Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 08:55

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 Monter il va me falloir, pour toucher cette belle

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montmaur est située à 85km à l'Est de Montélimar, à 40km au Nord de Sisteron et à 20km à l'Ouest de Gap.

 

     Coordonnées du château (haut) :

44° 34' 33" N 5° 52' 02" E
 44.5760195608°  5.867203474°

 

 

Le site : 

        L'extérieur :

Il est là haut !

* Non loin du bourg, mon destrier piaffe comme si un site médiéval est proche.

* En levant les yeux, je remarque une blanche construction un peu au dessus de Montmaur.

* Puis au sommet de la haute colline, un grand vestige me fait signe.

* "Proche... Proche.... c'est vite dit" je grommelle en direction de mon palefroi.

* Ma carte IGN affirme que le site castral est à 1351m d'altitude.... C'est haut !

* Et là, j'entends une voix affirmer : "Ce petit exercice te fera maigrir, mon gros !"

* Il est vrai que le matin, j'avais eu quelques difficultés à mettre mon armure.

* C'est donc pour perdre un peu de poids que je vais gravir cette "immense" montagne.

 J'arrive... Mais laisse moi reprendre mon souffle

L'approche

* Pour approcher une belle, il ne faut jamais se précipiter.

* Avec mon léger surpoids (parait il), je ne tente point une rapide course mais une lente "séduction".

* Si mon coeur bat vite, c'est que la belle m'impressionne.

* Si mon souffle est court, c'est que la ruine me fascine.

Suis je crédible dans mon rôle d'amant éperdu ?

 

Est ce le bon endroit ?

* La construction me surprend.

* Elle ne ressemble que peu à un vestige de château fort.

* Je consulte mon altimètre : Moins de 1000m.

* Je ne suis pas devant les ruines du château fort mais devant celles des fortifications de l'ancien village médiéval.

 

Rapide analyse

* Ce site est improprement nommé : Tour Sarrasine.

* La construction possède une ouverture de lumière et des trous de boulin (voir vocabulaire).

* Les pierres sont pauvrement taillées et peu jointives. Je doute que cette construction appartint à un seigneur.

* Elle a une forme de parallélépipède mais curieusement, les 2 angles coté opposé à la vallée sont arrondis.

* La face coté plaine est plane.

- Elle comporte en partie médiane une ouverture ressemblant à un effondrement.

- Au sommet, s'affiche une importante ouverture rectangulaire avec des pierres correctement taillées et un solide linteau.

- Sous cette porte, des trous de boulin alignés me font imaginer qu'une passerelle en bois existait.

Point de signe défensif en cette constructioin

 

        L'intérieur de la construction

Que voir ?

* Il n'y a pas d'ouverture en partie basse pour entrer.

* La fissure dans le mur ne me permet pas l'intrusion.

* Avec souplesse et légèreté, j'introduis mon oeil dans les entrailles. Je remarque que les pierres intérieures sont pauvrement taillée et aucune sculpture apparaît.

* La porte à l'étage est inaccessible sans échelle.

* Par un trou de boulin, je vole une image de l'intérieur de la porte. Je constate que la construction a été fortement consolidée récemment.

 

Problème... donc solution

* Ne pouvant point avoir d'autre détail sur cette construction, je reprends ma marche vers le sommet.

* Soudain, je plie !

* Je ne vous narrerai pas mon problème, mais la conséquence est : Ascension impossible ce jour.

* Je me repose en observant la vallée.

Que vois je ?

 

Je suis au paradis....des castellologues amateurs !

 

Le château bas :

       Depuis le haut

 * En bas, je vois une construction parallélépipédique.

 * Les 2 angles opposés à la montagne possèdent une ronde tour.

 * Un bâtiment rectangulaire s'accroche à la perpendiculaire du premier.

 

      Depuis le bas

 * Le château dans le bourg est entouré d'un mur dont certaines parties sont issues de son ancien rempart, mais dont la majorité sont assez récentes.

* Les fenêtres à meneaux en croix confirment l'ancienneté du bâtiment.

* Par contre, les tours sont dépourvues de système défensif.

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

Histoire du site :

* Au 11ème siècle, construction de la Tour Sarrasine.

* En 1265, Montmaur est l'une des 4 principales baronnies (voir titre de noblesse) du Dauphiné. Elle est sous l'autorité de la Chartreuse de Durbon.

* En 1298, le 13 juillet, proche du château haut, les frères Guillaumes Martin et Jean Martin signent l'acte de vente d'un champ au frère Guigues Bontosil de Durbon.

* Au 14ème siècle, construction du château bas.

* En 1340, le Dauphin (voir liste) Humbert II séjourne quelques jours au château (est ce le bas ou le haut ?).

* A la fin du 16ème siècle, construction des tours d'angle au château bas.

* Au 17ème siècle, un incendie ravage partiellement le château bas.

* Au 18ème siècle, un incendie ravage partiellement le château bas.

* Vers 1792, les Révolutionnaires ne s'intéressent pas au château bas. Il échappe aux saccages et à la destruction.

* Au 19ème siècle, le château bas change plusieurs fois de propriétaires. Chaque famille transforme cette construction.

* En 1988, le château bas est classé aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, le département achète le château bas. Après quelques travaux de mise en conformité, des expositions et des concerts sont organisés.

* Au 21ème siècle :

A - La découverte de l'extérieur et l'intérieur de la ruine du château haut est libre et gratuite avec beaucoup de précautions.

B - La découverte de l'extérieur de l'ancienne fortification du vieux village est possible

C - La visite du château bas est possible durant l'été. Renseignez vous.

 

Pour mieux comprendre ce site, veuillez regarder cette vidéo.

 

Ce bourg peut s'enorgueillir de 2 châteaux

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 06:30

 

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

 

Le bourg : Quelle magnifique église fortifiée ! 

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Ecoyeux est située à 60km au Nord-Ouest d'Angoulême, à 40km au Sud-Est de Rochefort, à 15km au Nord-Est de Saintes et à  15 km au sud de Saint Jean d'Angély.

 

     Coordonnées de l'église :

45° 49′ 23″ N0° 30′ 21″ W
 45.823056° -0.505833°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité la maison forte d'Ecoyeux, je marche quelques mètres pour dévorer des yeux un magnifique bâtiment religieux fortifié.

 * L'église sans transept est massive tout en étant légère.

Incroyable n'est ce pas !

 * Le choc de la surprise passé, je tente de retrouver un peu de lucidité.

* Pourtant, je suis certain d'être en face d'une des plus belles églises Romanes fortifiées de France.

Qu'en pensez vous ?

 

Je n'ai aucun doute sur la présence de système défensif

Est ce un clocher ou un donjon ?

 * Parfois, en découvrant une église qui serait fortifiée, il me faut de longues minutes d'observation pour trouver l'indice qui va justifier la présence d'un article du bâtiment religieux.

 * Mais en face de l'église d'Ecoyeux, je ne me pose aucune question, les preuves sont multiples.

 Sauriez vous me les énoncer ?

 

Analyse des défenses

   Il y a tant à voir qu'il me semble plus logique de faire une liste numérotée :

1 - A droite, coté portail, deux magnifiques échauguettes comportent de petites archères en croix.

2 - Une des échauguettes est posée sur des consoles créant ainsi des mâchicoulis (voir vocabulaire).

3 - L'autre est plus haute sans mâchicoulis.

N'êtes vous pas surpris par cette asymétrie ?

4 - La plus petite échauguette est curieusement portée par un contrefort à larmier dont l'épaisseur est surprenante.

5 - Au dessus de la nef, dont les petites fenêtres en hauteur ne permettent pas le passage d'un assaillant, un étage a été aménagé après la construction de l'église. Curieusement, cette salle de repli ne comporte aucun système de tir.

6 - Le clocher, carré et massif, possède deux larges et hautes fentes sur 3 faces. Il devait y avoir une salle de guet.L'élégance des colonnettes contraste avec les fentes de tir

7 - Au dessus d'une corniche (sous les fentes), de nombreux trous de boulin à l'espacement symétrique me font penser aux vestiges d'une passerelle en encorbellement.

8 - Sur la quatrième face, une sorte de petite tour carrée est accrochée. Elle possède plusieurs fentes verticales pouvant s'apparenter à des archères primitives.

Quelle curieuse "verrue" ! 

9 - En prenant un peu de recul, je ne vois plus un clocher mais une tour de défense. La fonction de la "verrue" me semble évidente. Cette construction abrite un escalier desservant les 2 étages.

10 - Comme pour la nef, le chevet comporte sous le toit une salle de repli défensive.

11 - De nombreuses archères facilitent la défense.

12 - Je suis surpris par la diversité de ses fentes : Droites, cruciformes, etc....

 

Décoration il y a

* Ma description des différents systèmes défensifs m'a fait oublier que le bâtiment est une église.

* En général, les constructions religieuses comportent de nombreuses pierres sculptées.

* Celles-ci sont magnifiques comme par exemple ses colonnettes et ses modillons.

* Entre les deux, des archivoltes embellissent le mur et donne de l'élégance au chevet.

* Le contraste avec la salle de repli défensive au dessus est fascinant.

Un portail décoré et pourtant très défensif

 

Une porte bien défendue

* L'entrée est défendue par les 2 échauguettes couvertes de toitures en poivrières.

* Elles sont reliées par un chemin de ronde non couvert.

* Celui-ci possède un classique crénelage dont les merlons sont fendus.

Quel système de défense lui manque-t-il ?

* Pour être parfait, il faudrait une bretèche (voir vocabulaire) au dessus de la porte.

 

Le portail

* Le contraste entre les rudes systèmes défensifs en partie supérieure et les délicates décorations en partie basse m'interpelle.

* Sous une fenêtre, la corniche, avec de jolis modillons, semble être portée par 2 colonnes.

* La partie basse comporte un vaste portail à trois arcatures aux claveaux magnifiquement décorés de palmettes et de fleurs. Ce riche portail est  flanqué de deux baies extérieures aveugles.

* Ces 2 baies possèdent 2 caractéristiques :

- Au centre un mur en opus spicatum --> (voir définition).

- Sur le coté, des contreforts à larmier certainement aménagés après  la construction de l'église.

 

        L'intérieur :

"Sésame, ouvre-toi !"

* C'est ainsi que j'entre dans l'église. Comme je l'avais constaté à l'extérieur, la nef est linéaire.

* L'ambiance est sobre, sans sculpture ni colonne et encore moins de plafond voûté d'ogives.

* La renaissance n'a pas changé la pureté Romane de l'abside.

* Ne trouvant pas de porte ouverte pour visiter les salles supérieures de repli, je reprends la sortie en suivant la lumière.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est fortifiée.

* Vers 1789, un rapport affirme que l'église est en mauvais état. La somme pour la rénover est très importante.

* En 1881, le curé du village fait un état des lieux très négatif sur l'entretien de l'église.

* En 1907, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Vivien) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Est ce la plus belle église fortifiée de France ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 08:35

 

Département 26 - DRÔME

 Ce haut bâtiment est il d'origine médiévale ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Chabeuil est située à 70km au Sud-Ouest de Grenoble, à 40km au Nord-Nord-Est de Montélimar et à 12km au Sud-Est de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 53' 59" N 5° 01' 10" E
 44.8998406556°  5.01931428909°

 

 

Les fortifications :

     L'extérieur :

La découverte

* Par le petit pont piéton enjambant la rivière Véore, je m'approche d'un haut et curieux bâtiment.

* L'hôtel de ville semble avoir été implanté dans les remparts du bourg.

* Mais ce bâtiment n'est qu'une illusion. Il a été construit en style néo-gothique au 19ème siècle.

* Par contre, la ronde tour proche fut un des systèmes défensifs du bourg fortifié.

 Chaque siècle a ajouté ses pierres et ses emblèmes

La porte fortifiée

* Quelques dizaines de mètres plus loin, en face du pont routier, une puissance porte trône fièrement.

* Cette haute construction est encore encadrée par les restes minimaux du rempart primitif.

* Etant l'emblème du bourg, les hommes l'ont affublée de symboles comme un monument aux morts (des 2 guerres mondiales) par exemple.

* Au sommet, les mâchicoulis sont un ajout du 19ème siècle.

 

Les traces des systèmes défensifs et de protection

* Cette construction ne semble pas avoir possédé de pont levis.

* Il y a de forte présomption que l'entrée était protégé par une porte en bois à deux vantaux. Mais je ne distingue aucune trace de gond ni de poutre de blocage

* Une herse récente symbolise le classique et efficace système défensif de toutes des entrées fortifiées depuis le moyen âge.

* La construction forme un tunnel où l'assaillant est se retrouve bloqué, car à l'autre extrémité, les rails de guidage m'informent de la présence d'une deuxième herse.

* Il est fort probable qu'un double vantail fermait l'ensemble coté intérieur du bourg.

* Je tente de voir si un assommoir (voir vocabulaire) existait. A défaut de trou en partie supérieure, je vois sur le flan des trous de poutre.

Y avait-il un niveau défensif ?

Y avait il une princesse ou un garde armé derrière ces belles fenêtres ?* Pour mieux comprendre je prends un peu de recul.

* Comme souvent, au dessus de la porte il y a la salle des gardes.

* La différence de couleur m'informe qu'un étage a été ajouté. La forme de la fenêtre prouve que quelques siècles séparent les 2 ouvertures de lumière.

 

L'intérieur de la porte fortifiée

* Par une chance incroyable, la porte d'accès aux étages est ouverte.

* Avec précaution j'entre dans la première salle.

* La cheminée coté mur Nord me semble récente.

Avez vous remarqué le mur coté extérieur du bourg ?

 

Traces !

* Il comporte les vestiges d'un crénelage. Ma supputation d'une tour-porte rehaussée semble se vérifier.

* La salle de l'étage supérieur est très modernisée. Il ne reste que les témoins de support de poutre de l'ancien toit.

* La petite fenêtre coté intérieur du bourg donne une lumière laissant place à la pénombre.

* Je m'approche pour admirer de haut les ruelles de Chabeuil quand soodain, je vois......

 Plusieurs siècles d'architecture s'offrent à moi !

Les entrailles du bourg

* A gauche, sur une butte, des pans de mur m'informent qu'un château fortifié exista.

* A droite, un peu surélevée, une église plusieurs fois remaniée et reconstruite.

Que ce bourg est riche en constructions !

 

Un bourg touristique

* Les ruelles fleuries semi-piétonnes sont parfaites pour découvrir la diversité de l'architecture sur plusieurs siècles.

* C'est alternativement que je chausse mon chapeau de paille de touriste et mon heaume de castellologue amateur.

 

Le diaporama du château est ici

 

 

Histoire du bourg :

* Au 12ème siècle, sur les bases de murs Gallo-Romains, construction d'un rempart et de plusieurs portes fortifiées.
* Au 13ème siècle, les systèmes défensifs sont améliorés (à vérifier).

* Au 14ème siècle, les 3 portes fortifiées sont remaniées (à vérifier).

* En 1401, la porte fortifiée est consolidée.

* Au 16ème siècle, les armes des Grimaldi sont apposées au dessus de la porte.

* Vers 1790, les Révolutionnaires martellent les armes des Grimaldi.

* En 1850, le conseil municipal vote la destruction de la porte. Les habitants se révoltent et font valoir leur opinion à la préfecture. L'ordre est annulé.

* En 1881, Ernest Tracol réalise l'hôtel de ville en style néo-gothique.

* En 1895, l'architecte Ernest Tracol ajoute un crénelage à la porte fortifiée.

* En 1903, un campanile, s'inspirant du Palazzo Vecchio de Florence, est aménagé sur l'hôtel de ville. Cela traduit la prospérité de Chabeuil.

* En 1926, la porte fortifiée est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la porte fortifiée est libre et gratuite depuis rues et ruelles. La visite de l'intérieur n'est possible que durant les expositions.

 

Depuis ce point élevé, je surveille une partie du Dauphiné

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 26 Vers Menu châteaux de la Drôme
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 06:05

 

Département 12 - AVEYRON

  Je pressens que plaisir je vais avoir !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Peyreleau se situe à la frontière entre l'Aveyron et la Lozère, à 50km au Sud-Est de Rodez, à 17km à l'Est de Meyrueis et à 12km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi).

 

     Coordonnées du château :

44° 11' 19.172" N3° 12' 29.138" E
 44.188659° 3.208094°

 

 

Le château : 

        L'extérieur : 

La découverte

   Posée sur une plateforme rocheuse, une haute tour regarde les nombreux touristes s'extasier du paysage.

  Une tour trop caricaturale pour être médiévale

L'analyse 

   Lentement je gravis le dénivelé pour conquérir le plateau rocheux et la haute construction.

* Certains historiens supposent que l'église paroissiale serait l'ancienne chapelle castrale.

* Le rocher n'a certainement pas porté un immense château fort, mais sa position élevée et son emplacement furent stratégiques.

* Au sommet, je remarque des pierres formant rempart (ou chemise).

* Il m'est difficile d'affirmer que ces murets ont été construits au Moyen Âge.

* La tour, aux allures de système défensif médiéval, est en réalité une construction du  17ème siècle.

* La tour a souffert des siècles sans entretien permanent car de nombreuses pierres de consolidation s'affichent.

* Quelques ouvertures de tir pour armes à feu sont visibles.

* Au sommet, les mâchicoulis me font rêver.

 

        L'intérieur :

   Hélas, le gîte communal n'est pas visitable. Je me console en admirant le panorama Aveyronnais.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château fort sur une plateforme rocheuse au confluent des rivières Tarn et Jonte. Il appartient au Comté (voir titre de noblesse) de Millau.

* En 1152 (?), le château est possession de la famille De Montferrand.

* Durant la deuxième moitié du 13ème siècle, le château appartient à Adalrie de la Chapelle.

* En 1269, Mostuéjouls (un bourg proche de Peyreleau) est détaché du Comté de Millau pour être sous le giron de l'évêque de Mende. Peyreleau devient l'avant poste du Comté.

* A la fin du 13ème siècle, le seigneur de Sévérac achète le château de Peyreleau.

* En 1427, le vieux château fort existe toujours.

* En 1617, Simon d'Albignac, fils de Pierre III d'Albignac, fait construire une tour sur les fondations de l'ancien château médiéval.

* En 1624, la tour reçoit une horloge.

* Au 18ème siècle, François II d'Albignac, petit-fils de Simon d'Albignac, achète le château et la seigneurie de Peyreleau. Les pierres du vieux château sont utilisées pour la construction d'un château moderne et confortable en contrebas nommé : Château Triadou.

* Au 19ème siècle, les remparts crénelés sont encore visibles.

* En 1839, la tour est réparée puis consolidée. La vielle charpente en bois est remplacée par une voûte en pierre.

* Au début du 20ème siècle, le site est acheté par monsieur Fournier.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Cette tour est un gite d'étape municipal.

 

 

La tour n'a pas pris une ride depuis le 17ème siècle

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 07:45

 

Département 48 - LOZERE

  Voyez vous cette belle ruine oubliée ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Saint Rome de Dolan est située à 25km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi), à 20km au Sud-Ouest de Sainte Enimie et à 15km au Sud-Est de Séverac le Château (voir sa belle ruine).

 

     Coordonnées du château :

44° 17' 04" N3° 13' 35" E
 44.28458509° 3.22636216878°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est là bas !

* A moins de 2km au Nord-Est de Saint Rome de Dolan, sur le route sinueuse qui mène au village de Les Vignes au bord du Tarn, une ruine médiévale se dore au soleil.

* En aval du causse de Séverac, mais loin des falaises pour éviter d'être attaqué depuis les hauteurs, le château est un point de surveillance pour contrôler l'ancien chemin du col devenu une route touristique.

* Lentement, j'approche de cette ruine presque millénaire.Entendez vous le bruit des reptiles dans les brousailles ?

 

Premier ressenti

* Depuis le petit hameau, le sentier faiblement en pente est facilement accessible.

* La seule difficulté est l'amas de pierre au sol quelque peu instable.

* Devant la ruine, je ne distingue aucun fossé donc aucune trace de pilier pour un éventuel pont levis.

 

 

        L'intérieur :

La porte

* De l'entrée il ne reste qu'un fantôme d'arc.

* Puis, plus loin, une autre ouverture s'inscrit dans un mur très épais.

* Je pressens que cette dernière fut l'entrée principale du château.

 

Un pan de mur

D'énigmatiques murs !* Plus loin, des pans de murs me quémandent de deviner leur fonction.

* A gauche, le premier morceau de mur me force à l'observer.

* Il est constitué de lits de pierres asymétriques.

* Seul son parement d'angle m'informe de l'importance du château.

* Il possède quelques trous de boulin (voir vocabulaire) mais c'est surtout son ouverture verticale qui me fascine.

* Est ce :

     1 - Une archère droite ?

     2 - Une ouverture de lumière ?

* En voyant son épaisseur, je pressens que ce mur ne fut point dans le rempart et ne devait pas faire partie du système défensif.

* J'opte pour la réponse 2.

Êtes vous en accord avec moi ?

 

La réponse

* Évidemment pour avoir la réponse, il suffit de contourner le mur.

* Avec son fort ébrasement intérieur et sa position haute, la fente est une ouverture de lumière.

Je suis vraiment très fort, j'avais deviné !

"Évidemment !... Puisque c'est toi qui écris l'article" grommelez vous.

"Puisque tu es si fort, quelle fut la fonction de ce bâtiment ?"

Heu... j'ose penser que ce fut..... heu....... la chapelle castrale.

 Ce mur possède de nombreux trous peu reconnaissables

Le grand bâtiment

* Je me dois de comprendre le bâtiment au fond.

* Sa paroi extérieure est réalisée avec des pierres de petites dimensions.

* L'intérieur montre au moins 2 étages sur rez de chaussée.

* Le rez de chaussée comporte une magnifique fenêtre.

Avez vous remarqué l'épaisseur du mur ?

Je pressens que je ne suis pas au niveau inférieur.

Des tonnes de gravas recouvrent le sol.

* A l'étage supérieure, une ouverture ressemble à une archère.

* Au dernier étage, je voir un mur en retrait montrant le niveau du plafond.

Avez vous remarqué le vestige d'un mur vertical de séparation ?

* Je pressens que ce bâtiment fut le logis avec cuisine et aula de réception.

 

 

C'est la fin

* Je ne vous ai montré que les grands murs "facilement" identifiables dans cette ruine.

* Le site possède de nombreux autres vestiges qu'il serait amusant de comprendre.

* Donc je vous laisse réfléchir sur ce trou, puis sur cette beauté.

* Je vous quitte pour admirer le paysage grandiose sur les gorges du Tarn.

 

 

Puis je rester dans ton ombre ?

 

 

Histoire du château :

* Au début du 11ème siècle, un site fortifié existe. Il est possession de Raymondus (à vérifier).
* Au 12ème siècle, construction d'un puissant château fort. Il est possession d'une famille nommée Dolan (à vérifier).

* Au début du 13ème siècle, le château est possession du seigneur de Séverac.

* En 1224, pour le château de Dolan, le seigneur de Séverac rend hommage à Etienne II de Brioude, évêque de Mende (voir liste).

* En 1255, le seigneur de Dolan rend hommage au Roi de France (voir liste) pour son château et ses terres.

* Au 14ème siècle, le site est possession de la famille Arpajon.

* Vers 1728, la seigneurie appartient à la famille De Roye.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur est possible. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important. Soyez très prudents.

 

 

 

Adieu magnifique ruine médiévale !

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 07:30

 

Département 83 - VAR

  Mes poils se hérissent à la vue de ces remparts !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sillans la Cascade est située à 70km à l'Est d'Aix en Provence, à 25km Ouest-Nord-Ouest de Draguignan et à 20km au Nord-Est de Brignoles.

 

     Coordonnées des remparts :

43° 34' 3" N 6° 10' 41" E
 43.56764373°  6.178117096°

 

 

Les fortifications : 

        L'extérieur :
Préambule

* Parfois, votre Chevalier Dauphinois ôte son heaume de castellologue-amateur pour vêtir un chapeau de paille de touriste.

* Parfois, il troque ses chausses en fer pour des tongs.

* C'est donc dans cet accoutrement que j'arrive proche du bourg de Sillans la Cascade.

* Mon but étant de me rafraîchir dans : La cascade.

* Curieusement, alors que mes pensées étaient vers la plénitude béate du touriste sans but, mon destrier se met à tourner à gauche.

* Son flair sans égal (car je dois vous l'avouer, je ne sais pas déchiffrer un plan et ne sais point lire les panneaux indicateur), mon équidé a vu une chaussée nommée : Rue des remparts.

* C'est donc avec un chapeau de paille, l'oeil peu lucide, que je découvre les fortifications médiévales de la cité de Sillans la Cascade.

 Rondes tours et droites courtines : Voila une fortification classique !

L'analyse 

* Le site montre une succession de courtines linéaires et de tours rondes.

* La distance entre chaque tour permet une défense correcte des murs.

* Par endroit, le rempart est construit sur le rocher.

* L'extérieur des pierres composant le site sont pauvrement taillées.

* Avec un peu d'attention il est possible de voir un crénelage (bien que je doute qu'il soit d'époque) et des traces d'archère droite.

 

 

Le diaporama des fortifications est ici.

 

 

Histoire du bourg :

* Au 11ème siècle, le "Castrul de Sillans" est cité dans un texte. Il dépend de la viguerie de Barjols.

* Au 12ème siècle (?), la seigneurie appartient aux Baux (à vérifier).

* En 1307, la cité est possession de la puissante famille de Pontevès.

* Vers 1536, la moitié de la cité appartient aux Blacas.

* En 1619, la famille Châteauneuf achète la part de la famille Blacas.

* En 1627, la famille Châteauneuf achète la part de la famille Pontevès.

<* En 1721, Louise Adélaïde Julie d'Albert de Sillans apporte la seigneurie en dot à son futur époux Louis Charles Olympe Le Tonnelier, Comte (voir titre de noblesse) de Breteuil.

* En 1781, le site est mis en vente, puis acheté par Antoine François Rolland, greffier au parlement de Provence.

* En 1854, Marie Antoinette Delphine de Rolland de Sillans (petite fille d'Antoine François) apporte la cité en dot à son époux Boniface Hippolyte de Castellane, marquis de Castellane-Esperron.

* En 1863, une partie des terres est vendue à maître Boyer, notaire à Aups.

* En 2007, les remparts sont restaurés.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Même arasées, tours et courtines sont encore impressionnantes

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 83

Vers Menu châteaux du Var

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Provence : 04 13 83 84
commenter cet article
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 06:03

 

Département 24 - DORDOGNE

 Une tour née !  Va-t-elle me tourner la tête ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Thonac est située à 38km au Sud-Ouest de Brive la Gaillarde, à 35km au Sud-Est de Périgueux, à 20km au Nord-Ouest de Sarlat la Canéda et à 7km au Sud-Ouest de Montignac.

 

   Coordonnées du château :

45° 1' 45" N1° 5' 42" E
 45.029673° 1.095065°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

   Depuis le bourg de Thonac, je trottine lentement par une petite route en direction du Nord-Ouest. Le soleil de ce beau mois de septembre réchauffe ma vieille carcasse de Chevalier Castellologue Amateur âgé de 800 ans (environ).

    Deux kilomètres plus loin mon merveilleux destrier, par un cabrement, me jette au sol.

Je pressens qu'il a reniflé l'odeur médiévale.

 Le grillage est le premier système défensif de cette tour

La tour a-t-elle de beaux atours ?

* Cachée derrière un grillage et des branches d'arbres, une vieille tour carrée se dore au soleil.

* Elle semble si heureuse dans sa solitude que j'ai presque honte de venir la déranger pour l'immortaliser.

 

Montre moi ta fente !

   Comme tous les hommes, je cherche à découvrir le point faible de la belle. Je la regarde sous toutes les coutures (et pourtant elle n'est pas reprisée).
   Que me montre cette beauté innocente :

* Pas d'archère,

* Pas de crénelage,

* Pas de mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

La porte me transporte

* Puisqu'elle ne veut point me montrer ses atours, j'en fais le tour.

* Tour à tour dans l'ombre et au soleil, visible et cachée par les feuilles, la tour me donne le tournis.

* Me faisant tourner la tête, mes yeux croient voir une porte.

* Mais elle est si haute (en mon cœur) que mon cerveau tente de donner un peu de chœur à l'ouvrage de recherche de la vérité.

* L'ouverture est trop haute pour avoir la fonction de porte d'une tour-maîtresse.

- "Peut être sont ce les latrines" me suggère mon cerveau.

- "Que voila viles pensées" rétorque mon coeur.

Hooo, Pascal avait raison :

"Le coeur a ses raisons que la raison ignore".

 

    L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

* Etant privé de ses entrailles, je ne vais pas me priver de remplir les miennes en dégustant les nombreuses spécialités régionales dans une taverne toute proche.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite de la tour est interdite. Propriété privée.

 

 

Seule elle restera puiqu'elle ne veut pas de moi

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 07:47

 

Département 66 - PYRENEES ORIENTALES

  Je ressens les vibrations d'un site médiéval. Le voyez vous ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Argelès sur Mer est située à 18km au Sud-Est de Perpignan, à 18km au Nord-Est de la ville frontière du Perthus et à 16km à l'Est-Nord-Est de Le Boulou.

 

     Coordonnées du château :

42° 33' 27" N 3° 01' 35" E
 42.55741964°  3.02650541067°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* A mi-distance des rivières Agulla Cabdal et Les Conques, une petite colline est censée porter un vestige médiéval.

* C'est donc avec assurance que mon destrier s'avance en direction du Nord-Est d'Argelès sur Mer.

* Soudain, je suis bloqué par des sables mouvants et de profondes douves.

Vous ai je déjà dit que j'ai une imagination débordante ?

 Je pressens que cette tour va m'en faire voir de toutes les couleurs

Curiosités du nom

* Dans la littérature et les fascicules, le site est souvent mentionné comme : Tour.

* Je m'oppose à ce diminutif restrictif. La tour est si imposante qu'elle fut évidemment le donjon habitable et de repli d'un véritable château fort.

** Le site est parfois nommé Pujols (avec un S) et parfois Pujol (sans S). J'ai même vu dans un livre dédiée à l'abbaye de Fontfroide une orthographe avec un Z : Poujolz.

** Sans en avoir la preuve, je pressens qu'une dénomination est Catalane, l'autre étant Française (à vérifier).

 

Le Chevalier fait son cinéma

* Après avoir traversé milles épreuves dont serait jaloux Indiana Jones, j'arrive assez près du site castral pour voir une grise construction.

* Tel Terminateur, je l'observe dans l'ultraviolet et l'infrarouge.

* Tel Jame Bond, j'en conclu que la tour n'est pas habitée puisqu'aucune ombre thermique se dessine.

* Tel un G.I. Jo, je rampe (virtuellement) dans les feuillages pour l'approcher.

* Tel un Navy Seal, avec mes jumelles longue portée, je vois une belle fenêtre Romane. Je présume que ce donjon devait être habitable.

* Tel Arsène Lupin, je m'approche en silence pour.......

 Un donjon roman ayant subit de nombreuses modifications.

La vérité sur l'approche

* En réalité, il n'est point besoin d'être un héros pour découvrir cette massive construction.

* Un agréable sentier permet une approche classique et rapide vers l'imposante tour.

 

Analyse rapide du donjon

* Le bâtiment a une forme parallélépipédique dont la base est proche du carré.

* Les murs sont réalisés avec des pierres pauvrement taillées.

* Seuls les parements d'angle et les contours des ouvertures (portes, fenêtres) bénéficient de pierres taillées.

* La base talutée me semble être un ajout postérieur à la construction du donjon.

* Au sommet, je ne vois point de vestige de mâchicoulis ni de crénelage (voir vocabulaire). Le donjon semble avoir été arasé. Des tuiles rondes forment un toit au dessus du 2ème étage.

* En partie basse, une porte a été aménagée. Ceci est inhabituel pour un donjon fortifié. La salle basse est généralement aveugle et accessible uniquement depuis l'étage supérieur par une échelle amovible. L'architecture de cette porte basse me fait penser que cette ouverture n'est pas récente. Elle a été créée il y a plusieurs siècles, certainement après les périodes guerrières (16ème siècle ?).

* Evidemment, si une porte a été aménagée en bas, il faut un moyen facile pour d'accéder à l'étage. C'est donc un escalier en pierre qui a été construit certainement à la même époque (16ème siècle ?).

La tour est si grande qu'elle cache le gîte rural

      L'intérieur :

* Le site castral n'est pas visitable.

* Je me console en dormant une nuit dans le confortable et agréable gîte rural situé à quelques mètres de ce vestige médiéval.

.

La découverte du diaporama est ici.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle, construction du château (à vérifier). Il appartient au Comte de Roussillon.

* Au début du 12ème siècle, le Vicomte (voir titre de noblesse) de Taxo reçoit ce château du Comte.

* En 1344, le Roi d'Aragon attaque le château. La partie supérieure du château est très abîmée (à vérifier).

* Au 14ème siècle (à vérifier), les moines de l'abbaye Cistercienne de Fontfroide arasent d'un étage le donjon, le couvrent d'un toit en tuiles puis transforment la tour en grange fortifiée.

* Au 18ème siècle, la carte de Cassini montre un site non ruiné.

* En 1956, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, la commune d'Argelès prend possession de la tour.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Je fais grise mine de n'avoir pas pu entrer dans cette grise tour

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66

Vers Menu châteaux des

Pyrénées Orientales

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 06:07

 

Département 30 - GARD

  Le blason va-t-il me révéler les secrets du château fort ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Durfort est située à 40km au Nord-Ouest de Nîmes, à 30km à l'Est de Le Vigan et à 8km au Sud-Sud-Ouest d'Anduze.

 

     Coordonnées du château :

43° 59' 27" N3° 57' 20" E
 43.99095467° 3.95555556°

 

 

Le château :

        L'extérieur :

Questionnement

* Parfois, en regardant le blason d'une commune, il est possible de deviner une partie de son histoire ou des propriétaires du site fortifié.

* Mais après de longues minutes, je suis dans l'inconnu.

* C'est donc un Chevalier dans le doute qui s'avance lentement.

 Une énigmatique tour médiévale

La découverte

 * Le bourg est posé une colline.

 * Sa forme circulaire ne laisse aucun doute sur ses origines anciennes et sa fonction défensive.

 * J'emprunte une entrée nommé : Le Pourtalet.

 * Chaque rue sent la pierre.

 * J'ai l'impression de marcher dans les ruelles d'un autre âge.

 * Soudain, mes poils se hérissent.

Voyez vous cette merveille ?

 

Rapide analyse

 * La tour a une base quadrangulaire.

 * Elle est construite en pierres à bossage.

 * A plusieurs mètres du sol, la tour possède une porte.

 * Sous la porte, les trous de boulin (voir vocabulaire) m'informent qu'une passerelle d'accès en bois existait.

 * Au dessus, les corbelets ont certainement porté un toit au dessus de la passerelle.

 * La fente au dessus ressemble plus à un puits de lumière qu'à une archère primitive. Depuis mon endroit d'observation, je n'ai pas les moyens de vérifier mes dires.

 * Le sommet me surprend. Il est difficile d'imaginer que la tour se terminait par une simple terrasse. Je ne vois aucune trace de corbeaux ni de consoles me permettant de supposer que crénelage et mâchicoulis existaient.

 * Tout en respectant la propriété privée, je contourne la haute construction.

 * Sur une paroi apparaît une ouverture avec un imposant ébrasement extérieur. Je pressens que puits de lumière cela est.

 

        L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle construction du château (à vérifier).

* En 1293, le dernier seigneur Durfort décède sans héritier. Le site appartient à l'évêque de Maguelone.

* En 1726, la seigneurie est possession de la famille Limery.

* En 1737, par mariage, le site appartient à la famille Cadolle.

* A la fin du 20ème siècle, le château appartient toujours à la famille Madolle.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du bourg et du château est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Hélas, par manque de passerelle, la porte est inaccessible

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 06:10

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 Voyez vous un château fort ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Rochette est située à 30km à l'Est de Gap, à 10km au Nord d'Aspremont (voir son château) et à 8km au Sud de Luz la Croix Haute.

 

     Coordonnées du château :

44° 35' 19" N 5° 43' 18" E
 44.5886632397°  5.72171777486°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Errance et rance

* Votre Chevalier Dauphinois part en vacances vers la Méditerranée.

* Evidemment, comme il n'apprécie point les autoroutes ni la vitesse, il choisit l'itinéraire par Sisteron.

* Ne souhaitant point perdre trop de temps, votre Dauphinois ne se lave que très peu durant ce voyage de plusieurs jours. Rance est l'odeur qu'il dégage dans sa lente promenade.

* Soudain son destrier stoppe. Ceci est le signe qu'un château est proche.

Le voyez vous ?

 Est ce la forteresse du vertige ?

Cyrano je clame !

«C'est un roc ! ... C'est un pic...

C'est un cap !

Que dis-je, c'est un cap ? ...

C'est une péninsule !»

* Certes, je m'emporte un peu devant cette ruine dont la forme semble unique.

 

Que voir sur cette face ?

* Planté sur son rocher, le cubique vestige ne ressemble plus à un château fort.

* J'ai l'impression de ne voir qu'un pan de mur indéfinissable.

* Mais avec un peu d'attention, je vois sur la gauche.... comme un petit mur.

* Je contourne le rocher..... par la gauche bien sur.

* Par sa couleur, le mur à angle droit se fond au rocher.

* Je suis étonné de la pauvreté de la taille des pierres ainsi que de leurs dimensions.

* Par contre, le parement d'angle me surprend agréablement.

 

 

        L'intérieur

Sont ce les entrailles ?Je vole des images pour ne point voler dans le ciel

* Avec le vent violent et tourbillonnant, je ne peux point gravir la pente pour déguster ses entrailles.

* Je vais donc faire une analyse de loin.

 

Que de détails !

* Les vestiges montrent un haut et puissant donjon central entouré de murs.

* En de nombreux endroits, le sol ne semble pas avoir été aplani.

* A la base de la tour, un vestige de porte apparaît.

* En observant mieux, j'aperçois une autre ouverture au même niveau. Elle doit communiquer avec un bâtiment ou une salle adjacente.

* Je contourne le rocher et je vois....... hoooooo.....
.......les vestiges d'une voûte avec la baie de communication.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

Cette ruine mérite LA couronne de fleurs en récompense de sa beauté !

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le château est possession des seigneurs de Bôchaine et de La Beaume-Noire.

* Au 13ème siècle, ces 2 familles possèdent toujours le château.

* Au 14ème siècle, la seigneurie est détenue par la famille Artaud.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est dangereuse.

 

Même ruiné, le château est encore très puissant !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article