusé dans la roche. Bel exploit !

2 - Ensuite, il y a cette imposante bouche à feu. Elle surprend par sa dimension et sa solitude. Avez vu remarqué qu'il n'y a pas d'archère (voir vocabulaire). Cela est il du à une consolidation récente ?

3 - Une telle canonnière est rarement implanté dans une courtine. Le puissant mur de gauche appartient à un donjon d'angle. Cela ne vous rappelle t il pas un type architecturale Français du 13ème siècle ?

4 - Reconstruction : C'est le mot auquel je pense en observant ce trou (pour petite arquebuse ?) dans le mur proche de la tour ronde. Quelques détails architecturaux ont du "s'effacer" suite à des consolidations "récentes", mais l'ensemble est magnifique. N'est ce pas ?

5 - Et voici une construction qui révèle l'âge et la fonction. Ho, je vois vos sourcils se froncer, vous ne comprenez pas cette construction ?   Regardez bien, ceci est le châtelet d'entrée, avec les 2 tours protégeant la porte précédée par un pont-levis (aujourd'hui disparu). Cette architecture ressemble aux châteaux Français du 13ème siècle dictés par le Roi Philippe Auguste (voir liste des Rois).

 

    L'intérieur :

J'entre

       En un bond, je suis dans la place, et là... les mots me manquent.  Quelle beauté ! (hihihi, ceux qui me connaissent savent que moins il y a de pierres et plus mon bonheur est grand).

   Il faut avouer que ce donjon est magnifique.

 

Le vieux donjon

 Timidement, il se révèle à à moi.

  * Il y a d'abord des étages marqués par les trous dans les murs pour insérer les poutres.

  * Puis l'épaisseur des murs, visible dans la fenêtre,

  * La partie basse voûtée servant de cave.

 

Logis et communs

  Il sont hélas arasés. Le château n'est pas très grand, pourtant la superficie est maximale car la surface de la colline a été magnifiquement exploitée jusqu'à l'à-pic.

    Derrière le châtelet d'entrée et le donjon, de multiples salles sont visibles, bien que difficilement identifiable dans leur fonction.

 

Description des salles

     La découverte des salles, des pièces, des murs, des vestiges de piédroit de fenêtre ou porte est un plaisir des yeux et des sens. Vous ne me croyez pas, regardez le plan succinct :

*  E = Entrée (châtelet)
*  D = Donjon
*  T = Tour d'angle
*  L = Logis

   Je vous quitte car j'ai envie de savourer ce panorama en écoutant les gazouillis des oiseaux.

 

 

Histoire du château : 
       Je n'ai hélas pas d'information fiable sur l'historique de cette ruine.

Je vous renvoie vers ce descriptif très détaillé.

  • * Au 13ème siècle, un château est construit sur la colline (?).
  • * A la fin du 20ème siècle, une campagne de fouille est menée.
  • * Au 21ème siècle, la découverte du château fort est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe. Le ravin est source de danger avec des enfants.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 07:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Province :

  Luxembourg

  Coloré malgré la pluie

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La petite station estivale de Herbeumont est située à 25km au Nord-Est de la ville Française de Sedan et à 10km à l'Est du château de Bouillon.

   Coordonnées du château :

49° 46' 36.091" N 5° 13' 58.84" E
 49.776692°  5.233011°

 

Le château :

     Extérieur :

Préambule

   Le château de Herbemont est injustement méconnu. Il a été au 16ème siècle une "seigneurie tampon" entre le Royaume de France et l'Empire Germanique. C'est une ruine incontournable pour qui aime l'histoire.

   Hélas, il bruine le jour de ma visite. L'herbe trempe mes pieds, la pierre est glissante, l'appareil photo est instable, mais.... Je suis venu pour rêver, et j'ai le soleil dans les yeux.

N'est ce pas le plus important ?

 

Le plan

    Pour comprendre cette ruine, il est nécessaire de lire le plan :

 

 En ROUGE, constructions entre 1268 et 1300

 1 - Donjon carré,
 2 - Tour flanque,
 3 - Courtines. A l'Est, les courtines possèdent des contreforts,
 4 - Châtelet d'entrée,
 5 - Pont-levis,
 6 - Fossé taillé dans le rocher,

 

 En BLEU, aménagements de 1450 à 1550

 8 - Plate-forme à canon,
 9 - Tour "des Bourgeois",
10 - Tour "Malcouverte",
11 - Couloir d'accès,
12 - Logis seigneuriale avec salle, cheminée et dallage en schiste,

 

 En ORANGE, constructions de 1550 à 1600

13 - Caves et annexes,

 En GRIS, aménagements de 1600 à 1657 
14 - Bastion d'entrée avec plate-forme à canons,
16 - Cuisine, fournil, grange et citerne,
17 - Puits de 18m de profondeur.

 

Je vous pose une question

    Maintenant que vous avez appris le plan du château, vous êtes capable de me dire ce que je vois ici.

 Alors... J'attends !

 

Réponse

   Evidemment au premier plan, c'est lefossé creusé par l'homme, puis devant (sur la droite) les vestiges du donjon carré et enfin sur sa gauche, la petite tour flanque (repère 2).

 

Je commence la visite

   Quelques mètres plus loin,  je vois toujours le fossé et sur la gauche le mur  de la plate-forme à canons (repère 8) à la base de la "Tour Malcouverte".

Avez vous remarqué l'analogie d'architecture avec un château de type "Guédelon" ?

     Evidemment, ils sont tous les deux construits sur la base du plan défini par le Roi de France Philippe Auguste (voir liste des Rois).

 

Je contourne le rempart

   Sur l'autre façade, le puissant bastion d'artillerie (repère 14) du 17ème siècle s'intègre parfaitement dans l'architecture médiévale. Et au fond, les vestiges refaits du pont m'incitent à visiter cette beauté fortifiée.

   Je me sens tout petit sur le pont en regardant le donjon carré .

 

    L'intérieur :

Depuis le donjon

     Du haut du donjon (en partie arasé), je vois à l'extérieur le fossé bien sur, mais aussi les contreforts, les petites tours flanques avec archères droites (voir vocabulaire) avec un grand embrasement.

Comme moi, êtes vous surpris de la faible épaisseur des courtines ?

   La cour intérieure du château est en grand travaux, le logis (sur la droite) n'est pas accessible. Par contre, il est possible de visiter au fond la grosse tour "Malcouverte".

 

La tour "Malcouverte"

       Sur ce "chemin" qui est en réalité les vestiges enfouis des cuisines et autres communs, je me rends vers la grosse tour quand mon regard est attiré par un profond trou. Evidemment ceci est le puits (repère 17) et non la citerne. Je pressens que les travaux dans quelques années vont dégager la terre pour lui redonner une nouvelle jeunesse.

    Les murs très consolidés et la porte trop bien refaite me laissent à penser que des aménagements "modernes" pour la visite ont été réalisés. Pourtant, je suis impatient d'entrer dans cette tour.

 

Surprenant mais efficace

      Je vous l'avais dit, la grosse tour a été aménagée pour la visite et un énorme escalier rose (d'habitude avec l'hydromel, ce sont des éléphants roses que je vois ) permet l'accès au sommet.

     Non, non, n'en dites pas du mal, cette rose construction me permet de voir le fossé, la courtine avec les petites tours flanques, le donjon carré et surtout, le magnifique paysage vallonné.

 

C'est la fin

  Mais la pluie devient violente, mon armure va rouiller, je vous quitte déjà.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le village fait parti des terres de la famille d'Orgeo
* Au début du 13ème siècle, par mariage Herbemont appartient à la famille Walcourt-Rochefort
* Au milieu du 13ème siècle, les terres reviennent aux Orgeo
* En 1268, Herbemont devient une seigneurie indépendante.
* A la fin du 13ème siècle, un château est construit par Jehan.
* Au 13ème siècle, avec l'amélioration des armes à poudre, le château renforce ses défenses.
* En 1420, la famille La Mark-Rochefort possède la seigneurie.
* En 1544, le château appartient à la famille Stolberg.
* En 1558, le château est envahi par les troupes du Duc de Never (voir titre de noblesse).
* En 1574, la famille Löwenstein est propriétaire de la seigneurie.
* A partir de 1618 (durant la guerre de trente ans), le château est attaqué.
* En 1657, les troupes du maréchal de La Ferté prennent par la force le château de Herbemont et le détruisent. Il ne sera plus reconstruit.
* A la fin du 20ème siècle, des travaux de consolidation sont entrepris par l'état Belge.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible depuis le sentier. La visite de l'intérieur est possible mais dans la zone sécurisée.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 06:30

 

 

Pays :

 BELGIQUE

Province :

  Namur

 

 

Le bourg :

   Situation  (--> le voir sur une carte)

       La petit commune de Fagnolle est située à 15km au Sud de Philippeville et à 30km au Sud-Ouest de Dinant.

  Coordonnées du château :

50° 6' 31.457" N 4° 33' 58.64" E
 50.108738 °
 4.566289°

 

Le château :

    Proche du centre du bourg un panneau caché dans l'herbe m'informe de la direction à suivre.  50 mètres plus loin la ruine se dévoile.

    Avez vous remarqué que le panneau comporte un S à FagnolleS, alors que les guides touristiques, les cartes, les offices de tourisme n'en mettent pas.
  Cela me rappelle le S de  Gruyère en Suisse.

 

   L'extérieur :

La découverte

       De loin, l'architecture de la ruine semble désordonnée, presque indéfinissable. Pourtant en approchant, elle ressemble aux classiques méthodes de défense. D'abord une protection rare dans mes montagnes et si efficace en plaine : De larges et profondes douves.

 

Des grenouilles

  Ce château de plaine va certainement me surprendre. Et déjà, un bruit inhabituel résonne. Des crapauds tentent (par des sons peu mélodieux pour moi) de séduire les belles nageuses palmées. A mon arrivée, les "ploufs" sont nombreux. Je ne pourrais pas les photographier pour vous.

Mais revenons au sujet principal : Le château.

Avez vous remarqué la tour effondrée qui se baigne ?

 

Classique et surprenant

   En faisant le tour, je découvre les secrets. Cette ruine était un château de forme parallélépipédique avec des tours rondes aux angles.

   Les courtines, défendues par des archères (voir vocabulaire) droites et courtes, ont des ouvertures dues aux dégats du temps mais aussi aux vestiges de bretèches (j'en doute) ou de latrines (certainement).

Avez vous remarqué la hauteur impressionnante des archères d'angles sur les tours ?

 

   L'intérieur :

    Je ne me sens pas le droit de pénétrer dans cette ruine. C'est avec ma longue vue (et mon oeil d'aigle) que je découvre les fondations des murs et les pierres taillées sur le sol.

   Dans ce chaos, je ne peux pas définir la fonction des salles fantômes.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est certainement construit.
* A la fin du 20ème siècle, Le Chevalier Dauphinois découvre cette ruine.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de loin est possible depuis le sentier. Le château est une propriété privée et ne peut pas être visité.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 07:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Région :

  Namur

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Spontin est situé à 20km au Sud-Est de Namur et à 10km au Nord-Est de Dinant.

  Coordonnées du château :

50° 19' 22.742" N 5° 0' 30.424" E
 50.322984 °  5.008451°

 

Le château :

    L'extérieur :

Je le cherche

   En traversant tranquillement le petit pont qui enjambe la rivière Bocq, mon instinct de chasseur de châteaux forts se réveille. Au bout de cette langue d'eau de vieilles pierres couvertes d'ardoises jouent à se cacher entre les arbres touffus.

 

L'approche 

  Pour découvrir ce château, je longue la rivière depuis le petit parc communal. La fraîcheur matinale et le vent léger me réveillent brusquement pour apercevoir la beauté de pierre.

 

Première analyse

    Cette tour ronde d'angle semble trop neuve pour être d'origine, et pourtant elle comporte des fentes de tir ressemblant à des archère droites. Ce mur fortifié n'est pas celui du château mais une partie du rempart extérieur.

   Un peu plus en aval, mon oeil d'aigle distingue entre les arbres la porte principale du château encadrée par 2 majestueuses tours rondes. Elle est précédée par le classique mais efficace pont-levis.

 

Curieux n'est il pas ?

   L'architecture de ces tours est curieuse. C'est un mariage de "brique et pierre" avec des mâchicoulis (voir vocabulaire) à mi-hauteur. Les courtines ont été percée de fenêtres à meneaux en croix. L'ensemble est trop "propre" pour avoir 500 ans. Est ce une reconstruction "récente" en imitant le style médiéval ?

   J'ai très envie de découvrir l'intérieur de cette construction.

 

Devant l'entrée du rempart
     Ce long mur, percé de fenêtres récentes et terminé par une tour d'angle ronde, est la façade d'entrée du site fortifié. Ce puissant rempart devait à l'origine entourer le château. Il possédait un chemin de ronde aujourd'hui coiffé d'une toiture.

     Cette architecture remaniée durant les siècles me fait penser à une ferme fortifiée. Au 21ème siècle, les défenses semblent minimales :

La tour d'angle fragile pour affronter les boulets,

* Des fentes de tir ou des archères réduites peu efficace après le 14ème siècle.

Avez vous remarqué que ce château ne comporte pas de bouche à feu ?

   C'est curieux pour une fortification ayant traversé plusieurs siècles. Cette fortification ressemble aux constructions du 18ème siècle.

 

Intrigant

    Avec un peu d'attention, de petits détails montrent ses "tendances" médiévales.

  Je suis "médusé" devant ce bâtiment ! ! ! !

  Je tente une incursion.Mais avant je m'assure que point de soldat hostile est dans la bretèche.

 

   L'intérieur :

      Hélas, la porte est fermée, les visites ne sont plus possible depuis quelques années. Par une fente je vole cette image de l'entrée castrale.

   Peut être qu'un jour ce château privé ouvrira à nouveau ses portes.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, une tour fortifiée semble être construite en ce lieu.
* Au 12ème siècle, Guillaume de Beaufort, écuyer du Roi Henri IV de Luxembourg, a l'autorisation de faire construire un château en récompense de son courage durant la bataille de Woeringen.
* Entre 1275 et 1277, un terrible conflit nommée "Guerre de la Vache" oppose Duc de Brabant, le Comte de Luxembourg, le Prince-Evêque de Liège, le Marquis de Namur  (voir titre de noblesse). Le château souffre de nombreuses attaques.
* Au 15ème siècle, le château est remanié par Guillaume IV de Spontin.
* En 1466, un conflit qui oppose Charle de Téméraire et les Dinantais se termine par la destruction partielle du château.
* A la fin du 15ème siècle, le château est reconstruit.
* En 1555, le château est incendié par le Duc de Never.
* Vers 1619, le Comte d'Oostfrize reconstruit le château en reprenant l'architecture médiévale militaire (ce style n'était plus à la mode au 17ème siècle).
* A la fin du 20ème siècle, le château privé est partiellement ouvert à la visite.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible depuis le parking et le jardin communal. Le château est une propriété privée et ne peut plus être visité.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 07:30

 

 

Pays :

  BELGIQUE

Province :

  Hainaut

 

 

Le château :

Est ce un observatoire au sommet ?  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La petite commune d'Havré est située à 6km à l'Est de Mons.

 

   Coordonnées du château :

50° 27' 51.613" N4° 2' 21.671" E
 50.464337 ° 4.039353°

 

 

Le château :

      L'extérieur :

Préambule

* Etant un chevalier des montagnes je n'ai jamais vu de ruine avec des douves.

* Souhaitant tout connaître, je suis allé dans le plat pays de Brel pour admirer des châteaux entourés d'eau.

* C'est avec un incroyable plaisir que j'ai découvert ceci.

 

 

La découverte

* En découvrant cette curiosité, je ne pensais pas que la ruine fut un château médiéval.

* Cette tour ressemble à un "phare", ses fenêtres trop nombreuses et trop grandes me font penser à un château d'agrément du 17ème.

* Mais le charme opère, le vestige me séduit.

 

* Voir une ruine entourée de douves est un moment rare pour "votre chevalier", et si en plus elle se mire dans les eaux claires et poissonneuses, comment résister à une telle beauté.

(Les hommes sont faciles à séduire... n'est ce pas mesdames).

 

 Miroir, joli miroir, qui est le plus beau ?

Analyse

*  Au centre de cette façade, une ancienne tour médiévale comporte une fenêtre gothique.

Serait ce la chapelle du château ?

* Proche du châtelet d'entrée, de massives tours rondes arasées me prouvent que ce château fut une forteresse qui a fait évoluer ses défenses avec l'arrivée des canons.

 * Entouré de 2 tours, le pont fixe remplace l'antique pont-levis (Ceci n'est que supposition car aucune trace architecturale le prouve).

* Fébrile, j'avance vers cette beauté de pierres.

 

 

     L'intérieur :

Est il ouvert ?

* Hélas, la grille est fermée.

* Aucun panneau indique les heures d'ouverture.

* Mais avec un oeil d'aigle (et une paire de jumelles) il est possible d'espionner.

Quel contraste à l'intérieur !

 

 

Rapide analyse

* La partie gauche est "propre", avec une tour en brique , alors qu'à droite j'ai l'impression de voir les vestiges d'une usine du début de la révolution industrielle.

* Mais il y a un charme dans ces nuances de rouge qui force mon imaginaire courir.

 * Comme le temps passe vite lorsque l'on est en compagnie d'une belle. La nuit tombe déjà, et il me faut repartir avant l'arrivée des fantômes.

 

 

Histoire du château :

* En 1072, non loin de Havré, le Comte (voir titre de noblesse) de Flandre Robert de Frison sort victorieux d'une bataille contre les troupes de Richilde Comtesse de Hainaut. Le château n'est pas cité dans le texte, mais il devait exister (?) et appartenir  à une famille de Mons (?).

* Vers 1200, par son mariage avec Ida de Mons, Engelbert d'Enghien est le propriétaire du château.

* En 1423, Jacques d'Enghien (à vérifier) donne terres et château à son neveu le Chevalier Christophe d'Harcourt (il appartient à l'une des branches d'Harcourt possédant entre autre le château éponyme).

* Au 15ème siècle, une chapelle est aménagée dans une tour de courtine.

* A la fin du 15ème siècle, le château est possession de la famille Orléans.

* En 1518, le nouveau propriétaire est le futur grand bailli du Comté de Hainaut : Philippe de Croix, ancien général de Charles Quint.

* Au milieu du 16ème siècle, Charles-Philippe de Croix (son fils) est le nouveau propriétaire.

* A la fin du 16ème siècle, le château est attaqué puis pris 2 fois mais sans subir d'importants dommages.

* Vers 1578, un incendie accidentel détruit la totalité du château. Seuls les murs résistent aux flammes.

* Au début du 17ème siècle, Charles-Alexandre de Croix entreprend la reconstruction du château en demeure "bourgeoise". Les 4 tours d'angle et les 2 tours flanques des courtines sont conservées et l'ensemble est percé de larges fenêtres.

* En 1709, Charles-Antoine de Croix reçoit dans son château le Prince Eugène de Savoie en guerre contre Mons.

* En 1792, Joseph-Anne de Croix s'enfuit avant l'arrivée d'une armée révolutionnaire Française.

* Vers 1793, le château est vendu comme bien national à un "marchand" (?) nommé : Warocqué.

* En 1807, la famille de Croix rachète domaine et château.

* Au début du 20ème siècle, l'industrie minière creuse et fait effondrer une partie du château.

* En 1979, une association de sauvegarde du château est créée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est faisable. La visite de l'intérieur serait possible, mais je n'ai vu aucun horaire ni tarif.

 
Nota : Un commentaire de l'association en charge de cette ruine précise les possibilités de visite. Veuillez prendre rendez-vous à l'avance pour découvrir cette beauté.

 

 

Peintre je me fais

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 07:30
   

Pays :

  BELGIQUE

Région :

  Brabant Flamand
   



Le château :

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Beersel est un bourg situé à quelques kilomètres au Sud de Bruxelles, capitale de la Belgique.

   Coordonnées du château :

50° 45′ 56.16″ N 4° 17′ 59.28″ E
 50.7656°  4.2998°

 

Le château : 

    L'extérieur :

   En arrivant sur le parking, je ne vois pas la beauté de pierre qui m'attend, pourtant il y a un frémissement des arbres et une odeur de plaisir qui ne trompent pas.

 

La découverte

   Après avoir donné quelques piastres au guichet, le magnifique château fort  en briques rouges apparaît dans son écrin de verdure.

Quelle incroyable architecture !

 

   Comme moi, vous avez été surpris par la forme ronde de ce château si différente du stéréotype (voir exemple), et aussi par sa couleur dominante rouge, puis par les encadrements des ouvertures en pierres blanches.

Ce château fort est unique!

 

     Fébrile, je m'avance lentement vers la 1ère défense d'un château de plaine : Les douves.

  L'eau est une protection efficace contre un adversaire mais c'est aussi un "attaquant" qui ronge le bas de la construction. Il faut parfois assécher les douves pour consolider le château. C'est un fossé boueux qui m'attend.

 

           Quelle chance !    Je peux voir la base des tours et courtines. 


Rempart et défenses

     Cette haute construction est la tour-porte. Elle était précédée par un pont-levis remplacé aujourd'hui par une passerelle fixe en bois. Le château possède 3 tours qui semblent identiques (avec cette toiture en ardoise et pignons à redans datant du 17ème) et pourtant elles sont bien 3 différentes.

Avez remarqué cette curiosité défensive sur 2 des tours ?

 

   Elles comportent des échauguettes "regardant" vers l'intérieur . Oui, vous avez bien lu, ce système de défense presque toujours orienté à l'extérieur sert ici à l'attaque des assaillants ayant réussi à entrer.

Incroyable !

 

   Entre les tours, une courtine arrondie  (facilitant la défense par la suppression des "angles morts") possède de nombreuses archères droites, archères en bêche et surtout des archères cruciformes à croix pâtée, puis sur l'autre face, archères à couleuvrine. et même des canonnières.

Quelle défense !.... Quelle diversité !

 

 

    L'intérieur du château :

Dans la cour

     Il y a d'abord les vestiges d'un logis médiéval datant de la fin du 15ème siècle. Il semble qu'il y ait un projet de réactualisation de la construction à l'identique, mais les archéologues n'ayant pas de plan ni de gravure montrant ce logis et la chapelle médiévale, il n'est pas encore prévu une reconstruction.

    Dans la cour, ce qui me fascine ce sont les tours. Vous avez évidemment reconnu la tour-porte. Comme ses 2 autres "soeurs", elle a 3 niveaux :

  1er niveau : Salle des gardes avec accès au chemin de ronde sur les courtines.
  2ème niveau : Habitations.
  3ème niveau : Salle d'armes avec un chemin de ronde au sommet des tours.

 

    Dans la cour, la hauteur des tours avec leur façade rectiligne a du impressionner de nombreux "entrants".
    Un assaillant n'avait pas de recoin pour se cacher et se trouvait sous un feu multiple, mais un visiteur pacifique se sentait petit et sous le charme au centre du cercle.

 

     Avec le ciel bas du mois de mars et la faible lumière d'une fin de journée, ces tours ne sont pas mises en valeur par mes photos. Imaginez ces briques rouges sous le soleil.

Quel spectacle !

 

Les axes de circulation

   Avec 3 tours habitables comportant 3 étages, la circulation est un facteur important. Pour se rendre dans les différents bâtiments au niveau du 1er étage il y a le "classique" chemin de ronde.

                   Classique ?.... Pas si évident que cela.

 

   En plus d'être un chemin couvert entre courtines et tours, il sert aussi pour la défense du château. Cette allée de circulation comporte des archères cruciformes avec une ouverture "en bêche" en partie basse (pas très classique donc), de plus à la place des habituels mâchicoulis (voir vocabulaire) l'architecte a construit des ouvertures inclinées (réalisation encore moins classique !).

   Évidemment dans les tours point d'ascenseur, mais de nombreux escaliers de formes et de dimensions différentes. Le classique escalier droit  et l'élégant escalier en colimaçon, (évidemment, il existe aussi des escaliers en bois).

Ce château n'est il pas incroyable ?

 

Les salles 

      Les pièces habitables étant dans des tours semi-circulaire, l'architecture est donc différente d'un classique château, de plus les fenêtres avec coussièges (voir vocabulaire) ne sont pas identiques :

* Certaines salles possèdent des fenêtres à 2 coussièges,
* D'autres ne comportent qu'une seule banquette,
* Et enfin, quelques pièces ont une faible lumière due à une seule ouverture avec coussiège unique.

      Ces fenêtres ont certainement été construites au 16ème siècle (à l'emplacement d'archères) pour donner plus de confort et de lumière à cette forteresse médiévale. A l'origine, les seules ouvertures regardaient dans la cour.


Les pierres sculptées 

    La brique est le matériau de construction de ce château. Pour la décoration, les architectes ont utilisé la pierre. Elle est présente évidemment pour les systèmes de défense (archères, bouche à feu...), mais aussi pour les éléments de confort comme les cheminées dont certains manteaux sont sculptés.

    Dans les pièces de vie, de nombreuses pierres portent des motifs comme par exemple les culs de lampes, mais aussi les décorations au centre des croisées d'ogives.

 

Ma surprise

  Avant de quitter ce château unique, je veux vous montrer un détail dont je raffole.... ce sont... hihihi.

Dois je vous les nommer ?

 


Histoire du château

* A la fin du 13ème siècle, Godefroid de Halbeke s'établit dans un petit village nommé Beersel (il semblerait que cela signifie : demeure des ours).
* Au début du 14ème siècle (1306), Godefroid devenu Sénéchal du Brabant ordonne la construction d'un château.
En 1357, les troupes de Louis de Male Comte de Flandre (voir titre de noblesse) attaquent et brûlent le château.
* Peu de temps après, la forteresse est reconstruite, "plus grande et plus forte" affirme le chroniquer Molinet.
* En 1375, Marie de Stalle donne par mariage le château et les terres à Jean de Witthem. Le blason de cette famille rappelle qu'elle descend en droite ligne d'un bâtard de Jean II de Brabant.
* En 1489 le château est attaqué par les Bruxellois et partiellement détruit. Après la rédition des occupants, les murailles sont réparées.
* Au 17ème siècle, la dernière héritière de la famille de Witthem épouse le Prince Arenberg. Le château est transformé et les tours s'embellissent d'élégante toiture avec mur à pignons à redans coté cour.
* Au 17ème siècle, le château n'est plus entretenu et se délabre rapidement.
* Vers 1818, une industrie de tissage du coton s'établit dans le château.
* A la fin du 19ème siècle, des "marchands de biens" démantèlent le château et vendent les pierres.
* En 1934, le site est classé aux Monuments Historiques.
* En 1935, une campagne de restauration redonne un visage à cette magnifique forteresse de la fin du 15ème siècle.
* Au 21ème siècle, la découverte du château est payante. Depuis quelques années, des travaux d'entretien et de consolidation sont menés; Mais la visite libre est possible et permet librement de savourer chaque pierre. Beersel est le site incontournable de Belgique !

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 06:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Région :

  Namur

 

 

Le bourg

   Situation :  (--> le voir sur une carte)

     Le petit village de Houx est situé à 6 km au Nord de Dinant proche de la RN92.

   Le site de Poilvache est posé sur un plateau au dessus du village.

  Coordonnées du château :

50° 18' 21.636" N
4° 54' 5.612" E
 50.30601°
 4.901559°

 

Le château :
    L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

      L'image de la puissante fortification de Poilvache est dans ma poche. Arrivé proche du site sur un parking en terre, fébrilement je prends le dessin au creux de ma main et je contemple ce magnifique château fort.

  Est il aussi beau au 21ème siècle ?

 

La découverte 

        Une grande muraille entrecoupée de rondes tours flanques domine la vallée de la Meuse. L'apic est une protection efficace contre les assaillants. Ce qui est surprenant, c'est l'asymétrie du rempart. Le nombre de tours n'est pas identique sur les 4 façades et la distance qui les sépare est "aléatoire".

Comment assurer correctement la défense du rempart ?

 

A quoi me fait il penser ?

    Son plan s'apparente à celui imposé par le Roi de France Philippe Auguste (voir liste des Rois) : Courtines parallèles, tours d'angle.... (voir un bel exemple au château de Guédelon)

    Devant le rempart d'entrée, le classique mais efficace fossé creusé dans le rocher n'est plus que l'ombre de lui même. Le temps et les hommes ont fait leur travail de destruction et je pressens que c'est une ruine que je vais visiter. 

 

L'entrée

    La porte est protégée par 2 tours rondes dont l'absence d'archère ou de bouche à feu (voir vocabulaire) me surprend. Elle est précédée au 21ème siècle par un remblai (facilitant l'accès des camions pour sa consolidation actuelle), mais il est fort probable qu'un pont-levis sécurisait l'entrée.

    Après avoir donné quelques piastres, j'entre dans la forteresse.

 

     L'intérieur :

Je suis dans la place

    Comme je le pressentais, la végétation joue avec les ruines. Il va me falloir ma loupe de détective et ma "sacoche d'imaginaire" pour comprendre cette beauté de pierres.

 

Habitations

    Quelques mètres plus loin, un pan de mur attire mon attention de chasseur de ruines. Je suis en face d'une maison avec curieusement une cheminée à 1 seul étage; Curieux, car souvent les architectes encastrent les conduits dans le même mur. Avez vous remarqué les corbeaux du plafond (sur la gauche) ?   Les siècles ont englouti doucement les fondations et les étages.

 

D'autres constructions

    A peu de distance, un autre bâtiment montre des murs épais et des vestiges d'archères droites.

Etait ce un donjon ou le corps de garde ?

      Et en levant la tête, je vois un imposant puits. Le guide m'informe qu'il fait plus de 50m de profondeur et a été creusé dans le rocher... Wahouuu !

 

Fortifications

    Les fortifications occupent une grande place dans la visite. Les plus impressionnantes sont celles coté falaise.  Une longue courtine comporte dans l'angle les vestiges d'une tour ronde. A l'intérieur le spectacle est très "défensif" : Des archères droites du 12ème siècle (?) en quinconce sur chaque niveau.

    Plus loin, proche d'un panneau "Danger", un petit escalier en bois a été aménagé pour entrer dans une tour arasée. Je suis transporté 5 siècles en arrière et je surveille les mouvements en amont et en en aval de la Meuse.

 


Histoire du château :

* Une légende prétend que ce site date de la nuit des temps et fut la demeure des 4 fils Aymon.
* A la fin du 11ème siècle, le Comte (voir titre de noblesse) de Luxembourg, Conrad Ier est seigneur de Poilvache.
* En 1136, Henry Ier l'Aveugle est le nouveau propriétaire.
* A la fin du 12ème siècle, le château appartient à la maison du Luxembourg.
* En 1238, le château résiste au siège des troupes de Jean II d'Eppes, Prince-Evêque de Liège.
* Vers 1244, le château est pris par la force par Thomas, Comte de Flandre.
* En 1321 (?), les Dinantais prennent le château en se déguisant sous des peaux de vaches (encore une légende). Les bâtiments sont saccagés.
* En 1322, Jean l'Aveugle, Comte de Luxembourg, reconstruit le château.
* Au 15ème siècle, Philippe le Bon achète la forteresse et améliore ses défenses.
* En 1430, les Liégeois, commandés par le Prince-Evêque Jean de Heinsberg, attaquent le site et détruisent les remparts.
* En 1554, le Roi de France Henri II (voir liste des Rois) attaque et détruit la forteresse. Elle ne sera plus reconstruite. Mais les hommes ne laissent pas cette ruines vieillir tranquillement.
* En 1789, les Autrichiens font une brèche dans une tour pour placer des canons.
* A la fin du 20ème siècle, une association tente de faire revivre les ruines.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible et très enrichissante. La visite du château est payante.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 06:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Province :

  Namur

 

 

Le bourg :

  Situation  (--> le voir sur une carte)

      La commune de Rochefort est située à 28km au Sud-Est de Dinant, proche du château de Lavaux Sainte Anne.

  Coordonnées du château :

50° 9' 16.189" N 5° 13' 15.1" E
 50.154497 °  5.220861°

 

Le château :

    L'extérieur :

Préambule

   Rochefort : A lui seul, ce nom me fait dresser les poils. J'imagine déjà une forteresse puissante, immense, imprenable avec des tours gigantesques !....

     Mon imaginaire est déjà en marche, mais mon expérience de castellologue-amateur sait qu'un château dans une ville est :
  * Soit très refait donc méconnaissable,
  * Soit très ruiné car il a servi de carrière de pierres pour les villageois.

Comment est il ?

Suspense !

 

L'approche

     Depuis le route une forme castrale se fait admirer. Pensez vous que ce soit le château médiéval ?

    Ceux qui ont répondu "OUI chevalier" ont........ perdu. Mon rêve médiéval est quelques mètres plus loin avec cette puissante tour servant d'entrée au petit musée et au château. La porte (accompagnée par une bouche à feu - voir vocabulaire) n'est aucunement d'origine et a été certainement percée au 20ème siècle.

Après avoir donné quelques piastres à une princesse Walonne, j'entre dans le château.

 

La terrasse

     Dans la terrasse Sud, j'ai une vision de l'architecture de cette forteresse médiévale, avec des courtine épaisses, des tours rondes flanques et de larges ouvertures rectangulaires devant être des canonnières.
   Avez vous remarqué les différentes formes et dimensions des pierres souvent pauvrement taillées. J'opte pour des reconstructions rapides.

 

    L'intérieur :5 siècles sont identifiables !

Le choc

  Plusieurs époques sont identifiables dans les ruines de ce château. Il y a :
  * D'abord les ouvertures pour canons (16ème siècle ?).
  * Puis des tours rondes assez grossières (13ème ?) et certainement reconstruites après les multiples assaults.
  * Enfin les traces d'un donjon carré (11ème ?).

  * Puis au fond les vestiges d'une tour de défense. Un escalier moderne permet sa découverte.

 

La vue

  Depuis le haut de la plate-forme, la vue sur les ruines médiévales est très instructive. Au fond à gauche, il y a les vestiges du donjon, et surtout le puits médiéval de 50m de profondeur.

Avez vous remarqué cette moitié de tour ?

J'opte pour une tour escalier, d'ailleurs mon plan me le confirme.

 

Je reste discret

     L'entrée du site étant payante, je ne vais pas tout vous montrer et surtout les salles en sous-sol ainsi que le lieu de fouilles actuelles. Mais je vous fais quand même un cadeau : Une vue partielle de la ruine.

Et que voyez vous de curieux ?

J'attends !

    Evidemment, vous avez remarqué un pan de mur peu épais avec des ouvertures importantes. C'est la façade du hall d'honneur (18ème siècle).

 

Le plan

    Comme vous avez été très attentifs, je vous fais un 2ème cadeau : Le plan simplifié du château.

gende :

1 - Hall d'honneur,
2 - Belvédère Ouest,
3 - Donjon médiéval,
4 - Puits médiéval,
5 - Tour d'escalier,
6 - Terrasse Sud,
7 - Musée,
8 - Citerne,
9 - Fenêtre à coussiège (voir vocabulaire),
10- Canonnière,
11- Chapelle,
12- Belvédère Est,
13- Zone de fouilles.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, les historiens pensent qu'une petite fortification est bâtie sur le rocher (?).
* En 1155, un château est cité dans un texte.
* Vers 1144, Evrard de la Mark, Comte (voir titre de noblesse) de Rochefort, s'oppose à Philippe le Bon, Duc de Bourgogne. Evidemment, le "Français" va utiliser la force.
* En 1445, le capitaine Nadonnet à la tête d'une bande "d'écorcheurs Français" attaque le château et s'installe "durablement".

- Il faut une intervention militaire du Prince-Evêque de Liège pour reprendre le château.

* En 1651, le colonel Latour (d'origine Lorraine)  à la solde des Espagnols, attaque et s'empare du château.
* En 1653, les troupes Françaises commandées par le Comte de Duras tente sans succès de s'emparer du château.
* A partir du 17ème siècle, le château est considéré comme trop désuet par son nouveau propriétaire le Comte de Rochefort. Le donjon est abattu, puis une façade moderne prend la place à la féodalité des vieux murs.
* Au 18ème siècle, le château appartient à la famille Stolberg, puis au Loevenstein.
* En 1774, les Rochefortois en rébellion contre le Comte envahissent le château et sont repoussés
* Vers 1795, les révolutionnaires Français s'emparent du château et le vendent à un représentant des Stolberg.
* En 1966, les ruines sont classées aux monuments historiques.
* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde tente de faire revivre la ruine. 
* Au 21ème siècle, la visite des ruines et du musée est libre et payante.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 06:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Province :

  Namur

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite commune de Roly est située à 8km au Sud de Philippeville et à 30km au Sud-Ouest de Dinant et à une lieu de la ruine du château de Fagnolle.

  Coordonnées du château :

50° 8' 6.792" N
4° 32' 16.346" E
 50.13522°
 4.537874°

 

Le château :

   Ma carte détaillée indique un château médiéval dans le petit village de Roly.

Mais où est il ?

 

   Comme toujours, c'est mon fidèle destrier qui, par un arrêt brusque, me montre le but de ma balade.

   Je ne cherche pas à abuser de votre confiance, cet ensemble de bâtiment constitue l'antique château-ferme de Roly.

 

    L'intérieur :

     Contrairement à mon habitude, je cherche à entrer de suite dans la forteresse. C'est une propriété privée, la grille d'entrée est fermée. Je vais devoir faire une analyse uniquement par les éléments extérieurs.

 

    L'extérieur :

     Deux éléments me surprennent quand je découvre le château-ferme.

1- Le puissant donjon : Il est imposant et habitable, ce qui est assez rare pour une tour maîtresse du 12ème siècle (en théorie). Il est percé de fenêtres très modernes pour le confort de ses habitants. En l'imaginant borgne ou avec de petites archères droites (voir vocabulaire), il a du impressionner plus d'un assaillant. Dans cette région de plaines, sa hauteur est un symbole de puissance à plusieurs "lieus à la ronde".

2- Le bâtiment : Ce bâtiment parallélépipédique a été construit au 17ème siècle. Il comporte des fenêtre modernes et à meneaux en croix dont certaines sont grillagées à l'Espagnole. Je suis surpris du manque de raffinement pour une construction post-médiévale. Je ne suis pas au bour de mes surprises.

 

        Sur l'autre façade, de nombreux détails de défense apparaissent.

3- Un vestige d'encorbellement ayant supporté une petite échauguette.

4- Une bretèche d'angle possédant des fentes de tir.

5- Une courtine avec une archère-canonnière.

6- Une autre courtine avec une archère en bêche.

7- Etc...

 

    Cet ensemble paraissait anodin, mais en l'observant minutieusement, de nombreux détails trahissent ses origines.

 

J'ai une question à vous poser :

  * Si je vous avais montré au début cette façade, auriez vous cru que ce bâtiment put être un château du moyen âge ?

    --> La recherche de bâtiments fortifiés d'origine médiévale est parfois difficile et source d'erreurs. J'espère ne pas en commettre trop !

 


Histoire du château :

* Au 10ème siècle, Roselum est un village important entre Sambre et Meuse.
* Au 11ème siècle, une fortification semble construite (?).
* Au 14ème siècle, un donjon carré habitable est construit par un membre de la famille : La Tour de Roly.
* A la fin du 17ème siècle, Gérard Lambert, aussi nommé le Baron (voir titre de noblesse) de Roly fait construire des bâtiments entourant le donjon.
* A la fin du 20ème siècle, les nouveaux propriétaires consolident et aménagent le château.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible depuis la route. La découverte de l'intérieur de certains bâtiments  est possible durant quelques fêtes et exposition.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article