Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 06:30
 

 

 

    Près du château de Landsberg en Alsace pousse une fleur rare. Dès les premiers rayons du soleil de printemps, lorsque la neige commence à fondre, un bouton de fleur traverse la surface blanche et illumine le paysage par ses multiples couleurs.

   Il n'en fallait pas plus pour qu'un conte naisse sur l'eranthis hielalis, plus familièrement appelée: La Crinoline. Ce conte se nomme :

 

 

La fleur de Schlossbliemel du château de Landsberg

 

 

"  Cela se passe du temps des croisades. Un chevalier de Landsberg grand, beau, fort et intelligent, (bien sur,  puisque c'est un conte, il faut bien rêver un peu mesdames) sachant le retour proche dans son château d'Alsace, voulait faire un merveilleux cadeau à sa belle qui attendait depuis 2 ans sagement (je vous avais dit que c'était un conte, hihihi) le retour de son promis.Est ce vraiment un cadeau pour ma princesse ?

      - "Que puis je offrir d'extraordinaire à une femme exceptionnelle ?" pensait il.

 

  Une vieille dame qui passait par là compris dans quelle difficulté ce seigneur était (ha, ces hommes, un rien les perturbe quand on parle de sentiments hihihi). Elle lui dit :

      * "Beau chevalier, si ta 'fleur' est exceptionnelle en ton coeur, offre lui une fleur......... exceptionnelle, tout simplement !"

 

  Et elle lui tendit un bouton sans forme au bout d'une tige un peu molle.

      - "Que veux tu que je fasse d'une fleur non ouverte ?" pouffa t il

      * "Bien ignare tu es en amour pauvre guerrier. Cette fleur s'ouvrira à la chaleur de votre feu amoureux."

 

   Dubitatif, notre chevalier mit 'cette herbe' dans son sac et prit la direction du retour. En chemin, il se mit à préparer une prose à déclamer à sa belle.

 

    Lorsqu'il revint dans son pays, c'était la fin d'un hiver de neige terrible. Malgré le froid, à la porte de son château attendait une princesse d'une immense beauté qui rayonnait de milles feux  (oui, j'en rajoute un peu, je l'avoue).

 

   Lorsqu'il la vit, son coeur se mit a battre comme jamais, ses yeux s'illuminèrent, ses jambes flageolèrent, et ce qui est pire, les mots merveilleux qu'il avait préparés durant son long retour furent oubliés....... (ouai, ce n'est pas le prince charmant des contes de notre enfance).

Aussi courageux soit un chevalier, il n'est rien devant une belle !

 

 C'est alors qu'il repensa à la vieille femme. Il sortit de son sac LE cadeau si insignifiant à ses yeux.

 

  Evidemment, le miracle se produisit.

Un feu d'artifice de couleurs.

 

  La belle fut charmée par ce présent si simple et si original (fastoche à séduire les nanas hihihihi). Elle effeuilla un a un les pétales qui s'envolaient au vent devant le château.

 

    Et c'est depuis ce jour que cette fleur pousse dans la neige fondante pour raviver la flamme des futurs amants. Il suffit, dit on, de la cueillir ensemble, et les coeurs s'entremêleront à jamais. "

 
 

    Evidemment, je suis allé visiter ce château. Secrètement, j'espérais qu'une belle etc....   Mais voilà, j'eu 3 gros problèmes :

- Il n'y a plus de porte au château. Où va t elle m'attendre ?
- Point de belle dans un rayon de 100m (que viendrait elle faire dans une ruine, il est vrai ?)
- Impossible de ramasser cette fleur, elle est aujourd'hui protégée.

 

 ...... et.... une bise à droiteUne bise à gauche...et....Sniffff ........... je suis rentré "bredouille", personne m'aime .......... Sniffff

 

Cette fleur balance au rythme de notre amour !....

 

 


(c) Les dessins du chevalier et de sa belle m'ont été confiés par une jeune artiste talentueuse qui a un blog ICI

 

 


 

 Il existe un autre conte Alsacien avec une fleur........ Mais il est un peu moins romantique.

 

 

 

  Vers menu
Contes
 et
Légendes

<---  clic
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Contes et Légendes
commenter cet article
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 06:30
 
Le web est riche de vidéos sur le château de Guédelon (dans l'Yonne).
J'en ai sélectionnées quelques unes pour votre plaisir.

 

 

  xxxxxxxxxx

Chantier Médiéval de Guédelon
Construire un château fort aujourd'hui.
Un chantier médiéval.
 
Visite du château fort de Guédelon : Novembre 2007
Vidéo de Guy Cardinal
 
Le descriptif du château de Guédelon est ici
 



  Si vous êtes l'auteur d'une de ces vidéos et si vous pensez qu'elle n'a pas sa place sur cette page, faites le moi savoir et je l'enlèverai.... Chevalier d'honneur je suis.
 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans ** Vidéos **
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 06:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

   Non, non, non, ne craignez rien !... Je ne suis pas entré dans les ordres (Chevalier je reste). Vous êtes toujours sur le blog des châteaux forts.
   Les fortifications pouvant prendre des "visages" différents, je voudrais vous montrer une architecture à l'opposé des habituelles ruines castrales.
 Pour entrer dans le monastère, je vous conseille cette musique.

 

Le bourg  : 

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le monastère fortifié de Santa Maria de Poblet est situé à 40km au Nord-Ouest de Tarragone et à 10km à l'Ouest de la ville fortifiée de Montblanc.

    Poblet est le plus grand monastère Cistercien d'Europe, c'est un monument incontournable de Catalogne.

 

Le monastère :

    L'extérieur :  

L'arrivée

  L'idéal pour tous monastères était de créer un petit univers où la discipline, l'ordre et la sécurité étaient au service de Dieu.

   La sécurité a été obtenue par une enceinte extérieure, l'ordre par un cloisonnement justifiant 2 autres remparts.

 

1ère enceinte

     Avec les années l'immense rempart extérieur, qui protégeait les habitats des ouvriers, les cultures et les ateliers, a été abaissé. Cela permet d'admirer la majestueuse sacristie du 18ème siècle (ainsi que le 2ème rempart avec tour de défense), et surtout la magnifique tour-lanterne octogonale.

 Où est l'entrée de ce site ?

 

2ème et  3ème enceinte

    C'est en contournant le mur extérieur que je découvre la porte fortifiée du 2ème rempart. Double vantail, mur épais, bretèche (voir vocabulaire)... Tous les classiques systèmes de défense sont présents. Aujourd'hui, sa fonction est plus pacifiste puisqu'elle héberge la billetterie et le magasin de souvenirs.
   Quelques dizaines de mètres plus loin, je suis en admiration devant l'imposante fortification du bâtiment monastique. Quelle puissance et quel charme !
   Cette façade a inspiré de nombreux artistes et les gravures la représentant à différents siècles ne manquent pas.

   L'intérieur :

L'opposition magnifique
A l'intérieur, c'est le choc !

   L'extérieur représentait la force et la rigueur militaire, l'intérieur aspire au calme et à la plénitude... Wahouu, je ne suis plus le même.
  Pour vous orienter, voici le plan du monastère de Poblet.

Le cloître (repère 6 sur le plan)
  La visite commence par le grand cloitre construit en style Roman à la fin du 12ème siècle, puis réaménagé au 13ème. Les sculptures des chapiteaux gothiques sont très sobres (motifs végétaux). Les arcs des galeries sont trilobés et surmontés de rosaces.
     Ombres et lumières jouent avec nos yeux et incitent au rêve ou au recueillement (mais que m'arrive t il ?).
Est ce pour celà que de nombreux tombeaux de généreux donateurs ont été posés sur les murs de ces allées ?
   Avant d'entrée dans le réfectoire, il faut se laver les mains dans ce large lavatorium --> (repère 7 sur le plan).
Cet endroit est "bruyant" par l'eau qui retombe et pourtant apaisant (holalala, chevalier je ne suis plus, religieux je deviens).

Le réfectoire
(repère 8 sur le plan)
   C'est une grande salle rectangulaire d'une grande sobriété architecturale soutenue par 3 arcs et des croisés d'ogive. Au fond, une chair devait accueillir un moine lecteur.

La cuisine
  (repère 5 sur le plan)
    Évidemment elle communique avec le réfectoire, des trous ont été aménagés dans le mur pour passer les plats. L'architecture est sobre, mais a été "défigurée" par une restauration moderne.

La bibliothèque
(repère 11 sur le plan)
   En entrant dans une petite salle rectangulaire très sobre nommée le parloir (repère 10), je ne m'attendais pas à trouver à gauche un magnifique exemple d'architecture Cistercienne dans l'actuelle bibliothèque. C'était le Scriptorium des moines.

La salle capitulaire 
(repère 12 sur le plan)
   C'est le chef d'oeuvre de Poblet. L'art roman et gothique se mêlent avec harmonie dans le pur respect de l'architecture cistercienne.  J'admire religieusement (je vous avais dit que je changeais) cette architecture si légère.
   Le sol comporte les pierres tombales de certains religieux.

Le réfectoire des frères convers (repère 22 sur le plan)
   Cette élégante salle du 13ème siècle était à l'origine le "pressoir" et la cave à vin. De nombreux tonneaux (aujourd'hui disparus) étaient répartis contre les murs.
    Il est encore possible de voir sous le parquet un canal de transport du vin, ainsi qu'un grand silo en pierres.
   Au 14ème siècle, le sol est surélevé et la salle se transforme en réfectoire
 
Le dortoir des moines
   A l'étage, je suis ébahi devant une salle de 87 mètres de long comportant 19 arcs s'appuyant sur des consoles d'inspiration Mauresque (d'après le guide). Je ne remarque aucune cheminée....  La chaleur de Dieu devait les réchauffer.
 
L'église (repère 13 sur le plan)
   Point de Monastère sans lieu de prières. L'église est à la mesure de ce site : Simple et grandiose. Il faudrait un article entier pour décrire toutes les beautés et les caractéristiques de ce bâtiment. (retable, panthéon royal, chapelles absidiales, etc...). Je préfère vous laisser la surprise de ces merveilles (et puis, chevalier des châteaux je suis).
 
 Nota : Il y a de nombreuses salles que je ne vous ai pas décrites volontairement. Ce sera une surprise lors de votre visite.
 
 
Histoire du château :

* En 1151, le Comte (voir titre de noblesse) Raymond Béranger IV donne à l'abbaye de Fontfroide (en France dans l'Aude) des terres au pieds du versant Nord des montagnes de Prades.
* En 1153, une communauté Cistercienne s'installe sur le site de Poblet.
* Au 14ème siècle, grâce au donation des Rois et des nobles, le monastère devient puissant (nomination de maires, juridiction de Baronnies, etc...).
* Au milieu du 14ème siècle, Pierre III le cérémonieux fait du monastère le Panthéon Royal de la dynastie.
* Le 16ème siècle, annonce le déclin du monastère.
* En 1835, une loi est votée autorisant la vente des biens ecclésiastiques.
* Au 20ème siècle, rétablissement d'une activité monastique.
* En 1991, l'Unesco inscrit Poblet au "Patrimoine Mondial de l'Humanité".
* Au 21ème siècle, la découverte du monastère est payante et accompagnée. Le lieu est si extraordinaire, si unique avec des guides d'une grande quantité que vous ne regretterez pas vos quelques Euros. 

 

Vers Menu églises
fortifiées
d'Europe
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

 

                         Pourquoi le choix de cette musique : Le Lacrimosa du Requiem de Mozart
Parce qu'elle :
   1 - Parle aux anges. Avez vous senti le souffle de leurs ailes ?
   2 - Est ombre et lumière entre les voix et les violons, comme dans le cloître,
   3 - Violente nos sens et adoucit notre stress en même temps. Notre attention est décuplée.

Et puis... Amadeus est incontournable pour moi  !



--> Auriez vous fait un autre choix musical ?
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 06:30

 

Département :   74 - HAUTE SAVOIE

 

Le bourg :

Voila une ruine comme j'aime !    Situation :  (--> le voir sur une carte)

   Cusy est un petit village entre le lac d'Annecy et le lac du Bourget, à 10 km au Nord-Est de Aix les Bains. Fésigny est un lieu-dit sur les hauteurs (660 mètres) à l'Ouest de Cusy. 

   Coordonnées du château :

45° 46' 13.39" N 6° 0' 36.137" E
 45.770386  6.010038

 

    Origine du nom :

   Le hameau porte le nom du château, qui était le nom des propriétaires durant 500 ans. 

 

Le château : 

    Extérieur :

Préambule

   En préparant mon week-end en Haute Savoie, j'avais prévu de voir une "ruine ruinée" (comme j'ai l'habitude de vous en montrer). Je me réjouissais à l'avance. Ma seule crainte était que la ruine ait été démolie comme cela arrive parfois avec des bâtiments dangereux trop proche des routes ou des habitations.

  En arrivant dans le hameau de Cusy, je mis mon "destrier à moteur" dans l'herbe, et je me rendis vers le point le plus haut, endroit logique pour un château médiéval. Et là, une surprise m'attendait..... 

 

La surprise

   Je n'avais pourtant pas bu, mon gps m'indiquait bien l'endroit :

- Avais je été drogué dans la taverne au matin ?

- Étais je victime d'un empoisonnement d'un "ennemi" Savoyard contre votre chevalier Dauphinois ?
- Y avait il sorcellerie ?

  Evidemment, rien de tout cela :

* Au 21ème siècle, il y a une grande amitié entre nos deux régions.
* Et ce n'est pas la sorcellerie qui me fait voir cela.

   Cette transformation entre ma carte postale en noir et blanc et la réalité en couleur au 21ème siècle est du à un "passionné des vieilles pierres" ayant redonné vie à une ruine qui se laissait mourir !

 

Je suis sous le charmeQuelle harmonie entre ces époques de construction. 

     Ce qui est surprenant, c'est le contraste  entre l'époque médiévale, l'amélioration renaissance et le confort des ajouts du 20ème siècle. Mais l'ensemble est très harmonieux.

Qu'en pensez vous ?

 

Mes constatations

   Ma première constatation est que cette bâtisse ne devait pas être un château, mais une maison forte.
  L'autre constatation est la finesse de l'architecture pour un bâtiment médiéval construit pour la "défense" (défense très allégée car je ne vois pas de trace de rempart, ni de fossé).

   Je me dois de mieux regarder cette architecture.

 

 La face Ouest
      Le bâtiment le mieux conservé et le moins modifié est incontestablement sur le coté Ouest. Les murs sont bien appareillés en tuffe, et les angles comportent deux belles échauguettes avec toiture conique. Elles reposent sur une série de 3 encorbellements arrondis que vient "casser" l'angle des murs.

     Voila une méthode de construction que l'on retrouve même dans le pays Audois (voir château de Quillan). Les ouvertures rectangulaires ressemblent plus à des fenêtres Renaissance qu'à des archères ou postes de guet. Pourtant, elles sont asymétriques comme pour offrir un plus grand angle de vision.
   Les échauguettes ainsi que la courtine comportent des corbeaux.

Était ce pour soutenir des hourds (voir vocabulaire) ou bien un ancien chemin de ronde ?

 

Y a t il des systèmes défensifs ?

   Curieusement, je ne vois aucun système défensif habituel. Pas d'archère, de bouche à feu, de créneaux de bretèche. Ma supposition que Fésigny soit une maison forte plutôt qu'un château se confirme.

   Au Sud de ce bâtiment une jolie porte avec arc brisé renforce l'image d'une bâtisse médiévale. L'originalité de cette porte est la double utilisation de matériaux pour les montants :
      - En partie basse, la structure est en calcaire et chanfreinée aux angles,
      - La partie supérieure est en molasse.

 

 La face Sud 

      Accrochée au bâtiment, une tour carrée en molasse surprend par sa sobriété. D'après les documents d'archive, elle comporte un escalier à vis desservant tous les étages. Voici encore une preuve que cette maison forte n'est pas un château. Une construction fortifiée médiévale ne donne pas à l'ennemi l'accès direct à tous les étages. Escalier mobile, échelles en bois, labyrinthe, sas étaient courant pour ralentir l'intrus et améliorer la défense.

 

Le blason

   Sur la face Est de la tour, au dessus d'une porte "récente", j'aperçois une baie de lumière verticale. Elle comporte sur le montant droit de son encadrement en calcaire un blason; C'est celui de la famille Fésigny : "De gueule à bande d'argent étoilée".

  Ce blason se trouve aussi sur le linteau en accolade de la porte d'entrée de la cour.

 

   L'intérieur :

      Hélas, le jour de ma visite, les propriétaires étaient absents. Je n'ai pas trouvé de littérature décrivant l'aménagement des salles.

    Peut être que j'aurais plus de chance avec le prochain château

M'accompagnez vous ?

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, il semble qu'une fortification soit construite. Une famille Fésigny est citée, elle est vassale des Comtes de Genève.
* A la fin du 13ème siècle, le Comte de Savoie Amédée V (voir liste) s'empare des terres Genevoises de toute la région. Le seigneur de Fésigny ne s'oppose pas à ce changement. Il est maintenant vassal du Comte de Savoie.
* En 1464, Guy de Fésigny, président du conseil Ducal est chargé d'une mission. Il doit arrêter son voisin Jacques de Montmayeur qui a offensé le Duc. Mais après quelques péripéties, Montmayeur tranche la tête de Fésigny.
* A la fin du 20ème siècle, les bâtiments sont consolidés et une habitation moderne se construit en prolongement donnant une seconde vie à cette maison forte.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est possible. La visite de l'intérieur est interdite car c'est une propriété privée.

 

 Cela vous plairait une échauguette pour installer votre coin informatique ?

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 74 Vers Menu châteaux de Haute Savoie

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 06:30
     Dans ma recherche de fortifications médiévales, il m'arrive parfois de trouver une documentation minimale sur un bâtiment peu fortifié. Mon instinct de chasseur-médiéviste m'oblige à le découvrir et... à vous le montrer.  


Département 24 - DORDOGNE

Le bourg :
   Situation :   (Le voir sur une carte)
       La commune de Vanxains est située à 10km au Sud-ouest de Ribérac et à 12km au Sud-Est de Aubeterre sur Dronne.

  Coordonnées du bourg :

45° 13′ 0.12″ N 0° 17′ 17.16″ E
 45.2167°  0.2881°


L'église fortifiée:
      L'extérieur :
La découverte
    Au centre du village, le bâtiment religieux est immanquable tant il est imposant et domine les maisons. Mais point touriste je suis, et ma recherche commence par la vue latérale du clocher. Hélas, cette solide construction romane ne me donne aucun indice sur une possible fortification.

La recherche d'indice
    Je prends un peu de recul et tente de disséquer la façade. Elle est massive, semble avoir été construite en 2 étapes et .. (rêverais je ?).. je crois voir des fentes de tir, mais ce ne sont peut être que des baies de lumière (?).
   La preuve d'une église fortifiée étant faible, je continue la recherche sur la face arrière, qui est sobre, massive, romane mais sans trace de défense.

Ai je trouvé ?
     Ma 4ème tentative de recherche d'indice est plus fructueuse. Comme je le pensais, cette église devait être un bâtiment solide pour la sécurité de la population. Par conséquent, elle possède une salle de repli au dessus de la nef accessible uniquement par une échelle à l'intérieur.

L'intérieur :
     De belles croisés d'ogive se distinguent dans les allées, une coupole simple et douce, et c'est surtout la lumière diffuse du chevet qui m'attire. Le plan peu classique ne me révèle pas d'autres indices de défense.


Histoire dé l'église:

* Au 12ème siècle, les habitants fortifient l'église. 
* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite. L'intérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est visitable en dehors des offices.

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Dordogne

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 06:30

 

Département :   56 - MORBIHAN

 

Le bourg fortifié :

  Plan des fortifications de Malestroit  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le petit bourg de Malestroit est situé à 10km au Sud de Ploërmel et à 30km au Nord-Ouest de Redon.

   Coordonnées du bourg :

47° 48′ 38″ N 2° 22′ 56″ W
 47.810556°  -2.382222°

 

Description des fortifications : 

    L'extérieur

Pourquoi le choix de ce site ?

     Quand, il y a quelques années, j'ai découvert le plan des fortifications du bourg, j'ai de suite noté Malestroit sur ma carte de découvreur médiéviste.

Ai je eu raison ?

 

La découverte

     Avec ma chance de Chevalier, mon destrier me dépose devant une porte de garage  .

   Mais pas n'importe qu'elle porte.... Un porte magique..... ....ou maudite.

  Quel est donc ce sortilège m'empêchant de voir de hauts remparts protégés par de beaux mâchicoulis (voir vocabulaire) ?

 

   Point de magie ensorcelée, mais une réalité de votre siècle. Ce mur si "banal" est l'une des rares traces des remparts de Malestroit.

 Vous doutez de mes dires ?..... Regardez cette pancarte.

 

La porte Saint Jean

    Pour conjurer la "malédiction du rempart maudit" , je décide de parcourir à pieds les 900m du périmètre théorique. Et c'est ainsi que s'offre à mes yeux le trésor de ce bourg : La porte Saint Michel.

 

    L'intérieur
        Remparts et tours ne sont pas visitable.

 

 

  Histoire du bourg :

* En 1463, Jean IV Raguenel, maréchal de Bretagne, fait protéger le bourg en construisant un rempart de 8 mètres de haut et 2 mètres d'épaisseur avec archères, fossé et portes fortifiées.
* En 1589 et durant 3 ans, les ligueurs de Mercoeur attaquent le bourg et endommagent les remparts.
* A la fin du 16ème siècle, les murs du rempart sont épaissis et des canonnières remplacent les archères.
* Au 18ème siècle, les Chouans attaquent souvent le bourg et détruisent partiellement les fortifications.
* Durant la 2ème moitié du 18ème siècle, la place forte est démantelée.
* En 1840, la prison de la porte Sainte Anne est détruite mettant fin aux murs fortifiés dans l'histoire de Malestroit.
* Au 21ème siècle, la découverte des remparts et de la porte fortifiée est libre et gratuite à l'extérieur. La découverte des entrailles est impossible.

 

Porte Saint Michel

  Vers menu châteaux forts du 56 Vers Menu châteaux du Morbihan

 

Repost 0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 06:30
Des premières positions défensives aux châteaux de plaisance

 

 En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

Résumé :

 
    « De la ruine altière à l’édifice prestigieux, du rempart à la porte fortifiée, la Drôme possède de nombreux châteaux et fortifications dont les fonctions ont évolué, au cours des siècles, de la défense à la résidence.
Ces architectures ponctuent le paysage. Historiens, archéologues, architectes et conservateurs du Patrimoine présentent leurs dernières recherches sur la construction et l’évolution des formes et des fonctions de ces sites, mais aussi sur leur devenir. Se croisent également des regards de photographes contemporains, sur ce patrimoine riche de lumières et de matières.
»
 
 
 
 
Mon avis :
 
Le meilleur livre de châteaux sur ce beau département  !!
 
    La Drôme est l'un des 3 départements actuels qui composaient  le Dauphiné. Elle avait 3 frontières communes avec des provinces puissantes :
      * Le Comtat Venaissin,
      * Le Comté de Provence,
      * Le Languedoc.
  
    Il fallait beaucoup de stratégie et aussi de nombreux et puissants châteaux pour stopper l'envie de pouvoir de tous ces voisins.
   Avec le "transport" du Dauphiné au royaume de France, ainsi que l'annexion du Languedoc à la "France du Nord" (voir la croisade des Albigeois), certains châteaux furent non entretenus par perte de position stratégique.
   Avec la renaissance, certaines fortifications furent abandonnées par manque de confort, par contre, d'autres comme Grignan prirent de l'importance.
 
   Ce livre résume dans la première partie les changements dans cette région. Et dans la seconde  (la plus importante du livre) de nombreux châteaux sont expliqués par l'évolution de leur construction, et par l'histoire de leurs occupants.
 
    Un régal d'histoires et d'architecture.
  
Pour l'époque médiévale en Dauphiné, il existe d'autres ouvrages :
   - Pour l'Isère, une des vallées frontières :
Le Grésivaudan.
   - Pour l'Isère : Les châteaux.
  
Il fait trop chaud sur l'autoroute, arrêtons nous pour voir les belles ruines Drômoises.    Lorsque vous circulez sur l'A7 en voiture, plusieurs d'entre eux vous observent. Faite leur plaisir (et à vous aussi) prenez la première sortie, et, avec ce livre, marchez jusqu'à eux....... Peut être que si le mistral ne souffle pas trop fort, vous entendrez les murmures des pierres vous narrant des anecdotes.....
    

 

Venez "visiter" maintenant les châteaux de la DRÔME

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 06:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La ville de Tàrrega est situé à 50km à l'Est de Lleida et à 65km au Nord de Tarragone.

 

Le château :

   L'extérieur :

Mon questionnement

    Ma carte routière détaillée de la Catalogne m'indique que Tàrrega comporte un vestige (dont l'époque n'est pas spécifiée), mais curieusement, mes 2 livres touristiques n'en font pas état.

Je tente l'aventure (oui, aventurier moderne je suis).

 

La découverte

 

      Sur une petite butte au Nord du centre ville, j'aperçois une massive construction. Elle n'a pas fière allure et surtout n'est pas mise en valeur au milieu de ce terrain sablonneux comportant quelques saletés.

 

Analyse

   Le mur bas semble soutenir l'ensemble et pourtant, il est constitué de pierres pauvrement taillées, petites et peu jointives. J'opterais non pas pour un mur de soutien mais pour les vestiges des communs (caves, stockages, magasin ?).

   La partie supérieure est plus compacte et ressemble enfin à un rempart.

Mais que sont devenues :

     * Les tours flanques, élément défensif classique au Moyen Age

     * ainsi que les archères ou bouches à feu (voir vocabulaire) ?

   En examinant chaque mur, je découvre quelques traces de "fente de tir" postérieures au 17ème siècle.

 

   L'intérieur :

Que dire ?

  La terre a recouvert toutes les traces de fondation. 

     Les rares murs intérieurs ne permettent pas d'imaginer l'aménagement des salles. Les hommes ont abandonné cet ancêtre durant de nombreuses décennies.
    Mais quelques pelles, pioches, brouettes et tamis m'informent que des fouilles vont prochainement redonner vie à ces vieilles pierres. Youpiiii !
   Dans quelques années, il sera possible d'admirer le panorama sur 360°.

  NotaCe château n'est pas représentatif des ruines médiévales de Catalogne. Prochainement vous admirerez des sites incroyables, des tours uniques, des remparts "rarement vus", des donjons magnifiques et surtout des....... chuuuut, c'est un secret.  

 
Histoire du château :

* Au 13ème siècle, une fortification est construite sur la butte.
* Au 19ème siècle, le site est transformé en fortin pendant la 3ème guerre Carliste.
* Au 20ème siècle, une petite campagne de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est interdite. Il semble que des fouilles vont être organisées. 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 06:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg :

     Situation :  (--> le voir sur une carte)

         Le bourg de Canet en Roussillon se situe à 16km au Sud-Est de Salses le Château (voir cet article) et à 11km à l'Est de Perpignan, proche de la mer Méditerranée.

    Coordonnées du château :

42° 42' 23.76" N 3° 0' 30.755" E
 42.7066  3.008543

 

Le château :

     L'extérieur :

Préambule
    Canet en Roussillon est une station balnéaire connue pour sa plage de sable fin, son port de plaisance, sa vue sur la chaîne des Pyrénées et le Canigou, mais pour moi c'est une cité fortifiée.
    Je lis (à travers l'écran ) vos doutes et surprises.     Pourtant, il suffit de regarder le plan cadastral de 1880 pour voir :

* Un rempart polygonale,
* Les 14 tours rondes,
* Au centre, un petit bourg,
* Au Sud, une ancienne église dans le clocher est une tour de flanquement,
* Au Nord, le château Vicomtal.

 

Quelle surprise !

    Comme souvent avec une construction médiévale, il faut monter pour la voir. Les collines sont rares au bord de la mer, et le dénivelé est faible, point de fatigue je ressens , et pourtant estomaqué je suis devant cette construction.

    Souvent dans les bourgs, les bâtiments médiévaux sont :

        * Soit inexistants (car les habitants ont récupéré les pierres depuis 1792),

        * Soit démolis  par les maires de la fin du 19ème siècle (pour faire plus moderne),

        * Soit très reconstruits pour sécuriser le site.

  Hors, je vois une ruine avec de la végétation sur les murs, et des fruits (non, non cela ne se mange pas, c'est un terme architectural --> voir vocabulaire) très abîmés.

Avez vous remarqué que l'ensemble est construit avec des galets roulés

 

Les remparts

   Je suis (heu, du verbe suivre, et non pas du verbe être  ) l'alignement irrégulier des remparts espérant trouver soit une porte, soit une faille pour entrer. En passant devant une tour, j'ai un doute sur l'origine de cette construction à cause des fentes de tir étroites et rectilignes. Cela ressemble à un fort du 17ème siècle.

  Soudain les courtines sont belles, cimentées, solides. Un travail de ravalement est en cours.

     Je crains que l'entrée me soit interdite.

Quelle beauté !

    Évidemment, les courtines n'ont la hauteur d'origine.

       Évidemment, les créneaux sont absents.

          Évidemment, il manque les systèmes de défense comme archères et mâchicoulis (voir vocabulaire).

  Mais ce mur est une belle esquisse de la construction originale, il suffit d'un peu d'imagination et la cité s'éveille (je sais, fou et rêveur je suis).

  La tour ronde ressemble à un donjon de repli (car non habitable).Il faut que j'entre pour me pâmer devant ces beautés.
 

    L'intérieur 

Hélas !
    Hélas en ce 20ème siècle, le site est interdit à la visite pour cause de fouilles et de consolidations. Je ne peux que rêver en volant des images à travers les grilles.

Le plan
   Pour me transporter encore plus haut dans mon rêve, je regarde le plan de ce château fort (gardé dans les archives du SDAP66) :

1 - Entrée,
2 - Chapelle,
3 - Patio et citerne,
4 - Tour,
5 - Fente de tir pour armes à feu,
6 - Poterne.

 

La chapelle

    La chapelle (dédiée à Saint Martin) est la construction la plus impressionnante dans cet amas de ruines. Ce qui ressemble à une tour avec de nombreux trous de boulin (voir vocabulaire) est en réalité l'abside de la chapelle. Les bandes lombardes à sa base réalisées en pierres taillées me la font dater du 11ème siècle (voir cet article).

 

 

  Histoire du château :

* Au 11ème siècle, une fortification primitive est certainement construite. Elle est nommée : Castellum de Caned (à vérifier).
* Au 12ème siècle, le château est le siège d'une Vicomté (voir titre de noblesse).
* Au 13ème siècle, le château est cité dans un texte. Il appartient à une famille nommée : Canet.
* Au 14ème siècle, le bourg est prospère grâce au commerce maritime.
* En 1312, Guillaume de Guardia, héritier de la famille Canet, échange avec le Roi Sanche ce château contre la seigneurie de Toreilles.
* En 1343, durant la guerre entre Aragon et Majorque, le château de Canet et attaqué puis pris.
* En 1343, château et bourg reçoivent de nouvelles défense. Canet devient une capitale importante du Roussillon.
* En 1462, le château est attaqué puis pris par les troupes du roi de France Louis XI (voir liste).
* Durant 2 siècles, le château est l'enjeu de nombreuses batailles entre l'Espagne et la France.
* Au 20ème siècle, des campagnes de fouille et de consolidation sont réalisées. La découverte de la ruine est interdite.
* Au 21ème siècle, la visite des ruines est possible de juin à septembre. Renseignez vous sur les horaires.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 06:30

 

Département 68 - HAUT RHIN 

 

Le bourgBien qu'en ruine, cette vieille tour est imposante.

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le château est construit sur une colline, à 560 mètres d'altitude, au dessus de la vallée de Munster, non loin de Griesbach-au-Val. 

   Coordonnées du château :

48° 2' 15.601" N 7° 9' 52.978" E
 48.037667°  7.164716°

 

Le château : 

    L'extérieur :

Je monte en pensant

   C'est une gravure vue il y a de nombreuses années qui me motive à monter la colline.

Pensez vous que des dame en crinoline m'attendent en haut ?

  Cette bâtisse a perdu de son prestige. Elle a été considérée comme la construction militaire la plus aboutie d'Alsace au Moyen Âge.

 

La marche d'approche

     Après 40 minutes de marche assez facile mais en montée (le plaisir d'une ruine médiévale se mérite) sur un chemin merveilleusement balisé pa le Club Vosgien, le château (très ruiné) de l'ancien Schwartzenbourg apparaît dans une forêt dense et sombre.

 

La découverte

   Des morceaux de remparts et des bouts de murs de la 1ère ligne de défense tentent de survivre au milieu des arbres. Plus loin, entourés d'un fossé, les restes des courtines apparaissent.  Bien que très abîmés, les murs sont hauts et épais. Voila les preuves d'une construction militaire médiévale.

 

Rapide description

     Le château a la forme d'un parallélépipède presque rectangulaire, avec un épais mur bouclier. Des tours flanques (voir vocabulaire) donnent un peu de forme à cette architecture très "carrée". Une tour plus grosse devait faire office de donjon et occupe le point le plus vulnérable face aux assaillants.

   Lentement j'avance vers la porte.

 

  L'intérieur :

   Comme je le pressentais, à l'intérieur aucun bâtiment est visible. De plus, terre et végétation ont supprimé toutes traces des fondations des murs intérieurs. Il y a pourtant 2 surprises :

- En observant bien le haut des courtines, il me semble deviner la présence du chemin de ronde.
- Adossé à un mur médiéval, un bunker de la guerre du 20ème siècle tente de se camoufler, honteux de ne pas être en harmonie avec cette forteresse de 1000 ans son aînée. Ce bloc bétonné a peut être été une chance pour ce château car il a consolidé 2 murs.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1261, début de la construction d'un château au moment des luttes du "Grand-Interrègne". Ce château est du à Gauthier de Géroldseck, avoué de l'abbaye de Munster et père de l'évêque de Strasbourg.
* En 1262, après la défaite des Hausbergen, l'évêque donne le château à l'abbaye de Munster. L'évêque de Bâle fait reconnaître ses droits sur le val de Munster par le roi Richard. Le château est donc propriété de l'Evêque.
* En 1293, Walther Roesselmann est emprisonné dans le château après s'être ligué avec les Habsbourg contre l'Empereur. Il décède dans sa prison l'année suivante.
* A partir de 1309, le château perd son rôle stratégique. Il va changer plusieurs fois de "propriétaire" en quelques années.
* En 1341, il appartient aux Munch von Landkron. Durant cette période, les courtines sont surélevées et agrémentées de braies avec archère.
* En 1401, il est à Albert Beger de Geispolsheim. Durant le 15ème siècle, Cette famille deviendra puissante par ces alliances en Alsace et possédera le château durant 130 ans.
* En 1496, le château est magnifiquement restauré par son petit fils, Jacques de Bleyberg.
* En 1532, Mathias "dit le Fou" est assassiné sans héritier. La conséquence est grave pour ce château, il aura de nombreux propriétaires durant 200 ans. Hélas, avec ces changements peu de travaux sont réalisés pour son entretien.
* En 1536, le château est assiégé par des "rebelles" à la solde du roi Ferdinand Ier de Habsbourg.
* En 1605, les bâtiments sont décrits en mauvais état.
* En 1633, durant la guerre de "trente ans", une garnison Française s'y installe pendant 3 ans.
* En 1638, le château devient une poudrière contrôlée par des gardes de la ville de Munster.
* En 1646, un texte décrit l'état lamentable du château. Il n'est plus considéré comme une habitation possible.
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la "guerre de 30 ans". De nombreuses forteresses sont abandonnées, Schwartzenbourg en fait parti.
* En 1673, le château est "accidentellement" détruit. Les Français sont soupçonnés.
* En 1792, les révolutionnaires le déclarent bien national. Le château est vendu puis "pillé" de ses plus belles pierres.
* Au 19ème siècle, les ruines et les terres appartiennent à la famille Hartmann
* En 1914, durant la "Grande Guerre", une batterie d'artillerie (bunker) est construite par l'armée Allemande dans l'enceinte du château.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

La végétation a envahi l'intérieur du château.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du département 68 Vers Menu châteaux du Haut Rhin

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article