Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :Je pressens que cette église est unique !

   Situation :   (--> le voir sur une carte 

      Le bourg de Sarbazan est situé à 22km au Nord-Est de Mont de Marsan et à 3km au Sud de Roquefort.

   Coordonnées du bourg :

44° 1′ 10.92″ N 0° 18′ 37″ W
 44.0197°  -0.310278°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    Après avoir fait une belle promenade sur les chemins balisés autour de Sarbazan, j'ai la surprise de voir une construction qui titille mon instinct de castellologue -amateur.

   En cette belle journée, je vais déguster une magnifique église fortifiée.

 

La découverte

    Je suis si empressé que je fonce vers les contreforts encadrant une fenêtre Gothique à colonnette centrale avec remplage. Je sens que la construction se "renferme", je sais qu'il ne faut pas être pressé (voir l'explication), je reprends donc un peu de recul pour admirer cette merveille de rusticité et d'élégance.

  Je suis surpris par la petitesse de la nef en comparaison des tours de défense.

 

Cette église ressemble beaucoup à un château fortL'enquête commence

    En pénétrant dans le cimetière pour observer l'église de loin, je suis en arrêt devant tant de systèmes défensifs.

Nota : Si je vous avais montré cette façade, je suis certains que nombreux d'entre vous auraient plutôt vu un château fort qu'une église..

 

La puissance

   Avec ses 24 mètres de hauteur la puissante tour parallélépipédique a dû impressionner plus d'un assaillant. Les pierres sont jointives et correctement taillées. L'ensemble est homogène. Cette simplicité de construction est magnifique.

   Sur le coté de la tour, une plus petite construction haute et carrée, aujourd'hui servant d'horloge, contient un escalier éclairé par les nombreuses petites fentes verticales.

 

Analyse de la tour

    A la base de la tour, coté sud, il y a un enfeu. Mais je ne le décrirai pas car ce sont évidemment les défenses qui m'intéressent.

   Au sommet, le crénelage est simple, bien construit mais sans artifice (pas de fente dans les merlons ni corbeau pour mantelet (voir exemple) etc... ).

   En dessous, une curieuse ouverture qui semble avoir été partiellement obstruer. J'opte pour une porte.

Mais comment y accédait on ?

    Sous cette porte, il y a enfin un signe de défense médiévale : Deux archères cruciformes.

 

La tour sur l'autre face

Sur cette face, j'ai toutes les réponses à mes questions.

Et vous ?

  Le bâtiment à droite, plus petit que la tour, semble être la salle de repli au dessus de la nef de l'église. Bien que le chaînage d'angle soit bien appareillé, les pierres du mur sont petites et pauvrement taillées.

Ce bâtiment est il antérieur à la haute tour ?

Les réponses :

 1 - Sous les créneaux parfois obstrués, les pierres saillantes devaient supporter des hourds (voir vocabulaire).

 2 - Les trous de boulin devaient certainement porter une passerelle pour entrer dans la tour.

 3 - La salle en dessous servait à la défense grâce aux archère cruciformes.

 4 - Et.... la tour a été rehaussée lorsque les armes de jet sont devenues plus puissantes. Ceci est visible par la différence de matériaux laissant apparaître l'ancien crénelage.

Nota : Le fait de rehausser une tour est assez classique. Sur beaucoup de bâtiments, le revêtement et l'usure du temps ont effacé les traces, mais d'autres constructions portent encore les marques (voir l'exemple au château de Bressieux)

 

    L'intérieur  :

      Je vais tenter d'entrer par ce porche néo-classique avec fronton triangulaire et colonnades doriques.

  Hélas, comme trop souvent au 21ème siècle, les portes de l'église sont fermées. Je me console en admirant les sarcophages Mérovingiens et Carolingiens.



Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction d'une église.
* Au 12ème siècle, ajout d' une travée et d'une absidiole au Sud de la nef.
* Au 14ème siècle, modification du choeur et fortification de l'église.
* Au 16ème siècle, les protestants ravagent l'église.
* Au 18ème siècle, création d'un portail néo-classique.
* Au 19ème siècle, l'église subit quelques modifications.
* En 1997, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite depuis la place du village et le cimetière. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Des sarcophages médiévaux accompagnent les visiteurs

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 00:00

Veuillez attendre le chargement de l'image

 

Note de l'Auteur :   Charles-Laurent Salch

 
    « Cet inventaire a été commencé il y a près de 20 ans. Au moyen d'une bourse du Conseil Général du Haut Rhin, j'ai entrepris alors un voyage de découverte de la France Féodale. Après une seconde bourse et d'autres explorations sur le terrain et en bibliothèque, la documentation s'est étoffée. Mais depuis 10 ans surtout, elle est devenue l'oeuvre d'une équipe, Celle du Centre Archéologique de Strasbourg. »    
   
 
Mon avis : 
La bible des "cailloux" oubliés !
   
   Je n'en croyais pas mes yeux !   Ce livre que je cherchais depuis 15 ans était là, devant moi. Pas vraiment devant, car c'est en faisant tomber une pile de livres chez un bouquiniste dans la ville de (censure) que la tranche de cette merveille m'est apparue :
  • ATLAS : Cela signifie que le classement n'est pas alphabétique mais par département,
  • CHATEAUX : Mon sujet de passion depuis .... heu.... 800 ans,
  • FORTS : Associé à châteaux ce mot signifie le Moyen Age,
  • FRANCE : C'est mon Royaume.
    Fébrile, je le pris et je savourais cet instant rare de toucher le rêve de 15 ans de recherche dans les nids à poussières les plus infâmes de France  (hihihi, j'exagère un peu, il y a de nombreuses librairies anciennes très belles).
 
Allais je le reposer lorsque la page montrant les milliers de piastres à débourser allait se montrer ?
  Je retardais ce moment ...... Puis j'eus le courage !
 
   Comment ?..... Que vois je ?....  Le prix est il en Francs ?   Ou bien l'Euro est il déjà applicable ? (cela se passait il y a quelques années).
   Vous avez compris que le libraire se débarrassait de ce joyau pour cause de départ en retraite.

 
Si vous êtes un fou comme moi de ruines médiévales, ce livre vous est indispensable.

   Pour chaque département, il y a la carte avec les bâtiments, puis la liste de tous les châteaux, ruines, ponts fortifiés, mottes, villages avec remparts, etc...... En réalité, tous ne sont pas listés dans les 833 pages de cet Atlas car certains sites ont été répertoriés dans une autre édition puis dans le "Dictionnaire des châteaux et fortifications du Moyen Age en France". Mais déjà, si vous avez vu et photographié tous les lieus présentés dans cet ouvrage, votre collection castrale est unique au monde !
 

Venez visiter maintenant les châteaux et ruines de france.
 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Quel beau sujet de tableau ferait cette église   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Taller est situé à 50km à l'Ouest de Mont de Marsan, à 6km à l'Est de Castets et à 16km au Nord de Dax.

   Coordonnées du bourg :

43° 52′ 24.96″ N 1° 4′ 18″ W
 43.8736°   -1.071667°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

     Si l'église de Taller avait été construite à coté de l'eau, j'aurais pu photographier ceci. Mais comme la rivière est loin, j'ai devant moi ce puissant bâtiment au milieu d'arbres et de fleurs.

  Je pressens que sa découverte va me mettre en joie tant les signes défensifs sont nombreux.

 

Le clocher

   C'est d'abord le clocher qui attire le regard. Haut, massif, renforcé par 4 contreforts aux angles. Tant il est imposant, ce clocher pourrait être le donjon de nombreux châteaux forts.

    Au sommet, sous le toit, 2 imposantes archères sur 3 façades servaient à la défense active de l'église. 

      Tout en surveillant les archère, j'avance vers la porte

La nef

     En prenant un peu de recul, je peux admirer la qualité et l'intelligence des défenses de cette église. En plus du clocher-donjon, les habitants pouvaient se protéger et se défendre depuis un chemin de ronde avec salle de repli au dessus de la nef. Les archères sont plus petites que celles du clocher mais je crois voir un grand ébrasement (voir vocabulaire). 

 

Porte médiévale 

    Au dessus du toit de la nef, une curieuse ouverture m'intrigue. La forme intérieur de cette baie ressemble à une ouverture (porte) médiévale. C'était certainement l'accès entre la salle de repli et le clocher-donjon. La nef a donc été arasée.

Mais qui et quand a été réalisé cet abaissement ? 

 

    L'intérieur  :

        Je me présente sans arme devant la porte de l'église espérant le droit d'asile. Hélas, comme trop souvent durant ce 21ème siècle, l'église est fermée.

 


Histoire de l'église :

Je n'ai aucune information sur l'histoire de cette incroyable église.
* Au 20ème siècle, un crépi de consolidation masque les pierres taillées.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Eglise massive et pourtant élégante

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 31 - HAUTE GARONNE

  La maison forte se mire dans l'eau

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Calmont est situé à 40km au Sud-Sud-Est de Toulouse, à 26km à l'Ouest de Castelnaudary et à 20km au Nord de Pamiers.

     Coordonnées du bourg :

43° 17′ 16″ N 1° 38′ 6″ E
 43.287778°  1.635°

 

La maison forte : 
        L'extérieur :
La découverte

   Dans ce bourg, il existait au Moyen Âge un château fort. Les batailles, les rivalités, l'abandon ont transformé cette construction en souvenir et en fantôme.

Alors, pourquoi suis je venu s'il n'y a rien ?

    Calmont possède une autre beauté médiévale, peut être moins imposante mais tout aussi fascinante. Sur la rive droite de l'Hers vif apparaît un bâtiment en briques dont la forme m'interpelle.

  Je vous emmène déguster une maison forte.

La 1ère tour semble banale

La 1ère tour

    La surprise passée, je regarde attentivement la rouge construction. Coté rivière, elle possède 2 tours partiellement arasées reliées par une courtine.

   Celle de droite semble avoir été reconstruite récemment". A la base, je vois un du pan de mur légèrement incliné.

Est ce un effet d'optique du au mur supportant la ruelle ?

   Cette tour me semble circulaire en partie basse mais devient hexagonale au sommet.

Surprenant n'est il pas !

  Je traverse le pont pour entrer dans la rue des tours (Les plaques de rue sont pour moi une source de renseignement très intéressante. Je vous en ai déjà parlées ici).

 

La courtine

   Avec les aménagements et les modifications, il n'est point aisé d'imaginer cette courtine à sa construction. Les nombreux trous de boulin (voir vocabulaire) prouvent son ancienneté, les ouvertures sous le toit ressemblent à des créneaux.

Était ce le chemin de ronde ?

   L'utilisation de galets roulés au premier plan n'est pas surprenante proche du lit d'une rivière, mais elle contraste avec le rouge brique de la maison forte. Avec un peu d'attention, je remarque que la partie supérieure de la courtine est composé de lits de galets en alternance avec de la brique. Je pressens des réparations "hâtives" ou un manque d'argent lors de la reconstruction partielle.

Les 2 tours rappellent la fonction défensive de cette construction

La 2ème tour

  Sur la gauche, la deuxième tour est beaucoup plus intéressante. Par sa construction, je pressens qu'elle était beaucoup plus haute que la courtine. Sa forme ronde permet une meilleure défense en évitant les angles morts.

   Le système défensif est composé de petites bouches à feu ou arquebusières. En voyant cette pierre ajoutée en dessous d'une fente, je me demande si la tour n'aurait pas été construite au début avec des archères droites.

  Je suis surpris de ne point voir de système défensif sur le coté extérieur à la rivière.

La maison forte n'avait elle comme seule fonction la surveillance de l'Hers vif ?

 

Je contourne la maison forte
    Lentement, je contourne ce magnifique bâtiment espérant trouver de l'autre coté des indices médiévaux. Hélas, la façade Ouest a été détruite.

Était ce pour construire une rue ?

  Plutôt que de vous montrer des portes et fenêtres du 21ème siècle, je vous laisse imaginer son architecture il y a 600 ans.

 

        L'intérieur :
   Hélas, cette construction n'est pas ouverte à la visite. Je ne pourrais pas confirmer mes constatations. Je retourne de l'autre coté du pont en direction de mon destrier en empruntant la rue du vieux château.

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 14ème siècle, construction d'une maison forte pour contrôler le passage du gué.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

  Les passionnés d'histoire peuvent se référer à ce site web.

 

Il y a eu de l'eau sous le pont depuis la constructon de la maison forte

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 31 Vers Menu châteaux de Haute Garonne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

Mon Graal est au bout de l'allée !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Morgny en Thiérache est situé à 50km au Nord de Reims, à 15km au Sud-Est de Vervins  et à 10km au Nord-Est de Montcornet (voir son église).

   Coordonnées du bourg :

49° 45′ 37″ N 4° 4′ 43″ E
 49.760278°  4.078611°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     Je laisse mon destrier dans  l'herbeux parc du centre bourg et j'admire au loin ce qui est le but de ma croisade "Marsienne" (heu, je voulais dire en ce mois de mars).

Pensez vous que cette église soit fortifiée ?

 UNe ronde tour protégeant une nef de repli

L'enquête commence

   Le chevet semi-circulaire ne me livre pas d'indice de fortification. Mais ses contreforts à larmiers et sa fenêtre de style Roman m'informe que je suis devant une église en pierre du Moyen Âge.

 

Sont ce les défenses ?

    Ne voyant pas de système défensif, je prends un peu de recul pour comprendre l'architecture globale et là, je suis dans une transe de castellologue.

   De chaque coté d'un contrefort, des ouvertures de tir (pour fusil) prouvent qu'une salle de repli existait au dessus du chevet. Les contreforts étant en briques, il semble logique qu'ils aient été posées bien après la construction de l'église (en pierres).

 

La tour flanque

   Le plus surprenant est la tour ronde accolée à la limite nef-chevet. J'ai cru à une tour escalier mais la présence d'une redoutable bouche à feu à la base et à mi-hauteur des fentes de tir avec un large ébrasement (voir vocabulaire) à l'extérieur. 

  De l'autre coté de l'église, une autre tour en pierre assure la même fonction. Et c'est un peu par hasard que je découvre une ouverture de tir en bas du chevet. Cette partie de l'église avec sa salle de repli sous toit est bien protégée.

Une échauguette qui ne sert pas qu'à guetter ! 

Les échauguettes

  Pensant avoir vu le plus beau système défensif de cette église, je retourne vers mon destrier en sifflotant quand soudain une ronde construction posée sur 2 piliers droits me regarde.

L'aviez vous remarqué dès le début de cette découverte ?

  J'étais si absorbé par la nef que je n'avais pas remarqué le système défensif de l'entrée. Ces échauguettes rouges tranchent par rapport aux tours blanches en pierres.

  Voila un style d'architecture que je ne vois pas sur "mes" ruines de châteaux forts. L'une des raisons est la date récente de cet encorbellement.

Comment le sais tu chevalier ?

  Simplement en regardant les ouvertures pour fusil, système peu médiéval. Après mes lentes réflexion, il me se faut tenter de découvrir le portail d'entrée.

 

    L'intérieur :

  Durant notre siècle, les églises sont fermées, je suis donc timide en avançant vers le portail de style Gothique.

La porte va-t-elle s'ouvrir et me laisser voir les entrailles ?

    La porte s'ouvre et je vois une nef très aseptisée. La blancheur des murs amplifie la sobriété de cet intérieur. Ne pouvant pas visiter la salle de repli ni des tours de défense, je repars vers la lumière printanière de cette belle région du Thiérache.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle (?), construction de l'église.
* Au 15ème siècle, modification de l'église et aménagement du portail en style Gothique.
* Au 16ème siècle, aménagement des fortifications en pierres.
* Au 17ème siècle (?), construction de 2 échauguettes coté portail.
* En 1989, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite des fortifications est interdite. 

 

Les défenses sont simples mais efficaces

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 08 - ARDENNES

 Voyez vous un système défensif sur cette église ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de Fraillicourt est situé à 70km au Nord-Est de Soissons, à 50km au Nord de Reims, à 40km à l'Ouest-Sud-Ouest de Charleville-Mézières et à 10km à l'Est de Montcornet (voir son église).

   Coordonnées du bourg :

49° 40′ 1.92″ N 4° 9′ 48.96″ E
 49.6672°  4.1636°

 

L'église :

     L'extérieur :

C'est la fin de ma semaine de vacances

   Après avoir visité de nombreuses églises fortifiées en Thiérache (ancienne province très souvent assimilée au département de l'Aisne, ce qui est un peu réducteur, voir cet article), je retourne vers mon Dauphiné en entrant dans le département limitrophe nommé : Ardennes.

  Dans le 1er bourg Ardennais que je rencontre, je découvre une massive construction religieuse un peu en périphérie à l'Est.

L'opposition brique et pierre est fascinante 

La découverte

   De loin cette beauté m'impressionne :

* D'abord par sa longueur,

* Puis par sa largeur,

* Puis par sa rudesse de construction,

* Ensuite, par le nombre important de contreforts,

* Enfin, par la faible hauteur de son clocher qui la rend encore plus râblée.

  Mais, pour un castellologue amateur comme moi, la question la plus importante est :

Est elle fortifiée ?

 

L'enquête commenceLes angles comportent le système défensif

    En regardant l'église je constate :

* 2 styles architecturaux,

* 2 époques de construction,

* 2 types de matériaux (brique et pierre). 

  Rapidement, je délaisse la partie gauche (nef et clocher) et je m'intéresse à ce qui semble être le transept.

 

Un transept fortifié

   La première construction que je remarque est évidemment la fine tour circulaire accrochée à l'angle coté choeur. Plusieurs constatations :

* Son faible diamètre ne me fait pas penser à une tour escalier,

* En partie basse, les ajouts en briques signifient que des réparations hâtives ou économiques ont été réalisées après le 15ème siècle,

* Sous le toit, il reste quelques vestiges d'archères (voir vocabulaire) avec trou rond pour tir au fusil.

  Avez vous remarqué une "curiosité sur la gauche ?

 

Un transept très fortifié !Un magnifique vestige d'échauguette

   A l'angle opposé (coté nef) je suis attiré par 2 contreforts posés à 90° supportant une petite toiture.

    Avec un peu d'attention, je distingue un vestige d'architecture en encorbellement ayant du soutenir une échauguette.

   Il est amusant de constater que ce système défensif n'est point dépourvu d'une fine sculpture.

 

Est ce la fin ?

    Après ces magnifiques découvertes, je suis heureux. Je présuppose que j'ai vu tous les systèmes défensifs de cette église Ardennaise.

   Je longe le long mur de la nef en brique soutenu par de nombreux et épais contreforts à larmier et je me dirige coté Ouest vers la sortie du cimetière.

  Avant de quitter le bourg de Fraillicourt, je jette un dernier regard vers le bâtiment religieux.

Voyez vous ce qui m'interpelle ?

Est ce un clocher ou une tour défensive ?  

Un portail fortifié

   Droit, fier, massif, composé de brique et de pierre, le clocher-donjon me regarde fixement. J'imagine qu'il n'a pas apprécié que je le "snobe".

  Sa rudesse tranche par rapport à l'élégant transept, mais son système défensif n'en est pas moins efficace et multiple.

Pouvez vous l'identifier ?

 

Une vraie tour défensive

* Les puissants contreforts solidifiant et sécurisant la tour,

* Les vestiges d'échauguette en brique posée sur des culots en pierre,

* Au dessus de la porte, le classique et efficace assommoir.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises des villages sont fermées. Celle-ci ne fait pas exception.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 13ème siècle, agrandissement de l'église (à vérifier).

* Au 14ème siècle, modification de l'église.

* Au 15ème siècle (?), avec les pillages et l'insécurité, l'église est fortifiée pour protéger les villageois.

* En 1928, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au milieu du 19ème siècle, sur la face Nord, des modifications/reconstructions sont réalisées. Des briques vitrifiées proche d'une fenêtre attestent de la date de 1858.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite des fortifications est interdite.

 

 

Massive et légère !

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Ardennes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Champagne : 08 10 51 52 77
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Voyez vous une maison forte ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg d'Ecoyeux est situé à 60km au Nord-Ouest d'Angoulème, à 40km au Sud-Est de Rochefort et à 15km au Nord-Est de Saintes.

     Coordonnées de la maison forte :

45° 49′ 23″ N 0° 30′ 21″ W
 45.823056°  -0.505833°

 

La maison forte : 
        L'extérieur :
Préambule

    Bien que certains textes et brochures prétendent qu'Ecoyeux possède un château du Moyen Âge nommé aussi "Château Vieux", j'ose affirmer que je viens dévorer des yeux une maison forte ("Appelons un chat, un chat" disait ma Grand-Mère qui les adorait).

 

La découverte

    Depuis le petit parking proche de l'église, au dessus d'un mur et des toilettes municipales, une haute tour attire mon regard. Sa forme polygonale me rappelle les constructions de la fin du 15ème siècle. Sa dimension (surface au sol) me pose problème. Elle est trop étroite pour en faire un "donjon" habitable, trop grande pour être une tour escalier.

Qu'est ce donc ?

      Sur le coté, je vois quelques fenêtres et surtout une tourelle posée sur culots. Elle doit contenir un escalier pour passer du 1er étage au dernier. La tour polygonale est donc habitable, surtout depuis l'ouverture de fenêtres.

 

Une survivante d'un siècle ancien

Que de surprises !

    Pour mieux comprendre la maison forte, je la contourne. Proche de bâtiments reconstruits et très consolidés apparaît une ronde tour.

   En ce 21ème siècle, cette ronde construction n'a aucune utilité (habitation, escalier etc...). Je pressens que cétait une des tours d'angle il y a 5 siècles.

  En la regardant minutieusement, je constate qu'elle possède :

  * Des fentes verticales. Je ne reconnais pas dans cette forme une archère. Je suppose que cela est une fente de tir pour fusil.

  * Des orifices petits et ronds. Le fusil est bien l'arme pour ce trou. Le plus surprenant est le "trident" au dessus.

Était ce pour faciliter la vision du tireur ?

 

        L'intérieur :
  Hélas, la maison forte est, dans notre 21ème siècle, une mairie (lieu qui n'est pas facilement visitable). En ce dimanche, elle n'est point ouverte au public. Mon questionnement n'aura pas ses réponses.

  Je délaisse ce bâtiment pour découvrir à quelques mètres, l'incroyable église fortifiée d'Ecoyeux.

 

 

Histoire de la maison forte :

* En 1189, Jeanne du Bourg apporte en dot à Seguin d'Authon, les terres d'Ecoyeux.

* En 1342, sur un acte d'achat d'une propriété proche de Matha, Hugues d'Autho porte le titre de Seigneur d'Ecoyeux.

* En 1417, Thiphaine Bariotelle et son mari Thibault Mousnier, suite à un héritage, sont nommés : Dame et Seigneur d'Ecoyeux.

* En 1450, les terres d'Ecoyeux appartiennent à Henri de Polignac.

* La famille de Polignac devient importante. Vers 1500, Pierre de Polignac est autorisé à établir 3 foires par an.

* Au 17ème siècle, Léon de Polignac fait établir, un peu à l'extérieur du bourg, un château plus grand et plus confortable (nommé Château Neuf). La vieille maison forte ne semble plus intéresser la noble famille.

* Vers 1620, le "château vieux" appartient au procureur du Roi : Pierre Roy.

* Vers 1622, il semble que la maison forte soit louée à Jacques Boutillon.

* Vers 1671, la maison forte est en ruine et son propriétaire, Mathieu Mauchen, la délaisse.

* Au 20ème siècle (1980 ?), la municipalité achète le site et le transforme en mairie.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Ces 2 tours représentent 2 époques de construction

      Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgComme il est beau, tout là haut, le château.... Hooo

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Montséret se situe à 20km au Nord-Ouest de Sigean,  à 20km au Sud-Ouest de Narbonne et  à 15km au Sud-Sud-Est de Lézignan Corbières.

   Coordonnées du château :

43° 6' 17.352" N 2° 48' 46.39" E
 43.10482°  2.812886°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Mon délire

    Au Nord-Est du village "pousse" une colline. Sur cette butte une belle fleur (pour Chevalier Dauphinois) se dore au soleil.

Diantre..... Elle est belle !

   Point fou je suis (quoique parfois) dans ma prose. Elle est certes un peu imagée, mais elle reflète le plaisir que j'ai à gravir lentement la pente pour retrouver une "belle" qui m'attend depuis plusieurs siècles.

 

La découverte

   En montant, je découvre çà et là des pierres  taillées formant de petits murets. Ces vestiges de mus deviennent de plus en plus nombreux et je crois discerner des fantôme d'habitations avec entrée.

Y avait il un village "primitif" accroché à la colline ?

 

Confirmation

     Bien que la pente soit importante, la découverte des nombreux murs arasés et parois en ruine  fait passer au second plan la difficulté. Et c'est presque sans une goutte de sueur que j'observe, depuis le premier replat, les vestiges de que que je suis certain d'être : L'ancien village de Montséret.

 

     L'intérieur :

Minimale mais magique est cette ruineJe suis dans la place

    Pour entrer, je traverse une porte qui ne devait pas avoir cette fonction à l'époque médiévale. Et là, je vois un amoncellement de pierres pauvrement taillées avec des angles aux parements peu esthétiques.

    La faible hauteur des murs ne me permet pas de savoir si bretèche ou mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient, mais l'épaisseur des murs me fait penser au logis ou bâtiments de commodités.

 

Il y en a partout

    Les pans de mur en ruine se succèdent sur cette longue plate-forme. Certains comportent une ouverture qui est un compromis entre archère droite primitive et puits de lumière.

  Dans cette ruine, ce ne sont pas les bâtiments qui représentent sa "richesse", c'est la longueur du site rocheux et surtout le magnifique panorama à 360°.

Cette vue vaut pour moi plus que tous les films en 3D.

 

 

Histoire du château :

* Au  10ème siècle, construction d'une première forteresse.
* Durant le 11ème siècle, un village se forme dans les pentes.
* En 1153, Raingarde de Montseret crée la 1ère Abbaye Cistercienne de femmes du Royaume de France.
* En 1209, début de la terrible croisade des Albigeois.  Il semble que Montséret soit épargné.
* En 1304, le Chevalier (voir titre de noblesse) Guillaume Raimon du Bourg, Seigneur de Montséret décède. Sa femme, prénommée Ricarde, élève seule sa fille Mabile et se bat pour conserver château et terres.
* Au début du 14ème siècle, Mabile tente de conserver ses droits familiaux. Mais une femme au moyen âge est une "cible" facile.
* En 1311, Mabile perd ses droits sur Monséret au profit de la puissante Abbaye de Fontfroide.
* En 1329, après un long combat, Mabile retrouve ses droits pour Montséret.
* En 1336, le dernier membre de la famille meurt sans héritier.
* Vers 1550, la peste décime de nombreux villages. Il semble que Montséret ne soit pas épargné. Village et château sont abandonnés.
* Au début du 20ème siècle, une ligne ferroviaire dans les Corbières est construite. De nombreuses pierres du château et du vieux village sont récupérées pour construire la voie.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre ou de rouler sur les vestiges est grand. Site à découvrir avec prudence. 

 

As tu vu la vue ?

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

Un chevet qui devrait être fortifié

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Berneuil est situé à 30km au Sud-Ouest d'Angoulême, à 25km de Jonzac et à 15km au Nord-Ouest de Chalet.

   Coordonnées du bourg :

45° 23′ 38.04″ N 0° 4′ 17.04″ W
 45.3939°  -0.0714°

 

L'église : 
        L'extérieur : 

Préambule

   Lorsque je me rends sur un site, c'est pour voir une fortification médiévale (ruinée ou entière). La plupart (pour ne pas dire 100%) de mes articles montrent et décrivent les systèmes défensifs.

   Mais parfois, le site est si beau, si unique que j'alterne entre mon heaume de castellologue-amateur et mon chapeau de paille de touriste.

  Voici un article comme je n'en crée que rarement.

 

La découverte

   En découvrant l'église par le chevet, mes yeux clignent de joie pour deux caractéristiques magnifiques :

1 - Le style Roman s'exprime par les arcatures plein cintre.

2 - Au dessus des modillons, la surélévation trahit une salle de repli. Même s'il manque des ouvertures de tir. Je pressens que cette église va me donner beaucoup de plaisir.

  Bien que les modillons soient très abîmés, il est possible de voir des têtes humaines et des têtes d'animaux.

Avez vous remarqué la finesse des colonnes entre chaque fenêtre ?

 Ces "longs spaghettis"   ne sont point que de la décoration, ils assument la fonction de contrefort.

 

Un chevet qui devrait être fortifié

Les chapelles latérales

    Lentement, je contourne l'église pour découvrir une construction avec de larges et hautes fenêtres. Ce doit être une chapelle latérale construite vers le 14ème siècle puis certainement aménagée quelques années après.

  Ce n'est évidemment pas les vitraux qui retiennent mon attention, mais  :

3 - La surélévation de la chapelle, avec son ouverture au dessus de la ligne de modillons,

4 - Puis à l'arrière, le puissant clocher carré avec sa salle de guet.

   De chaque coté de l'abside, s'appuyant sur les chapelles, deux petites absidioles ont été construitent. Ces 3 formes circulaires rappellent la trinité.

 

Le clocher

 Il est posé à la croisée du transept. Pour monter dans le clocher, il y a un escalier en colimaçon qui est situé dans cette tour extérieure.

 

Les systèmes défensifs

    En prenant un peu de recul, la salle de repli au dessus de l'église se révèle complètement. Je vois :

5 - Des fentes de tir sous le toit de la chapelle.

6 - D'autres fentes de visée au dessus de la nef permettant ainsi un tir croisé.

7 - De grandes fenêtres pour la salle de repli au dessus de la nef.

  L'ensemble est harmonieux et efficace défensivement.

 

Les contreforts

    Je suis impressionné par le nombre de contreforts, par leur variété, puis pour certains par leur puissance ou leur architecture. Il semble évident que plusieurs siècles séparent les premiers des derniers.

 

Est ce une imitation de tricératops ? Deux contreforts aux larmiers bien différents Des contreforts fins et peu épais

 

 

Le portail

    Pour découvrir le portail ainsi que l'intérieur de cette incroyable église, il faut.......cliquer ici.

 

 

Des contreforts aménagés après la construction de la nef

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de la Charente
Repost 0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Mon Graal est là bas !Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Villeneuve la Comtesse est situé à 50km à l'Est de La Rochelle, à 25km au Suds de Niort et à 20km au Nord de Saint Jean d'Angély.

     Coordonnées du château :

46° 5′ 23″ N 0° 30′ 9″ W
 46.089722°  -0.5025°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Préambule

    Pour un castellologue-amateur à la recherche d'un site fortifié médiéval, il y a un instant magique, un moment qui ne se retrouvera plus en ce lieu, un laps de temps que l'on souhaite long pour le humer mais court pour aller plus loin. Cet instant c'est  :

La recherche de la fortification.

 

Je frémis

* Sur ma liste des sites à visiter, il y a Villeneuve la Comtesse.

* Sur ma carte routière, j'ai coché le bourg.

* Sur mon carnet d'annotations, j'ai inscrit : Château fort.

* Mais, tant que je n'ai pas ouvert ma carte au 1/25.000, je ne peux pas situer la construction.

* Et parfois, je ne dispose que d'une carte au 1/100.000, donc moins précise.

  Par instinct, je sais que mes poils vont se dresser tel un pendule de radiesthésiste. Alors, fébrilement, je scrute l'horizon, je fouille à travers les arbres. Mes yeux se mettent à piquer.

ll est là !

Un donjon quadrangulaire entouré d'un rempart 

La découverte

    Un peu à l'écart du bourg, légèrement en retrait de la route principale, des remparts peu élevés tentent de protéger du regard des hommes modernes une ancienne construction.

  Pour mieux la voir et peut être trouver un sentier me rapprochant de cette beauté, j'avance encore. Hélas, le champs est immense, ma seule solution est l'observation de loin.

 

L'analyse de loin 

    Comme cela se faisait au Moyen Âge, ce site fortifié est décomposé en 2 parties :

1 - L'avant-cour (basse-cour). Elle n'est protégée aujourd'hui que par un mur peu haut ayant perdu ses systèmes défensifs.

2 - La haute-cour avec le château. Elle est encadrée par un rempart peu élevé, sans système de défense identifiable excepté une imposante tour (est ce un donjon ?) et deux tours rondes aux angles Sud. Cettte haute-cour mesure 54m par 44m.

    L'ensemble (haute et basse cours) était certainement entouré d'un fossé aujourd'hui comblé.

Est ce un donjon ou un châtelet ? 

Est ce un donjon ?
    Le bâtiment le plus fascinant est incontestablement la haute et massive construction "centrale". Elle a une forme parallélépipédique avec deux fines tours cylindiques aux angles extérieurs.

     Ma première réaction est d'imaginer que je suis en présence d'un donjon habitable. Mais 2 détails attirent mon attention.

Les voyez vous ?

 

Une construction unique

     L'énigmatique tour possède une fente haute et large (ce qui ne peut pas être une archère) ainsi qu'un arceau en fer.

Avez vous identifié la fonction de cette construction ?

 

Le châtelet d'entrée

    Les 3 fentes verticales correspondent à l'emplacement des flèches de 2 ponts levis. Sur la gauche, c'est un pont piéton et sur la droite, les deux systèmes de levage d'un large pont pour carrosse.

Vous souvez vous de cet exemple au château de Plessis-Bourré ?

    Cette construction est donc un châtelet d'entrée. Mais je suis surpris de ne voir aucun système défensif (archère, bretèche). 

 

        L'intérieur :
  Hélas, devant l'entrée, je constate que le site est une propriété privée non visitable le jour de ma venue. Il semble que durant l'été, des visites soient organisées. Je rebrousse chemin en admirant le plat pays et l'horizon laissant divaguer mon imaginaire.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, la seigneurie appartient à Guillaume, Comtes (voir titres de noblesse) du Poitou.

* Au 12ème siècle, un château est construit à la frontière de deux fiefs importants : la Guyenne et le Poitou.

* Au milieu du 12ème siècle, le château appartient à Aliénor d'Aquitaine.

* A la fin du 12ème siècle, Richard Ier Cœur de Lion, Roi d'Angleterre, est propriétaire du château.

* Au début du 13ème siècle, le château est possession de Jean-sans-Terre.

* En 1350, le château appartient à la couronne de France.

* Au 14ème et 15ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, la forteresse appartient alternativement aux Anglais et aux Français.

* En 1433, le Roi de France (voir liste) Charles VII donne château et terres à Christin de la Chambre.

* En 1524, par son mariage avec Marie de la Chambre, Christophe de La Laurencie est le nouveau propriétaire.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château fort résiste aux assauts des protestants.

* Vers 1792, les Révolutionnaires récupèrent le château à la famille La Laurencie et le vendent comme bien National à André Marchand (homme de paille de la famille La Laurencie).

* En 1834, Marie-Anne de La Laurencie donne le château à sa petite nièce Marie-Sophie Augier de Saint André.

* Vers 1840, le château est vendu aux ancêtres de l'actuel propriétaire de ce début du vingtième siècle.

* En 1949, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, le propriétaire restaure le château avec passion.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route et les sentiers est libre et gratuite. La visite de l'intérieur serait possible certains jours. Renseignez vous.

 

La beauté du paysage est à perte de vue

      Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0