Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 07:30
    Blason du canton de Vaud  
 

Pays :

 SUISSE  
 

Canton :

 VAUD  

 

Le bourg

Voila le musée du vin, hic.....  Situation :     (--> le voir sur une carte)

   Le village d'Aigle est à 10km au Nord de Saint Maurice et 12 km au Sud de Montreux sur la rive droite du Rhône.

   

Le château :

    Un peu à l'écart centre ville actuel, sur un petit mamelon, apparaît un château au milieu des vignes. Devenir le musée du vin était une évidence.
  Aurais je le droit de me désaltérer ?

 

    L'extérieur :

L'approche

  Pour arriver presque intact au 21ème siècle, ce château d'origine médiévale a subi de nombreuses évolutions architecturales et des modernisations de confort. Et pourtant sa forme carrée avec bâtiment central et donjon habitable dans un angle est typique de la construction savoyarde du 13ème siècle (?).

Sera t il me séduire, moi, le chevalier du Moyen Âge ?

 

Le donjon 

   En montant vers ce château, mes yeux sont heureux d'admirer cette puissante tour carrée. Ce devait être le donjon primitif du 13ème siècle (époque Savoyarde) pourtant la construction semble moderne et bien appareillée (reconstruction ?). Quelques fenêtres à accolade et à meneaux (voir vocabulaire) ont été percées faisant disparaître les archères de défense. 
    Je suis surpris de ne pas voir de mâchicoulis (système de défense classique sur ce type de tour) et encore plus étonné de voir 2 belles bretèches sans porte en dessous à protéger.

Est ce du à un changement architectural durant les 7 derniers siècles ?

  Lumineux !....... C'est le seul mot qui m'est venu en découvrant cette façade.

Le portail d'entrée

    Quelques mètres plus loin, le contraste avec la tour est saisissant :

  • * Il y a d'abord la couleur blanche qui rend pale la puissante tour. Cela nous choque au 21ème siècle, mais à l'époque médiévale, les murs de pierres n'était pas gris et nus laissant voir les joints.
  • * Ensuite la faible hauteur du mur. Cela est du au comblement successif des siècles, et à la construction d'une route "moderne".
  • * Puis les arquebusières et bouches à feu. Sur la tour ces système de défense ont disparu, mais cette façade en comporte beaucoup accompagnées de volets pour archers et arbalétriers. Ces volets se nomment : Des mantelets (voir vocabulaire) .
  • * Et pour finir, l'importante de la bretèche protégeant la porte. C'est l'une des plus "puissantes" qui m'ait été donnée de voir. Il manque bien sur le pont levis, mais les contraintes modernes font souvent disparaître ce délicat système de protection d'antan.

Mais y en avait il un ?

Curiosités

     Je ne vois pas les "fentes" pour les flèches du pont ni celles pour les chaînes de levage (voir un exemple).
Autre curiosité : La partie d'un château la mieux protégée est souvent la porte. Elle est habituellement encadrée par 2 tours ou des échauguettes. Curieusement, sur la droite, il n'y a rien.

"Assez d'interrogation, chevalier"   me dis je  "Franchis cette porte !".

    En plus de me régaler le gosier (avec le nectar de ce musée du vin), je vais me saouler d'odeur médiévale..... En avant pour l'aventure enivrante (hic).

   

    L'intérieur :

Anecdote

      En passant la porte, un guichet m'attend ou plutôt une admirable guichetière avec un accent Suisse magnifique (Evidemment, ce n'est pas moi qui ai un accent !   ).
    Auparavant, j'avais imprimé un bon de réduction sur
le site des châteaux Suisse que je tendis à la belle brune.  Surprise elle fut, jamais un tel prospectus avait franchi son guichet, et en plus, elle fut gênée de ne pas connaître la réduction à m'accorder. Je lui dis :
       - "Au Château de Chillon, il m'a été accordé 20% et ...... une bise. "
  Et là, elle me les fit....... réduction et bise..... et en plus, dans le canton de Vaud, le nombre est de 3 ! 
Rien que pour cela, je vous conseille de visiter ce château .
 


    Vous me connaissez un peu maintenant, le vin n'est pas le thème de ce blog, c'est l'époque médiévale. Je ne vais pas vous décrire, ni vous montrer les nombreux documents, bouteilles, ustensiles, tonneaux, vêtements etc... qui agrémentent la visite. Mais sachez que c'est un musée très intéressant et très didactique.Venez belle princesse vous assoir sur cette banquette, je vous conterais.....
 
La Tour Carrée 
 
   La visite commence par la grande tour carrée. Les salles ont été raffraîchies pour accueillir des visiteurs, et "modernisées" durant les siècles, mais l'ambiance est médiévale par de nombreux détails (les fenêtres à coussièges avec des murs épais  par exemple).
      Ayant servi de prison, certains murs des salles du bas comportent des "graffitis" racontant les anecdotes de vie des prisonniers ou leurs rêves. 

   Les salles supérieures comportent des éléments de confort et devaient loger le seigneur et sa famille. C'est par une tour-escalier que j'accède aux différents étages.
 
La Courtine d'entrée
   Au 2ème étage de la tour carrée, une porte permet l'accès à la courtine au dessus de l'entrée.

Vous en souvenez vous ?

   Évidemment, dans ce chemin de ronde, je rencontre les fameux volets de défense, ainsi que des archères permettant le tir par armes à feu.
  Mais, dans la bretèche, une surprise m'attends : Une "pièce" avec des décors peints. J'ai presque honte d'entrer dans cette salle qui semble hors du temps et si fragile. Le plafond en bois comporte des motifs floraux. Les murs sont.... ... je vous laisse regarder.

     Le chemin de ronde se poursuit et, à l'angle opposé, je découvre la tour-escalier accolée à la tour carrée. Il est évident que la petite tour a été construite quelques siècles après l'époque Savoyarde. 
 
Les bâtiments annexes (salles des chevaliers)
   Ils sont de construction plus tardive et je ne m'y attarderais pas, pourtant les murs des salles du Bailli, et des chevaliers ont de très belles peintures Bernoises.

 

 
Histoire du château :

  • * Vers 1076, l'Empereur Henri IV (Saint Empire Romain Germanique) donne la seigneurie d'Aigle à la maison de Savoie (voir liste des Comtes).
  • * Au 12ème siècle, le Comte de Savoie transforme ce lieu en centre administratif. 
  • * Au 13ème siècle, le bourg de Aigle est cité comme ville prouvant l'importance du lieu. Le Comte donne la seigneurie à la famille Saillon, mais "surveille" toujours l'économie et la défense.
  • * Au 14ème siècle, Peronnette de Saillon, dernière héritière, épouse Simon de Compey. La seigneurie change de propriétaire.
  • * En 1474, début de "la guerre de Bourgogne". Le seigneur Jean de Compey est allié de Charles le Téméraire, ennemi des confédérés. 
  • * Vers 1475 (?), les Bernois, ennemis de "Charles", envahissent et brûlent le château.
  • * A la fin du 15ème siècle, les Bernois reconstruisent la grande tour carrée. Un bailli est placé au château.
  • * A la fin du 16ème siècle, les étages supérieurs de la tour carrée sont modifiés pour servir de résidence.
  • * En 1630, les salles reçoivent des décors floraux et animaliers très à la mode.
  • * En 1695, de nouveaux décors sont peints sur les anciens.
  • * En 1798 (?), le bailli Bernois est chassé par les révolutionnaires. Le château appartient au Comté.
  • * En 1804, la commune de Aigle achète le château. Il devient un habitat social accueillant des familles sans argent et sans logement.
  • * En 1832, l'architecte Henri Perregaux transforme les salles de la tour en prison. Chaque salle est divisée en 3, les ouvertures sont grillagées et les murs sont enduits de plâtre.
  • * En 1972, la tour ne reçoit plus de prisonniers.
  • * En 1974, les travaux de restauration commencent.
  • * En 1980, le plâtre recouvrant les décors est enlevé.
  • * A la fin du 20ème siècle, le château est devenu le musée du vin.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. Pour visiter l'intérieur, il vous faudra débourser quelques piastres Helvètes, mais il y a tant à lire et à voir que vous ne le regretterez pas.

 

Le plaisir des yeux est sur tous les murs de ce château-musée.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux Suisse

 

 


    Y avait il un diablotin farceur le jour de ma visite ?   Je le pense car toutes mes photos d'extérieur du château dans les vignes étaient floues ou mal cadrées.  Solution : En prendre une (avec autorisation) sur un autre blog.
   Je voudrais remercier la rédactrice de ce blog

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 08:10
 
     Les églises fortifiées n'ont pas la puissance ni l'aura d'un château fort, mais elles sont pour moi un petit dessert sucré, une petite cerise sur mon gros gâteau de ruines médiévales.
   Goûtez moi celle-ci.
 


Département :    55  - MEUSE

Le bourg :
   Situation :   (le voir sur une carte)
      Le petit bourg de Jouy sous les Côtes est situé à 12km à l'Est de Commercy et à 22km au Nord-Ouest de Toul.

   Coordonnées du bourg :

48° 46′ 18.84″ N 5° 41′ 39.12″ E
 48.7719°  5.6942°

 
L'église:
       L'extérieur :
Pourquoi le choix de ce bourg ?
       C'est par un petit article dans un journal local que j'ai eu connaissance d'une église fortifiée dans ce village. Ayant visité la veille l'incroyable château fort de Preny, j'avais envie de sagesse avec une petite fortification.

Je ne vois rien
    L'imposante église trône au centre du village précédée par une grande place me permettant de l'admirer. Mais je ne vois aucune trace de fortification.
  En la contournant, je distingue une tour escalier octogonale sur la gauche, avec des ouvertures verticales, mais ce sont certainement des puits de lumière et non des archères (voir glossaire).
   Il est surprenant de voir une tour escalier pour accéder au sommet d'une église traditionnelle, mais cela n'est pas une preuve tangible de fortification médiévale.

Recherche des indices
    Supposant que le clocher fut une sorte de donjon ou de tour de protection, je cherche des indices de défense, mais ..... rien.
    Contre le mur servant certainement de couloir entre la sacristie et l'église je trouve des traces d'anciennes ouvertures, aujourd'hui obturées. Mais cela ne me semble pas défensif.
    Lorsqu'une fortification se refuse à moi, généralement je reprends de la distance pour comprendre mon erreur et....

Ai je trouvé ?
     ..... En observant l'édifice religieux depuis le coté opposé au clocher, je distingue... Hooo... incroyable !


   Je vous sens un peu perdu  devant une église fortifiée, voici les multiples indices.

La salle de repli
   Sur le mur du clocher, les traces de solins prouvent la surélévation ancienne de l'église. Et pourquoi rehausser une église ?.... Pour créer une salle de repli (système classique de protection et parfois de défense si des ouvertures de tir sont ajoutées).
    Cette salle (aujourd'hui disparue) au dessus du choeur explique la présence de la tour-escalier.

La bretèche
    En avançant vers le clocher, je distingue entre 2 fenêtres une construction en surplomb. Evidemment vous pensez à une bretèche. Mais que protège t elle ?.... hihihi, un contrefort !
   Comme moi vous êtes surpris , mais cela s'explique par la reconstruction de l'église. A l'origine elle était orientée Nord-Sud, et elle fut agrandie dans le sens Est-Ouest.
   Cette bretèche, comportant le blason des Ducs de Bar, devait certainement protéger le portail d'entrée de l'église médiévale.

L'archère
    Repu par tous ces indices médiévaux, je retourne vers mon destrier quand soudain ma petit voix intérieure me dit de prendre une autre voie, et là je vois.
     Je vois, je vois, je vois (sans boule de cristal ) une fente au dessus d'une fenêtre. Evidemment celle de droite est une fissure mais celle de gauche est une magnifique archère-canonnière à double traverses cruciformes. A elle seule, cette ouverture justifie mon déplacement dans ce village de Jouy sous les côtes.

       L'intérieur :
    La porte est ouverte, et j'entre dans ce monde bien différent de mes ruines de châteaux forts. Comme je le pensais, aucun indice de fortification est visible pour un pécheur (plutôt chasseur de ruines ) comme moi.


Histoire de l'église :

* Au 15ème siècle (?), l'église médiévale est fortifiée.
* A la fin du 16ème siècle (?), l'église est aménagée dans l'axe Est-Ouest.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église paroisiale "sous l'invocaion de l'invention de Saint Etienne" est libre. La visite de l'intérieur est possible en dehors des offices mais celle des étages est interdite.

 

Vers Menu églises fortifiées de France  Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 07:30

 

Pays :

 Grand Duché du LUXEMBOURG


 

 

Le château :

 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Le bourg de Esch sur Sure (aussi nommé Esch-Sauer) est situé à 18km à l'Ouest de la ville Belge de Bastogne, à 45km au Nord-Ouest de la capitale Luxembourg.

 

 

  Description de la tour :

   Les nuages sont épais, et l'atmosphère humide lorsque j'arrive aux portes du bourg.  Soudain, au dessus de moi, posé sur un rocher, apparaît une forme bien connue. Par un sentier bien tracé je monte vers la tour solitaire.

 

    L'extérieur :

      Je m'attendais à un château fort et c'est une simple tour que je découvre. Pas si simple que cela en réalité car avec ses dimensions, elle semble habitable. Je vous invite à découvrir ce bâtiment nommé : Tour du Log.

   Mais avant, il est important de lire les indications.... Il y a sur la tour un "joli"  panneau ayant peut être l'âge de la ruine (hihi, moqueur je suis) m'informant en 4 langues du danger. Il faut donc un heaume pour découvrir cette beauté.

 

    L'intérieur :

   C'est donc "coiffé" que je grimpe un escalier dans la pénombre à la découverte d'une tour très consolidée. Et à l'étage, une belle pièce m'accueille. Ce n'est pas Versailles, mais il y a assez de place pour vivre, se nourrir et dormir. Mais je pense que ce devait être la salle des gardes (supposition sans fondement technique).

   Par l'ouverture, un incroyable miracle se réalise (j'exagère un peu certes, mais vous me connaissez un peu maintenant). Pendant que je montais, une fée a construit pour moi un château fort de l'autre coté de la faille.

    Avant que le "mirage" s'efface, je me précipite dans l'escalier construit dans l'épaisseur du mur pour descendre rapidement la tour puis la colline. Je vérifie une dernière fois que le château est encore là (oui, je crois toujours aux maléfices et aux fées) et je vous le présente.

 

 

  Description du château :

      L'extérieur :

     Après avoir traversé le joli bourg et gravi facilement les rues en pente, j'arrive devant la curieuse entrée du château certainement remaniée au 17ème siècle. Elle est dépourvu de pont-levis, herse, et bretèche (voir vocabulaire).

   Au fond, la tour semi-circulaire est en réalité l'église, servant aussi de défense.

  La visite commence.

 

    L'intérieur :

 
Les salles voûtées
    Avant de découvrir l'architecture du site, j'ai envie de comprendre l'aménagement des salles voûtées.
 * La 1ère est sombre, sans fenêtre et sans aération avec un séparateur central. C'était peut être la cave puis à partir du 15ème siècle la poudrière (supposition sans preuve).
 * La 2ème est plus lumineuse et comporte sur le mur du fond une ouverture me faisant penser à un four à pain. Était ce la cuisine ?
  
Les bâtiments
    Les premiers pans de mur visibles sont très curieux. Ils sont réalisés avec des pierres sombres pauvrement taillées et surtout reconstruits récemment. Il n'est pas aisé de définir leur ancienne affectation. J'erre dans ce dédale sans comprendre.
     Même si l'architecture du château fort semble brouillonne, sa découverte est agréable. Imaginez le sous le soleil avec les pierres brillant de milles feux et des fleurs montrant leurs couleurs. Un plaisir visuel et odorant.
  
     Puis soudain, j'ai ma récompense. Au bout d'une "allée", une puissante tour carrée.
   Elle est devancée par des vestiges de bâtiments comportant des étages (point devin je suis, il y a les trous pour les poutres des plafonds ).
   Si près de ce donjon "étroit", je suppose que ce devait être le logis seigneurial.

     Cette tour maîtresse est surprenante. Elle n'est pas assez large pour être habitable, et pourtant ses dimensions impressionnent. Elle ne comporte pas de fenêtre, ni d'archère, ni de bretèche, ni de porte à plusieurs mètres du sol comme toutes ses "soeurs carrées du 12ème siècle. Ce mélange de Roman et de pré-Gothique me fascine et m'interroge.
 
Quel est donc le secret de cette tour ?
 
     Je tente d'entrer mais....  un grille moderne m'en empêche. Je vous laisse avec mes doutes, et je vais manger dans l'un des nombreux bon restaurants de la bourgade.... Hummm.

 
Histoire du château :

  • * Vers 774 (?), un personnage nommé Nebelungus donne ses propriétés de "hesc" à l'abbaye d'Echternach.
  • * Vers 927, Menigaud possède, par un échange, un site à Esch. Une tour carrée avec dépendances semblent excitées (ou construites).
  • * A la fin du 11ème siècle, les 2 propriétaires du château partent aux croisades. Le château et les remparts ne semblent pas modifiés.
  • * Vers le 13ème siècle, il semble que la fortification soit modifiée (?).
  • * Au 15ème siècle, avec l'arrivée des armes à poudre, c'est le village qui est fortifié et non le château adapté aux boulets.
  • * Au 16ème siècle, il semble que le château soit déserté (?).
  • * A la fin du 17ème siècle, les troupes Françaises du Roi Louis XIV (voir liste des rois) s'emparent de Esch et démantèlement le château.
  • * En 1906, la chapelle du château est restaurée.
  • * Au début du 21ème siècle, une association de sauvegarde du château est créée.
  • * Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Le risque de recevoir un peirre est faible mais existe. 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Luxembourg médiéval
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 07:30

 

Département 33 - Gironde

Le château :
   Situation : (le voir sur une carte)
       Le village de Daignac est situé à 27km à l'Est de Bordeaux et à 15km au Sud de Libourne.

 

     Coordonnées du château :

44° 48′ 43″ N 0° 15′ 4″ W
 44.811944°  -0.251111°

 


Pourquoi le choix de ce bourg ?
     Le hasard.... C'est le hasard qui m'a fait rencontrer ce château.
   Je revenais tranquillement de ma visite du donjon de Saint Emilion et ivre Noooon, ze noeud boua pas...hic  de la beauté de ce bourg (sobre je suis bien sur), je n'avais pas vu qu'un autre château jouait avec les feuillages. Heureusement que mon fidèle destrier regarde la carte.
 

 
Le château:
      L'extérieur :
Généralités
    Ce château au centre d'un vignoble semble être un puissant donjon entouré de bâtiments plus récents. Avant de le découvrir, j'ai besoin de connaître son nom. Il suffit de lire les panneaux (pfff, c'est facile d'être castellologue-enquêteur ).


Le donjon
    Bien que des vestiges de rempart et du pont dormant (certainement un ancien pont-levis) soient visibles, c'est l'impressionnant donjon qui m'attire.
    Par ses dimensions, il est évident qu'il fut habitable. C'est un parallélépipède presque carré avec de puissants "renforts" aux angles. Ces contreforts ne ressemblent pas au classique modèle architectural, l'angle n'est pas à 90° entre le mur et le renfort améliorant ainsi la résistance.

Les défenses
    Surpris je suis devant ce donjon qui est censé avoir été construit au 14ème siècle, il ne dispose d'aucune ouverture de tir, ni d'archère (voir vocabulaire). Il y a sur une façade une construction en surplomb, mais cette avancée doit être des latrines et non une bretèche.
   Heureusement que le sommet a gardé les vestiges de consoles de l'ancien mâchicoulis, sinon, doute de sa construction défensive j'avais .

Les étages
  Une brochure locale m'informe que ce donjon comporte 7 étages avec voûte en berceau. Les 2 derniers sont éclairés par de petites fenêtres peu décorées.
   Un escalier dans l'épaisseur du mur dessert de nombreux étages.

      L'intérieur :
    Le château est une propriété privée non visitable.


Histoire du château :

* Au 11ème siècle, un seigneur nommé Curton est cité, sans qu'il soit fait mention d'une fortification.
* Au 14ème siècle (vers 1330), un château fortifié est cité. La famille Curton est vassale du roi (voir titre de noblesse) d'Angleterre.
* Au milieu du 15ème siècle, le roi de France Charles VII (voir liste des rois) attaque et s'empare du château.
* A la fin du 15ème siècle, le château appartient à la famille Chabannes. Les bâtiments sont modernisés.

* En 1926, le château est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite mais sans entrer dans la propriété. La visite de l'intérieur est interdite car ce château est une propriété privée.

 

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Vers Menu châteaux de Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 07:30

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE
 
    Vous connaissez tous ma passion sans limite pour les bâtiments fortifiés d'origine médiévale. Je les adore, je les prends en photo, je les visite longuement, et ce qui est pire, j'ose vous les imposer dans ce blog :D .
    Les ruines ne me déçoivent jamais. Et même lorsqu'elles sont moins que minimales elles ont toujours un charme que je me dois de vous faire découvrir.
     Mais parfois, les hommes détruisent les rêves, et je n'ai qu'une envie, vous dire : "N'y allez pas !" (S)
  Voici un exemple .

 

 

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Vilafranca del Penedés est situé à 45km à l'Ouest de Barcelone et à 45km à l'Est de la ville fortifiée de Montblanc

 

Le château : 

   L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

   Au moyen âge, cette cité fut très importante et de nombreux bâtiments furent construits. C'est donc avec beaucoup de soleil dans les yeux que j'aborde la visite de cette ville moderne qui a su gardé plusieurs siècles de construction.

 

L'arrivée

   Sur une place, je découvre ce bâtiment. C'est une construction du 13ème avec de belles fenêtres géminées à 2 colonnettes puis une fenêtre à remplage.

   Les pierres ont des couleurs et parfois des tailles un peu différentes prouvant les reconstructions et consolidations durant 7 siècles.

 

    L'intérieur :

Quelle déception :

1- J'attends 5 minutes que la princesse finisse sa lettre.
2- Je ne vois aucun tarif pour la visite.
3- En mettant un billet de 5€ sur la tablette, j'apprends qu'il faut en mettre un autre.
4- J'attends encore longtemps que la brunette me redonne la monnaie.
5- J'attends toujours mon ticket et un prospectus (qui n'arriveront jamais).
6- J'attends que l'on m'explique où se trouve l'entrée.
7- ... Exceptée une expo sur le vin dans une salle peu lumineuse, toutes les portes sont fermées.
8- Je ressors et tente de poser quelques questions, mais la préposée est occupée par une autre lettre.

 

Conclusion :
    Evitez ce musée et même ce bourg

 

 
Histoire du château :

* Heu.... . Il en a une...mais....je me désintéresse de ce bâtiment.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est ..... sans intérêt, trop cher, puis le touriste n'est pas bien accueilli. Il y a d'autres beautés en Catalogne, les plages sont magnifiques. Ne perdez pas votre temps en ce lieu. 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 21:00
La rubrique CINEMA regroupe les films ayant pour thème Le Moyen Age ou ayant comme cadre (même partiellement) un château médiéval.



  Affiche du film : Les Choristes
Année 2004
Réalisateur Christophe Barratier

 

  Acteurs   Rôles
 Gérard Jugnot
 Clément Mathieu
 François Berléand
 Rachin
 Jacques Perrin
 Pierre Morhange (adulte)                        
 Jean Baptiste Maunier
 Pierre Morhange (enfant)    
 Kad Mérad
 Chabert


 
 
 
  Présentation du film
 
   « En 1948, Mathieu Clément  est professeur de musique sans emploi. Il accepte un poste de surveillant dans un internat de rééducation pour mineurs.
    Le système répressif appliqué par M° Rachin (
le rigide directeur) bouleverse Mathieu. Pour canaliser l'ardeur négative des enfants, il décide de les initier à la musique et au chant. »
 
 
 
  Ce que j'en pense
 
           Que puis je ajouter d'original sur ce film vu par des millions de Français ?
      C'est un film touchant à la musique agréable jouant sur la corde de la sincérité et de la recherche du "beau".
  Même si les spécialistes en chant et en musique classique ont un peu critiqué la partie vocale (la chorale), pour les profanes que nous sommes, la musique se mêle parfaitement au scénario.



Où est le Moyen Age ?

   Le Moyen âge n'est pas présent dans le scénario évidemment, c'est le château de Ravel dans le Puy de Dôme qui apparaît dans de nombreuses scènes. 
   Il ne vous semble pas médiéval car il a été remanié de nombreuses fois au cours de ses 800 ans mais sa construction date bien du 12ème siècle.


  Vers menu
cinéma
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Films : Châteaux forts et Moyen Age
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 00:30

 

 

Département :   81 - TARN 

   

 

Le bourg : 

Une commanderie Templière se visite... religieusement !    Situation :   (--> le voir sur la carte)

       Vaour se situe entre Albi et Montauban, au Nord de la forêt de Grésigne et au Sud-Ouest du fameux château de Najac.

 

    Coordonnées du bourg :

44° 4′ 23″ N1° 48′ 9″ E
 44.073056° 1.8025°

 

   Origine du nom

      Le lieu se nommait Bahor signifiant : Ravin, Abîme. Puis le nom se transforma en :

     - VAHOR,
     - VAOR,
     - VOR (par contraction),
     - VAUR, (avec le temps le U se prononça OU),
     - VAOUR.

 

 

La commanderie : 

  A la sortie du village, une route étroite en pente m'amène vers un petit parking herbeux.

      Coordonnées de la commanderie :

44° 4' 7.76" N 1° 48' 10.87" E

 

     L'extérieur :

 Première constatationUn château d'eau.

    Très souvent, s'il n'est pas sur un pic haut perche, le château médiéval a la compagnie d'un "château" plus moderne mais moins prestigieux et moins sophistiqué en architecture (voir autre exemple avec les châteaux de Quillan, et de Cucugnan... ) mais si utile pour notre confort.

 

 Deuxième constatation :

       En sortant de ma petite voiture, devant la voûte d'entrée, je vois un bâtiment carré, très refait. Ma déception est grande devant ce massif assemblage de pierre ressemblant à une ferme du 20ème siècle. Allais je partir bredouille de ruines médiévales ?

   Non, car rapidement mon engouement pour les pierres féodales renaît en voyant une jolie arche de porte et une ruine qui l'accompagne.  Venez avec moi découvrir une COMMANDERIE des TEMPLIERS. (voir le plan)

 

  La première cour :

      En passant sous l'arche de la porte d'entrée, j'arrive dans la 1ère cour. Elle ne comporte aucune trace d'aménagement de défense, ni de fortification. Une jolie pelouse et un chemin gravillonné empêchent toutes déductions. Avant de poursuivre le chemin vers la 2ème cours à l'Est, j'observe les bâtiments qui m'entourent.

   Cette cour est délimitée par 2 bâtiments Templier :
- Une métairie, coté Sud
- Un corps de logis coté Nord-Ouest
- A l'Ouest, un cimetière moderne a pris la place de l'ancien bâtiment de "stockage" je pense. Il a été construit après l'éboulement du donjon, et sur les gravas.

 

  La métairie :

        Ce que j'avais pris pour un gros bâtiment de ferme moderne au Sud-Est est en réalité l'ancienne métairie. Elle a été très remaniée et consolidée pour devenir une salle de spectacle. C'est un bâtiment rectangulaire aligné dans le sens  Est-Ouest de 40m x 15m. L'entrée principale est au Nord, coté cour intérieure de la commanderie. Des archères droites sont encore visibles sur les face Est et Ouest.

    La face Sud comporte curieusement 9 arcs boutant très larges.
 Curieux !...
 
 A quoi pouvaient bien servir ces renforts ?
Peut être un mur bouclier ?

 

 La deuxième cour :

      Pour accéder à cette cour, il faut contourner le grand corps de logis hélas très ruiné.

Et là, le "choc".

    Le lieu de vie des Templiers m'apparaît. La plupart des bâtiments ne sont composés que d'un rez de chaussée, car les étages et les toits ont disparu, mais ils sont clairement identifiable :

 

 Le bâtiment de vie :

     Le "choc", oui encore une sensation forte. D'abord parce que la première salle est dans la pénombre, éclairée par des petits puits de lumière, ensuite par le frais qui règne entre ses épais murs et enfin, par la magnifique voûte.

   Cette première salle est identifiée comme le réfectoire. Une porte solide coté Nord-Ouest accède à une deuxième salle.
     Elle est aussi magnifique que la première mais  beaucoup plus grande et plus éclairée. Une immense cheminée avec chauffe plat explique sa fonction c'est: La cuisine (logique puisqu'elle est à coté du réfectoire). La cheminée est mitoyenne avec le réfectoire, nos Templiers ne devaient pas avoir la sensation de froid qui m'avait surprise en entrant.
     Dans l'angle opposé, il reste les traces d'un évier et d'un "bassin" (pour laver les aliments peut être ?).

Une autre porte, proche de l'évier, conduit vers une très petite salle sombre. Elle comporte un four (hélas, pas encore rénové) qui communique avec..... la boulangerie. L'aménagement des pièces est très logique.

     En ressortant, je suis à nouveau en admiration devant cette cuine.

 

 Les étages :

    Il ne reste presque rien des étages, mais les fondations de grandes fenêtres, l'escalier, la vue sur la 1ère cour intérieure font penser à des chambres. Ce dortoir est au dessus de l'immense cheminée de la cuisine. Nos Templiers avaient tout prévu pour leur confort.

 

 

Histoire de la commanderie des Tenpliers : 

* A l'époque Gauloise, la colline est un lieu "païen" pour le culte de l'eau (une dalle avec des rigoles, proche de la commanderie, l'atteste).
* Vers 1140, les Templiers obtiennent des terres et biens en Albigeois.
* Vers 1160, les possessions de l'Ordre des templiers augmentent. Il décide d'implanter le siège d'une commanderie "au centre" de leurs territoires. le choix se porte sur la colline de Vaour.
* En 1209, au début de la croisade des Albigeois, les sites des Templiers sont épargnés par l'armée de Simon de Montfort.
* En 1307, Le Roi (voir totre de noblesse) de France Philippe le Bel (voir liste des rois) souhaite supprimer l'Ordre du temple devenu trop puissant à ses yeux. Il fait pression sur le pape Clément V. Il organise une immense "opération de police". Les Templiers de Vaour sont pris et jetés en prison.
* En 1311, le pape ordonne au Concile de Vienne l'abolition de l'Ordre du Temple. Vaour devient la possession de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. La commanderie est rattachée au Grand prieuré de Saint Gilles.
* Durant le 14ème siècle, la commanderie subit quelques modifications .
* Au 15ème siècle, le système défensif et revu, et de nombreuses ouvertures pour arme à feu sont percées.
* Au 16ème siècles, l'arrivée des canons et l'élégance de la renaissance apportent quelques aménagements de confort : fenêtre à meneaux par exemple.
* En 1790, la commanderie et ses possessions sont la propriété de la République.
* En 1791, elle est donnée à la commune qui en fait un centre administratif et religieux.
* En 1909, les bâtiments sont classés aux monuments historiques.
* En 1910, le donjon s'écroule.
* Au milieu du 20ème, un cimetière est construit à l'extrémité Sud, proche du donjon écroulé.
* A la fin du 20ème siècle, l'ancienne métairie est aménagée en salle de spectacle.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable dans certaines pièces et proche des murs. Je vous conseille quand même la visite. Il suffit de prendre quelques précautions, surtout avec des enfants.

 

En admirant cette cuisine, j'ai une petite envie de manger. Et vous ?

 

Vers liste châteaux des TempliersVers liste châteaux des Templiers Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du TarnVers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 07:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 TOSCANE  
 
Province :
 FLORENCE  

 

Le bourg

  Situation :  (voir sur une carte)

        Le petit bourg de Porciano est situé à 20km au Nord-Ouest de Bibienna et à 50km à l'Est de Florence.

  Ce château n'est pas dans le bourg mais sur la commune de Stia, un peu à l'Ouest.

    Coordonnées du château :

43° 48' 35.428" N 11° 41' 57.044" E
 43.809841°  11.699179°

 

Le château

    L'extérieur

L'incroyable vue

    Habituellement dans les régions vallonnées, les châteaux sont posés sur une colline. Vous comprenez ma surprise en découvrant dans un virage une construction fortifiée dans une plaine. Surplomber un château est si rare que je passe de longues minutes à l'admirer.

Cette vision est elle un rêve éveillée ?     Y a t il vraiment un château en ce lieu ?

   Un panneau routier me confirme dans ma vision. Je vais découvrir un château fort en Toscane.

 

L'approche

     Arrivé dans la plaine, je comprends vite mon erreur de jugement. Cette fortification est construite sur une petite "bosse" au milieu de plaine. C'est un endroit stratégique pour tout surveiller.

   Je laisse mon destrier sous les arbres d'un parking improvisé et sur un chemin pavé je commence la montée vers mon Graal. Rapidement, après avoir erré à l'ombre des maisons accrochées à la pente, je suis en arrêt devant l'ancienne porte fortifiée du rempart.

    Même si elle a perdu ses vantaux, sa herse (voir vocabulaire) et son assommoir au profit d'une consolidation récente, elle garde cette beauté ancestrale avec son arc en plein cintre.

 

Est ce le donjon du château ?

   Juste derrière la porte des remparts, une tour carrée me toise. La végétation grimpante m'empêche de découvrir des détails, mais la tour me parait trop étroite pour être le donjon du château. Comme souvent pour une construction du 12ème siècle, la base de la tour est inclinée.

 

Il est là

   Quelques mètres plus loin, une forme  posée sur une motte et précédée par un rempart joue à se cacher dans les arbres.

Quel magnifique vestige !

 

Analyse de la tour

   Après la surprise vient le temps de l'analyse. Ce donjon comporte de nombreux détails à découvrir :

* Par cette vue, je suis en admiration devant la paroi de pierres mal taillées et peu jointives qui pourtant marquent le respect.
* En commençant par le haut, je distingue un crénelage avec des merlons (voir vocabulaire) borgnes du 11ème siècle (?). Cela semble coïncidé avec la forme carrée de ce donjon.
* Légèrement en dessous, les nombreux trous de boulins semblent avoir été mis de façon anarchique. Pourtant, il est facile d'imaginer que certains servaient à supporter des hourds ou un chemin de ronde en bois.
* En observant ces trous, je m'aperçois que certains sont implantés dans l'angle. Les boulins devaient être posés comme ceux de la tour de Saint Triphon  (En suisse). 
* Sous une fenêtre romane insérée après la construction de cette tour, l'archère droite est surprenante. Elle n'est pas unique et semble avoir été construite au 12ème siècle (?).
* Ma surprise est à son comble lorsque je vois ces 2 ouvertures dans l'angle :

- Sont ce des fentes de tir du 15ème siècle ?
- Ou une double archère droite du 12ème ?
- Ou des trous pour corbeaux comme ici (château de Saint Triphon en Suisse).
- Ou des trous de boulin d'angle  ?..... Mystère.

 

    L'intérieur :

   Hélas, ce château-musée est fermé en cette période non estivale. Des "serfs" travaillent à l'élagage et avec des serpes modernes et bruyantes, ils coupent les hautes herbes. La visite n'est pas possible.

Je repars donc vers de nouvelles aventures sur mon magnifique pégase.



Histoire du château :


Je n'ai hélas aucune information historique sur cette beauté médiévale .

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 07:30

 

Département 24 - DORDOGNE

Le bourg :
   Situation  (--> le voir sur une carte)
       La petite commune de Badefols sur Dordogne est située à 30km à l'Est de Bergerac et à 25km au Sud-Ouest du bourg "préhistorique" de Les Eyzies.

    Coordonnées du château :

44° 50' 39.52" N 0° 47' 36.964" E
 44.844311 °  0.793601°


Le château:
      L'extérieur :
La découverte
    Après avoir dévoré des yeux le magnifique château de Bannes proche de Beaumont du Périgord (à 10km au Sud) je traverse en rêvant le petit village de Badefols quand je suis en arrêt devant cette masse !
    Ne me dites pas que vous n'avez pas vu cette beauté.... Hoo, déçu je suis que nos 3 années d'échange ne vous aient point transformé en médiéviste affûté.
   J'avoue avoir un peu triché; Il faut avancer de quelques mètres et en un bond.. Hop.. je vois ceci.  Et avec un autre bond latéral, j'admire ce rempart tortueux (car longeant la falaise) équipé de canonnières (voir vocabulaire).

L'approche
   La montée par l'Ouest, le Nord et le Sud est impossible à cause de la falaise, il faut donc que je trouve un sentier par l'Est. La dense végétation et les hauts arbres ne facilitent pas la progression. Un long plateau est ma récompense après la montée. Et avec mon imagination fertile, je crois discerner de pans de mur (oui, je sais, je suis imaginatif, mais je vous assure que pierres taillées il y a).
   Quelques mètres plus loin, un pont enjambe un fossé. Je vous sens dubitatif; Regardez ici :

Voyez vous ce trou devançant le château ?  


Il est là !
    Mon but premier n'était pas de voir de l'herbe et des branches  mais un château fort, en ruine évidemment. Et après le passage d'un 2ème pont tout aussi herbeux, je découvre enfin les remparts.
    Mais ma joie est de courte durée car au delà des poutres remplaçant un pont-levis, la porte est fermée et un panneau m'interdit la découverte.
   Point de sonnette pour tenter une négociation avec le propriétaire. C'est donc la découverte extérieure du rempart qui sera ma réjouissance du jour.

 Wahou, quel rempart !
 

    Il comporte des bouches à feu avec un embrasement  permettant un angle de tir important. Certaines ouvertures sont plus importantes. Y a t il eu une amélioration de l'armement à poudre entre la construction de ces 2 baies ?

        L'intérieur :
 Le château est une propriété privée non visitable.
    Qu'importe si la ruine est interdite, la panorama sur la Dordogne est magnifique.
 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est décrit dans un texte.
* Au début du 14ème siècle, Séguin de Badefols est un terrible seigneur brigand. Il est nommé : Le Roi des Grandes Compagnies.
* En 1364, Séguin est arrêté, jugé et condamné. Mais son fils Tuto est aussi un brigand. Il terrorise le Bergeracois.
* Vers 1792, Lakanal fait détruire le château.
* Au 21ème siècle, la découverte depuis la route et le chemin est libre et gratuite. La visite est interdite.

 

  Vers Menu châteaux de la Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 07:30

 

Département :    63  - Puy de Dôme

En bordure de falaise, le donjon se réveille doucement Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
   La commune de Châteaugay est située à 10km au Nord-Ouest de Clermont-Ferrand et à 5km au Sud-Ouest de Riom.

    Coordonnées du château :

45° 51' 2.358" N 3° 5' 9.3263 E
 45.850655°  3.085924°


Le château:
       L'extérieur :
La découverte
       En arrivant par la route du Nord, avant le levé du soleil, le spectacle de l'ombre du château est magnifique.

 

Questionnement

     Je chausse mes "lunettes spéciales" faible lumière et il apparait au bord de la falaise. Il semble ne pas avoir changé depuis 6 siècles... Pourtant, quelque chose me surprend par rapport au croquis réalisé par Guillaume Revel au 15ème siècle.

Comprenez vous ma surprise ?
 

CQFD

Avez vous trouvé ?

Il y a 2 puissantes tours rondes en avant du château. Comme elles ont été construites au 16ème siècle, Guillaume n'a pas pu les dessiner, évidemment !

Le rempartCe donjon est si fier qu'il n'a pas voulu que je le visite.
   Comme beaucoup de fortifications, un rempart extérieur assure la 1ère défense du château. Il n'en reste que peu mais cette porte avec vestiges de bretèche (voir vocabulaire) donne une idée de sa puissance d'antan.
    Ce rempart n'était pas très long mais protégeait correctement le château et quelques dépendances.

Les tours rondes 

    Je ne vous en parlerais pas car elles sont du 16ème siècle. Chevalier médiéval" je suis (hihihi, cabotin aussi d'ailleurs).

Le donjon
    Évidemment, c'est la construction la plus imposante de la fortification. Le donjon est posé à l'extérieur de la courtine du château et marque sa puissance par sa forme carrée, sa couleur noire et sa hauteur. 
   Pourtant, il ne dispose que peu d'archères et aucune bouche à feu.

Ses dimensions, sa base inclinée et ses mâchicoulis étaient ils si effrayants pour l'époque ?

Avez vous remarqué les belles gargouilles ?

  Voila une construction assez rare sur un donjon.
     En contournant cette tour, au dessus d'une maison adjacente, je remarque 2  "tuyaux" en pierres.

Sont ce des latrines ?

 

        L'intérieur :
La courLa cour ne me fait pas courir vers le moyen âge
     En traversant un passage très reconstruit sur la droite du donjon, j'arrive dans l'ancienne cour intérieure du château (la haute-cour). Le lieu comporte une taverne et une échoppe de vente de vin, l'ambiance n'est pas médiévale et je ne suis pas dans une ruine (comme je vous en montre tant).
     Pourtant quelques indices m'incitent au rêve. Par exemple au dessus de l'auberge, ces fenêtres à meneaux en croix entourées par une échauguette et des corbeaux (pour un chemin de ronde intérieur ?).
    Ces corbeaux sont accrochés au donjon carré, dont l'accès est possible par une tour-escalier.

La visite
   Je tente de pousser cette porte en vain, j'essaie de franchir celle-ci qui ne veut pas céder.  Je demande à une belle donzelle qui s'affaire auprès de touristes descendus d'un immense bus.

Point de réponse ! 
 

Hélas, l'argent est maître de tout !

   Face à de très nombreux touristes assoiffés descendant d'un autocar, "Le Chevalier solitaire" n'est pas prioritaire il semblerait... L'argent est une plaie dans ce siècle où le rêve médiéval ne semble plus permis.
        Je pars de suite vers un château plus accueillant.
 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, une église existe en ce lieu.
* Au 13ème siècle, un château appartient à Pons de Vigoche.
* Vers 1276, ses 2 fils, Louis et Guillaume Vigoche, rendent hommage au Chapitre Cathédrale pour le château.
* Au milieu du  14ème siècle, par mariage (?) le château appartient à la famille Giac.
* Au début du  15ème siècle, Pierre Ier de Giac est chancelier de Louis de Bourbon et de Jean Duc de Berry (voir son château).
* Pierre Ier de Giac obtient le droit de Haute Justice à Vinoche.
* En 1381, trouvant le château trop rustique, Pierre Ier de Giac le fait reconstruire et le nomme Château Gay.
* En 1384, il obtient du Roi de France (voir liste des Rois) l'autorisation d'organiser un marché.
* En 1480, le dernier seigneur Gaic meurt sans héritier. Le château appartient au seigneur Laqueille.
* Vers 1790, la famille Laqueille est dépossédée du château qui devient Bien National.
* En 1911, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite à l'extérieur et dans la cour. La visite payante du donjon est possible certains jours. Renseignez vous car l'accueil est médiocre.

 

La montée est un chemin de croix ...hihihi

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme
Repost 0