Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 06:30

 

Département 68 - HAUT RHIN 

 

Le bourgBien qu'en ruine, cette vieille tour est imposante.

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le château est construit sur une colline, à 560 mètres d'altitude, au dessus de la vallée de Munster, non loin de Griesbach-au-Val. 

   Coordonnées du château :

48° 2' 15.601" N 7° 9' 52.978" E
 48.037667°  7.164716°

 

Le château : 

    L'extérieur :

Je monte en pensant

   C'est une gravure vue il y a de nombreuses années qui me motive à monter la colline.

Pensez vous que des dame en crinoline m'attendent en haut ?

  Cette bâtisse a perdu de son prestige. Elle a été considérée comme la construction militaire la plus aboutie d'Alsace au Moyen Âge.

 

La marche d'approche

     Après 40 minutes de marche assez facile mais en montée (le plaisir d'une ruine médiévale se mérite) sur un chemin merveilleusement balisé pa le Club Vosgien, le château (très ruiné) de l'ancien Schwartzenbourg apparaît dans une forêt dense et sombre.

 

La découverte

   Des morceaux de remparts et des bouts de murs de la 1ère ligne de défense tentent de survivre au milieu des arbres. Plus loin, entourés d'un fossé, les restes des courtines apparaissent.  Bien que très abîmés, les murs sont hauts et épais. Voila les preuves d'une construction militaire médiévale.

 

Rapide description

     Le château a la forme d'un parallélépipède presque rectangulaire, avec un épais mur bouclier. Des tours flanques (voir vocabulaire) donnent un peu de forme à cette architecture très "carrée". Une tour plus grosse devait faire office de donjon et occupe le point le plus vulnérable face aux assaillants.

   Lentement j'avance vers la porte.

 

  L'intérieur :

   Comme je le pressentais, à l'intérieur aucun bâtiment est visible. De plus, terre et végétation ont supprimé toutes traces des fondations des murs intérieurs. Il y a pourtant 2 surprises :

- En observant bien le haut des courtines, il me semble deviner la présence du chemin de ronde.
- Adossé à un mur médiéval, un bunker de la guerre du 20ème siècle tente de se camoufler, honteux de ne pas être en harmonie avec cette forteresse de 1000 ans son aînée. Ce bloc bétonné a peut être été une chance pour ce château car il a consolidé 2 murs.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1261, début de la construction d'un château au moment des luttes du "Grand-Interrègne". Ce château est du à Gauthier de Géroldseck, avoué de l'abbaye de Munster et père de l'évêque de Strasbourg.
* En 1262, après la défaite des Hausbergen, l'évêque donne le château à l'abbaye de Munster. L'évêque de Bâle fait reconnaître ses droits sur le val de Munster par le roi Richard. Le château est donc propriété de l'Evêque.
* En 1293, Walther Roesselmann est emprisonné dans le château après s'être ligué avec les Habsbourg contre l'Empereur. Il décède dans sa prison l'année suivante.
* A partir de 1309, le château perd son rôle stratégique. Il va changer plusieurs fois de "propriétaire" en quelques années.
* En 1341, il appartient aux Munch von Landkron. Durant cette période, les courtines sont surélevées et agrémentées de braies avec archère.
* En 1401, il est à Albert Beger de Geispolsheim. Durant le 15ème siècle, Cette famille deviendra puissante par ces alliances en Alsace et possédera le château durant 130 ans.
* En 1496, le château est magnifiquement restauré par son petit fils, Jacques de Bleyberg.
* En 1532, Mathias "dit le Fou" est assassiné sans héritier. La conséquence est grave pour ce château, il aura de nombreux propriétaires durant 200 ans. Hélas, avec ces changements peu de travaux sont réalisés pour son entretien.
* En 1536, le château est assiégé par des "rebelles" à la solde du roi Ferdinand Ier de Habsbourg.
* En 1605, les bâtiments sont décrits en mauvais état.
* En 1633, durant la guerre de "trente ans", une garnison Française s'y installe pendant 3 ans.
* En 1638, le château devient une poudrière contrôlée par des gardes de la ville de Munster.
* En 1646, un texte décrit l'état lamentable du château. Il n'est plus considéré comme une habitation possible.
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la "guerre de 30 ans". De nombreuses forteresses sont abandonnées, Schwartzenbourg en fait parti.
* En 1673, le château est "accidentellement" détruit. Les Français sont soupçonnés.
* En 1792, les révolutionnaires le déclarent bien national. Le château est vendu puis "pillé" de ses plus belles pierres.
* Au 19ème siècle, les ruines et les terres appartiennent à la famille Hartmann
* En 1914, durant la "Grande Guerre", une batterie d'artillerie (bunker) est construite par l'armée Allemande dans l'enceinte du château.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

La végétation a envahi l'intérieur du château.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du département 68 Vers Menu châteaux du Haut Rhin

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 07:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 TOSCANE  
 
Province :
 LUCCA  
       



Le bourg

  Situation :  (le voir sur une carte)

       La ville de Lucques (Lucca en Italien)  est située à 25km à l'Est de Pise.

   Coordonnées des fortifications :

43° 50' 52.325" N 10° 30' 25.92" E
 43.847868°  10.5072°

 

Les fortifications

    L'extérieur  :

Pourquoi le choix de cette ville fortifiée ?

     En préparant mes vacances Italiennes, j'avais coché sur la carte la ville de Lucca. Je savais qu'elle avait été fortifié au 16ème, siècle qui sonna le glas du Moyen Age avec la puissance des canons.

   C'est donc un chevalier point surpris qui découvre des puissants murs avec bastion d'artillerie (bien avant les constructions de Vauban).

       Je vous entend dire : "Mais ce n'est pas médiéval, essaies tu de nous induire en erreur chevalier".

   Laissez moi continuer ma démonstration.

 

La découverte

     Je longe les hauts murs jusqu'à (enfin) trouver une porte (non médiévale) pour entrer dans la ville. Un petit escalier dans la pente me fait signe de monter sur les remparts. J'entame une longue marche de 5 kilomètres pour découvrir les bastions avec puissantes canonnières et quelques curiosités comme ce vestige de bretèche. Les protections et axes de circulation me font penser à une fortification de Vauban., pourtant l'ensemble date du 16ème siècle.

   Je redescends par le même escalier et je découvre un canal ayant été certainement très utile à l'époque où l'eau courante n'existait pas. 

 

Le rempart médiéval

    Il est possible que cette eau aujourd'hui canalisée fut utilisée pour les douves, car proche d'elle, il y a le rempart médiéval.

   Je ne me moque pas de vous, ces maisons ouvertes sur la rue sont incluses dans le rempart médiéval dont il est possible de voir les contours sur la vue aérienne que j'ai empruntée à googlemap.

A l'intérieur des fortifications du 16ème siècle, voyez vous l'ancien rempart du moyen âge ?

 

  Je vais entrer par l'impressionnante porte médiévale. Enfin, je revis .

 

 

    L'intérieur  :

La porte médiévale

    A l'extérieur ses dimensions m'impressionnent. Encadrée par 2 hautes tours rondes, elle marque l'importance du site. A l'intérieur, il y a les classiques mais efficaces défenses comme les 2 portes et la herse, dont les rainurages sont visibles. La dimension des gonds donne une idée de la puissance des vantaux.

    Comme souvent en Italie, des peintures illuminent les vieilles constructions. Les personnages religieux sont prédominants.

 

Les constructions médiévales dans la ville

   Plusieurs tours dominant les toits sont visibles dans la citée fortifiée.  Avec les reconstructions, leur fonction d'origine m'échappe un peu, mais il est agréable de les regarder avec leurs imperfections et leurs trous de boulins (sans utilité dans notre siècle).

   La tour la plus caractéristique est peut être la  : Torre civica delle ore. Avec sa forme carrée, sa porte à plusieurs mètres de haut, ses mâchicoulis, je suis dans mon élément.

  Je vous abandonne pour rêver tout seul.



Histoire du château : 

* Vers 180 avant J.C. une fortification Romaine est édifiée.
* Au 13ème siècle, la ville s'équipe de fortification.
* En 1513, la peur des voisins belliqueux (Florence et Sienne) règne à Luca. Avec les progrès de l'artillerie, les hautes fortifications médiévales ne sont plus suffisantes pour se protéger. Elles sont même dangereuses car avec un boulet, les hautes tours s'effondrent sur les défenseurs.
* En 1515, de grands remblais sont aménagés.
* A partir de 1544, d'imposantes tours de garde sont érigées.
* En 1550, des fortification bastionnées et épaisses avec nombreuses bouches à feu sont construites à l'extérieur de l'enceinte du moyen âge.
* Au 19ème siècle, les remparts sont partiellement démolis car ils représente le passé dans ce siècle de révolution industrielle. Le sommet de ces épais murs est aménagé en promenade.
* Au 20ème siècle, les guerres mondiales abîment un "peu" cette ville fortifiée. Mais comme les remparts ne sont que peu détruit, la ville nouvelle s'établit "hors les murs".
* Au 21ème siècle, les remparts, tours et portes sont visitables. 

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 06:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg :

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le château de Miralles ainsi que l'église Santa Maria del Castell sont situés à 15km au Sud-Ouest de Igualada et à 65km au Nord-Est de Tarragone.  

 

 Coordonnées du château :

41° 31' 07" N01° 31' 08" E
 41.5186889° 1.5184749999999°

 

 

 

 

Le château :

      L'extérieur :
L'arrivée
     Sur la petite route sinueuse menant du monastère-fortifié de Santes Creus vers le château de Claramunt, une colline portant une ruine attire mon attention.
   Un panneau routier indique la direction d'une église, mais je soupçonne la présence d'une ruine castrale.

 

Je le vois

       Avec mon oeil d'aigle (aidé par un téléobjectif) j'aperçois les remparts fissurés d'une ancienne fortification. Je me dois de la découvrir.

 

1ère surprise :  Une petite route accessible en voiture monte en serpentant vers le haut de la colline. A une centaine de mètres avant le terminus, une puissante tour carrée me projette dans le moyen âge. Elle est accrochée à un vestige du rempart extérieur et comporte de petites archères droites primitives. Certaines pierres ont une jolie taille et d'autres ressemblent à un remblai.

Est ce dû à un pillage des villageois au cours des siècles ou des réparations rapides ?

 

2ème surprise :   Une église romane du (11ème ?) avec un portail sobre et majestueux me regarde. Mais je ne m'arrête pas car je suis venu voir la ruine d'une fortification médiévale en haut de la colline.

 

3ème surprise :   Le château fort de Miralles a perdu de son prestige.  Les murs ruinés ne survivent que par miracle à la pression des arbres. Les parements sont de mauvaise qualité et le remblai est aléatoire. Le plus choquant est l'absence de défenses (tour et archère).

    Au pied de ce mur, je suis encore plus surpris de la faible épaisseur.

Quelle était la fonction d'un mur borgne si peu épais ?

 Que vais je trouver à l'intérieur ? 

 

   

 

L'intérieur :

Wahouu !... Une vraie ruine !

* Vous vous en doutiez un peu, mais regardez comme elle est belle.

* Le plan presque rectangulaire est immense.

* Les mur intérieurs ont disparu au profit d'une belle pelouse, mais les courtines sont "parlantes".

* Elles sont réalisées avec des pierres pauvrement taillées et comportent un retrait faisant penser à un chemin de ronde (mais vous connaissez mon imagination fertile).

* De nombreuses archères petites avec un faible embrasement sont disposées aléatoirement sur plusieurs cotés.

* Je fouille l'herbe, je scrute les murs mais aucun autre détail significatif se révèle.

* Alors, comme toujours, je me console avec le magnifique panorama.

 

 

  Histoire du château :

* Au 11ème siècle, une fortification est construite sur la colline.

* Au 13ème siècle, modernisation du château.

* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite (sauf en période de travaux). Le risque de recevoir une pierre est faible.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 06:30

Livre pour enfants

 

Cliquez sur l'image pour accéder aux sites de libraires du web que je vous ai sélectionnés !

 

Résumé :

 
    « Remparts massifs et formidables dressés à même le roc, gardiens redoutables d'un confluent ou sentinelles avancées d'un prince conquérant, les châteaux forts du Moyen Age témoignent aujourd'hui encore d'un fabuleux passé de mystère, d'aventure et de combats.
   C'est l'histoire de leur construction, pierre par pierre, mais aussi celle des hommes qui les ont édifiés, que David Macaulay fait revivre pour nous, avec toute la puissance d'une civilisation dont nous sommes les héritiers directs.
»
 
 
Mon avis :
 
Une approche simple... et instructive  !


 

     L'auteur est un habitué de ce style de livre. Il suffit de regarder sur le net pour voir sa longue liste de petits ouvrages d'initiation sur tous les sujets d'architecture (Voir ici).
Alors, est ce un livre uniquement marketing ?

    Absolument pas. Ce livre est réellement conçu pour les jeunes enfants qui s'intéressent aux châteaux forts. Sa construction est pédagogique, ses textes sont clairs, la chronologie de la construction d'une fortification médiévale est respectée. Tout est expliqué simplement avec des exemples et des arguments

    Certains pourront regretter le manque d'image en couleurs, mais cela aurait certainement fait grimper le prix de ce bon livre d'initiation.
   J'avoue que les images en noir et blanc ont un coté nostalgie qui me plaît bien.

    Les sujets abordés sont nombreux :
  • * Comment choisir un site pour construite un château fort ?
  • * Quels sont les artisans qui y travaillent,
  • * etc....
  •  
  Tout est expliqué très simplement, avec rigueur historique et dessin pédagogique.

   Même si je n'ai rien appris sur la construction d'un château (N'oubliez pas que ce livre n'a  pas été écrit pour le vieux chevalier de 800 ans ), je pressens déjà la réaction de joie de vos merveilleux petits "monstres".
Après sa lecture, ce sont eux qui vous expliqueront les ruines visitées durant vos prochaines vacances.
 
 
  
  Vers menu bibliothèque pour enfants
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Bibliothèque médiévale pour enfants
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 06:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 TOSCANE  
 
Province :
  LIVORNO  
       
   Cette ruine étant "un peu" cassée, je vous propose une musique douce pour vous faire marcher lentement dans les hautes herbes.
 

 

Le hameau :

  Situation :

     Le petit hameau de Montemiccioli est situé à 15km à l'Est de Volterra.

 

Le château :

    Préambule :

Y a t il des ruines en Italie ?

      C'est la question que je me suis posée durant mes 2 premières semaines de vacances. Parfois reconstruits (comme Bovino), parfois transformés en forteresse style Vauban (comme Barletta) et souvent modernisés et embellis par la Renaissance, les châteaux d'Italie ne me sont jamais apparus "tout cassés" comme je les adore  .

   Vous comprenez donc ma surprise quand, dans un virage, je vois ceci !

 

    L'extérieur : 

 L'approche

     Ne voyant aucun chemin j'opte pour l'aventure dans les ronces...... Aie .  Puis c'est une dense végétation qui ose m'empêcher d'avancer. Je tente de contourner cette ligne d'arbustes, mais la protection est aussi efficace que des douves et remparts.

   Je chausse donc des lunettes grossissantes pour observer un vestige parallélépipédique. Les pierres sont de petites dimensions et moyennement taillées. Par contre les angles me semblent bien appareillés.

 

Est ce un échec ?

   Je reprends ma route en direction de Volterra pensant que cette ruine ne "sera pas mienne" quand dans un virage (oui, encore un autre, la région centrale de Tosane est très vallonnée) un panneau me brouille la vue.

Ma bonne fée me conseille de suivre le chemin carrossable. 

 

Elle est là

      Ma pugnacité est récompensée, je discerne mieux la ruine. Ne me dites pas qu'il n'y a rien à admirer. Sur cette face, j'ai la confirmation que la construction est parallélépipédique, et en regardant mieux, je vois une archère droite et courte. Je tente une datation : Le 12ème siècle.

Êtes vous d'accord ?

   Des vestiges d'ouvertures sont visibles, mais je suis incapable de leur donner une fonction.

Qu'est ce donc cela ?

 

    L'intérieur 

La découverte continue

       Bien que la ruine ne soit pas visitable car située dans une propriété privée, il est agréable de voir de loin ses entrailles.

N'est elle pas magnifique cette ruine avec sa voûte en ogive ?

 

Je suis observateur

  Deux détails attirent mon attention sur ce morceau de mur :

 * Les pierres sont asymétriques et de nature différente.

 * L'épaisseur du mur possède 2 ouvertures. Si ce sont  des trous de boulin (voir vocabulaire), ce remblai serait la limite du mur donc de la tour. Mais si ces trous accueillaient les poutres transverses de la porte, cette tour devait être impressionnante.

 

Mon cerveau chauffe

   Devant tant de doutes, je repose mon cerveau embrouillé en regardant le panorama. Et là encore, je suis subjugué devant une autre fortification.

Vous ne me croyez pas ?

Pourtant, elle est là !

   Cette ombre se nomme : San Gimignano. Elle fut la voisine ennemie de Montemiccioli et de Voltera.

 

Histoire du château :

   Grâce à une princesse nommée Jacqueline qui a un blog extraordinaire ici, je dispose d'une partie de l'historique de cette ruine oubliée.... Merci à toi. 

* En 929 (le 30 août), le roi Ugo de Provence fait don de la localité (nommée à l'époque "Monte de la Tour"), à Adalard, Évêque de Volterra.
* A partir du 11ème siècle, le petit bourg vit les affres et les bonheurs de Volterra (Disputes municipales avec sa voisine et ennemie San Gimignano, guerres, épidémies, trahisons vont animé sa vie durant plusieurs siècles).
* Le site fortifié appartient à Messer Gaultier Ardinghelli.
* En 1317, Messer Moronti, seigneur de Monticellei (?), fait réaliser des travaux de reconstruction suite aux dommages de la guerre.
* Vers la moitié du 15ème siècle,  le site fortifié est impressionnant (pour un château de petit seigneur). La tour carrée mesuret 8,50m de côté avec une hauteur de 40m environ. Elle a trois étages et est munie au 2ème et 3ème d'étroites archères déphasées de façon à pouvoir dominer le territoire au dessous et se défendre des projectiles des attaquants.
* Vers 1472, la fortification est attaquée puis conquise (avant le célèbre sac de Volterra).
* Au 21ème siècle, le site est dans une propriété privée, donc non visitable. Il est possible de l'observer depuis la petite route peu carrossable. 

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 06:30
 

   Les églises fortifiées sont fascinantes car elles possèdent, en plus de leurs architectures différentes, des systèmes défensifs très variés. En voici une faisant un compromis entre puissance et....

Je préfère vous laisser la découvrir.

 


Département 24 - DORDOGNE

Le bourg :
       Situation :   (Le voir sur une carte)

   La commune de Festalemps est située à 10km au Sud-Est de Aubeterre sur Dronne, à 10km à l'Ouest de Ribérac et à 40km à l'Ouest de Périgueux.

     Coordonnées du bourg :

45° 13′ 37.92″ N 0° 14′ 29.04″ E
 45.2272°  0.2414°

 

L'église: 
      L'extérieur :
L'arrivée
    Même si je prépare toujours mes visites de châteaux forts ou d'églises fortifiées, je suis très souvent surpris par le bâtiment tel un enfant devant un dessin animé.
   En descendant de mon destrier je n'imaginais pas qu'une beauté se cachait derrière cette nef très Romane.

La découverte
    Bien que le bâtiment ait été partiellement arasé, rapidement j'ai remarqué les classiques ouvertures de défense d'une salle de repli sous le toit. En prenant un peu de recul, les fortifications médiévales se révèlent à mes yeux ébahis.

Comme elle est belle cette église fortifiée !


Le clocher
    Evidemment, le "rond" clocher semble être la pièce maîtresse du système de défense. Il est haut, puissant, imposant avec des murs épais et surtout un crénelage faisant pâlir de jalousie de nombreuses ruines castrales que j'ai visitées .

        L'intérieur :
     En poussant la porte, je découvre une ambiance neutre, sans décors, sans artifice et hélas, sans indice de fortification médiévale. Il y a bien une statut "guerrière" d'une héroïne Lorraine (et Française bien sur), mais je ne vois pas d'escalier en colimaçon ou une échelle pour accéder à une trappe.
   Cette église gardera son secret fortifié.


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Vers le 12ème siècle (?), les habitants fortifient l'église.
* En 1947, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. L'intérieur de l'église est visitable en dehors des offices. Les fortifications ne sont pas visitables.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux 24
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 06:30
     Parfois, une fortification médiévale parait anodine, sans âme, sans intérêt, pourtant elle a vécu des aventures incroyables, eut la visite de personnages importants ou a été l'enjeu de querelleurs.
   "Mon" Dauphiné comporte quelques maisons fortes peu connues et pourtant très vivantes. Voici une petite curiosité nommée : "La Tour des Chiens".
 

 

Département :   38 - ISERE 

 

Le bourg :

   Situation :    (le voir sur une carte)

       Le bourg de Corenc se situe à 4km à vol d'oiseau au Nord-Est de Grenoble sur la D512 en direction de Saint Pierre de Chartreuse.

  La "Tour des chiens" est située sur les hauteurs de Corenc (à 530m d'altitude) un peu à l'Ouest.

   Coordonnées de la maison forte :

45° 13' 25.543" N 5+ 45' 13.774" E
 45.223762°  5.753826°

 

   Toponymie :    (voir l'article d'initiation)

Quel curieux nom pour une fortification !

    Un "bouche à oreille" prétend que le futur roi de France Louis XI (voir liste) alors Dauphin du Dauphiné (voir explication), aurait utilisé cette construction pour héberger ses chiens entre 2 chasses dans les bois adjacents.

  S'il est vrai que la région Grenobloise a accueilli de nombreuses fois cet illustre personnage, il se rendait plutôt dans les bois proches de la maison forte de Jarrie nommée "Bon Repos" (à 6 km au Sud) plutôt que celle-ci.

 Alors, d'où vient ce nom ?... Mystère.

 

La maison forte :

     L'extérieur :  

L'arrivée

    Pour trouver le site nommé "La Tour des Chiens", il faut monter au dessus du bourg de Corenc. Proche d'un stade sportif, après un double virage, une construction apparaît. Posée sur un plateau naturel, protégée sur 3 cotés par une pente dissuasive, cette construction dispose des atouts nécessaire pour se défendre contre des assaillants à l'époque médiévale.

 

Pourquoi une fortification en ce lieu

   La vallée du Grésivaudan est une large "route " entre la ville de Grenoble située en Dauphiné et l'axe Chambéry-Albertville situé en Savoie. Les escarmouches entre ces 2 provinces étaient courantes. Pour protéger Grenoble, il avait été aménagé de chaque coté de cette vallée des maisons fortes pour le guet et la signalisation.

  Évidemment, les Savoyards pouvaient aussi venir par le massif de Belledone au Sud ou par la Chartreuse (non, non, pas l'alcool, mais le massif montagneux ...pfff..... bande d'alcooliques ) au Nord-Est (voir cette carte). Des maisons fortes (14 sont citées) ont été construites aux pieds des falaises proches des axes de circulation descendant des montagnes.(Dans cette vallée, je vous ai déjà montré une autre maison forte nommée : La Tour d'Arces)

  La maison forte d'Arvilliers (ceci est son vrai nom) est posée en contrebas du massif de la Chartreuse.

 

Description

     La forme générale ne ressemble pas à un château fort, mais avec un peu d'attention, il est possible de voir une puissante tour d'une vingtaine de mètres de hauteur.  ( "Il est possible"...hihihi.... Comment ne pas la voir ! ).

     Sa forme carrée me fait penser à une construction d'avant le 13ème siècle. Si l'on excepte les ouvertures basses, la tour semble borgne. Cet indice est conforme à ma rapide datation. Les ouvertures hautes alignée ressemblent à un crénelage. Il n'y a pas de trace d'archère, canonnière, bretèche ou mâchicoulis (voir vocabulaire).

     Mais le plus surprenant sont les dimensions de cette tour la rendant habitable et l'absence de latrines. Y aurait il eu une reconstruction gommant les traces médiévales ?

    L'ouverture la plus basse ressemble à une porte médiévale située à plusieurs mètres du sol.

 

    L'intérieur

  La propriété est privée et la visite impossible.

 

 

  Histoire de la maison forte :

* Vers le 1er siècle (?),un opidum romain est (peut être) construit.
* Vers le 9ème siècle (après la mort de Charlemagne), il est probable qu'une construction fortifiée existe.
* Au 12ème siècle (?), une maison forte est construite.
* En 1204, André Dauphins (appelé parfois Guigues VI - voir liste)  donne la maison forte d'Arvillier aux "Chartreusines de Prémol".
*En 1211, les Chartreusines logeant à Vaulnavey échangent cette maison forte contre des terres (proche de leur "résidence") appartenant aux Chanoines de l’Eglise Saint-André de Grenoble. Ce lieu est nommé : Chavannerie (c’est-à-dire : une exploitation agricole).
* A partir du 16ème siècle,le nombreux propriétaires se succèdent.
* Vers 1789, Louis Besson, chevalier de l’Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis, le dernier des Sieurs d’Arvilliers s'enfuit (Une légende prétend qu'il aurait caché un trésor dans l'espoir d'un prochain retour).
* En 1792, la construction est réquisitionnée comme "bien national", puis revendue.
* Au début du 19ème siècle, un bâtiment nommé "La ferme" est construit en s'appuyant sur la tour.
* Vers 1867, une dame pseudo nommée "Fanny Oldi" aurait séjourné en ce lieu Elle aurait été cantatrice du Théâtre Royal de Prusse (?).
* En 1904, le feu ravage la construction.Il ne reste que la tour en pierre dépourvue des plafonds et boiseries intérieure.
* En 1954, les nouveaux propriétaires constatent qu'il ne reste que la puissante tour sans étage intérieur.
* Dans les années 1990, une analyse au Carbone 14 affirme que certains matériaux datent du 14ème siècle.
* En 1994, une expertise dendrochronologique (analyse des cernes du bois) sur le moignon d’une poutre de sapin détermine une date : 1346.
* Au 20ème siècle, sept familles vivent sur cet ancien site fortifié.
* Au 21ème siècle, la découverte  depuis le sentier est libre et gratuite. La visite est interdite : Propriété privée.

 

  Vers menu châteaux forts de l'Isère Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 06:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

   Situation  (--> le voir sur une carte)

       Le village abandonné de Santa Creu de Rodes est située à 15km au Sud de la ville frontière Française de Cerbère et à 25km au Nord-Est de Figueres.

  Coordonnées du village abandonné :

42° 19' 35.825" N 3° 9' 35.129" E
 42.326618°  3.159758°

 

Le château : 

     Après avoir visité l'incroyable monastère fortifié de Sant Pere de Rodes, puis le solitaire château de Sant Salvador de Verdera, mes pas me conduisent vers un village fortifié abandonné situé à 1km au Nord.

 

   L'extérieur :

     Ce village abandonné n'est pas le plus impressionnant d'Espagne, mais l'église à elle seule mérite la visite. Et puis, n'oubliez pas que je suis le "chevalier des ruines", je ne pouvais pas ignorer ce lieu datant du 10ème siècle.

    En arrivant du Sud, le 1er vestige rencontré est une porte fortifiée. Avec son mur très épais, je pencherais pour une tour-porte. Dans l'un des remparts, des fentes de tir très étroites et rapprochées me laissent à penser à une "modernisation" des défenses au 15ème siècle ; Mais supposition cela est !

   J'entre dans le village.

 

   L'intérieur :

     Une rue droite unique traverse le site avec sur la gauche les maisons en ruine évidemment.  Je vois le doute dans les yeux de certains d'entre vous. Je vous assure que ce sont bien des maisons. Regardez ici, il y a des murs avec un sol dallé.

        Dans une autre salle, je constate la présence d'un trou pour le stockage de nourriture.

   Je vous quitte pour visiter l'église pré-romane

 

 

  Histoire du château :

* A la fin du 10ème siècle, une bulle papale mentionne l'église de Santa Creu.
* A la fin du 11ème siècle, le bourg prospère à l'abri du monastère fortifié.
* Au 16ème siècle, avec le déclin du monastère, le village fortifié est abandonné.
* Jusqu'au 19ème siècle, des messes sont dites dans l'église.
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée et des fouilles sont organisées.
* Au 21ème siècle, la découverte du village et de l'église est libre et gratuite (sauf en période de travaux). Le risque de recevoir une pierre est faible. 

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 06:30

 

Département :   81 - TARN

 

Le bourg : Une tour ronde joue à se cacher de moi

    Situation :    (--> le voir sur la carte)

       La petite commune du Pont de l'Arn se situe à quelques kilomètres au Nord-Est de Mazamet au coeur de la Montagne Noire.

    Coordonnées du château :

43° 30' 24.394" N 2° 24' 55.764" E
 43.506776°  2.41549°

 

   Toponymie :    (petite initiation)

* Montlédier viendrait de "Montlaidier" signifiant le "mont laid". Le précipice imposant au bord de ce mont était si effrayant que les locaux trouvaient cela "laid". 

* Pont de l'Arn correspond simplement au pont enjambant la rivière Arn. Cet unique pont (à péage ?) était encadré de 2 moulins.

 

Le château : 

     L'extérieur :

L'approche

    En laissant mon destrier proche de la rivière, la montée à pieds me permet de savourer le paysage, de sentir les arbres, de humer la mousse, de... quand, proche du site fortifié, une architecture m'intrique.

   Est ce le vestige d'un pont enjambant une faille ?

Ou un arc de décharge pour une construction avancée ?

 

Le château se cache

    Il arrive parfois qu'un château me résiste ou mieux, se cache pour jouer avec moi. C'est le cas pour celui de Montlédier. A travers le feuillage, une tour ronde me regarde. Elle a été consolidée, puis modernisée par l'ouverture de fenêtres, mais son crénelage (voir vocabulaire) et son architecture me la fait dater du 13ème siècle.

Qu'en pensez vous ?

 

   Je suis fasciné par la rudesse de cette tour sans ornement, sans mâchicoulis, sans archère dans les merlons, sans corbeau ni console pour les défenses rapprochées en encorbellement.

Incroyable n'est il pas ?

 

L'autre tour

    Évidemment chaque pan de mur de ce château fort se joue de moi et je ne suis pas surpris de discerner dans une trouée cette autre construction fortifiée. La tour carrée est fascinante, croyez moi. Elle montre une caractéristique assez rare. Regardez bien.

    Cette construction carrée est une magnifique réalisation d'une tour borgne du 12ème siècle (je suppose). Elle comporte en partie supérieure des trous de boulin pour un hourdage (voir vocabulaire).

   A la renaissance (je suppose), des fenêtres ont été ouvertes.

  Nota  J'aurais pu vous montrer d'autres images plus complètes du château, mais un peu de suspense, n'est ce pas mieux ?  

 

   L'intérieur :

       N'ayant pas dormi dans ce bel hôtel, je ne pourrai pas vous le décrire.

 

 

Histoire du château :

* Vers le 10ème siècle, les Seigneurs de la Villette font construire un château.
* Au 12ème siècle, Simon de Laurac possède le château fort de Montlédier.
* Au 13ème siècle, une puissante tour carrée est construite.
* Durant 2 siècles, les fortifications sont améliorées.
* Au 16ème siècle, avant les guerres de Religion, le seigneur protestant de la Vilette possède le château.
* En 1562,  le seigneur de La Vilette emprisonne Claude d'Oraison, évêque de Castres.
* Pendant 160, la famille La Vilette possède le château de Montélier.
* En 1762, le château appartient à la famille de Lac de La Clauze.
* En 1885, le site est possession de la famille Cormouls-Oulès (industriels à Mazamet).
* Au 20ème siècle, le château est un Hôtel Restaurant.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible avec discrétion. La visite de l'intérieur est interdite sauf pour les "touristes" qui y dorment.

 

J'adore quand la ruine se fait désirer

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du Tarn Vers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 06:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de Bages se situe à 13km au Nord-Nord-Est de Le Boulou et à 12km au Sud de Perpignan.

  Le château est à 2km au Nord-Ouest de Bages,sur la D49 proche de la RN 9.

   Coordonnées du château :

42° 37' 5.57" N 2° 52' 23.754" E
 42.618214  2.873265

 

Le château :  

    L'extérieur :

Pourquoi ce site castral

      Lorsque vous empruntez la route nationale 9 allant de Perpignan vers l'Espagne par le Perthus, vous n'avez pas le réflexe de regarder sur votre gauche pour voir le "magnifique" château de Réarl.

  Je vais donc vous le montrer pour que votre connaissance dans ce joli département Pyrénéen soit parfaite.

 

L'arrivée

   Il n'y a aucun panneau indiquant la route à emprunter, il n'y a pas vraiment de route balisée pour arriver proche du site castral. Avec une bonne carte, il est impossible de ne pas trouver le pseudo parking pour 2 voitures.

    Tous ces indices doivent vous informer de la grandeur de ce château. Êtes vous prêt à avoir un choc ?

 

La marche d'approche

   Elle commence par un sentier à tracteur sans pente (ce qui est rare avec une construction médiévale) et après quelques petites minutes je découvre, sur une petite colline herbeuse, une incroyable splendeur.

La voyez vous ?

 

EIle est là bas

    La ruine n'est composée que de morceaux de mur qui parfois prennent des formes connues comme :  un cheval (heu... ce n'est pas le mien, il est attaché sur le parking ).

   Bien que très abîmés, les murs offrent des renseignements de construction passionnants (j'exagère un peu).

     Par exemple, sur ce pan de mur,  l'absence de parements (certainement subtilisés pour construire d'autres maisons proches) montre le remblai composé de pierres rondes ayant été prises dans le lit de la rivière Reart toute proche.


Rapide analyse

    Avec la faible hauteur des murs, point de bretèche, de mâchicoulis (voir vocabulaire) est visible. Il ne reste que les vestiges.

   Mais avec une loupe de Sherlock Holmes, il est possible de suivre les contours du château. Parfois, les arbres tentent de cacher les vestiges, mais je les vois toujours.

  Ne me demandez pas de faire le plan de ce château, trop de murs ont disparu et point de désherbant j'ai pris dans ma hotte .

 

    L'intérieur :

     A l'intérieur, évidemment point de plafond, ni de décors. Ce château est une ruine minimale où seuls le plaisir de découverte et la joie de l'imaginaire règnent en maître.
      Un morceau de pierre, un replat, une forme ronde sont les trésors à découvrir dans l'herbe.
  Comme souvent, c'est le panorama qui est le trésor suprême d'une ruine.

 

 

   Histoire du château :

* Au 12ème siècle, une fortification est citée dans un texte.
* Au 13ème siècle, le château appartient à la famille Llupia.
* Au 14ème siècle (?), le château appartient à la famille Oms.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite.

 

  Vers Menu châteaux des Pyrénées orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article