Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 06:30
     
michel-j-01  
Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  


Département 76 - SEINE MARITIME

  Le manoir se fait discret au milieu des arbres

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Oherville est située à 46km au Sud-Ouest de Dieppe, à 42km au Nord-Ouest de Rouen et à 20km à l'Est de Fécamp.

  Coordonnées du manoir :

49° 43' 42.881" N
0° 41' 1.842" E
 49.728578°
 0.683845°

 

Le manoir :

     L'extérieur :

L'arrivée

     Au centre d'Oherville, il faut serpenter en direction du Nord sur une voie nommée : "Route du Manoir". Le plus simple est de suivre le fléchage.

  Un bon kilomètre plus loin, un panneau indique le terminus. Sur la gauche, un chemin discret accède à la construction.

  Une façade Médiévale très colorée

La découverte

   Nul part ailleurs qu'à Auffay, l'on ne retrouve une aussi riche polychromie.

Le chemin d'accès au manoir permet de découvrir progressivement son aspect primitif de la fin du Moyen Âge et sa somptueuse décoration Renaissance du 16ème siècle.

    Mais ce n'est qu'en abordant sa façade Sud qu'il révèle toute sa splendeur et l'imagination débordante des constructeurs de l'époque.

 

La façade Sud

  Toute autre est la façade orientée au Sud, devenue typiquement Renaissance au 16ème siècle. Elle offre une variété de motifs décoratifs de ses matériaux constitutifs que l'on ne retrouve nulle part ailleurs, tout du moins pas avec une semblable diversité d'assemblages polychromes.

     Cette façade est largement ouverte de fenêtres à meneaux, qui se prolongent en toiture par des lucarnes en pierre richement décorées.

 

Un autre bâtiment

   Dans le parc, le colombier de près de 1500 boulins et son échelle tournante pour avoir accès à ceux-ci, a bénéficié de la même richesse d'effets décoratifs que le corps de logis.

 

    L'intérieur :

       Un joli plafond à caissons, attribué à Jean Goujon, orne le vestibule du rez de chaussée. Une cheminée néogothique, dans la salle à manger, est décorée de médaillons sculptés, dont deux représentant Louis XII (voir liste des rois) et Anne de Bretagne.

 

 

Histoire du manoir :

* Au 15ème siècle, construction d'un bâtiment  par Jean de Houdetot.

* En 1492, Jean décède. Son fils Guillaume hérite du manoir.

* Au 16ème siècle, le manoir est profondément remanié.

* Au 16ème siècle, François Ier (voir liste des rois) séjourne au manoir en reconnaissance de la fidélité que lui témoigne la famille d'Houdetot.

* En 1747, Charles-Edouard Stuart ("Bonnie Prince Charlie" pour les Ecossais), vient se réfugier en France après l'échec de sa vaine tentative de ravir la couronne d'Angleterre aux Hanovre.

* Au début du 19ème siècle, Victor Hugo, venu en voisin de Villequier, exprime dans des poèmes la beauté du site.

* Au 19ème siècle, Guy de Maupassant est également un des familiers des hôtes du manoir.

* Passant de mains en mains, le domaine fut acquis à la fin du XIXe siècle par Melle Le Verdier.

* Depuis 1980, la famille de Prunelé fait perdurer cette tradition littéraire et artistique. Le manoir accueille régulièrement des expositions culturelles.

* Au 20ème siècle, quelques cinéastes, trouvant le cadre idéal, réalisent des scènes moyennageuses.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite du manoir est possible. Renseignez vous..

 

La façade Sud Renaissance et son fabuleux décor de brique, pierre et silex

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime
Repost 0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 00:00

En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose. 

 

Résumé :

 
    « "Manoeuvrant l'espagnolette de la persienne, l'assassin pénétra dans la pièce que seul un quinquet éclairait. Sous un manteau raglan en tweed, il dissimulait un colt, les murs étaient tendus de damas, de satin, de madras. Il prit son calepin et nota les objets, au-dessus d'une ottomane, une étagère avec des faïences, dans la bibliothèque, des parchemins, des romans, une bible..."
   Les mots de tous les jours sont autant d'invitations à voyager dans l'espace et le temps. Une simple persienne s'ouvre à l'horizon de la lointaine Perse, un vieux parchemin invite à retrouver les chemins de l'antique cité de Pergame, Ambroise Calepino ne pouvait se douter que pour avoir publié un Dictionnaire de Langue Latine, en 1502, son nom définirait en 1989 un banal carnet de notes, un calepin.
   Une bourrasque trouve son origine dans la colère de Borée, dieu des vents du nord, valoir son pesant d'or, c'est être estimé à l'aune du Besant, monnaie de Byzance. Recensant près de 600 mots et expressions, dont l'origine est un nom propre de personne, de dieu, de ville ou de pays, le Dictionnaire des mots qui ont une histoire ressuscite des mythes et des divinités, des conquêtes et des inventions, des personnages célèbres ou de simples inconnus.
   Livre d'histoire passe-temps, classé par thèmes : le quotidien, les caractères, les comportements, les loisirs, mais aussi utile pour une meilleure connaissance du langage, il associe le savoir, l'humour, et l'histoire. »
 
 
 
 
 
 
Mon avis :
 
Même les mots ont une vie !
 

     Ce livre a une histoire... Oui, une histoire avec moi.

  Un jour, nous échangions des commentaires avec une princesse extraordinaire pseudo-nommée AnnaK (voir son blog)  quand suite à un défi "masculin" (oui, nous les hommes, nous croyons tout savoir) sur l'origine d'un mot, tout en délicatesse et en intelligence subtile (mais non, je ne suis pas amoureux d'elle. C'est une belle princesse et je ne suis qu'un rustre chevalier mal lavé), elle me conseilla un ouvrage merveilleux.
   Quand une princesse conseille, un chevalier obéit comme si cela était un ordre !

 Et elle avait raison (mais les femmes n'ont elle pas toujours raison ?.... Sauf .... mais je n'aborderais pas ce sujet ici.), ce livre est une mine d'informations.

   Que de plaisirs j'ai eu à découvrir l'origine, l'histoire et l'évolution de mots que nous utilisons si souvent.

 Ce n'est pas un ouvrage austère sur l'origine Grècque ou Latine du mot. C'est presque une "bande dessinée"  (j'ai dit presque) où l'on s'amuse, on rit, on découvre, on relit.....
 

  Ce livre pourrait presque être l'outil d'un jeu entre amis, un "trivial poursuite" original.
 
  Je vous abandonne pour le relire et  apprendre quelques origines qui étonneront mes collègues de travail...(nous aimons cela, nous les hommes, faire le beau et épater).

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by le chevalier du 38 - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 22:50

 En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

Résumé :

    « Les croisades se sont déroulées durant environ deux cents ans sur les territoires actuels de la Syrie, du Liban, d'Israël, de Palestine et de Jordanie.
   Elles sont restées très présentes dans la mémoire collective des peuples. Leur interprétation a fait pendant très longtemps une part sans doute excessive au seul point de vue occidental sans tenir compte suffisamment du point de vue du monde islamique et même sans interrogation sur ce que ces croisades avaient pu représenter pour les populations locales chrétiennes.
   L'actualité parfois brûlante fournit ainsi l'occasion d'une nouvelle analyse et de nouvelles réflexions sur une période historique en nous permettant ainsi de mieux comprendre le présent à la lumière d'une meilleure connaissance du passé. »
 
 
Mon avis :
Beau et instructif !
     
   Les éditions "Ouest-France" font des réalisations toujours soignés et agréables. Cet ouvrage est donc dans la même lignée :
      - 121 pages en papier glacé,
      - 1 à 2 photos en couleur par page d'enluminure, ou tableau ou tapisserie,
      - Des textes clairs, détaillés et résumant le sujet sans contraction excessive,
      - Des chapîtres hiérarchisés,
      - Un lexique simple,
      - Un sommaire détaillé,
      - Une table d'index des personnages et des lieux....
Peut on faire mieux dans la présentation ?
 
Le contenu est il à la hauteur de cette réalisation ?
 O U I
 
   L'auteur, Claude Lebédel, nous aide à mieux comprendre ce qui fut à l'origine de ce choc entre l'Occident et l'Orient.
      * Qui étaient les croisés ?
      * Pourquoi partaient-ils en masse vers l'inconnu ?
 
  Et surtout, il aborde des sujets quasi inédits :
      * Quelles furent les populations que les croisés rencontrèrent ?
      * Les croisés étaient ils des pures face à des barbares ?
 
 Cet ouvrage montre :
    - Une réalité des "croisades saintes" bien différente des "propagandes",
    - Des 'Sarrasins' bien différents de l'image véhiculée....
 
 Ce livre n'est pas politique, il décrit simplement les évènements et les raisons sans prendre parti.......... La vérité n'est jamais blanche ou noir, elle est souvent en nuance de gris.
 
  C'est un livre qui peut faire un cadeau apprécié tant par la qualité du texte, du papier que par les photos.


Vous pouvez aussi lire un autre ouvrage donnant une vison différente des Croisades.
 
 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 06:30

 

Département  40 - LANDES

Le bourg :

De Nantes à Montaigut, la digue, la digue !   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Montégut est situé à 20km à l'Est de Mont de Marsan, à 6km à l'Est de Villeneuve de Marsan et 20km à l'Ouest de Eauze.

     Coordonnées du bourg :

43° 52′ 33.96″ N 0° 11′ 52″ W
 43.8761°  -0.197778°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    La vie d'un castellologue amateur n'est pas toujours facile, il faut affronter les doutes, les plantes urticantes, les pierres tombantes et parfois les foudres du ciel.

   C'est par un ciel chargé me rappelant la Bretagne  que je vois ce panneau. Pour me donner du courage je chante "De Nantes à Montaigut, la digue la digue....". ....les paroles sont ici.

    Un peu coquin et paillard je suis en ce début d'automne, mais rapidement je suis remis dans le droit chemin par ce panneau. Un silence religieux s'empare de moi.

 

De puissants contreforts soutiennent cette égliseL'enquête commence

    A travers les branches d'arbres je distingue 4 larges contreforts. Ils sont composés de grès et briques mélangés. Bien que la puissance émane de ces constructions en appui sur l'église, je ne vois aucun système défensif sous les fenêtres Romanes.

Cette église est elle fortifiée ?

 

J'ai des doutes

    En contournant la nef, je vois une association de 2 contreforts dans l'angle. Avec toutes ces pierres et briques, je comprends que ces murs ne soient pas tombés après 8 siècles.

  Mais je ne vois toujours pas d'archère. 

 

Y a t il un chemin de ronde ?

    Puisqu'il n'y a rien en bas, je lève la tête espérant voir une bretèche ou des corbeaux pour soutenir des hourds (voir vocabulaire). Mais en regardant mieux, je distingue une différence importante de construction au dessus des lits de briques et le toit.

 Je pressens :

* Qu'une salle de repli avec certainement un chemin de ronde existait,

* Et que les ouvertures ont été obstruées.

Mais j'ai l'imagination si fertile que je dois reprendre mon enquête avec sérénité.

 

L'enquête continue

  Le nombre, la hauteur et l'épaisseur des contreforts m'impressionne. Je tente de les inspecter pour comprendre cette construction quand soudain, un détail à gauche m'intrigue. Je lève la tête, les yeux, le cou et je vois...

Un clocher-tour, ou plutôt une tour-clocher

 

La tour

   La stupéfaction est si grande que je recule d'un bond.  Je n'ose y croire, une haute tour survole l'entrée de l'église de Montégut.

   Sa forme octogonale est originale et ses ouvertures verticales, bien qu'un peu larges, ressemblent à des archères.

    Les 3 niveaux ne sont pas symétriques et pourtant assurent une surveillance à 360°. L'association briques et pierres (déjà vue sur les contreforts) est surprenante. Je me demande si la brique n'a pas servi à réparer l'église après les guerres de religion (par exemple).

    En prenant un peu de distance, je comprends mieux le système défensif.

 

    L'intérieur :

       Je me tiens en face du porche de l'église et j'espère que point de belliqueux défenseur il y a dans la tour. 

  Hélas, un autre ennemi m'attend : La méfiance !

Conséquence, la porte de l'église de Montégut est fermée.

 

 
Histoire de l'église :

* A la fin du 13ème siècle, un paréage entre le Roi d'Angleterre et Guilhem de Montégut est à la base de la création d'une bastide.
* Au 14ème siècle (?), construction d'une église avec tour de défense (à vérifier).
* En 2001, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Laurent) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Ces couleurs forment presque un tableau impressioniste !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

 Une beauté au milieu des fleurs !

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune d'Aubeterre sur Dronne est située à 50km à l'Ouest-Nord-Ouest de Périgueux, à 45km au Sud d'Angoulême et à 15km au Sud de Montmoreau Saint Cybard.

   Coordonnées du château :

45° 16' 17.742" N
0° 10' 13.656" E
 45.271595°
  0.17046°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Une présence

   Dans ce bourg faisant parti de la liste des "plus beaux villages de France", tel un touriste je déambule tranquillement quand soudain, je sens un frémissement, un peu comme un amoureux qui trésaille à la perspective de voir au loin sa promise.

  Je lève la visière de mon heaume pour mieux voir et comprendre la raison de mon émoi intérieur.

Diantre, une construction fortifiée !

  Est ce un château fort ?

Je le rejoins en le contournant

    Ne pouvant pas accéder par ce coté, je contourne les maisons pour découvrir l'autre coté du site. Je remarque que la construction visible ne semble pas être le château fort. Cette solide construction blanche ressemble plus à un rempart extérieur, à un châtelet d'entrée pour accéder à la basse-cour qu'à la résidence seigneuriale.

  Une vue plus large confirme ma supputation. La motte ayant porté le château est située plus haut, sur la gauche.

 

Au pied du rempart
    Je longe une ruelle qui devait certainement correspondre à l'emplacement des fossés. J'arrive enfin devant la courtine qui a perdu son agressivité médiévale ainsi que ses systèmes défensifs.

  De l'autre coté, les maisons ne s'appuyant pas sur le rempart, je comprends mieux l'architecture des pierres posées sur le rocher calcaire.

 Voila de beaux mâchicoulis !

Le châtelet d'entrée

   Légèrement avancé et non aligné aux remparts, le châtelet tranche par la présence de ses systèmes de défense. Le premier détail que je remarque ce sont les mâchicoulis.

Magnifique n'est il pas ?

  La succession de consoles en dégradé donne de la légèreté. Les pierres sculptées entre les consoles donnent de la grâce.

   Au dessus, une grande ouverture me fait penser à une terrasse couverte. Je suppose que le chemin de ronde médiéval a été ouvert  (au 18ème ?) pour diminuer l'agressivité de cet ancêtre d'un autre temps.

 

Le portail

  Comme toute entrée fortifiée, ce châtelet possédait un pont levis dont les flèches rentrantes sont évidemment imaginables. Lorsqu'il était relevé, le pont venait s'encastrer dans les pierres taillées.

  Au dessus de la porte, dans la salle de garde et de levage du pont, les défenseurs pouvaient tirer avec une couleuvrine ou un petit canon par l'orifice dédié.

 L'ensemble est harmonieux.

Une élégante entrée fortifiée

 

        L'intérieur :
   Le site est privé et n'est pas visitable. Je vous quitte ici pour découvrir l'église rupestre Saint Jean.

 

 

Histoire du château :

* En 1004, un site fortifié est cité dans un texte.

* En 1152,  Éléonore d'Aquitaine épouse Henri Plantagenêt futur Roi d'Angleterre. Cet acte, bien loin de l'histoire de la petite commune de Aubeterre, eut pour conséquence la scission de la France et le début de la guerre de Cent Ans.

* Entre 1337 et 1453, le château, positionné aux confins de 3 provinces (Angoumois, Saintonge, Périgord), est la cible de nombreuses attaques Anglaises et Françaises.

* En 1453, à la fin de la guerre de Cent ans, le Baron (voir titre de noblesse) François Bouchard seigneur d'Aubeterre, fait reconstruire le château. De plus, il redonne de la vigueur et de la puissance  à la petite commune.

* Au 17ème siècle, sous la tutelle de François d'Esparbès de Lussan, Maréchal de France et seigneur de Aubeterre, la ville est très prospère.

* Au 18ème siècle, le vieux château est inhabité. Ruine semble être son destin.

* En 1817, le Chevalier Bourbon-Conti est propriétaire du lieu.

*En 1817, un marchand de biens achète le château. Il le démantèle puis revend chaque pierre, chaque décos

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite sauf si vous louez une partie du gîte.

 

Le châtelet est un compromis entre puissance et confort

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 23:55

En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

Résumé :

    « La guerre de Trente Ans est née en Bohême, de l'antagonisme entre l'alliance des princes allemands protestants et l'autorité impériale catholique représentée par Ferdinand II. Ce conflit local prit une ampleur européenne quand s'y joignirent les grandes puissances protestantes du Nord (Danemark et Suède), soutenues financièrement par Richelieu et Louis XIII, qui avaient intérêt à la défaite de l'empereur Ferdinand II.
    C'est en 1634 que la France intervint ouvertement, en attaquant l'Espagne, elle-même en conflit avec les Pays-Bas. Dès lors, les hostilités s'étendirent à l'Europe. Les traités de Westphalie en 1648 mirent fin à une guerre dévastatrice et meurtrière, notamment pour l'Allemagne et pour la Lorraine, et qui apporta un profond bouleversement démographique et politique.
    Il est indispensable d'en connaître l'histoire si l'on veut comprendre l'évolution de l'Europe jusqu'à nos jours.»
 

 

Mon avis :
La guerre méconnue et pourtant si importante !
 
     
    Ho, je vous vois songeur !...... Vous pensez : "Il se moque de nous ce chevalier. La guerre de 30 ans n'est pas médiévale...  A t il encore reçu une pierre sur la tête durant ses visites de ruines, ou bien nous prend il pour des igniares ?".
    Non, mes chers et merveilleux lecteurs si intelligents (oui, je flatte parfois pour attirer votre attention), je sais que cet évènement s'est déroulé un siècle après la fin (officiel) du Moyen Age. Mais il a eu une importance capitale pour "mes" ruines castrales. Les différentes armées ont attaqué et souvent détruits les châteaux. Peu d'entre eux ont survécu à cet évènement, et les rares encore "debout" ont été :
  * soi abandonnés car, avec les changements de frontière Française, leur position n'était plus stratégique.
  * soi modernisés par Vauban pour devenir imprenable.
 
 
    Faisant actuellement beaucoup de lectures et d'articles sur les ruines castrales d'Alsace, je suis confronté à leur destruction, ou leur amélioration suite à cette guerre..... Il me fallait comprendre. Et dans mon souci de vous faire profiter de ma bibliothèque, je vous présente cet ouvrage.
Il est clair, précis, dense dans les détails et assez  facile à comprendre.
 
 
    C'est une édition de poche, donc économique.  L'économie se fait aussi par l'absence de photo couleur, de belle illustration des protagonistes.  Par contre, l'ouvrage comporte des cartes (en noir et blanc) facilitant la compréhension des mouvements de troupes et des pays concernés.
  Une table d'index permet la recherche.
 
 
     Voilà un ouvrage très instructif pour ceux qui veulent comprendre les ruines d'Alsace (par exemple), mais il faut être vraiment passionné pour le digérer. C'est une épopée moins facile à lire que celle-ci,  mais toute aussi vivante.
 

  Autre choix:  Si vous préférez un livre de photos avec des textes courts et de qualités sur les ruines castrales d'Alsace, en voici un.
 

 
Venez "visiter" maintenant les châteaux du  BAS RHIN  ou  du  HAUT RHIN.
 
 
 
Repost 0
Published by le chevalier du 38 - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 06:30

  L'église est au bout de l'impasse

Département 85 - VENDEE

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La petite commune de Saint Martin Lars en Sainte Hermine est située à 70km au Nord-Ouest de Niort, à 40km à l'Est de La Roche sur Yon et à 16km au Sud-Sud-Est de Chantonnay.

     Coordonnées de l'église :

46° 35' 30.408" N 0° 58' 44.324" W
 46.59178°  -0.978979°

 

L'arrivée

     Dans les petits bourgs de notre beau Royaume, il est aisé de voir l'église. Généralement elle trône fièrement au centre. Si ce n'est pas le cas, la hauteur de son clocher dépassant le toit des petites maisons et habitats est un phare bien visible.

    C'est donc facilement que je m'engage vers la place de l'église (les panneaux des rues sont aussi une méthode pour trouver un lieu - voir exemple ici

 

La découverteDiantre !... Une rustique église

    Ma 1ère impression est la rusticité de ce bâtiment religieux. L'angle droit est la règle. Le gothique n'est point venu en ce lieu pour "abîmer" la pureté de l'art roman.

   Ma 2ème impression est l'étroitesse de la fenêtre. Pour faciliter l'entrée de la lumière, les architectes ont compensé par une grande hauteur

   Ma 3ème impression est la diversité des hauteurs, formes et épaisseurs des contreforts.

Surprenante église !

   Mais je ne suis pas en ce lieu pour faire une analyse d'architecte. Je suis venu voir une église fortifiée.

Voyez vous les défenses ? 

 

Distinguez vous une salle sous le toit ?

Les premiers indices

    Connaissant mon imagination fertile, je vois au moins "des milliers" de détails défensifs.     Mais en reprenant le sérieux qu'un Chevalier (de plus Dauphinois) doit avoir, je prends ma loupe de Sherlock Holmes et je vois....

Les voyez vous aussi ?

  Une sorte de corniche définissant peut être le niveau du toit de l'église primitive, prouvant ainsi une rehausse.

 

La recherche des systèmes défensifs
   Je contourne lentement l'église pour constater que le clocher n'est pas fortifié. Les abat-sons ont peut être abrité des guetteurs mais la fonction défensive n'est pas marquée.

  La tour-escalier extérieure doit permettre d'atteindre le clocher, donc les signes de défense semblent inexistants.

Est ce que j'utilise assez le suspense hitchcockien ?

 

Qu'est ce ?

   La disparité des contreforts m'étonne. Les différences de dimension et de taille des pierres ne m'informent pas sur l'évolution architecturale de cette église.

   Tout en avançant, j'observe le haut des murs (Je vous déconseille cette méthode, c'est le meilleur moyen de tomber ) . Un détail m'intrique :

Pourquoi avoir surélevé le mur ?

Et pourquoi est il borgne si salle de repli il y a ?

  Avec de la patience, je découvre les secrets de l'église fortifiée

Je commence à comprendre cette église

    Lorsqu'un bâtiment résiste à ma compréhension, je prends un peu de recul pour mieux l'embrasser... du regard bien sur. Plusieurs détails se révèlent :

   Pour consolider cet ancêtre, les hommes modernes ont bouché la fenêtre mais ont laissé pour mon plaisir l'ouverture sous le toit. La présence d'une salle de repli sur toute la longueur de l'église est vérifiée.

  Je continue ma découverte minutieuse en contournant le bâtiment. La petite "cabane" ajoutée sur le coté droit (face Nord) être une sacristie récente.

 

Les révélations

  En regardant le coté Nord de l'église, j'ai les yeux brillants comme un enfant devant une console Playstation, comme un chien devant un os, comme.... (vous avez compris que j'ai la révélation !)

Mais n'allons pas trop vite.

Il faut déguster cette église.

 

Les contreforts

   Le mystère des contreforts que j'avais remarqué à mon arrivée se confirme. Mais la réponse vient en regardant ici. Peut être à cause de l'élévation de l'église, plusieurs d'entre eux ont renforcé les murs, obstruant parfois les fenêtres primitives.

Que voyez vous ? 

Les systèmes défensifs

  Après avoir déguster les contreforts, j'observe la façade curieusement dépourvue de fenêtre. Lentement mes yeux se lèvent vers la salle de repli qui possède de multiples ouvertures. Je suis étonné par la diversité des formes et des dimensions des ouvertures.

  La présence de trous ronds prouve l'utilisation de la salle de défense après le 15ème siècle (certainement pendant les guerres de religion). 

 

        L'intérieur :
   Hélas, comme pour beaucoup d'églises au 21ème siècle, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 13ème siècle, aménagement de l'église.

* En 1987, l'église est classée aux Monuments historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

La rigueur de l'angle droit est la base architecturale

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 85 Vers Menu châteaux de Vendée
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Poitou : 79 85 86
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 04:50

 En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

Résumé :

    « Un champ de ruines ! Voilà ce que risquent de devenir vos connaissances en histoire de France, si vous n'y prenez garde ! À moins que ce ne soit déjà fait, à moins qu'il ne reste même plus de ruines... Plus un instant à perdre ! Ensemble, reconstruisons tout : depuis les fondations, il y a deux millions d'années, lorsque le premier homme met le pied sur le futur territoire français, jusqu'à nos jours ! Vous allez, entre autres, fréquenter Cro-Magnon, Clovis, Louis XIV, Napoléon, de Gaulle ; perdre ou gagner Alésia, Azincourt, Austerlitz, Verdun ; tomber sous le charme d'Aliénor d'Aquitaine...
    Une garantie : vous ne connaîtrez pas l'ennui ! En effet, il se passe toujours quelque chose d'étonnant, d'insolite, de palpitant sous le ciel de France ; et chaque fois que les événements l'ont permis, une dose raisonnable d'humour a été incorporée au récit. Enfin, pour votre plus grand bonheur, personne ne vous demande, comme à l'école, d'apprendre par cœur !
    Voilà pourquoi vous allez tout savoir. Et tout retenir, avec plaisir ! Bonus ! Quiz des champions... Saurez-vous relever le défi ? »
 
Mon avis :
L'histoire en s'amusant  !!!
 
       J'ai acheté cet ouvrage parceque je suis............. un nul (mais je me soigne).
  Ce livre ne traite pas exclusivement de l'époque médiévale (ma passion, vous le savez maintenant), mais il est presque parfait.  Oui, j'assume le mot PARFAIT  (enfin presque).
   On apprend en jouant, les anecdotes côtoient les faits historiques. Chaque page traite d'un sujet avec vie et passion.
   Cet ouvrage pourrait presque être un livre de chevet dont on lirait une histoire chaque soir avant de s'endormir, hélas, il est tellement vivant que l'on ne s'endort pas après.
  Pourquoi n'enseigne t on pas l'histoire comme celà à l'école ?.....  J'aurais été sûrement meilleur élève (oui, vous lisez bien, au primaire, ce n'était pas ma matière préférée).
 
  Le seul reproche (oui, il en faut bien un, et même deux !) :
  • 1 - Il est trop lourd pour l'emmener dans un sac à dos, (mais est ce important ?).
  • 2 - Il me faudrait le même pour les 1000 ans de l'époque médiévale - 1000 pages pour 1000 ans (mais là, je suis égoïste).

 

  Si vous aimez les anecdotes de l'histoire, si vous souhaitez un livre à "grignotter" quelques minutes par jour, si vous cherchez un ouvrage vivant et passionnant ---> le voici.......... Il y a même une nouvelle édition avec plus de photos........... Les quelques Euros dépensés ne seront pas un mauvais choix que vous regrèterez.
 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 06:30

 

Département :  38 - ISERE

 Ne pouvant pas monter avec mon destrier, l'aventure pédestre commence ici

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Crolles se situe à 90km au Sud-Est de Lyon, à 35km au Sud de Chambéry et à 20km au Nord-Est de Grenoble.

 

   Coordonnée du château :

45° 17' 59.305" N 5° 53' 40.25" E
 45.299807°  5.894514°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

Préambule

   C'est avec un immense plaisr que je me suis rendu en ce lieu  :

1 -D'abord, parce que ce château fort est peu connu du web et de la littérature. C'est l'une des missions pour ce blog de montrer des constructions médiévales fortifiées oubliées.

2 - Ensuite, parce que c'est un château fort dans "mon Dauphiné".

3 - Et enfin, parce que cette construction pose de nombreuses questions. Les énigmes sont amusantes, surtout si les supputations sont plus importantes que la vérité. 

 Je vous invite dans une ruine de questionnements. 

 

Toponymie (--> voir initiation)

    Il n'est point nécessaire d'être très instruit en toponymie pour comprendre que l'origine de ce lieu vient de Mont Fortis. Un point élevé proche d'une vallée est sujet à l'installation d'un bâtiment fortifié.

    Mais j'ai déjà une énigme à vous montrer :

Pourquoi sur le plan de Google, le site porte le nom : Château Robert ?

    Il semblerait que la dernière famille ayant vécu en ce lieu au début du 20ème siècle se nommait : Robert.

Ce n'était point les propriétaires mais des fermiers louant châteaux et terres. Curieusement, les cartographes ont gardé ce nom qui n'est point usité par les Crollois et les habitants du Grésivaudan (vallée entre Grenoble et la Savoie).

 

Où est le château ?

    Le petit hameau de Montfort est situé à moins de 2km au Nord-Est de Crolles. Durant la période hivernale, la blanche forme du château médiéval se détache de la falaise. Mais en cette fin d'été, il faut une carte précise et de bons yeux pour voir à travers les hauts feuillus.

 Mais où est le château fort ?

La marche d'approche

    C'est par un agréable sentier, évidemment en pente (mais pourquoi ma passion m'oblige-t-elle à monter tout le temps ?), que la découverte commence. En cette fin dété, l'alternance d'ombre et de lumière, de champs et de sous bois, titillent tous mes sens.

    Après avoir pris une bouffée d'air frais parfumé et si pur de mon Dauphiné (Qu'ai je ouïe ?.. Chauvin je serai ?), je tente de voir le château de Montfort.

Mais où est il ?

   Les pierres Dauphinoises sont très joueuses et adorent se cacher. Mais les connaissant, je sais où regarder.

Nota :

   Si dans mon Dauphiné, durant une randonnée vous pensez être perdus, il y aura toujours un panneau pour vous indiquer la direction. Le Dauphinois est farceur mais sait accueillir.

 

L'arrivée

     Mes efforts de marcheur sont récompensés, entre les arbres de l'actuel petit bois, le château de Montfort apparaît enfin.

   Les étonnements, curiosités et énigmes commencent :

1 - Je suis étonné par l'imposante surface non fortifiée en amont du château. Il aurait été logique de construire un rempart pour créer une basse cour.

Sont ce les siècles qui ont fait disparaître le 1er rempart ?

La résolution d'énigmes commence ici 

Les énigmes commencent

    La grande bâtisse (qui est nommée : salle des gardes) me pose quelques problèmes de logique défensive :

2 - Elle est précédée par une ronde construction. Il serait aisé d'imaginer que ce soit les restes d'une tour de défense. Mais l'angle du bâtiment ainsi que la courtine n'en possèdent pas les traces de fondation. De plus, la "tour" n'accroche pas les 2 cotés des courtines, ce qui est un non-sens pour une "tour" d'angle.

3 - Le 1er bâtiment de ce château ne comporte pas de porte d'entrée. Vous allez rétorquer qu'elle se situe certainement sur une autre face (coté droit ?), mais ce schéma est rare, surtout sans "goulot" d'étranglement (sas), ni châtelet.

   De plus, quémander à un assaillant de tourner à droite signifie qu'il est protégé par son bouclier porté avec son bras gauche. Par habitude, le circuit d'entrée est à gauche permettant aux défenseurs de tirer sur l'assaillant droitier.

Le mur coté Nord de la salle des gardes

 

Le mur Nord

   En contournant la salle des gardes par la gauche, je découvre un mur surprenant. La tour que je pensais n'être qu'un ajout récent, aurait peut être pu servir au système défensif (Mais ceci n'est que supposition par sa position et non par les traces de construction).

    Cette façade est vraiment surprenante :

* Des fenêtres existent en partie basse. Ceci est illogique pour défendre un château.

* Leur position très près du sol m'informe que le niveau est monté avec les éboulements des étages.

* A l'étage, je compte au moins 2 archères droites "primitives".

* J'ai hâte de voir leur ébrasement (voir vocabulaire) pour confirmer ma supposition.

* Une fenêtre Romane fièrement se montre.

 

Un double rempart

Je tente de trouver l'entrée actuelle

    Ne pouvant passer à gauche (barrière puis épineux infranchissable et surtout un à-pic coté Chartreuse... Ceci confirme que le château était posé sur une motte), je contourne par la droite cette beauté Dauphinoise (Vous l'avais je déjà expliqué que cet incroyable château fort fut construit par les formidables Dauphinois ?  ).

   Un curieux spectacle s'offre à moi. J'ai l'impression de voir un double rempart, plus précisément 2 niveaux de remparts.

Diantre... Quelle curiosité !

 

Le secret du double rempart

  Point de mystère architectural il y a. Je vous rappelle que nous découvrons une ruine, de nombreuses pierres manquent. L'imaginaire est le seul moyen pour comprendre. Il semble "évidement" que :

* Le rempart supérieur est le mur d'un bâtiment du château.

* Le rempart inférieur est le mur entourant l'ensemble du site. D'ailleurs, sur la droite, il y a une pente abrupte.

   Mais en écrivant "évidement", je vous mens un peu ou plutôt je suis dans le mode : "Raccourci intellectuel". En réalité ces remparts me posent beaucoup de questions :

4 - Si le mur inférieur est le rempart du château, pourquoi n'enserre-t-il pas la salle de garde ?

5 - Pourquoi ce rempart ne comporte-t-il pas d'archère (voir vocabulaire) ?

 

Je vais tenter de trouver les réponses

   Lentement j'avance vers la salle des gardes pour tenter de répondre aux 5 énigmes.

Nota :

Il est possible que sur certaines photos vous voyiez des tâches dans le ciel. Ce ne sont point des poussières causées par mon magnifique appareil photo. Ce sont des parapentes et des deltaplanes. Au dessus du château fort il y a la falaise du départ pour ces Icares modernes (voir flèche jaune).

 

 

La suite de la visite  est ici - clic.

 

 

La réponse est derrière ce mur !

 

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 00:42

 En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

Résumé :

 
    « La Maurienne, la plus importante des vallées transversales des Alpes françaises, a été l'axe principal des routes de l'ancien Etat de Savoie. Reliant la France à l'Italie, le col du Mont-Cenis a été fréquenté dès le Néolithique, et depuis, toutes les époques ont laissé des traces dans cette vallée. Si les églises baroques ont longtemps retenu l'attention des passionnés d'histoire et des visiteurs, leur intérêt se porte désormais vers les châteaux et les fortifications, patrimoine qui méritait qu'on lui consacre cet ouvrage. Des textes inédits accompagnés de photographies d'une grande qualité nous présentent le patrimoine bâti de la Maurienne médiévale. En suivant la vallée, le voyageur voit ainsi apparaître sur les crêtes des tours et des églises d'un autre âge, édifices qui n'auront bientôt plus de secret pour lui. » 
 
 
Mon avis : 
Pour les castelologues ou amoureux de vieilles pierres !!
 
   La Maurienne n'est pas la plus riche des régions en ruines féodales, donc voici un petit livre de 90 pages seulement. Chaque "bâtisse" médiévale remaniée ou non est listée avec une photo et un petit texte.
   Si vous êtes un amateur de cette époque, ou si vous êtes un randonneur passionné par les vieilles pierres, ce livre est pour vous (comme pour moi d'ailleurs).
 
   Si vous aimez les jolis livres de photos de châteaux (pour faire un cadeau), avec de beaux textes historiques ou descriptifs, il existe d'autres livres (par exemple: le Larousse).
 
 
  Grâce à ce petit livre, je sais où "chasser" durant mes Week-end du mois d'Août. De belles ballades à thème en perspective......... Si vous habitez loin des Alpes et ne pouvez pas venir visiter ces belles ruines, ne pleurez pas, je vous narrerais prochainement mes "exploits" de médiéviste sur ce site.

 
Venez  "visiter" maintenant les châteaux de la  SAVOIE.
 
 
Repost 0
Published by le chevalier du 38 - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article