Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 06:30
La rubrique CINEMA regroupe les films ayant pour thème Le Moyen Age ou ayant comme cadre (même partiellement) un château médiéval.



  Affiche du film Robin des Bois
Année 2010
Réalisateur Ridley Scott

 

  Acteurs   Rôles
Russel Crowe
Robin Longstride
Cate Blanchett
Marianne Loxley
Max von Sydow Sire Walter Loxle

William Hurt

William Marshal
Mark Strong Godefroy
Oscar Isaac Le prince Jean
Danny Huston Richard Coeur de Lion
Eileen Atkins Aliénor d'Aquitaine


 
 
 Présentation du film
 
    «  Après sa croisade en Terres Saintes, puis son long emprissonnement, Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre, livre quelques batailles en France avant de retourner à Londres. Durant un combat au château de Chalus, Richard est blessé puis succombe.

   Robin, un simple archer au service du roi, traverse la Mancheet se rend à Nottingham. Mais la ville souffre de la corruption de son  despotique shérif et d' étouffantes taxes.

    Dans l'Angleterre du 13ème siècle, affaiblie par des années de guerre, puis rendue vulnérable par des décrets royaux levant un lourd impôt, Robin et ses compagnons d'arme tente de redonner vie aux terres des Loxley. Le charisme de Robin Longstride, devenu Robin de Loxley, lui fait prendre la tête d'une ....... »

 
 Bande annonce

       -->  La bande annonce du film est ici.

 

 
  Ce que j'en pense
 

Je ne veux pas critiquer un film montrant mon époque !
Non, non n'insistez pas !

Puisque vous me le demandez, je tente.   


  Les plus :

  • * Évidemment c'est un Ridley Scott donc un film à grand spectacle (bien que ce ne soit pas son meilleur).
  • * Évidemment, il y a des châteaux magnifiques du 13ème siècle (wahoooo) et des ruines encore plus belles.
  • * Évidemment, les combats sont grandioses et correspondent à mes petites connaissance des attaques médiévales.
  • * Évidemment, les armes sont d'époque, avec des maniements trop parfaits peut être mais le rêve est là.
  • * Évidemment, les archers Anglais (dont l'efficacité a fait perdre aux Rois de France de nombreuses batailles) sont présents, leurs arcs très puissants et leurs flèches fendent le ciel qui devient noir.
  • * Évidemment, les défenses castrales sont montrées avec justesse (maintenant vous comprendrez mieux mes description des ruines).
  • * Évidemment, le héros est musclé, beau (moins que moi bien sur), courageux et désintéressé (quoique !).
  • * Évidemment, Lady Marianne est comme je l'imagine... hummmm
  • * Évidemment, les costumes et vêtements ressemblent à ceux du 13ème siècle (Oubliés les collants verts de Errol Flynn qui me faisaient bien rire).

 

  Les moins :

  • - Par instant, je croyais revoir des passages de Gladiators. Russel Crowe a les mêmes regards, les mêmes mimiques, les mêmes posture dans les combats (et pourtant 1000 ans séparent ses 2 époques de films).
  • - Par instant, le scénario a des pirouettes non logiques pour amener notre Robin dans un lieu ou à rencontrer d'autres personnages.
  • - Par instant (trop peut être) la psychologie des personnages "secondaires" est primaire.
  • - Par instant, des langueurs de scénario font tomber l'intrigue.
  • - Par instant,un combat trop long ramène ce film dans les banalités des film pour ados.
  • - Surprenant : Voir un simple archer prendre la parole devant les Grands Barons (voir Titres de Noblesse) du nord.
  • - Surprenant : Le débarquement sur la plage ressemblant au film : Le soldat Ryan.
  • - Surprenant : La notion élastique du temps. En une minute, les chevaliers partant du Nord de l'Angleterre arrivent sur la plage du Sud en même temps que les armées du Roi de France, alors que les bâteaux n'avaient que 40km à faire. Les curiosités sont nombreuses dans le scénario.

 

  Bilan :

     Ce Robin des bois est (agréablement) surprenant par le scénario, le film s'écarte de la légende originale. Enfin un Robin non calqué aux standards du héros au grand coeur, volant aux riches pour donner aux pauvres.

    L'archer n'est pas le fils d'un noble chassé par le terrible Roi Jean. L'action se situe avant que notre héros devienne Robin des bois. La psychologie du personnage se construit (grâce une curiosité du scénario qui lui fait retrouver la mémoire).

   La belle Lady Marianne n'est pas une "cruche" bêtement amoureuse et une simple femme "au foyer". Cate Blanchett a une présence qui illumine le film.

   J'ai passé 2 heures de plaisir (bien qu'il y ait quelque lenteurs) et je vous recommande ce film. Mais c'est loin d'être un chef d'oeuvre dont on reparlera dans 5 ans.



Où est le Moyen Age ?

       Partout !

  Dans le scénario bien sur, dans les costumes, les armes, les décors intérieurs, l'église, les villages, les châteaux, etc...

      Chaque seconde du film est un retour de 700 ans dans notre passé.

  Vers menu
cinéma
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Films : Châteaux forts et Moyen Age
commenter cet article
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 06:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 POUILLES  
 
Province :
 FOGGIA  



Au bout de l'allée, c'est le retour vers le passéLe bourg

  Situation :  (le voir sur une carte)

      Le village de Bovino est situé à 40km au Sud-Sud-Ouest de Foggia et à 60km à l'Ouest de Barletta et à 30km au Nord-Est de Ariano Irpino. 

    Coordonnées du château :

41° 15' 5.224" N 15° 20' 20.306" E
 41.251451°  15.338974°

 

Le château :

    L'extérieur:

1ère impression

       Dans ce village aux ruelles en pente il faut monter, monter, monter au sommet de la colline pour découvrir le château. Et surpris je suis !

   Je m'attendais à une ruine ou une forteresse, et c'est presque une maison bourgeoise que je contemple au bout d'une allée très bien empierrée.

 

2ème impression

     La brochure m'ayant fait venir en ce lieu ne peut pas avoir menti, il doit y avoir quelques traces médiévales. Et c'est avec mon oeil de castellologue-amateur si habitué à trouver un indice que j'observe cette trop moderne construction.

   Soudain, je distingue plusieurs milliers d'indices (heu... souvent exubérant je suis devant une fortification.. L'avez vous remarqué  ? ).

 

La tour ronde

    Elle semble posée sur le rocher, et même avoir poussé comme une fleur dans ce rocher (toujours exubérant !  ). A sa base il y a plusieurs contreforts pyramidaux. Rarissime cela est !... (même si cela ne l'est pas, mon exubérance l'affirme  ). Le temps et les hommes l'ont arasée partiellement et point de créneau (voir vocabulaire) il y a.

    La consolidation récente ne montre que des pierres pauvrement taillées et avec des joints très (trop) importants. L'archère avec petite bouche à feu ne me semble pas d'origine mais elle personnalise cette ancienne tour.

 

Le logis 

Comme il est curieux.

  Le logis possède une palette architecturale très diversifiée et "contradictoire" :

 1 - Sa hauteur est trop faible pour un bâtiment fortifié,
 2 - Et pourtant il comporte une porte surélevée,
 3 - Cette ouverture est  trop basse pour une vraie défense anti-intrusion ,
 4 - Une bretèche défend l'attaque au pied du logis,
 5 - Mais en dessous il n'y a pas de porte  ,
 6 - Des archères droites sont alignés sur la terrasse de droite,
 7 - Mais disparaissent soudainement (comme si l'attaquant n'avait pas eu l'intelligence d'aller à gauche ),
 8 - ....

 

  Vous avez compris que tout ne me semble être que "décors" (ou reconstructions rapides).

 

Un logis moderne

    Comme ce bâtiment est un logis, il dispose de confort. Les fenêtres sont un élément important, amenant la lumière, conservant la chaleur en hiver, et empêchant les mouches en été.
    Celles du château de Bovino sont aussi un compromis architectural de plusieurs époques.

    L'intérieur:
   Ma brochure indique que le château est visitable, mais il n'y a aucun panneau d'horaire ni de coût. Quelque peu déçu, je  m'en retourne vers mon destrier quand mon sourire revient en découvrant l'une des richesses des constructions médiévales : Le panorama magnifique.

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, une fortification est construite sur la colline.
* A la fin du 11ème siècle, début de la construction d'un "château fort" (peut être sur l'iniative de Drogone le Normand ?).
* Au début du 12ème siècle, un premier château existe.
* Au 13ème siècle, Frédéric II le Souabe améliore la fortification.
* Au 14ème siècle, son fil Manfred aménage les fortifications du château.
* A partir de 1575, le château perd ses fortifications au profit d'un confort. Il devient l'une des résidences des Ducs (voir titre de noblesse) de Guevara.
* A la fin du 19ème siècle, les Ducs habitent encore le château résidentiel.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre. La visite de l'intérieur serait possible, mais je n'ai aucune information.

 

  Cliquez pour retrouver le menu des Châteaux en Italie
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 06:30

 

Département :   81 - TARN

 

Le bourg :

  Situation  (--> le voir sur la carte)

    Le petit bourg de Combefa se situe à 20km au Nord d'Albi et à 7km à l'Est de Carmaux.

    Coordonnées du château :

44° 3' 11.657" N 2° 5' 19.838" E
 44.053238°  2.088844°

 

Le château :

    L'extérieur :

La découverte

   Au milieu de la "verdoyante verdure verte"  (bien sur) une tour ronde nargue le promeneur. Hélas, un fil dressé en travers du chemin me fait comprendre que ce terrain est une propriété privée que je vais respecter.

 

La tour

    Comme je le supposais elle n'est pas entière avec des ouvertures (porte et fenêtre) bouchées, et surtout a été consolidée "grossièrement". La tour est constituée de pierres correctement taillée mais curieusement de dimensions différentes.  
Est ce dû à des reconstructions rapides durant les escarmouches de la guerre de 100 ans ?
 
Remparts et bâtiments
   Au milieu des arbres, il est possible de voir au loin des tours rondes dont la fonction m'échappe. Peut être faisaient elles partie du rempart ?
             Cette ruine est un vraie jeu de piste
  En fouillant à travers la végétation, je distingue un mur très consolidé avec des fentes verticales trop petites pour des archères. Sont ce des fentes de tir pour armes à feu ?
Que d'énigmes dans cette ruine inaccessible !

 

 

Histoire du château :

* Vers 1270, Monseigneur Combret, l'évêque d'Albi, fait construire un château fortifié. C'est la résidence de compagne des évêques.
*  Au 14ème siècle, les Anglais menacent la région. L'évêque Hugues d'Albert confie le commandement de Combefa à Elie des Monts.
* En 1434, Le roi de France Charles VII (voir liste des rois) envoient des troupes pour assiéger le château et chasser les Anglais.
* A la fin du 15ème siècle, le château est remanié.
* A partir de 1490, Louis 1er d'Amboise, évêque d'Albi passe commande d'un statuaire pour l'autel de la nouvelle chapelle du château épiscopal de Combefa. Cet ensemble de 25 sculptures polychromes "unique au monde" superpose trois épisodes de la vie du Christ : Crucifixion, Déploration, Mise au tombeau.
* Au début du 18ème siècle, les évêques délaissent le vieux château de Combefa et préfèrent le luxe et le confort du Petit Lude à Albi.
* En 1761, une ordonnance Royale autorise les évêques à ne plus entretenir cette forteresse. Cet acte sonne le glas du château.
* En 1769, le château est en ruine.
* En 1774, les statuts de la mise au tombeau sont enlevés.
* En 1787, sous l'impulsion de monseigneur Bernis, évêque d'Albi, le château est dépouillé de ses pierres. Elles serviront pour le nombreux bâtiments et monuments dont les quais de Choiseul à Albi.
* Au 21ème siècle, la découverte depuis le sentier est possible. La propriété est privée et non visitable.

 

Fleurie est cette vieille fortification médiévale

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du Tarn Vers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 06:30

 

Département :  67- BAS RHIN

 

Le bourg : Une tour qui se mire dans l'eau, un repos bien mérité après les massacres

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le village de Dachstein est situé à 11km au Nord-Ouest de Lingolsheim et à 10km au Nord-Est de Molsheim.

      Coordonnées du bourg :

48° 33' 39'' Nord 7° 31' 56'' Est 
 48.5608°  7.53222°

 

Les fortifications :

     En Alsace, il y a tellement de ruines magnifiques à découvrir en haut des collines que vous vous demandez :

" Pourquoi le chevalier nous montre-t-il une fortification peu connue ? ".

 

  Et j'oserais vous répondre :

1 - D'abord parce qu'elle est peu connue et l'un des buts de ce blog est de montrer des lieux oubliés.

2 - Et puis, je suis un Chevalier des Montagnes. Les fortifications de plaines sont une belle cerise sur mon gâteau fortifié.

 

  L'extérieur :

La découverte

      En arrivant sur le site, je suis en admiration devant une tour se regardant dans les douves : "Miroir, joli miroir, suis je encore belle ?" semble t elle dire.
   Le spectacle est bucolique avec cette maison bourgeoise dans la verdure. Je me laisserai presque attendrir.

Mais je reprends ma chasse aux détails médiévaux.


Rapide analyse

    La tour du rempart possède des bouches à feu (voir vocabulaire) du 15ème siècle. Sa consoeur plus haute et plus frêle a des fentes de tir postérieures.

  Ce bourg fortifié comporte évidemment une porte fortifiée. Avec les reconstructions et l'élargissement pour le passage des camions et voitures, il m'est difficile de la dater avec précision, mais fin 15ème me semble une bonne approche.

 

  L'intérieur :

       Les fortifications ne sont pas visitables. La découverte des ruelles est agréable. Je vous abandonne ici.

 

 

Histoire du château :

* Au néolithique, des hommes vivent en ce lieu.
* Au début du moyen âge, une première fortification  existe certainement. Le site formant une grande île enserrée par les bras de la rivière Bruche est propice à un système défensif habitable. Les évêques de Strasbourg sont propriétaires des terres et de la fortification.
* En 1262, le bourg est pillé et incendié après la bataille de Hausbergen. 
* A la fin du 16ème siècle , Jean de Manderscheid aménage les fortifications de Dachstein.
* En 1592, le bourg est pris lors de la guerre des évêques.
*  Au début du 17ème siècle, Dachstein est attaqué puis occupé par les Suédois.
* Quelques temps après, les troupes impériales occupent le site.
* En 1663, le bourg passe sous le contrôle de la France. 
* En 1675, après un long siège, le maréchal Turenne laisse les Français piller Dachstein.
* En 1718, le Cardinal de Rohan-Soubise donne le petit bourg de Dachstein au bailli François Antoine Herrenberger.
* Au 21ème siècle, la découverte du bourg est libre et gratuite. La plupart des bâtiments sont privés et leur intérieur non visitable .

Un château plus moderne est encadré par les vieux remparts

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 67 Vers Menu châteaux du Bas Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 06:30

 

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

 

Le bourg : 

Sur sa colline, le château me quémande une photo !

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le village de Ciutadilla est situé à 10km  au Sud de Tarrega, à 60km au Nord-Ouest de Tarragone et à 28km au Nord de la ville fortifiée de Montblanc.

  Coordonnées du château :

41° 33' 39.744" N 1° 8' 25.951" E
 41.56104°  1.140542°

 

Le château :  

    L'extérieur :

Mon destrier est intelligent

    C'est en remontant vers le Nord sous une chaleur Catalane que mon fidèle destrier s'arrête.

Avait il chaud ?

   Non, il avait vu sur ma droite la silhouette d'une ruine posée sur une colline surplombant l'actuel village de Ciutadilla.

Est ce un château médiéval ?

 

    L'extérieur :

La découverte

      Comme toujours, je déguste une ruine en lui "tournant autour". L'une des faces assez abîmée est très enrichissante. Elle montre de hautes et larges archères droites (ressemblant presque à des fenêtres de lumière). Dans la partie basse, les pierres de parement sont bien taillées et jointives, alors que celles supérieures ont subi l'outrage du temps et des reconstructions rapides.

Quel contraste !

 

Première analyse

     Les merlons du crénelage comportent de curieux corbeaux (dont je vous avais déjà montré un exemple à Montblanc).

Supportaient ils des hourds (voir vocabulaire) ?

J'en doute.

    J'opte pour des volets en bois (voir exemple) nommés aussi mantelets  pour protéger les défenseurs.

   Sur un autre mur, il est possible de deviner l'évolution des défenses de ce château. Cette archère cruciforme a été percée d'un trou rond pour arquebuse.

 

Deuxième analyse

     L'autre façade offre un contraste incroyable entre  une tour médiévale, des fenêtres Renaissance, des archères droites et des bouches à feu.

     Cette tour est la plus curieuse. Elle a une forme carrée comme au 12ème siècle, mais avec des larges fenêtres décorées comme au 16ème  et une ouverture pour fusil en partie basse. Au sommet, des arquebusières avec un large embrasement extérieur sont surprenantes, et les créneaux ont été remplacés par des fentes de tir.

Quelle magnifique tour !

 

    L'intérieur :

Vais je entrer ?

     Evidemment, avec autant de modernité à l'extérieur, les décors intérieurs du château ne ressemblent plus à ceux de l'époque médiévale. Je vous laisse regarder les linteaux et sculptures des portes et fenêtres.

 

C'est fini

    Je ne peux hélas pas vous en montrer plus car la visite était impossible ce jour. Des portes modernes closes m'empêchent de rêver.

    Je regarde le paysage avant de repartir vers d'autres découvertes.

 

 

Histoire du château :

* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite (sauf en période de travaux). Le risque de recevoir une pierre est faible. 

 

  Un clic vers le menu des Châteaux en Espagne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 06:30

 

Département :  95- VAL d'OISE

 

Le bourgAu sommet du bourg, le ruine surveille les voitures du parking

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Beaumont sur Oise est à 20km au Nord-Est de Pontoise et à 30km au Sud-Ouest de Senlis.

   Coordonnées du château :

49° 8′ 38″ N 2° 17′ 11″ E
 49.143889°  2.286389°

 

Le château :  

        Avec la construction effrénée d'habitations dans la périphérie de la Capitale, avec l'explosion démographique et l'envie de faire du nef au 19ème siècle puis après guerre, j'imaginais que peu de vieilles ruines poussiéreuses et dangereuses avaient résisté dans les mégapoles Parisiennes.

     Vous comprenez ma surprise en voyant cette beauté sur les hauteurs de Beaumont sur Oise.

 

  L'extérieur :

Le rempart
      Bien que partiellement arasé le rempart offre une belle image de son glorieux passé. Les tours rondes du 13ème siècle ne comportent plus de mâchicoulis ni de créneau (voir vocabulaire), mais impressionnent par leur puissance.
    Les pierres sont asymétriques, peu jointives et pauvrement taillées. C'est surprenant pour une forteresse stratégique pour la défense de Paris.

Est ce du à de nombreuses reconstructions ou à une consolidation rapide entre chaque bataille ?

  Le mur d'enceinte comporte des pierres de couleurs et d'origines différentes (surélévation ou reconstruction ?). Sa faible hauteur ne permet pas de savoir si des archères existaient.

 

Le donjon rectangulaireLe donjone n'a que 3 mètres de haut, mais quelle puissance !

   Le donjon est situé dans l'enceinte. Pour comprendre l'architecture globale, je vous propose ce plan en perspective.

     Ce devait être une construction très imposante pour l'époque. Avec ses dimensions (27m x 19m), c'était un donjon habitable. Si les textes affirmant qu'il mesurait 37 mètres de haut sont vrais, ce donjon était aussi un symbole de pouvoir. 

   Avec ses contreforts plats (5 d'un coté et 3 de l'autre), il ressemble beaucoup aux constructions fortifiées du 12ème siècle.

   Ce donjon est construit avec des pierre calcaire de taille régulière (33 cm). Quelques archères droites sont visibles coté Nord.

    Évidemment, les aménagement des siècles ont créé des ouvertures peu médiévales.

   Avec un peu d'attention il est possible de voir des marches d'escalier dans une tour (?) intérieure.

  Le vide est derrière chaque porte

    L'intérieur : 

       Hélas, le jour de ma venue le site n'était pas ouvert à la visite. Il me faut donc voler les images depuis les fenêtres et fentes. 

   Il est difficile d 'imaginer les salles de l'époque médiévale car 800 ans de modification guerrière ont changé l'architecture, et je doute que cet intérieur ait eu autant d'ouvertures à sa construction. 

   Malgré toute l'attention que je porte à cette ruine et aux jumelles qui améliorent ma vision des détails, je ne distingue que des pierres sans décors, comme dans une caserne.

 

 

Histoire du château :

* En 953, un château en bois sur motte semble existé, certainement construit par Yves "l'ancien" au Pecq.
* Au 12ème siècle, un donjon en pierre est construit par le Comte (voir titre de noblesse) Mathieu Ier de Beaumont. Le site contrôle le passage de l'Oise vers Paris.
* Au 13ème siècle, une fortification entoure le site.
* En 1226, Louis IX (voir liste des rois) devient Comte de Beaumont et séjourne un temps au château..
* En 1346, il semble qu'un incendie se déclare suite à une bataille de la guerre de Cent Ans.
* En 1358 (?), une partie de la fortification est détruite lors de la révolte des Paysans du Beauvaisis.
* En 1403, réfection des fortifications par les maîtres d'oeuvre de Louis d'Orléans
* En 1411, la milice de Paris s'installe au château (?).
* En 1420, de nombreux assauts sont lancés contre le château.
* En 1422, le Duc de Bourgogne abandonne la forteresse aux Anglais. Il fait détruire les remparts avant.
* En 1432, nouvelle démolition du château sur l'ordre du Duc de Bedford.
* En 1590, le château, aux mains des ligueurs, est assiégé par les troupes du roi de France Henri IV (voir liste des rois).
* En 1708, le château appartient à la famille Bourbon-Conti.
* En 1814, le château partiellement arasé et en mauvais état n'est plus une place militaire.
* En 1888, Emile Zola découvre les ruines du château de Beaumont sur Oise. Il s'en inspire pour l'écriture de son roman : "Le Rêve".
* En 1984, des fouilles sont entreprises.
* En 1999, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte des ruines depuis le parking et le sentier est libre et gratuite. Les bâtiments n'étant pas complètement sécurisés, la visite de l'intérieur n'est possible qu'à certaines périodes. Renseignez vous. Et surtout restez couvert indique ce panneau.

Voici une ruine bien .... ruinée donc interdite

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 95 Vers Menu châteaux du Val d'Oise
Repost 0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 06:30

 

Département :   38 - ISERE

 

Le bourg : 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Ismier est situé à 11km au Nord-Est de Grenoble dans la vallée du Grésivaudan.

    Le château est à 0,5km au Nord du bourg.

Coordonnées du château :

45° 15' 31.219" N 5° 48' 56.866" E
 45.258672°  5.815796°

 

  Toponymie :   (voir article d'initiation)

     Arces viendrait de  Arx  ou  Arcis  signifiant : Hauteur, fortifications.

 

Le château : 

    L'extérieur

Comment ce site castral a il été choisi il y a 1000 ans ?

      Dans les régions de collines ou de petites montagnes, les châteaux forts sont posés au sommet (voir l'exemple de Queribus). Ils surveillent les vallées et grâce à la pente, ils sont protégés des attaques.

    Le massif de la Chartreuse faisant un plateau à 1400m d'altitude, il parait idiot d'implanter un château qui ne pourra pas défendre la vallée du Grésivaudan (voir ce livre) entre Grenoble et Montmélian-Chambéry.

     Pour surveiller les intrusions de l'ennemi Savoyards (contrée belliqueuse  à quelques lieus de là), la solution consiste à implanter des bâtisses fortifiés le plus haut possible dans la vallée, donc proche de la falaise.

    A 600m d'altitude, le site est idéal pour la surveillance de la vallée (230m d'altitude). Pour faire de ce site un "paradis médiéval", il ne manque plus que de l'eau fournie par une petite rivière nommée : Darguil.

 

L'enquête commence

     Après une petite promenade en direction de la Chartreuse, je découvre le site fortifié avec l'imposante tour carrée datant certainement du 12ème siècle. Avec ses dimensions, elle semble habitable. Elle est si majestueuse que sur les cartes IGN et sur les panneaux du chemin de randonnée, la ruine est nommée :

La Tour d'Arces

(comme si le château n'existe pas. pffff).

 

Les défenses

    La haute tour est précédée par un rempart qui semble bien mince. Une de ses parois possède 2 petites archères droites confirmant ma datation du 12ème.

   Bien que très reconstruite, une bretèche protège..... heu... rien . Les reconstructions et les consolidations déplacent parfois les ouvertures.

 

Le confort

    Étant habitable, ce haut donjon (voir vocabulaire) se doit d'être agréable pour ses propriétaires. De larges fenêtres ont été ouvertes du coté opposé à l'attaque. Puis sur une autre façade, c'est par une magnifique fenêtre géminée que la belle attendait son époux (ou amant ).

   Pour mieux comprendre cette ruine, il est préférable de regarder son plan d'architecture au 12ème siècle.

Maintenant, je pénètre dans la cour.


    L'intérieur
   Hélas, la porte est fermée. Mais en "déposant" discrètement mon oeil à travers les grilles, je vois des murs consolidés et sans traces d'encoche pour des poutres de plafond, ni un départ de voûte  .
  A l'étage, j'ai ma récompense. Une ouverture avec un embrasement important correspondant à l'archère de la 1ère façade... Souvenez vous ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 6ème siècle, Christianisation de la vallée.
* Au 10ème siècle, un bâtiment fortifié en bois semble existé.
* Au début du 11ème siècle, construction d'une église. Présence d'une famille nommée Arces possédant la seigneurie (?).
* Vers 1170, Louis d'Arce est cité dans un texte. Il serait le bâtisseur de la tour carrée.
* Au début du 13ème siècle, par héritage le château appartient à Guifrède d'Arces.
* Au 13ème siècle, Guigues Morard d'Arces, le fils de Guifrède, possède le château. Il construit à quelques kilomètres une autre maison forte aujourd'hui nommée : Château Corbeau.
* En 1291 Hugues d' Arces défend le château de La Terrasse  (situé à quelques kilomètres) contre le Comte de Savoie Amédée V (voir liste).
* Au 14ème siècle, le seigneur d'Arce rend hommage au Dauphin du Dauphiné (voir liste). 
* En 1325, Morard d'Arces participe à la bataille de Varey (dans le département actuel de l' Ain) contre Edouard de Savoie.
* En 1348, Morard d'Arces et son fils Arthaud guerroient à Miribel dans l' Ain, contre Edouard de Beaujeu allié du Comte de Savoie.
* En 1430, Louis et Arthaud d' Arces s'associent pour combattre dans le Nord du Dauphiné contre le Prince d'Orange.
* En 1640, le dernier héritier de la famille d'Arces vend terre et château d'Arces à Paul Aymon de Franquières.
* En 1794, terre et château appartiennent à François Berlioz.
* Au 21ème siècle, la découverte et la visite de la ruine sont libres et gratuites. Le risque de recevoir une pierre existe. Soyez très prudent dans une ruine.

 

  Vers menu châteaux forts de l'Isère Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 06:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 TOSCANE  
 
Province :
 FLORENCE  

 

Le bourg :

   Situation (--> voir sur une carte)

     Le petit bourg de Ciliegi est situé à 30km au Sud-Est de Florence.

  Coordonnées du château :

43° 20' 31.994" N 11° 27' 51.473" E
 43.675554°  11.464298°

 

Le château : 

     L'extérieur

Qu'est ce ?

    Sur la route R69 entre Arazzo et Firenze mon regard est attiré par une silhouette au dessus des arbres.
Est ce un château fort ?
Ou une tour de surveillance d'incendie ?
 
Je le vois
  Je demande gentiment à Dame Nature d'écarter la végétation (en réalité, j'ai pris la route vers Reggello) et miraculeusement un incroyable château se laisse admirer sur la butte.
 

L'analyse rapide

    Regardez le bien. Ne vous fait il pas penser aux fortifications du Gers, et plus particulièrement au château de Lagardère ?

N'est ce pas incroyable !

 

Les constatations

  Pour admirer de près cette fortification, j'empreinte à pieds un chemin carrossable :

1ère constatation : La plus imposante tour a des dimensions qui la rend habitable. Elle semble avoir été arasée, et ne comporte pas de trace d'archère (voir vocabulaire). Des ouvertures ont été pratiquées pour amener le jour dans cette grosse tour.
2ème constatation : Les 2 tours sont bien construite en opposition, et je ne vois aucune trace de suppression d'autres tours d'angle. Je n'imaginais pas qu'en Italie ce type de construction fut possible.
3ème constatation : Le logis rectangulaire possède des trous de boulin (prouvant son ancienneté) et de petits merlons pleins très espacés (ne facilitant pas la défense). Aucune trace de hourd et de mâchicoulis. Je suis très géné devant les fenêtres. La partie basse semble romane mais au dessus elles sont... récentes.
4ème constatation : Je suis presque rieur en regardant la petite échauguette d'angle. Sa fonction défensive semble dérisoire et sa taille "minuscule" me font penser à la cabane d'un Hobbit . Quel architectecte a pu imaginer ce "décor" ?
5ème constatation : La plus belle construction du château fort est incontestablement cette tour. Avec ses dimensions, elle semble habitable. Deux tours d'angle carrées habitables dans une même fortification médiévale est assez surprenant. Était ce le donjon primitif ?
    Bien que consolidée "récemment", cette tour est le souffle historique qui justifie ma visite. N'est elle pas magnifique avec son chemin de ronde et ses mâchicoulis ?

 

C'est la fin

  Derrière moi, un sifflement d'oiseau me demande d'admirer la vue. Comme il doit être formidable de scruter les collines en haut de cette tour !

 

    L'intérieur :

       La propriété est privée et la visite n'est pas possible.

 

 

  Histoire du château :

Je n'ai aucune information sur ce château fort.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la petite route et le sentier est libre et gratuite. La propriété est privée et interdite à la visite. 


 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 06:30
 
   La découverte d'une fortification apporte parfois un choc gigantesque dès les premières secondes (comme au château de Chillon), mais il arrive que la ruine ou le site se fasse discret, ne montre pas de suite sa beauté médiévale.
  Voici un exemple avec cette église fortifiée de Meuse.
 


Département :    55  - MEUSE

Le bourg :   
    Situation :  (la voir sur une carte)
       La commune de Malaumont est située 80km au Sud-Est de Reims, à 60km au Sud-Ouest de Metz (voir sa porte fortifiée), à 50km au Nord-Ouest de Nancy et à 8km au Nord-Ouest de Commercy.

      Coordonnées :

48° 46′ 54.12″ N 5° 29′ 32.64″ E
 48.7817°  5.4924°


L'église:
    L'extérieur :
Est ce une église fortifiée  ?
      En arrivant proche du centre bourg, je découvre avec surprise des bâtiments enchevêtrés entourant un joli clocher roman, mais dont l'architecture ne présente aucune trace de fortification.
   La solution est de prendre un peu de recul.

Le 1er indice ?
    L'église entourée de son petit cimetière est surprenante avec son clocher central, mais je ne vois aucune fortification. La bâtiment de gauche est sans âme et même de ce coté, le clocher roman ne semble pas être un ancien donjon.
   Avec un peu d'attention, il est possible de voir sur la droite, des fentes au dessus des vitraux.  Fasciné je suis.

  Sont ce des systèmes de défenses ?


D'autres indices
    Pour être certain d'avoir découvert l'église fortifiée de Malaumont, je contourne le bâtiment et mon idée se confirme : La nef a été rehaussée pour recevoir une salle de repli.
   Cette salle était protégée par 3 fentes verticales qui semble avoir un embrasement à l'intérieur.
    Il est difficile de donner une date pour ces fentes, mais elles ont servi à protéger et défendre les habitants il y a bien longtemps... puisqu'elles ne sont pas récentes (Serais je un descendant de La Palisse ?  ).

 

Le clocher

    En observant le clocher, je constate à sa base les traces de solins montrant le niveau du toit de la salle de replis (hélas pour vous, cette caractéristique n'est pas visible sur ma photo   ).
   J'ai hâte de visiter l'intérieur de l'église. Une angoisse d'échec m'étreint car souvent le bâtiment est fermé ou il n'y a aucune trace visible d'anciennes fortifications. Je pousse la porte.

       L'intérieur :
    Rustique et modernisée est cette nef. Je ne me lancerai pas dans son analyse architecturale mais je remarque que la belle héroïne locale (et Française bien sur) est présente proche des statuts des Saints "traditionnels" : Voici Jeanne d'Arc !
    Dans cet intérieur sobre, mon oeil d'aigle de chasseur de détails a vu, non pas l'escalier mais....  une trappe menant vers la salle de repli.

Magnifique n'est ce pas !

   D'autres photos de l'intérieur sont visibles ici.

 


Histoire de l'église :

  • * A la fin du 12ème siècle, construction d'une église.
  • * Au 13ème siècle, le choeur est aménagé.
  • * Au 15ème siècle, l'église est fortifiée par une surélévation.
  • * Au début du 17ème siècle, nouvel aménagement de la "fortification".
  • * En 1713, le portail est modifié.
  • * En 1867, la voûte de la nef est refaite.
  • * En 1908, l'église est classée aux Monuments Historiques.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église, dédiée à Saint Martin, est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible.

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Retour au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 06:30

 

Département:   01  - Ain

   

Le château :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
       Le petit bourg de Saint Bernard est situé à 5km au Sud de Villefranche sur Saône, à 2km au Nord de Anse et à 4km à l'Est de Trévoux.

45° 56′ 40.33″ N 4° 43′ 57.58″ E
 45.944536°  4.73266°


Le château:     
       L'extérieur :
La découverte
    En traversant le pont sur le Saône il est impossible de ne pas voir ce château. Mais de loin j'ai une curieuse sensation. J'ai l'impression que je regarde une bâtisse moderne imitant une forteresse médiévale.
   Pourtant, mon dictionnaire des châteaux forts authentifie ce site comme datant du 13ème siècle. L'enquête commence.

Indice peu médiéval
    La grosse tour ronde habitable (et habitée) est très refaite. Avec ses fenêtres grandes ouvertes sur les champs, avec ses belles tuiles, avec ses pierres plissées, avec ses joints bien cimentés, elle ne semble pas médiévale.
   Le rempart sans crénelage, sans mâchicoulis (voir vocabulaire) ressemble à un mur normal.

Mais que vois je ?
   En contournant la tour ronde, je vois 2 petites fentes de tir. Il n'est pas possible de les dater sans erreur mais elle ont au moins 4 siècles .

J'ai trouvé !
    "Quand on cherche, on trouve" affirme un dicton populaire, mais avec mon imagination, je préfère jouer la réserve. Soudain, entre la verdure de printemps, je découvre ce qui devait être le donjon.

 

Les indices
   Même avec des consolidations, les indices médiévaux apparaissent :

* Archère -canonnière (au fond).
* Corbeaux précédant une ancienne porte (devant).
* Mâchicoulis (sous la terrasse).
* Chemin de ronde (transformé en terrasse-couloir).

 

Encore des indices !
     Sur la 3ème face, ma joie est au firmament du bonheur castral (Je  suis un peu trop excessif...  Est ce que cela vous étonnene Alpes ?   ). Il y a  :

* Les vestiges presque disparus des mâchicoulis.
* Une jolie petite fenêtre gothique.
* De magnifiques latrines avec fente de tir.

* ......


        L'intérieur :
  Le château n'est ouvert que quelques jours dans l'année. hélas pour moi, ce n'est point la période des visites.


Histoire du château :

* Au 11ème siècle, la bourgade appartient à l'abbaye de Romans en Dauphiné. Le lieu prend le nom de son fondateur Saint Barnard (la dérive des années changera le nom en Saint Bernard).
* Au 11ème siècle, la seigneurie dépend de la famille Chabeu de Saint Trivier
* Au 13ème siècle, construction du château.
* Vers 1250, la seigneurie appartient aux châtelains de Riottiers,
* Au 14ème siècle (?), le site appartient aux seigneurs de Montribloud.
* Durant ce siècle, le bourg et le château subissent les attaques de brigands (routiers ?).
* A la révolution Française, le château devient "Bien National".
* Au 20ème siècle, le château appartient aux peintres Maurice Utrillo et  Suzanne Valadon.
* En 1997, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Le château est visitable certains jours, veuillez vous renseigner avant sur les horaires et les tarifs.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 01 Vers Menu châteaux de l'Ain
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article