Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 08:02

 

Département 24 - DORDOGNE

 Mon graal du jour est là bas !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Carsac de Gurson est située à 60km au Nord-Est de Bordeaux, à 45km au Nord-Ouest de Bergerac et à 10km au Sud-Ouest de Montpon-Ménestrol.

 

   Coordonnées du château :

44° 56' 20" N 0° 4' 52" E
 44.939006°  0.081171899°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

* En voyant ce panneau en cette journée si chaude, je me suis demandé si je n'irais point me baigner dans le lac.

* Comme je suis un castellologue amateur très consciencieux, j'opte pour la visite du château fort.

* Il n'est point  difficile de le trouver, il est à 1km eu Sud-Ouest du bourg.

 Le château a si honte de n'être que ruine qu'il se cache dans un petit bois

Rappel

    En notre Royaume, il n'existe pas de terre sans propriétaire. La commune, un particulier, une association peuvent posséder les terres.

    Donc une ruine n'est pas libre de droit. Il est toujours bienvenu et poli de quémander l'autorisation avant d'entrer dans un bois ou un champs.

 

Sera-t-il visible ?

* Posé sur une colline naturelle, mais aplanie par l'homme, un bouquet d'arbres cachent les vestiges de l'ancien château de la Vicomté.

* De loin, je contourne la butte. Lentement apparaît des morceaux de mur.

* Evidemment, j'ai quelques doutes sur la fonction de ses pierres et sur l'origine des constructions.

* Je m'avance vers les maisons de la propriété privée quand mon regard est attiré par une ruine.

Pensez vous que cela faisait partie des remparts ?

Ou que ce fut l'un des bâtiments des communs ?

Je pressens que la ruine ne va pas me révéler tous ses sercrets

Tour et contour

* Avec respect, je monte la colline pour approcher cet ancêtre  de 8 siècles.

* Mes premières découvertes sont des tours rondes au joli parement et aux pierres jointives.

 

 

    L'intérieur :

La ruine se fait désirer

* Pour ne point gâcher votre désir de découverte, je vous laisse :

- Regarder chaque pierre et chaque marque du temps,

- Imaginer la fonction des pans de mur.

 

 

 

Quand je crois la connaître, elle me surprend

* Des constructions plus anguleuses me fascinent.

* La présence d'étages m'informe que ce bâtiment n'était point un commun.

 

 

Je vais partir

    Pensant avoir tout vu de cette ruine, je me repose proche d'une magnifique arche en regardant le paysage infini.

La position stratégique de ce château est indéniable.

 

Un logis très aéré

* Lentement je retourne sur mes pas quand soudain un amas de branches m'interpelle

* Je le contourne pour voir des trous ayant reçu des poutres.

* Je ne suis que partiellement surpris car je les avais déjà dévorés des yeux auparavant.

* Mais le plus surprenant sont ces ouvertures.

* Je prends un peu de recul pour mieux comprendre.

* La plus haute ruine était le logis. La qualité du parement m'informe que le seigneur était fortuné et important.

Avec les vignes, je suis ivre de beauté verte et grise

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié.

* Au 13ème siècle, le site appartient à la Vicomté (voir titre de noblesse) de Castillon

* Vers 1252, les troupes du Roi d'Angleterre Henri III détruisent le château suite à la révolte du Vicomtes contre l'autorité.

* A la fin du 13ème siècle (1277 ?), le château est reconstruit. Le site est redonné au Vicomte Jean de Grailly.

* Au 14ème siècle, les troupes de Louis Ier Duc d'Anjou (frère du Roi de France Charles V) attaquent et détruisent partiellement le château. Bertrand Du Guesclin aurait fait partie des assaillants. Les Anglais sont chassés du site.

* Au 14ème siècle, le château est "reconstruit".

* Au 16ème siècle, Germain Gaston de Foix Marquis de Trans, propriétaire du château, reçoit souvent la visite de Michel de Montaigne. Le château de ce denier n'est situé qu'à 8km au Sud-Ouest. Montaigne dédie le chapitre de ses essais à Diane de Foix-Candale, Dame de Gurson.

* A la fin du 16ème siècle, le château accueille le Roi de France Henri III (voir liste).

* Au 17ème siècle, Henri IV est reçu au château.

* Au milieu du 18ème siècle, le château n'est plus habité par ses seigneurs Les Comtes de Foix-Gurson. Les terres sont exploitées par un métayer.

* Vers 1792, le château abandonné est en ruine.

* En 1948, le site est inscrit aux Monuments Historique.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis le chemin et la route est possible. La visite de la ruine est dangereuse. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

Adieu, superbe château oublié

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 06:05

 

Département :  38 - ISERE

 Suis je perdu en cette dense forêt ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Jardin est située à 80km au Nord-Ouest de Grenoble, à 25km au Sud de Lyon et à 4km au Sud-Est de Vienne.

 

   Coordonnée du bourg :

45° 30' 3" N 4° 54' 11" E
 45.500798289°  4.9031102657°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

* La recherche d'une ruine médiévale se traduit souvent par une promenade, plus ou moins tranquille.

* En mon Dauphiné, la végétation est respectueuse du Chevalier Dauphinois. Ce sont donc des arbres qui s'écartent devant moi.

* Pour me permettre de savourer la beauté du ciel Dauphinois (qui ose affirmer que je suis chauvin ?), les feuilles s'effacent.

* Mais... Je ne suis point venu ici pour me faire flatter par la végétation. Je suis dans cette forêt pour découvrir la ruine du château de Montléans, dont j'aperçois les premiers indices.

 Je vois les frontières de mon Dauphiné !

Des pans de murs

* Des pierres construites... Cela est le fantôme d'un rempart (peut être).

* Quelques mètres plus loin, ma supputation est confirmée.

* En bordure d'un petit à-pic, le mur peu épais possède des ouvertures pour le guet.

* De là, je vois les limites de mon Dauphiné..... et même l'infini.

* Je pressens que ces murs n'étaient point que des remparts. Ils devaient encadrer des petits habitats ou des entrepôts.

* L'ensemble est si étendu qu'une idée me vient :

Il devait y avoir une vie en ce lieu

il y a quelques siècles.

 Est ce la tour de Babel ?

Mon sang n'a fait qu'un(e) tour

* Je suis si heureux d'avoir vu tant de remparts que mon esprit rêve tandis que mes jambes avancent vers.... heu, je n'en sais rien.

* Soudain, mon instinct me quémande de lever la tête.

Ma vue me joue-t-elle des tours ?

* Je frotte mes yeux, je passe ma vision en mode Terminator.

Diantre !... Ceci une tour.

 

Les atouts de la tour

* Ronde elle est.

* Haute elle paraît.

* Enlacée par le lierre elle s'affiche.

* Les hommes modernes l'ont consolidée avec un (gros) peu de ciment. Pourtant son ancienneté est évidente.

* Lentement je m'avance vers cette beauté médiévale.

* Elle ne comporte pas d'archère visible et son crénelage a disparu.

* A sa base, une ouverture non naturelle va me révéler ses entrailles.

 

     L'intérieur :

Analyses rapides de bas en haut

* Avec précaution, je passe la tête dans le trou.

Le cercle de la tour me fait tourner la tête.. en rond

* Bien que des gravas aient rempli le fond, je vois en bas l'encoche circulaire d'un fantôme de plancher m'informant que salle il y avait.

* Au dessus, une rangée de trous ayant porté des poutres. Entre les deux planchers, une fenêtre éclaire la salle.

* A l'étage supérieur, je vois une ouverture de lumière puis des niches (placards).

* Il me semble voir aussi l'entrée des latrines.

 

C'est la fin

* Je vous laisse ici et je vais continuer mon exploration seul.

* Mais avant, je vous offre le spectacle d'un système défensif classique et très efficace : Un fossé.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié. Il est possession de la famille de Beauvoir de Marc.

* Au 16ème siècle (1525 ?), la famille de Maugiron possède la seigneurie.

* En 1569, le site est élevé au rang de Comté (voir titre de noblesse).

* En 1629, le Roi de France (voir liste) Louis XIII est reçu au château (à vérifier).

* En 1633, le château est détruit (comme de nombreuses forteresses dans le Royaume de France) sur l'ordre du Cardinal de Richelieu.

* En 1809, après avoir été chassés par Napoléon, des prélats d'origine Espagnole logent dans les ruines du château (à vérifier).

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite.

 

Une vidéo de ce château est visible ici.

 

C'est dans ces moments où je regrette de ne point être un oiseau

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 06:05

 

Département 12 - AVEYRONEst ce la jungle Amazonienne ?

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sauveterre de Rouergue est située à 75km au Sud-Est de Cahors, à 40km au Sud de Decazeville et à 30km au Sud-Ouest de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 14' 11" N 2° 17' 40" E
 44.236529°  2.294555°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

   Mon dictionnaire affirme qu'à 3km au Nord-Ouest de Sauveterre  de Rouergue, une magnifique ruine est à découvrir. C'est donc avec précipitation et prudence que je m'enfonce dans la foret. L'endroit semble désert, le sentier est presque invisible.Est ce le fantôme d'un château fort ?

   Quelques rochers se cachent dans les branchages pour me faire croire que ce sont des anciens remparts.

Cet endroit est il ensorcelé ?

 

La découverte de l'enceinte

* Comme par enchantement, la végétation s'écarte et me laisse voir une construction faite de pierres aux dimensions aléatoires.

* Le parement du mur suivant est de qualité médiocre.

* Vu la faible hauteur, je ne vois pas de système défensif.

 

La rencontre avec une beauté

* En suivant le mur d'enceinte, en me faufilant dans la végétation j'aperçois une haute construction coté Nord.

* En prenant un peu de recul, je comprends que c'est une imposante tour.

Etait ce le donjon ?

 

Est ce le rêve d'une tour ?

  Je retourne sur mes pas, je grimpe "virtuellement" sur un arbre et je vois :

Quel joli chapeau herboré !

 

Rapide analyse

* Les dimensions de cette tour confirment ma supputation : C'est le donjon.

* Sa forme ronde me le fait dater du 13ème siècle.

* Ne voyant aucun crénelage ni vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire), je pressens que cette tour a été arasée.

* Je suis surpris de ne voir aucune archère sur la hauteur.

* Un conduit vertical me fait imaginer qu'une cheminée existait dans le bâtiment accolé.

  Mon périple de découverte m'amène à voir une ouverture basse.

Vais je découvrir les entrailles de cette beauté ?

 Est ce le royaume des toiles d'araignée ?

        L'intérieur :

Recommandations

     Ce n'est pas l'absence de grillage qui doit vous faire penser qu'une ruine est ouverte au public. Tous les bâtiments dans notre royaume sont la propriété d'une personne, d'un groupe de personnes ou d'une commune. Il est donc important de respecter la propriété privée.

    La ruine n'est pas un jardin public sécurisé. Il primordial de ne pas entrer sans respecter quelques règles de sécurité. L'idéal est de ne pas pénétrer dans un lieu sans équipement ou seul. Le risque est toujours présent dans un site en ruine.

 

La salle basse

    Lentement je m'avance pour découvrir... Ce que je pressens être la citerne (mais j'ai des doutes) ou un ratier (voir vocabulaire).

Magnifique n'est ce pas !

     Sur la gauche, je suis surpris de découvrir un puits de lumière. Mes suppositions sur un ratier ou une citerne sont donc faussent.

  Ceci vous fait comprendre qu'il ne faut jamais affirmer sur une simple "vision". C'est l'ensemble des informations collectées qui donnera une bonne réponse.

 

La découverte des salles s'enchaîne

    Par une trouée à quelques mètres du sol, j'ai la surprise de voir une fenêtre dans l'épaisseur (importante) du mur. Je me mets sur la pointe de mes chausses pour mieux comprendre cette salle et....

       .... Je découvre non point une mais deux magnifiques ouvertures. Celle de droite comporte un vestige de coussiège.

  En hiver, avec toutes ces fenêtres, la salle devait être froide. Pour remédier à cela, une seule solution : La cheminée.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle (?), sur cette pointe élevée, fermée par le confluent de 2 ravins, il semblerait qu'un château en bois (motte castrale : voir exemple) existe.

* Au 13ème siècle, le château appartient à la famille La Barrière. Il semble que ce siècle soit celui de sa construction.

* En 1300, le site est possession de la famille Solages.

* En 1629, Jeanne de Solages apporte la seigneurie en dot à François d'Albignac, Vicomte (voir titre de noblesse) de Triadou.

* A la fin du 17ème siècle, la forteresse n'est plus habitée.

* Vers 1780 (?), le sir Desmazels, homme d'affaire de la famille d'Albignac, achète la seigneurie.

* Après le décès de Desmazels, son neveu, Teula de Sardière, hérite du site.

* En 1788, Teula de Sardière se décrit comme seigneur de Castelnau.

* A la fin du 18ème siècle, Teula de Sardière fait don du site à son proche parent : Mazenc.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est dangereuse car le site n'est pas sécurisé. Le risque de recevoir une pierre est important. Soyez très prudents.

 

Il est loin le temps où les arbres avaient peur du château !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 07:40

 

 

Département 13 - BOUCHES du RHÔNE

  Voyez vous un château fort ou une simple bâtisse ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Etienne du Grès est située à 30km au Sud-Est de Nîmes, à 25km au Sud-Ouest d'Avignon et à 12km au Nord-Est d'Arles.

 

     Coordonnées du château :

43° 46' 00" N 4° 41' 52" E
 43.766798509°  4.69794273376°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Choir et ne point décevoir

* Après avoir fait une halte à Saint Rémy de Provence, je chevauche sur mon destrier vers l'Ouest pour visiter le château de Tarascon quand soudain, à la sortie de la commune de Saint Etienne du Grès, mon palefroi piaffe.

* Je soulève ma visière, au milieu des oliviers je ne vois qu'une jolie église médiévale non fortifiée nommée : Saint Gabriel.

* Me voyant sans réaction, mon destrier rue et me jette au sol.

* Comme toujours, mon brave compagnon a senti le vestige médiéval fortifié. C'est donc à pied que je vais à la recherche d'un site certainement en ruine.

 Avez vous déjà vu une telle construction ?

Tous les chemins mènent à Rome ... sauf celui là

* Un petit sentier contourne l'église et monte légèrement.

* Je suis étonné de voir les oliviers laisser la place aux pins.

* Sur le parcours, des pierres taillées affleurent.

Sont ce les vestiges que je cherche ?

Sont ce les pierres de l'ancienne cité d'Ernaginum ?

* Ma tête s'enfle de questions pendant que mes jambes continuent l'ascension. Mon nez se remplit d'odeurs Provençales (Thym, romarin....).

* Soudain, au sommet de la petite colline, d'étranges bâtiments apparaissent.

Avez vous déjà vu un tel assemblage ?

 

"Curieuse curiosité !"

* Ce site castral semble avoir été oublié des manuels, dictionnaires et autres fascicules.

* Il est si peu connu qu'il ne possède pas de nom.

* Conséquence : Les passionnés lui ont attribué le même nom que l'église : Saint Gabriel.

N'est pas incroyable ?

 Ces murs ne me murmurent rien. N'ont ils pas d'histoire ?

Les "monolithes"

* Précédent une massive construction, deux hauts murs s'offrent à mes yeux écarquillés.

* J'ai l'impression de revivre une scène de 2001 Odyssée de l'espace.

* Les 2 différences avec l'oeuvre de Kubrick :

- Il y a 2 "monolithes".

- Ils ne sont pas noirs mais gris clairs.

* Leur surface est plane, les pierres sont parfaitement taillées, les joints sont presque invisibles.

Sont ce des murs construits par des Extra-terrestres ?

* Evidemment, ce ne sont point des curiosités de science fiction. Ces 2 constructions semblent avoir été des tours carrées.

* J'ose écrire "semblent" car, comme je ne vois aucun arrachement de mur sur la longueur ni au sol. Je suppose que les 2 constructions n'étaient pas reliées par une muraille.

Avez vous déjà vu un système défensif basé sur 2 tours sans rempart ?

Toutes proportions gardées, le seul exemple est ici.

* Les 2 tours possèdent une base talutée posée sur le rocher taillé.

* Comme elles sont arasées, il est impossible de voir les vestiges d'un système défensif comme crénelage ou mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Je suis surpris de ne voir aucune archère ni fente de tir.

* Les deux tours sont précédées par un fossé que le temps a partiellement comblé.

 Est ce un donjon ou un habitat fortifié ?

La tour mystérieuse

* Comment qualifier cette construction :

- Une tour défensive ?

- Un donjon habitable ?

* La puissante construction semble carrée, mais ceci n'est qu'illusion car elle mesure 10m par 11m.

* Elle est isolée sur 3 cotés par un fossé que le temps a réduit.

* La tour est construite sur un solide rocher aplani.

* Le léger défaut de planéité entre la base de la tour et le rocher est compensé par de petites pierres taillées en biseau.

* Le pan vertical du rocher possède de nombreuses encoches dont je ne devine point la fonction.

- Support pour une passerelle en bois ?

- Echafaudage pour réparation (puisqu'il n'y a pas de trous de boulin dans la tour) ?

 

Les pierres l'entourent ou la tour des pierres

* Il est important de passer du temps à regarder les fascinantes pierres.

* Dans de nombreuses revues et brochures, j'ai lu que les tailleurs de pierres de cette province ont de tout temps été appréciés et reconnus.

 

Asymétique et pourtant très homogène !

* Contrairement aux deux petites tours précédentes, cette imposante construction possède des pierres à bossage.

* Bien qu'elles ne soient pas toutes identiques, la majorité a une longueur de 0,50m pour une hauteur de 0,30m.

* Certaines pierres d'angles ont une longueur de plus d'un mètre.

* D'après un orateur rencontré quelques jours après, ces pierres auraient été extraites des carrières de Fontvieille à quelques kilomètres de là.

* La qualité des joints est telle qu'aucune plante pousse entre les pierres alors que le site est abandonné.

 

Quel alignement !

* Avec un peu d'attention, vous pouvez voir des "gravures" sur de nombreux bossages.

* Ce sont certainement les marques des tâcherons.

* Pour plus d'explication je vous renvoie à cet article.

 Arasé et pourtant toujours vaillant !

Des ouvertures peu ouvertes

* Ma fascination sur le nombre important de pierres à bossage me fait oublier ma recherche de fente de tir.

* Ce site n'étant pas comme les autres châteaux que je vous montre habituellement, il semble logique que les ouvertures soient différentes :

   - D'abord elles sont peu nombreuses.

   - Ensuite, elles sont asymétriques sur chaque face.

   - Enfin, elles ressemblent plus à des ouvertures de lumière qu'à des archères.

 

Préliminaire avant l'introduction

* Ne voyant aucune véritable archère ni canonnière je regarde au sommet.

* La tour a été arasée. Il est impossible de voir un vestige de créneau ou une trace de console pour des mâchicoulis.

* Cette imposante et si originale tour semble non défensive.

* En partie basse je remarque une porte. Il est surprenant qu'une tour de défense ou de repli possède une porte facilement accessible pour l'ennemi.

* Elle est si bien intégrée à l'architecture des pierres à bossage que je ne pense pas que ce soit un aménagement récent.

* En avant, je remarque une imposante dalle en béton --> Ajout récent celui là.

Pourquoi une telle construction ?

* Il semble qu'un fossé ait été aménagé devant la porte dont il ne reste que le fantôme.

 Que la lumière soit.... Et la lumière fut !

        L'intérieur :

Le bas est collant.... de détails

* La salle du bas mesure 5m par 6m. Donc, j'ai une question :

Quelle est l'épaisseur des murs ?

* Pour ceux qui n'ont pas suivi je vous fais de calcul :

10m extérieur - 5m intérieur = ??

11m extérieur - 6m intérieur = ??

* Le sol n'est pas empierré, cette pièce n'était donc point habitable.

* Proche du mur, je remarque un trou dont je ne connais pas la fonction.

Etait ce pour caller une échelle ?

* Deux murs opposés possèdent une corniche dont la fonction était de porter des poutres ou des planches créant un 1er niveau.

 

Avez vous remarqué la qualité des joints et la taille des pierres ?

* Même l'intérieur a la finition d'un palais.

Quel surprenant bâtiment !

 

Des trous, il y en a partout (aurait dit Gainsbourg) Le site est si merveilleux que je ne veux pas sortir !

* Après le sol, mes yeux habitués à l'obscurité se lèvent pour comprendre le plafond.

* La pièce a une voûte en berceau.

* Au sommet, dans le mur opposé à la porte, je remarque une ouverture dont je ne devine pas la fonction.

* A l'opposé, dans la voûte, une ouverture lumineuse attire mon regard.

En connaissez vous la fonction ?

* Cette baie permettait d'atteindre le niveau supérieur à l'aide d'une échelle rétractable.

 

En sentant ses pierres, je vous donne mon ressenti

* Ce bâtiment ne devait pas être habitable.

* Avec des murs aussi épais, je pressens que le tour possédait au moins 3 niveaux.

* Le premier niveau était un stockage avec (peut être) quelques animaux  (chevaux).

* Le plancher en bois de la salle basse était la réserve en nourritures.

* Le niveau accessible par l'ouverture du plafond était la salle de repos, salle des garde, salle d'attente.

* Le niveau disparu devait être la plateforme de guet et de défense avec crénelage et hourdage.

Mais peut être me trompe !

* Je vous demande maintenant de sortir pour mieux me laisser humer seul les 7 siècles de ce bâtiment unique.

* Sachez que je ne vous ai pas tout montré, d'autres surprises vous attendent (petit rempart, escalier....).

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

Nota : Il n'existe aucun texte historique relatant l'histoire et les évènements de ce site fortifié.

* Au 12ème siècle, construction de la chapelle Saint Gabriel.

* A la fin du 12ème siècle, construction d'une imposante tour (c'est ce que supposent quelques archéologues).

* Au milieu du 14ème siècle, les Grandes Compagnies ravagent la Provence. De nombreuses tours sont construites pour prévoir/guetter et se protéger de ce fléau. A Saint Gabriel, construction probable des 2 tours avancées (c'est ce que supposent quelques archéologues).

* En 1835, Prosper Mérimée découvre le site et les 2 constructions. Il prend le temps d'écrire quelques lignes dans son "carnet".

* Au milieu du 20ème siècle, Henri-Paul Eydoux visite la construction fortifiée et en fait un long article.

* A la fin du 20ème siècle, un formidable et magnifique Chevalier Dauphinois visite le site et s'extasie !

* Au début du 21ème siècle, votre incroyable et infatigable Dauphinois (qui est le gratin des Chevaliers) revient visiter cette extraordinaire construction.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en prenant quelques précautions. Veuillez respecter ce site qui est une trace unique d'architecture militaire de Provence.

 

Quelle fascinante construction médiévale

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 13

Vers Menu châteaux

des Bouches du Rhône

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Provence : 04 13 83 84
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 07:30

 

Département 83 - VAR

 

  Quelle fut la fonction de cette curieuse construction ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Callas est située à 100km au Nord-Est de Marseille, à 40km au Nord de Saint Tropez, à 35km à l'Ouest de Grasse et à 10km au Nord-Est de Draguignan.

 

     Coordonnées théoriques du château :

43° 35' 40" N 6° 32' 5" E
 43.59452733°  6.53474628°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Au dessus du bourg, de vieilles ruines se battent contre la végétation.

* Bien que les cartes de randonnée ou routières indiquent la présence d'une ruine, point de panneau pour en montrer la direction.

* Mais à un Dauphinois, rien n'est impossible !

* C'est donc avec un pas alerte que j'arrive proche d'une curieuse ruine.

 Est ce la chapelle du château ?

Me suis trompé de lieu ?

* En découvrant cette construction je me suis demandé si erreur j'avais faite.

* Même si cette forme fut classique au moyen âge, elle n'est pas la représentation d'une salle seigneuriale dans un château fort.

* Lentement je m'avance vers ce bâtiment très consolidé.

* Au fond, une fente verticale.

Pensez vous que cela fut une archère

Ou une ouverture de lumière ?

 

Il est là

* En prenant du recul, je vois....

Hooo, que c'est beau !

* Evidemment, je ne m'extasie point devant les tuiles rondes.

* Ce sont évidemment les pans de murs du château de Callas qui me font briller les yeux.

 

        L'intérieur :

L'analyse

Est ce un arbre-mur ou un mur-arbre ?

* De cette ruine, je ne vais pas tout vous montrer.

* La promenade est si agréable que je vous incite à la faire si vous passez proche de Callas.

* De cet ancien château fort, je ne vous dévoile que le mur du donjon.

* Au 16ème siècle, il fut attaqué par les hommes.

* Au 21ème siècle, c'est la végétation qui l'assaille.

Va-t-il survivre ?

* Le site est si ruiné et si envahi qu'il faut beaucoup de temps (et une documentation) pour le comprendre.

Est ce un mur vert-de-gris ?

 

Des surprises

* Pour ceux d'entre vous qui se passionnent pour les détails, je vous en offre deux.

Que pensez vous de cela ?

* Ceci n'est point un simple rocher mais une longue pierre taillée formant presque une baquette (voir vocabulaire).

* Et là, je vois.... un trou.

* Cette curiosité creusée avait évidemment une fonction de......

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* En 1030, le "castrum" est cité dans un texte.

* Au 13ème siècle, construction d'une chapelle par la famille Pontévès.

* En 1295, la seigneurie est donnée à François de Villeneuve.

* En 1422, Bermond de Pontévès est cité comme seigneur de Bargème et Callas.

* En 1578, le château est détruit.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de la ruine est possible avec beaucoup de précautions. Veuillez être prudents car le site n'est pas totalement sécurisé.

 

Mystérieuse ruine tu seras à jamais pour moi

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 83

Vers Menu châteaux du Var

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Provence : 04 13 83 84
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 05:50

 

Département 30 - GARD

  Le château du 13ème siècle se dore au soleil

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de La Capelle-et-Masmolène est située à 25km au Nord-Ouest d'Avignon, à 12km au Nord du Pont du Gard et à 10km au Nord-Est d'Uzès.

 

     Coordonnées du château :

44° 3' 1" N 4° 32' 0" E
 44.050352771°  4.533426762°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Au Sud de la commune de La Capelle, sur une butte boisée, une grise construction se réchauffe au soleil.

* Sur cette face, le château montre une courtine arasée où crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) sont absents.

* Je suis étonné par la tour carrée très décrochée de la courtine. Ce devait être une tour défensive sur le coté de l'attaque.

* En la regardant en infrarouge tel Terminator, je vois un chaînage d'angle réalisé avec d'imposantes pierres taillées. Cela contraste avec le rempart et la paroi de la tour.

* A la base, une archère droite rappelle le rôle défensif de la construction.

* A son sommet, je remarque des trous alignés me faisant penser à un vestige de hourdage.

 

Que voila des rondeurs qui me siéent !

L'autre face, plus en rondeur

* En voyant ces rondeurs, les "d'jeuns" diraient :

"Ho man, je suis scié !".

* En voyant ses rondeurs, j'ose affirmer qu'elles me siéent.

* Toute la richesse de notre langue Française correspond à la richesse des formes de ce château où les tours rondes garnissent les angles protégeant les droites courtines.

 

      L'intérieur :

Je m'ouvre à elle, mais elle se ferme

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

* Qu'importe, je regarde la vue satellite pour admirer le plan classique d'un château fort :

- 4 tours d'angle protégeant 4 courtines.

- Mais curieusement, une tour est carrée

- Et la courtine Sud n'est point linéaire.

 

L'aventure continue

* Pour je retrouve mon destrier pour merendre à moins d'un kilomètre vers le Nord-Ouest pour visiter l'autre fortification médiévale dans la commune de Masmolène.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle, probable construction d'un site fortifié.

* En 1211, le Roi de France Philippe Auguste (voir liste) cède le château à l'évêque d'Uzès.

* A partir du 13ème siècle, ce site devient la résidence d'été de l'évêque.

* Au milieu du 14ème siècle, durant la grande peste, l'évêque Hélias de Saint-Yrieix se retire au château.

* En 1583, l'évêque Robert de Girard demande la construction d'une grosse tour ronde à François Bertrand, maçon de son état.

* Au 17ème siècle, l'exploitation des terres rapporte beaucoup d'argent à l'évêque.

* En 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château et le vendent à Berdier de Flaux.

* Durant le 19ème puis le début du 20ème siècle, le château n'est pas habité. Les bâtiments ne sont plus entretenus.

* En 1965, le site est acheté par un couple passionné de vieilles pierres. Lentement, le château renaît.

* Durant la fin du 20ème siècle, plusieurs propriétaires se chargent de la restauration du château tout en l'habitant.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite. La propriété privée n'est pas visitable.

 

Les arbres n'osent point pousser trop haut de peur de cacher le vieux château fort

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 06:05

 

Département 48 - LOZERE

  Je pressens que cette ruine va être mon déjeuner intellectuel de ce jour

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Banassac est située à 60km au Nord-Est de Rodez, à 30km au Sud-Ouest de Mende, à 20km au Nord-Est de Séverac le Château (voir sa ruine) et à 2km au Nord de La Canourgue (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 27' 11" N 3° 11' 49" E
 44.453157514°  3.19699198°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

L'arrivée

* A 2km au Nord de Banassac, un peu à l'écart du hameau de Montferrand, en bordure de la rivière Lot, une vieille ruine somnole.

* Sans la réveiller, j'avance lentement.

* Au début, le spectacle de ses pierres est minimal.

* Mais au loin, je perçois monter en moi le plaisir du Castellologue amateur.

 Ses rondeurs sont désirables !

Première analyse 

* Ma première vision est la rondeur d'une tour.

* Ayant été arasée, elle est dépourvue de crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Cette construction circulaire partiellement enterrée a une base talutée avec des pierres de grandes dimensions.

* A mi-hauteur, la tour possède des ouvertures dont je ne sais si elles furent pour la lumière ou pour la défense.

* En les examinant, je subodore que certaines ont été créées après la construction.

 

Un orifice passionnant

* J'entends parfois des "touristes" affirmer qu'une ruine c'est moche, sans intérêt.

* Par ce petit chapitre je souhaite vous montrer qu'un château oublié est toujours passionnant.

* Sur cette tour arasée, de nombreux détails sont fascinants.

- Les pierres sont de 2 couleurs différentes, signifiant une réparation ou modification.

- En partie basse, une ouverture rectangulaire ne ressemble ni à une canonnière, ni à un puits de lumière.

Qu'est ce ?

- Ceci est un goulet d'évacuation.

Sont ce des latrines ?

 Le luxe seigneurial sera t il encore visible ?

        L'intérieur :

Est ce le bon endroit ?

* En contournant la tour ronde, je vois une partie des entrailles du château.

* Ce vestiges étant sur le sommet de la colline, je suppose que ce fut le logis.

* J'espère que décoration il y a encore.

* Le mur montre des pierres mieux taillées, plus jointives.

* Dans l'épaisseur du mur, je vois le remblai fait de chutes de taille des pierres.

* Au dessus, il me semble voir les vestiges d'une fenêtre à coussiège.

(vous connaissez mon imagination fertile.

Il est possible que cela soit ... autre "chose".)

* Puis, sur la longueur du mur, une belle corniche sculptée.

A-t-elle porté les poutres du plafond ?

 

 

C'est la fin

* Il y a encore d'autres détails et vestiges au sol à regarder et à comprendre.

* Pour vous permettre d'avoir autant de surprise et d'émotion que moi, je ne vais pas tout vous dévoiler.

* Lentement je m'éloigne de ce site presque millénaire.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château fortifié pour surveiller l'entrée accédant aux bourgs de Banassac et La Canourgue.

* En 1150, Hugues et Guillabert de Montferrand font hommage pour leurs terres et château au Comte (voir titre de noblesse) du Gévaudan.

* A la fin du 13ème siècle, naissance au château d'Elise ou Amphélise de Montferrand.

* Au début du 14ème siècle, Elise donne naissance dans un autre château à Guillaume III Grimoard qui deviendra le Pape Urbain V.

* Au 14ème siècle, le château est cité dans un texte (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de précaution. Le site n'étant pas sécurisé, le risque de recevoir une pierre ou de glisser ou de tomber dans un trou est important.

 

Chaque pierre me conte son histoire. Les entendez vous ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 06:30

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

Cette tour appartient elle à l'église ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Hontanx est située à 17km au Sud-Est de Mont de Marsan ( voir ce bourg fortifié) et à 14km au Nord de Aire sur l'Adour.

 

   Coordonnées :

43° 49′ 28″ N 0° 16′ 15″ W
  43.824444°  -0.270833°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Il faut gravir une petite colline pour arriver dans l'ancienne bastide et en arrivant, le spectacle est magnifique.

   Je descends de mon destrier et timidement je m'approche de cette tour-porte. J'étais venu en ce lieu pour voir une église fortifiée et je me retrouve face à une tour-porte de rempart.

Me serais je trompé de bourg ?

    

Voila un puzzle à reconsturtuerJ'ai des doutes

       La tour est impressionnante et ne ressemble pas à un clocher :

 * Un clocher n'a pas de trou béant à sa base menant... dans une rue.

 * Un clocher possède souvent des abats-son.

 * Un clocher est toujours collé à son église ou fait parti de l'église.

Mais où est l'église ?

 

L'enquête commence

* En inspectant mieux le bâtiment proche de la tour, je comprends ma méprise.

* Cette tour est reliée par une passage à une église moderne.

* La haute construction est devenue au 19ème siècle le clocher, mais à l'origine, c'était la tour-porte de la bastide fortifiée.

* La tour, construite en briques rouges, mesure une quinzaine de mètres de hauteur avec une base carrée de 5m de coté.

* L'ouverture de 3m de large, avec une arcade en pierre de Mont de Marsan, était la porte d'entrée du bourg.

* Aujourd'hui, ce serait plutôt la porte de sortie    puisqu'il faut passer à sa droite pour entrer dans la rue principale de Hontanx et dessous pour sortir.

* A mi-hauteur, une porte permettait l'accès à la tour depuis un chemin de ronde aujourd'hui disparu.

 

Les peintres devraient venir ici immortaliser cette tourLes défenses supérieures

* Voila une architecture que j'ai peu vue en France.

* Sous un toit de tuiles à 4 pentes, un imposant hourdage permet le guet, le tir de défense (par les ouvertures carrées) et le jet vertical sur les 4 faces.

* Mais le plus surprenant sont les mâchicoulis sur arcade.

* L'association hourds+mâchicoulis permet une défense rapprochée très efficace.

 

    L'intérieur :

      La magnifique tour ne se visite pas, et je n'ai pas trouvé d'autochtone pour m'aider à obtenir le visa. 

  Qu'importe, je vais découvrir rapidement l'église qui n'est pas médiévale. 

 Tout est linéaire et symétrique. La modernité est présente et pourtant il y a des gravures, peintures, sculptures presque intemporelles. Je quitte rapidement ce lieu qui n'est point pour un guerrier-chevalier-castellologue.

    Avant de laisser ce bourg, je jette un dernier regard vers la tour si extraordinaire.

 

 

Histoire de l'église et du bourg :

* En 1108, dans un acte de donation du Vicomte (voir titres de Noblesse) de Marsan, Bonnelus de Fontanellis est cité en témoin, (Fontanelli ou Fontani semble être le nom des terres entourant la colline. Ces terres comportent de nombreuses fontaines).

* En 1279, le seigneur d'Astang fait hommage au Vicomte de Béarn et à la Vicontesse de Marsan pour ses terres et son château. De nombreux historiens supposent que ce sont ceux de l'actuel Hontanx.

* En 1298, la Vicomtesse fait édifier une fortification plus importante à Hontanx suite au conflit qui l'oppose au Vicomte d'Armagnac.

* En 1331, création d'une bastide. La prospérité et la sécurité attirent la population environnante.

* Au milieu du 14ème siècle, construction d'une première église (située à 500m de celle-ci).

* En 1860, l'ancienne église paroissiale menace de s'effondrer.

* En 1861, début de construction de l'église actuelle s'appuyant sur les restes du château fort.

* En 1880, fin des travaux de l'église.

* En 1881, l'ancienne église médiévale est détruite.

* En 1962, la tour de l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Mâchicoulis et hourdage pour défendre l'église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 06:50

 

Département 12 - AVEYRON

  Il va falloir monter pour découvrir les secrets de cette ruine

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Nauviale est située à 50km au Sud d'Aurillac, à 25km au Nord-Ouest de Rodez et à 15km au Sud-Est de Decazeville.

 

     Coordonnées du château :

44° 31' 5.704" N 2° 26' 3.973" E
  44.518251°  2.434437°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte 

* Trouver un château fort abandonné depuis de nombreuses décennies ou se rendre dans un lieu comportant une ruine perdue dans les bois n'est pas toujours facile.

* J'ai souvent besoin des services détaillés d'une incroyable société Française nommée : IGN.

* C'est grâce à leur carte au 1/25000ème que j'ai pu déterminer l'emplacement du vieux château ruiné nommé : Beaucaire.

 Mes poils se hérissent. Je vais passer un moment magique !

Avez vous remarqué le nom différent sur la carte ?

         - Beaucaire (sur la carte)
         - Belcayre (dans ma documentation)

   Entre le vocabulaire régional et celui (peut être) officiel d'état, il y a parfois une différence.

 

 

Il est là-haut !

    A 1km au Sud-Est de Nauviale, une butte boisée porte les ruines de l'ancien château de Beaucaire ou Belcaire ou Belcayre.

   Dans la littérature, le site est décrit comme suit :

* Un polygone irrégulier,

* Avec 8 tours rondes couronnées de mâchicoulis (voir vocabulaire),

* Un corps de logis principal,

* Un donjon.

Pensez vous que tout ceci soit identifiable ?

 

  Même en ruine, la puissance du château se ressent

L'analyse 

   En arrivant à la base du château, je remarque de suite que :

* Les pierres sont en gré rouge (matériau  très usité dans la région).

* Les pierres sont symétriques en dimensions.

* La taille des pierres, sans être exceptionnelle, est correcte.

* Bien qu'arasées, les tours de défense sont nombreuses.

* Quelques détails architecturaux m'étonnent.

 

 

        L'intérieur :

La surprise

En entrant, c'est le choc !

  Le choc n'est pas du au manque de bâtiment, cela je n'en doutais, mais je suis surpris par la surface importante du château.

 

 Les ronces sont les compagnes du castellologue amateur

L'analyse

* Sous mes chausses, je sens que des pierres et des salles sont présentes, mais il y a tant de terre et d'herbe que l'aménagement du château est impossible à déterminer.

* Parfois, un mur sort du sol.

* Il tente de me montrer que des bâtiments aux murs épais emplissaient le vide actuel.

* Debout dans une ronde tour, je ne peux point imaginer les systèmes défensifs.

* Seule certitude : Les murs sont épais.

 

 

C'est la fin

   Même si une ruine est minimale, elle offre toujours une richesse unique : Le panorama.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, la famille de Panat possède les terres et le château.

* En 1232, la famille de Séverac récupère le château.

* En 1431, (durant la Guere de Cent ans) une troupe armée commandée par Bégon de la Barrière attaque et s'empare du château. Il prétend avoir reçu l'ordre des Anglais.

* La même année, les commissaires Royaux l'obligent à restituer le château à Guy de Sévérac.

* En 1426, la famille de Sévérac cède le château à Jean IV, Vicomte (voir titre de noblesse) de Lomagne (voir liste de cette famille).

* En 1467, Louis de Bourbon est seigneur de Belcayre.

* En 1481, le château change de propriétaire.

* En 1491, Jeanne de France est Baronne de Belcayre (à vérifier).

* A la fin du 15ème siècle, la famille de Sévérac récupère le château.

* En 1550, certains bâtiments du château sont en mauvais état.

* Au milieu du 16ème siècle, (durant les Guerres de Religion), les Huguenots s'emparent du château.

* En 1586, avec une toupe Catholique Royale commandée par Anne de Joyeuse récupère le château.

* En 1714, la famille Arpagon-Sévérac vend la seigneurie à Jean Forestier, sieur de Novéglise. Le château est décrit comme masure (donc très ruiné).

* Durant 2 siècles, le site appartient successivement à :

- Jean-Claude Jouéry,

- La famille Balzac-Gamarus,

- La famille Bournazel,

- La famille Fualdès.

* En 1920, le site est épierré.

* Au 20ème siècle, le site appartient à la famille Durand.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en prenant beaucoup de précautions. Le château étant dans une propriété privée, veuillez respecter le site et les clotures.

 

  Le panorama est la richesse de toutes les ruines médiévales

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Quelle fut la fonction de cette fortification ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Calmont est située à 45km au Nord-Ouest de Millau, à 40km au Nord-Est d'Albi et à 12km au Sud-Sud-Ouest de Rodez.

 

     Coordonnées du site fortifié :

44° 15' 27.23" N 2° 32' 46.046" E
 44.257564°  2.546124°

 

 

La grange : 

        L'extérieur :

Le questionnement

     Après avoir visité le château de Calmont, je me dirige vers l'Est en direction de Magnin, pour voir une construction défensive assez rare durant notre 21ème siècle :

Une grange fortifiée.

   Ayant déjà visité une autre grange dans l'Aude, je me demande si celle du Rouergue sera très différente.

 

La découverte

    Au bout d'une route ombragée, un solide bâtiment millénaire proche d'une exploitation agricole moderne apparaît. Survolant les arbres, il semble presque irréel.

  Lentement, je m'avance espérant comprendre son architecture.

  Vais je trouver les secrets de sa construction ?

L'analyse 

      Que vois je :

* Une haute courtine encadrée par 2 tours rondes.
* Sa faible largeur m'interpelle.

* Courtine et tours possèdent des vestiges de mâchicoulis.

* La tour de droite possède une archère droite  (avec ouverture ronde pour arme à feu) implantée après la construction du bâtiment.

* Mais d'autres archères primitives cohabitent.

* Quelques ouvertures carrées et parfois rectangulaires ressemblent à des fenêtres "de confort".

 

Je contourne

    Tout en respectant la propriété privée, je contourne l'imposante façade. Le spectacle qui m'est offert est fascinant. Que puis je en déduire :

* Le bâtiment est parallélépipédique.

* Sa longueur est beaucoup plus importante que sa largeur.

* Chaque angle comporte une tour ronde.

* La partie centrale a presque disparu. Une grange avec un toit récent remplace les "logements".

Mais y en avait il ?

 

    La grange se dénude pour moi

        L'intérieur :

Que voir ?

   La propriété étant privée, je n'entre point. Mais grâce à l'effondrement du toit, des plafonds et d'une partie des murs, il est possible de voir les entrailles.

 

Rapide analyse

  La tour de droite semble posséder les vestiges d'un escalier en colimaçon. La partie gauche prouve que le bâtiment était habitable. Il y a :

* Des "portes" de circulation entre la tour et les salles disparues.

* Une large et profonde cheminée.

 

 

Histoire de la grange :

* En 1280, la grange est mentionnée dans un texte. Elle appartient au monastère de Bonnecombe.

* Vers 1607, les moines afferment le site à Dominique Folquier.

* En 1619, Jean Palous en a l'exploitation.

* En 1639, la gestion est donnée à Pieer Greffuelhe et Georges Drulhe.

* En 1644, Raymond Bernet et André Ballard exploitent les terres.

* En 1673, le site est exploité par Philippe Laubiès et Géraud Vernhet.

* En 1692, la gestion est donnée à Durand.

* En 1703, un nouveau "régisseur" : Boutonnet.

* En 1722, François Boutonnet régit le domaine.

* En 1740, le site est exploité par Pierre Bonnet et Jean Martin.

* En 1758, Antoine Canivenq et Jean Rouvellat exploitent le domaine.

* En 1764, le site est exploité par Guillaume Bousquet.

* En 1787, le dernier "régisseur se nomme : Cordurié.

* En 1792, les révolutionnaires s'emparent du site et le vendent au sieur Pouget.

* Durant les siècles suivants, le domaine appartient à :

- Jean Lacaze,

- Thérèse Cassagnes.

* Au 20ème siècle, le site est possession de la famille Ginisty.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite en respectant la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

Au revoir, énigmatique fortification du Rouergue

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article