Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:07

 

Département 24 - DORDOGNE

 Une forteresse médiévale que le temps a adouci

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Sainte-Mondane est située à 40km au Sud-Sud-Ouest de Brive La Gaillarde, à 12km au Nord-Nord-Ouest de Gourdon et à 10km au Sud-Est de Sarlat La Canéda.

   Coordonnées du château :

44° 50' 33" N1° 20' 55" E
 44.8425965° 1.348647600°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    A une portée de flèche au Sud-Est de Sainte Modane, sur une petite butte se dresse la forteresse de Fénelon. De l'extérieur, cette masse n'est pas facile à appréhender.

  Je vous propose l'analyse du plan.

 

Le plan Un plan très coloré et anguleux

* Le château est protégé par 3 enceintes.

* La "rouge" est constituée de défense en éperon datant du 16ème siècle. Ces "pics" permettent de ne pas avoir d'angle mort. Les canons protègent parfaitement la courtine.

* Cette enceinte "rouge" n'est pas très haute permettant ainsi aux défenseurs du château et de la 2ème enceinte de défendre de loin.

* Si l'assaillant entre par le châtelet, il se retrouve sous le feu des défenseurs sur l'enceinte "verte".

* A l'intérieur de la "rouge" il n'y a pas de cachette ni d'endroit de repli au cas pour protéger l'assaillant.

* Pour pénétrer dans le château, l'assaillant doit contourner le chemin jusqu'aux écuries. Etant droitier, il se retrouve handicaper pour se défendre. Il est sous le feu mixte des défenseurs dans le château et sur l'enceinte "verte".

* Croyant avoir enfin la situation bien en main, l'assaillant "confiant" se retrouve face à un 2ème châtelet.

* Le rempart "bleu" permet la défense de la basse-cour, lieu où les habitants du bourg et les paysans se réfugient avec leurs bêtes.

Je vous démontre tout ceci en images

 

L'approche

1 - De loin, le château présente un rempart de faible hauteur.

2 - Les éperons du premier rempart facilitent la défense par arme à feu.

3 - Les vieux bâtiments médiévaux sont renforcés par des contreforts.

4 - Les arbres récents ne sont point des systèmes défensifs.

5 - Le châtelet d'entrée est classiquement défendu par les efficaces mâchicoulis formant bretèche.

6 - En franchissant le châtelet, l'assaillant est sous le feu du 2ème rempart et des tours du château.

    La petite échauguette peut vous paraître minimale pour la défense. En réalité son efficacité est maximale car elle permet un tir au mousquet (ou petit canon), puis, par ses petits orifices, couvre les angles morts où l'assaillant pourrait avoir l'idiotie de se réfugier.

 

123456

 

Je passe le châtelet

7 - La 2ème enceinte est construite sur le rocher, donc très solide.

8 - Sur ce chemin, l'assaillant est sous le feu des défenseurs et ne peut pas se protéger.

9 - S'il parvient à contourner la ronde tour, il se retrouve sous le feu d'un canon avec tirs rasants depuis une autre tour.

 

789

 

Le 2ème châtelet

10 - L'assaillant se retrouve bloqué dans une cours à angle droit.

11 - S'il veut  attaquer le mut à droite, il se retrouve sous du tir rasant d'un canon dans le châtelet.

12 - Avez vous remarqué une curiosité architecturale sur la bretèche du châtelet ?

13 - Les mâchicoulis (voir vocabulaire) se prolongent sur le mur adjacent.

14 - Ce doit être pour protéger la petite ouverture en dessous.

 

1011121314

 

Je traverse le 2ème châtelet

15 - Le 2ème châtelet est une "souricière" pour les assaillants.

16 - Puis, sur la droite, le pauvre attaquant est sous le feu des puissantes tours du château médiéval.

17 - La construction médiévale est bâtie sur le rocher, empêchant le travail de sape.

18 - Au sommet des premières tours, le crénelage du chemin de ronde couvert.

19 - Les autres tours possèdent des mâchicoulis et des fentes de tir pour fusil.

20 - Les tours se touchent comme pour montrer à l'assaillant que point de passage il y a.

 

151617181920

 

Curiosités défensives

21 - Sur ces 2 tours, plusieurs curiosités architecturales s'offrent aux castellologues curieux.

Les voyez vous ?

22 - Sous une ouverte carrée, 3 trous alignés. Ceci n'est point un pigeonnier car il n'y a pas de rebord. Ce sont donc 3 ouvertures de tir pour fusil permettant un choix d'angle de visée.

23 - En fusionnant, les 2 tours masquent une fenêtre. Cela prouve de celle de gauche est postérieure.

24 - A l'origine la tour comportait une archère droite puis une archère cruciforme. Pour s'adapter à l'amélioration des techniques de défense, sous chacune d'elle a été implantée une arquebusière.

25 - Cette tour, construite au 15ème ou 16ème siècle, possède deux véritables canonnières curieusement "aidées" d'une arquebusière.

 

2122232425

 

 

Pour découvrir le logis seigneurial, veuillez cliquer ici.

 

 

 

 

Tous les système défensifs médiévaux se lisent sur cette tour

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 07:06

 

Département 30 - GARD

  Courbe est ce rempart

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Aramon est située à 30km au Nord-Est de Nîmes, à 25km au Nord d'Arles et à 13km au Sud-Ouest d'Avignon.

     Coordonnées du château :

43° 53' 28" N 4° 40' 52" E
 43.89121673°  4.681012630°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'arrivée

* Ce bourg, en bordure du fleuve Rhône et proche des terres Papales d'Avignon, fut un port important pour le Roi de France. Je ne suis donc pas surpris de me trouver face à un haut rempart.

* Mais ce mur n'est point celui de la cité, c'est celui du château.

* Le bâtiment clair avec ses multiples fenêtres est l'habitation moderne du 19ème siècle de ce vieux château médiéval.

 En haut, un créneau, hooooo

La découverte castrale

* Je poursuis ma découverte du long mur-rempart.

* Les pierres sont parfois peu alignées, mal taillées, de dimensions aléatoire.

* Il semble que les siècles n'ont point épargné cette construction défensive.

* Curieusement, je ne vois ni archère, ni crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Au fond, un pont comporte quelques systèmes défensifs. Mais les créneaux ayant été construits au 19ème siècle, je ne les détaillerai pas.

* Je monte vers le château. Je ne m'attarde pas devant les bâtiments modernes et les crénelages très refaits.

* Soudain, je découvre l'entrée fortifiée.

- La paroi possède de nombreux trous de boulin.

- Les trous proches du crénelage ont certainement porté un hourdage en bois

- Certains merlons possèdent une petite archère droite.

 

        L'intérieur :

C'est la fin (?)

   Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. Je rebrousse chemin pour chercher une taverne.

 

  Une place qui se place en tête des beautés à voir

Le bourg
        L'extérieur :

La surprise dans le bourg

* Lentement, j'erre dans les petites rues.

* Soudain, ma chance de castellologue amateur me fait découvrir cette place avec une petite merveille.

* "Moderne est cette place !" pensez vous.

* Certes, les pavements au sol et les chevaux mécaniques montrent un décor de votre 21ème siècle.

Avez vous regardé la tour ?

* Même si elle a été consolidée, même si elle a été modernisée, la tour anguleuse garde des traces de son passé médiéval.

"Chevalier, tu vois le Moyen Âge partout !" me hurlez vous.

* Certes, il m'arrivent parfois de rêver plus que de voir. Mais faites un effort.

Que voyez vous ?

* A mi-hauteur, une fenêtre Romane bouchée, puis au dessus des archères droites obstruées.

 Cette tour a subi un vol de corbeaux !

Une autre surprise

* Heureux de mes découverte, je déambule en sifflottant comme un amoureux ayant eu une bise de sa belle.

* Un Chevalier ailé de bonheur vole.

* Soudain, je suis hélé.

"Holà, ailé Chevalier !"

* Je retombe sur le sol et je vois un rempart dont les corbeaux (ou consoles ?) ont disparu.

* Mais c'est surtout la tour carrée qui m'émeut.

* Les vestiges de console m'informent que des mâchicoulis existaient.

 

C'est la fin pour vous

 

* Je vais donc partir à l'aventure dans les ruelles et les passages où les arcades sont nombreuses et variées.

 

Le diaporama du bourg et château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Durant le Haut Moyen Âge, Aramon, proche du fleuve, subit de nombreuses attaques et pillages.

* En 1229, par le Traité de Paris, Raymond VII Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse céde la plus grande partie du Languedoc au Roi de France Saint Louis. Aramon devient propriété Royale.

* Au 13ème siècle, construction d'un rempart autour d'une tour (à vérifier). Le château est possession de plusieurs seigneurs.

* Dans le premier quart du 15ème siècle, Charles VI échange ses parts du domaine avec Louis II de Poitiers, Comte de Valentinois et de Diois.

* En 1489, Aymar de Poitiers vend ses terres de Saramon à Pérette Saratte. Un long procès en donation s'en suit.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la ville et le château souffrent des échauffourés entre Catholiques et protestant qui successivement s'emparent puis fuient la site.

* En 1551, Diane de Poitier, Duchesse de Ventinois, obtient du Roi Henri II (voir liste des Rois), le château d'Aramon. Elle fait modifier l'architecture du château pour le rendre confortable suivant les normes de la Renaissance.

* En 1635, Jacques de Sauvan est le nouveau propriétaire. Le site devient le siècge d'un Marquisat.

* En 1639, le château se compose d'une tour-rempart, de jardins et de plusieurs bâtiments d'habitation.

* En 1650, Hector de Monteynard, occupe le château (à vérifier). Il semblerait que cette appropriation soit suivie de nombreuses détériorations.

* Vers 1792, les Révolutionnaires saccagent le château.

* En 1858, la famille Sauvan réalise de nombreux travaux de consolidation du château puis des travaux d'aménagements.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du bourg et du château est libre et gratuite depuis les rues et ruelles. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Toute la symbolique défensive du Moyen Âge est visible ici

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 07:06

 

 

Département 12 - AVEYRON

  4 tours d'angle et de petites courtines : Le symbole parfait du château fort

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

              La commune de Montpeyroux est située à 70km au Nord-Ouest de Millau, à 50km au Sud-Est d'Aurillac, à 40km au Nord-Est de Rodez et à  20km à l'Ouest de Nasbinals.

 

     Coordonnées du château :

44° 39' 25.16" N2° 48' 27.09" E
 44.656989° 2.807525°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Le hameau du Bousquet se situe à 3km au Nord-Ouest de Montpeyroux.

* En arrivant, il est impossible de ne pas voir le château fort. Posé sur une petite colline au sommet du hameau, il survole les maisons et les grands arbres.

* Dans quelques brochures, il est notifié que cette construction est l'un des plus beaux châteaux forts du Rouergue.

Pensez vous comme moi que ce qualificatif n'est point usurpé ?

 

  J'ai l'impression d'être au 14ème siècle !

Je suis en transe !

    De suite, je suis charmé par ce château bicolore construit en pierre de basalte. Ce château est symétrique en forme et dimensions avec une petite particularité. Il est composé de :

* 4 tours d'angle de forme ronde,

* Sur une face, une tour polygonale posée au centre.

* Sur la face opposée, une tour "trapézoïdale" contenant l'escalier.

* Toutes les 6 sont coiffées en poivrière.

* Les courtines possèdent 3 niveaux sur rez de chaussée.

 

 

Les système défensifs

   Ce château ayant été toujours habité, il semble logique que le  "modernisme" et le confort (ouverture de nombreuses fenêtres) aient adouci son aspect guerrier.

   Pourtant, il a conservé de belles preuves (parfois que l'on devine) de son origine médiévale :

* Le fossé a été comblé puis remplacé par des communs.

* Le rempart n'est plus qu'un souvenir.

* La base des tours comporte des fentes verticales parfois cachées par la végétation.

* En regardant par la fente, je constate que le mur a une épaisseur voisine de 2 mètres.

* Sous les fenêtres des archères droites ont été modifiées pour des mousquets.

* Au sommet, les tours possèdent :

- Un chemin de ronde,

- Des mâchicoulis (voir vocabulaire).J'adore voir ces systèmes défensifs du Moyen Âge !

* Entre les tours, le chemin de rondes se poursuit avec les classiques et efficaces mâchicoulis.

  Tous ces symboles guerriers n'empêchent point les hommes de faire leurs besoins. Des latrines en encorbellement sont visibles dans les angles.

 

 

        L'intérieur :

Vais je entrer dans cette beauté ?

* La grille extérieure est ouverte,

* Lentement j'entre dans la cour du château,

* Un pesant silence m'accompagne dans l'allée,

* Je suis devant la porte de style gothique rayonnant,

* Aucun panneau m'invite à entrer,

* Je toque fébrilement,

* Point de réponse,

* J'insiste avec la politesse d'un Chevalier....

 

Le futur est ailleurs

* Le miracle opère, la porte s'ouvre,

* Une merveilleuse princesse souriante me dit : "Bonjour",

* Hélas, j'apprends que le château n'est pas visitable ce jour,

* Mon hôtesse m'invite à revenir la semaine prochaine,

* Ce qu'elle ignore c'est qu'il ne me reste que 2 jours à passer en Rouergue avant la fin de ma croisade.

* Je me promets de revenir dans le prochain siècle pour conquérir cette forteresse unique.

 

Le conseil du Chevalier

    Si vous passez proche de ce château, ne manquez pas de faire le petit détour pour le découvrir :

* S'il est fermé, vous serez plongé dans le Moyen Âge par l'ambiance et l'architecture.

* S'il est ouvert, vous découvrirez des pièces meublées et des "vêtements" médiévaux magnifiques.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, une famille Montpeyroux est citée dans un texte.

* Au 14ème siècle, construction de l'actuel château par la famille De Montpeyroux.

* En 1588, la seigneurie appartient à la famille De Roquefeuil

* En 1634, naissance de Jean De Roquefeuil. Ce personnage aurait été un ancêtre de l'illustre famille Rockefeller.

* En 1709, Debert réalise un magnifique plafond dans la chapelle.

* Vers 1792, les révolutionnaires s'attaquent au château mais ne le détruisent pas. Le mobilier est vendu.

* Au 19ème siècle, le site est toujours possession de la famille De Roquefeuil.

* Dans la première moitié du 20ème siècle, le château appartient à Gabriel Gaston. Cet amoureux du patrimoine réalise plusieurs travaux de consolidation. Grâce à lui, le château échappe à la ruine partielle.

* En 1951, Fernande Dijols achète le château. Tout en l'habitant, elle oeuvre pour sa réhabilitation puis son classement au patrimoine.

* En 1978, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture.

 

Un château qui restera secret pour moi

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 09:48

 

 

Département 48 - LOZERE

 

  Voyez vous un vestige de construction fortifiée ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

           La commune de Fau-de-Peyre est située à 35km au Sud de Saint Flour, à 25km au Nord de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 7km au Nord-Ouest de Aumont-Aubrac.

 

     Coordonnées du château :

44° 44' 54" N3° 13' 22" E
 44.74825186° 3.2228216528°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Dualité

* Mon dictionnaire des châteaux forts affirme que la commune de Fau de Peyre possède au Nord un site fortifié ruiné.

* Curieusement, une ancienne brochure sur les châteaux du Gévaudan cite une construction du 17ème siècle en mauvais état.

Où est la vérité ?

Le château Renaissance a-t-il été construit sur le site médiéval ?

* C'est avec ces doutes et ces questionnements que je me rends en ce bourg localement connu pour son restaurant.

* Je me dis : "Si la ruine me déçoit, je me consolerai avec un bon repas".

 

 

Un mystère mystérieux !

* Par une journée agréable avec un joli ciel bleu moutonnant, mon magnifique destrier trottine doucement vers le bourg de Fau de Peyre.

* Arrivée proche du cimetière, mon palefroi me fait signe de descendre et me quitte pour manger quelques brins d'herbe d'Aubrac.

* C'est à ce moment que je remarque..... le vide.

* Je lève la tête, mais aucune ruine s'amuse à créer des ombres.

* Je baisse les yeux pour tenter de voir des traces au sol (comme je l'ai fait pour un site du Roussillon).

Il n'y a rien !

 

 Etait ce la chapelle castrale ?

Le raisonnement de votre Chevalier

* Voyant une église, j'imagine :

- Que fortifiée elle pu être

- Ou chapelle castrale elle fut.

* Ce moutier a une architecture Romane.

* Mais le bâtiment ne comporte aucune trace (même infime) de système défensif.

Vais je revenir bredouille ?

 

 

Echec.... mais pas mat !

* Je regarde si, le mur du cimetière possède des pierres taillées, à bossage, avec trou de boulin, ou vestige de fente d'archère.

* Rien, il n'y a aucune trace de remploi de pierre d'un château.

* Je regarde au sol pour trouver les traces de fondation.

* Rien, il n'y a pas de frémissement d'un passé construit.

* Pourtant, ma carte indique "la rue du château".

* Soudain, j'entends une voix.

Suis je la réincarnation de la « Pucelle d'Orléans » ?

 

 Voyez vous ce fantôme d'un passé pas si lointain ?

La vérité sur le passé... composé par un habitant.

* Un chaleureux Faupeyren, voyant un "étranger" la truffe au sol et l'air triste, sollicite mon attention.

* Il a bien compris que Le Dauphinois Chevalier cherche le château.

* Il m'explique qu'il a été détruit (pour cause de danger) et a laissé la place à un parking.

* Mais, cet amoureux du bourg en a gardé des "traces".

 

 

 Les daguerréotypes

* Cette image montre l'église à droite et le château à gauche.

* L'église semble figée dans le temps.

* Le château est en ruine, comme l'avait annoncé mon patient interlocuteur.

* En m'approchant de l'image, donc du château, je vois :

- Une pièce sans toit avec une porte parallélépipédique,

- Le pieddroit d'une cheminée,

- Les bases d'une échauguette d'angle sur culots.

* Il est difficile d'identifier un château médiéval sur cette image du passé, mais la pose des pierres, la taille et le système défensif sont des indices me faisant croire que la construction d'origine ne pouvait pas être Renaissance.

Qu'en pensez vous ?

 

Sont ce les murs d'un château médiéval fortifié ?

 

 

Histoire du château :

* Au début du 12ème siècle, une église est construite. Il n'est fait aucune mention d'un château.

* Au 17ème siècle, construction d'un château Renaissance par le seigneur de Peyre.

* A la fin  du 18ème siècle, suite aux dégâts causés par les Révolutionnaires, l'église est consolidée.

* En 1963, le conseil municipal vote la démolition des ruines du château devenues dangereuses.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite.

 

Au siècle dernier, la ruine du château était encore visible

    

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 07:30

 

 

Département  40 - LANDES
 

 

Le bourg :

Est ce une église ou un rustre bâtiment médiéval ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Caupenne est située à 30km au Sud-Ouest de Mont de Marsan, à 12km Est-Nord-Est de Haguetnau et à 6km au Sud de Mugron.

 

     Coordonnées de l'église :

43° 41′ 1.04″ N0° 44′ 44.33″ W
 43.683624° -0.745649°

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    Située en face du château de Caupenne (qui est bien trop jeune pour figurer dans ce blog) une massive construction se fait dorer au soleil Landais.

    La différence de couleurs des pierres m'informe que cette église a subi de nombreux aménagements.

 

 

La base de la tour

     Moi qui d'habitude inspecte de suite les systèmes de défense, je ressens le besoin de détailler l'architecture de cette religieuse construction. Cela commence par ses anciennes portes ogivales aujourd'hui obstruées (cette construction me fait penser à celle de Vicq d'Auribat).

Avez vous remarqué les contreforts à larmier ?

1 - Leur faible hauteur me surprend.

La tour aurait elle été surélevée après sa construction

en laissant si bas les contreforts ?

2 - Les contreforts aux angles confirment ma supposition première. Les bâtiments accolés sont postérieurs à la tour.

Un chevet purement Roman

 

 

Collatéral et chevet

* Alors que je croyais l'église en pur Roman, je découvre une fenêtre à remplage de style gothique. Mais en examinant mieux, cette ouverture appartient au collatéral droit construit après l'église originale.

(ouf, je pensais ne plus rien connaître en architecture).

 * Le chevet semi-circulaire est réalisé avec des pierres de moyennes dimensions et jointives. Sous le toit, une jolie corniche à billette est soutenue par des modillons sculptés que le temps n'a pas épargnés.

* De nombreuses fenêtres ont disparu mais leur mémoire perdure grâce aux rinceaux.

* Sur la gauche du contrefort, la baie plein cintre (aujourd'hui obstruée) comporte encore de jolies colonnettes avec chapiteaux historisés.

Oups... Il faut que je me ressaisisse, point touriste je dois être !

Le Chevalier-Castellologue est de retour !

 

 

Le clocher-tour

    En prenant un peu de recul, je comprends que la défense de cette église était assurée par une puissante et haute tour.

Avez vous remarqué une curiosité à l'arrière ?

    Coté nef, la tour possède une ouverture pour une porte d'accès à.... Ce ne peut pas être le toit pour changer les tuiles. J'opte pour un chemin de ronde.

    Il y aurait eu un étage au dessus de la nef avec certainement crénelage et salle de repli.

 

Crénelage et archère cruciforme  

Le système défensif

* Dans cette région de plaines, la tour permet de voir très loin.

* Pour voir, il faut des ouvertures matérialisées ici par des créneaux.

* Et pour se défendre, il faut des fentes.

* Cette tour possède une archères cruciforme à croix pattée au Nord, et une autre au Sud.

 Question :

Si la face Est comporte un système défensif, le chemin de ronde au dessus de la nef....

... Pourquoi n'y a-t-il aucun système défensif à l'Ouest ?

 

 

 

 

    L'intérieur :

       Pour entrer dans l'église il faut passer par ce porche. L'escalier montant dans la tour est hélas fermé par une porte avec une serrure dont point la clé j'ai.

 Mais, dans ma tristesse, j'ai la chance de découvrir 3 détails :

1 - Une marque (de tâcheron ?) qui fascinerait certainement le Chercheur d'Empreintes.

2 - Une pierre tombale de Raymond de Caupenne, mousquetaire du Roi, Chevalier de Saint Louis.

3 - Une pierre tombale de Jeanne de Trubesse, Baronne de Caupenne.

 

 

 
 Histoire de l'église et du bourg :

* Au 10ème siècle, une famille Caupenne est citée dans un texte.

* Au 11ème siècle (?), un château fort est construit au lieu-dit actuel : Castet Bielle.

* Au 12ème siècle, construction d'une église.

* Au 13ème siècle, la seigneurie est érigée en Baronnie (voir titre de noblesse).

* Au 14ème siècle, l'église est fortifiée (grande tour carrée servant aujourd'hui de clocher).

* Au 15ème siècle, l'église reçoit 2 collatéraux.

* A partir de 1540, les guerres de religion font rage. C'est durant ce siècle que le château fort de Caupenne est détruit.

* Au 17ème siècle, construction d'un porche pour l'église et édification d'un château de plaisance en face appartenant à la famille Cès-Caupenne.

* Au 18ème siècle, l'église reçoit un mobilier ainsi qu'un maître-autel en marbre sculpté par Mazzetti.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Le dimanche, l'église regarde les vachettes dans l'arène

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Vers Menu châteaux des Landes

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 07:47

 

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

   Est ce un mirage ?

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Ployart-et-Vaurseine est située à 80km Est-Nord-Est de Compiègne, à 40km au Nord-Ouest de Reims, à 35km au Nord-Est de Soissons et à 15km au Sud-Est de Laon.

 

   Coordonnées du château :

49° 29' 52" N03° 44' 20" E
 49.4979786265° 3.738823682°

 

 

Le château

     L'extérieur :

Erreur de raisonnement

* Au Nord de la petite commune de Vaurseine, un panneau attire mon attention.

* Le support étant quelque peu branlant et mal calé, je suppose que la tour dont il donne la direction est dans le même état.

* C'est donc sans grand empressement que je suis la flèche (heu... "suis" du verbe "suivre" et non pas "être").

* Dans mon errance, je vois un bâtiment. Il est entouré qu'un mur (ancien ?) et possède des fenêtres avec arc plein cintre.

* Je pressens qu'il n'est pas le but de ma croisade.

* Soudain, en bordure d'un des nombreux étangs, je vois une haute et belle forme.

* Moralité : Ne jamais tirer de conclusion sur un seul indice !

 

 Dois je louer une barque pour le visiter ?

Analyse de loin

* De rempart et autre courtine, je ne vois point.

* Ne distinguant qu'une haute construction, je comprends la dénomination "Tour de Vaurseine" notée sur le panneau.

* Lentement j'avance vers ce fantôme d'un autre âge.

* Sa blancheur surprend dans cet univers où le vert domine.

 

 

Que voir ?

   
Miroir, joli miroir, suis je la plus belle ?

* Les pierres sont correctement taillées et jointives.

* La base de la tour est talutée.

* La partie basse possède une archère droite (du début 13ème siècle).

* La forme ronde comporte une rupture.

Etait ce le départ d'un mur ?.... Une courtine ?

* Les salles sont éclairées par de petites fenêtres rectangulaires.

* A l'étage supérieur, je distingue une ouverture rectangulaire avec un linteau. Je suppose que ce fut la porte d'accès à la tour.

* Comme souvent, la protection de la base est assurée par des mâchicoulis sur consoles.

* Bien que la partie supérieure me semble avoir été refaite "récemment", elle possède le classique et efficace crénelage dont chaque merlon possède une archère droite.

Voyez vous la base talutée ?

 

Une dame blanche en ses vertes terres

 

 

 

    L'intérieur :

* La belle est dans une propriété privée.

* Etant un Chevalier respectueux, je ne tente pas l'intrusion.

 

 

Le diaporama est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

Ma documentation est pauvre sur l'histoire de ce château.

Je me suis servi de Google-Book pour trouver les traces des familles ayant possédées cette seigneurie.

Comme vous le savez, l'orthographe des noms est parfois facétieuse au Moyen Âge.

Il est possible que mon historique ne soit pas entièrement vrai.

 

* En 1156, Guy de Montchalons, marié à Hodierme, est seigneur de Vaurseine.

* En 1163, Payer de Montchalons est seigneur de Vaurseine.

* En 1220, le chevalier Gobert de Montchalon (fils de Guy ?), marié à Galée de Bièvre, est seigneur de Vaurseine.

* En 1247, Gerard de Vaurseine possède la seigneurie.

* En 1255, Anselme de Vauseine, marié à Agnès de Montchalons, est seigneur de Vaurseine.

* En 1262, Anselme II de Vauseine possède la seigneurie.

* En 1357, Jean de Vaurseine est seigneur de ce site.

* En 1394, Jeanne de Vendresse est dame de Vaurseine.

* En 1398, Pierre de Vendy, fils de Jeanne, est seigneur de Vaurseine.

* Au 15ème siècle, construction de la tour (à vérifier.... car je suis surpris qu'une tour de ce siècle possède une simple archère droite).

* En 1447, Jean de Ravenel est seigneur de Vaurseine.

* Vers 1540, Isabeau de Mandy apporte les terres de Vaurseine à son époux Henri de Riencourt, seigneur de Parfondru.

* En 1660, Gaspard de Brail est Baron de Vaurseine (à vérifier).

* En 1690, Charles Levent, marié à Elizabeth de Lettre, est seigneur de Vaurseine.

* Vers 1700, Madeleine Levent, fille de Charles, apporte la seigneurie de Vaurseine à son époux Pierre Antoine Parat.

* Vers 1717, Madeleine-Charlotte Parat, fille de Pierre Antoine, apporte la seigneurie de Vaurseine à François-Charles Bezanne.

* En 1914, les Allemands utilisent la tour comme point de base pour les bombardements contre les armées Françaises (à vérifier).

* En 1927, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site castral est libre et gratuite depuis la route et les sentiers. La visite de la tour est interdite. Veuillez respecter les propriétés privées et la tranquillité des habitants du bourg.

 

Quelle mystérieuse tour

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 07:10

 

 

Département 30 - GARD

  Quelle merveilleuse beauté !

 

Le bourg

       Situation :   (--> le voir sur une carte

           La commune de Ponteils-et-Brésis est située à 50km au Sud-Ouest d'Aubenas, à 45km au Sud-Est de Mende et à 30km au Nord-Nord-Ouest d'Alès.

 

     Coordonnées du château :

44° 23' 02" N3° 58' 58" E
 44.38390057° 3.98293018°

 

 

Le château : 

       L'extérieur

Il est là haut !

* A 2km au Sud du Bourg, sur une colline proche de la rivière La Cèze, apparaît une grise construction.

* En cette journée où l'ombre est rare et où la végétation est brune, le château se distingue peu.

* Il me faut utiliser l'infra-rouge de Terminator pour mieux analyser l'architecture de cette ruine magnifique.

* Avec le jour qui se lève, avec de la concentration, je commence à comprendre cette ruine.

 

 Vais je connaître tous ses secrets ?

Premières impressions

* Le château est bâti sur un rocher polygonal.

* La construction est entourée sur trois cotés par une escarpe parfois taillée par l'homme.

* Un premier rempart existait (information donnée par ma petite documentation) mais semble avoir disparu.

* La courtine arrondie du château possédait des fenêtres transformées en "trous" suite aux vandalismes d'un de ses anciens propriétaires (voir historique).

* Des fentes verticales défensives sont encore visibles. Elles ont été réalisées avec une pierre plus tendre de couleur claire.

* En contournant le site :

- Je crois voir au premier plan le rempart extérieur très arasé.

- Puis un bâtiment d'un étage ressemblant à un commun.

- Et enfin, une haute construction que j'ose nommer : Le donjon.

(Je pressens que les puristes vont me fustiger et que les spécialistes de ce château vont me quémander de changer la qualification. Mais j'ai été inspiré par les corbeaux).

Les voyez-vous ?

 

 

La suite de la découverte est fascinante

Quelle magnifique tour carrée !

* Le clou du spectacle est incontestablement : La tour carrée.

- Elle est située dans le quart Nord-Est.

- Elle est bâtie avec des lauzes de schistes.

- Elle s'élève à 15 mètres.

- Elle possède 3 étages.

- Les piliers de pierres au somment de chaque angle sont surprenants.

Avez-vous remarqué la corniche ?

 

 

        L'intérieur

  Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. Je me console :

- En admirant le magnifique paysage sur les collines Gardoises. 

- Puis en consultant la vue depuis le ciel.

- Et enfin, en tentant de comprendre l'architecture.

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'une fortification pour surveiller le passage dans la vallée. Il est possession de la famille chevaleresque du Bas Languedoc nommée : Hérail.

* Au 13ème siècle, Pierre Hérail de Brésis fait construire l'actuel château fort.

* Au 16ème siècle, le site est le centre d'une Vicomté (voir titre de noblesse). L'élévation à ce titre serait due au roi de France François 1er.

* En 1687, le site est considéré comme une place forte décrite comme bien meublé avec des tapisseries de Flandres et de la belle vaisselle.

* Au début du 18ème siècle, durant la guerre des Camisards, le site est protégé par des soldats du Roi (voir liste). Il semble qu'ils ne logent point au château mais dans une maison nommée : Le Fort.

* En 1707, la réfection du retable de l'église est confiée au sculpteur Jean Engelbert.

* Au 18ème siècle, par héritage, le domaine appartient à la Comtesse de Caritat de Condorcet, née Anne Hérail de Brésis.

* Vers 1792, le château est propriété de la fille d'Anne : Ailhaud du Castellet.

* Au début du 19ème siècle, terres et châteaux sont la propriété de messieurs Charbonnier et Chabert de Monselgues. Le château n'est pas habité.

* Au début du 20ème siècle, le château est acheté par un antiquaire. Il récupère et vend les cheminées, portes, encadrement et fenêtres.

* Durant la deuxième moitié du 20ème siècle, le site est acheté par les descendants de la famille Hérail. Les propriétaires commencent une campagne de consolidations.

* En 1997, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la limite de la propriété privée. La visite des fortifications intérieures est interdite. Veuillez respecter le silence du site et la tranquillité des habitants.

 

 

Ne voulant pas me voir, la belle ruine gardera ses secrets

    

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 07:05

 

 

 Point de défense visible pour cette église !

Département 24 - DORDOGNE

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Allemans est située à 50km au Sud-Sud-Est d'Angoulême (voir son château), à 40km au Nord-Ouest de Périgueux (voir ses fortifications) et à 11km au Nord-Est d'Aubeterre sur Dronne (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 17' 16" N0° 18' 33" E
 45.287835° 0.309237°

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant devant le clocher-porche moderne de style byzantin je me suis dis :

"Merveilleux Chevalier,

n'aurais tu point commis une erreur ?

Cette église ne semble pas fortifiée."

   Il est vrai que doute j'ai en voyant ce trop moderne moutier qui aurait du être médiéval et fortifié.

 

 

  Quel labyrinthe de formes cubiques

L'enquête commence

    Etant un (vrai) Chevalier Dauphinois, je me dois de montrer ma ténacité. En contournant cette construction religieuse, je vais peut être découvrir ses secrets.

  * Point de ronde forme en ce lieu. L'angle droit est la règle.

  * La différence de qualité des pierres m'informe de plusieurs dates de construction et modification.

  * La chapelle latérale est postérieure à la construction de l'église.

  * La puissance des contreforts d'angle surprend par rapport à la faible hauteur du chevet.

  * En voyant l'arc au dessus de la fenêtre pris dans le contrefort, je pressens que ceux-ci ont été posés après la construction originelle.

Je ne vois toujours pas de système défensif !

  Mais je pressens un frémissement de bonheur en voyant la hauteur du mur de la nef.

Pensez vous que preuves je vais voir ?

 

 Hooo, je vois... Je vois !

Sont ce les défenses ?

* Le chevet plat avec ses 2 imposants contreforts n'a pas la finesse des constructions Gothiques.

* Pourtant, avec ses fenêtres basses et larges (reconstruction ou modernisation postérieure), il montre un peu de légèreté.

* En haut du mur, sous le toit, je remarque deux ouvertures m'informant qu'une salle de repli existe.

* En dessous, les trous de boulin (voir vocabulaire) m'interpellent.

Supportaient ils un hourdage ?

 

 

Il y en a d'autres !

* L'autre façade ressemble à sa consoeur excepté deux détails.

Les voyez vous ?

* Ce n'est point le large contrefort plat

* Ce n'est point la chapelle latérale mais une série d'ouvertures verticales.

- Celles de gauche sont pour un escalier intérieur,

- Cette de droite est pour la salle de repli défensive.

 

 

 

    L'intérieur :

* Comme souvent en notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci n'échappe pas à la règle.

* Mais grâce à une amie ayant visité ce moutier, je peux vous montrer les entrailles.

 

Les modifications n'ont point altéré sa massive robustesse

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église se composant d'une nef unique à trois travées.

* Au 15ème siècle, aménagement de l'église.

* En 1926, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre aux Liens) est libre et gratuite depuis les rues du bourg. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Une salle fortifiée est le secret de cette église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Un mur qui sent bon le moyen âge

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
    La commune d'Espalion est située à 110km au Sud-Est de Brive la Gaillarde, à 70km au Sud-Ouest de Saint Flour, à 45km à L'Est de Decazeville, à 40km à l'Ouest de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 20km au Nord-Est de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 31' 37.427" N 2° 47' 15.742" E
 44.527063°  2.787706°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Après avoir visité la tour de Masse, je me dirige vers une autre beauté médiévale proche d'Espalion. Dans certains livres, ce site est nommé : Fort de Flaujac.

  Le soleil blanchit ces vieilles pierres

Bien comprendre ce site

     Cette construction est un compromis entre un bourg fortifié et un château fort. Avant de vous montrer les images, il est important d'en comprendre son architecture.

1La vue satellite montre un ensemble de bâtiments ayant une forme trapézoïdale (le coté Nord mesure 60m et le coté Sud : 41m). Le fort comporte une route qui le contourne et une autre qui le traverse.

Nota : Le bâtiment en bas à gauche a disparu rendant l'analyse complexe.

2Le plan du fort au 15ème siècle définit mieux les contours ainsi que les 2 portes d'accès (Est-Ouest).

 

Première analyse 

     De suite, je suis surpris par la qualité "médiocre" des pierres et surtout par la disparité des formes et dimensions.

Est ce du à des reconstructions rapides après attaques ?

   Sur une partie, le mur présente des fenêtres "modernes". Sous la toiture, les vestiges des mâchicoulis (voir vocabulaire) se devinent par l'alignement des consoles.

 

Un mur "plein de constructions" en encorbellement
     Soudain, mon oeil de castellologue-amateur se divertit avec les asymétries de la façade. De nombreuses petites fenêtres s'intercalent entre des latrines (et inversement).

 

 

Une curieuse... curiosité

    Dans cet enchevêtrement de latrines, je remarque une aberration architecturale.

La voyez vous ?

  C'est évidemment la bretèche (ou mâchicoulis) qui "vise" une latrine en dessous. Je pressens que les encorbellements sont postérieurs au système défensif, certainement après le 17ème siècle, époque plus calme.

 

Les systèmes défensifs

    En plus des mâchicoulis (pour la défense proche), le mur possède de petites ouvertures de tir (à droite de le fenêtre) de formes et de dimensions différentes. L'asymétrie est la règle de ce fort.

Pensez vous qu'il n'y ait que linéarité dans les façades ?

   Evidemment non. Comme l'asymétrie est la règle d'or de ce fort, je vois une tour carrée sortir du mur, comme par magie (ou presque).

Avez vous remarqué 2 détails ? La porte Ouest est fortifiée

  Au sommet, une ouverture de tir  protège la courtine. Elle est évidemment complétée par sa consoeur en partie basse et proche du mur. 

En réalité, ceci n'est point une véritable tour, mais.... L'entrée Ouest fortifiée.

 

La porte fortifiée

  Cette tour-porte est fascinante. Bien qu'elle semble dépourvue de pont levis, elle possède tous les systèmes défensifs classiques :

* Une archère dans la salle supérieure.

* Une herse, dont voici le rainurage.

* Un double vantail articulé dans la pierre.

* Une poutre de blocage.

* Une archère latérale protégeant la courtine.

* Un assommoir (au plafond bien sur).

    Je vais maintenant entrer dans le fort.

 

        L'intérieur :

Habitats et vestiges

    Je suis admiratif de l'occupation moderne des locaux médiévaux. Ce site fortifié n'est pas abandonné, nombre de salles et d'étages sont encore habités.

  Mais... qui dépoussière les vieilles ruines ?

Les vrais vestiges

  Les fantômes de bâtiments médiévaux et de leur vie passée sont nombreux :

* Une salle voûtée (entrepôt ?).

* Un pan mur sur trois niveaux. (ne serait ce point de la faïence ?).

* Une entrée de maison avec un bel encadrement.

* Une marche d'escalier qui mène.... vers l'infini.

 

Boire à la source

   Toute cette poussière médiévale m'a donné soif, je vais de suite boire à la source, ou plutôt au puits.

 

 

Histoire du château :

* En 1442, les villageois demandent à Antoine de Castelnau, seigneur de Flaujac, la construction d'une fortification au lieu dit : Quartier del Terral.

* En 1523, une troupe errante attaque et s'empare du fort.

* Durant la seconde moitié du 16ème siècle, pendant les guerres de religion, les Huguenots s'emparent du fort.

* En 1595, aménagement d'une muraille et d'un fossé.

* Au 17ème siècle, une autre porte est percée.

* Au 18ème siècle, de nombreuses fenêtres sont ouvertes.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur des maisons et tours est interdite. Par contre, la découverte des murs en ruine est possible mais avec beaucoup de précaution car le site n'est pas consolidé.

 

Voyez vous une bizarerie arhitecturale ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 07:58

 

 

Département 26 - DRÔME

 Pensez vous que ce village fut fortifié ?

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Allan est située à 60km au Nord d'Avignon, à 50km au Sud de Valence, à 15km au Nord-Ouest de Grignan et à 7km au Sud-Est de Montélimar.

 

     Coordonnées du site fortifié :

44° 29' 53" N04° 47' 49" E
 44.49825473630° 4.79708790779°

 

 

Le village fortifié : 

        L'extérieur :

Préambule

* Notre magnifique royaume de France possède une richesse en vestiges fortifiés d'origine médiévale.

* Dans les régions vallonnées, de nombreuses petites buttes ont été soit habitées, soit utilisées comme point de guet.

* Il n'est donc point étonnant que la Drôme soit un département riche en vestiges.

* Cette province, possession de mon Dauphin (voir liste), est un de mes terrains de recherche et de promenade.

** Conseil à tous les "Parisiens" :

- Durant vos prochains trajets vers les plages de la méditerranée, au lieu de bêtement prendre l'autoroute où vous ne voyez rien, pensez à sortir vers Montélimar ou Livron puis empruntez les petites routes.

- Cette initiative vous fera découvrir des centaines de beautés odorantes et historiques.

 

Douceur, odeur, bonheur sont les qualités de ce site

 

L'approche

* A une portée de flèche à l'Est de l'actuelle commune d'Allan, une butte boisée de 325 mètres porte les traces de nombreuses constructions.

* En ce beau jour de début de printemps, votre Chevalier a décidé d'errer comme un touriste.

* Au diable la lourde armure et le heaume si contraignant. C'est en tong, en short et en chapeau de paille que je vais découvrir cet ancien village médiéval de mon Dauphiné.

* Rapidement je remets mes vêtements de castellologue amateur car c'est une vraie ruine que je vais visiter cet après-midi.

Nota :

- Par un malheureux hasard, je jour de ma visite je n'avais que peu de mémoire dans mon appareil photo.

- Malgré la variété des ruines, la grandeur du site (5 enceintes sont visibles), la beauté des paysages, c'est un reportage rapide que je vais vous offrir.

 

 

Bien qu'en ruine, le rempart protège toujours le villageRempart et porte

* En arrivant dans les premières pentes de la colline, je découvre un haut mur épais. Ce rempart arasé montre encore toute sa puissance protectrice.

* En longeant ce haut mur je découvre l'une des 4 portes de village.

* Ne souhaitant pas encore entrer en ce site je continue ma marche.

* Soudain, une puissante porte s'offre à mes yeux étonnés.

* Pour mieux la déguster, je prends un peu de recul.

* Cette merveille nommée "porte neuve" était protégée par une bretèche (voir vocabulaire) dont seuls les corbeaux subsistent.

* Le rainurage m'informe qu'une herse existait.

 

 

Le château

* Au sommet de la butte, donc au Nord, apparaît une puissante construction (Vous ai je déjà dit que j'ai l'imagination fertile ?).

* Le système défensif est composé d'une barbacane (voir vocabulaire) avec petites canonnières.

* Derrière cette architecture, une porte avec tour défensive.

 

 

 Les entrailles de cette ruine médiévale sont magnifiques et variées         L'intérieur :

Versailles... ou presque

* Dans le château, les indices de vie et d'évolution architecturale sont nombreux.

* La cour montre des salles voûtées que je pressens être des réserves et stockages.

* Par cette porte, le château se révèle..... à ceux qui savent regarder.

* Je ne vous en dirai pas plus, il est important que vous le découvriez par vous même.

 

 

Les bâtiments dans le village

* En redescendant dans le village, je découvre les ruines des habitations.

* Ces murs gris de un à deux mètres de haut sont fascinants car ils sont le souvenir de vie.

* Fenêtres, pieds-droits, encoches pour verrouillage de porte, traces de placard sont facilement identifiables.

* Soudain, comme par magie, je remarque un éclatant haut bâtiment.

* Il comporte sur la façade Sud, des fenêtres aux 2 étages supérieures ainsi que des archères.

* Le plan affirme que c'est le château bas. Je ne comprends pas cette dénomination.

* Avec précaution, j'avance pour le découvrir.

 

 

Téléportation

* En touchant le mur, je me retrouve transporté dans une salle voûtée.

Y aurait il quelques sorcelleries en ce vestige ?

* Je touche le mur du fond et......

 

 

L'église

...... Je suis face à une cubique construction.

*  Evidemment, hooo mes merveilleuses lectrices et mes formidables lecteurs, vous avez deviné que point de magie il y a. N'ayant que peu photographié ce site je ne peux pas vous montrer tous les bâtiments.

* Ce bâtiment est composé de pierres correctement taillées et jointives. Le parement d'angle est parfait.

* A l'origine, cette construction fut une tour de défense. Avec l'agrandissement du village puis le besoin d'un moutier pour la paroisse, la tour éloignée du nouveau rempart fut "allongée" et reconvertie en église.

 

 

C'est la fin

* En cette ruine, il est possible de passer des heures à admirer chaque pan de mur.

* Je vous proposerai bien de la redécouvrir avec moi, mais.... pas avant 1 siècle, j'ai d'autres croisades prioritaires.

 

 

Le diaporama du village est visible ici

 

 

Histoire du village fortifié :

* Au 11ème siècle, un membre de la famille Adhémar s'approprie des terres proches de Montélimar dont celles d'Allan.

* Dans le premier tiers du 12ème siècle, les Adhémar aménagent plusieurs places fortes dont celle d'Allan. Ces fortifications permettent d'avoir des revenus. Pour assurer le commandement et la récupération des impôts, des Chevaliers sont nommés dans chaque place forte.

* Au 12ème siècle Allan possède un château au Nord avec son enceinte, puis un petit village au Sud avec son rempart. La chapelle castrale est (certainement) utilisée par les habitants peu nombreux.

* En 1198, Louis d'Allan est bailli de la famille Adhémar.

* Au 13ème siècle, le village s'agrandit vers le Sud. Une nouvelle enceinte est construite.

* Au milieu du 14ème siècle, le puissant Comte de Valentinois "chasse" (à vérifier) les Adhémar. Le chevalier d'Allan fait allégeance (à vérifier) au Comte (voir titre de noblesse).

* En ce 14ème siècle, le Comte fait modifier les systèmes défensifs et l'aménagement du village.

* A la fin du 15ème siècle (à vérifier), le village s'agrandit au Sud et à l'Ouest. Une nouvelle enceinte  protège les nouvelles habitations.

* Au début du 17ème siècle, en utilisant une tour défensive carrée, construction d'une église dédiée à Saint Jean Baptiste.

* Au 16ème siècle (à vérifier), la famille Pape Saint Auban possède plusieurs places fortes dont Allan. Avec l'invention des armes à poudre, le système défensif du château est amélioré : Création d'une barbacane et de canonnières.

* Au 17ème siècle, au sommet de la colline, réaménagement complet du vieux château fort en habitat seigneurial de confort.

* En 1809, le château, possédant toujours les archives de la commune, est encore habité.

* En 1814, Françoise Hippolyte Leriget de La Faye, marquise de La Tour-du-Pin-Mautauban de La Chaux , dernière héritière de la famille Pape Saint Auban, décède  en son château de Condé. Allan est donné à son cousin Rolland Marie Legras, Marquis de Tuffé et de Luart.

* Au milieu du 19ème siècle, de nombreux habitants désertent le vieux village pour s'établir en plaine.

* En 1868 (à vérifier), 125 maisons sont encore habitées.

* Au début du 20ème siècle, le vieux village n'est plus habité. Ruine sera son avenir. Il semblerait que les pierres soient utilisées pour construire quelques maisons dans la vallée.

* A la fin du 20ème siècle, certaines portes et murs du rempart sont consolidés par l'association de sauvegarde nommée : "Allan, pierres et mémoire".

* Au début du 21ème siècle, des chantiers de jeunesse sont organisés pour consolider le site.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Le site n'étant pas complètement sécurisé, la visite de l'intérieur des bâtiments est à vos risques et périls. Soyez respectueux avec ces vieux murs historiques, suivez le sentier-découverte aménagé.

 

 

Il faut plus de 3 heures pour visiter ce village

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article