Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 07:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Cette église est elle fortifiée ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Tarnos est situé à 5km au Nord de Bayonne, proche de l'océan Atlantique.

43° 32′ 28″ N 1° 27′ 36″ W
 43.541111°  -1.46°

 

L'église :

    L'extérieur  :

Présentation

    Mon petit fascicule affirme que le bourg possède une église fortifiée, mais sans description détaillée. La seule indication que j'obtiens par un ancien de tarnos c'est :

"Ben l'église, elle est au début aux Templiers

    En réalité, cette église, située sur la route de Compostelle, faisait parti de la commanderie des chevaliers de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem, nommé aussi : Les Hospitalers.

   Je me dois de découvrir cette beauté si peu décrite et pourtant "prestigieuse".

 

La découverte

  En arrivant devant l'église je comprends de suite que sa rénovation importante et son crépi peint ont défiguré cette construction Romane. Je passe rapidement devant le chevet qui ne comporte aucune trace de fortification et je regarde le clocher.

 

Le clocher

    Avec ses contreforts et sa base parallélépipédique, il ressemble à un donjon de château fort. Certes, il n'en possède pas la hauteur, mais ses solides murs épais peuvent repousser une charge ennemie. La tour ronde accolée doit contenir un escalier.

    Mon seul regret : L'absence visible d'archère, de bretèche ou de corbeau pour des hourds (voir vocabulaire).

 

    L'intérieur  :

  Hélas, comme pour beaucoup d'églises en ce 21ème siècle, la porte est close. 

  


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'une église.

* Au 13ème siècle, l'église appartient aux Hospitalers.

* Au 14ème siècle (?), le bourg ne possédant pas de château fort, et celui de Ondres étant trop éloigné de Tarnos, l'église est fortifiée.

* Au 15ème siècle, aménagement de l'intérieur de la nef.

* Au 19ème siècle, "modernisation" de la décoration intérieure de l'église.

* En 1971, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Vincent) est libre et gratuite. La visite du clocher et des fortification est interdite.

 

ESt ce le vestige d'un donjon ?

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgQuelle imposante tour !..Est ce mon Graal ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Cavanac se situe à 6km au Sud de Carcasonne et à 3km au Nord-Est de Coufoulens.

     Coordonnées du château :

43° 10′ 3.32″ N 2° 19′ 36.79″ E
 43.167588°  2.326886°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Préambule

   Bien que préparant toujours mes itinéraires de découverte, il m'est impossible de tout retenir dans le moindre détail ni de tout connaître du site médiéval avant de le visiter.

   La découverte est donc toujours une surprise plus ou moins grande. Voici un exemple curieux d'une trouvaille du Chevalier Dauphinois en terres Audoises.

 

L'arrivée

    D'après ma documentation, il y aurait un bâtiment fortifié d'origine médiévale dans le petit village de Cavanac. Au bout d'une allée d'un bâtiment "très jeune", une imposante tour parallélépipédique attire mon attention. 

 

La tour

   Il n'y a aucune archère, bretèche, mâchicoulis, hourd (voir vocabulaire). Excepté 4 importants trous de boulin, la tour ne me donne aucun indice de son âge ni de sa fonction. Pourtant je la sens médiévale.

Qu'en pensez vous ?

 

D'autres indices ?

    En contournant la construction, je perçois que le 17ème siècle est très présent. Pourtant derrière les grilles une tour ronde joue avec les arbres.

 

     L'intérieur :

         Je serais bien resté manger dans ce restaurant et j'aurais bien passé une nuit dans ce lieu plein de charme, mais hélas, il semble fermé en ce dimanche de janvier. De plus j'ai une autre mission à accomplir à 7 lieus de là.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'une fortification.
* Au 17ème siècle, la construction est réaménagée.
* En 1948, le portail et la grille d'entrée sont inscrits aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite depuis les rues annexes. La visite de l'intérieur est impossible. Mais peut être qu'en dormant une nuit l'aubergiste vous fera visiter ce vieux bâtiment rénové.

Est ce vraiment une bâtisse médiévale ?

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 07:30

 

Département 24 - DORDOGNE

 

Le bourg :

Massive est l'église de ce petit village    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Mauzens et Miremont est située dans le Périgord Noir à 60km au Sud-Ouest de Brive la Gaillarde, à 40km au Nord-Est de Bergerac et à 28km au Sud-Est de Périgueux.

   Coordonnées du bourg :

44° 59′ 38″ N 0° 55′ 10″ E
 44.993889°  0.919444°

 

     Toponymie : (--> petite initiation)

         L'origine du nom Miremont est presque évidente :

 * Mire : Regarder, voir.

 * Mont : Colline, point élevé.

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     Éclairé par les rayons matinaux de Rhâ, le village aux petites ruelles et aux maisons serrées contre son église est surprenant par la variété des couleurs. N'étant point un peintre, je me dois de retrouver mes esprits de castellologue-amateur pour décortiquer le Graal de cette matinée de mai.

Le but de ma visite est là.

    Il est si haut qu'il en est presque insolent de puissance face aux petites maisons. La construction ne ressemble pas à une église fortifiée, pourtant sa forme me laisse un peu d'espoir.

Avez vous remarqué quelques détails ?

Les indices de fortification sont bien cachés 

L'enquête commence

       Sans faire le tour de l'église, je tente de la comprendre en ne regardant que par l'angle :

1 - Les 2 croisillons qui pourraient faire penser à des archères sont en réalité des renforts en fer.

 2 - La forme du clocher qui aurait pu l'image d'un crénelage est en réalité la caractéristique classique du clocher-peigne.

 3 - Le bâtiment en avant  (coté chevet plat) est une sacristie construite après l'édification de l'église. Le contrefort caché en est une preuve.

Avez vous remarqué le choix architectural d'encastrement du contrefort de gauche ?

 4 - Le long de la nef, le bâtiment en avancé est un agrandissement postérieur à la construction initiale.

Y a t il un indice qui pourrait me réjouir ?

 

Les indices défensifs

    Évidemment, comme moi, vous avez remarqué une porte sous le toit faisant penser à une salle de repli.

  En avançant vers le portail, je découvre une façade avec des ouvertures en partie supérieure.

Y aurait il 2 niveaux de repli dans ce bâtiment primitif ?

Une salle fortifiée d'archères droites 

Que d'indices !

    Sur la face ensoleillée, de nombreux indices du système défensif me brûlent les yeux (Vous me connaissez un peu maintenant, je suis toujours aussi exubérant devant une fortification). Il semble évident que cette construction est comme une tour de refuge et de défense :

 1 - A mi-hauteur, entre les contreforts plats, une fente verticale ressemble à une archère du 13ème siècle.

 2 - Presque sous le toit, une archère identique trône fièrement. L'ébrasement (voir vocabulaire ) extérieur confirme mon approche de datation.

 3 -Je suis surpris par un vitrail implanté dans le contrefort. J'opte pour une modification après le... heu.... 17ème siècle ?

 4 -La différence de hauteur entre les contreforts extérieurs et centraux me font penser à un rehaussement du bâtiment. Les salles de repli sont certainement créées à cette époque (13ème siècle ?).

 

Le portail

     La façade d'entrée reflète l'architecture de l'église : Sobriété.

  Point de sculpture, point de gargouille, point de fleuron, point de pinacle, point de remplage dans la fenêtre. L'église a traversé les siècles en ne laissant au sommet que les ancres en fer des tirants et le souvenir d'une salle de repli sous le toit.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle de Mauzens ne fait pas exception.

 

 

Histoire de l'église :aaa

* A la fin du 12ème siècle (1180 ?), construction de l'église.
* Au 13ème siècle, l'église est peut être remaniée (à vérifier).
* Au 15ème siècle, l'église est peut être agrandie (à vérifier).
* Au 20ème siècle, l'église est "modernisée" et consolidée.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite du clocher et des salles de repli est interdite.

 

Une tour de guet servant de forteresse

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 07:30

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

    Situation  (--> le voir sur une carte)

         Ulldecona est situé à 90km au Sud-Ouest de Tarragone et à 20km au Nord de Peniscola et de son château des Templiers. 

    Coordonnées du château :

40° 35′ 55″ N 0° 26′ 51″ E
 40.598611°  0.4475°

 

Le château :  

    Je savais qu'il y avait une ruine proche du bourg. Sur ma carte de Catalunya j'avais coché ce lieu à visiter proche de l'embouchure de l'Ebre, mais surpris je suis en voyant cette masse.

    Une haute et ronde colline presque isolée portant un géant (vous l'avais je déjà dit que je suis un peu exubérant avec les ruines médiévales ?).

J'arrive "ma" beauté !

-chevalier-00.gif

    L'extérieur :

        Une petite route serpente vers le sommet porteur de ruines et de rêves. Après avoir déposé mon destrier à quelques dizaines de mètres de l'entrée du site, je tente d'en faire le tour.... Oups, pas facile, il y a une pente assez raide.

 

L'intérieur : 

     Doucement, je franchis la barrière moderne qui délimite le site. C'est à ce moment que je découvre une fine et haute tour.

 

La tour

   Ce ne peut pas être le donjon évidemment. C'est une tour de guet proche de la déclivité. Elle est certes refaite, mais possède une élégance qui me fascine.

    Avec un peu d'attention, je comprends que ce sont les créneaux de type Mauresque qui la rendent si différente.

    Tout est fin en elle. Même les archères droites et les trous de boulin (voir vocabulaire) semblent différents des ruines de notre Royaume.

Qu'en pensez vous ?

 

Les habitats

    Le site comporte de nombreux murs (en ruine évidemment). Cela ressemble plus à un petit village qu'à un intérieur de château classique. Il y a évidemment dans les remparts des archères droites avec un faible ébrasement, mais aussi de belles salles voûtées dont les fonctions me sont inconnues (caves, réserves, citernes... ?).

    Murailles et remparts sont pour la protection du corps, mais pour celle des âmes il faut une église.

 

Le donjon

    Ce donjon est massif, carré, imposant. Il tranche par rapport aux délicates ruines précédentes. Refait il est, mais sa base traduit bien sa forme originelle. Un donjon carré aussi grand est rare en Catalogne.

Était il habitable ?

    Ses dimensions le laisseraient croire, mais je suis surpris par le manque de fenêtre ou de puits de lumière. Il y a bien ces ouvertures ogivales qui ressemblent plus à des portes d'accès (Mais pourquoi 4 ?).

N'était il qu'un simple donjon de repli pour tous les habitants du site fortifié ?

  Toutes ces questions me donnent envie de m'asseoir. Posé sur un rocher, mes pensées se perdent dans l'infini du paysage.

 

 Au revoir

   Il est tard et je dois déjà partir. Avant de retourner vers le campement de ma nuitée, je jette un dernier regard sur cet ancien château médiéval.

 

 

  Histoire du château :

* Vers le 5ème siècle avant J.C., les Ibères implantent une petite fortification sur la colline.
* Au 9ème siècle, les Maures construisent une fortification en pierres.
* Au milieu du 12ème siècle, Raymon Berenger IV entame la reconquête du territoire face aux Maures. Libéré, le château de Ulldecona est donné à l'Ordre des Hospitalers.
* Au 13ème siècle, construction de tours fortifiées et aménagement du site.
* Au 20ème siècle, la municipalité achète la ruine et une campagne de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite (sauf en période de travaux). Le risque de recevoir une pierre est faible. Surveillez les enfants proche de l'à-pic.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 07:30


Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Je pressens que cette église est spéciale

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Houry est situé à 30km au Nord-Est de Laon, à 21km au Sud-Est de Guise et à 7 km au Sud-Ouest de Vervins.

    Coordonnées du bourg :

49° 47′ 0″ N 3° 51′ 2″ E
 49.783333°  3.850556°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

      Un peu à l'extérieur du village, dont la dominante rouge brique est classique dans l'Aisne, je vois une construction avec une tour ronde.

Est ce l'église fortifiée que je recherche ?

 

L'enquête commence

    La forme de cette église est curieuse :

1 - Elle semble petite comme une chapelle.

2 - Elle ne possède pas de transept.

3 - Elle est construite en grande partie en pierres.

4 - Point de haut clocher comme ses consoeurs de la région.

 

Sont ce les défenses ?

     La tour ronde est vraiment fascinante :

1 - Avec son coq-girouette rouillé, je pressens que c'est le clocher de l'église.

2 - J'ai la confirmation en voyant les abat-sons.

3 - Sous le toit, la seule partie en brique rappelle un crénelage (voir vocabulaire).

4 - Avec ses pierres de dimensions disparates, ce clocher a dû souffrir.

5 - De petites ouvertures fines me font penser à des fentes de tir pour fusil.

 

Y a t il d'autres tours ?

    Cette petite tour semble un peu fragile pour défendre efficacement l'église, je pars donc à la recherche d'autres systèmes défensifs. En contournant la construction je ne vois ni bretèche, ni salle de repli au dessus de la nef.

   Je me refuse à croire que les habitants aient pu se défendre avec ce simple clocher-tour.

Peut être qu'en franchissant la porte, réponse j'aurai.

 

    L'intérieur :

Il n'y a rien

     En entrant, je constate que monsieur propre a tout lessivé. Aucune trace de fente dans les murs ou d'étage sur des poutres est visible. Dans ce site aseptisé, je demande aux Saintes de m'aider à découvrir un petit, mais tout petit indice. J'ai l'impression d'entendre une voix me souffler : "Retourne toi, pécheur du Moyen Âge !".

  Sans réfléchir, je tourne les talons et je vois... je vois...

Le voyez vous aussi ?

 

Que c'est beau !

   Par un miracle comme seul une église peut en créer, je constate que la porte de la tour n'est pas fermée. Dans cette ronde construction normalement non ouverte à la visite je vois :

* Des toiles d'araignée (ainsi que leurs créatrices),

* De la poussière,

* Des parois sans trace d'escalier en colimaçon,

* Un mur sans trou de boulin ni encoche pour des poutres,

* Un plancher en bois haut perché accédant aux cloches.

   Bien que le mystère du système défensif reste entier, j'ai un immense plaisir en découvrant une fente de tir avec un petit ébrasement (voir vocabulaire).

 

 

Histoire de l'église :

   Je n'ai hélas aucune information historique pour cette église.

  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Médard) est libre et gratuite. La visite du clocher-tour est normalement interdite. 

Un clocher fortifié est le secret de cette église

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 07:30

 

Département :  27 - EURE

  Un fossé protégeait le rempart

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune d'Harcourt est située à 80km à l'Est de Caen, à 40km au Sud-Ouest de Rouen et à 5km au Sud-Est de Brionne (voir son donjon).

    Coordonnées du château :

49° 10′ 26.4″ N 0° 47′ 11.04″ E
 49.174°  0.7864°

 

Le château 

     L'extérieur :

La découverte

   Depuis le village d'Harcourt, des panneaux m'indiquent une route au Nord, vers le site et son  magnifique arboretum.

  Pour découvrir l'incroyable château médiéval d'Harcourt, il faut d'abord débourser quelques piastres. Puis, après une petite marche entre des arbres aux couleurs et formes variées, je suis bloqué par un fossé

Vais je pouvoir franchir cet obstacle défensif ?

 

Le rempart

     Au 21ème siècle, peu de châteaux forts disposent encore, sur une grande longueur, d'un véritable fossé profond. De plus, ce château possède un rempart polygonale avec d'imposantes tours rondes où viennent paître des moutons à la laine bien dense.

  Pour que le rêve médiéval soit parfait, il ne manque à ces haut murs qu'un crénelage avec des mâchicoulis (voir vocabulaire) que le temps hélas a fait disparaître. 

Une ronde tour avec des archères très fonctionnelles 

Que de magnifiques tours !

     Les tours à elles seules justifient la visite de ce cite millénaire. Elles sont le symbole du système défensif médiéval ayant évolué entre le 12ème et 15ème siècle :

 * Un aspect rustre avec un fruit parfois enterré.

 * Puis les archères droites "primitives".

 * Et aussi les archères d'angle pour défendre la courtine.

 * Certaines tours possèdent une seule fente défensive par niveau.

 * Alors que d'autres en comportent une sur chaque niveau.

Avez vous remarqué d'autres curiosités architecturales ?

 

Les multiples archères

    En regardant mieux, j'aperçois une multiplicité de formes pour les archères :

  * Classique archère droite.

  * Archère avec ouverture large en partie haute (pour tir avec arme à feu).

  * Archères identiques double au même niveau.

  * Archère en bêche.

  * Archère avec ouverture large en partie basse.

  * Archère canonnière.

  * Et enfin une canonnière à la base de la tour.

 

     La basse cour :

   Après cet inventaire des systèmes défensifs, il est temps d'entrer en franchissant le châtelet et continuer la visite.

 

Pour découvrir la basse-cour, je vous invite à... cliquez ici.

 

Un rempart aussi grand que mes rêves médiévaux !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

Point de défense visible pour cette curieuse façade    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Origny en Thiérache est située à 75km au Nord de Reims, à 54km à l'Est de Saint Quentin et à 10km au Nord-Est de Vervins (voir son église).

   Coordonnées du bourg :

49° 53′ 42″ N 4° 1′ 6″ E
 49.895°  4.018333°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans le bourg, je suis surpris de voir cet enchevêtrement de contreforts et de "verrues" sur cette église. La possibilité que cette construction religieuse ait pu être fortifiée me parait impossible, pourtant je suis sur le tracé touristique des églises fortifiées du Thiérache.

Me serais je trompé de village ?

 

L'enquête commence

    J'inspecte les "bidules" bicolore, je scrute les surfaces autour des arcs boutants. Aucune trace d'un  système fortifié est visible.

   Comme souvent, lorsque je ne trouve rien, je prends un peu de recul pour mieux comprendre.

  Devant mes yeux exorbités, je vois, je vois....

Quelle magnifique tour de défense !

 

Deux églises en une

   La différence de qualité des matériaux, de leur couleur et de la méthode de construction montrent que la nef, le transept et le choeur sont récents par rapport à la ronde tour.

 

L'imposant système défensif

    En faisant abstraction du campanile très récent, l'entrée fortifiée est un exemple presque parfait d'une église défensive de l'ancienne province du Thiérache :

* Deux tours hautes en briques rouges,

* Avec une solide base en pierre,

* Puis des fentes de tir pour fusil sur toute la hauteur et décalées,

* Défendant aussi la porte d'entrée.

  Même si mâchicoulis et bretèche (voir vocabulaire) ont disparu, l'ensemble défensif est homogène et impressionnant. Cette église ferait pâlir de jalousie de nombreux châteaux forts.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'une église.
* Au 16ème siècle, fortification de l'église. Aménagement des 2 tours en briques encadrant la porte.
* Vers 1918, la nef romane est démolie et le béton remplace la pierre. Un campanile est posé sur l'ancien donjon.
* En 1927, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite des tours est interdite. 

 

Certains châteaux étaient moins bien défendus que cette église

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 07:30

 

La description de l'extérieur du château est ici

 

Un donjon Roman du 14ème sècle

Le château : (suite) 

 

      L'intérieur

Je suis curieux

    Avant de visiter les entrailles du donjon, je furète dans les bâtiments annexes pour chercher quelques indices de vie, de décoration. Hélas, le temps a fait son travail de destructeur et ce n'est que ruine sans personnalité qui s'offre à moi. Je vais donc contourner le donjon pour découvrir ses secrets.

 

L'approche du donjon 

  Lentement, j'avance vers le donjon pour humer son intérieur. Évidemment, avec 2 pans de mur partiel, vous pensez que peu de détails vont révéler l'architecture et les fonction des salles.

Pourtant, que de beautés !

Que de détails !

 

La salle basse

  A la base de cette tour, deux informations importantes son visibles :

1 - Le vestige d'un épais mur me donne la dimension des cotés.

2 - Le nombre et la puissance des voûtes m'informent sur la fonction de la salle basse et la qualité de construction.

 

Les salles hautes

   En ne prenant pas le temps de regarder, les parois intérieures pourraient sembler vides. Pourtant elles possèdent de nombreux détails :

3 - Ce cul de lampe montre l'importance de cette salle.

4 - Pour éviter de fragiliser le mur par des trous, les poutres du plafond sont posé que des corbeaux.

5 - Fenêtre amenant peu de lumière et pouvant servir à la défense.

--> L'épaisseur des murs pour chaque étage est facilement visible.

Voyez vous d'autres détails ?

 

L'escalier

  A l'extérieur, j'avais identifié une succession de fentes verticales et j'avais affirmé que c'était une tour escalier.

Me serais je trompé ?

  Que nenni. Cet escalier en colimaçon est encore visible. Plus il monte et plus les marches sont difficilement visibles. Le temps, les guerres, les hommes ont fait leur travail de destruction.

   Les fentes de lumières, avec leur faible ébrasement (voir vocabulaire), ont pu servir d'archères. Mais elle ne semble viser qu'un seul coté, donc l'efficacité est minimale.

   Cet escalier tourne logiquement vers la droite permettant au défenseur de mieux combattre l'ennemi montant, donc limitant/bloquant les mouvements de l'attaquant droitier par le "pilier" central. 

 

 

Histoire du château :

* En 1336, le fief de Regnéville est possession de la famille de Navarre.
* En 1349, le Comte (voir titre de noblesse) d'Evreux décède. Son fils, Charles le Mauvais (Roi de Navarre) hérite du fief. Certains historiens supposent qu'il est à l'origine de la construction du château protégeant le port d'échouage.
* En 1364, après la nomination de Charles V (voir liste des rois) à la tête du royaume de France. Craignant des attaques des armées Françaises, le Roi de Navarre, aidé par les Anglais, consolide ses positions en Normandie. Les défenses du château sont améliorées.
* En 1368, les troupes du Roi de France commandées par le connétable Du Guesclin s'emparent du château.
* En 1380, le Roi de France Charles V Le Sage décède. Son fils Charles VI le Fol décide de rendre Regnéville au Roi de Navarre.
* En 1404, Charles II, fils de Charles le Mauvais, cède la Normandie au Roi de France Charles VI. Le château de Regnéville est Français. Mais pour combien de temps ?
* En 1418, avec l'approbation du Roi d'Angleterre, le Duc de Gloucester s'empare du château de Regnéville après un combat très court.
* En 1425, pour attaquer le Mont Saint Michel, les Anglais ont besoin de bâteaux et d'e port. Celui de Regnéville accueille une flotte importante.
* En 1449, l'armée Royale Française commandée par le connétable de Richemont ainsi que celle du Duc de Bretagne (voir liste) attaquent puis s'emparent du château et du port. Les murs et remparts coté mer ont souffert de cette campagne, la basse cour est inexistante.
* En 1450, les Anglais sont définitivement chassés de Normandie. Le château va maintenant panser ses blessures.
* Vers 1582, Roulland de Gourfaleur, modifie le château qui a été très abîmé par les batailles de la Guerre de Cent ans et du manque d'entretien depuis un siècle. Il le modernise en faisant ouvrir des fenêtres dans le donjon.
* En 1603, le fief est acheté par Isaac de Pienne, seigneur de Bricqueville.
* En 1628, ce seigneur participe à la conspiration fomentée par les Protestants.
* En 1637, sur l'ordre de Richelieu, le donjon est rasé et le château est démantelé.
* Au 18ème siècle, le site est transformé en habitat et exploitation agricole.
* Au 19ème siècle, le site est transformé en scierie pour marbre par Victor Bunel.
* Au 20ème siècle, le Conseil Général de la Manche achète la ruine.
* En 1991, début d'un campagne de fouille. Le site est classé aux Monuments Historiques.
* En 1994, fin des fouilles. Le site est aménagé pour la visite.
* Au 21ème siècle, la découverte des ruines du château est libre et gratuite. Durant la saison d'été, des expositions sont organisées.

 

Avec un peu d'imagination le donjon est presque intact

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Vers menu châteaux forts de la Manche Vers Menu châteaux de la Manche
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 07:30

 

Département :  27 - EURELa tour.. Prend garde, j'arrive !

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La ville de Vernon est située à 80km au Nord-Ouest de Paris, à 50km au Sud-Est de Rouen et à 15km au Nord-Est de Evreux.

   Coordonnées :

49° 5′ 40.2″ N 1° 29′ 2.5″ E
 49.0945°  1.484029°

 

Description du château 

     L'extérieur :

La découverte

    Après avoir visité le château des Tourelles sur la rive droite de la Seine, je traverse le pont pour découvrir dans Vernon le château fort construit à la fin du 12ème siècle.

  Je n'erre pas dans l'inconnu car mes naseaux de castellologue-amateur me guident, je sens la poussière médiévale au bout de la rue.

 

Le rempart

    Les bâtiments modernes encerclent le site médiéval, les boutiques aux vitres illuminées remplacent les hauts murs de défense.

Reste t il une trace des remparts de Philippe Auguste ?

  En contournant quelques maisons à colombage j'entre dans le jardin des Arts. Le rempart est là, fort et triste, puissant et si fragile.

   Pour garder les traces de son passé glorieux, les architectes modernes n'ont pas hésité à trop utiliser le ciment. Il faut un oeil exercé pour reconnaître une tour sans crénelage dans cette blancheur.

Qu'importe, le principal n'est-il pas de conserver les vieilles pierres !

  Je me sens comme Alice dans le jardin de la reine de Coeur 

La tour

Qu'elle est belle !

   Tel un enfant devant le sapin de noël découvrant les cadeaux, mes yeux brillent devant la puissante tour de plus de 20m de haut. Elle m'attire tant que je vais la percuter.

 

Un vrai donjon médiéval

   Comme tout donjon de cette époque, il n'était accessible depuis la cour intérieur que par une porte à plusieurs mètres du sol. le pourtour en retrait devait recevoir un petit pont-levis. Soudain, j'ai un doute !

Pourquoi une porte possèderait des consoles ?

  Ce type de construction est réservé aux bretèches ou aux latrines.

 

Le système défensif

    Coté extérieur, les classiques mais efficaces archères assuraient la défense. Évidemment, le haut du donjon comporte des mâchicoulis permettant l'écoulement de liquide bouillant ou le jet de pierres.

  Ce château ayant traversé les siècles, je suis surpris de ne pas voir de bouche à feu ou arquebusière.

 

     L'intérieur :

        Remparts et tours ne sont pas visitable. Je repars vers de nouvelles aventures Normandes non sans avoir regardé la tour qui se pâme dans un miroir moderne.

"Suis je la plus belle ?" semble-t-elle dire.

 

 

Histoire du château :

* En 911, signature du traité de Saint Clair sur Epte entre le Roi (voir titre de noblesse) de France Charles III et Rollon Comte de Normandie (voir liste). Vernon devient un poste frontière Normand.
* En 1196, le Roi de France (voir liste) Philippe Auguste est en guerre contre le roi d'Angleterre, Richard Coeur de Lion. Les troupes Françaises s'emparent de Vernon.
* En cette fin de 12ème siècle, pour marquer son pouvoir, le Roi de France fait construire un château.
* En 1305, Marguerite de Bourgogne épouse le fils de Louis IX au château de Vernon.
* En 1364, après avoir perdu la bataille de Cocherel face à Du Guesclin, Jean de Grailly le Captal de Buch est emprisonné au château de Vernon.
* Au 15ème siècle, avec l'invention des armes à poudre, le château se modernise.
* En 1752, le château est partiellement détruit pour aménager des écuries.
* Au 18ème siècle, le donjon ayant perdu sa fonction guerrière, reçoit  les archives de la ville.
* En 1840, la tour est classée aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, les guerres mondiales n'épargnent pas les ruines du château.
* En 2006, le jardin des arts est inauguré mettant en valeur le vieux donjon.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est impossible.

Sont ce les remparts du château fort ?

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 08:30

 

Département :  27 - EURE

 

Le bourgCe regroupement d'arbres sent la ruine médiévale

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Longchamps est situé à 40km Est-Sud-Est de Rouen, à 35km Ouest-Sud-Ouest de Beauvais et à 14km au Nord-Ouest de Gisors.

       Coordonnées du château :

49° 22' 0.962" 1° 37' 45.451"
 49.366934  1.629292

 

 

 

 

Description du château 

     L'extérieur :

Où est il ?

    Si vous n'avez pas la chance de posséder le dictionnaire des châteaux forts de Salch et une carte IGN au 1/25000ème, vous n'avez que peu de chance de connaître l'emplacement de cette ruine oubliée.

  Pour l'apprécier, il faut arpenter à pieds la route du Prieuré. Puis, avec un oeil d'aigle, vous pourrez le déguster sur la gauche juste après une ferme isolée.

  Le voyez vous dans ce petit bosquet ?

La découverte

    Un champs cultivable ne comporte que rarement un ensemble dense d'arbres. Je pressens que la ruine du château fort est au centre de cette haute verdure. Un indice confirme mon hypothèse.

Le voyez vous ?

  Vous êtes si intelligents et si perspicaces hooo, mes merveilleux lectrices et lecteurs que vous avez remarqué le fossé entourant le site.

 

Y a t il d'autres traces médiévales ?

    Un fossé n'est qu'un indice. Étant venu pour voir des pierres millénaires, je contourne le champs pour tenter d'admirer un rempart crénelé, un vantail avec pont-levi, une herse, un donjon polygonal, des mâchicoulis (voir vocabulaire), des bretèches, des canonnières, des...oupsss... Je suis emporté par ma folie de castellologue-amateur.

 

Je vois enfin le vestige

   Sentant sa disparition prochaine, la ruine tente un dernier salut en me voyant. Elle se met sur la pointe des pieds pour sortir des arbres. Pour l'honorer, je prends mon oeil d'aigle pour mieux la dévorer. Puis, pour la comprendre, tel Terminator, je me mets en mode "Infra-rouge".

Non, non, je n'ai point abusé du merveilleux cidre Normand  , ma prose ne reflète que le minimalisme de ce vestige.

 

     L'intérieur :

         Je n'ai pas pu m'approcher du site castral car de jeunes veaux étaient dans le champs et le propriétaire m'a conseillé de ne pas pénétrer ce jour et d'attendre quelques semaines.

   Ne pouvant attendre, je me console en admirant l'horizon lointain.

 

 

Histoire du château :

    Je n'ai que peu d'informations historiques sur cette ruine.

* Au 12ème sicle, construction du château (à vérifier).
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du vestige depuis routes et sentiers est libre et gratuite. La propriété étant privée, il est impératif de demander l'autorisation pour approcher de la ruine.

 

L'infini et même plus !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article