Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 06:30

 

La découverte du rempart extérieur est ici.

 

  Un châtealet puissant et gracieux

   La basse cour 

La découverte du châtelet

   Après m'être délecté du rempart extérieur et de ses tours rondes, je cherche l'accès à la basse-cour. Avec un site aussi extraordinaire, je suppose que le châtelet d'entrée va aussi me surprendre.

Quelle magnifique beauté !

  Cette construction est une combinaison de force et de délicatesse :

* Un glacis plongeant dans le fossé.

* Des contreforts à larmier.

* Une fenêtre à remplage.

* Une salle de défense sous le toit.

  Il me faut de suite "manger" des yeux cette merveille médiévale.

 

Analyse du châtelet

   Précédé par un pont moderne en pierre, le châtelet,  avec ses 2 tours rondes, devient une construction  agressive. Archères droites, archère-canonnières et canonnière pour tir rasant  forment un système défensif qui a du faire réfléchir quelques assaillants. Je suis surpris de ne point voir de bretèche ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

    Bien que le temps ait effacé de nombreux systèmes défensifs et que les consolidations aient supprimé des ouvertures de tir, il semble évident que ce châtelet comportait 2 doubles vantaux, une herse et certainement un assommoir.

La basse-cour semble vide au 21ème siècle 

Que c'est vide !

En entrant, c'est le choc !

  Je ne m'attendais pas à une cité remplie de maisons et bâtiments, mais ce vide me surprend. Ma documentation affirme qu'en ce lieu il y avait :

   - Une chapelle,

   - Une écurie,

   - Une boulangerie,

   - Une salle de garde,

   - Une armurerie,

   - Etc...

        Je me console en détaillant ce bâtiment de style Normand.

   Pour des raisons de sécurité, l'accès aux tours défensives est interdit, mais j'arrive à voler une vue de l'intérieur  où je distingue :

    - Son couloir d'accès,

    - Son archère droite,

    - Ses trous pour des poutres.

 

Le château fort

    Soudain, je tourne la tête et je vois... un pont en bois enjambant le fossé.Une question me vient :

Où mène ce pont ?

   Évidemment, la structure en bois survolant le fossé permet d'accéder au château fort. Avec ses hautes tours flanques collées à un "donjon" carré, il est symbolique des fortifications médiévales, même si quelques fenêtres ont été ouvertes.

 

Quelle curieuse architecture !

     Avant de monter sur le pont pour entrer dans la bâtisse, je contourne le château pour tenter d'en comprendre le plan. Curieusement, je constate qu'il n'est pas symétrique et que de surprenants contreforts soutiennent un mur borgne.

Ceci n'est point une solution efficace de défense !

    Il me faut entrer pour comprendre la raison. Je me présente devant le pont, espérant entendre le craquement du bois et imaginant les guerriers en armure sous les tir des défenseurs dans les tours. Mais hélas, une barrière interdit l'accès.

  Il me faut donc contourner le bâtiment.

 

     L'intérieur :

Pour découvrir l'intérieur de ce château, je vous propose de cliquez ici.

 

 

Un château fort aménagé au 17ème siècle

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Est ce un simple mur ou un rempart médiéval ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Justin est situé à 11km au Sud-'Est de Roquefort et à 4km au Nord-Ouest de Labastide d'Armagnac, proche de la D933.

   Coordonnées du bourg :

43° 58′ 51.96″ N 0° 13′ 48″ W
 43.9811°  -0.23°

 

Les remparts :

      L'extérieur  :

La découverte

    Longeant la route départementale 933, de curieux murs épais laissent indifférents les nombreux conducteurs et touristes. Mais pour un Chevalier Dauphinois ces quelques pierres sont le départ d'un voyage dans le temps.... Je suis arrivé dans le 13ème siècle. 

 

L'enquête commence

   Un peu plus loin, le rempart coté Est sert de mur porteur à une maison. Le mélange des siècles est amusant à observer.

   Le coté Nord du bourg ne possède plus de rempart, puis subitement à l'Ouest, il repend forme. Sa hauteur n'est plus aussi  impressionnante, mais il est possible de voir des morceaux de briques mélangés aux pierres pauvrement taillées. Je suis surpris du manque de soin dans la qualité de pose des pierres.

Est ce dû à des reconstructions ?

 

Magnifique rempart

    En contrebas, le rempart devient haut et puissant. Cette sensation est due aux nombreux contreforts à replat très rapprochés. Après avoir humer les pierres, je repars en empruntant l'ancienne plate-forme à canon pour rejoindre, dans le bourg, une maison forte.

 

    L'intérieur  :

  Quelques maisons ont été intégrées dans les remparts. Elles ne sont pas visitables bien sur. Ce rempart ne comporte plus de tour. Conséquence : La visite de l'intérieur d'un mur n'est possible que pour les.... fantômes.

 


Histoire du bourg :

  • * En 1284, construction des remparts et de la bastide.
  • * Au 16ème siècle (?), aménagement des remparts.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

Ce rempart a perdu son prestige défensif !


 
  Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 06:30

 

Département :  27 - EURE

Flâner est un plaisir des vacances !

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La ville de Vernon est située à 80km au Nord-Ouest de Paris, à 50km au Sud-Est de Rouen et à 15km au Nord-Est de Evreux.

   Coordonnées :

49° 5′ 53.16″ N 1° 29′ 18.6″ E
 49.0981°  1.4885°

 

Description du château 

     L'extérieur :

Je suis en vacances

    Parfois, votre Chevalier Dauphinois ôte son armure de castellologue-amateur et prend une tenue de touriste pour flâner. La rive droite de la Seine me rend nostalgique et j'ai plaisir à regarder un moulin à roue pendante.

  Durant des siècles, la Seine n'avait pas de barrage en amont et son niveau variait. Pour compenser cette irrégularité de Dame Nature, les architectes des moulins à eau ont imaginé une roue réglable en hauteur.

   Dans ma rêverie, je suis réveillé par mon instinct de chasseur de ruines. Proche de moi apparaît une beauté fortifiée de 800 ans.

Le château fort de mon enfance Il n'est pas facile d'être un rédacteur de blog de châteaux, je ne parviens jamais à passer des vacances classiques. 

 

La découverte

Quelle incroyable construction !

    La beauté médiévale que je regarde ressemble au château fort de mon enfance. C'est un donjon carré  de 20m de hauteur avec 4 imposantes tours rondes aux angles.

Avez vous remarqué la tour plus claire ?

  Cette tour a été détruite par les bombardements de la 2ème guerre mondiale et reconstruite récemment à l'identique avec les mêmes pierres que ses consoeurs.

   Quel plaisir de voir les hommes de ce siècle s'occuper à rendre intemporel les châteaux forts.

 

Une symétrie asymétrique 

     En regardant rapidement la construction, je vois des tours et des courtines identiques. Pourtant avec un peu d'attention, je remarque quelques différences parfois infimes sur le nombre d'ouvertures et les dimensions des fentes.

Incroyable n'est ce pas !

    * Une tour est borgne,

    * Ces 2 tours n'ont pas le même nombre d'ouvertures,

    * Cette courtine a 3 ouvertures superposées,

    * Une canonnière "souriante" orne la dernière courtine.

Un chemin de ronde qui tourne....en rond

 

Le système défensif

     Il est surprenant de ne point voir de bretèche, mâchicoulis (voir vocabulaire) ni crénelage sur un château fort. Une question me vient :

Ce château était il fortifié ?

   Les toitures "récentes" ont gommé les créneaux mais le chemin de ronde est encore visible. Il me semble même voir une canonnière orner d'une inscription.

 

Archères

     Cette construction étant d'origine médiévale, il semble logique de voir le système défensif le plus répandu à cette époque : L'archère.

  Elles sont visibles surtout sur les tours d'angle. une courtines comporte de nombreuses fentes presque superposées. Même si elles ont pu être utilisées par des archers, j'opte pour des puits de lumière (pour un escalier ?).

 

Le confort

  Ce château ne devait pas être une habitation car des fenêtres de confort n'ont pas été ouvertes. Seules apparaissent sur tours et courtines des ouvertures étroites.

 

     L'intérieur :

         Ce magnifique château n'est pas visitable. Je me console en admirant le paysage en bordure de Seine.

 

 

Histoire du château :

* En 911, signature du traité de Saint Clair sur Epte entre le Roi (voir titre de noblesse) de France Charles III et Rollon Comte de Normandie (voir liste). Vernon devient un poste frontière Normand.
* En 1196, le Roi de France (voir liste) Philippe Auguste est en guerre contre le roi d'Angleterre, Richard Coeur de Lion. Les troupes Françaises s'emparent de Vernon.
* En cette fin de 12ème siècle, pour marquer son pouvoir, le Roi fait construire un pont protégé par un châtelet.
* Au 15ème siècle, avec l'invention des armes à poudre, le château se modernise.
* En 1650, le château fort est désarmé.
* En 1760, le gouverneur de Vernon cède le château à monsieur Le Moine de Belle Isle.
* En 1763, le château est restauré.
* En 1778, Le Moine de Belle Isle vend le château à un minotier nommé Planter. La puissante construction est aménagée en magasins d' approvisionnement et en logements pour le personnel.
* Au 18ème siècle, des toitures sont posées sur le crénelage des 4 tours rondes.
* Vers 1789, les révolutionnaires chassent le minotier.
* Vers 1792, le château est transformé en prison.
* Au milieu du 19ème siècle, le château devient une caserne.
* En 1854, le château est vendu à un industriel qui le transforme en tannerie.
* Durant la 2ème guerre mondiale, le château souffre des bombardements.
* En 1945, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, le site est restauré puis mis en valeur dans un joli parc.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site depuis le parc est libre et gratuite. L'intérieur ne visite pas. 

 

Après tant d'émotions, le calme de la rivière est un plaisir

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :Cette église comporte-t-elle des défenses invincibles ?

   Situation :   (--> le voir sur une carte

      Le bourg de Saint Martin de Hinx est situé à 10km au Nord-Ouest de Peyrehorade et à 15km au Nord-Est de Bayonne.

   Coordonnées du bourg :

43° 34′ 57″ N 1° 16′ 10″ W
 43.5825°  -1.269444°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    En ce jour de fin d'été, le soleil a oublié de se lever. C'est donc par un temps grisâtre qu'apparaît la massive église dédiée à Saint Martin.

  Sa forme carrée de faible hauteur, ses contreforts profonds s'appuyant sur des mur en saillis font de cette abside un bâtiment trapu me faisant penser à une petite fortification.

 

L'enquête commence par la nef

    La nef ne possède aucun décor, aucune sculpture. L'art Gothique n'a  pas été appliqué sur ses hauts murs linéaires en grès. Mais n'étant pas un touriste de bâtiments religieux je m'attache à trouver des indices de fortification ou de défense.

   Les fines fenêtres haut perché peuvent empêcher un attaquant de pénétrer dans l'église, mais ceci n'est qu'un raisonnement d'un Chevalier imaginatif

 

L'abside

    Quel contraste !

   Par rapport à la rusticité de la nef, l'abside est élégante avec ses ouvertures à double lancettes (voir définition) surmontées d'un oculus. En observant  la "jointure entre la nef et l'abside, je crois voir une curiosité (un manque en réalité) sous le toit.

Y avait il un mur plus haut ou une salle de repli arasé ultérieurement ?

Imposante, longue et chaotique est l'architecture de l'église de Saint Martin de Hinx Hélas, je ne vois toujours pas de système défensif. 

 

Analyse

      Sur l'autre façade, je retrouve la même  disparité d'architecture mais un détail attire mon regard.

    A coté du clocher-mur, il y a une tour avec des fentes verticales. Même s'il faut éclairer l'escalier intérieur, ces ouvertures sont trop grandes pour n'être que de simples puits de lumière.

Et à quoi pouvait servir cette tour ?

   En plus de ses caractéristiques défensives, elle devait desservir un étage, certainement une salle de repli au dessus de la nef.

  Il est temps d'entrer dans l'église par cette construction ressemblant plus à un rez de chaussée de donjon qu'à un porche de bâtiment religieux.

Avez vous remarqué le portail en anse de panier de type Gothique Flamboyant ?

 

    L'intérieur  :

Le porche

     A l'intérieur du porche, je suis impressionné par le volume. Grâce aux vestiges et empreintes sur les murs, je devine l'ancienne présence une voûte ogivale reposant sur des culs de lampe. 

   Dans les murs, il y a quelques enfeus ayant contenu les sépultures des moines et des sculptures de coquille Saint Jacques (route de Compostelle ?).

    La porte d'entrée est typique du style Gothique du 13ème siècle. Elle comporte un faisceau de colonnette à chapiteau fleuri. Les impostures sont sculptées de têtes et personnages parfois grimassants.

Mais que m'arrive t il ?  Je parle comme un guide touristique.

  Le castellologue reprend le dessus et voit au dessus de la porte des corbeaux ayant supporté un plafond.

Était ce une salle de repli accessible par la tour escalier ?

 

La nef et le choeur

    Les petites fenêtres de la nef limitent l'entrée de la lumière, les ombres paraissent immense, l'ambiance dans l'église est curieuse. Les colonnes sans voûte se reposant m'informe que le plafond s'est effondré et a été remplacé par un toit en bois.

Y avait il une salle au dessus au 14ème siècle ?

 

 
Histoire de l'église :

* Au 10ème siècle, les moines Bénédictins de l'abbaye de Sorde font construire une petit église Romane.
* Au 13ème siècle, édification du clocher-mur avec une porte Gothique.
* Au 14ème siècle, durant l'époque d'occupation Anglaise, l'église est fortifiée.
* En 1820, suite à des chutes de pierres, les voûtes Gothiques du toit sont démolies.
* En 1821, des travaux de consolidation sont entrepris.
* En 1969, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite depuis la route et le cimetière. La visite du clocher-mur et des fortifications est interdite.

 

Une église sans transept avec toiture en bois

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 06:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

   Situation :    (---> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Raziguères se situe à 6km à l'Ouest de Estagel, à 3km à  l'Ouest de Latour de France et à 22km au Nord-Ouest de Perpignan. Le bourg est posé sur un plateau à 420m d'altitude, surplombant l'Agly. 

    Coordonnées du bourg :

42° 45' 58.712" N 2° 36' 29.653" E
 42.762205  2.599581

 

Le château :

    L'extérieur  :

L'arrivée

    Depuis la vallée, aux abords du bourg, il est impossible de ne pas voir cette ruine. Fièrement campée sur sa colline, elle nargue le touriste en disant : "Seras tu capable de me rejoindre ?".

     Le temps est orageux, la pluie menace, j'avoue que relever le défi serait stupide. Pourtant je me dirige au Nord du bourg pour découvrir le château fort de Trémoine

 

La découverte

     Posé sur un piton rocheux , et isolé sur 2 cotés par des ravins profonds, le château fort de Trémoine n'est plus qu'une ruine  qui semble peu imposante. Pourtant il mesure 20m x 30m et chaque pierre est riche de détails. La hauteur des murs ne permets plus de voir crénelage, mâchicoulis et échauguettes (voir vocabulaire).

 

La tour

    La tour est le bâtiment le plus visible, c'est une construction parallélépipédique de 4,5m par 5,5m. Elle est construite à l'extérieur du rempart, comme le montre ce plan. Les pierres des cotés sont pauvrement taillées, en opposition aux angles qui sont bien appareillés.Ce ne devait pas être un donjon habitable mais plutôt une tour de défense et de repli.

 

Oups... un problème

    Est ce à cause de l'électricité statique de l'orage menaçant ou suis je distrait  au point d'appuyer sur le bouton "effacement" de mon apn, mais toutes les images des courtines et de l'intérieur de la ruine ont disparu.

    Je ne pourrais donc pas vous montrer ce chef d'oeuvre.

 

    L'intérieur :

        La forme asymétrique et presque chaotique du château surprend, et il est évident qu'il comporte 2 zones distinctes :

  * La 1ère est l'entrée, avec des communs, défendue par de longs remparts non linéaires. Certains archéologues emettent l'hyppothèse d'un enclos pastoral.

 * La 2ème ( en haut sur le plan) est la zone de repli et de sécurité avec une courtine et un mur intérieur comportant de nombreuses archères.

   Croyez moi, la vue est magnifique depuis le château !

 

 

Histoire du château

* Au 10ème siècle, une fortification est citée dans un texte. Il appartiendrait au Vicomté (voir titres de noblesse) de Fonollède.
* Au 12ème siècle, un château en pierres existe.
* En 1430, Jean Abant vend château et terres à Guillaume de Vivier.
* Au 16ème siècle, certain archéologues pensent que les remparts sont  construits ou réaménagés.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

  Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 06:30

 

Département :  14 - CALVADOS

  Voyez vous le château fort ?

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Blangy le Château se situe à 11km au Nord-Nord-Est de Lizieux et à 9km au Sud-Est de Pont l'Evêque.

  Coordonnées du château :

49° 14′ 37.9″ N 0° 16′ 28.58″ E
 49.243863°  0.274605°

 

Le château 

     L'extérieur :

L'interrogation

    Un nom de ville comportant le mot "château" est déjà un présage de plaisir, mais :

Est il médiéval ou renaissance ?

 

La recherche

    Trouver une ruine n'est jamais facile, j'ai donc eu recours à un habitant de la région. Il m'a donné 2 informations :

* La ruine est proche du centre bourg et non loin de l'église.

* Un drapeau flotte au vent, survolant les arbres.

   Avec ces indications, il parait facile de trouver mon Graal.

 

Reconnaissez vous le château fort dans ce rocher ?

Mais où est il  ?

     En arrivant sur le lieu supposé, je ne vois aucune trace de château et point de fier drapeau dans le ciel.

Le château a t il été rasé pour faire un parking ?

 

Le vestige

    Avec un peu d'attention (et un oeil d'aigle de castellologue-amateur) je crois voir une solide construction envahie par la végétation. C'est en fouillant dans les feuilles vertes que mon regard est attiré par une haute ruine.

 

Le 2ème vestige

A quoi pouvait servir ce mur ?

  Je ne vois aucune trace de crénelage, mâchicoulis, archère (voir vocabulaire), ce n'est donc pas un rempart ni le vestige d'une tour.

   La pauvre qualité et la mauvaise taille des pierres me fait penser à un mur intérieur d'un commun. Mais un détail me surprend.

Est ce un rebouchage rapide d'une large porte ?

    Je contourne la ruine, mais elle ne me révèle aucun secret.

 

     L'intérieur :

         Difficile de vous dire si j'ai visité l'intérieur et/ou l'extérieur tant la ruine est peu identifiable. Alors, comme je le fais souvent, ne pouvant être transporter dans l'histoire, je me projette dans l'infini de l'horizon.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle (?), construction d'une fortification.
* Au 14ème siècle, durant la guerre de 100 ans, le château est détruit (à vérifier).
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe, soyez prudent. 

 

Quelle magnifique vue !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 14 Vers Menu châteaux du Calvados
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 06:30
 

 

Le château de Monségur, en Ariège, fut le témoin d'un épisode sanglant lors de la croisade des Albigeois (pour en savoir plus). Les flammes, les martyrs et le souffle de la guerre ont évidemment créé une légende nommée :

 


 

La  Dame Blanche  du  château  de  Montségur

 

  
 
" Lorsque les nuages arrivent, lorsque le ciel s'assombrit, lorsque le tonnerre gronde, les habitants de la vallée, les  bergers, et les montagnards savent qu'il faut quitter le pog de Montségur et vite rentrer. Une tempête en montagne, c'est terrible.
   Mais si vous faites partie des fous ou des témérraires, Il est possible que vous assistiez à un phénomène étrange !!!!
   Au dessus du village, près des murs du château en ruine, noircis par le carnage de 1244, apparaît une forme blanche qui marche lentement.
 
 
C'est Esclarmonde, la dame blanche du château.
  
 
   Esclarmonde est la fille du seigneur de Péreilhe, un des chefs de la résistance héroïque à Montségur. 
ECLAIR serait le synonyme d'Esclarmonde.
 
   De loin, curieusement, cette apparition semble danser sous la pluie, jouer avec le vent, tourner avec la foudre en levant ses longs bras vers le ciel. Il semble que tous les démons du ciel soient attirés par elle.
 
   Mais si vous vous approcher d'elle, vous entendrez au milieu du souffle du vent, des chants tristes, des mots de gémissements, et des pleurs à vous glacer le sang.
 
   Esclarmonde pleure les victimes de ce mois de mars encore dans nos mémoires, où ces 250 amis cathare périrent sous le joug des seigneurs du Nord.
 
   Lorsque la tempête s'éloigne, et que le soleil tente de se faire une place au milieu des denses nuages noires, la Dame blanche disparaît, non sans avoir jeter un dernier regard vers SA ruine.
 
   Certains habitants affirment qu'elle est là pour nous prévenir d'une catastrophe, et nous protéger des flammes du ciel ..... mais ils ne le disent qu'avec les yeux plissés et à voix basse. " 
 

  Depuis que j'ai pris connaissance de cette légende, j'avoue que ma vision du pog est différente. Même mon appareil photo ne peut plus immortaliser ce château normalement: La preuve.

  Ce n'est pas vos yeux qui vous troublent mais la dame blanche qui vous prévient !

 

 

 

 


 Voici d'autres légendes de "Dame Blanche" :

  * la dame blanche du Hohenbourg
  * la dame blanche de Puivert
  * la dame blanche du Reichenstein

 Vers menu
Contes
 et
Légendes

<---  clic
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Contes et Légendes
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 06:30

 

Département :   54 - MEURTHE et MOSELLE

 

Le bourg : 

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite commune de Prény est située à 20km au Sud-Est de Metz (voir sa porte fortifiée) et à 10km au Nord de Pont à Mousson.

     Coordonnées du château:

48° 58′ 44.04″ N 5° 59′ 52.08″ E
 48.9789°  5.9978°

 

Le château :

    L'extérieur :

Préambule

    Lorsque je prépare mes vacances, en m'aidant de l'atlas des châteaux forts, je coche sur la carte routière les emplacements des ruines et châteaux d'origine médiévale. Mais comme je réalise cette tache souvent plusieurs mois à l'avance, je ne me souviens pas toujours de l'importance de ce château. Et c'est ainsi que parfois j'ai la surprise de visiter une fortification incroyable, comme au château de Murat.

    La ruine de Prény a été une découverte magnifique que je vais tenter de vous faire vivre. Malgré le froid et l'humidité dus aux fortes pluies de la veille, la beauté des vieilles pierres suffit à m'enflammer !

      Si vous allez voir cette ruine, je vous conseille de laisser votre destrier en bas, sur le grand parking en bordure du village, puis de monter par le sentier aménagé. La masse vous écrasera de plaisirs.

 

La découverte

    Comme toujours, la découverte d'une ruine commence par l'extérieur. Bien qu'envahis par endroit par la végétation, les murs montrent leur puissance. Les courtines médiévales possèdent évidemment les habituelles archères. De plus cette fortification a reçu les derniers aménagements du 15ème siècle. Vous avez compris que je parle de bouches à feu.

 

Une curiosité

    Les courtines de Prény comportent une curieuse particularité. Les habitants la nomment :  Michotte.

   Ces pierres de dimensions différentes et inégalement réparties ont une forme carrée à l'intérieur et sphérique à l'extérieur.

   L'origine est inconnue. Est ce :

  • * Une décoration ?
  • * Une marque des artisans Lorrains ?
  • * Une forme plus efficace de la pierre à bossage (voir vocabulaire) ?
  • * Une manière de rappeler que les tailleurs de pierres étaient parfois payés en miches de pain ?

  Toutes les suppositions ont été formulées mais aucune a été retenue avec certitude.

 

Quel château !

     Ce qui est impressionnant, c'est la superficie de cette fortification. Ce n'était évidemment pas le château d'un petit seigneur. Un panneau près de la porte d'entrée m''informe que la construction de Prény était la principale forteresse des Ducs (voir titre de noblesse) de Lorraine. Elle avait été construite pour faire face au puissant évêque de Metz et au Duc de Bar.

Vous ne me croyez pas ?

 

Je suis au paradis !

   Comme moi, vous ne connaissiez pas ce village et vous doutez. Voici la preuve de mes dires.

Magnifique n'est ce pas !

     Mais attention.... Je vous ai dit que c'était une ruine, alors.... Faites marcher votre imaginaire.

 

La visite commence

  Au bout du petit chemin, une ouverture imposante m'invite à découvrir cette merveille. Evidemment, il n'y a plus de pont levis, ni de vantaux, ni de herse. Et pourtant, les traces de leur existence passée sont encore visibles.

Avez vous remarqué, près du rail de la herse, une belle archère ?

 Je suppose que le corps de garde était derrière ce mur.

 

    L'intérieur :

Une cour

    Dans la première cour, le mur comporte des archères (je vous en avais montrée une depuis l'extérieur). Bien que refaite récemment, il est possible de constater l'importante embrasure (voir vocabulaire). Le mur extérieur est épais et puissamment fortifié.

     En me retournant, l'atmosphère semble plus paisible. Pourtant en regardant attentivement, il y a des tours, des remparts, puis un peu plus loin, des courtines précédées par un fossé.

Je vous sens un peu perdus.

 

Le plan

   Il est important que je vous fasse mieux ressentir l'incroyable architecture du château de Prény.

   Voici le plan du site (réalisé par l'association du château) permettant de comprendre cet aménagement :

En bleu : La citerne,
En orange : Le véritable château dont je viens de vous montrer les tours Ouest,
En marron : Le fossé isolant le château de la cour.
En vert foncé : La cour comportant aujourd'hui des habitations et un petit jardin odorant.
En vert clair : L'entrée médiévale que l'on pourrait assimiler à "un sas".


Résumons

* Les tours 1, 2, 3, 4 ont disparu,
* Le petit sentier d'arrivée du 21ème siècle est proche de l'ancienne tour 4 (il n'existait pas au moyen âge),
* La bouche à feu montrée au commencement de la visite est sur la tour 14,
* L'entrée que j'ai empruntée est au Sud-Ouest de l'ancienne tour 4 (proche du corps de garde),
* La fortification était protégée au Nord et à l'Est par un à-pic.
* Un fossé avait été creusé à l'extérieur des remparts au Sud et à l'Ouest isolant le site.
* La tour 15 est à gauche et la 16 est au centre sur cette photo (celle de droite est le donjon),

   Evidemment tout château comporte un donjon.

Le donjon :

     Depuis la cour, le donjon se remarque par sa puissance, ses 23m de haut et ses 15m de coté. Évidemment, à cause des années et surtout de Richelieu, il n'a plus sa gigantesque hauteur d'antan.
  Ce puissant donjon à éperon est souvent nommé  "Tour Maudeguerre" parce que le cloche de son beffroi sonnait le tocsin en cas de danger. je vais tenter de voir l'intérieur du donjon.
   La surface de l'ancien château est privée et interdite à la visite. Mais il y a un petit sentier le long de la courtine pour découvrir l'intérieur de cette puissante tour maîtresse. Ne soyez pas trop déçus par l'image que je vais vous montrer. Ce n'est pas Versailles, c'est un donjon médiéval de défense que les années et les hommes n'ont pas épargné. Pourtant il est très intéressant.
  Je vous laisse admirer l'épaisseur des murs, la pointe de son éperon, les trous de boulins ou des poutres, les.....
 
C'est déjà fini
   Le vents souffle, la pluie arrive..... Vite, je repars m'abriter. Mais avant, je vous fais un cadeau : Une gravure du château avant 1636.
  

 
Histoire du château :

* Vers 960, le lieu est cité dans un texte sans allusion à une fortification. "Othon, roi de Germanie, concède à l'abbaye de Saint Pierre aux Nonnains de Metz, le privilège d'une chapelle (castrale ?) à Prény".
* Au 11ème siècle, une puissance tour (le donjon) est construite au centre de la fortification.
* Au 12ème siècle, le château de Prény est inféodé à une famille noble qui en prend le nom.
* Vers 1124, les troupes de Etienne de Bar, évêque de Metz, attaquent le château sans succès.
* Vers 1286, l'évêque de Metz lance ses troupes à l'assaut du château. Encore un échec des assiégeants.
* En 1437, le Duc de Lorraine est fait prisonnier par Antoine de Bulgnéville. Pour payer la rançon le Duc met en gage le château de Prény (en faveur du Duc de Bourgogne - voir titre de noblesse).
* Au 15ème siècle, certaines tours sont aménagées pour recevoir des canons. Il semble que la grosse tour ronde d'artillerie au Sud-Est soit construite à cette époque.
* En 1636, Richelieu ordonne le démantèlement de la fortification.
* En 1862, certains bâtiments sont classés aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, des habitations sont construites dans l'enceinte.
* En 2001, quelques détails architecturaux sont inscrits aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Les vestiges étant habités, veuillez ne pas les découvrir trop tôt ou trop tard et respecter les plantations.

 

--> Pour parfaire votre découverte, voici un blog complémentaire.

 

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 54 Vers Menu châteaux de Meurthe et Moselle
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 06:30


Département :   01  - Ain

Le château :
    Situation   (--> le voir sur une carte)
       Le petit bourg de Ambérieux en Dombes est situé à 14km à l'Est de Villefranche sur Saône et à 15km au Sud de Châtillon sur Chalaronne (voir son château).

   Coordonnées du bourg :

45° 59′ 57″ N 4° 54′ 12″ E
 45.999167°  4.903333°


Le château :
    L'extérieur :
La surprise
    Après avoir visité quelques châteaux du Jura, je fais une halte pour quérir des victuailles avant mon retour dans le Dauphiné, quand soudain une pancarte attire mon attention.

Ce bourg dans la plaine comporterait une tour fortifiée ?

     Je me mets en chasse.  (hihi, ceux qui me connaissent, savent que je prépare longuement et minutieusement mes week-ends médiévaux. Mais j'aime vous faire croire que surprise je peux avoir ).
  
La recherche
    Bien que le bourg ne soit pas très grand, j'ai mis quelques minutes avant de trouver le beauté médiévale car elle se cache au milieu des habitations. A t elle honte d'avoir 800 ans et quelques rides ?

Le donjon
                Avez vous la même sensation que moi ?
    Impressionné par ce rouge je suis (moi , le chevalier des ruines en pierres blanches) et admiratif sont mes yeux en découvrant la fraîcheur de ce donjon carré (donc du 12ème siècle ?).
   Au sommet, il manque les créneaux et surtout je suis surpris de l'absence de mâchicoulis (voir vocabulaire). Des vestiges de trous de boulin me laissent à penser que des hourds servaient à la défense (mais supposition cela est).

    Point de hourd, de mâchicoulis, de créneau donc.... point d'archère. Quelle curieuse méthode de défense !
 Mais que vois je ?.... Une sorte de bretêche. Je suis dubitatif car elle n'a rien à défendre en dessous. Sont ce les latrines ?
        Je prends un peu de recul pour mieux détailler cette primitive tour quand......

La fortification
   ..... je découvre que ce donjon est entouré de remparts.
  Ils sont toujours aussi rouge et font parti des murs de soutient des habitations du 20ème siècle. Mais 3 surprises m'attendent :
  1 - Ils sont très épais,
  2 - Ils comportent des ouvertures me faisant penser à des canonnières (pourtant leur orientation m'étonne),
  3 - Des salles d'habitation devaient s'appuyer sur ces murs car je distingue une cheminée.

Bigre !... Ce vestige médiéval est plein de surprises et de questionnements.

Aurais je mes réponses en visitant le donjon ?


       L'intérieur :
  Hélas, un panneau m'informe que je ne peux pas ce jour découvrir cette rouge merveille.

 "Une de perdue, 10 de retrouvées"

  Je vais vérifier si cet adage est vrai. .


Histoire du château :

* A la fin du 5ème siècle, il semble que le roi Burgonde aime à se rendre en ce lieu.
* Vers le 12ème siècle, une fortification semble construite dans l'ancienne cité d' Ambaricum.
* Au 14ème siècle, modernisation des défenses du château.
* Au  16ème siècle, Maréchal Biron démantèle le château (?).
* Au 20ème siècle, le château appartient à la commune.
* En 1905, les vestiges sont classés aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Le donjon est visitable certains jours, veuillez vous renseigner avant.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 01 Vers Menu châteaux de l'Ain
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 06:30

 

Département :  38 - ISERE

 

Le bourgEst ce la chapelle de la maison de retraite ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Saint Martin d'Hères se situe à  90km au Sud-Est de Lyon, à 60km au Sud-Sud-Ouest de Chambéry et à 3km au Sud-Est de Grenoble.

     Coordonnée du château :

45° 10′ 44 N 5° 45′ 14″ E
 45.179026  5.754128

 

Le château :  

     Préambule :

Les Journées du Patrimoine

     Tous les ans, j'attends avec impatience les journées du Patrimoine (2ème week-end de septembre) pour visiter des sites habituellement non ouverts au public. C'est ainsi que qu'en 2012, j'ai décidé de voir la maison de retraite médicalisée "du Bon Pasteur". 

 

Je vous sens surpris !

     "Mais il est devenu fou ce Chevalier Dauphinois" murmurent mes visiteuses et visiteurs "Pense-t-il déjà prendre sa retraite alors qu'il n'a que 800 ans ?  C'est très jeune pour un médiéviste, même amateur".

   Ne vous alarmez pas, je ne vais point en maison de retraite et n'ai point changé le thème de mon blog. Bien que ce bâtiment semble moderne, je vais vous montrer un site fortifié incroyable qui a été la résidence d'été des évêques de Grenoble.

 

Petite précision

   Durant plusieurs années, je vous ai montré beaucoup de ruines, parfois des sites "virtuels" tant les pierres manquaient et quelques fois, des châteaux entiers. Par cet exemple, je souhaite attirer votre attention sur une autre forme de sauvegarde du patrimoine. Elle consiste en l'intégration de pans de mur de 8 siècles dans une construction moderne.

Entrez avec moi  par cette porte du temps !

 

     L'extérieur :Que de changement entre ses 800 ans de reconstruction

Le plan

   Avant de vous montrer cette curieuse beauté médiévale, il est important de prendre un peu de temps pour assimiler le plan.

   La partie construite au Moyen Âge (encore existante) est représentée à gauche. Elle est aujourd'hui intégrée dans les maçonneries modernes du bâtiment en forme de U (inversé) situé à droite.

 

La découverte

     En regardant la face coté Sud (en bas sur le plan), j'ai beaucoup de difficultés à appréhender un château fort.

  Je me déplace vers la tour Sud-Est (en bas à droite) pour regarder ce qui fut le donjon d'angle.

 

Le donjon et une surprise

  Le crépi et les larges fenêtres ne facilitent pas la compréhension de cette tour maîtresse et pourraient même me faire douter de son origine médiévale. Mais si comme moi vous aviez vu l'épaisseur des murs (plus d'un mètre), vous n'auriez aucun doute.

   En avant du mur, je vois un trou entouré d'une protection. Cela n'est pas la conséquence de travaux d'entretien mais une surprise spécialement réalisée pour les Journées du Patrimoines. La plaque a été enlevée et une lampe a été indroduite pour montrer l'emplacement du puits médiéval dont la profondeur est surprenante.

 

Une autre tour

    A l'angle Sud-Ouest, je vois une rouge construction accolée à un mur crépi. Mon oeil d'aigle remarque de suite 2 détails :

1 - Sur la hauteur, les classiques mais nécessaires trous de boulin (voir vocabulaire).

2 - Proche du toit, une fente verticale que j'assimilerai à une archère primitive.

    Sur une autre façade, 3 détails apparaissent :

1 - A mi-hauteur sur la gauche, une archère droite.

2 - Sous le toit au centre, une autre archère droite (elle semble plus petite car la tour a été arasée).

3 - Sous l'archère centrale une ancienne ouverture de guet (Je vous la montrerai de l'intérieur).

 

Question que je pressens

"Explique nous Chevalier Dauphinois, pourquoi dans ta région de montagne il y a un château fort en brique ?"

  Schématiquement, il existe 3 matériaux pour construire un château fort au Moyen Âge :

1 - La pierre : Mais les carrières sont loin et l'évêque voulait rapidement sa résidence d'été. De plus, dans une terre marécageuse ou une construction protégée par des douves, la pierre nécessite un entretien constant (voir exemple) donc,cette solution n'a pas été retenue.

2 - Le galet roulé : Même si la rivière Isère n'est pas très loin, ce matériaux ne crée pas des murs très solides car le galet doit être assimilé avec du mortier.

3 - La brique : Elle est présente dans la plaine Grenobloise et surtout, elle résiste bien à l'eau, sans entretien important.

 

     L'intérieur :

         Pour découvrir les entrailles de cette curieuse construction, veuillez cliquer sur ce lien.

 

Deux archères sur une même façade

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article