Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 07:19

 

 

Département 89 - YONNE

 

 Sur son plateau, le vieux château survole la petite commune

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Druyes les Belles Fontaines est située à 40km à l'Ouest-Nord-Ouest d'Avallon, à 30km au Sud-Sud-Ouest d'Auxerre et à 15km au Nord-Ouest de Clamecy.

 

     Coordonnées du château :

47° 32' 56" N03° 25' 22" E
 47.54908280° 3.42285640°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est la haut !

* Depuis le village, mon oeil de castellologue amateur est attiré par une forme massive sur un plateau situé au Nord.

* Cette construction est le château fort, but de ma croisade en ce début juillet.

* Grâce à ma carte, je sais qu'il faut aborder le site castral par le Nord, coté opposé au bourg.

 

 Toutes les formes géométriques sont présentes : Triangle, carré, rond...

Analyse rapide du plan

* Pour comprendre le château dans son ensemble, il faut regarder le plan global.

* Le château seigneurial est placé au Sud, coté de l'à-pic.

* Il est entouré d'un imposant rempart comportant de nombreuses tours en majorité circulaires.

* Ce rempart isole la grande basse cour de la route d'accès.

* Bien que non représenté sur le plan, un fossé devait exister.

* En notre siècle, de nombreuses maisons ont remplacé les communs, les écuries et autres bâtiments seigneuriaux.

* Le "rue des granges" doit être un souvenir de temps anciens.

Avez vous remarqué l'impasse du château neuf ?

* Cette construction du 17ème siècle, certainement plus confortable que le vieux château féodal, a complètement disparu après la Révolution Française.

 

 

 La porte du rempart extérieur est une invitation au Moyen ÂgeLe rempart extérieur

* Avec les années sans entretien et les destructions, il ne reste rien du rempart extérieur excepté un fantôme de mur d'à peine 2 mètres de long et une tour située à l'angle Sud-Ouest.

* Mon affirmation est mensongère car le hasard de l'histoire n'a pas détérioré l'imposante porte fortifiée. Elle comporte :

- Deux archères droites sur la façade d'entrée.

- Au sommet, un chemin de ronde avec mâchicoulis (voir vocabulaire), datant certainement du 14ème siècle, possède des archères droites primitives de style 12ème siècle.

* L'absence de crénelage, de trace d'un pont levis et de rails de guidage d'une herse est surprenante.

* La présence de contreforts droits à larmier est la meilleure solution pour créer des angles morts utiles aux assaillants.

* Je pressens des reconstructions/consolidations d'époques diverses.

 

 Que ses rondeurs sont belles !

        L'intérieur :

Les rondes surprises

* Avec précaution je passe la porte fortifiée.

* Le coté intérieur est aseptisé.

* Au bout de la rue du château fort il y a........ (devinez !)....

....... une tour ronde (je suis certain que votre réponse était fausse... hihihi).

* Elle possède :

- A la base.... des fleurs.

- Sur la hauteur, des trous de boulin pour les réparations.

- Une archère en bêche (voir vocabulaire) et une archère droite.

 

 

Cubique surprise

* Comme vous le savez, une tour est toujours accrochée à une courtine.

Est ce pour ne pas qu'elle s'enfuit ?

* Je longe ce haut mut dépourvu de crénelage et mâchicoulis.

* Soudain, je me heurte à une tour aux formes anguleuses.

Quel contraste !

 

 Cubes et rondeurs se côtoient avec harmonie

Où suis je ?

* Quelques mètres plus loin, je vois une puissante porte fortifiée de forme carrée.

Quelle curieuse architecture globale !

* Je suis perdu... et je vous sens aussi perdu.

* Lorsqu'un château résiste à ma compréhension je fais appel à la technologie.... plus exactement à "mon" satellite privé.

 

 

Une architecture en avance sur son temps

* En haut à gauche, c'est la seule tour d'angle du rempart extérieur ayant survécu.

* En bas à gauche, c'est l'actuelle commune séparée du château par un à-pic (je vous l'ai déjà montré ici).

* Le château a une forme carrée de 53 mètres de coté.

* Les angles possèdent des tours rondes.

* Pour la défense des deux longues courtines latérales, une tour carrée a été construite.

* Au nord, l'entrée est aménagée dans une puissante tour carrée.

* Ce château du 12ème siècle correspond (presque) aux critères définis par le Roi de France Philippe Auguste (voir liste des Rois) 50 ans après. Ce château est proche de ce qui sera nommé 50 ans plus tard : L'architecture Philippienne.

 

Cette porte m'emporte dans un autre siècle

 

 

La tour-porte

Les contreforts d'angle accentuent l'effet de puissance

* Bien assise au centre de la façade, solidement ancrée dans le sol, la tour-porte a du faire réfléchir plus d'un assaillant.

* Je devine la présence d'un pont levis aujourd'hui disparu.

* Les mâchicoulis entourant la construction permettent une défense à 360°.

* Au sommet, la rehausse semble un aménagement "récent" avec une fonction défensive minimale.

* Après la surprise de la découverte, je tente de comprendre cette tour :

- Aucune archère, ni fente de tir, ni canonnière est visible.

- La tour escalier latérale n'est pas très logique pour une entrée défensive.

L'accès au chemin de ronde depuis la tour est visible

 

 

Entrer est ma mission !

* Lentement j'approche de la porte.

* Je m'assure qu'aucun défenseur soit présent pour me fracasser le crâne avec des pierres.

* La herse est baissée.

* Je quémande l'autorisation d'entrer, je hurle mon envie de découvrir ce château unique, je marque bruyamment ma présence pour qu'un résident m'invite.

 

 

Dehors et pourtant dedans

* Je la pointe de mes chausses, je tente de voir les entrailles.

* Les bâtiments ont été détruits, l'herbe a envahi le château

* Au fond, je vois de magnifiques fenêtres. Cette façade coté à-pic correspond au logis seigneurial. L'élégance et le confort se lisent partout.

* Sur ce coté, il n'y a pas la place pour les cheminées. Elles devaient s'inscrire dans les murs latéraux hélas disparus.

 

Fontaine... Vais je boire de ton eau ?

* Pensant avoir tout vu, j'erre sur le chemin du retour.

* Dans la basse cour, un petit puits m'informe que le confort est partout.

* Plus bas, je vois une retenue d'eau.

Etait ce le vivier médiéval ?

 

 

Histoire du château :

* Dans la première moitié du 11ème siècle, un château est cité dans un texte. Les historiens supposent que ce devait être une petite construction avec palissades en bois.

* Dans le deuxième moitié du 12ème siècle, construction de l'actuel château fortifié. La seigneurie est possession du Comte (voir titre de noblesse) de Nevers (voir liste) représenté par la famille Courtenay.

* En 1184, par le truchement du Roi de France Philippe Auguste, Pierre II de Courtenay, petit fils du Roi Louis VI le Gros, épouse Agnès de Nevers, Comtesse de Nevers. La seigneurie est donc dans le giron de Pierre II. L'architecture et les gros travaux du château sont déjà très avancés lorsque Pierre II en prend possession.

* A la fin du 13ème siècle, après le décès de Yolande de Bourgogne, Comtesse de Never, le château devient possession du Comte de Flandre.

* Au 14ème siècle, n'ayant pas une importance stratégique, le château est délaissé. Les Comtes n'y demeurent pas. Un capitaine a la charge du château. L'état de ruine partielle est constaté dans un texte.

* En 1378 et durant 2 ans, sous l'influence des Comtes de Flandres (voir liste), des travaux de reconstruction et consolidation sont réalisés au château.

* En 1383, une nouvelle campagne de consolidation et d'amélioration est menée. Une bretèche est aménagée au dessus de la porte du rempart extérieur.

* Durant les 3 siècle suivants, le château n'est pas habité ni consolidé. Seuls les revenus de la seigneurie intéressent les propriétaires.

* Au 16ème siècle (à vérifier), l'imposant logis coté Sud disparaît.

* Au 17ème siècle, un "château neuf" est construit proche du vieux château fort.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent des bâtiments et les vendent comme Bien National. Le château "neuf" disparaît. Le château fort est dépecé.

* En 1888, la porte défensive extérieure est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 20ème siècle, une grange est implantée dans les ruines de la chapelle castrale et une maison est aménagée dans la tour. Les arbres envahissent la basse-cour.

* En 1924, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1965, monsieur Pierre-Joseph Girard Claudon achète les ruines du château et commence à lui redonner vie, magnifiquement aidé par Robert Nemo.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible certains jours. Veuillez vous renseigner sur les dates et heures d'ouverture.

 

 

 

Est ce une reproduction d'une arène Romaine ?

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 89Vers Menu châteaux de l'Yonne
Repost 0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 07:25

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

Ressentez vous les systèmes défensifs devant cette tour ? 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    L'abbaye Cistercienne fortifiée de Notre Dame de Bonneval est située à 30km au Nord-Est de Rodez, à 11km à l'Est d'Estaing (voir son château) et à 6km au Nord de Saint Côme d'Olt.

 

     Coordonnées de l'abbaye :

44° 33' 40" N2° 47' 35" E
 44.561212° 2.793285°

 

 

L'abbaye : 

        L'extérieur :

La découverte
    Je perturbe les sens du Chevalier DauphinoisAprès une chevauchée de 6km depuis Espalion en direction du Nord-Est, je découvre... une merveilleuse odeur de chocolat.

    Je ne suis pourtant pas en Belgique ni en Suisse, pays du fruit du cacaotier.

Est ce diablerie ?

    Oser nommer Belzébuth à l'extérieur des remparts d'une abbaye semble sacrilège. Pourtant mon instinct de Castellologue Amateur a ses naseaux perturbés par une douce odeur dont la provenance semble être à l'intérieur des murs.

L'enquête commence.

 

 Les odeurs médiévales et de chocolat se mélangent en ce lieu

Une tour

* Ce n'est point dans cette solide tour d'angle carrée que provient l'odeur.

* La construction se nomme : Tour d'Armagnac.

* Bien qu'arasée, elle possède encore des consoles prouvant que des mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

 

 

Une autre tour carrée

* Un peu plus loin, un autre construction parallélépipédique est nommée : Tour du Fruitier.

* Ses pierres pauvrement taillées et son parement d'angle médiocre en font une construction primitive.

* L'odeur du chocolat diminuant proche de cette tour, je rebrousse chemin vers le Sud.

 

 

Des systèmes défensifs

* Sur une courtine, je vois une archère droite puis sur une tour ronde.

* Une canonnière m'informe que l'abbaye a évolué avec l'invention des armes à poudre.

* L'odeur du chocolat me guide vers une autre tour. 

La tour a un joli chapeau pointu

 

La tour au donjon

* Lentement, je recule pour aborder une autre tour. Contrairement à ses consœurs elle a une forme ronde.

* Au sommet, la tour possède un magnifique chemin de ronde couvert avec "crénelage" et mâchicoulis.

* La pierre paraît trop récente pour avoir été taillée et mise en place au Moyen Âge.

* Les ouvertures bouchées des mâchicoulis m'informent que ceci est une reconstruction, certainement au 19ème siècle (voir historique).

 

 

Pourquoi ce nom : Tour au donjon ?

   Je prends un peu de recul pour en comprendre la signification.

Je ne vois rien.

   Je change d'angle, la signification m'éclabousse.

Comprenez vous ?

* Accolée à la ronde construction, une puissante tour carrée ressemble à un donjon médiéval.

* Il possède évidemment des mâchicoulis, un crénelage et une plateforme couverte.

* Comme sa consœur accolée, ses mâchicoulis sont obstrués, la pierre est récente.

 

 

Le plan 

   Pour bien comprendre l'architecture du lieu, je vous propose cette image vue du ciel :

2 - Pavillon d'entrée avec sa vierge du 12ème siècle,

3 - Hostellerie,

4 - Tour au Donjon,

5 - Chapelle,Plusieurs siècles de construction sont visibles

6 - Tour d'Armagnac,

7 - Tour du Fruitier,

8 - Eglise,

9 - Chocolaterie,

10 - Ateliers divers,

11 - Jardin à 3 étages,

12 - Cloître,

13 - Lieu de vie monastique,

14 - Aumônerie,

15 - Cimetière.

   Vous avez certainement remarqué que le numéro 9 a curieusement disparu (la raison doit être que la gourmandise et l'envie sont des péchés capitaux). Le bâtiment se situe à droite de l'entrée (avec un toit bleuté).

 

 

        L'intérieur :

  L'abbaye n'est pas visitable. Mais il est possible :

* D'assister aux offices dans l'église,

* D'acheter du chocolat et des souvenirs dans le magasin,

* D'effectuer un moment de retraite religieuse dans l'hôtellerie monastique.

 

 

 

Histoire de l'abbaye :

* En 1147, les moines de Moizan du diocèse de Viviers fondent un monastère à Pussac.

* En 1152, Guillaume de Calmont, évêque de Cahors, participe à la fondation de l'abbaye de Notre Dame de Bonneval.

* En 1160, Adhémar est le premier abbé reconnu dirigeant l'abbaye.

* Au 12ème puis 13ème siècle, grâce aux dons, le domaine de l'abbaye s'agrandit. Il comporte les "granges" de : Anduze, Baraubec, Biac, Bonnecharre, Fraissinet, Galinière, La Roquette, La Vayssière, Masse, Montbès, Pussac, Séveyrac.

* Vers 1370, l'abbaye joue un rôle important dans la lutte contre les Anglais. Mais cette lutte diminue les richesses des "granges" à cause du brigandage, des vols d'animaux, etc...

* En cette fin de 14ème siècle, le Comte d'Armagnac fait de nombreux legs (en récompense aux combats contre les Anglais ?).

* A partir du 16ème siècle, les Guerres de Religion appauvrissent encore l'abbaye.

* En 1698, l'ancien cloître est démoli pour construire des bâtiments.

* En 1789, les Révolutionnaires s'en prennent au clergé. Le dernier abbé dirigeant le site se nomme : Elleon de Castellane Mazangues.

* En 1791, l'abbaye est vendue au sieur Rouquayrol, homme de loi à Saint Geniez d'Olt, mais ce dernier refuse la vente.

* En 1792, la vente des ruines étant difficile, le district décide d'affermer l'ancienne abbaye pour 9 années.

* En 1801, la ruine est achetée par Daigouy, fermier de son état.

* En 1810, le site est acheté par Jean Pierre Guiral.

* En 1869, le site est possession de Martin Roustan et Jeanne Falvet.

* En 1875, Monseigneur Bourret, évêque de Rodez, installe, dans l'abbaye partiellement ruinée, des Cisterciennes venues de Maubec en Vivarais. Marie du Sacré-coeur, née Pauline Déjean, est la première Révérende Mère de l'abbaye.

* En 1878, pour être autonome financièrement, les moniales de l'abbaye fabriquent du chocolat. Cette activité permet la reconstruction des bâtiments.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les chemins et la route. La visite de l'intérieur est interdite, mais la boutique est ouverte pour acheter, entre autre, le fameux chocolat.

 

La modernité n'a pas changé l'aspect fortifié de cette abbaye

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 07:08

 

 

  Voyez vous un château ou une forteresse ?

Département 48 - LOZERE

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Grèzes est située à 30km au Nord-Ouest de Florac, à 25km au Nord-Est de Séverac le Château (voir son château), à 12km à l'Ouest de Mende (voir sa tour fortifiée) et à 6km au Sud-Est de Marvejols (voir ses portes fortifiées).

 

     Coordonnées du château haut :

44° 30' 50" N03° 20' 15" E
 44.5141178988° 3.337740898°

 

 

Préambule

* Mon dictionnaire des château forts ainsi qu'une brochure locale m'informent que cette petite commune de Gévaudan possède 2 constructions fortifiées :

1 - Celle du haut est souvent nommée : Forteresse.

2 - Celle du bas est modestement mentionnée : Château.

* Sachant que très souvent, une construction fortifiée au sommet d'une butte fut abandonnée au profit d'un château plus confortable dans le vallée, je pressens que:

1 - La forteresse médiévale sera minimale et très ruinée.

2 - Le château bas plus récent sera.... heu.. soit ruinée à cause de la révolution de 1789, soit très modernisé.

Que vais je voir ?

Quel suspens !

 

 Voyez vous un téléphérique pour monter au sommet ?

Le château Haut : 

        L'extérieur :

Il est là haut !

* Comme toujours, le site castral est en haut d'une colline nommée en cette province : Un truc.

* Comme toujours, il n'y a pas de télésiège pour monter (mes montagnes Dauphinoises possèdent cette merveille invention).

* Je pressens que mes vieilles jambes de Chevalier de 800 ans (je ne mens pas, je suis né à l'époque des châteaux forts) vont devoir porter ma carcasse (avec mon armure évidemment).

* De plus, la paroi est abrupte, je dois donc sortir les cordes et le baudrier d'escalade.

Rappel :

J'adore faire croire que je suis un athlète accompli.

En réalité, un agréable chemin serpente.

Mais il faut être vigilent car le risque existe.

 

 Au sommet, j'ai le souffle court mais les yeux grands ouverts

Murmures de murs

* Je vois un mur, que dis je, un haut..... un très haut mur en pierres sèches sans joint.

Que voila belle surprise !

* Ce style d'architecture est représentatif des châteaux du Haut Moyen Âge.

* Les pierres sont pauvrement taillées. L'esthétique n'était pas la priorité de ce type de forteresse.

 

 

        L'intérieur :

Je suis au sommet

* En un bond, je suis sur la plateforme et.....

....... je ne vois rien. Pas de mur, ni de tour, ni de porte.

* Je suis dans un désert l'herbe.

N'y a t il rien à voir ?

 

 Voyez vous toute la richesse de ces détails ?

Je vous détaille les...... détails

* Je vais vous dire un secret : "Aucune ruine est décevante"..... Il faut simplement chercher.

A mes pieds (ou presque) quelques pierres posées et ajustées par l'homme.

Regardez ce trou magnifique !

* Derrière votre écran, je vous sens peu enthousiastes. Pourtant ce trou dans l'herbe renferme une surprise.

* Des pierres formant un angle se battent contre la végétation.

Etait ce une tour ?

* Peut être qu'angle de tour, donjon, bâtiment cela fut, mais le détail qui me fascine est la couleur "rose". Cela ressemble à de l'argile.

Suis je devant une citerne ?

* Je vous ai déjà montré ce type d'enduit à Cucugnan dans l'Aude et à Murat dans l'Allier.

 

 

La fin

* Pensant avoir tout vu, je me délecte du panorama........

....... et pour que vous ayez quelques surprises le jour de votre visite, je ne vous dirai rien sur d'autres vestiges comme celui-ci.

 

 

La vue est souvent la richesse d'une ruine castrale

 

 

Le château Bas : 

        L'extérieur :

De la haut, je vois le bas

* Lentement et avec précaution, je redescends.

* Soudain, entourée par quelques maisons habitées, je vois une construction en ruine.

* La ronde tour dans l'angle ainsi que la structure cubique et l'épaisseur des murs m'informent que j'ai trouvé le 2ème château.

 

 Quel magnifique vestige d'échauguette !

Rapide analyse 

* Les années et les hommes ont quelque peu modifié ce château.

* Si je fais abstraction de la porte coulissante sur cette façade, je remarque sur la gauche un arc de décharge dont la fonction m'est inconnue, puis sur la droite, des pierres en encorbellement.

A quoi servaient ces pierres ?

* Vous êtes si intelligents, hooo mes incomparables visiteuses et visiteurs, que vous me dites en choeur :

"Ce fut une échauguette d'angle !"

* Ceci est exact. De plus elle n'est pas seule, dans l'angle adjacent, une autre échauguette existait. En réalité, 3 fantômes d'échauguette sont visibles.

* Le 4ème angle n'est pas défendu par une échauguette mais par une puissante tour ronde qui a été arasée. Je ne distingue aucun vestige de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire) et surtout, je ne vois ni archère, ni fente de tir, ni bouche à feu sur la hauteur.

Est ce que ce château ne fut qu'une simple habitation ?

 

 

Vais je pouvoir entrer ?

* Ne souhaitant pas entrer dans les habitations récentes pour accéder à la cour, je tente de trouver l'entrée.

* Cette dernière existe encore coincée entre 2 bâtiments dont les murs qui étaient certainement les remparts défensifs.

* Je constate que je ne peux pas m'approcher du château. Ce ne sont pas les vestiges d'une bretèche qui me stoppent, mais la propriété privée qui n'est pas visitable.

 

 

Histoire des châteaux :

* Vers le 6ème siècle, après la chute de l'empire Romain, des hordes Barbares saccagent la région. Pour se protéger, il est crée sur un truc (une colline) un site entouré de remparts en pierres sèches.

* Au début du 12ème siècle (à vérifier), Grèzes devient le siège d'une Vicomté (voir titre de noblesse).

* A partir du 14ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, la forteresse sur le truc est souvent attaquée par les troupes à la solde des Anglais. Le site en pierres sèches est facilement reconstruit, agrandi et réaménagé.

* Au 16ème siècle, début des Guerres de religion. Les Huguenots s'installent dans la forteresse.

* En 1569, une troupe de Huguenots s'empare de la forteresse et s'y installe.

* En 1576, la forteresse est partiellement détruite par les Catholiques pour chasser la troupe Huguenote commandée par le capitaine Merle.

* En 1626, le Cardinal de Richelieu ordonne la destruction de nombreuses forteresses dans les zones d'influence Huguenote. Peu de temps après, la forteresse de Grèzes est "démontée".

* A partir de 1721, le terrible Peste s'abat sur le Gévaudan. La population de Grèzes diminue fortement.

* Au 17ème siècle, avec une partie des pierres de la forteresse, construction dans le village d'un château avec remparts et douves.

* Vers 1792, le château est vendu par les Révolutionnaires comme bien national.

* Au 20ème siècle, des fouilles archéologiques (sondages ?) sont réalisées sur le truc de la forteresse.

* En 1972, un incendie détruit le château (bas).

* Au 21ème siècle, la découverte de la forteresse au sommet du truc est libre et gratuite en respectant le site. Le risque de tomber ou de glisser existe, soyez très prudents. La découverte de l'extérieur du château bas est possible en respectant les propriétés privées et la tranquillité des habitants de la commune.

 

 

Il manque un 'chapeau' au sommet du château pour les jours où il ne fait pas beau

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:33

 

Département 24 - DORDOGNE

 Que voila un château fort qui a su évolué vers le confort Renaissance

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Mareuil sur Belle est située à 40km au Nord-Ouest de Périgueux, à 30km au Sud-Est d'Angoulême et à 20km au Sud-Ouest de Nontron.

   Coordonnées du château :

45° 27' 12" N 0° 27' 5" E
 45.4533836°  0.451502°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

       Après avoir visité l'église fortifiée de Cercles, je me dirige vers le Nord. Après 11km d'une agréable randonnée en terre Périgourdine, mon destrier stoppe brusquement à une portée de flèche d'une construction élégante et fortifiée. Je pressens que la découverte du château de Mareuil, siège d'une des 4 baronnies (voir titre de noblesse) du Périgord, va être d'un ravissement pour mes yeux de castellologue-amateur.

 La construction oscille entre esprit guerrier et confort lumineux

L'étonnement

* En regardant le coté Est, je suis surpris par la différence entre la partie droite (le véritable château habitable) et la construction à gauche (un rempart défensif).

* Ce rempart protège le château des tirs d'artillerie.

* Lui même possède de nombreuses canonnières et une curieuse échauguette sur culot, ou plutôt son fantôme.

 

Je contourne l'entrée

* Je n'entre pas de suite, je contourne ce curieux rempart.

* Quelle surprise de voir un anguleux bâtiment défensif.

* Il comporte plusieurs rangées de canonnières avec des angles de tir différents.

* Sur sa gauche, je retrouve les classiques rondes tours de "mon" Moyen Âge.

* La tour et sa courtine ont été arasées. Archères, crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) ont disparu.

Les années et les hommes n'ont point été tendres avec ce château

Une 1ère entrée défensive et piégeuse

* Je me présente sur le pont, face à la tour-porte d'entrée.

* Bien qu'elle ait perdu quelques signes défensifs, elle somporte encore :

- Un encadrement me faisant penser à l'emplacement d'un pont levis.

- Au dessus de la porte, une ouverture correspondant à la salle des gardes.

Est ce le fantôme d'une bretèche ?

- Sous le toit récent, des mâchicoulis sur consoles.

* Je traverse ce tunnel pour découvrir, après un coude, une allée découverte.

* L'assaillant se retrouvait sans protection, harcelé sur sa gauche par des défenseurs postés sur une longue courtine et des tours rondes.

 

Une entrée castrale bien défendue

Même mutilé, ce château fait toujours rêver

 

1 - L'imposante tour ronde possède 2 systèmes défensifs efficaces :

* Au sommet, des mâchicoulis pour la défense de près.

* A la base, une triple canonnière pour tir rasant (le plus meurtrier).

2 - Cette tour n'est pas que défensive.

Avez vous deviné son autre fonction ?

3 - La fenêtre m'informe qu'une chapelle est aménagée.

4 - Si l'assaillant a réussi a courir assez vite pour éviter les flèches, les balles et les boulets, il se retrouve dans un nouveau coude et face à la porte fortifiée.

5 - Les défenseurs dans la tour de la chapelle sont prêt à tirer le sot ayant pointé "son nez" dans le coude (ouverture du dessus), puis, s'il avance, une large canonnière au tir rasant le dissuade d'approcher.

6 - Evidemment, le pont-levis (disparu en notre siècle) est remonté créant un vide entre l'entrée et l'attaquant.

Si par hasard, pour combler le vide, une passerelle est aménagée par les vils assaillants, leur projet de bélier ou d'attaque à la hache est contrecarré par les multples mâchicoulis et fentes de tir.

Avez vous remarqué les belles sculptures sur les murs du châtelet ?

 

1 2 3 4 5 6

 

Passer en bas plutôt que par la porte

Pourquoi ne pas passez en bas

plutôt que d'affronter les défenses du chatelet d'entrée ?.

* Voila un raisonnement intelligent présenté par l'assaillant.

A-t-il raison ?

11 - Sur la droite proche du pont, il y a une ronde tour défensive.

12 - En partie supérieure elle possède des mâchicoulis et un crénelage.

13 - En bas, en avant de la tour, il y avait des douves et surtout de larges canonnières pour tir rasant. L'idée de passer en bas n'est pas la meilleure.

14 - Un peu plus à droite, la courtine est en réalité le logis. En notre siècle, il est peu défensif, mais quelques "détails  m'informent qu'il fut garni de mâchicoulis, chemin de ronde et systèmes de tir.

15 - Et puis, le logis est protégé par le donjon parallélépipédique.

16 - Ses dimensions le rendaient habitable.

 

11 12 13 14 15 16

 

Le logis

* Un logis se doit  d'être décoré.

* Je ne sais point encore comment sera l'intérieur mais l'extérieur offre déjà quelques beautés sculptées :

- Comme l'encadrement et la base de la fenêtre du bas.

- Puis les magnifiques rosaces entre les 2 fenêtres.

- Les autres fenêtres comportent aussi des pierres finement sculptées.

 

Avez vous ceci autour des fenêtres de votre maison ? Que voyez vous  ?

 Tour ronde et donjon carré : Que d'évolutions en plusieurs siècles !

Le donjon

* Même si les merlons ont été obstrués pour solidifier la vieille tour, cela n'empêche pas mon imaginaire de voir un chemin de ronde couvert.

* En plus de voir et défendre depuis le haut de la tour, le défenseur pouvait envoyer des messages via le satellite (hihihi).

* Depuis le bas, l'assaillant ne trouve aucun angle mort pour s'approcher.

 

Il y en a d'autres !

* Ce château comporte sur l'autre façade une imposante ronde tour défensive.

* J'apprécie la décoration sur les pierres formant mâchicoulis.

* Il est dommage que cette tour ait été arasée.

 

    L'intérieur :

  Hélas pour moi, et un peu pour vous je suppose, le château n'est pas ouvert à la visite en cette période peu touristique. Je ne pourrai point visiter le musée, ni voir :

- La prison,

- Le donjon,

- La chapelle Gothique Flamboyant,

- Les salles meublés.

    Je rebrousse chemin et je traverse la tour-porte vers la sortie.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié entouré de douves alimentée par la rivière Belle. Il appartient à la famille Mareuil.

* Au milieu du 12ème siècle, naissance au château d'Arnaut de Mareuil. A la fin de ce siècle, il deviendra l'un des plus fameux troubadours en Langue d'Oc.

* Au 14ème siècle, durant la guerre de Cent Ans, le château subit  de nombreuses attaques dont l'une lui est fatal.

* A la fin du 15ème siècle, le château est rebâti sur les ruines du vieux château fort.

* Dans la deuxième moitié du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château est attaqué puis brûlé. Il n'est plus habité par ses propriétaires.

* Au 17ème siècle, Isabelle de Beauville achète la seigneurie.

* Au 18ème siècle, le site trouve une deuxième jeunesse par de nombreuses consolidations et reconstructions réalisées par les Talleyrand-Périgord.

* Au 19ème siècle, le château est transformé en exploitation agricole.

* En 1862, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1963, le château est acheté par le Duc de Montebello. Une partie des vieux bâtiments sont consolidés, meublés et habités.

* A la fin du 20ème siècle, création d'un musée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les jours et les horaires.

 

Un chatelet d'entrée très fortifié

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 07:50

 

 

Département 09 - ARIEGE

     Voyez vous le château fort ?

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Lordat est située à 90km à l'Ouest de Perpignan, à 25km au Sud-Est de Foix (voir son château), à 20km à l'Est d'Auzat (voir son château) et à 15km au Sud-Ouest de Montségur (voir ce château).

 

     Coordonnées du château :

42° 46' 33" N01° 44' 57" E
 42.7759899467° 1.749213337898°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est là haut

* L'Ariège est un département de belles collines boisées entrecoupées de vallées agréablement humides.

* C'est donc au petit jour naissant et proche d'une rivière que je somnole au rythme des pas saccadés de mon valeureux destrier.

* Soudain, mon palefroi stoppe et me montre avec ses oreilles une curieuse bosse à l'Ouest du bourg.

* Au sommet trône fièrement des pans de mur d'origine médiévale.

 

 Y a-t-il un chemin pour monter sur la colline ?

N'y a-t-il que des murs arasés ?

* Dans plusieurs brochures, le site est décrit comme l'une des plus imposantes forteresses de l'Ariège.

* Ce que je vois confirme les publications : Grandiose.

* Rapidement (presque en un saut... presque) je suis aux pieds du premier rempart.

* Les murs suivent parfaitement le contour du plateau.

* Hélas, le temps et les hommes (surtout les Rois) ont fait leur travail de destruction. Arasés sont les murs, crénelages et mâchicoulis (voir vocabulaire) ont disparu.

* Les pierres sont pauvrement taillées, peu jointives et de dimensions très disparates.

* Je pressens que cette construction a été réparée de nombreuses fois, soit rapidement, soit par les habitants peu expérimentés du bourg sur la demande du seigneur.

 

 

Voyez vous des systèmes défensifs ? Les défenses

* Sur les parois linéaires et angulaires je remarque des fentes verticales.

* Elles ne ressemblent pas à des archères primitives.

Sont ce des fentes pour tir au fusil ?

* Lentement je longe le rempart dans l'espoir de voir archère, arquebusière et même canonnière.

* A l'angle c'est une anguleuse tour presque borgne qui m'accueille.

* Elle possède de nombreux trous de boulin pour faciliter sa réparation. Mais au sommet, je ne vois pas de trou aligné pour un hourdage.

* Pas de hourd, pas de créneau, pas d'archère.......

Les murs sont ils tous assagis, sans système défensif ?

* Je décide de rebrousser chemin puis de contourner le site par la gauche.

 

 

Que c'est beau un rempart de château fort ! Que de merveilles ! 

* Soudain, le rempart (presque borgne) est plus haut que précédemment.

* Sa base est construite sur le rocher.

* Au sommet, un crénelage (consolidé et trop stylisé par les maçons de notre siècle) m'informe que je suis vraiment devant une construction défensive.

* Les merlons sont curieusement troués par une fente de tir.

* Quelques mètres plus loin, une magnifique beauté s'offre à mes yeux amoureux de castellologue amateur.

Devinez vous la fonction de ces pierres en encorbellement ?

* Pour vous faciliter la compréhension, je vous en montre d'autres.

* Vous êtes si perspicaces mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteurs que vous avez deviné : Les latrines.

 

Le tour pour revoir la tour

* Ayant fait le tour de cette imposante forteresse, je me retrouve logiquement devant la grande tour.

* Cette haute construction est en réalité l'entrée du 2ème mur d'enceinte.

 

 

 Plan simplifié du château de Lordat       L'intérieur :

Sésame...... (va-t-elle s'ouvrir ?)

* Je suis devant.

* Je la pousse fort.

* Elle ne s'ouvre pas.

* Il n'y a aucun panneau donnant les heures d'ouverture.

* Je hèle, je crie, tel Roland je souffle dans mon cor...... mais le corps de l'entrée ne s'ouvre point.

 

La fin

* Saint Damase, patron des archéologues (donc un petit peu le mien) m'ayant abandonné, j'abandonne donc ce site castral.

* Dans mon périple vers la vallée je vois les vertiges du premier rempart.

* Les ouvertures de tir ont un faible ébrasement, comme une archère primitive. Mais je penche pour des fentes pour arme à feu.

* Etes vous en accord avec moi ?

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 10ème siècle (à vérifier), construction d'un château par la famille éponyme. Son but est de contrôler  la vallée de Sabarthès conduisant en Ibérie par le col de Puymorens.

* En 970, Roger Ier de Carcassonne échange plusieurs seigneuries ou lieux dans le Lordalais contre l'église  et les terres de Saurat.

* En 1034, Lordat est cité en apanage des Comtes de Foix.

* En 1208, début de la croisade des Albigeois.

* En 1210, le château est occupé par les armées du Roi de France.

* En 1226, le Comte met le château de Lordat en garantie au Roi de France Louis IX.

*  En 1229, le château est rendu au Comte de Foix.

* En 1244, la forteresse de Montségur capitule. Certains Cathares (d'où viennent ils ?) se réfugient à Lordat (à vérifier).

* En 1245 (?), le Comte de Foix, pour apaiser le Roi de France, demande au bailli et consul de Lordat de ne point accepter les hérétiques.

* En 1272, Roger Bernard Comte (voir titre de noblesse) de Foix, en conflit avec le Roi de France (voir liste), demande de l'aide au Roi d'Aragon. Ce dernier récupère plusieurs châteaux dont celui de Lordat.

* Vers 1318 (?), le Roi d'Aragon attaque plusieurs châteaux dont celui de Lordat.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la famille Lordat abandonne le château. Le sire d'Audou, dont le vrai patronyme est Jean-Claude de Lévis Léran, est un fervent protestant. Il est aussi homme de confiance d'Henri IV. Il informe ce dernier que la forteresse de Lordat est puissante. En nommant un capitaine de la province, ce fief serait bien gardé.

* Vers 1582, le Roi de France Henri IV ordonne la destruction du château.

* En 1672, le château est cité en tant que ruine.

* En 1923, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, la municipalité est propriétaire du château.

* A la fin du 20ème siècle, en été le site est le siège d'un spectacle de dressage de rapaces.

* Au début du 21ème siècle, les murs du château sont consolidés.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante avec parfois des animations. Veuillez vous renseigner sur les horaires.

 

 

 

Peut être qu'un jour tes portes s'ouvriront pour moi

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 07:20

 

Département 30 - GARD

  J'espère qu'i y a un ascenseur pour monter jusqu'au château !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Chusclan est située à 20km au Sud-Ouest de Bollène, à 10km à l'Ouest d'Orange et à 5km au Sud-Est de Bagnols sur Cèze (voir sa tour).

 

     Coordonnées du château :

44° 10' 25" N 4° 40' 14" E
 44.17366345°  4.670651257°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :
Il est là haut

* Armé d'une carte très précise, je me dirige au Nord de Chusclan pour découvrir le château de Gicon.

* Après une randonné de 2km, je vois, sur une colline boisée, le Graal de ma journée.

* Le site est au dessus de la vallée de la Cèze et de la plaine du Rhône.

* Bien campé sur son rocher à 245m d'altitude, le château avait, à l'époque médiévale, la fonction de surveiller :

- Mon Dauphiné,

- Le Comtat Venaissin.

- Le Comté de Provence.

 10 siècles d'architecture s'offre à mes yeux brillants !

L'arrivée

* Bien que le chemin soit carrossable, je préfère marcher pour apprécier la découverte de loin et les subtilités de construction.

* Au sommet, c'est la surprise des contrastes :

   - Ombre et lumière.

   - Verdure et blancheur.

   - Tour (maison forte) du 14ème siècle à droite et calades Romaines au centre.

   - Soubassement Celtiques supportant la construction du 14ème siècle demandée par le roi de France Philippe Le Bel.

* Lentement j'entre dans ce site grandiose.

 

 

        L'intérieur :

Rapide découverteL'ombre du temps s'abat les vieilles ruines

* Je vois des murs qui murmurent doucement.

* Je vois un bâtiment avec une porte qui m'invite.

* Je vois un plafond porté par des corbeaux qui sont encore beaux  (et mon corps beau, le voyez vous ?).

* Je vois un plafond transparent pour les corbeaux, noirs bien sur

* Je vois des pierres (sans Paul ni Jacques).

* Je vois des pierres formant un trou rendant vide mon esprit.

Sont ce latrines ou mâchicoulis (voir vocabulaire) ?

* Je vois le rocher bien taillé et des pierres mal taillées.

* Je vois un sol dallé (mais point d'allée).

* D'aller en retour, il me semble avoir tout vu.

* Pourtant, volant au dessus d'un mur horizontal, je vois un autre mur, qui lui est vertical.

 

La magnifique curiosité

 

 

Qu'est ce ?

* Ce bâtiment fut la plus puissante tour du château au 13ème siècle.

Je sens le doute dans vos yeux !

* Ceci fut le donjon comportant 3 étages.

* Evidemment, après avoir été dynamité sur ordre de Richelieu, il ne reste que le fantôme.

* Par ses faibles dimensions ce n'était pas un donjon habitable.

 

C'est la fin

* Il y aurait beaucoup à narrer en ce lieu, mais il est préférable pour vous de le visiter avec l'association en charge de sa restauration.

* Lentement, presque triste, je sors de ce château quand ma vue est attirée par une basse construction.

* C'est la chapelle dédiée à Saint Madeleine datant de l'époque Carolingienne (d'après certaines brochures peu sérieuses).

* En réalité, elle fut construite au 13ème siècle par les Chartreux de Valbonne.

* C'est un lieu de pèlerinage au mois de juin.

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

Nota : Les contradictions dans ma documentation ne me permettent pas de vous garantir l'exactitude de l'historique ci-dessous.

* Vers le 2ème siècle avant JC (à vérifier), construction d'un oppidum Celtique.

* En 1121, le castrum de Jocone est mentionné. C'est un lieu fortifié construit par l'évêque d'Uzès à la demande du Roi Louis VI (voir liste).

* Au 12ème siècle, le château est confié aux Bénédictins de Saint Saturnin du Pont (nommé en notre siècle Pont-Saint-Esprit).

* A la fin du 12ème siècle, le Roi Philippe Auguste confirme la possession.

* En 1208, début de la terrible croisade des Albigeois.

* En ce début du 13ème siècle, le château semble avoir souffert de la croisade.

* Dans le premier quart du 13ème siècle, construction du donjon parallélépipédique.

* Vers 1248, le Roi Louis IX séjourne quelque nuits au château (c'est ce que prétendent quelques historiens).

* En 1312, le Roi Philippe IV Le Bel donne le site à Guilhem de Saint Just, lieutenant du Sénéchal de Beaucaire. Il a pour mission de transformer le petit castrum en forteresse pouvant accueillir une armée.

* Au 14ème siècle (?) la seigneurie est possession de la famille Estable.

* A la fin du 14ème siècle, les Tuchins attaquent le château et le dévastent.

* Au 15ème siècle (?) la seigneurie est possession de la famille Fages.

* Au début du 17ème siècle, le seigneur de Gicon suit le mouvement contestataire enclenché par Henri de Montmorency et s'oppose au Roi de France Louis XIII (voir liste).

* Vers 1631, en représailles, Richelieu ordonne la destruction du château.

* A la fin du 17ème siècle, la seigneurie est possession de la famille David.

* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du château.

* Au 19ème siècle, le site est possession de la famille Durand de Fontmagne.

* En 1973, le site appartient à la cave coopérative de vignerons.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de cette propriété privée est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est possible sous votre responsabilité. Bien que le site soit partiellement sécurisé, le risque de recevoir une pierre existe. Soyez très prudent.

 

Sous le chaud soleil du Gard, j'ai pris quelques couleurs

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 06:52

 

 

Département 12 - AVEYRON

 Que de tours en ce blason !

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Mur de Barrez est située à 60km au Nord-Nord-Est de Rodez, à 40km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 20km au Sud-Est d'Aurillac.

 

     Coordonnées de la tour :

44° 50' 38" N2° 39' 36" E
 44.84382° 2.660134°

 

 

La tour : 

        L'extérieur :

La découverte

   En découvrant le blason du bourg affublé de 3 tours défensives, mes poils se hérissent espérant voir d'imposantes constructions médiévales. Mais ma surprise est de voir au centre le blason de la famille Grimaldi.

Les monégasques possédaient ils ce bourg en terre Française et Royale ?

   La réponse est dans l'historique.

 Une porte très massive

Qu'est ce ?

* A la fin du Moyen Âge, un rempart entourait le bourg.

* En notre siècle, il ne reste que de rares vestiges.

* Pourtant, une imposante tour-porte a survécu.
* Elle se nomme : Tour Grimaldi.

* Evidemment, l'époque récente et la modernité ont un peu changé son aspect primitif, mais de nombreux détails trahissent ses origines.

 

L'analyse rapide

* A droite de la tour, le bâtiment devait être le départ du rempart.

* Ce bâtiment possède, proche de l'angle et en bordure du toit, une console. Ce doit être le fantôme des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Les parements d'angle des 2 bâtiments sont bien appareillés.

* Les pierres sont de dimensions aléatoires. L'absence de trou de boulin et l'excès de "ciment" me font penser que des consolidations récentes ont été effectuées.

* La façade possède deux fentes pour arme à feu dans la salle des gardes.

* Je pressens que la fenêtre possède une coussiège. A moins que ceci fut une bretèche reconvertie en fenêtre.

* La façade latérale  possède une fenêtre avec un arc de décharge au dessus. La porte obstruée devaient être l'axe de circulation dans le rempart.

* La porte conserve les traces d'une herse et du double vantail.

 

Une véritable porte fortifiée s'inspirant de l'époque médiévale

 

        L'intérieur :

  Hélas, la tour n'est pas visitable.

 

 

Histoire du bourg :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié. Il est possession du Vicomte (voir titre de noblesse) de Carlat, Comte de Rodez.

* Au début du 13ème siècle, le château est occupé par "des Albigeois".

* En 1209, début de la croisade des Albigeois.

* En 1210, les troupes Royales commandées par Jean de Beaumont, Baron de Thénières attaquent le château et s'en emparent.

* En 1418, durant la Guerre de cent Ans, les Anglais occupent le château.

* Au 15ème siècle, construction d'un rempart entourant le bourg et composé d'au moins 4 tours défensives. La tour porte se nomme : Tour Henri II, Comte de Rodez.

* Au 16ème siècle, un procès s'ouvre pour déterminer si Mur de Barez appartient au Comté d'Auvergne (Note personnelle : Peut être est ce du au mariage d'Anne de Poitier avec Henri II Comte de Rodez, puis son veuvage et enfin son remariage avec Jean Ier Comte d'Auvergne). Le Rouergue obtient gain de cause.

* En 1527, après confiscation des biens de Charles III, Duc de Bourbon, au profit de la couronne de France, Mur de Barez entre en territoire Royal.

* En 1577, durant les Guerres de Religion, les Huguenots possèdent le château.

* En 1582, le Capitaine Hugunot accepte de quitter le château contre une rançon.

* En 1590, les Huguenots attaquent les château et s'en emparent.

* En 1607, le roi de France (voir liste) Henri IV exige la destruction des remparts de la ville. Mais l'ordre n'est pas exécuté.

* En 1610, le château est définitivement rendu aux représentants du Roi.

* En 1620, par une ordonnance du Roi Louis XIII, la destruction des remparts est effective et exécutée. Seuls la tour et quelques murs gardent le souvenir des fortifications médiévales.

* En 1641, Honoré III de Grimaldi, Prince de de Monaco, renonce au protectorat de l'Espagne au profit de celui de la couronne de France. En remerciement le Roi de France Louis XIII lui donne le Duché de Valentinois (En Dauphiné) et le Vicomté de Carlat. Le Vicomté est érigé en Comté. Mur de Barez devient donc propriété de la famille Grimaldi. La tour-porte est renommée : Tour Grimaldi.

* Vers 1792, le Révolutionnaires récupèrent le bourg. La famille Grimaldi n'en est plus propriétaire.

* Au 19ème siècle, les vestiges du château fort sont aplanis. Le site est transformé en esplanade.

* En 1913, la tour est classée aux Monument Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Il est l'heure partir !

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 06:51

 

 

Département :  11 - AUDE Encore un petit effort pour découvrir cette merveille de l'amour courtois

 

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Puivert se situe à 40km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 25km au Sud-Est de Mirepoix (voir ses fortifications) et à 12km au Nord-Ouest de Quillan (voir son château).

 

  Coordonnées du château :

42° 55' 16" N02° 03' 25" E
 42.92126317° 2.0568895339°

 

 

 Je pressens que ce château va m'en faire voir de toutes les couleursLe château :  

     L'extérieur :

L'arrivée

* Depuis la petite route proche du parking, je laisse mon destrier et lentement je grimpe à pieds vers ce mythique château Audois posé sur plateau à 605 mètres d'altitude.

* Durant mon errance, je découvre le rempart coté Sud ainsi que la tour des Cas.

* Cette cubique construction possède des archères en étrier (évasée en partie basse) ainsi qu'une jolie petite fenêtre trilobée à l'étage supérieure. Je ressens dans ces pierres l'histoire médiévale

* L'ensemble (tour et rempart) est arasé, je ne peux pas savoir si mâchicoulis ou hourdage (voir vocabulaire) existaient.

* Ce site castral est construit sur une butte au dessus d'un lac aujourd'hui disparu (voir la légende).

* La protection contre une attaque est assurée par un à-pic sur trois cotés.

* Seule la façade coté Est permet un accès facile pour l'assaillant... et pour moi.

 

 

 Un château aligné sur l'axe EST-OUESTLe plan pour mieux comprendre

1 - Esplanade d'accès coté Est.

2 - Tour porte précédée d'un fossé.

3 - Tour du Cayre ou Quayre.

4 - Cour intérieure (basse cour).

5 - Tour carrée ou des Car ou Gaillarde ou Gualharde.

6 - Tour Bossue.

7 - Tour Vert.

8 - Porte de Chalabre.

9 - Donjon de 35m de haut.

10 - Ancienne poterne (petite porte de repli).

11 - Grosse tour.

12 - Tour de la Trésorerie ou du Treseaux.

13 - Habitation et citerne.

21 - Écuries.

22 - Grenier.

23 - Escalier des remparts.

 

  Particularité :

* De nombreux archéologues estiment que le château primitif était positionné sur la plateforme à l'Ouest (à gauche).

* Cela avait l'inconvénient de laisser beaucoup de place sur la droite pour les assaillants. Ces derniers pouvaient installer facilement des machines de jet.

* Pour éviter ce vide, le "nouveau" château a été précédé coté Est (à droite) d'une imposante basse cour.

* Ainsi, les assaillants avaient moins de liberté et les villageois pouvaient se réfugier avec leurs animaux.

 

 Sentez vous le parfum de l'aventure médiévale ?

La façade Est

* L'entrée étant l'endroit le plus facilement attaquable, une attention particulière a été portée sur cette façade.

A - Sur la gauche, une tour ronde (certes un peu arasée).

B - Sur la droite, une tour ronde presque entière (repère 3 sur le plan). Sa base est évasée et elle possède sur plusieurs niveaux d'archères en bêche. Ces verticales fentes permettent la défense sur 270°.

C - Entre chaque ronde tour et la tour porte, les courtines possèdent de hautes archères droites en bêche et en étrier (cela est curieux).

* L'ensemble des constructions ayant perdu leur "sommet", je n'ai aucun indice affirmant que crénelage, hourdage ou mâchicoulis existaient.

 

 Une entrée très bien fortifiée

La tour-porte

* L'entrée est précédée d'un fossé.

* Je ne vois aucun indice de présence d'un pont levis.

* La tiour carrée mesure 9m de coté.

* La défense est assurée de chaque coté de la porte par des archères en étrier puis au 1er étage par des archères en bêche.

* Des archères en étrier assuraient aussi la défense des courtines.

* Pour mieux comprendre le système défensif, voici un schéma.

 

 

Je vais tenter d'entrer

* Même si votre Chevalier n'est point belliqueux, il est prudent de montrer "patte blanche" et d'avancer avec lenteur.

* La herse est relevée, ce qui est bon signe.

* Au dessus, le blason des seigneurs de Bruyères (un lion à la queue fourchue et nouée) ne me tombe point sur la tête.

* Je ne vois pas de piège le long des rails de la herse.

* Je traverse prudemment la porte en arc brisé à double claveaux.

 

 

     L'intérieur :

 

Pour entrer dans le château, veuillez cliquer ICI

 

 

Ce château unique est le Graal de ma journée

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 11

Vers Menu

châteaux de l'Aude

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 06:30

 

   
michel-j-01    Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département :  27 - EURE

 Façade principale coté Sud-Est

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Boissey le Châtel est située à45km au Nord-Est de Lisieux, à 28km au Sud-Ouest de Rouen, à 15km à l'Ouest d'Elbeuf et à 10km au Nord-Nord-Est de Brionne (voir son donjon).

 

  Coordonnées du château :

49° 16' 27.03" N0° 47' 12.71" E
 49.274175° 0.786864°

 

 

Description du château 

     L'extérieur :

La découverte

* Construit sur un plan rectangulaire, le corps de logis cantonné de deux tours d'angle constitue l'archétype des constructions de plaisance du 16ème siècle.

 

 

 Porte d'entrée du château

 La façade Sud-Est

* Edifiée sur un robuste soubassement en damier de silex et grès, l'élévation fait un large appel à la brique de pays, notamment pour les deux tours d'angle dont l'aspect est agrémenté d'une décoration, en brique noire surcuite, en losanges au premier étage et en cordons au deuxième, la pierre n'apparaissant qu'aux encadrements de baies et aux bandeaux à chaque niveau.

 * La pierre redevient prédominante pour les façades du corps de logis, la brique n'apparaissant plus que dans la maçonnerie des meneaux entre baies.

* Largement sculptée dans sa travée centrale ornée de minces colonnes latérales, cette pierre est magnifiquement ouvragée sur les grandes lucarnes du comble où l'on retrouve sur leurs frontons le porc-épic de Louis XII et la salamandre de François Ier (voir liste des rois).

* Ces lucarnes étaient au nombre de trois. Celle du centre a été supprimée au 19ème siècle pour lui substituer trois lucarnes de dimensions plus modestes.

 

  Façade arrière coté Nord-Ouest

 

 La façade Nord-Ouest

* La façade arrière est la première que l'on découvre en arrivant à Tilly.

* Tout aussi Renaissance, mais d'une décoration beaucoup moins riche, la brique y prédomine, la pierre n'apparaissant plus qu'au pourtour des baies, dans les meneaux et en alternance avec la brique dans les chaînages d'angles.

* Cette grande tour circulaire est un ajout malencontreux du 19ème siècle.

* La ronde construction se termine par un original belvédère surmonté d'un lanternon.

* L'ensemble est couvert d'un immense comble en ardoise encadré par des souches de cheminées monumentales en brique ouvragée.

 * Par ses proportions parfaites et la richesse de son ornementation, le château de Boissey compte parmi les réalisations de style Renaissance les plus remarquables de Normandie. 

 

 

  Vous êtes en Normandie !

 Le parc et les bâtiments annexes

* La création d'un parc paysager au 19ème siècle a fait disparaître une bonne partie de l'enceinte basse clôturant le domaine, à l'exception de quelques petites tourelles rondes coiffées de poivrières.

* A remarquer dans la ferme voisine du château l'ancien colombier seigneurial bâti sur une base octogonale et réalisé en brique décorée de motifs en chevrons ou croisillons en brique surcuite.

* Des dépendances en colombage que l'on longe en arrivant au château, on retiendra essentiellement le corps central du 16ème siècle avec sa loggia à l'italienne, en cours de restauration, très caractéristique des constructions de cette époque.

 

 

 

Hommage

* Saluons le courage et l'énergie qu'il convient de déployer pour restaurer un ensemble de cette envergure.

 

 

 

     L'intérieur :

* Le château est un domaine Privé pour les mariages, séminaires, réceptions.

* L'intérieur n'est pas visitable mais il est possible de louer une chambre pour un merveilleux week-end de plaisir et sensualité.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, un château fort est construit par le seigneur de Boissey.

* En 1066, le seigneur de Boissey accompagne Guillaume le Conquérant, Comte (voir titre de noblesse) de Normandie (voir liste), dans sa chevauchée victorieuse à Hastings.

* A la fin du 15ème siècle, proche des vestiges du vieux château fort primitif, Guillaume Le Roux, (personnage considérable, voir une de ses réalisations) est possesseur du site.

* En 1528, construction de l'actuel château en plein épanouissement de la Renaissance.

* A la fin du 16ème siècle, Robert Le Roux, second fils et conseiller au Parlement de Normandie comme son père, hérite du château.

* En 1780, le Baron de Blangy, un cousin de la famille Le Roux devient propriétaire par legs. Ce brillant militaire permet peut-être au château d'être épargné par la Révolution.

* Durant le 19ème siècle, cette famille de Blangy effectue quelques aménagements de façades dont certains peu souhaitables comme ce fut souvent le cas en ce siècle où l'on est davantage sensible au confort des lieux qu'à leur harmonie.

* En 1897, le château change de main et devient la propriété d'un industriel Rouennais, M. Lainé-Condé qui entreprend des travaux d'une toute autre ampleur, aménageant en particulier les combles pour y créer des chambres éclairées par une suite de lucarnes ouvragées en zinc.

* En 1932, le château est vendu.

* Entre 1939 et 1945, le château est occupé par les troupes allemandes.

* En 1948, le château est acheté par la commune pour y créer des logements sociaux, puis lui chercher vainement une affectation culturelle.

* Le troisième quart du 20ème siècle est une période d'incertitude, mise à profit par les vandales et les voleurs.

* En 1990 M. Olivier Faivre et Mme Mathilde Josso achète le château et assurent une courageuse restauration.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est difficilement possible à cause des grands arbres. La visite du parc et de l'extérieur du château est possible moyennant quelques piastres. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture et les possibilités de réservation des chambres. 

 

Façade arrière Nord-Ouest - Sobre et pourtant si Renaissance

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 07:51

 

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  

 

Cet incroyable donjon est-il encore visible ?Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Ambleny est située à 60km au Sud de Saint Quentin, à 30km à l'Est de Compiègne et à 15km à l'Ouest de Soissons.

 

  Coordonnées du château :

49° 22' 50" N03° 11' 02" E
 49.380630807° 3.1838893890°

 

 

Le château

     L'extérieur :

Comment rassasier Le Chevalier !

* Durant ma croisade en terre Picarde, je dépense tant de calories qu'il me faut parfois stopper ma recherche de châteaux ou d'églises fortifiées pour me sustenter.

* C'est ainsi que j'arrive dans la commune d'Amblény pensant trouver une épicerie.

* Hélas, fermée elle est.

Suis je déçu ?

* Que nenni car j'ai vu une curieuse représentation au dessus de la porte.

Pensez vous que cette beauté existe encore ?

 

Voyez vous ce qui va être le bonheur de ma journée ?

 

Eglise et.....

* Très intrigué par ce dessin, je me retourne, la truffe au sol.

* Je vois l'église Saint Martin, construite au 12ème siècle mais très remaniée au 16ème siècle.

* Plus loin, je vois, je vois.....

Est ce un rêve ?

* Point rêverie cela est, car mes yeux s'écarquillent et mes poils de castellologue amateur se dressent.

 

 

Le plan

Quelle incroyable architecture !

* Pour mieux la comprendre, je sors de ma poche le plan de ce château réalisé par un historien.

- N'êtes vous pas étonnés que je sorte une feuille de ma poche alors que :

1 - Il n'y a en pas dans mon armure de castellologue amateur.

2 - Je vous ai fait croire au début que j'étais simplement venu me sustenter.

Serais je un peu menteur ?

* Par rapport au plan, le fossé, le logis et les 2 remparts extérieurs ont disparu, il ne reste que le puissant donjon central.

 

 Moi qui les aime rondes, je suis aux anges devant elle

A quoi ressemble-t-il ?

* Les spécialistes en architecture médiévale décrivent le donjon ainsi :

- C'est un carré aux angles duquel se sont démesurément développées 4 tours cylindriques engagées...

...ou...

- Un faisceau serré de 4 tours cylindriques séparées par de brèves courtines de même hauteur.

 

 

Les mensurations de cette beauté

* Le donjon a une base extérieure de 16 mètres par 14 mètres.

* Les tours ont un diamètre extérieur de 7,5 mètres.

* Sur deux cotés la courtine a une largeur de 2 mètres, sur deux autres cotés la largeur est de 4 mètres.

* La hauteur actuelle est d'une vingtaine de mètre. Avant 1792, un étage supplémentaire existait.

 

 

Que voir ?

Voila une belle avec de ravissantes rondeurs

* Ma 1ère constatation : Ce site castral n'est posé sur aucune butte, ni naturelle ni artificielle.

* Pour un château du 12ème siècle, sa structure quadrilobée (tout en rondeur) est surprenante. L'architecte a été très novateur.

* Cette tour maîtresse est si imposante que l'historien Denis Rolland affirme : "Dans de nombreux textes relatif à Amblény, le mot donjon est plus souvent usité que château".

* La face coté parking (située à l'Est) montre une porte positionnée à plusieurs mètres du sol.

* Cette entrée n'était accessible qu'à l'aide d'une passerelle en bois rétractile. Elle était protégée par un pont levis dont les traces se devinent.

* Le mur situé au fond, proche de l'entrée me fait penser qu'un coude forçait l'assaillant à entrer dans un "sas".

 

Faut il avoir des ailes pour entrer dans le donjon ?

 Quelle puissance et quelle qualité de parement

Les surprises continuent

* La qualité des parements et des joints m'impressionne.

* La façade coté Sud est évidemment dépourvue de porte.

* Au niveau inférieur, les courtines possèdent des fentes de 1,7 mètre de haut pour 15 centimètres de large. Leur fonction était l'entrée de la lumière et la ventilation des réserves.

* Quelques rares fentes verticales apparaissent. Elles ressemblent à des archères.

* Je suis étonné de ne point voir d'archères cruciforme (voir vocabulaire) ni d'arquebusière et encore moins de canonnière.

Le donjon a-t-il été figé défensivement ?

Les propriétaires comptaient-ils sur l'épaisseur des murs pour résister à tout ?

* Le premier étage est éclairé par une petite fenêtre sur 3 des 4 courtines (rappel : La 4ème possède la porte d'entrée).

Avez vous remarqué l'agrandissement de l'ouverture au Sud

pour devenir une fenêtre à trumeau

(aujourd'hui partiellement obturée) ?

 

 

 Le symbole républicain côtoit avec fierté la référence médiévaleCuriosités

* Le troisième étage comporte quelques mystérieux détails d'architecture.

* Mon étonnement n'est point causé par la suppression de l'étage supérieur qui devait comporter crénelage et peut être mâchicoulis.

* Je suis esbaudi par les ouvertures surtout celle supérieure :

Que voyez vous ?

* Evidemment, la fente située au 2ème étage ressemble à une archère, mais l'ouverture rectangulaire au dessus est surprenante.

* Ce n'est pas une porte et encore moins une fenêtre.

* En observant mieux cette curiosité, je remarque des trous carrés de chaque coté en partie haute et des encoches en bas.

Serait ce pour un hourdage ?

* Si la réponse est "OUI", cela signifie qu'il n'y avait pas de mâchicoulis sur les tours.

* Si la réponse est "NON", ma seule supposition est une construction en encorbellement pour... heu... des latrines (?)

* Sur la courtine au 2ème étage, un rebouchage m'intrigue.

Etait ce une fenêtre ?

 

 

 

Pour la suite de la visite, veuillez cliquer ici.

 

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article