Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 06:30
 
   La découverte d'une fortification apporte parfois un choc gigantesque dès les premières secondes (comme au château de Chillon), mais il arrive que la ruine ou le site se fasse discret, ne montre pas de suite sa beauté médiévale.
  Voici un exemple avec cette église fortifiée de Meuse.
 


Département :    55  - MEUSE

Le bourg :   
    Situation :  (la voir sur une carte)
       La commune de Malaumont est située 80km au Sud-Est de Reims, à 60km au Sud-Ouest de Metz (voir sa porte fortifiée), à 50km au Nord-Ouest de Nancy et à 8km au Nord-Ouest de Commercy.

      Coordonnées :

48° 46′ 54.12″ N 5° 29′ 32.64″ E
 48.7817°  5.4924°


L'église:
    L'extérieur :
Est ce une église fortifiée  ?
      En arrivant proche du centre bourg, je découvre avec surprise des bâtiments enchevêtrés entourant un joli clocher roman, mais dont l'architecture ne présente aucune trace de fortification.
   La solution est de prendre un peu de recul.

Le 1er indice ?
    L'église entourée de son petit cimetière est surprenante avec son clocher central, mais je ne vois aucune fortification. La bâtiment de gauche est sans âme et même de ce coté, le clocher roman ne semble pas être un ancien donjon.
   Avec un peu d'attention, il est possible de voir sur la droite, des fentes au dessus des vitraux.  Fasciné je suis.

  Sont ce des systèmes de défenses ?


D'autres indices
    Pour être certain d'avoir découvert l'église fortifiée de Malaumont, je contourne le bâtiment et mon idée se confirme : La nef a été rehaussée pour recevoir une salle de repli.
   Cette salle était protégée par 3 fentes verticales qui semble avoir un embrasement à l'intérieur.
    Il est difficile de donner une date pour ces fentes, mais elles ont servi à protéger et défendre les habitants il y a bien longtemps... puisqu'elles ne sont pas récentes (Serais je un descendant de La Palisse ?  ).

 

Le clocher

    En observant le clocher, je constate à sa base les traces de solins montrant le niveau du toit de la salle de replis (hélas pour vous, cette caractéristique n'est pas visible sur ma photo   ).
   J'ai hâte de visiter l'intérieur de l'église. Une angoisse d'échec m'étreint car souvent le bâtiment est fermé ou il n'y a aucune trace visible d'anciennes fortifications. Je pousse la porte.

       L'intérieur :
    Rustique et modernisée est cette nef. Je ne me lancerai pas dans son analyse architecturale mais je remarque que la belle héroïne locale (et Française bien sur) est présente proche des statuts des Saints "traditionnels" : Voici Jeanne d'Arc !
    Dans cet intérieur sobre, mon oeil d'aigle de chasseur de détails a vu, non pas l'escalier mais....  une trappe menant vers la salle de repli.

Magnifique n'est ce pas !

   D'autres photos de l'intérieur sont visibles ici.

 


Histoire de l'église :

  • * A la fin du 12ème siècle, construction d'une église.
  • * Au 13ème siècle, le choeur est aménagé.
  • * Au 15ème siècle, l'église est fortifiée par une surélévation.
  • * Au début du 17ème siècle, nouvel aménagement de la "fortification".
  • * En 1713, le portail est modifié.
  • * En 1867, la voûte de la nef est refaite.
  • * En 1908, l'église est classée aux Monuments Historiques.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église, dédiée à Saint Martin, est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible.

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Retour au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 06:30

 

Département:   01  - Ain

   

Le château :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
       Le petit bourg de Saint Bernard est situé à 5km au Sud de Villefranche sur Saône, à 2km au Nord de Anse et à 4km à l'Est de Trévoux.

45° 56′ 40.33″ N 4° 43′ 57.58″ E
 45.944536°  4.73266°


Le château:     
       L'extérieur :
La découverte
    En traversant le pont sur le Saône il est impossible de ne pas voir ce château. Mais de loin j'ai une curieuse sensation. J'ai l'impression que je regarde une bâtisse moderne imitant une forteresse médiévale.
   Pourtant, mon dictionnaire des châteaux forts authentifie ce site comme datant du 13ème siècle. L'enquête commence.

Indice peu médiéval
    La grosse tour ronde habitable (et habitée) est très refaite. Avec ses fenêtres grandes ouvertes sur les champs, avec ses belles tuiles, avec ses pierres plissées, avec ses joints bien cimentés, elle ne semble pas médiévale.
   Le rempart sans crénelage, sans mâchicoulis (voir vocabulaire) ressemble à un mur normal.

Mais que vois je ?
   En contournant la tour ronde, je vois 2 petites fentes de tir. Il n'est pas possible de les dater sans erreur mais elle ont au moins 4 siècles .

J'ai trouvé !
    "Quand on cherche, on trouve" affirme un dicton populaire, mais avec mon imagination, je préfère jouer la réserve. Soudain, entre la verdure de printemps, je découvre ce qui devait être le donjon.

 

Les indices
   Même avec des consolidations, les indices médiévaux apparaissent :

* Archère -canonnière (au fond).
* Corbeaux précédant une ancienne porte (devant).
* Mâchicoulis (sous la terrasse).
* Chemin de ronde (transformé en terrasse-couloir).

 

Encore des indices !
     Sur la 3ème face, ma joie est au firmament du bonheur castral (Je  suis un peu trop excessif...  Est ce que cela vous étonnene Alpes ?   ). Il y a  :

* Les vestiges presque disparus des mâchicoulis.
* Une jolie petite fenêtre gothique.
* De magnifiques latrines avec fente de tir.

* ......


        L'intérieur :
  Le château n'est ouvert que quelques jours dans l'année. hélas pour moi, ce n'est point la période des visites.


Histoire du château :

* Au 11ème siècle, la bourgade appartient à l'abbaye de Romans en Dauphiné. Le lieu prend le nom de son fondateur Saint Barnard (la dérive des années changera le nom en Saint Bernard).
* Au 11ème siècle, la seigneurie dépend de la famille Chabeu de Saint Trivier
* Au 13ème siècle, construction du château.
* Vers 1250, la seigneurie appartient aux châtelains de Riottiers,
* Au 14ème siècle (?), le site appartient aux seigneurs de Montribloud.
* Durant ce siècle, le bourg et le château subissent les attaques de brigands (routiers ?).
* A la révolution Française, le château devient "Bien National".
* Au 20ème siècle, le château appartient aux peintres Maurice Utrillo et  Suzanne Valadon.
* En 1997, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Le château est visitable certains jours, veuillez vous renseigner avant sur les horaires et les tarifs.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 01 Vers Menu châteaux de l'Ain
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 06:30

 

Département :   38 - ISERE

 

Le château : 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Le petit bourg de Saint Pierre d'Allevard se situe à 35km au Nord-Est de Grenoble, à 25km au Sud de Chambéry et à 4km au Sud-Ouest d'Allevard.

     Coordonnées de la tour :

45° 22' 44.137" N 6° 2' 34.31" E
 45.378927°  6.042864°

 

Le château : 

    L'extérieur

La rencontre

    La tour d'Aquin est posée sur une motte naturelle un peu au Nord du centre du bourg. Avec les couleurs d'automne, ses brillantes pierres sont sublimées et leur clarté jouent avec les mouvement des branches.

Hooo, suis je un troubadour-poète ?

Ou un chevalier-découvreur ?

  Remis de mes émotions bucoliques, je monte lentement vers cette  beauté.

 

L'enquête commence

    Rapidement, il est facile de comprendre qu'une telle tour sans mur de protection extérieur ne pouvait pas être défendable. Il devait exister.

Mais où est il ?

     Le temps a hélas détruit les remparts. Des textes citent la présence non pas d'un château, mais d'une maison forte.

Distinction amusante n'est il pas ?

 

Les indices

   La tour est composée de pierres mal taillées et pauvrement ajustées (ce n'était pas la résidence d'un grand seigneur). Sa forme ronde me l'a fait dater du 13ème siècle.

   Comme toutes les réalisations de défense et de repli, elle comporte une entrée à plusieurs mètres du sol. Les trous de boulin (voir vocabulaire) sont nombreux et alignés verticalement.

Fascinant n'est il pas ?

    Mais point d'archère, de crénelage, de bretèche sont visibles ni rebouchés. Curieux n'est il pas ?

   Comme souvent avec les vieilles constructions, une porte basse a été creusée "récemment" pour entrer.

Cachette secrète cela est il ?.

   Fébrile, j'entre.

 

    L'intérieur

        Évidemment, à l'intérieur point de lustre en diamant, ni de peinture renaissance. C'est une tour classiquement sobre que je découvre donc le diamètre intérieur n'excède pas 2 mètres.

Point habitable elle était, n'est il pas ?

    Avec sa consolidation récente, il est impossible de distinguer des étages et des trous pour les poutres. Mais grâce à l'ouverture de la porte d'entrée médiévale, je mesure l'épaisseur du mur : Plus de 1mètre. 

  Curieusement à l'intérieur j'ai envie d'écrire et de déclamer de la poésie.

Serais je envoûté par l'ancien prisonnier de cette tour ?

(lire sa légende)

 

 

  Histoire de la maison forte :

* A la fin du 11ème siècle, sur une motte à 625m d'altitude, une construction fortifiée est certainement construite (?).
* Vers 1339, un texte faisant état d'une enquête delphinale  (voir liste des Dauphins) cite une maison forte appartenant à Hugues Aquin.
* Au 21ème siècle, la découverte et la visite de la ruine sont libres et gratuites. Le risque de recevoir une pierre existe.

  Vers menu châteaux forts de l'Isère Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 06:30

 

Département :    68 - HAUT RHIN

 

Le bourg :

  Situation  (--> le voir sur une carte)

      Le château situé à 940 m d'altitude au Sud-Ouest du village de Labaroche. 

  Coordonnées du château :

48° 5' 39.854" N 7° 11' 3.095" E 
 48.094404°  7.184193° 

 

Le château :

    L'extérieur :

L'approche

      Au sommet de la colline, le site domine à la fois les vallées qui descendent vers Munster et Kaysersberg; Un lieu de surveillance idéal.

 Ce château est le plus haut château d'Alsace (en altitude) et un des plus hauts châteaux de l'époque médiévale de France.

 

Les 1ères surprises

      Lorsque je découvre le site, ma première surprise est la puissance des murs. Cette sensation est renforcée par les pierres à bossage en grès rose.

    Ma deuxième surprise est le nombre impressionnant de bouches à feu pour un château médiéval. Je perçois que certaines ont été ajoutées dans les murs existants, mais d'autres ont été construites dans les "nouveaux" murs. Quelques archères droites cohabitent avec ces "trous pour artillerie". Ce mélange d'époque et de technique de défense donne un caractère presque intemporel à cette ruine.

 

L'architecture

   En contournant la ruine (voir plan), je distingue un système de défense bastionnée du 16ème siècle :
          - 2 tours carrées (Nord et Ouest),
          - 1 tour-porte (Est),
          - 1 tour semi-circulaire (Sud).

    Je ne vois aucun "angle mort" pour échapper aux tirs. Il fallait être fou ou très courageux pour attaquer un tel château. Je comprends pourquoi l'armée Française de Louis XIV (voir liste des rois) a préféré le détruire au lieu de l'abandonner au temps. (Des faux monnayeurs, ou des routiers auraient été très difficile à déloger, il semblait plus sage pour la tranquillité des habitants de détruire ce château.)

Y a t il d'autres surprises qui m'attendent à l'intérieur ?

 

  L'intérieur :

La découverte

    Je pénètre dans la cour par la tour-porte qui n'a plus ses étages, mais la puissance du mur à droite donne une idée de cette première défense. Un pont fixe en bois remplace aujourd'hui le pont levis médiéval pour traverser un petit fossé.
    Comme beaucoup de ruines castrales que je visite, à l'intérieur il n'y a plus de toit et surtout plus de bâtiment d'habitation.

Mais quelle chance !

      Quelques fondations de murs, sont lisibles dans la cour. Il est possible de deviner l'aménagement interne.

 

Le plan

   Ce château a une structure très classique du 12ème siècle (voir plan). Il comporte une grande enceinte polygonale délimitant une cour avec un puits, un escalier en colimaçon et un donjon massif  en pierres à bossage très bien appareillées. Des logis et dépendances sont accolés aux courtines (voir vocabulaire).

   Le donjon semble daté du 12ème siècle avec une base carrée, des murs très épais en grès rose mais aucune porte ni archère dans la partie basse.

    Avant de quitter le site, j'inspecte les murs des courtines et des bastions. Les aménagements d'artillerie du 16ème siècle sont importants et donnent à cette ruine médiévale un petit air de forteresse. 

 

Le projet

   Comme dans beaucoup de châteaux de cette région, de nombreuses marques de tâcherons sont encore visible sur ces solides pierres. J'ai hâte que l'association en charge de ce château fasse le recensement de ces marques pour les comparer à celles des autres châteaux de la région. Faire une liste des "tailleurs de pierres" et voir les chantiers sur lesquels ils ont oeuvré, serait très intéressant.

 

 

Histoire du château :

* Vers le 3ème siècle, les Romains aurait établi un poste de guet élevé. (les preuves archéologiques sont faibles).
* Au 12ème siècle, sur les "ruines" Romaines, les Comtes d'Eguisheim font construire un château. Ils le donnent en gestion à une famille qui prend le nom du lieu.
* En 1162, un texte cite le château mais sans description précise.
* Au 13ème siècle, par héritage il appartient à la famille Ferrette.
* En 1279, il est aux Ribeaupierre, puissante famille d'Alsace.
* En 1288, le château devient le chef-lieu d'une seigneurie
* En 1325, Henri de Ribeaupierre fait construire dans le château une chapelle dédiée à "la vierge Marie".
* Au 14ème siècle, le château est donné en gestion à une famille qui prend (aussi) le nom du lieu.
* En 1399, Herzlaude, fille unique de Ukrich de Ribeaupierre, apporte le château en dot à Jean de Lupfen, famille noble de la Forêt Noire.
* En 1438, la famille Ribeaupierre récupère le château.
* En 1441, il semble qu'un chapelain de l'église de Bâle soit attaché au château (durant 28 années ?).
* Au 16ème siècle, avec l'amélioration de l'armement, le château est fortement remanié pour l'adapter à l'artillerie.
* En 1635, durant la "guerre de 30 ans" (voir ce livre), le château est occupé par une troupe Royale Française (voir liste des rois).
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". Le château est rendu aux Ribeaupierre.
* En 1655, avec le recul des frontières, le château est "théoriquement" considéré comme non stratégique. Mais cette place fortifiée inquiète les Français. Sur ordre de Louis XIV, le château est évacué puis détruit. Curieusement, un plan du château a été réalisé avant son démantèlement (il serait visible aux archives départementales du Haut Rhin).
* A la fin du 18ème siècle, il sert de carrière de pierres.
* Au 19ème siècle, le château est donné à la "Société pour la Conservation des Monuments d'Alsace". Elle stoppe le pillage des pierres et consolide partiellement cette belle ruine.
* Au 20ème siècle, une nouvelle association a pris en charge la sécurisation du lieu.
* Au 21ème siècle, la visite est "libre" et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible.

Nota : Depuis 2005, une porte infranchissable a été installée par la mairie. L'intérieur du site est fermé au public. La visite de l'extérieur est déjà très enrichissante, puis voir le château le plus haut d'Alsace est un plaisir unique !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 68 Vers Menu châteaux du Haut Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 06:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 TOSCANE  
 
Province :
  FLORENCE  

 

Le bourg : 

    Situation :   (le voir sur une carte)

       Le Castello di Romena est situé à 40km à l'Est de Florence, à 40km au Nord de Arezzo, et à 2km au Sud-Ouest du petit bourg de Pratovecchio.

  Coordonnées du château :

43° 46' 50.365" N 11° 42' 49.079" E
 43.780657°
 11.713633°

 

Le château :

     L'extérieur :

Je le vois

    Sur les routes sinueuses de Toscane apparaient dans un virage les contours élancés de mon prochain bonheur.

   Plus je m'approche et plus le plaisir médiéval monte. Regardez comme il est beau !

  Avec de l'imagination il ressemble à ce plan.

 

Le rempart

      Au lieu de laissez mon destrier sur le parking proche du château de Romena, je préfère partir à pieds depuis le bas de la colline.

    Bien que je ne parle pas l'Italien,  je comprends que ce panneau dit : "Chevalier, mets ton heaume" .

   Le 1er contact avec cette fortification médiévale est un mur peu consolidé, brute, haut et posé sur le rocher.

    Plus loin, le mur devient moins sauvage, il se discipline un peu et ressemble au classique rempart  linéaire avec quelques tours carrées. Cela ressemble à une construction du 12ème siècle.

 

La fortification

    Et soudain, au détour d'un mur d'angle je vois une construction incroyable comportant de nombreux trous de boulin et surtout des archères droites primitives.

A quoi peut servir un mur fortifié ?

   Evidemment, il protège une haute tour. J'ai hâte de découvrir cette beauté.

 

   L'intérieur :

       Bien que le panneau près du portail indique les horaires d'ouvertures, bien que je sois dans la période estivale d'ouverture, bien que j'ai pris soin de ne pas venir le jour de fermeture hebdomadaire, ce château n'est point ouvert .

   Je hèle, je crie, je hurle, je m'égosille à quémander le droit de visiter, mais point de seigneur daigne m'ouvrir le "temple de mon Graal".

    J'admire une dernière fois le paysage sur la vallée de Pratovecchio, puis je repars vers une autre aventure Transalpine.

 


 Histoire du château :

* Vers le 10ème siècle, une construction fortifiée existe. Il appartient aux Comtes Guidi (voir titres de noblesse).
* Vers le 12ème siècle, le château semble avoir été modernisé.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la petite route et le sentier est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les horaires et les jours.

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 06:30
    Il y a bien longtemps de cela, j'ai commencé à photographier des fortifications et des ruines avec un appareil photo "tout manuel". Évidemment, je ne savais pas que j'allais faire un blog car l'électricité n'existait pas encore
   Conséquence, pour certaines merveilles médiévales je n'ai que peu d'images.  C'est le cas pour ce petit bourg fortifié.
 
 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg :

    Situation :   (--> la voir sur une carte)

       Le petit bourg de Bouleternère se situe à un "saut de puce"  au Sud-Ouest de Ille sur Têt proche de la RN116.

42° 39′ 2″ N 2° 35′ 14″ E
 42.650556°  2.587222°

 

   Ethymologie :   (--> petit initiation)

Bouleternère se nommait autrefois : Bula-Teranera.

    Ce nom est l'association de quatre mot :

* "Bul" :  signifiant 'Torrent',
* "a" : suffixe rappelant un lieu,
* "Tera" : pour "Terre" (évidemment),
* "Nera" :  "Nègre", "Noir".

  Le site nommé Bouleternère désigne un lieu habité près d'un torrent dont la terre est (était) noire.

 

La cité fortifiée : 

    L'extérieur:

La découverte

      Parfois, le blason de la ville apposé sur les panneaux de rue comporte le symbole stylisé d'une tour ou d'un château, mais à Bouleternère, point de cela.

 

Impossible de ne pas les voir

   Bien que partiellement détruit, les restes du rempart sont impressionnants. Tours rondes évasées à la base avec fentes d'archère, murs avec crenalage sont les récompenses du touriste qui adore admirer les vieilles pierres 


Le plan
    Bien que la cité ait été partiellement amputée de ses remparts, le plan montre les vestiges existants et supposés.
   La grand rectangle à gauche est l'église du 12ème siècle (?) inclus dans les remparts.
 

Je ne peux hélas pas vous en décrire plus .

 

  Histoire du château :

* Au début du 10ème siècle, le bourg est situé en "province de Confluent".
* En 1145, un texte identifie la seigneurie de Bouleternère.
* En 1298, le mot castrum est cité.
* En 1304, des remparts sont cités.
* En 1309, Jacques II de Majorque restitue le bourg au Royaume de France (voir liste des rois).
* En 1341, un fossé entoure la cité.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts est libre et gratuite. La visite des tours est impossible.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 08:15

  Templier : Sceau stylisé

 

   France 3 diffuse à partir du Samedi 10 avril 2010 une série télé (fiction) sur le moyen âge et plus exactement le 14ème siècle.

 

   Évidemment, pour attirer les spectateurs, il faut :

  • * Un titre alléchant : La Commanderie (cela sent le thème très vendeur des Templiers),
  • * Des beaux hommes (Alors mes damoiselles, êtes vous prêtes à me voir) ,
  • * De belles femmes bien maquillées à la blanche peau (hummm, messires, nous allons nous régaler),
  • * De l'amour (Ils et elles sont beaux... donc romance il y aura... Pfff ... et je ne suis pas l'élu ) ,
  • * Des combats et des cascades,
  • * Des vilains brutaux et des bons toujours parfaits (comme moi),
  • * Du mystère avec l'éternel "Trésor des Templiers" (pfff, c'est moi qui l'ai trouvé il y a 3 siècles),
  • * .....

    Tous les ingrédients d'un bon spectacle sont présents. J'espère que vous l'avez été (présents) devant la lucarne magique. Les séries télé sur le Moyen Age sont rares.

 

Voici la bande annonce : La Commanderie. 

 

 
 

 

 

 Série télé médiévale de 8 épisodes de 52 minutes réalisée par Didier le pêcheur, produite par Tetra media fiction. Avec :

  • - Ophelia Kolb,
  • - Louise Pasteau,
  • - Nathalie Blanc,
  • - Clément Sibony,
  • - Carlo Brandt,
  • - Pascal Elso,
  • - Antoine Chollet,
  • - Maher Kamoun,
  • - Alexandre Astier....

 

Site officiel : http://programmes.france3.fr/la-commanderie

 


 

Ce que j'en pense :

 

Terrible déception !

 

      Je ne suis pas entré dans l'époque (et pourtant je l'adore ).

 

  Les costumes semblent réalistes, les accessoires semblent du 14ème siècle, mais :

  • * les décors sont minimaux,
  • * les vues extérieures sont moins que minimales,
  • * le mélange des genres (amour, templier, torture des Hospitaliers, les échanges d'argent) sont d'une médiocrité sans apporter de réalisme et n'apporte rien au scénario.

 

   Il y a tellement de seins montrés et de scènes de copulation que l'on se demande s'il n'est pas minuit sur Canal+

 

Il y a 3 immenses déceptions :

  • 1 - Les dialogues sont d'une pauvreté incroyable,
  • 2 - Les acteurs (mais le sont ils ?) sont bien éloignés des rôles,
  • 3 - L'histoire se veut complexe, mais en réalité elle n'est que compliquée car il n'y a pas de scénario.

==>  J'ai été si déçu qu'au milieu du 2ème épisode (France 3 en diffusait 3 le 10/01/10), j'ai allumé mon PC et j'ai commencé la rédaction d'un article sur un château dans le Tarn.

 

Conclusion :  A oublier de suite !

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Série Télé : Moyen Age
commenter cet article
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 06:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg :

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le petit village de Canyelles est situé à 45km au Nord-Est de Tarragone, à 45km au Sud-Ouest de Barcelone et à 8km au Sud de Vilafranca de Penedès.

  Coordonnées approximatives du château :

41° 17' 11.09" N 1° 43' 21.331" E
 41.286414°  1.722592°

 

Le château :

    L'extérieur :

La surprise

      C'est en revenant de ma visite à Olerdola que mon destrier remarque ce curieux "bloc" de pierres.  Il n'en fallait pas plus pour que mon instint de chasseur de ruines se réveille.

     Ce bâtiment fortifié n'est mentionné dans aucun livre, brochure, carte et prospectus en ma possession. C'est donc un vrai travail de détective que je vais mener (J'exagère un peu, mais c'est agréable d'avoir son quart d'heure de gloire :$ ).

 

1ère constatation

       La superficie est peu importante et aucune trace de double rempart ou de fossé. J'opte pour un petit château de garde, ou une maison forte.

 

2ème constatation

     La porte d'entrée ne semble pas fortifiée ni médiévale. Par contre, elle possède un arc de décharge au dessus ainsi qu'un blason qui semble avoir été ajouté "récemment". Curieusement briques et pierres sont présents.

 

3ème constatation

     Le bâtiment principal comporte une puissante tour ronde semblant être intégrée dans le rempart.

 

4ème constatation

     Curieusement la tour est borgne et ne comporte pas de trace de crénelage, ni de mâchicoulis. Sa reconstruction ou consolidation pour la rendre habitable a t elle gommé ses défenses ?

 

5ème constatation

     Bien que partiellement caché par la végétation, le rempart a gardé ses créneaux. Le mur est épais, mais sa faible hauteur me fait douter de son efficacité défensive. Est ce une maison forte ?

 

6ème constatation

     Un mur extérieur possède de nombreuses fentes courtes et très rapprochées. J'hésite entre des fentes de tir pour fusil  ou des... heu.... Je n'ose le dire.

 

 

    L'intérieur :

  La propriété est privée et interdite à la visite.  

 

    Par ce petit article, j'ai souhaité vous montrer que tous les bâtiments fortifiés sont intéressants. Avec un peu d'attention, il est possible de découvrir de petits "trésors".

    Ce sont aussi les petites constructions qui permettent de mieux comprendre les plus grandes et de les admirer encore plus.

 

 

 

  Histoire du château :

* Au 21ème siècle, la découverte du château depuis la route est possible. La propriété privée est interdite à la visite. 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 06:30
 
   Certains bâtiments ne ressemblent pas à leur fonction et ne possèdent pas l'architecture similaire de ses "congénères". Voici un exemple caractéristique.
 


Département :    55  - MEUSE

L'église :
    Situation :    (--> la voir sur une carte)
        Le petit bourg de Champougny est situé à 25km au Sud-Ouest de Toul et à 5km au Sud de Vaucouleurs.

    Coordonnées du bourg :

48° 32′ 43″ N 5° 41′ 44″ E
 48.545278°  5.695556°

 

L'église:
       L'extérieur :
Est ce une église ?
      En arrivant dans le village, je recherche un haut clocher (symbole habituel d'une église comme à Pareid), mais aucune flèche, aucune architecture ressemblant à mon "imaginaire religieux" est visible.
   Sur ma carte IGN, la bâtiment est sensé être au Nord-Est à la limite de village. Arrivé proche des dernières maisons, je vois une curieux bâtiment. Mais est ce l'église fortifiée ?

L'approche
    Fébrile, j'avance avec beaucoup de doutes. Et enfin, je sens ma "victoire". De nombreux détails me confirment que je suis devant l'église du village : cimetière, fenêtres avec vitraux...

Mais où sont les éléments la classant dans les fortifications ?


Les 1er indicesQuelle curieuse tour accolée au bâtiment religieux si frêle !
    Au premier abord, ce bâtiment religieux ne ressemble pas à une église, et au deuxième abord, les éléments défensifs ou fortifiés ne sont pas vraiment visibles. Une minutieuse enquête commence.
    Je remarque cette haute construction ressemblant à une tour. Avec ses abats-sons sur la gauche, elle ressemble à un clocher que l'on a élargi pour réalisé une tour de défense.
   Il me semble qu'elle comporte 2 niveaux au dessus du "choeur". Ce devait être des pièces de replis avec d'épais murs (système défensif simple et efficace contre une petite troupe de bandits).
    Sur l'autre façade, le contraste est saisissant entre la puissante tour à gauche et la nef de l'église.

Comme moi, avez vous remarqué l'absence de transept

   Les nombreux contreforts amplifient l'aspect robuste et médiéval.
      Ce que j'ai supposé être les salles de repli (au dessus de l'église) comportent des ouvertures rectangulaires. Sont ce des fentes de tir ou des puits de lumière ?

Les vrais indices
    En examinant la petite façade de la "tour", je remarque, au dessus d'une ouverture rectangulaire, des corbeaux pour mantelet (Je vous ai déjà montré un exemple au château de Aigle en Suisse).
   Cette tour ne pouvant plus me donner de nouveaux indices, je décide de contourner l'église pour chercher d'autres traces de fortifications médiévales. Et là, il y a une multitude (j'exagère un peu) de système de défense.

Les voyez vous ?...... Je vous aide un peu.


   Sur le coté, bien qu'obstruée il y a cette magnifique archère à bêche. Puis, au dessus de la porte, les consoles à redent d'une ancienne bretèche (voir vocabulaire).


        L'intérieur :
    Hélas, fermée est l'église paroissiale . Mais en tentant de voir à travers les vitraux, je pense que l'escalier menant aux étages est interdit, et qu'aucune trace de fortification est visible dans la nef.


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église (dont il reste le choeur), ainsi qu'une tour.
* Au 13ème siècle, aménagement de l'église (nef) et construction d'un portail latéral. Amélioration des défenses.
* Au 16ème siècle, ouverture de baies.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Brice) est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible.

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 06:30

 

Département :    03 - Allier

Le bourg :
    Situation :   (--> le voir sur une carte)
       Le village de Montaigu Le Blin est situé à 25km au Nord-Est de Vichy, à mi-distance entre Varennes sur Allier et Lapalisse.

  Coordonnées du bourg :

46° 17′ 47″ N 3° 30′ 48″ E
 46.296389°  3.513333°


Le château:
       L'extérieur :
Pourquoi ai je choisi ce site?
    Montaigu Le Blin n'est pas sur un axe principal routier et ne fait pas parti des grands châteaux forts à visiter dans le Bourbonnais.

Alors, pourquoi suis je dans le village ?

    Ce voyage est dû à 2 raisons

1 - Une carte postale trouvée dans un livre.

2 - Un plan du château trouvé lors d'une de mes multiples recherches chez les bouquinistes et vide-greniers.


Légende du plan

A - Puissant Donjon.
B - Mur d'enceinte.
C - Basse cour.
D - Jardin.
 1 - Chapelle.
 2 - Logis.
 3 - Tour de guet.
 4 - Grande salle.
 5 - Prison.
 6 - Porterie.
 7 - Pont-levis.
 8 - Plan incliné précédent le pont-levis.
 9 - Poterne.
10 - Cour d'honneur.
11 - Tour.
12 - Communs, dépendances, écuries.


L'approche
   Posée sur une petite butte dans le village, la fortification se montre tout en rondeur. Les murs d'enceinte extérieure (repère B sur la carte) sont partiellement détruits, ce qui permet d'admirer les puissantes tours rondes avec petites courtines (voir glossaire). En réalité, j'ai en face de moi le donjon du château de Montaigu le Blin.
 
Le donjon
   Ce donjon est réellement la pièce maîtresse du château. Il est puissant et composé de 7 tours semi-circulaires dont certaines sont tangentes entre elles.
    Mais je suis surpris, ce donjon est curieusement sans défense, sans archère, sans bouche à feu, sans canonnière, sans bretèche, sans trace de mâchicoulis.
   S'il avait été parallélépipédique, j'aurais opté pour un classique donjon borgne du 12ème siècle. Mais là, je suis perdu .


Énigmatique donjon

   J'essaie de me ressaisir en imaginant que ceci est une ancienne construction d'artillerie pour casernement. Mais, pour me perdre un peu plus, une des tours comporte un indice :

   - Regardez .... Une fenêtre à meneau en croix.

       L'intérieur :
    Le bâtiment est une propriété privée, la visite est interdite en ce 20ème siècle. Tous mes doutes sont entiers.

Qui m'aidera à les enlever ?



Histoire du château :

* A l'époque Gallo-Romaine, le site est habité (et fortifié ?).
* Durant le Haut Moyen Age (période des mérovingiens), le site a pour fonction : La surveillance.
* A la fin du 12ème siècle, Julien de Saint Guérand possède la seigneurie.
* En 1220, un héritier de Julien se fait nommé : Seigneur de Montaigu.
* En 1226, Piere de Montaigu rend hommage pour son château à l'évêque de Clermont.
* A la fin du 13ème siècle, la seigneurie appartient à la famille Aycelin.
* En 1309, Gilles Aycelin de Montaigu est seigneur du fief.
* Au 14ème siècle, le château est endommagé durant la guerre de Cent ans.
* En 1439, le château est acheté par Jacques Ier de Chabannes.
* Au 16ème siècle, des problèmes d'héritages et de non paiement occasionnent une indivision.
* En 1627, Henriette de La Guiche offre par mariage, la "co-seigneurie " à Louis de Valois.
* Vers 1717, le château ne semble plus habité.
* En 1741, la seigneurie appartient à François Senetaire du Buisson, seigneur de Douzon. Le château de Montaigu est considéré comme inhabitable.
* En 1794, le dernier seigneur de Montaigu est guillotiné par les révolutionnaire. Le château est vendu comme bien national.
* En 1926, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est possible depuis la route. Le donjon et les bâtiments annexes sont une propriété privée non visitable.

* Au 21ème siècle, la visite payante des entrailles du château est possible certains jours (dimanche et JF ou sur rdv). Veuillez vous renseigner.

 

Rondeurs dans un écrin de verdure

  Vers Menu châteaux de l'Allier
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Bourbonnais : 03
commenter cet article