Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 08:55

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 Cette reproduction me fait rêver

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Tallard est située à 40km au Nord-Ouest de Digne les Bains, à 35km au Sud-Ouest d'Embrun, à 30km au Nord-Est de Sisteron et à 10km au Sud de Gap.

 

     Coordonnées du château :

44° 27' 37" N06° 03' 21" E
 44.46021055999° 6.05593979358°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Voyage vers le passé  Je suis transporté au 15ème siècle... ou presque

* Certains d'entre vous pensent que le voyage dans le temps n'est (et ne sera) pas possible.

* Pourtant, je le fais (et vous aussi) très souvent.

* Il suffit de regarder une photo pour voir le passé (évidemment).

* Pour votre Chevalier, le voyage temporel de ce jour s'est effectué grâce à une reproduction du château de Tallard au siècle dernier.

* Il ne m'en fallait pas plus pour seller mon destrier et partir en croisade à la limite Sud de mon Dauphiné.

* Quelques esprits chagrins vont m'expliquer que le site était possession du Comté d'Orange.

* Il faut savoir qu'une famille Dauphinoise "pela" l'Orange puis s'y installa (heu.... c'est presque vrai ---> Voir historique).

* Conséquence : C'est le blason du Dauphiné (modifié par Charles V après le transport de mon Dauphiné au Royaume de France) qui flotte sur ce château.

Je vous invite à visiter un de "mes" châteaux....hihihi.

 

 Reconstructions et vestiges se mélangentSurprenante arrivée

* Je suis surpris :

- Du contraste entre les hauts bâtiments presque neufs et de couleur claire face au vestige d'une défensive tour noirâtre.

- Du contraste entre les systèmes défensifs face aux remplages de la paroi religieuse.

- Des nombreuses canonnières pour un bâtiment que je pensais médiéval.

* En voyant ces fenêtres à meneaux en croix surmontées d'un pignon triangulaire, je ressens plus la Renaissance que le Moyen Âge.

Ne reste-t-il rien de l'époque médiévale ?

 

Le passage vers .....

* Ne comprenant pas ce château, je prends un peu de recul.

* Dans l'angle une ronde tour semble surveiller l'entrée.

* C'est donc avec précaution que je franchis le seuil pour voir.......

 

Quelle variété d'architecture moderne, ancienne et défensiveBilan

* De la forteresse médiévale il reste quelques pans de mur.

* L'ensemble a été fortement modifié au 16ème siècle.

* Les archères ont été remplacées par des canonnières.

* Des fenêtres de confort ont été ouvertes à la Renaissance et même au 17ème siècle.

* L'arasement ne permet plus de voir crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Pour consolider le bâtiment de nombreuses baies ont été bouchées récemment.

 

L'entrée fortifiée

* La partie la plus facilement prenable dans un château fort est l'entrée.

* Il semble logique que les architectes aient été très attentifs à sa défense.

* De chaque coté, il y a une tour ronde.

* Bien qu'elles soient arasée, elles montrent leur puissance défensive : Des canonnières et des arquebusières avec un ébrasement extérieur permettant d'augmenter l'angle de tir.

* Au dessus du double vantail, une bretèche facilite la défense de près.

* Pour savoir s'il y a herse et assommoir, il faut entrer.

 

Les savoyards ont bien abîmé ce château

 

 

        L'intérieur :

Je veux entrer

* Je tente de pousser la porte.

* Je crie, je bougonne, je tente de montrer que je suis là avant d'être las.

* J'aurais apprécié m'esbaudir.... Mais la porte reste close.

* Je cherche un panneau d'horaire d'ouverture.... Mais il n'y a rien.

 

Comment voir ?

* Comme un enfant gâté, je crie en me roulant au sol et.....

..... Je vois sous la porte.

* Au fond de la cour (était ce la basse cour ?), je vois plusieurs bâtiments et des pans de murs ruinés.

* Avec ses archères sur les tours rondes, l'intérieur ressemble à un château médiéval.

* Le site n'étant pas ouvert au public ce jour, je décide d'utiliser les brèches, les canonnières et les fenêtres pour "voler" quelques images.

* Ici je vois... heu.... Et là je vois..... heu.

 

C'est fini

* La ruine n'étant pas facile à comprendre par mes images "volées", je décide de partir vers une autre découverte.

* Mais avant, je me délecte du magnifique panorama.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, les terres sont possessions du Comté (voir titre de noblesse) d'Orange. Une tour de guet (en bois ?) est construite pour surveiller les vallées.

* En 1215, le Prince d'Orange cède la terre de Tallard aux Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem.

* En ce début de 13ème siècle, les Chevaliers font construire une fortification en pierre.

* En 1322, le petit château et ses terres sont cédés à un membre de la famille Trians. Arnaud devient le premier seigneur de Tallard.

* En cette première moitié du 14ème siècle, le site est fortement remanié. Un puissant château remplace la petite fortification.

* En 1326, Tallard devient le siège d'une Vicomté.

* En 1496, après de nombreuses successions et mariages, la Vicomté devient possession de Bernard de Clermont.

* Au début du 16ème siècle, peut être grâce à la fortune apportée par sa femme Anne de Husson, le Vicomte aménage le vieux château fort en une fortification Renaissance.

* Au milieu du 16ème siècle, à cause des Guerres de Religion, le Vicomte, sa femme et ses enfants fuient le château. La bâtisse peu entretenue se détériore.

* Au début du 17ème siècle, le site et les terres sont achetés par Etienne de Bonne, seigneur d’Auriac. Le site castral est restauré.

* En 1692, Victor-Amédée II, Duc de Savoie (voir liste), est partie prenante de la Ligue d'Augsbourg contre la France de Louis XIV (voir liste des rois). A la tête d'une puissante armée, il envahit la région de Gap. Le château de Tallard est attaqué et partiellement détruit.

* Durant 2 siècles, les propriétaires se succèdent. Le château ne semble plus habité.

* Vers 1792, les Révolutionnaires massacrent de nombreux blasons pierres sculptées dans ce château, symbole d'un temps déchu.

*  En 1957, sur l'initiative de Richard Duchamblo, un prêtre passionné de vieilles pierres, la commune achète le château.

* En 1958, le corps de garde est classé aux Monuments Historiques

* En 1969, le château est classé aux Monument Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. L'à-pic étant important soyez très prudents et surveillez les enfants. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture.

 

 

Le guetteur avait un panorama magnifique

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 05Vers Menu châteaux des Hautes Alpes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 07:01

 

Département 30 - GARD

  La grise tour de me grise avec sa beauté médiévale

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Goudargues est située à 50km au Nord-Nord-Est de Nîmes, à 35km au Nord-Est d'Alès et à 15km au Nord-Ouest de Bagnols sur Cèze.

 

     Coordonnées du château :

44° 12' 12" N4° 28' 2" E
 44.2033604° 4.46731031°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* A moins d'un kilomètre au Sud de Goudargues, le hameau de La Bastide possède les traces d'un passé médiéval.

* Sur un rocher, au dessus des arbres, apparaît une tour carrée.

* Lentement j'approche pour mieux la sentir.

* Sentir !.... Comme souvent en notre siècle, ce sont les poubelles qui m'accueillent.

 

Elle est vraiment béton cette échauguette

Rapide analyse

* Dans un angle, un vestige d'échauguette me pose des questions.

Est elle d'origine ?

Ou est ce une reconstruction ?

* Bien que le mur soit cimenté le parement d'angle avec ses belles pierres taillées me semble d'origine.

 

La porte !

* En général, lorsqu'un Homo Sapiens en notre siècle crie "Le porte !", c'est pour nous quémander de sortir. Mais en ce lieu, c'est une invitation à la découverte.

* Accrochée à un mur cimenté qui ne semble pas épais, la porte me transporte dans le doute.

* Le crénelage est trop bas et semble trop récent.

* Point vraiment défensive cette entrée est.

 

 

 L'angle droit est son droit !La tour sans faire le tour

 * Je prends un peu de recul et....

..... Je me délecte.

 * La vieille tour médiévale s'offre à moi.

 * L'ensemble porte+tour s'enorgueillit de l'angle droit.

 * Moi qui suis plutôt un adepte des courbes (sur les damoiselles... hooo), j'avoue être heureux de déguster autant de "droiture".

 * La haute construction est accolée à un bâtiment moderne puis à un vestige de rempart.

 * Même si le 17ème siècle l'a affublé de modernes fenêtres, la vieille dame garde encore ses archères droites.

 * Pour que vous puissiez mieux comprendre ce château d'un autre âge et mieux l'admirer, je vous offre une vue du ciel.

 

        L'intérieur :

  Hélas, la porte ne s'ouvre pas. La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, la seigneurie est donnée en exploitation par l'évêque et Comte (voir titre de noblesse) d'Uzès à la famille Orniols.

* Au 13ème siècle, construction d'un puissant donjon carré.

* En 1436, François de Larque reçoit la seigneurie de monseigneur Bertrand III de Cadoène en échange de sa propriété de Sanilhac.

* Au 15ème siècle, le site est propriété de Jean Faret puis de Pons d'Oriols.

* En 1529, par son mariage, Jeanne de Maubuisson apporte la seigneurie en dot à Jean-François de Pèlegrin.

* En ce 16ème puis 17ème siècle, le site devient le centre de réunion des Calvinistes de la province.

* Au 17ème siècle, des nombreux travaux de modernisation et les reconstitutions partielles (type défensif) sont réalisés.

* En 1716, par mariage, la seigneurie est possession de René de Juges, Baron de Cadoine.

* En 1767, François de Cadolle est le nouveau propriétaire.

* Au 19ème siècle, Guillaume Guizot possède le château.

* Au 20ème siècle, durant la deuxième guerre mondiale, le château est occupé par des troupes Belges, Allemandes puis Françaises.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Hooo, que c'est beau un créneau en haut !

     
   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 07:05

 

Département 16 - CHARENTE

   Voyez vous les systèmes défensifs ?

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune de Mesnac est située à 40km au Nord-Ouest d'Angoulême, à 20km au Nord-Est de Saintes et à 10km au Nord de Cognac.

   Coordonnées de l'église :

45° 46' 38.536" N 0° 21' 34.186" W
 45.777371°  -0.359496°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte
     Dans cette petite commune, il est facile de trouver l'église. Non pas que son clocher dépasse les maisons (car cette bâtisse n'est possède pas), mais parce que le bâtiment religieux se situe sur la route traversant Mesnac.

  Les contreforts cassent la monotonie de la nef

L'analyse

   Bien que cette église soit petite, bien qu'elle ne soit pas très fortifiée en premier abord, je suis fasciné par son architecture. En voici les critères :

* L'absence de clocher est déjà curieuse.

* L'absence de transept en fait un bâtiment purement Roman d'origine.

* Les fenêtres ont été modifiées après leur construction. Cela se voit dans la reprise de maçonnerie.

* Les contreforts droits de largeurs et profondeurs différentes surprennent.

* Le contrefort "central" possède 2 ouvertures.

* Je suppose que cette avancée comporte un escalier (le plan confirme ma supputation), ces ouvertures seraient des puits de lumière.

* Mais j'ai des doutes sur l'ouverture cruciforme. Avec la légère avancée de la partie supérieure du contrefort, j'imagine que cela fut une fente de tir.

 

A-t-elle été fortifiée ?

* A part ma supposition de la fente en croix, je ne perçois pas de salle de protection, ni de système de tir.

Je me dois d'être plus vigilent et logique!

* S'il y a un escalier, c'est bien pour "monter".

Comme il n'y a pas de clocher, où cet escalier mène-t-il ?

  Pourquoi les modillons ne sont ils pas sous le toit ?

Je sors ma loupe de Sherlock Holmes

* Sur le mur latéral, de ce qui semble être le chevet, je vois une rangée de modillons à mi hauteur.

N'est ce point surprenant ?

*Je contourne le contrefort d'angle pour comprendre le chevet plat.

* A la base, un bâtiment (la sacristie ?) a été construit récemment.

* Au sommet, au dessus de la rangée de modillons, une ouverture me confirme la présence d'une salle de repli.

 

Un Dauphinois heureux

    C'est un Chevalier heureux qui se rend vers le portail d'entrée. Un regard rapide m'informe que la distance entre l'oeil-de-boeuf et la cloche est assez importante pour la présence d'une salle de repli.

 

Un peu de tourisme architectural

J'ôte mon heaume de Chevalier-Castellologue-Amateur

pour chausser mon chapeau de paille de touriste.

  Le portail est d'architecture Renaissance et Romane. Il comporte 3 voussures brisées avec une archivolte ornée de pointes de diamant, décoration classique à la Renaissance. Les chapiteaux à feuillage naturaliste des colonnes sont du 13ème siècle.

Un portail Gothique sur une église Romane

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église. Elle dépend du prieuré Saint Eutrope de Saintes.

* Au 14ème siècle (?), l'église est modifiée.

* Au 16ème siècle (?), le chevet Roman est remplacé par un chevet plat.

* En 1597, la cloche est implantée dans le clocher-mur à 2 arcades (dont une a disparu).

* Au 19ème siècle, une sacristie est ajoutée. Des vitraux représentant Saint Pierre, Saint Paul et Saint Ausone sont implantés dans les 3 baies du chevet. D'autres aménagements intérieurs sont réalisés. Du mobilier est implanté dans l'église.

* En 1943, la cloche est classée aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, l'église reçoit un petit "lifting".

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite depuis les rues. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Combien de personnes a sauvé cette église ?

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 08:40

 

Département 09 - ARIEGE

     Ce bourg fortifié va-t-il me donner des frissons médiévaux ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte

        La commune de Camon est située à 40km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 30km Est-Nord-Est de Foix (voir son château) et à 15km au Sud-Est de Mirepoix.

 

     Coordonnées du bourg :

43° 01' 19" N01° 27' 27" E
 43.021915° 1.96590500°

 

 

Les fortifications : 

        L'extérieur :

Pourquoi suis je en ce lieu ?

* A l'origine, j'ai eu en main la reproduction d'une gravure représentant Camon en 1825.

* Le monastère fortifié et le château me paraissaient si beaux que croisade je me promis d'organiser, mais sans précipitation.

* Mon envie de visiter ce site fut encore plus importante lorsque j'appris que Camon est classé parmi les plus beaux villages de France.

 Il faut bien comprendre le plan avant de visiter cette cité

Stupéfaction !

* Il y a des remparts partout !

* Pour ne pas être perdu, il est nécessaire de lire le plan.

* Il semble qu'il y ait deux remparts d'âges différents avec des systèmes défensifs.... différents !

* Il me faut donc m'habituer à voyager dans le temps.

 

 

La marche coule vers le mâchicoulis

Quel beau vestige de mâchicoulis

* En longeant le rempart, mon premier réflexe est de lever les yeux.

Est ce pour chercher la lumière ?

* Que nenni, c'est pour admirer les multiples consoles ayant été des mâchicoulis (voir vocabulaire).

Le toit protège les vestiges de mâchicoulis

 

 

Fentes en tout genre

Que recele cette tour ?

* Dans la tour carrée (à droite) avec son ouverture de guet entre les consoles, une fente défensive date au moins du 16ème siècle puisqu'elle est dédiée au fusil.

* Sur l'autre tour (à gauche) l'ouverture défensive pour fusil possède, comme ses consoeurs, un ébrasement extérieur pour augmenter d'angle de tir.

* L'angle de l'ébrasement est plus ou moins important. Il facilite parfois le tir vers le bas.

* Flâner dans le bourg en regardant les fentes de tir est passionnant.

1 - Certaines montrent qu'elles ont été implantées après la construction du rempart.

2 - D'autres ont été construites pour servir de pot de fleur..... hihihi.

3 - Certaines ont été bouchées récemment par du ciment.

4 - Alors que d'autres sont obstruées par une plaque de verre.

Voyez vous un système de tir ?

 

Soudain, le rempart s'ouvre !

* Durant mon errance le long du rempart, je découvre une pente.

* Comme il n'y a pas de garde dans la tour, je tente une intrusion dans la cité.

 'Des petits trous, des petits trous' aurait pu chanter Gainsbourg

        L'intérieur :

Ils ont fait des trous partout

* En étant à l'intérieur des remparts, je peux comprendre l'aménagement défensif.

* Evidemment les fentes de tir possèdent un ébrasement intérieur.

* Le  système de tir permet à plusieurs défenseurs de viser des angles différents.

* En me retournant j'observe un mur fascinant :

- Certaines ouvertures carrées (du 18ème ?) ont été bouchées.

- Au sommet, les fentes verticales me font penser à des archères.

* Quelques mètres plus loin, un mur me montre de hautes et fines archères en bêche. Leur position (trop) basse me fait penser que le sol a été comblé.

* Grâce aux nombreuses ouvertures (fentes ou éboulements) je peux jouer les voyeurs. Ainsi je me délecte des vieilles cheminées.

 

Les bâtiments religieux

* Durant mon errance en cette cité montrant milles variétés de construction et de systèmes défensifs, je me retrouve face à l'église.

* Evidemment son haut clocher ressemble à une tour de guet.

* Mais mon attention est surtout portée sur le chevet de ce moutier.

* Au dessus des hautes fenêtres je remarque une multitudes de trous alignés.

Pensez vous que cette église comportait une salle défensive ?

 

C'est la fin et la faim

* Il y a tant à voir et à découvrir en ce lieu que je préfère le faire seul, sans vous.

* Puis, lorsque mes yeux seront rassasiés, je me ferai le plaisir de manger dans la merveilleuse auberge de Camon.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du bourg :

* Vers 778, durant son retour d'Espagne, Charlemagne (voir liste des rois) demande la construction d'un monastère en ce lieu (c'est ce que prétendent quelques textes non officiels).

* Au 10ème siècle, le site est transformé en abbaye fortifiée.

* Au 12ème siècle (à vérifier), le site devient un simple prieuré confié aux Bénédictins. Le site est/serait fortifié.

* En 1279, le barrage de Puivert (voir sa légende) se rompt ravageant de nombreux sites sur son passage dont Camon.

* En cette fin de 13ème siècle, le monastère est entièrement reconstruit.

* Au 14ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, les religieux du monastère font aménager des remparts pour leur protection. Le village en est dépourvu.

* En 1494, le petit village ainsi que le monastère sont attaqués, pillés et partiellement détruits par des Routiers.

*  A la fin du 15ème siècle, après le saccage, l'évêque Philippe de Lévis Mirepoix demande la fortification du village. De nombreux aménagements sont réalisés dont la construction, dans un angle du rempart, d'une puissante tour carrée nommée de nos jours : Maison Haute.

* A la fin du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le Cardinal Georges d'Armagnac fait rehausser les remparts.

* Au début du 17ème siècle, l'imposante tour carrée est transformée en luxueuse habitation seigneuriale nommée en notre siècle : Maison haute.

* Au 17ème siècle, quelques temps avant son arrestation, le Duc de Montmorency loge dans l'habitation seigneuriale durant quelques jours (c'est ce que prétend une légende, mais aucun texte le prouve).

* Au début du 18ème siècle, avec la période de paix et l'accroissement de la démographie, certains remparts sont détruits pour libérer le bourg et d'autres sont aménagés en habitation.

* En 1964, une partie des remparts et du monastère sont inscrits aux Monuments Historiques.

* En 2007, la maison haute est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et des tours est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des maisons et des tours fortifiée est interdite. L'abbaye est devenue un restaurant avec quelques chambres d'hôtes. Bien que ce bourg soit touristique, veuillez respecter le silence et la quiétude de ce site Ariégeois.

 

 

Quelle magnifique cachette !

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 07:05

 

Département 12 - AVEYRON

  Voyez vous le château de Roquelaure ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Lassouts est située à 34km au Nord-Est de Rodez, à 11km au Nord-Ouest de Saint Geniez d'Olt et à 9km au Sud-Est d'Espalion.

 

      Coordonnées du château fort :

44° 29' 33.162" N2° 49' 22.04" E
 44.492545 ° 2.822789°

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

 Roquelaure serait la traduction d'une expression du Languedoc "Rouoc o laouro" signifiant :

Roc exposé aux vents.

 

 

Le château fort : 

 
        L'extérieur : Est ce l'emplacement du château primitif ?

La découverte

 * A 4km Est-Nord-Est de Lassouts, un village au sommet d'une colline attire mon attention, il se nomme : Roquelaure.

 * Lentement  j'avance en observant les différentes dénivellations (plateaux) dans la pente.

 * Hélas, je ne distingue aucune trace réelle d'un ancien rempart.

 * Mon  regard est attiré par la masse imposante du rocher (qui serait de la lave scoriacée).

 * Je pressens qu'une construction a du être aménagée dessus, mais je n'en distingue pas les traces.

 

J'entre dans le village

 * Un mur épais m'accueille.

 * Il ne possède ni archère, ni crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Pourtant son parement d'angle, ses pierres, le type de pose me font penser à une construction de plusieurs siècles.

 

Est ce le château ?

* Quelques mètres plus loin, une tour se pose devant moi (à moins que ce soit l'inverse).

* Elle ne me montre aucun système défensif.

* Par contre sa consoeur, tout aussi ronde, est plus exubérante.

* Elle me nargue avec une arquebusière réimplantée.

* Mon envie de tout voir me fait traverser le feuillage pour admirer une canonnière pour tir tendu.

Voila un château médiéval ayant évolué

avec l'invention des armes à poudre !

 Aimez vous ses rondeurs ?

J'en veux encore

  L'une des façades montre des détails surprenants :

* De nombreuses fenêtres à meneaux en croix.

* Une arquebusière reconvertie en oeil-de-boeuf.

* Des consoles d'anciens mâchicoulis dont la nouvelle fonction est de tenir le toit.

 

Une surprise au détour d'une tour

* En tournant autour, une tour me donne le tournis.

* Pour éviter ces maux de tête classiques chez un Castellologue-Amateur, je prends un peu de recul.

* Soudain, je suis dans un autre monde.

Voyez vous cette curiosité ?

* Je vous donne un indice.

Une magnifique chapelle castrale s'offre à mes yeux amoureux des vieilles pierres.

 

        L'intérieur :

  Le château est une propriété privée non visitable.

 

 

La chapelle

        L'extérieur

  Cette petite construction religieuse ne semble point avoir été fortifiée. Elle possède :

* Des fenêtres en hauteur,

* Des modillons sculptés (tête de Christ, animaux, personnages),

* Les styles Romans et Gothiques se côtoient en harmonie.

 

        L'intérieur :

Une entrée silencieuse

* Comme par magie, la porte s'ouvre devant moi (en réalité, elle était déjà ouverte par un groupe de visiteurs).

* Je pénètre dans ce vieux lieu dont les dalles datent de 1000 ans (ou presque).

* Dans ce silence de cathédrale (ne suis pas un peu excessif dans mes propos puisque ce n'est qu'une chapelle) j'observe dans la pénombre chaque pierre, chaque colonne et chaque sculpture.

 

Riches décors

 

La fin pour vous, la suite pour moi

    Bien que je sois un Chevalier des ruines et des châteaux forts, j'avoue que mes yeux ne se lassent pas d'admirer cette chapelle aux fenêtres perchées puis au plafond avec ses voûtes si entrelacées.

   Je vais dormir et rêver en ce lieu.

Bonne nuit !

 

 

Histoire du site fortifié :

* A la fin du 10ème siècle, une chapelle est construite.

* Au 11ème siècle, construction du château. Il est possession des seigneurs de Calmont d'Olt.

* Au 13ème siècle, reconstruction du château.

* En 1358, le seigneur de Calmont d'Olt cède le château à Pierre Bonafo de Roquelaure.

* Au 14ème siècle, le château est fortement aménagé/modifié.

* En 1592, Isabeau de Roquelaure apporte en dot le château à son époux, Bernardin de Bessuéjouls. Ainsi, il fonde la famille Bessuéjouls-Roquelaure.

* En 1655, le château est restauré.

* Au début du 18ème siècle, Jacques de Bessuejouls, Marquis de Roquelaure, maréchal de camp des armées du Roi Louis XIV et capitaine-lieutenant des armées de la Reine, décède à la bataille de Audenarde. Le château, sans propriétaire, est complètement pillé et dévasté.

* Vers 1792, château, chapelle, communs et terres sont confisqués par les Révolutionnaires et divisés en 12 lots à vendre. Le partage du château transforme le site en de nombreux habitats.

* Le 25 juillet 1794, le Colonel François-Rose-Barthélémy Bessuéjouls de Roquelaure est guillotiné.

* En 1854, le sénateur Casimir Mayran achète de nombreux bâtiments, parts et parcelles.

* A partir de la fin du 19ème siècle, les bâtiments ne sont plus entretenus. Ruine semble être l'avenir du site.

* Au début du 20ème siècle, une école est installée dans le donjon.

* En 1957, une association de sauvegarde est créée.

* En 1966, un industriel Parisien nommé Habert achète la ruine et la restaure (ou plutôt l'aménage).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Comme toujours dans un site médiéval, la vue est magnifique

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Voyez vous le système défensif ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Laval en Laonnois est situé à 22km au Nord-Est de Soisson et à 7km au Sud-Sud-Ouest de Laon.

  Coordonnées du bourg :

49° 30′ 5″ Nord 3° 35′ 47″ Est
 49.501389°  3.596389°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans le village, je me plante devant l'église espérant trouver une construction fortifiée à couper le souffle. Mais ce que je vois ressemble à une église assez classique.

    Certes, cette construction est imposante pour une petit village, mais elle ne correspond pas à mon critère d'église fortifiée.

Aurais je été abusé par ma documentation ?

 

L'enquête commence

    Très souvent le chevet comporte en partie supérieur une salle aménager pour la défense, je me précipite donc vers l'arrière de l'église. lentement, j'observe chaque pierre, chaque joint, chaque ouverture... Mais je ne distingue aucun vestige de fortification.

Auriez vous une meilleure vue que moi ?

 

Élémentaire mon cher Watson

   Partant du principe que ma brochure des églises fortifiées ne comporte pas d'erreur, je me dois de réfléchir :

  1 - Si la partie fortifiée n'est pas le clocher.

  2 - Si le chevet ne dispose pas d'une salle de repli, ni de fente de tir.

 

Reprenons :

 A - L'avant n'est pas fortifié.

 B - L'arrière ne l'est pas plus.

 C - Donc... C'est la construction centrale qui porte mes espoirs.

Quelle puissante tour escalier ! 

Je vais au centre

    Je ne me rends ni au centre-ville, ni au centre-commercial  , mais au centre de l'église de Laval en Laonnois.

    Et j'ai la révélation : Sous le toit, il y a une salle de repli. La différence de couleur des matériaux entre le haut et le bas me fait penser à un ajout de construction quelques années (siècles) après l'édification de l'église. Mais :

Comment fait on pour monter ?

 

La tourelle

    La réponse m'est donnée en regardant la magnifique construction "pentagonale" accolée au transept. Cette tour comporte des fentes verticales (aujourd'hui bouchées à cause des volatiles très nombreux).

  Les 2 contreforts à larmiers s'arrêtant au 3/4 de la hauteur sont surprenant. Mais une plus grande surprise m'attend dans l'angle. Une construction en encorbellement posée sur des consoles.

Latrines ou bretèche (voir vocabulaire) ?

  Si c'est une bretèche, il n'y a rien à défendre en dessous  .

Cette construction protégeait elle l'angle mort ?

 

La tourelle

  En prenant un peu de recul par rapport à la tourelle, j'ai la certitude :

* Qu'elle contient un escalier.

* Que sa fonction a du évoluer avec les siècles.

* Que le toit du transept devait être plus haut.

  Mais suppositions ne font pas raison, je cherche donc à entrer dans l'église pour, peut être, trouver des réponses.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle (?), construction de l'église.
* En 1921, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Nicolas) est libre et gratuite. La visite de la salle de repli est interdite.

 

Ma vue se trouble devant une beauté fortifiée

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 07:40

 

Département 30 - GARD

  D'avance, je me lèche les babines tant cette tour paraît formidable !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Laurent d'Aigouze est située à 35km au Sud-Ouest d'Arles, à 25km à l'Est de Montpellier et à 11km au Nord-Est du Grau du Roi.

 

     Coordonnées de la tour :

43° 35' 32" N4° 12' 33" E
 43.592126° 4.209352999°

 

 

La tour : 

        L'extérieur :

Je dois montrer patte blanche

* Après avoir visité la merveilleuse cité d'Aigue Morte, mon destrier décide de prendre une petite route vers le Nord passant par les espaces lagunaires.

* Il trottine lentement et je me laisse bercer par l'air de la petite camargue.

* Soudain, après 3 kilomètres, mon omble stoppe et casse mes rêves.

* Au milieu de ce territoire des oiseaux, poissons et moustiques, une masse me barre la route.

Y a-t-il en ce lieu un péage pour votre Chevalier ?

 Une tour solitaire, belle comme un solitaire en diamant !

La défense Nord d'Aigue Morte

* Lorsque je ne comprends pas la raison d'une construction fortifiée, je consulte les cartes de Cassini.

* En observant le parchemin, je remarque que cette tour est la défense coté Nord de la seule route menant à la cité Royale d'Aigue Morte.

* A l'origine, il n'y avait pas de contournement sur les cotés. Pour rejoindre Aigue Morte, il fallait passer "à travers la tour" (et bien sur, s'acquitter un droit de passage).

* Ce n'est donc pas une tour mais : Une porte fortifiée.

* C'est donc avec respect et curiosité que j'approche cette construction historique.

 

La façade Sud ensoleillée

* La tour actuelle a moins de 13 mètres de hauteur.

* Sa base mesure 13m par 9m.

* Je suis surpris de la voir en si bon état alors qu'elle a subi de nombreuses attaques ainsi que les canonnades durant les Guerres de Religion.

* En l'observant mieux, je remarque des pierres de couleur et de forme différentes. La tour a été réparée de nombreuses fois.

* Les angles possèdent des vestiges d'échauguettes (voir vocabulaire).

* En haut de la tour, au centre de la façade, de curieuses traces apparaissent.

En devinez vous la fonction ?

* Ce sont les vestiges d'une bretèche défendant la porte d'accès à la tour.

* Le sommet et la base de la tour montrent encore des archères à étrier.

Voyez vous les multiples réparations proches de cette fente défensive ?

* Au sommet, je remarque une curieuse rupture dans le mur. Cet ébrasement extérieur (visible sur les 4 cotés) fut aménagé au 16ème siècle pour implanter des canons.

 Quelle fut la fonction de cette construction en encorbellement ?

La façade Est

* La façade coté Est comporte évidemment au sommet :

- Les traces des échauguettes,

- Les archères droites,

- Ainsi que l'ébrasement pour un canon.

* Au 1er étage, une baie a été bouchée.

* Cette ancienne ouverture n'avait pas la vue sur la route.

Etait ce une fenêtre

ou les latrines ?

 

La façade Nord

* La face Nord, donc dans l'ombre, est l'entrée à péage pour se rendre à Aigue Morte.

* Elle possède au sommet les mêmes caractéristiques architecturales que les 2 précédentes.

* Elle montre sur la droite une ancienne ouverture (porte ?) dont je ne m'explique pas la présence.

* Au centre, la construction en encorbellement ressemblant à des latrines devait être la bretèche protégeant la porte.

 

Les portes

Porte coté Sud

* Cette tour (qui n'en est pas vraiment une pour moi) possède 2 portes : Une de chaque coté.

* Ces 2 grandes ouvertures, permettant le passage de cavalier sur leur monture mais aussi des chariots et carrosses, sont identiques cotés Nord et Sud.

* Elles étaient fermées par un double vantail.

* Une herse était guidée par des rails encore visibles.

* Curieusement, je ne vois pas de trace de pont levis.

* Ma documentation affirme qu'un pont mobile en bois existait. Il se tirait pour entrer dans la tour. Hélas, aucun mécanisme ou glissière est visible.

Porte coté Nord

 

        L'intérieur :

 

Pour découvrir l'intérieur de cette tour-porte

veuillez cliquer ici.

 
 

Vais je voir un intérieur décoré ou dépouillé ?

     
   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 08:55

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 Monter il va me falloir, pour toucher cette belle

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montmaur est située à 85km à l'Est de Montélimar, à 40km au Nord de Sisteron et à 20km à l'Ouest de Gap.

 

     Coordonnées du château (haut) :

44° 34' 33" N 5° 52' 02" E
 44.5760195608°  5.867203474°

 

 

Le site : 

        L'extérieur :

Il est là haut !

* Non loin du bourg, mon destrier piaffe comme si un site médiéval est proche.

* En levant les yeux, je remarque une blanche construction un peu au dessus de Montmaur.

* Puis au sommet de la haute colline, un grand vestige me fait signe.

* "Proche... Proche.... c'est vite dit" je grommelle en direction de mon palefroi.

* Ma carte IGN affirme que le site castral est à 1351m d'altitude.... C'est haut !

* Et là, j'entends une voix affirmer : "Ce petit exercice te fera maigrir, mon gros !"

* Il est vrai que le matin, j'avais eu quelques difficultés à mettre mon armure.

* C'est donc pour perdre un peu de poids que je vais gravir cette "immense" montagne.

 J'arrive... Mais laisse moi reprendre mon souffle

L'approche

* Pour approcher une belle, il ne faut jamais se précipiter.

* Avec mon léger surpoids (parait il), je ne tente point une rapide course mais une lente "séduction".

* Si mon coeur bat vite, c'est que la belle m'impressionne.

* Si mon souffle est court, c'est que la ruine me fascine.

Suis je crédible dans mon rôle d'amant éperdu ?

 

Est ce le bon endroit ?

* La construction me surprend.

* Elle ne ressemble que peu à un vestige de château fort.

* Je consulte mon altimètre : Moins de 1000m.

* Je ne suis pas devant les ruines du château fort mais devant celles des fortifications de l'ancien village médiéval.

 

Rapide analyse

* Ce site est improprement nommé : Tour Sarrasine.

* La construction possède une ouverture de lumière et des trous de boulin (voir vocabulaire).

* Les pierres sont pauvrement taillées et peu jointives. Je doute que cette construction appartint à un seigneur.

* Elle a une forme de parallélépipède mais curieusement, les 2 angles coté opposé à la vallée sont arrondis.

* La face coté plaine est plane.

- Elle comporte en partie médiane une ouverture ressemblant à un effondrement.

- Au sommet, s'affiche une importante ouverture rectangulaire avec des pierres correctement taillées et un solide linteau.

- Sous cette porte, des trous de boulin alignés me font imaginer qu'une passerelle en bois existait.

Point de signe défensif en cette constructioin

 

        L'intérieur de la construction

Que voir ?

* Il n'y a pas d'ouverture en partie basse pour entrer.

* La fissure dans le mur ne me permet pas l'intrusion.

* Avec souplesse et légèreté, j'introduis mon oeil dans les entrailles. Je remarque que les pierres intérieures sont pauvrement taillée et aucune sculpture apparaît.

* La porte à l'étage est inaccessible sans échelle.

* Par un trou de boulin, je vole une image de l'intérieur de la porte. Je constate que la construction a été fortement consolidée récemment.

 

Problème... donc solution

* Ne pouvant point avoir d'autre détail sur cette construction, je reprends ma marche vers le sommet.

* Soudain, je plie !

* Je ne vous narrerai pas mon problème, mais la conséquence est : Ascension impossible ce jour.

* Je me repose en observant la vallée.

Que vois je ?

 

Je suis au paradis....des castellologues amateurs !

 

Le château bas :

       Depuis le haut

 * En bas, je vois une construction parallélépipédique.

 * Les 2 angles opposés à la montagne possèdent une ronde tour.

 * Un bâtiment rectangulaire s'accroche à la perpendiculaire du premier.

 

      Depuis le bas

 * Le château dans le bourg est entouré d'un mur dont certaines parties sont issues de son ancien rempart, mais dont la majorité sont assez récentes.

* Les fenêtres à meneaux en croix confirment l'ancienneté du bâtiment.

* Par contre, les tours sont dépourvues de système défensif.

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

Histoire du site :

* Au 11ème siècle, construction de la Tour Sarrasine.

* En 1265, Montmaur est l'une des 4 principales baronnies (voir titre de noblesse) du Dauphiné. Elle est sous l'autorité de la Chartreuse de Durbon.

* En 1298, le 13 juillet, proche du château haut, les frères Guillaumes Martin et Jean Martin signent l'acte de vente d'un champ au frère Guigues Bontosil de Durbon.

* Au 14ème siècle, construction du château bas.

* En 1340, le Dauphin (voir liste) Humbert II séjourne quelques jours au château (est ce le bas ou le haut ?).

* A la fin du 16ème siècle, construction des tours d'angle au château bas.

* Au 17ème siècle, un incendie ravage partiellement le château bas.

* Au 18ème siècle, un incendie ravage partiellement le château bas.

* Vers 1792, les Révolutionnaires ne s'intéressent pas au château bas. Il échappe aux saccages et à la destruction.

* Au 19ème siècle, le château bas change plusieurs fois de propriétaires. Chaque famille transforme cette construction.

* En 1988, le château bas est classé aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, le département achète le château bas. Après quelques travaux de mise en conformité, des expositions et des concerts sont organisés.

* Au 21ème siècle :

A - La découverte de l'extérieur et l'intérieur de la ruine du château haut est libre et gratuite avec beaucoup de précautions.

B - La découverte de l'extérieur de l'ancienne fortification du vieux village est possible

C - La visite du château bas est possible durant l'été. Renseignez vous.

 

Pour mieux comprendre ce site, veuillez regarder cette vidéo.

 

Ce bourg peut s'enorgueillir de 2 châteaux

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 06:30

 

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

 

Le bourg : Quelle magnifique église fortifiée ! 

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Ecoyeux est située à 60km au Nord-Ouest d'Angoulême, à 40km au Sud-Est de Rochefort, à 15km au Nord-Est de Saintes et à  15 km au sud de Saint Jean d'Angély.

 

     Coordonnées de l'église :

45° 49′ 23″ N0° 30′ 21″ W
 45.823056° -0.505833°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité la maison forte d'Ecoyeux, je marche quelques mètres pour dévorer des yeux un magnifique bâtiment religieux fortifié.

 * L'église sans transept est massive tout en étant légère.

Incroyable n'est ce pas !

 * Le choc de la surprise passé, je tente de retrouver un peu de lucidité.

* Pourtant, je suis certain d'être en face d'une des plus belles églises Romanes fortifiées de France.

Qu'en pensez vous ?

 

Je n'ai aucun doute sur la présence de système défensif

Est ce un clocher ou un donjon ?

 * Parfois, en découvrant une église qui serait fortifiée, il me faut de longues minutes d'observation pour trouver l'indice qui va justifier la présence d'un article du bâtiment religieux.

 * Mais en face de l'église d'Ecoyeux, je ne me pose aucune question, les preuves sont multiples.

 Sauriez vous me les énoncer ?

 

Analyse des défenses

   Il y a tant à voir qu'il me semble plus logique de faire une liste numérotée :

1 - A droite, coté portail, deux magnifiques échauguettes comportent de petites archères en croix.

2 - Une des échauguettes est posée sur des consoles créant ainsi des mâchicoulis (voir vocabulaire).

3 - L'autre est plus haute sans mâchicoulis.

N'êtes vous pas surpris par cette asymétrie ?

4 - La plus petite échauguette est curieusement portée par un contrefort à larmier dont l'épaisseur est surprenante.

5 - Au dessus de la nef, dont les petites fenêtres en hauteur ne permettent pas le passage d'un assaillant, un étage a été aménagé après la construction de l'église. Curieusement, cette salle de repli ne comporte aucun système de tir.

6 - Le clocher, carré et massif, possède deux larges et hautes fentes sur 3 faces. Il devait y avoir une salle de guet.L'élégance des colonnettes contraste avec les fentes de tir

7 - Au dessus d'une corniche (sous les fentes), de nombreux trous de boulin à l'espacement symétrique me font penser aux vestiges d'une passerelle en encorbellement.

8 - Sur la quatrième face, une sorte de petite tour carrée est accrochée. Elle possède plusieurs fentes verticales pouvant s'apparenter à des archères primitives.

Quelle curieuse "verrue" ! 

9 - En prenant un peu de recul, je ne vois plus un clocher mais une tour de défense. La fonction de la "verrue" me semble évidente. Cette construction abrite un escalier desservant les 2 étages.

10 - Comme pour la nef, le chevet comporte sous le toit une salle de repli défensive.

11 - De nombreuses archères facilitent la défense.

12 - Je suis surpris par la diversité de ses fentes : Droites, cruciformes, etc....

 

Décoration il y a

* Ma description des différents systèmes défensifs m'a fait oublier que le bâtiment est une église.

* En général, les constructions religieuses comportent de nombreuses pierres sculptées.

* Celles-ci sont magnifiques comme par exemple ses colonnettes et ses modillons.

* Entre les deux, des archivoltes embellissent le mur et donne de l'élégance au chevet.

* Le contraste avec la salle de repli défensive au dessus est fascinant.

Un portail décoré et pourtant très défensif

 

Une porte bien défendue

* L'entrée est défendue par les 2 échauguettes couvertes de toitures en poivrières.

* Elles sont reliées par un chemin de ronde non couvert.

* Celui-ci possède un classique crénelage dont les merlons sont fendus.

Quel système de défense lui manque-t-il ?

* Pour être parfait, il faudrait une bretèche (voir vocabulaire) au dessus de la porte.

 

Le portail

* Le contraste entre les rudes systèmes défensifs en partie supérieure et les délicates décorations en partie basse m'interpelle.

* Sous une fenêtre, la corniche, avec de jolis modillons, semble être portée par 2 colonnes.

* La partie basse comporte un vaste portail à trois arcatures aux claveaux magnifiquement décorés de palmettes et de fleurs. Ce riche portail est  flanqué de deux baies extérieures aveugles.

* Ces 2 baies possèdent 2 caractéristiques :

- Au centre un mur en opus spicatum --> (voir définition).

- Sur le coté, des contreforts à larmier certainement aménagés après  la construction de l'église.

 

        L'intérieur :

"Sésame, ouvre-toi !"

* C'est ainsi que j'entre dans l'église. Comme je l'avais constaté à l'extérieur, la nef est linéaire.

* L'ambiance est sobre, sans sculpture ni colonne et encore moins de plafond voûté d'ogives.

* La renaissance n'a pas changé la pureté Romane de l'abside.

* Ne trouvant pas de porte ouverte pour visiter les salles supérieures de repli, je reprends la sortie en suivant la lumière.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est fortifiée.

* Vers 1789, un rapport affirme que l'église est en mauvais état. La somme pour la rénover est très importante.

* En 1881, le curé du village fait un état des lieux très négatif sur l'entretien de l'église.

* En 1907, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Vivien) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Est ce la plus belle église fortifiée de France ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 08:35

 

Département 26 - DRÔME

 Ce haut bâtiment est il d'origine médiévale ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Chabeuil est située à 70km au Sud-Ouest de Grenoble, à 40km au Nord-Nord-Est de Montélimar et à 12km au Sud-Est de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 53' 59" N 5° 01' 10" E
 44.8998406556°  5.01931428909°

 

 

Les fortifications :

     L'extérieur :

La découverte

* Par le petit pont piéton enjambant la rivière Véore, je m'approche d'un haut et curieux bâtiment.

* L'hôtel de ville semble avoir été implanté dans les remparts du bourg.

* Mais ce bâtiment n'est qu'une illusion. Il a été construit en style néo-gothique au 19ème siècle.

* Par contre, la ronde tour proche fut un des systèmes défensifs du bourg fortifié.

 Chaque siècle a ajouté ses pierres et ses emblèmes

La porte fortifiée

* Quelques dizaines de mètres plus loin, en face du pont routier, une puissance porte trône fièrement.

* Cette haute construction est encore encadrée par les restes minimaux du rempart primitif.

* Etant l'emblème du bourg, les hommes l'ont affublée de symboles comme un monument aux morts (des 2 guerres mondiales) par exemple.

* Au sommet, les mâchicoulis sont un ajout du 19ème siècle.

 

Les traces des systèmes défensifs et de protection

* Cette construction ne semble pas avoir possédé de pont levis.

* Il y a de forte présomption que l'entrée était protégé par une porte en bois à deux vantaux. Mais je ne distingue aucune trace de gond ni de poutre de blocage

* Une herse récente symbolise le classique et efficace système défensif de toutes des entrées fortifiées depuis le moyen âge.

* La construction forme un tunnel où l'assaillant est se retrouve bloqué, car à l'autre extrémité, les rails de guidage m'informent de la présence d'une deuxième herse.

* Il est fort probable qu'un double vantail fermait l'ensemble coté intérieur du bourg.

* Je tente de voir si un assommoir (voir vocabulaire) existait. A défaut de trou en partie supérieure, je vois sur le flan des trous de poutre.

Y avait-il un niveau défensif ?

Y avait il une princesse ou un garde armé derrière ces belles fenêtres ?* Pour mieux comprendre je prends un peu de recul.

* Comme souvent, au dessus de la porte il y a la salle des gardes.

* La différence de couleur m'informe qu'un étage a été ajouté. La forme de la fenêtre prouve que quelques siècles séparent les 2 ouvertures de lumière.

 

L'intérieur de la porte fortifiée

* Par une chance incroyable, la porte d'accès aux étages est ouverte.

* Avec précaution j'entre dans la première salle.

* La cheminée coté mur Nord me semble récente.

Avez vous remarqué le mur coté extérieur du bourg ?

 

Traces !

* Il comporte les vestiges d'un crénelage. Ma supputation d'une tour-porte rehaussée semble se vérifier.

* La salle de l'étage supérieur est très modernisée. Il ne reste que les témoins de support de poutre de l'ancien toit.

* La petite fenêtre coté intérieur du bourg donne une lumière laissant place à la pénombre.

* Je m'approche pour admirer de haut les ruelles de Chabeuil quand soodain, je vois......

 Plusieurs siècles d'architecture s'offrent à moi !

Les entrailles du bourg

* A gauche, sur une butte, des pans de mur m'informent qu'un château fortifié exista.

* A droite, un peu surélevée, une église plusieurs fois remaniée et reconstruite.

Que ce bourg est riche en constructions !

 

Un bourg touristique

* Les ruelles fleuries semi-piétonnes sont parfaites pour découvrir la diversité de l'architecture sur plusieurs siècles.

* C'est alternativement que je chausse mon chapeau de paille de touriste et mon heaume de castellologue amateur.

 

Le diaporama du château est ici

 

 

Histoire du bourg :

* Au 12ème siècle, sur les bases de murs Gallo-Romains, construction d'un rempart et de plusieurs portes fortifiées.
* Au 13ème siècle, les systèmes défensifs sont améliorés (à vérifier).

* Au 14ème siècle, les 3 portes fortifiées sont remaniées (à vérifier).

* En 1401, la porte fortifiée est consolidée.

* Au 16ème siècle, les armes des Grimaldi sont apposées au dessus de la porte.

* Vers 1790, les Révolutionnaires martellent les armes des Grimaldi.

* En 1850, le conseil municipal vote la destruction de la porte. Les habitants se révoltent et font valoir leur opinion à la préfecture. L'ordre est annulé.

* En 1881, Ernest Tracol réalise l'hôtel de ville en style néo-gothique.

* En 1895, l'architecte Ernest Tracol ajoute un crénelage à la porte fortifiée.

* En 1903, un campanile, s'inspirant du Palazzo Vecchio de Florence, est aménagé sur l'hôtel de ville. Cela traduit la prospérité de Chabeuil.

* En 1926, la porte fortifiée est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la porte fortifiée est libre et gratuite depuis rues et ruelles. La visite de l'intérieur n'est possible que durant les expositions.

 

Depuis ce point élevé, je surveille une partie du Dauphiné

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 26 Vers Menu châteaux de la Drôme
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article