Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 08:12

 

 

Département 12 - AVEYRON

 Voyez vous un site troglodytique ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Mostuéjouls est située à 50km au Sud-Est de Rodez, à 35km au Sud-Ouest de Florac et à 20km au Nord-Est de Millau

 

     Coordonnées du site troglodytique :

44° 13' 34" N3° 13' 6" E
 44.22612° 3.218275°

 

 

Le site : 

        L'extérieur :

Il est là haut

   Depuis Mostuéjouls, a 4km en remontant vers le Nord dans les magnifiques gorges du Tarn, une pancarte sur le bord d'un chemin attire mon attention. Je suis surpris car :

* Il n'est pas fait mention du château troglodytique,

* Marcellin est écrit avec un seul L (contrairement à ma documentation).

  Qu'importe, je vais gravir la pente pour découvrir mon graal du jour.

 

Je me sens peintre

    Le bruit des insectes, les odeurs laissent mon attention vagabonder pendant que je marche sous la chaleur de fin de printemps. Je rêve que je suis un génial peintre naturaliste (heu, cela ne signifie pas que je suis nu... rhôôô. Mon propos parle de nature).

 Voyez vous tous les détails magnifiques ?

La découverte de loin

"Que voir de si loin ?"

    C'est la question que vous vous posez en découvrant cet amas de bâtiments.

    Plusieurs détails permettent d'échafauder des hypothèses mais aussi des réalités :

* D'habitude, un château est aménagé sur une butte, hors les constructions sont le long d'un paroi.

* Il est préférable, pour ne point être attaqué depuis la hauteur, de ne pas implanter un château en bas d'une paroi. Mais en réalité, il est presque impossible pour des assaillants de grimper au dessus.

* Le site formant un cul de sac, il est très facilement défendable. Un seul accès par le chemin encore visible. Hélas, il semble que la porte fortifiée ne soit plus présente.

* Une petite église (chapelle castrale ?) a survécu au temps et à l'abandon du site.

* Dans la paroi, des encoches sont visibles. Elles recevaient des poutres. C'était l'emplacement du château primitif.

Est ce l'entrée du château fort ?  Après ces observations de loin (en réalité, j'avais une paire de jumelles), je marche vers le curieux site (castral ?) de Saint Marcellin.

 

 

        L'intérieur :

Un bâtiment reconnaissable

   En arrivant devant cette forme semi-circulaire, je pressens la fonction du bâtiment.

L'avez vous devinée ?

   Je contourne le bâtiment pour voir sa magnifique ouverture.

Que voyez vous ?

   La présence de plusieurs sacs ne doit pas vous faire penser que cette cavité soit une poubelle.

Ceci est évidemment un four à pain.

 

Une habitation ?

Les pierres construites fusionnent avec le rocher

     Les pierres construites m'impressionnent surtout lorsqu'elles sont pour un bâtiment intemporel.

   L'épaisseur des murs m'informe qu'il n'est point récent, mais les larges ouvertures m'indique qu'il a été modifié ou reconstruit il y a moins de 3 siècles.

 

Un intérieur d'un autre âge

* En pénétrant dans l'une des salles, je remarque les piédroits d'un autre âge.

* Puis au fond une fenêtre à coussiège.

* Mais je pressens que ma déduction rapide est fausse. Ceci est la fenêtre au dessus d'un évier.

Avez vous observé les pierres épaisses au sol ?

* Dans une autre salle, je vois un four à pain. Feux fours en ce lieu, c'est curieux !

Y en avait-il un banal et un autre privé ?

 

C'est la fin

* Pour vous donner l'envie de monter par le joli sentier vers ce site Aveyronnais, je ne vais pas tout vous montrer.

* Sachez que des bâtiments et habitations aménagés contre une paroi rocheuse non verticale ne sont pas nombreux en nostre beau Royaume de France.

* Il faut entrer physiquement dans cette beauté de pierre pour la ressentir.

 

Mes yeux sont remplis de lumière... d'un autre âge !

 

 

Histoire du site :

* Vers le 10ème siècle (?), une fortification est construite par la famille Mostuéjouls.

* Vers le 11ème siècle, un autre château est construit plus bas, proche de la rivière, par la famille Mostuéjouls.

* A partir du Moyen Âge (et durant plusieurs siècles), le site est le but d'un pèlerinage. Un saint aurait été inhumé dans une des cavités de la roche.

* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite. La visite est sous votre responsabilité en respectant cette propriété privée.

 

Une ambiance hors du temps

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 07:55

 

 

Département 04 - ALPES de HAUTE PROVENCE

Est ce un paquebot qui flotte au dessus du bourg ?

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Mison est située à 35km au Nord de Forcalquier, à 25km au Sud-Ouest de Tallard (voir son château) et à 15km au Nord-Ouest de Sisteron.

 

     Coordonnées du château :

44° 15' 49" N05° 50' 22" E
 44.2638001112° 5.839587450°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La surprise

* En découvrant au loin la petite commune, je suis en arrêt (et mon destrier aussi).

* Les maisons de Mison sont blotties au pied d'un imposant rocher dont la brochure affirme qu'elle est en poudingue.

Avez vous déjà vu un tel spectacle ?

 

 Je pressens que ce château va m'en faire voir de toutes les couleurs

La paroi

* Pour monter au château, il faut emprunter un chemin carrossable et sinueux.

* Aux pieds de la paroi, je m'esclaffe :

Quelle fascinante architecture !

* La paroi semble fragile et pourtant elle est présente depuis plus de 7 siècles.

* Sa fragilité relative est due aux galets roulés, matériau bien différent des parois en pierres taillées.

* Construit sur le rocher, il faut admettre que l'assaillant avait un travail de sape peut aisé. Les courtines en galets ne furent point un handicape.

* Les chaînages d'angle ont fait l'objet d'une attention. Ils sont réalisés en pierre et en tuff.

* Le temps et les hommes ont fait leur travail de destruction. Il n'est plus possible de voir les crénelages ni les mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 Est ce la globalité du trésor de ce château ?

        L'intérieur :

J'entre dans l'antre

* Par la porte coté Ouest, je pénètre dans la place forte.

* Le spectacle de l'intérieur du vieux château fort est... heu.... minimal.

* Le plateau a une longueur de 80 mètres pour une largeur de 60 mètres.

* Au centre quelques buttes de terre et de galets, au fond des vestiges de rempart consolidés récemment.

Ne reste-t-il que cela ?

 

 

L'espoir renaît

* Avec précaution (car je suis dans une ruine) et avec l'envie de tout voir (car je suis un castellologue amateur passionné) j'avance vers un des cotés.

* C'est une construction "presque entièrement" voûtée qui m'accueille.

* Je ne peux pas définir la fonction de ce bâtiment, mais il est certain qu'il comporta plusieurs étages.

 

 Devinez vous la fonction de cette ruine ?

Est ce le bon endroit ?

* Dans cet immense désert de galets au sol mélangés à la terre et aux herbes, je vois au loin deux petits "pics".

Est ce le fruit de mon imaginaire ?

* J'avance et je découvre ... un arc de triomphe !

Reconnaissez vous ce style de construction ?

* Evidemment point d'architecture Romaine en ce lieu médiéval. Cette construction me semble avoir été une tour de défense.

Avez vous remarqué les pierres ?

* Ce bâtiment n'est pas en galets roulés mais en pierres taillées posées en lit.

 

 

Errance badine

* Pensant avoir tout vu, je me promène, le nez dans le vent et les yeux dans le vide de ce château.

* Soudain, une baie attire mon attention.

Etait ce un four à pain ou un puits de lumière ?

* Lentement je me rends proche de la paroi pour admirer le paysage.

* Diantre !... J'avais oublié que le rempart fut si haut.

* Il est temps de repartir vers de nouvelles aventures en ce Comté de Provence, mais avant, il me faut retrouver la sortie.

* Mon instinct me faire dire qu'elle est là bas.

* C'est donc par cette poterne que je quitte l'imposant château, hélas un "peu" en ruine.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 10ème siècle, Mison est citée dans une charte. Le site est possession d'une famille éponyme.

*- Au 11ème siècle, par la possession de plusieurs châtellenies, la famille Mison a le rang de Vicomte.

* A la fin du 12ème siècle (à vérifier), la seigneurie devient une Baronnie (voir titre de noblesse). Le site est possession de Bertrand de Mison dit de Mévouillon.

* Au 13ème siècle, les noms Mison et Mévouillon sont souvent associés sans que les "historiens modernes" puissent faire la distinction entre ces 2 familles et sur leur possession de châtellenies.

* Au 13ème siècle (à vérifier), construction du château en pierre sur le haut plateau rocheux, commandant les vallées du Buech et de la Méouge.

* En 1239, au château de Mison, Galburge de Mison, fille de Bertrand, épouse Guillaume des Baux.

* En 1263, Charles Ier d'Anjou, Comte de Provence (voir liste), achète la seigneurie à dame Galburge de Mison, fille de Bertrand.

* Au 14ème siècle, un inventaire du château est réalisé. Le site abrite 4 corps de bâtiments comportant 11 salles : Celliers, aula, cuisine, armurerie, pièces privées et sept lits. Une chapelle existe, elle est dédiée à Saint Julien et Sainte Catherine.

* En 1377, le site castral est confisqué par la Reine Jeanne.

* Au 15ème siècle, Foulque d'Agoult gère la châtellenie. Il est le représentant du Comte de Provence.

* En 1678, le château est toujours utilisé et gardé par les habitants de Mison.

* Au 18ème siècle, le château est notifié comme ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

La vue sur le Buëch et ses affluents est magnifique

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 04

Vers Menu châteaux

Alpes de Hautes

Provence

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Provence : 04 13 83 84
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 06:11

 

 

Département 48 - LOZERE

 Ce mur tente de de murmurer son histoire

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de La Malène est située à 30km au Sud de Marvejols (voir ses fortifications), à 26km au Nord-Est de Millau (voir son château) et à 25km à l'Ouest de Florac (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 17' 58" N3° 18' 45" E
 44.299401340° 3.3126354217°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Pourquoi construire un château fort ?

* Les gorges du Tarn ont toujours été un point de passage reliant les villes hautes des villes basses.

* Certains guets permettent aux transhumants de rejoindre les différents causses.

* Il est donc logique que des châteaux soient construits pour surveiller les passages (pouvant être hostiles) mais aussi établir des lieux de péages.

* Le site de Planiol, parfois orthographié Plagnols, répond à ces 2 critères.

 

La découverte

* Dans une boucle du Tarn, à 500m à l'Ouest de La Malène apparaissent des ruines.

* Ces vieilles pierres presque millénaires sont attaquées (ou protégées ?) par une dense végétation.

Pensez vous qu'il n'y ait rien à voir ?

* Avec un peu d'attention, il est possible de voir des bases de mur que je subodore être : Le rempart extérieur.

 

 

        L'intérieur :

La marche prudente

 

* J'entre avec précaution.

* La végétation cache des trous dans le sol.

* Les pierres roulent sous mes chausses.

* Soudain une grotte apparaît.

Est ce un site troglodytique ?

* Vous êtes si subtils, ho mes merveilleux lectrices et lecteurs, que vous avez reconnu une salle voûtée.

* A premier abord, je cru que c'était une simple réserve de nourriture. Mais en voyant les pierres scultées à l'entrée, je pressens que ce fut une salle "de vie".

 

N'y a-t-il que des salles voûtées ?

* En prenant un peu de recul, j'ai la réponse à ma question.

* Un haut pan de mur semble être le vestige d'une tour carrée,

* Je ne remarque aucune trace de fenêtre, d'ouverture de lumière.

* Le sommet arasé ne possède pas les prémices de mâchicoulis (voir vocabulaire).

Est ce le seul vestige ?

* En tournant la tête, une autre construction apparaît derrière les arbres.

* Elle est de la même hauteur que sa consoeur. Les pierres ont la même dimension et le même type de taille.

* L'espacement entre les 2 vestiges m'informe sur la surface occupée par ce château.

* Cette fortification n'était point une simple tour de guet, ni un site de péage. Paniol fut un vrai château de seigneur.

 

 

Histoire du château :

* Au milieu du 12ème siècle, un château est cité.

* Au début du 16ème siècle, le château est possession d'Antoine de Montesquieu.

* Au 16ème siècle, durant les guerres de religion, le château est incendié.

* En 1692, le Sieur de Montesquieu rend hommage à l'évêque de Mende pour ses terres.

* En 1752 (?), le Sieur de Montesquieu rend hommage au prieur de Saint-Enimie pour ses terres.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de prudence. Le site n'étant pas sécurisé, le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important. Soyez très prudent.

Nota :

- Dans l'historique, je cite plusieurs fois les sieurs de Montesquieu.

- Il sagit de la famille Brun de Montesquieu.

- Cette famille possédait un château dominant celui de Planiol.

- Ce château disparu se nommait : Montesquieu.

- Il m'est impossible de certifier que mes citations concernent vraiment le château de cet article.

 

Les arbres tentent de cacher le minimalisme de ce château fort

    

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 08:16

 

 

Département 09 - ARIEGE

     Voyez vous un site fortifié ?

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Auzat est située à 70km au Sud-Est de Saint Gaudens, à 30km à l'Ouest-Nord-Ouest d'Ax les Thermes, à 28km au Sud-Sud-Ouest de Foix (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

42° 45' 48" N01° 29' 24" E
 42.763372717° 1.489951014518°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Au loin puis au près

* Depuis Auzat, une agréable route sinueuse m'amène vers le village d'Olbier.

* Sous le chaud soleil d'Ariège, je pense plus à une sieste qu'à une escapade castrale.

* Mais mon vaillant destrier, par ses sauts, sait réveiller le sot. C'est ainsi que je vois....

 

 Cette colline est trouée comme de l'emmental

La montée vers mon Graal !

* Comme souvent, il faut aller à pieds sur un agréable sentier pour découvrir le site médiéval.

* Après avoir serpenté dans un petit bois, le sentier grimpe le long d'un paroi naturelle. La protection du château est parfaite.

* Enfin, je vois le but de ma découverte de ce jour. A 918m d'altitude, protégé par un à-pic sur 3 cotés, le château était facilement défendable.

 

 

Des petits trous

* Sur la paroi du rocher portant le château fort, je remarque plusieurs cavités.

* Certains de ces trous ont été habités depuis plusieurs milliers d'années. Les fouilles archéologiques ont révélé des ossements humains et d'animaux ainsi que des restes de poterie et de mobilier. Une dernière grotte comporte des peintures murales.

* Evidemment, quand il y a grotte avec des dessins énigmatiques, il y a toujours mystères. Dans cette région où le Catharisme et Montségur sont proches, certains (illuminés) pensent que le trésor des Cathares et mêmes celui des Templiers ont été (momentanément ?) cachés en ces cavités.

Et pourquoi pas le Saint Graal... et l'arche de Noé ?... pfffff.

 

 Voyez vous les traves d'habitats ?

        L'intérieur :

La basse cour

* En un saut, je suis dans la partie basse du château. Il m'a d'abord fallu franchir la tour de Campanal.

* En ce lieu, n'imaginez point voir des poules et des canards, la basse cour est en réalité la cour basse du château, en opposition à la cour haute (donc seigneuriale).

* Cette partie de la colline castrale était habitée. Cela se remarque par 2 détails au sol :

1 - Quelques rochers sont taillés en banquette (voir vocabulaire).

2 - Sur le sol calcaire arasé par l'homme, présence d'encoches circulaires pour poser un poteau.

* Je dois maintenant accéder à la cour haute et au véritable château.

 

 Que voila vestige bien anguleuse

Les défenses

* D'abord, je vois la tour du Barry. Ce patronyme n'est pas du à la célèbre Comtesse mais au mot latin médiéval Barrium signifiant : Rempart.

* Cette tour située au Nord-Ouest possédait une citerne en partie basse. Cela se déduit grâce aux couches de mortier rosi (je vous en ai montrées dans le château de Cucugnan en Aude).

* Ensuite, je vois quelques murs du rempart

 

 

Minimal et pourtant immense

* Dans ce capharnaüm de rochers et de pierres construites, de nombreuses salles médiévales se devinent.

* Ici je vois... heu... 

Avez vous une idée ?

 

* Par contre, mon imaginaire (aidé par le plan du château) affirme que la cubique construction fut : Le donjon central. Il est vrai que mon affirmation est confortée par un panneau explicatif.

* Les dimensions de la tour maîtresse me font penser qu'il fut un donjon de repli.

* Grâce au travail des archéologues et aux panneaux explicatifs, j'apprends que de nombreux foyers pour la cuisson des aliments ont été découverts. Ils étaient constitués d'une grande dalle plate en partie basse surmontée d'un dôme.

 

 

Le panorama

* Cette ruine permet de déguster un magnifique panorama sur 360°.

* D'abord les vallées avec la commune d'Auzat puis le petit village d'Olbier.

* C'est en dégustant une pomme que j'admire les multiples collines boisées.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle, sur ordre du Comte de Foix (voir son château), construction du château pour surveiller la vallée.

* En 1272, Roger Bernard Comte (voir titre de noblesse) de Foix, en conflit avec le Roi de France (voir liste), demande de l'aide au Roi d'Aragon. Ce dernier récupère plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1273, le Roi d'Aragon rend le château au sénéchal de Carcassonne.

* En 1277, le Comte de Foix récupère enfin ce château. Mais suite à un conflit le Comte est fait prisonnier par le Roi d'Aragon. Pour sauvegarder une partie du patrimoine Comtal, la Comtesse Marguerite de Moncade se retourne vers le Roi de France Philippe III le Hardi.

* En 1283, le château de Montréal de Sos est possession du Roi de France.

* En 1285, le Roi donne/rend le château au Comte de Foix.

* En 1290, lors de la querelle avec la famille d'Armagnac, le Roi de France exige la restitution des terres de Montréal de Sos.

* En 1300, le Comte de Foix récupère la seigneurie de Montréal de Sos.

* Vers 1318 (?), le Roi d'Aragon attaque plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1332, les habitants réparent les défenses du château.

* Au 14ème siècle, un village (nommé aujourd'hui Olbier) s'établit au pied de la colline castrale.

* Au 15ème siècle, n'étant plus utile pour la garde des vallées, le site castral est abandonné. Sur ordre du Comte de Foix, le château est partiellement détruit et donjon est arasé.

* A la fin du 20ème siècle, des campagnes de fouilles sont organisées.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Soyez très prudent avec  des enfants. La ruine étant fragile, veuillez ne pas montrer sur les murs et les lieux de fouilles.

 

 

Le panorama est le trésor d'une ruine castrale

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 07:55

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

Le bourg :

       Ce mur refait est il un bon présage ?Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de  Fouqueure est située à 40km au Nord-Est de Cognac, à 30km au Nord-Nord-Ouest d'Angoulême (voir son château) et à 20km au Sud-Ouest de Ruffec.

 

     Coordonnées du château :

45° 53' 07" N00° 02' 43" E
 45.8852480569° 0.045179129°

 

 

  Mon graal du jour est trop loin Le château : 

        L'extérieur :

Il faut faire le mur

* En ma qualité de castellologue amateur, je me suis promis de voir et photographier toutes les constructions fortifiées possédant au moins une pierre posée avant 1493.

* C'est ce "dictate" qui m'oblige (par plaisir évidemment) à venir en cette commune, bien loin de mon Dauphiné, pour voir un manoir.

* J'ai conscience que le site ne sera pas impressionnant ni en ruine, mon dictionnaire des châteaux forts me l'a expliqué.

* C'est donc sans surprise que je découvre un petit mur non fortifié.

* Derrière le muret, au loin, un ensemble de constructions serait le but de ma croisade.

Reste-t-il quelques traces de fortifications ?

 

Que distinguez vous ?Jumelles il me faut

* Grâce à ma paire de jumelles, je vois au loin un long et haut mur possédant des trous de boulin (voir vocabulaire).

* Bien que ces trous ne soient pas une preuve que la construction soit médiévale, ils constituent une preuve que le site est ancien.

* Derrière ce mur, il y a un bâtiment parallélépipédique. Il semble si refait (ou si neuf) que je ne prononce point sur sa date de construction.

 

MQuand fut il construit ?Un bâtiment intemporel

* Pour mieux comprendre ce bâtiment, je me décale sur la droite.

* Il est composé de 2 étages sur rez-de-chaussée.

* Aucun indice me permet de le dater.

* Il semble dépourvu de système défensif.

* Derrière les tuiles rondes au sommet du bâtiment, je remarque un toit pointu.

Est ce un clocher ou une tour ?

 

Il est pointu, turlututu !Est ce la preuve ultime ?

* Pour découvrir la fonction de la tour pointue, le contourne le manoir.

* A travers les arbres, j'ai la réponse.

* Dans l'angle Ouest a été aménagée un tour ronde.

* Cette tour possède encore quelques traces d'ouverture de tir pour arme à feu.

 

 

 

 

Conclusion

* Grâce à mes livres, je savais que ce site ne serait pas le plus impressionnant de ma croisade en terre Charentaise.

* Ce manoir très refait permet de comprendre que les constructions médiévales ont une vie.

* Lorsqu'un bâtiment est habité depuis son origine, lorsqu'il n'a pas un intérêt stratégique, s'il n'est pas une menace pour un pouvoir (Royal ou Révolutionnaire), alors il peut continuer à évoluer et survivre durant plus de 6 siècles.

* Notre patrimoine médiéval fortifié n'est pas composé que de ruines oubliées, de sites touristiques, de musées relatant la vie passée. Notre Royaume de France possède au 21ème siècle des constructions anciennes ayant changé d'architecture et de fonction.

* Je suis très heureux d'avoir passé un peu de temps devant ce manoir.

L'êtes vous aussi ?

 

 

    Histoire du manoir : 

* A la fin du 15ème siècle, construction d'un manoir fortifié.

* Au 16ème siècle, le site est possession de la famille Barbezières. Ces dernier font hommage aux religieux du prieuré de Tusson.

* En 1691, un procès-verbal notifie que le mur de la façade est si fragile qu'il risque de s'écrouler.

* En 1756, un inventaire est réalisé notifiant les meubles et la vaisselle.

* Au milieu du 18ème siècle, le site est toujours possession de la famille Barbezières.

* En 1760, le site est transformé en ferme.

* Vers 1792, durant la Révolution Française, le site est possession du citoyen La Barde.

* En frimaire de l'An II (Décembre 1793), le citoyen La Barde remet ses titres (de noblesse ?) à la municipalité pour qu'ils soient brûlés.

* Au 19ème siècle, le manoir est percé de nombreuses fenêtres.

* Au 20ème siècle, la découverte depuis la route et les sentiers est libre et gratuite en respectant la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Rien et beaucoup à la fois

 

 

   Cliquez pour allezr au menu des Châteaux du 16Vers Menu châteaux de Charente
Repost 0
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 06:30
   
michel-j-01    Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département :  27 - EURE

  L'entrée est à droite

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Saint Pierre du Mesnil est située à 60km au Nord-Ouest de Dreux, à 50km au Sud Ouest d'Elbeuf et à 35km au Sud-Est de Lisieux.

  Le château est à un kilomètre au Nord-Ouest du bourg.

  Coordonnées du château :

48° 56' 12.764" N0° 33' 42.498" E
 48.936879° 0.561805°

 

Description du château 

     L'extérieur :

La découverte

  L'accès au château se fait par un pavillon d'entrée en pierre appareillée avec une grande arcade charretière au rez-de-chaussée et une chambre de manœuvre du pont-levis à l'étage où la pierre fait place à un parement de brique décoré de croisillons surcuits.

 Un plan défensif très médiéval

Architecture

    Le château s'inscrit dans une enceinte pentagonale fermée de murs, renforcée aux angles par de petites tours rondes et abritée par des douves en eau.

 

La face arrière

   On ne découvre que de loin sa façade postérieure.

De par son histoire mouvementée, le Blanc Buisson procède de plusieurs périodes de construction. De l'ancienne construction féodale très affectée durant la guerre de Cent-Ans, subsistent quelques ouvrages défensifs dont cette forte tour aveugle avec ses échauguettes.

Les autres corps de bâtiment ont été construits au 16ème siècle

 

Un charme indéniable

   Le Blanc-Buisson tire son charme des effets décoratifs produits par les matériaux locaux utilisés, pierre, grès, grison, brique de pays ou surcuite, s'harmonisant avec la tuile des toitures.

   Les cheminées hors comble apportent également leur effet ornemental par les pilastres d'angles et corniches de pierre qui enserrent la brique.

 

 

Histoire du château :

* Au début du 14ème siècle, au début de la guerre de Cent-Ans, Collinet Le Conte, connétable de Philippe de Navarre, allié des Anglais, fait construire un château .

* Durant la deuxième moitié du 14ème siècle, les troupes de Charles V (voir liste des rois) se chargent de détruire cette forteresse "Anglaise".

* En 1474, Marie Le Conte apporte en dot à son futur mari Jean du Merle, la ruine de la forteresse détruite par l'armée Française.

* Durant la première moitié du 16ème siècle, Jacques Ier du Merle se charge d'une grande partie de la reconstruction du château. Curieusement, il conserve les éléments défensifs de la forteresse primitive.

* Durant la deuxième moitié du 16ème siècle, Jacques II du Merle, achève les travaux.

* En 1801, la famille du Merle vend Blanc-Buisson à la famille Pillons de Saint-Philbert.

* En 1872, le château échoit à M. de Baudicourt. Il réalise quelques restaurations.

* Au 20ème siècle, par legs successifs, il appartient au Vicomte (voir titre de noblesse) de la Fresnay.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite du château est impossible. 

 

Le monde médiéval n'a pas été éteint par le modernisme

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 07:55

 

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

Voyez vous cette beauté au  loin ?

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Aulnois sous Laon est située à 40km au Sud-Est de Saint Quentin, à 35km au Nord-Est de Soissons et à 7km au Nord de Laon.

 

  Coordonnées du château :

49° 36' 46" N03° 36' 12" E
 49.6129393999° 3.6034420999°

 

 

Le château

     L'extérieur :

La découverte

* En cette région de plaine, les châteaux ne sont pas positionnés sur des buttes, même artificielles. Ils sont souvent au milieu de champs dont les fossés et marécages ont été comblés pour laisser paître des ruminants.Est ce le jardin d'Eden qui entoure le château ?

* C'est donc un peu à l'écart du centre bourg que je concentre mon attention.

* Soudain, comme par magie, une construction apparaît.

 

 

Que voir de loin

* Le château montre une forme de base rectangulaire ou plutôt quadrangulaire.

* De loin, à part une ronde tour située au Nord, les systèmes défensifs semblent inexistants.

* Je me dois de chausser ma longue vue pour mieux comprendre ce château parfois nommée "Maison Forte" dans quelques brochures.

 

 

 Que voila un beau donjon défensifUn donjon défensif

* La tour est arasée et ne montre plus de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Hormis sa plateforme, elle possède 3 étages donnant une haute de 20 mètres.

* Chaque salle est éclairée par une haute fenêtre, ce qui est anomal pour un donjon défensif.

Sont ce des baies récentes ?

* Le 3ème étage possède une ouverture (porte à linteau droit) accessible depuis le chemin de ronde (partiellement disparu).

Avez vous remarqué l'épaisseur du mur du donjon ?

* Le donjon est construit avec des pierres correctement taillées disposées en lit régulier.

Avez vous remarqué l'ouverture obstruée à la base de la courtine ?

* J'imagine que ce fut la poterne.

 

 

Faut il être devin pour comprendre ce château ? Y a-t-il d'autres systèmes défensifs ?

* Pour mieux comprendre ce coté Nord-Est je prends un peu de recul.

* Au centre de la courtine je vois un contrefort.

* Il est surmonté de culots ayant portés une échauguette.

* Sur la gauche, un chaotique assemblage de murs me surprend.

* Les 2 pans de murs arrachés me semblent être les vestiges d'une tour carrée. Elle serait donc le pendant du donjon.

* A gauche du vestige de la tour, je suis surpris de voir un contrefort droit pour une si courte courtine. Je pressens que des reconstructions et des aménagements ont été réalisés sur plusieurs siècles.

* Presque dans l'angle, l'autre contrefort porte des culots, anciennes traces d'une échauguette d'angle.

* La façade Est montre quelques contreforts dont certains portaient une échauguette.

* Conclusion : Les cotés Est et Nord-Est se ressemblent (un peu) mais les courtines ont perdu leurs traces archères.

 

 

 Ces pierres ont été taillées il y a 700 ans Les 2 autres cotés ressemblent ils aux précédents ?

* La façade Sud a été très refaite et modernisée.

* Par contre, elle possède l'entrée fortifiée avec traces du pont levis et de la herse (je ne peux pas vous montrer une image car je l'ai vue de très loin avec des jumelles).

* Le coté Nord-Ouest possède à l'angle les traces d'une tour ronde très arasée.

* La façade montre 2 autres tours dans le même état que leur consoeur d'angle.

 

 

    L'intérieur :

L'enquête commence

* La propriété privée n'est pas ouverte à la visite.

* Je profite de la situation proche de l'entrée pour regarder quelques détails de la courtine Nord-Ouest.

1 - L'entrée actuelle n'est certainement pas l'entrée médiévale.

2 - Une courtine était présente il y a quelques siècles.

 

C'est la fin

* Ayant espionné ce château dans la limite du respect de la propriété privée.....

............Je rebrousse chemin vers mon destrier pour une nouvelle aventure en terres Picardes.

 

 

Le diaporama est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château par Hector II de Raincheval (à vérifier).

* Au 16ème siècle, durant les guerres de religion, les protestants se réfugient dans le château.

* A la fin du 16ème siècle, les Ligueurs puissamment armés bombardent le château et chassent les Protestants.

* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, le site est transformé en exploitation agricole.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route et les sentiers. La visite de l'intérieur est interdite. Il semble que ce site médiéval soit partiellement ouvert durant les journées du Patrimoine. Renseignez vous..

 

Le château ne m'a pas montrer tous ses secrets

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

    

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 06:49

 

 

Département :  36 - INDRE

Pour entrer dans la ville, il faut montrer patte blanche

 

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Levroux est située à 80km au Sud-Est de Tours, à 60km à l'Ouest de Bourges et à 21km au Nord de Châteauroux.

 

   Coordonnée du bourg :

46° 58' 42" N01° 36' 50" E
 46.9783411336° 1.6140460968°

 

 

La porte fortifiée 

     L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité le château de Levroux, je me dirige vers la commune éponyme pour acheter quelques victuailles.

* Soudain, je suis arrêté par une massive construction que je vois en Noir & Blanc.

* Je lève la visière de mon heaume pour mieux l'admirer en Couleurs.

* Cette construction, nommée Porte de Champagne, est la seule ayant survécu.

 

 L'archère-canonnière est attaquée par des fils électriques Défensive elle est

* Un fragment de mur m'informe qu'un rempart existait en ce lieu.

* Il est si arasé que je ne voir aucun système défensif comme des crénelages ou mâchicoulis (voir vocabulaire).

* La porte est encadrée par 2 imposantes et hautes tours à poivrière (toit pointu).

* Un chemin de ronde, entrecoupé de créneaux, parcourt le sommet.

* Chacune possède des archères canonnières certainement implantées au début du 16ème siècle.

 

L'entrée fortifiée

* Face à la porte, dépourvue de ses vantaux, je vois de nombreux systèmes défensifs.

Sauriez vous les énumérer ?

* D'abord, le chemin de ronde permettant aux défenseurs le circuler entre les 2 tours, puis d'observer et contrôler le passage.

* Ensuite, la bretèche.

* Et enfin les pont-levis.

Comment puis je affirmer cela ?

* Au dessus de l'ouverture et en dessous de la bretèche, il y a 3 fentes. Leur fonction était de recevoir les flèches (poutre en bois) de remonter des ponts.

Pourquoi des ponts ?

 * Il y a 3 fentes :

- Les deux de chaque coté de la porte étaient pour le pont carrossable.

- Celle à gauche était pour le pont piéton (voir exemple au château de Le Plessis Bourré).

 

 

     L'intérieur :

A pas feutrés

* Avant de franchir le seuil, je vérifie que point de Berrichon il y a au dessus pour m'ébouillanter avec de la poix (car il est faut de croire que ce fut de l'huile bouillante versée sur les attaquants. L'huile est rare et chère. Elle permet de conserver la nourriture).

* Je tente de passer sur le coté pour éviter l'assommoir.

* En vérité, la cité est accueillante. Point de garde armée dans les tours défensives.

 

C'est la faim et fin

* Cette découverte m'a ouvert l'appétit.

* Je me sens d'humeur à engloutir une carpe de Brenne, quelques crottins de  
Chavignol puis des Sablés de Nançay et enfin des Forestines de Bourges.

* Gargantua, mon ami, je t'invite !

 

 

Histoire du bourg fortifié :

Nota : L'histoire des fortifications semble complexe et les document contradictoires ou peu précis.

* En 1013, création du Chapitre de Levroux.

* Au 11ème siècle, Eudes de Déols donne des terres et "le château Vieux" au Chapitre. Le site semble entouré par un fossé.

* Vers le début du 13ème siècle (à vérifier), un fossé entoure le site du Château Vieux. Il semble que le village établi au pied soit à l'extérieur du fossé.

* Vers 1276, un texte affirme que qu'une maison est établie sur une partie du fossé comblé.

* En 1312, le seigneur de Levroux se plaint que pour construire plusieurs maisons, certaines parties du fossé lui appartenant ont été comblées.

* En 1341, un texte cite la présence de 3 ponts. Cela semble corroborer l'hypothèse d'un fossé entourant Levroux.

* Au début du 15ème siècle, des bandes armées nommées Les Ecorcheurs sévissent durant cette période trouble après la guerre de Cent Ans. Levroux n'échappe pas à leurs attaques.

* En 1435,  la population excédée par les ravages des bandes armées à la solde du Capitaine Rodrigue de Villandrando demande la construction de remparts.

* En 1436, le Roi de France Charles VII (voir liste) autorise Bertrand de la Tour d'Auvergne (seigneur de Levroux) et les chanoines du Chapitre à "faire fortifier et emparer de murs, fossés, palis, pont-levis, porteaux, tours, guérîtes, barbacanes et autres fortifications pour s'y mettre à couvert eux et leurs sujets". Une taxe est levée pour la réalisation des travaux (c'est ce qu'affirme la petite histoire de France).

Les murs ont 0.6m d'épaisseur pour une hauteur de 2m. Les tours rondes ont 6m de diamètre.

* A la fin du 15ème siècle, Levroux est entouré d'un puissant rempart comportant 7 portes défensives. (Curieusement certains documents affirment qu'il n'y en avait que 3 en ce siècle. Les autres aurait été aménagées au siècle suivant pour permettre aux habitants de se rendre aux champs).

* En 1506, la porte de Champagne est construite par le Chapitre en remplacement d'une ancienne porte nommée Chatel.

* Au 18ème siècle, la création de l'Atlas des routes de France, aussi nommé Atlas Trudaine, permet de visualiser l'étendu des fortifications de Levroux.

* En 1944, la porte de Champagne est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite dans la tour est interdite.

 

Bien défendue était cette porte de Levroux

 

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 36Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 06:05

 

 

Département 12 - AVEYRON

  Elle a un chapeau pointu, turlututu !

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Vézin de Lévézou est située à 60km au Sud-Ouest de Mende (voir sa tour des Pénitents), à 40km au Sud-Est de Rodez et à 25km au Nord-Ouest de Millau (voir son beffoi).

 

     Coordonnées du château :

44° 16' 48" N02° 57' 9" E
 44.280087° 2.952578°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est là !

* Au sommet du bourg, une haute tour coiffée me regarde. Je suis surpris car d'habitude, c'est moi qui regarde et admire les constructions médiévales fortifiées.

* Soudain une question me vient :

M'admire-t-elle aussi ?

 

 Médiévalité et modernité se côtoient avec harmonie

L'analyse 

* La tour possède des systèmes défensifs d'époques différentes. Il me semble que certains sont des réimplants.

* Quelques échauguettes avec fente de tir pour arme à feu m'informent que le château a évolué après le 15ème siècle.

* Les courtines sont ouvertes par de belles fenêtres à meneaux en croix.

* Je pressens que le beau gazon et l'allée remplacent le fossé défensif.

* Les fenêtres, imitation arc en tiers point, sont trop proches du sol. Le fossé a été "trop" comblé (combler : Dans le sens de remplir mais aussi de profusion... Amusant la langue n'est il pas ?).

* En contournant le site, je comprends que le château a une forme de "fer à cheval".

* Un curieux crénelage me titille :

N'y aurait pas quelques reconstructions en style néogothique sur ce château ?

 

 

Un portail d'entrée

   Cette entrée a perdu ses systèmes défensifs qui font le charme des châteaux forts. Point de double vantail, pont-levis, herse et bretèche (voir vocabulaire).

 

 

        L'intérieur :

Je suis dans la cour

     En entrant, je découvre des murs en pierres "très anciennes" par leur type de taille, mais aussi des parements modernes et des balustres. Je ne vais donc rien commenter et je vous laisse admirer l'architecture de la cour intérieure.

 

 

 

D'autres détails

 

 

 

Vais je pouvoir entrer ?

   Hélas, le château n'est point ouvert à la visite le jour de ma venue. 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. Le seigneur se nomme : Vezins.

* En 1420, la famille Vezins se "fond" avec celle de Lévézou.

* En 1362, une étroite prison dans le château est citée dans un texte.

* En 1642, un incendie ravage l'ancien château médiéval.

* Au milieu du 17ème siècle, le château est reconstruit sur les plans du château médiéval. Les fossés sont comblés.

* Vers 1792, les Révolutionnaires n'inquiètent pas les propriétaires du château car cette famille est très estimée de la population.

* Vers 1860, sous l’influence de l’architecte Viollet-le-Duc, de nombreuses modifications et transformations aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur sont réalisées dans le style néogothique.

* En 1989, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, c'est toujours un descendant de la famille Vézins de Lévézou qui possède le château.

* A la fin du 20ème siècle, la visite de l'intérieur est possible.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues du bourg. La visite de l'intérieur n'est plus possible.

 

Plusieurs siècles s'offrent à mes yeux amoureux de cette architecture

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:34

 

 

Département 09 - ARIEGE

 Le mythique château Cathare semble inaccessible

Le bourg :

        Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montségur est située à 90km au Nord-Ouest de Perpignan, à 80km au Sud-Est de Toulouse, à 30km à l'Est de Foix et à 25km au Sud de Mirepoix.

 

     Coordonnées du château :

42° 52' 32" N1° 49' 59" E
 42.8757582° 1.83318310°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Comment aborder un article sur un tel site ?

* La ruine de Montségur est chargée d'une histoire terrible.

* Ce château a tellement été décrit dans les livres, les historiettes, les revues, les films, les sites web que je ne sais point comment en montrer plus ou autrement.

* Mais étant un chevalier, de plus Dauphinois, je me dois de relever ce défi.

*  Je vais vous décrire, nom point un comte ni mes comptes, mais.... un conte (vrai bien sur).

 

Il était une fois....

* Cette histoire se passe au siècle dernier.

* Un merveilleux Dauphinois, qui se targue d'être un Chevalier, chevauche un viril et magnifique destrier trottinant en direction de Montségur.

* Au Nord du bourg, au sommet de la colline, une forme cubique d'un autre âge apparaît tel un fantôme appelant les âmes visiteuses.

* Certains pourraient être terrifiés à la vue de ce fantôme portant encore les marques des martyrs, mais votre Dauphinois est un Chevalier...... Sans peur (et cent reproches).

Nota : Cette devise a été reprise par un autre Dauphinois nommé : Bayard.

Sachez qu'ayant 800 ans, donc né bien avant ce rustre paraphraseur, JE suis le dépositaire de la vraie devise énoncée ci-dessus.

Ceci étant dit, l'histoire (vraie) peut continuer.

 

 

Pour approcher une belle il faut être malin et téméraireVais je la posséder par l'arrière ?

 * Ne souhaitant point aborder de face la belle accrochée à son rocher, je tente une manœuvre de diversion.

 * Je contourne cette colline pour mieux approcher l'illustre ruine, avant de la posséder.

 * Hélas, cette beauté connaît le stratagème. Elle a planté sur cette face de nombreux épineux et des rochers presque verticaux.

* Rebroussé sont mes poils tant ma déception est grande. Rebrousser le chemin je me dois de faire.

 

 

Piastres il me faut donner

* Pour monter vers elle, il faut que je donne à un préposé quelques pièces de ma bourse.

* En échange, ce ventripotent proxénète (Est ce bien le terme pour celui qui reçoit de l'argent en échange d'une visite à une belle ?) me donne un ticket.

Est ce l'origine de l'expression : J'ai un ticket avec elle.

 

 

Que me murmure ce mur ?Je me heurte à un mur

* Après une marche m'amenant à 1200 mètres d'altitude, je suis à ses pieds.

* Elle est là, si proche que je pourrais la toucher.

* Sa hauteur et sa présence me touchent aussi... mais virtuellement.

* Le vide et le rocher nous séparent.

* Le précipice de 800m me fait comprendre la difficulté pour les assaillants.

* Lentement je l'approche.

* Elle est troublée, elle rougit un peu.

* Pourtant, pour m"impressionner, elle me montre son mur bouclier.

* A son sommet, sur sa largeur, je remarque des pierres en encorbellement ayant porté un hourdage (voir vocabulaire).

* Il me semble que la belle ne souhaite pas résister. Toutes ses défenses sont abaissées

Je suis troublé !

 

Le trouble m'habite

 

Je l'observe tel un amoureux

* Avant de la conquérir, j'admire cette beauté (peut être pour comprendre ses faiblesses).

* Le site fortifié est composé de 3 parties :

1 - Une structure à cinq cotés asymétriques épousant parfaitement le plan su sommet.

2 - Au fond un puissant donjon.

3 - Sur la droite, les vestiges des habitats du castrum.

 

Le donjon

* Pour le rendre plus haut, plus solide et moins vulnérable au travail des sapeurs, le donjon est aménagé sur le rocher.

* Bien que très arasée, la haute tour possède encore quelques fenêtres.

* A sa base, les hautes archères droites m'informe que le donjon fut réalisé entre le 12ème et le 13ème siècle.

* En le contournant, je constate que le mur coté Nord est effondré.

* Les entrailles de la tour maîtresse révèlent la présence :

- De plusieurs niveaux matérialisés par les trous pour les poutres.

- D'une salle basse voûtée réservée à la défense et comportant des archères sur les 3 cotés encore existants.

* Au fond à droite d'un escalier en colimaçon.

* A l'étage, les fenêtres possèdent des coussièges.

 

 

Le plan

* Avant d'entrer en ce mythique château, il est important de comprendre le plan simplifié.

* Ce site a la forme d'un pentagone irrégulier sur lequel est adossé un donjon parallélépipédique.

Rappel : Ceci est l'architecture du château réaménagé par les soldats du Roi de France. Il est fort probable que le château Cathare fut légèrement différent.

C - Citerne.

D - Donjon.

E - Entrée.

M - Montée, escalier droit.

P - Poterne.

S - Salles (dont la fonction n'est plus identifiable).

 

 

 Epuré est l'intérieur de la forteresse        L'intérieur :

J'entre par la petite porte

* Ce n'est point par l'entrée principale que je découvre les entrailles mais par la poterne.

* Je suis étonné par :

- Le vide. Autant l'extérieur est presque "neuf", autant l'intérieur est dépouillé.

- Le rocher. Bien qu'une importante surface ait été aplanie, le rocher brut s'impose souvent.

- Les trous de boulin. Dans la surface des murs opposés, les nombreux trous servaient à recevoir les poutres de l'étage supérieur. Leur nombre et leur dimension m'impressionnent.

- Les rares trous. Au dessus de l'alignement, d'autres trous beaucoup plus espacés devaient soutenir un étage. Mais ces orifices m'interpellent.

Sont ce les emplacements de corbeaux ou consoles ?

 

 Comme les oiseaux je découvre le site de haut !

Je monte au ciel !

  * Dans ce site, 2 escaliers en pierre sont encore visibles.

  * Les deux sur le mur Nord sont difficilement praticables.

  * Ne souhaitant point jouer les bouquetins, je tente l'ascension coté Est.

  * La gorge me serre, mes jambes tremblent car je pense aux Cathares ayant fait cette montée pour se défendre contres l'armée du Roi de France.

  * Mettre mes chausses dans les pieds de l'histoire est un moment unique.

  * Du sommet je vois :

- Les emplacements des murs des différentes salles.

- L'épaisseur des courtines (que je croyais plus impressionnantes).

- L'incroyable panorama.

- La puissance du donjon.

Avez vous remarqué l'archère pemettant de tirer dans la cour ?

- Je vous l'avais montrée ici.

 

 

Pour découvrir la suite de l'article,

veuillez cliquer ici

 

 

 

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège

 

Repost 0