Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 07:03

 

Département 80 - SOMME

  Pourquoi le château se cache-t-il de moi ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Eaucourt sur Somme est située à 80km au Sud-Ouest d'Arras, à 40km au Nord-Ouest d'Amiens et à 5km au Sud-Est d'Abbeville.

     Coordonnées du château :

50° 3' 41" N 1° 52' 56" E
 50.061419923°  1.882374287°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* Lentement, mon destrier avance vers la taverne du soir à une lieue de là.

* Comme moi, il est épuisé par 8 jours de découverte dans cette région bien loin de mon Dauphiné.

* Soudain, ses oreilles se dressent, puis il stoppe.

* Je relève la visière de mon heaume pour regarder dans sa direction.

* A travers les vertes branches, il me semble voir une grise construction.

Serait ce le château d'Eaucourt ?

 Mon Graal est au bout du chemin

L'approche

* Je descends de mon valeureux destrier aux instincts de castellologue sans égal.

* Dans un écrin de verdure, les premiers vestiges du château s'offrent à mes yeux ébahis.

* Je cherche le sentier pour m'approcher de cette beauté médiévale.

* Avec douceur, pour ne point effrayer cette beauté, je m'avance.

 

Rapide analyse

* Le châtelet d'entrée est "un peu" abîmé.

* Sur la gauche, il possède une puissante tour ronde.

* Elle est partiellement arasée m'empêchant d'imaginer ses mâchicoulis (voir vocabulaire) et son crénelage.

* Elle possède de belles pierres taillées avec des joints très fins.

* Je suis surpris que les systèmes de tir soient de simples archères droites.

 

Meurtri et pourtant fier d'être debout !

L'autre coté

* Mon regard se détache de l'imposante tour à gauche pour analyser la tour de droite.

* Même si elle est plus haute que sa consoeur, le temps et les hommes ont eu raison de ses rondeurs.

* Ne rêver point mesdames, je ne vous montre pas une méthode d'amincissement, mais une conséquence de l'utilisation du portail comme carrière de pierres (certainement au 19ème siècle).

* Au fond, je vois le fantôme du rempart.

 

L'entrée

* La largeur de l'entrée m'informe qu'il n'y avait qu'un seul double vantail pour carrosse (point de porte piétonne).

* L'architecture me fait imaginer la présence d'un pont levis. Un pont fixe en bois permet le passage.

* Mon imaginaire si développé croit voir les restes des fentes pour les flèches du pont, l'emplacement d'une herse.....

 

        L'intérieur :
  Hélas, je n'ai pas le droit d'entrer. En ce jour, il y a une initiation pédagogique pour les enfants. La présence d'un Chevalier Dauphinois n'est pas prévue.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle (à vérifier), construction d'un château fortifié.

* Durant le second quart du 14ème siècle, les troupes du Roi d'Angleterre Edouard III attaquent le château, mais ne le prennent pas.

* En 1346, après la défaite Française à Crécy, les Anglais annexent une partie du Royaume de France. Eaucourt devient donc Anglais.

* En 1358 (à vérifier), pour éviter que les Anglais occupent le château, les Abbevillois démolissent le site fortifié.

* Avant le fin du troisième quart du 14ème siècle, le château est reconstruit.

* Durant la fin du 14ème siècle, puis le début du 15ème siècle, le château est l'enjeu de nombreuses batailles entre armées Anglaises, Françaises et Bourguignonnes.

* En 1421, à la tête d'une armée de Dauphinois, Jacques II d'Harcourt attaque et s'empare du château pour le compte du Roi de France (voir liste).

* En 1589, durant les Guerres de Religion, le château est l'enjeu de batailles entre les Protestants et les troupes Catholiques du Roi de France. Il semblerait qu'après ce conflit, le château soit démantelé (à vérifier).

* En 1926, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et du châtelet est libre et gratuite en respectant les panneaux d'interdiction. Durant les animations estivales, la visite du site est payante. Renseignez vous sur les horaires et jours.

 

Au revoir énigmatique château Samarien

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 80

Vers Menu châteaux de la Somme

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 07/02/2016 21:43

J’ai été interpellée par une phrase de l’historique :
… Je ne sais point si raison j’ai, mais d’après ce que j’ai pu lire en grimoires sur la Guerre de 100 ans et sur Charles VII, je me demande si dans votre ligne de l’historique « En 1421, à la tête d’une armée du Dauphiné, Jacques II d’Harcourt … » etc…, il ne fallait point lire « à la tête d’un armée de Dauphinois » ?…

… Car, cela m’avait surprise la première fois que j’avais lu ceci, les « Dauphinois » représentaient, en fait, l’armée du Dauphin, futur Charles VII (d’où, ce nom… ou celui d’Armagnacs plus courant), et non point des Dauphinois venus de nostre Dauphiné.
… Mais je me fourvoie peut-être bien…
… J’ai, depuis longtemps, mis dans un tiroir de ma mémoire les exploits des Dauphinois à travers le royaume de France et pour lui, et il ne me semble point qu’ils aient participé - en nombre, du moins, au point de faire une armée (ou troupe) - aux reconquêtes du Dauphin Charles.
… Bien je sais que moult de nos Dauphinois chevaliers sont morts sur les champs de bataille d’Azincourt, Verneuil notamment, mais je ne me souviens pas avoir lu que, mis à part pour de tels évènements, les Dauphinois soient venus en nombre pour des reconquêtes de territoires…
… Si vous pouviez confirmer ou infirmer ce que je vous écris là, pour que je sache si j’ai « enregistré » de fausses informations ou non… Merci d'avance, Chevalier.

Le Chevalier Dauphinois 08/02/2016 18:35

* Raison vous avez, ce sont bien des Dauphinois (du Dauphin) et non les habitants de notre Province.
* Je corrige de suite.

Anne la Dauphinoise 07/02/2016 18:36

E st-ce là une preuve que votre destrier
A un flair infaillible pour dénicher
U ne fois encore ruines exceptionnelles !
C ertes, avez-vous des qualités réelles –
O n ne peut le nier ! – mais n’est possible,
U n heaume sur la tête, mie compatible,
R éaliser vos rêves sans votre cheval !
T oujours s’arrête devant sites peu banals…

S ûr qu’est un tant pauvre celui d’aujourd’hui :
U n châtelet est le seul pan de vie
R ésisté ayant aux affres du temps,*

S ans compter que les démantèlements
O nt dû avoir raison de moults de murs.
M irables sont pourtant, de fière allure,
M orceaux d’entrée que doucement avez
E ffleurés des yeux sans les effrayer**…

P uissantes ont, jadis, été les deux tours,
I ndiscutablement, même si d’atours «
C ossus » et de guerre ne furent-elles munies.
A rchères sont là. Créneaux, mâchicoulis
R endu ont l’âme, mais les rêver sait-on.
D e la porte ne sont restés à foison
I ndices probants de sa sécurité.
E ut-elle tout ce qui était demandé

N aguère, je pense, pour que les assaillants
O bstacle terrible après le pont dormant
T rouvent, prévenant ainsi d’une intrusion…
A vait ce castel grandes dimensions ?

B ien suis-je incapable de le dire... Aisance
E st cependant devinée par présence
N otamment d’un appareillage soigné.
E t ce site fut souventefois prisé :

P reuve qu’il dut être, m’est avis, important,
S oit en surface soit par emplacement (?).

* du moins, il semble…
** c’est de vous, à peine remanié.

Le Chevalier Dauphinois 08/02/2016 20:39

* Il est vrai que si je n'avais point cet incroyable destrier, de nombreux châteaux je manquerai.
* Il a le flair que je n'ai point (mais j'ai une excuse, mon heaume filtre les odeurs des pierres).
** Grâce à lui, j'ai pu voir une puissante porte fortifiée. Avec un peu d'imagination, il est possible de "voir" l'imposante forteresse avec ses hauts remparts, ses mâchicoulis, ses créneaux et ses multiples archères cruciformes. L'odeur du bois des hourdages et du pont levis. J'ai même cru entendre le clapotis dans les douves.