Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgVoyez vous cette beauté au loin ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Montjoi se situe à 40km au Nord-Est de Quillan (voir son château), à 45km au Sud-Sud-Est de Carcassonne et à quelques kilomètres à l'Est du château de Bouise.

   Coordonnées du bourg :

42° 59′ 37″ N 2° 28′ 59″ E
 42.993611°  2.483056°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?

    Durant mes vacances dans l'Aude, par un jour de pluie, j'ai cherché à me distraire dans les musées et autres temples de la culture. Dans une bibliothèque, j'ai eu la chance de lire un ouvrage sur les châteaux Audois écrit par René Quehen. Dans ce livre, je découvre avec stupeur, qu'une ruine, dont j'ignorais l'existence, est décrite.

Profitant de l'éclaircie du lendemain, tel un Indiana Jones je saute sur la selle de mon incroyable destrier et en deux coups de sabot, je suis aux portes de la petite commune de Montjoi.

 

La découverte

    Au Sud-Est du petit bourg, une colline semble porter une vieille construction. Ne souhaitant faire inutilement de l'escalade, je consulte ma carte. Mon incroyable oeil d'aigle ne s'est point trompé, "beauté pour moi" il y a sur la butte rocheuse. Je sens déjà la pierre construite, les défenses imprenables, les murs épais.

    Mon imagination semble un peu trop fertile face à cet enchevêtrement stérile. Pourtant je crois voir un mur.

Le voyez vous aussi ?

 

     L'intérieur :        

Je suis dans la place

     Telle une sauterelle, je bondis sur l'herbe verte de la plate-forme castrale. Et là, je regarde partout.

 Je vois un mur magnifique. Puis plus loin une banquette (voir vocabulaire) ayant supporté une courtine (la voyez vous ?). Puis une autre banquette et une entaille pour recevoir une poutre, puis je vois ..heu...

Ne deviendrais je pas un peu fou ?

 

Situation idéale

     Même si les vestiges sont minimaux, même si les traces sont parfois plus imaginaires que réelles, il faut admettre que ce site est idéal pour la construction d'un château de surveillance des vallées.

 

 

Histoire du château :

* Au  12ème siècle (?), construction d'une petite fortification appartenant à la puissante famille de Termes (voir son château).
* En 1209, débute la terrible croisade des Albigeois.
* Vers 1210, l'armée royale de Simon de Montfort s'empare du château de Termes. Il semble que Montjoi se rende sans combattre.
* En 1232, un "Castrum de Monte Joie" appartient à Olivier de Termes.
* Au 13ème siècle, la famille de Mage possède (entre autre) le château de Montjoi.
* En 1414, le château appartient à la famille Voisins.
* En 1519, Jean de Voisin seigneur d'Arques doit donner le site de "Montjoyeux" à Philippe de Voisins.
* En 1650, construction d'une église dans le village bas. Le château ne semble plus cité.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le site n'est pas sécurisé et les pierres peuvent être glissantes. Grande attention vous devez avoir.

 

Quel magnifique panorame !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

 

Le bourg :
       Voyez vous une église au loin ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Bécheresse est situé à 40km au Sud-Est de Cognac, à 20km au Sud-Sud-Ouest d'Angoulême et à 19km au Nord-Est de Saint Hilaire.

    Coordonnées du bourg :

45° 30′ 1.08″ N 0° 5′ 3.84″ E
 45.5003°  0.0844°

 

L'église : 
        L'extérieur :
L'horizon !

    Les régions de plaines et de petites collines ont un avantage, elles permettent de savourer l'immensité et l'horizon. Il est aussi aisé de voir les sites fortifiés, but de mes vacances en Charente.

Voyez vous l'église au loin ?

 

Je la découvre

    Avec son imposant clocher parallélépipédique, j'imagine que le guetteur devait voir les "bandits" bien avant leur arrivée et ainsi sonner le tocsin. Ce clocher est si haut qu'il se remarque depuis les rues du petit bourg. C'est l'avantage d'une église par rapport à mes ruines solitaires perdues dans les forêts, il n'est point besoin de les chercher durant des heures.

Un orifice de tir au dessus du chevet 

La recherche d'indices

    Même s'il peut servir de vigie, le clocher de style Roman ne dispose d'aucun système de tir classique. C'est en observant ce clocher que je remarque un détail sur le chevet. Sous le toit, sur ce qui semble être une surélévation, un orifice de tir apparaît.

  Cet indice semble faible pour affirmer que l'église a été fortifiée, mais il aiguise ma vue et me fait redoubler d'attention.

 

Les systèmes défensifs

    Pour mieux comprendre l'église, je prends un peu de recul. Sous le toit de la nef de nombreuses ouvertures me prouvent l'existence d'une salle de repli. Les petites fenêtres de style Roman sont situées en hauteur limitant l'accès des assaillants.

   En contournant l'église, je m'aperçois qu'une chapelle Gothique a été construite. Le plus surprenant est qu'elle comporte aussi une salle de repli avec système de tir.

 

Dernières conclusions avant d'entrer

    Par rapport aux murs latéraux et au chevet, la façade est ouvragée. Elle comporte en partie basse 3 baies dont 2 aveugles, et  5 bais dont 4 aveugles à l'étage. Excepté les chapiteaux des colonnes, peu de pierres sont sculptées. Je suis surpris de ne pas voir de bretèche (voir vocabulaire) pour protéger l'entrée.

La porte va-t-elle s'ouvrir ?

 

        L'intérieur :

J'entre

  En pénétrant dans l'église, je remarque de suite.... non pas les belles toiles d'araignée  , mais le trou dans l'épaisseur du mur ayant reçu durant des siècles une poutre de blocage.

 

Sans âme

    Les consolidations et aménagements ont fait disparaître toutes les peintures sur les murs et le plafond. Il ne reste que quelques statuts dont celle de notre Jeanne d'Arc hélas désarmée.

   Même l'abside ne comporte aucun signe de décors

 

De petites surprises

  Lentement je me dirige vers la lumière du soleil quand je suis hélé par quelques détails surprenants.

* Dans la nef, les ouvertures Romanes sont haut perché limitant l'accès des "bandits".

* Par contre à droite, la chapelle de construction plus récente possède de grandes baies Gothiques.

* Et.... caché dans quelques recoins, des sculptures se laissent apprivoiser.

 

Sont ce des angelots ? Un diablotin dans l'église Est ce Casimodo ?

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église. La paroisse dépend du chapitre cathédral d'Angoulême.

* Au 15ème siècle, construction d'une chapelle latérale (à vérifier).

* En 1925, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Barthélémy) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Magnifique église Romane fortifiée

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 09 - ARIEGE

La carte montre le fameux Spoulgas

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Bouan est situé à 100km au Sud de Toulouse, à 70km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 20km au Nord-Ouest d'Ax les Thermes et à 7km au Sud-Est de Tarascon sur Ariège.

     Coordonnées du bourg :

42° 48′ 5.04″ N 1° 38′ 53.88″ E
 42.8014°  1.6483°

 

       Toponymie :  (Petite initiation)

 Une Spoulga (mot en vieil occitan) provient du latin "spelunca" signifiant : Caverne, grotte.

     Ce mot est plutôt usité dans les Pyrénées et en Ariège. Il désigne : Une grotte fortifiée.

 C'est au 19ème siècle que ce terme est "reconnu officiellement" suite aux travaux de l'historien Adolphe Garrigou.

 

Les Spoulgas : 
        L'extérieur :
1km à pied, cela use le soulier...mais pas le moral du ChevalierEst ce le bon endroit ?

    En découvrant le panneau touristique des vallées d'Ax, je remarque une beauté que je me dois de découvrir. Mon oeil d'aigle se plonge sur les parois sensées posséder les Spoulgas.

Les voyez vous ?

  Tel un Terminator des temps modernes, je branche ma vision thermique. Le résultat est :  Je ne les vois pas.

 

La recherche

Comment rejoindre ces Spoulgas invisibles ?

   La réponse est simple, il suffit de suivre le panneau. Au début de la randonnée, le chemin dans les sous-bois est plat mais rapidement il monte et se rapproche de la paroi. Les puissants arbres laissent place à la végétation plus rase, piquante parfois et envahissante. L'agréable sentier laisse place à un véritable chemin de montagne tracé dans les éboulis.

 

La découverte
   Essoufflé (car, comme un fou, j'ai couru pour rejoindre ma belle médiévale), je m'arrête et je lève la tête.

Les spoulgas sont cachées dans la paroi

Voyez vous les fortifications ?

 Ne me dite pas "Non, Chevalier". Regardez bien, elles sont ici.

   Hélas, dans ma précipitation, je me suis trompé d'itinéraire, je me retrouve dans une combe trop au Sud des grottes.

  Deux solutions s'offrent à moi :

1 - Tenter de traverser dans la rocaille, mais cela semble dangereux.

2 - Rebrousser chemin et emprunter un chemin plus au Nord.

La deuxième solution semble la plus raisonnable mais un éclair jaillit.

Orage, Oh désespoir, je suis foudroyé !

Est ce la fin de l'aventure ?

  Le ciel se couvre, l'orage menace, il y a même un dragon cracheur de feu dans le ciel. 

Pensez vous que ma folie soit causée par le mal des montagnes ?

A moins que ce soit du au petit vin Ariégeois dégusté ce midi dans une taverne.

  Avant de quitter ce site médiéval, je regarde avec nostalgie la belle construction comportant de petites fenêtres et des archères droites.

 

Je ne baisse pas les bras

   Tout en descendant, je pense à mon échec. Ne point voir ces Spoulgas fortifiées me frustre. Je décide donc de continuer mon exploration tout en étant éloignés des parois et pierriers dont la fonction est souvent "d'attirer la foudre".

 

        L'intérieur : 

Les voyez vous ?

   Bien campé entre la route nationale et la falaise, je scrute la montagne à la recherche de la fortification

Comme elle est belle !

 Même s'il est vrai qu'elle semble invisible, ne me dites pas que sa beauté ne rayonne pas. Regardez mieux ici.

    Pour décrire cette construction bien différente des classiques châteaux forts, je vous propose de lire la prose puis de mettre le curseur de la souris sur la petite image correspondant au numéro.

 

Les Spoulgas sont là !

1 - La falaise comporte de nombreuses grottes.

2 - Certaines sont fermées par des murs en pierre. L'ensemble couvre plusieurs niveaux.

3 - En partie basse, le mur ressemble à une tour ou un sas d'entrée.

4 - En partie haute, j'ai l'impression de voir un "donjon"accroché à la falaise.

5 - Cette construction posée sur le rocher semble borgne.

6 -Les murs semblent épais et surtout je crois voir une double voûte.

 

1 2 3 4 5 6

 

C'est la fin

    Si vous souhaitez mieux visiter les entrailles des Spoulgas, je vous propose cette vidéo.

 

 

Histoire des Spoulgas :

* Au 12ème siècle, pour délimiter son territoire et renforcer ses frontières, le Comte (voir titre de noblesse) de Foix  (voir ce château) doit construire de coûteux châteaux. Pour diminuer le prix des constructions, il a recours à une technique employée en Espagne : Utiliser les grottes naturelles.

* Au 13ème siècle, après la croisade des Albigeois et la "victoire" du Roi de France (voir liste), il semble que ce style de construction ne soit plus utilisé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur du château est possible après une marche en montagne. Il est important d'être bien chaussé. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable. Soyez prudents.

 

L'orage gronde dans les Pyrénées

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :Je pressens que cette église est unique !

   Situation :   (--> le voir sur une carte 

      Le bourg de Sarbazan est situé à 22km au Nord-Est de Mont de Marsan et à 3km au Sud de Roquefort.

   Coordonnées du bourg :

44° 1′ 10.92″ N 0° 18′ 37″ W
 44.0197°  -0.310278°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    Après avoir fait une belle promenade sur les chemins balisés autour de Sarbazan, j'ai la surprise de voir une construction qui titille mon instinct de castellologue -amateur.

   En cette belle journée, je vais déguster une magnifique église fortifiée.

 

La découverte

    Je suis si empressé que je fonce vers les contreforts encadrant une fenêtre Gothique à colonnette centrale avec remplage. Je sens que la construction se "renferme", je sais qu'il ne faut pas être pressé (voir l'explication), je reprends donc un peu de recul pour admirer cette merveille de rusticité et d'élégance.

  Je suis surpris par la petitesse de la nef en comparaison des tours de défense.

 

Cette église ressemble beaucoup à un château fortL'enquête commence

    En pénétrant dans le cimetière pour observer l'église de loin, je suis en arrêt devant tant de systèmes défensifs.

Nota : Si je vous avais montré cette façade, je suis certains que nombreux d'entre vous auraient plutôt vu un château fort qu'une église..

 

La puissance

   Avec ses 24 mètres de hauteur la puissante tour parallélépipédique a dû impressionner plus d'un assaillant. Les pierres sont jointives et correctement taillées. L'ensemble est homogène. Cette simplicité de construction est magnifique.

   Sur le coté de la tour, une plus petite construction haute et carrée, aujourd'hui servant d'horloge, contient un escalier éclairé par les nombreuses petites fentes verticales.

 

Analyse de la tour

    A la base de la tour, coté sud, il y a un enfeu. Mais je ne le décrirai pas car ce sont évidemment les défenses qui m'intéressent.

   Au sommet, le crénelage est simple, bien construit mais sans artifice (pas de fente dans les merlons ni corbeau pour mantelet (voir exemple) etc... ).

   En dessous, une curieuse ouverture qui semble avoir été partiellement obstruer. J'opte pour une porte.

Mais comment y accédait on ?

    Sous cette porte, il y a enfin un signe de défense médiévale : Deux archères cruciformes.

 

La tour sur l'autre face

Sur cette face, j'ai toutes les réponses à mes questions.

Et vous ?

  Le bâtiment à droite, plus petit que la tour, semble être la salle de repli au dessus de la nef de l'église. Bien que le chaînage d'angle soit bien appareillé, les pierres du mur sont petites et pauvrement taillées.

Ce bâtiment est il antérieur à la haute tour ?

Les réponses :

 1 - Sous les créneaux parfois obstrués, les pierres saillantes devaient supporter des hourds (voir vocabulaire).

 2 - Les trous de boulin devaient certainement porter une passerelle pour entrer dans la tour.

 3 - La salle en dessous servait à la défense grâce aux archère cruciformes.

 4 - Et.... la tour a été rehaussée lorsque les armes de jet sont devenues plus puissantes. Ceci est visible par la différence de matériaux laissant apparaître l'ancien crénelage.

Nota : Le fait de rehausser une tour est assez classique. Sur beaucoup de bâtiments, le revêtement et l'usure du temps ont effacé les traces, mais d'autres constructions portent encore les marques (voir l'exemple au château de Bressieux)

 

    L'intérieur  :

      Je vais tenter d'entrer par ce porche néo-classique avec fronton triangulaire et colonnades doriques.

  Hélas, comme trop souvent au 21ème siècle, les portes de l'église sont fermées. Je me console en admirant les sarcophages Mérovingiens et Carolingiens.



Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction d'une église.
* Au 12ème siècle, ajout d' une travée et d'une absidiole au Sud de la nef.
* Au 14ème siècle, modification du choeur et fortification de l'église.
* Au 16ème siècle, les protestants ravagent l'église.
* Au 18ème siècle, création d'un portail néo-classique.
* Au 19ème siècle, l'église subit quelques modifications.
* En 1997, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite depuis la place du village et le cimetière. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Des sarcophages médiévaux accompagnent les visiteurs

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 00:00

Veuillez attendre le chargement de l'image

 

Note de l'Auteur :   Charles-Laurent Salch

 
    « Cet inventaire a été commencé il y a près de 20 ans. Au moyen d'une bourse du Conseil Général du Haut Rhin, j'ai entrepris alors un voyage de découverte de la France Féodale. Après une seconde bourse et d'autres explorations sur le terrain et en bibliothèque, la documentation s'est étoffée. Mais depuis 10 ans surtout, elle est devenue l'oeuvre d'une équipe, Celle du Centre Archéologique de Strasbourg. »    
   
 
Mon avis : 
La bible des "cailloux" oubliés !
   
   Je n'en croyais pas mes yeux !   Ce livre que je cherchais depuis 15 ans était là, devant moi. Pas vraiment devant, car c'est en faisant tomber une pile de livres chez un bouquiniste dans la ville de (censure) que la tranche de cette merveille m'est apparue :
  • ATLAS : Cela signifie que le classement n'est pas alphabétique mais par département,
  • CHATEAUX : Mon sujet de passion depuis .... heu.... 800 ans,
  • FORTS : Associé à châteaux ce mot signifie le Moyen Age,
  • FRANCE : C'est mon Royaume.
    Fébrile, je le pris et je savourais cet instant rare de toucher le rêve de 15 ans de recherche dans les nids à poussières les plus infâmes de France  (hihihi, j'exagère un peu, il y a de nombreuses librairies anciennes très belles).
 
Allais je le reposer lorsque la page montrant les milliers de piastres à débourser allait se montrer ?
  Je retardais ce moment ...... Puis j'eus le courage !
 
   Comment ?..... Que vois je ?....  Le prix est il en Francs ?   Ou bien l'Euro est il déjà applicable ? (cela se passait il y a quelques années).
   Vous avez compris que le libraire se débarrassait de ce joyau pour cause de départ en retraite.

 
Si vous êtes un fou comme moi de ruines médiévales, ce livre vous est indispensable.

   Pour chaque département, il y a la carte avec les bâtiments, puis la liste de tous les châteaux, ruines, ponts fortifiés, mottes, villages avec remparts, etc...... En réalité, tous ne sont pas listés dans les 833 pages de cet Atlas car certains sites ont été répertoriés dans une autre édition puis dans le "Dictionnaire des châteaux et fortifications du Moyen Age en France". Mais déjà, si vous avez vu et photographié tous les lieus présentés dans cet ouvrage, votre collection castrale est unique au monde !
 

Venez visiter maintenant les châteaux et ruines de france.
 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Quel beau sujet de tableau ferait cette église   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Taller est situé à 50km à l'Ouest de Mont de Marsan, à 6km à l'Est de Castets et à 16km au Nord de Dax.

   Coordonnées du bourg :

43° 52′ 24.96″ N 1° 4′ 18″ W
 43.8736°   -1.071667°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

     Si l'église de Taller avait été construite à coté de l'eau, j'aurais pu photographier ceci. Mais comme la rivière est loin, j'ai devant moi ce puissant bâtiment au milieu d'arbres et de fleurs.

  Je pressens que sa découverte va me mettre en joie tant les signes défensifs sont nombreux.

 

Le clocher

   C'est d'abord le clocher qui attire le regard. Haut, massif, renforcé par 4 contreforts aux angles. Tant il est imposant, ce clocher pourrait être le donjon de nombreux châteaux forts.

    Au sommet, sous le toit, 2 imposantes archères sur 3 façades servaient à la défense active de l'église. 

      Tout en surveillant les archère, j'avance vers la porte

La nef

     En prenant un peu de recul, je peux admirer la qualité et l'intelligence des défenses de cette église. En plus du clocher-donjon, les habitants pouvaient se protéger et se défendre depuis un chemin de ronde avec salle de repli au dessus de la nef. Les archères sont plus petites que celles du clocher mais je crois voir un grand ébrasement (voir vocabulaire). 

 

Porte médiévale 

    Au dessus du toit de la nef, une curieuse ouverture m'intrigue. La forme intérieur de cette baie ressemble à une ouverture (porte) médiévale. C'était certainement l'accès entre la salle de repli et le clocher-donjon. La nef a donc été arasée.

Mais qui et quand a été réalisé cet abaissement ? 

 

    L'intérieur  :

        Je me présente sans arme devant la porte de l'église espérant le droit d'asile. Hélas, comme trop souvent durant ce 21ème siècle, l'église est fermée.

 


Histoire de l'église :

Je n'ai aucune information sur l'histoire de cette incroyable église.
* Au 20ème siècle, un crépi de consolidation masque les pierres taillées.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Eglise massive et pourtant élégante

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 31 - HAUTE GARONNE

  La maison forte se mire dans l'eau

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Calmont est situé à 40km au Sud-Sud-Est de Toulouse, à 26km à l'Ouest de Castelnaudary et à 20km au Nord de Pamiers.

     Coordonnées du bourg :

43° 17′ 16″ N 1° 38′ 6″ E
 43.287778°  1.635°

 

La maison forte : 
        L'extérieur :
La découverte

   Dans ce bourg, il existait au Moyen Âge un château fort. Les batailles, les rivalités, l'abandon ont transformé cette construction en souvenir et en fantôme.

Alors, pourquoi suis je venu s'il n'y a rien ?

    Calmont possède une autre beauté médiévale, peut être moins imposante mais tout aussi fascinante. Sur la rive droite de l'Hers vif apparaît un bâtiment en briques dont la forme m'interpelle.

  Je vous emmène déguster une maison forte.

La 1ère tour semble banale

La 1ère tour

    La surprise passée, je regarde attentivement la rouge construction. Coté rivière, elle possède 2 tours partiellement arasées reliées par une courtine.

   Celle de droite semble avoir été reconstruite récemment". A la base, je vois un du pan de mur légèrement incliné.

Est ce un effet d'optique du au mur supportant la ruelle ?

   Cette tour me semble circulaire en partie basse mais devient hexagonale au sommet.

Surprenant n'est il pas !

  Je traverse le pont pour entrer dans la rue des tours (Les plaques de rue sont pour moi une source de renseignement très intéressante. Je vous en ai déjà parlées ici).

 

La courtine

   Avec les aménagements et les modifications, il n'est point aisé d'imaginer cette courtine à sa construction. Les nombreux trous de boulin (voir vocabulaire) prouvent son ancienneté, les ouvertures sous le toit ressemblent à des créneaux.

Était ce le chemin de ronde ?

   L'utilisation de galets roulés au premier plan n'est pas surprenante proche du lit d'une rivière, mais elle contraste avec le rouge brique de la maison forte. Avec un peu d'attention, je remarque que la partie supérieure de la courtine est composé de lits de galets en alternance avec de la brique. Je pressens des réparations "hâtives" ou un manque d'argent lors de la reconstruction partielle.

Les 2 tours rappellent la fonction défensive de cette construction

La 2ème tour

  Sur la gauche, la deuxième tour est beaucoup plus intéressante. Par sa construction, je pressens qu'elle était beaucoup plus haute que la courtine. Sa forme ronde permet une meilleure défense en évitant les angles morts.

   Le système défensif est composé de petites bouches à feu ou arquebusières. En voyant cette pierre ajoutée en dessous d'une fente, je me demande si la tour n'aurait pas été construite au début avec des archères droites.

  Je suis surpris de ne point voir de système défensif sur le coté extérieur à la rivière.

La maison forte n'avait elle comme seule fonction la surveillance de l'Hers vif ?

 

Je contourne la maison forte
    Lentement, je contourne ce magnifique bâtiment espérant trouver de l'autre coté des indices médiévaux. Hélas, la façade Ouest a été détruite.

Était ce pour construire une rue ?

  Plutôt que de vous montrer des portes et fenêtres du 21ème siècle, je vous laisse imaginer son architecture il y a 600 ans.

 

        L'intérieur :
   Hélas, cette construction n'est pas ouverte à la visite. Je ne pourrais pas confirmer mes constatations. Je retourne de l'autre coté du pont en direction de mon destrier en empruntant la rue du vieux château.

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 14ème siècle, construction d'une maison forte pour contrôler le passage du gué.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

  Les passionnés d'histoire peuvent se référer à ce site web.

 

Il y a eu de l'eau sous le pont depuis la constructon de la maison forte

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 31 Vers Menu châteaux de Haute Garonne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

Mon Graal est au bout de l'allée !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Morgny en Thiérache est situé à 50km au Nord de Reims, à 15km au Sud-Est de Vervins  et à 10km au Nord-Est de Montcornet (voir son église).

   Coordonnées du bourg :

49° 45′ 37″ N 4° 4′ 43″ E
 49.760278°  4.078611°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     Je laisse mon destrier dans  l'herbeux parc du centre bourg et j'admire au loin ce qui est le but de ma croisade "Marsienne" (heu, je voulais dire en ce mois de mars).

Pensez vous que cette église soit fortifiée ?

 UNe ronde tour protégeant une nef de repli

L'enquête commence

   Le chevet semi-circulaire ne me livre pas d'indice de fortification. Mais ses contreforts à larmiers et sa fenêtre de style Roman m'informe que je suis devant une église en pierre du Moyen Âge.

 

Sont ce les défenses ?

    Ne voyant pas de système défensif, je prends un peu de recul pour comprendre l'architecture globale et là, je suis dans une transe de castellologue.

   De chaque coté d'un contrefort, des ouvertures de tir (pour fusil) prouvent qu'une salle de repli existait au dessus du chevet. Les contreforts étant en briques, il semble logique qu'ils aient été posées bien après la construction de l'église (en pierres).

 

La tour flanque

   Le plus surprenant est la tour ronde accolée à la limite nef-chevet. J'ai cru à une tour escalier mais la présence d'une redoutable bouche à feu à la base et à mi-hauteur des fentes de tir avec un large ébrasement (voir vocabulaire) à l'extérieur. 

  De l'autre coté de l'église, une autre tour en pierre assure la même fonction. Et c'est un peu par hasard que je découvre une ouverture de tir en bas du chevet. Cette partie de l'église avec sa salle de repli sous toit est bien protégée.

Une échauguette qui ne sert pas qu'à guetter ! 

Les échauguettes

  Pensant avoir vu le plus beau système défensif de cette église, je retourne vers mon destrier en sifflotant quand soudain une ronde construction posée sur 2 piliers droits me regarde.

L'aviez vous remarqué dès le début de cette découverte ?

  J'étais si absorbé par la nef que je n'avais pas remarqué le système défensif de l'entrée. Ces échauguettes rouges tranchent par rapport aux tours blanches en pierres.

  Voila un style d'architecture que je ne vois pas sur "mes" ruines de châteaux forts. L'une des raisons est la date récente de cet encorbellement.

Comment le sais tu chevalier ?

  Simplement en regardant les ouvertures pour fusil, système peu médiéval. Après mes lentes réflexion, il me se faut tenter de découvrir le portail d'entrée.

 

    L'intérieur :

  Durant notre siècle, les églises sont fermées, je suis donc timide en avançant vers le portail de style Gothique.

La porte va-t-elle s'ouvrir et me laisser voir les entrailles ?

    La porte s'ouvre et je vois une nef très aseptisée. La blancheur des murs amplifie la sobriété de cet intérieur. Ne pouvant pas visiter la salle de repli ni des tours de défense, je repars vers la lumière printanière de cette belle région du Thiérache.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle (?), construction de l'église.
* Au 15ème siècle, modification de l'église et aménagement du portail en style Gothique.
* Au 16ème siècle, aménagement des fortifications en pierres.
* Au 17ème siècle (?), construction de 2 échauguettes coté portail.
* En 1989, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite des fortifications est interdite. 

 

Les défenses sont simples mais efficaces

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 08 - ARDENNES

 Voyez vous un système défensif sur cette église ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de Fraillicourt est situé à 70km au Nord-Est de Soissons, à 50km au Nord de Reims, à 40km à l'Ouest-Sud-Ouest de Charleville-Mézières et à 10km à l'Est de Montcornet (voir son église).

   Coordonnées du bourg :

49° 40′ 1.92″ N 4° 9′ 48.96″ E
 49.6672°  4.1636°

 

L'église :

     L'extérieur :

C'est la fin de ma semaine de vacances

   Après avoir visité de nombreuses églises fortifiées en Thiérache (ancienne province très souvent assimilée au département de l'Aisne, ce qui est un peu réducteur, voir cet article), je retourne vers mon Dauphiné en entrant dans le département limitrophe nommé : Ardennes.

  Dans le 1er bourg Ardennais que je rencontre, je découvre une massive construction religieuse un peu en périphérie à l'Est.

L'opposition brique et pierre est fascinante 

La découverte

   De loin cette beauté m'impressionne :

* D'abord par sa longueur,

* Puis par sa largeur,

* Puis par sa rudesse de construction,

* Ensuite, par le nombre important de contreforts,

* Enfin, par la faible hauteur de son clocher qui la rend encore plus râblée.

  Mais, pour un castellologue amateur comme moi, la question la plus importante est :

Est elle fortifiée ?

 

L'enquête commenceLes angles comportent le système défensif

    En regardant l'église je constate :

* 2 styles architecturaux,

* 2 époques de construction,

* 2 types de matériaux (brique et pierre). 

  Rapidement, je délaisse la partie gauche (nef et clocher) et je m'intéresse à ce qui semble être le transept.

 

Un transept fortifié

   La première construction que je remarque est évidemment la fine tour circulaire accrochée à l'angle coté choeur. Plusieurs constatations :

* Son faible diamètre ne me fait pas penser à une tour escalier,

* En partie basse, les ajouts en briques signifient que des réparations hâtives ou économiques ont été réalisées après le 15ème siècle,

* Sous le toit, il reste quelques vestiges d'archères (voir vocabulaire) avec trou rond pour tir au fusil.

  Avez vous remarqué une "curiosité sur la gauche ?

 

Un transept très fortifié !Un magnifique vestige d'échauguette

   A l'angle opposé (coté nef) je suis attiré par 2 contreforts posés à 90° supportant une petite toiture.

    Avec un peu d'attention, je distingue un vestige d'architecture en encorbellement ayant du soutenir une échauguette.

   Il est amusant de constater que ce système défensif n'est point dépourvu d'une fine sculpture.

 

Est ce la fin ?

    Après ces magnifiques découvertes, je suis heureux. Je présuppose que j'ai vu tous les systèmes défensifs de cette église Ardennaise.

   Je longe le long mur de la nef en brique soutenu par de nombreux et épais contreforts à larmier et je me dirige coté Ouest vers la sortie du cimetière.

  Avant de quitter le bourg de Fraillicourt, je jette un dernier regard vers le bâtiment religieux.

Voyez vous ce qui m'interpelle ?

Est ce un clocher ou une tour défensive ?  

Un portail fortifié

   Droit, fier, massif, composé de brique et de pierre, le clocher-donjon me regarde fixement. J'imagine qu'il n'a pas apprécié que je le "snobe".

  Sa rudesse tranche par rapport à l'élégant transept, mais son système défensif n'en est pas moins efficace et multiple.

Pouvez vous l'identifier ?

 

Une vraie tour défensive

* Les puissants contreforts solidifiant et sécurisant la tour,

* Les vestiges d'échauguette en brique posée sur des culots en pierre,

* Au dessus de la porte, le classique et efficace assommoir.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises des villages sont fermées. Celle-ci ne fait pas exception.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 13ème siècle, agrandissement de l'église (à vérifier).

* Au 14ème siècle, modification de l'église.

* Au 15ème siècle (?), avec les pillages et l'insécurité, l'église est fortifiée pour protéger les villageois.

* En 1928, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au milieu du 19ème siècle, sur la face Nord, des modifications/reconstructions sont réalisées. Des briques vitrifiées proche d'une fenêtre attestent de la date de 1858.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite des fortifications est interdite.

 

 

Massive et légère !

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Ardennes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Champagne : 08 10 51 52 77
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Voyez vous une maison forte ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg d'Ecoyeux est situé à 60km au Nord-Ouest d'Angoulème, à 40km au Sud-Est de Rochefort et à 15km au Nord-Est de Saintes.

     Coordonnées de la maison forte :

45° 49′ 23″ N 0° 30′ 21″ W
 45.823056°  -0.505833°

 

La maison forte : 
        L'extérieur :
Préambule

    Bien que certains textes et brochures prétendent qu'Ecoyeux possède un château du Moyen Âge nommé aussi "Château Vieux", j'ose affirmer que je viens dévorer des yeux une maison forte ("Appelons un chat, un chat" disait ma Grand-Mère qui les adorait).

 

La découverte

    Depuis le petit parking proche de l'église, au dessus d'un mur et des toilettes municipales, une haute tour attire mon regard. Sa forme polygonale me rappelle les constructions de la fin du 15ème siècle. Sa dimension (surface au sol) me pose problème. Elle est trop étroite pour en faire un "donjon" habitable, trop grande pour être une tour escalier.

Qu'est ce donc ?

      Sur le coté, je vois quelques fenêtres et surtout une tourelle posée sur culots. Elle doit contenir un escalier pour passer du 1er étage au dernier. La tour polygonale est donc habitable, surtout depuis l'ouverture de fenêtres.

 

Une survivante d'un siècle ancien

Que de surprises !

    Pour mieux comprendre la maison forte, je la contourne. Proche de bâtiments reconstruits et très consolidés apparaît une ronde tour.

   En ce 21ème siècle, cette ronde construction n'a aucune utilité (habitation, escalier etc...). Je pressens que cétait une des tours d'angle il y a 5 siècles.

  En la regardant minutieusement, je constate qu'elle possède :

  * Des fentes verticales. Je ne reconnais pas dans cette forme une archère. Je suppose que cela est une fente de tir pour fusil.

  * Des orifices petits et ronds. Le fusil est bien l'arme pour ce trou. Le plus surprenant est le "trident" au dessus.

Était ce pour faciliter la vision du tireur ?

 

        L'intérieur :
  Hélas, la maison forte est, dans notre 21ème siècle, une mairie (lieu qui n'est pas facilement visitable). En ce dimanche, elle n'est point ouverte au public. Mon questionnement n'aura pas ses réponses.

  Je délaisse ce bâtiment pour découvrir à quelques mètres, l'incroyable église fortifiée d'Ecoyeux.

 

 

Histoire de la maison forte :

* En 1189, Jeanne du Bourg apporte en dot à Seguin d'Authon, les terres d'Ecoyeux.

* En 1342, sur un acte d'achat d'une propriété proche de Matha, Hugues d'Autho porte le titre de Seigneur d'Ecoyeux.

* En 1417, Thiphaine Bariotelle et son mari Thibault Mousnier, suite à un héritage, sont nommés : Dame et Seigneur d'Ecoyeux.

* En 1450, les terres d'Ecoyeux appartiennent à Henri de Polignac.

* La famille de Polignac devient importante. Vers 1500, Pierre de Polignac est autorisé à établir 3 foires par an.

* Au 17ème siècle, Léon de Polignac fait établir, un peu à l'extérieur du bourg, un château plus grand et plus confortable (nommé Château Neuf). La vieille maison forte ne semble plus intéresser la noble famille.

* Vers 1620, le "château vieux" appartient au procureur du Roi : Pierre Roy.

* Vers 1622, il semble que la maison forte soit louée à Jacques Boutillon.

* Vers 1671, la maison forte est en ruine et son propriétaire, Mathieu Mauchen, la délaisse.

* Au 20ème siècle (1980 ?), la municipalité achète le site et le transforme en mairie.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Ces 2 tours représentent 2 époques de construction

      Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0