Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 07:00

 

Département 09 - ARIEGE

  Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Massat est situé à 80km au Sud de Toulouse, à 25km au Sud-Ouest de Foix et à 20km au Sud-Est de Saint Girons.

     Coordonnées de l'église :

42° 53′ 23″ N 1° 20′ 55″ E
 42.889722°   1.348611°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Est ce le bon endroit ?

      En arrivant dans le petit bourg, il est impossible de ne point voir l'église. Comme souvent, elle trône au centre de la commune, face à une petit place et proche de son cimetière. Avec son haut clocher, elle ne passe pas inaperçu.

  Mais, car il y a un mais, je ne suis point venu faire du tourisme "ecclésiastique". Tel un chien de chasse, je suis en arrêt devant le bâtiment et une question me vient :

Cette église est elle fortifiée ?

 

Le clocher

    Pensant que le clocher ait pu servir de système défensif, je scrute et inspecte chaque pierre. Par sa forme octogonale, le clocher surprend. Ce style d'architecture très haut et multi-faces n'est point habituel pour une église "Romane" qui se devrait être fortifiée. Bien que je ne sois pas un spécialiste en clocher je remarque :

* Sur chaque face de l'octogone, il y a des fenêtres de forme ogivale,

* Celles du 1er étage sont surmontées d'oeil-de-boeuf de forme ovale,

* Celles du 2ème étage ont des ouvertures en forme de losange.

  Cette église m'en fait voir de toutes les couleurs

Le clocher a-t-il été un système défensif ?

  Aux pieds du clocher, je remarque de nombreux contreforts à larmiers et des fentes. Les ouvertures n'étant que sur une des 8 faces, j'opte pour des ouvertures de lumières pour un escalier intérieur.

   Ces caractéristiques ne font pas de la construction, une église fortifiée. Je contourne le site à la recherche d'autres indices.

 

Je suis toujours bredouille
     En prenant un peu de recul, je constate que l'église est composée d'une nef pourvue de chapelles entre les contreforts.

   Le castellologue-amateur que je suis se désespère de trouver des indices défensifs.

Une architecture complexe par de nombreux ajouts 

Je suis ébloui !

  Plus je contourne l'église et plus je suis ébloui par une lumière irisée.

Est ce un esprit farceur qui s'amuse avec les rayons de Ré ?

  En plissant les yeux, il me semble voir un indice prouvant que cette église fut fortifiée.

Le voyez vous ?

 

Une salle de repli

  Au dessus du choeur, juste sous le toit, apparaissent de nombreuses ouvertures ressemblant à un crénelage. L'emplacement ressemble à la classique salle de repli défensive comme le Moyen Âge en a créé de nombreuses dans les églises.

  Heureux de ma découverte, je me rends vers la porte d'entrée grande ouverte.

 

        L'intérieur :

Le choc

  En entrant, je suis ébloui car le dallage à damier. Après quelques minutes pour m'habituer à ce noir-et-blanc, je découvre l'immense lumière donnée par les grandes fenêtre modernes dépourvues de vitrail.

Un autel attirant la lumière La pucelle d'Orléans en terre Ariégeoise Tapisserie ou peinture ?

 

Fortifications interdites

   Rapidement, je comprends que point de porte est ouverte pour accéder à l'escalier vers la salle de repli.Je prends un peu de temps pour admirer la peinture céleste, puis je regagne la lumière extérieure.

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 13ème siècle, construction de l'église en style Roman.

* Au 15ème siècle, construction du clocher.

* Au 17ème siècle, l'église est fortement remaniée et agrandie.

* En 1985, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Est ce la lumière divine ou celle de la sortie ?

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 85 - VENDEE

 Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La petite commune de Xanton-Chassenon est située à 70km au Sud-Est de La Roche sur Yon, à 55km au Nord-Est de La Rochelle, à 25km au Nord-Ouest de Niort et à 10km à l'Est de Fontenay le Comte.

     Coordonnées de l'église :

46° 27' 12.15" N 0° 41' 36.956" W
 46.453375°  -0.693599°

 

L'église : 
        L'extérieur :
J'entre dans le bourg

   L'avantage d'une église par rapport à une ruine de château fort, c'est qu'il y a toujours un panneau indiquant sa direction, ou une rue de l'église ou un haut clocher survolant les arbres.

  C'est donc sans difficulté que je découvre ce bâtiment. Mais une question se pose :

Est il fortifié ?

L'église montre de multiples époques architecturales  

Rapide analyse

    En examinant cette église, je suis étonné par le contraste de plusieurs détails :

A - Le bâtiment ressemblant à un transept est de construction récente. D'ailleurs, sa grande fenêtre avec vitrail est incompatible avec une construction fortifiée du Moyen Âge.

B - De ce coté, les murs "primitifs" de l'église sont borgnes.

Ce manque d'ouverture est il un indice de système défensif ?

C - Certains contreforts semblent avoir été aménagés lors de la construction de l'église. Les pierres se prolongent" dans les angles.

D - Mais la disparité de forme, hauteur et position de l'ensemble des contreforts me fait penser à des modification sur plusieurs siècles.

E - Les fentes au sommet ressemblant à des archères droites sont des abat-sons.

Hors sujet :

  Je me suis posé la question du pluriel du mot :"abat-son". Et j'ai trouvé cet article très documenté sur la réglementation.

Le clocher a-t-il été un système défensif ?

 

Le clocher

   Tel un donjon du 11ème siècle, ce clocher se dresse, droit, haut, sans fioriture. La surprise de la découverte passée, je note quelques détails :

E - Les pierres sont pauvrement taillées, peu jointives et de dimensions variables. Est ce du :

  * A des reconstructions après attaques ?

  * A des surélévations successives ?

F - Le contrefort ajouré doit certainement contenir un escalier intérieur.

 

Je vais entrer

   Voyant que le clocher ne comporte pas d'autre trace de système défensif, je m'avance vers la porte non sans avoir goûté au charme d'une sculpture.

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas et je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

  Je vous propose de déguster les images d'un autre photographe ayant eu la chance d'entrer.

 

Conclusion :

   Mon dictionnaire des châteaux et fortifications médiévales affirme que cette église est/a été fortifiée. Il faut un peu d'imagination pour le croire.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction de l'église.

* En 1927, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Mon œil de castellologue-amateur voit des fortifications partout !

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 85 Vers Menu châteaux de Vendée
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Poitou : 79 85 86
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 06:30

 En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

Résumé :

 
    « L'auteur nous présente tout d'abord l'organisation d'un festin au Moyen Age. Puis elle nous propose onze menus que nous pourrons réaliser grâce aux recettes accompagnant les textes d'époque. Cet ouvrage agréable et pratique est accompagné :
  • - d'une riche iconographie manuscrits du temps
  • - de photos des plats réalisés.
   Alors que nous redécouvrons la cuisine de cette époque, et que les fêtes médiévales, toujours plus nombreuses, proposent des banquets médiévaux, cet ouvrage indispensable est aussi un guide pratique. » 
 
 
Mon avis : 
Et si on changeait de repas ?
 
    Un soir, après avoir mangé dans une pseudo taverne médiévale dans un village très reconstruit façon 'an 1400' (méfiez vous de ces repaires à touristes durant les vacances d'été), je me suis demandé s'il existait des beaux et bons livres de cuisine des temps anciens.
   Vous me connaissez un peu maintenant, j'ai pris mon bâton de pèlerin, et j'ai arpenté toutes les officines de scribes pour trouver (pour vous bien sur, ho, mes lecteurs si gourmands) le grimoire pour nous sustenter comme au temps jadis.
   Et je l'ai trouvé.  L'oeuvre était là, dans le rayon poussiéreux. (évidemment, j'en rajoute un peu dans le coté Harry Potter, la Fnac fut ma destination, et point de poussière il y a).
 
    J'ai dévoré ce livre.......... Il ne fait que 80 pages, donc vous n'aurez pas d'indigestion  mais tout est bien montré, bien écrit, bien présenté (et l'art de la table n'est il pas aussi dans la présentation ?).
    Des photos modernes de plats accompagnent des enluminures et autres tapisseries montrant la cuisine médiévale.
 
  Etant un amateur de ballades, 'vivant' dehors souvent les week-ends, je n'ai pas le temps avec le soleil d'été de cuisiner. J'attend l'automne pour vous préparez des petits plats succulents et si différents de .......... MacDo.
 
 

Alors, je vous invite ?

 



  Si vous souhaitez des conseils pour réaliser un repas médiéval, voici quelques recettes.  Pensez à me garder une part !

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Est ce une église fortifiée ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit communee de Cilly est située à 40km au Sud-Est de Saint Quentin, à 24km au Nord-Est de Laon et à 13km au Sud-Ouest de Vervins.

     Coordonnées de l'église :

49° 44′ 13.67″ N 3° 49′ 53.18″ E
 49.737132°  3.831439°

 

L'église :

     L'extérieur :

Préambule

     Bien que je dispose d'une documentation dans mon sac à dos, bien que mes vacances ait été studieusement préparées durant de longs mois, j'ai toujours l'impression que le bâtiment que je vais découvrir m'est inconnu.

Avez vous aussi cette sensation avant une visite ?

  Mes yeux s'emplissent de couleurs !

La découverte

   En arrivant devant l'imposante église de Cilly, j'ai l'impression que son secret ne me sera pas révélé. Les murs en briques rouges me semblent récents, les hauts vitraux avec remplage ne sont pas une solution défensive. Ce ne sont pas les contreforts d'angle qui me rassurent dans ma recherche de systèmes défensifs.

 

L'enquête commence

     Avec mon oeil d'aigle, je scrute et détaille chaque centimètre carré de l'édifice et j'ai l'impression que ces fentes n'ont pas une fonction "religieuse".

  En prenant un peu de recul, je pressens (j'imagine ?) qu'une salle de repli existait sous le toi ... mais avec un immense doute évidemment.

 

Le clocher

    Il est haut avec de longues ouvertures correspondant à "un abat-son". Les contreforts en pierre et brique dans les angles ne sont pas une preuve de clocher fortifié.

  La petite tour-escalier n'est pas la réponse à ma question.

Cette église a-t-elle été fortifiée ?

 

    L'intérieur :

        Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Ma question reste donc sans réponse.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 16ème siècle, construction d'une église (à vérifier).
* Au 17ème siècle, modification de l'église.
* Au 19ème siècle, reconstruction de la nef.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Est ce un clocher fortifié ?

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 06:06

 

Département 24 - DORDOGNE

 Voyez vous le château fort de Lieu Dieu ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Boulazac est située à 30km à l'Ouest de Brive le Gaillarde, à 21km au Nord-Est de Bergerac et à 5km au Sud-Est de Périgueux.

   Coordonnées du château :

45° 9' 45" N 0° 46' 26" E
 45.162481°  0.774037°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

       A quatre kilomètres au Sud de Boulazac, dissimulée par une clôture d'arbres très feuillus, une beauté de la fin du Moyen âge est heureuse d'être toujours habitée par la même famille depuis 600 ans.

   Ne souhaitant pas la déranger, ni troubler la quiétude de ses propriétaires, je vais l'observer de loin.

 Un logis défensif et une entrée imprenable

L'enquête commence

* Comme de nombreux châteaux forts de plaine, Lieu-Dieu est entouré par des douves alimentées par la rivière nommée Manoire.

* Le château a la forme classique et efficace du quadrilatère.

- Un coté pour le logis,

- Deux cotés pour les communs,

- Un coté pour l'entrée avec son pont-levis.

* Les angles sont munis d'imposantes tours rondes. Ces dernières possèdent :

- Quelques ouvertures défensives (archères et canonnières),

- Des mâchicoulis,

- Et un chemin de ronde surmonté d'un toit en poivrière.

* Coincée entre les bâtiments, la cour intérieure est petite. Ceci est classique pour une construction médiévale défensive.

 Un logis où j'apprécierai de dormir une nuit

Le logis

  * Il occupe toute la largeur du coté Nord.

  * La paroi intérieure est munie de fenêtres à meneau en croix entrecoupée d'archères cruciformes avec ouvertures pour arme à feu.

  * Le chemin de ronde couvert est muni d'un crénelage (voir vocabulaire) et d'archères-canonnières dont la reconstruction est récente en style "moderne".

 

Le châtelet d'entrée

  * Bien qu'elle soit assez classique, l'entrée fortifiée m'impressionne.

Avez vous remarqué la tourelle-escalier  à gauche ?

  * La base du châtelet ainsi que le rempart possède des canonnières avec large ébrasement extérieur pour tir rasant (le plus meutrier).

  * Au dessus, les mâchicoulis assuraient la défense au près.

  * Je suis surpris que le double vantail ne soit pas précédé d'une herse.

 

    L'intérieur :

  La propriété privée et habitée n'est pas visitable.

 

Nom des différents propriétaires :

  Bien que le château ait appartenu à la même famille depuis sa construction, avec les mariages, le nom des propriétaires ne fut jamais le même :

- Saint Astier,

- Chabans,

- Sanzillon,

- Baylie,

- Cumond,

- De Reviers.

Baissez le pont et ouvrez le double vantail, Le Chevalier Dauphinois arrive !

 

Histoire du château :

* Au début du 14ème siècle, à cause de la Guerre de Cent Ans, pour se protéger contre les Anglais et leurs terribles Routiers, construction d'un château défensif et habitable. Le château prend le nom de Baconie.

* En 1387, les troupes Anglaises attaquent, occupent puis pillent pour la 3ème fois le bourg de Saint-Laurent. Les religieux décident de transporter le Saint-Sacrement en lieu sur. Le Château de Baconie est la destination.

* A la fin du 14ème siècle, le château change de nom pour devenir en patois local : Lioc-Dioc.... Le lieu de Dieu, puisque le Saint Sacrement y repose.

* Au 15ème siècle, suite à l'invention des armes à poudre, modernisation des systèmes défensifs et ajout de tours.

* Au 16ème siècle, aménagement du logis.

* Au 17ème siècle (?), construction du pigeonnier octogonal sur piliers.

* En 1878, restauration du château. Comme souvent en ce siècle, l'architecte (un disciple de Viollet le Duc ?) a surenchéri les systèmes défensifs. Conséquence : Multiplication excessive des mâchicoulis et crénelages.

* En 1959, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis les routes. La visite du site est interdite. Veuillez respecter le silence et la tranquillité du lieu.

 

Quelle puissance défensive !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

 

Le bourg :
       Vais je pouvoir me délecter de cette maison forte ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Saint Projet Saint Constant est situé à 80km à l'Ouest de Limoges, à 20km au Nord-Est d'Angoulême et à 3km à l'Ouest de La Rochefoucauld.

   Coordonnées du bourg :

45° 44' 15.922" N
0° 21' 20.077" E
 45.737756°
 0.355577°

 

La maison forte : 
        L'extérieur :
Préambule

    Une maison forte n'a pas la puissance d'un vrai château fort et encore moins le romantisme d'une ruine. Mais ce type de construction est fascinant par la simplicité et l'efficacité de ses systèmes défensifs.

    Certes, son but n'a point été de résister à une attaque d'une puissante armée. Elle assure une défense contre quelques brigands et surtout elle marque un territoire et affirme la présence de ses habitants.Diantre !.... Elle est belle !!!!

   C'est donc un vrai plaisir pour moi d'immortaliser  ce type de construction et j'espère que vous en prendrez autant à découvrir celle-ci.

 

La découverte
    A 1,3km au Sud-Ouest du bourg, cachée par quelques arbres, apparaît la maison forte de Beaumont parfois nommée : Maison forte de Saint Constant.

  En la contournant tout en respectant les champs et la propriété privée, mon oeil d'aigle voit quelques merveilles qui me font hérisser les poils de bonheur.

Ressentez vous un frémissement ?

 

L'analyse 

    Je ne m'attendais pas à un tel spectacle et une telle diversité de systèmes défensifs. 

  Evidemment, comme cette maison forte date de la fin du Moyen Âge, l'arme à feu existait donc il ne peut point y avoir d'archère droite,. Mais le nombre de défense est impressionnant.

    Voici ma liste.

L'étage supérieur est très défensif

 

Les système défensifs 

1 - Une construction en encorbellement. Comme point de porte j'ai vu en dessous, j'ose affirmer que ce sont des latrines.

Avez vous vu le trou dans la paroi ?

Bien que cette ouverture soit pour amener de la lumière à cette "petite pièce", sa forme circulaire est peu classique pour un puits de lumière.

2 - L'ouverture de tir à droite des latrines. L'ébrasement (voir vocabulaire) extérieur permet un plus grand angle de tir pour arme à feu.

3 - Une ouverture de tir en angle. Cette caractéristique est assez rare pour être notée.

Avez vous remarqué la qualité du parement d'angle ?

4 - L'autre face comporte aussi une construction en encorbellement. Puisqu'il y a une ouverture en dessous, vous avez reconnu une bretèche.

Une bretèche avec des consoles très décoratives

Avez vous remarqué la beauté des consoles formant le "mâchicoulis" ? 

5 - De chaque coté de la bretèche, les petites ouvertures carrées ne sont point des trous de boulin mais des systèmes de tir protégeant la longue façade.

6 - L'angle coté droit possède aussi une fente de tir.

7 - L'autre morceau de façade possède aussi son système défensif avec ébrasement extérieur.

8 - Je pressens que la console orpheline (sur la droite) sont les restes d'une bretèche protégeant la fenêtre en dessous.

9 - Dans la continuité de la maison, avec des pierres jointives et correctement taillées, une curieuse échauguette apparaît. Elle possède des trous avec ébrasement extérieur facilitant l'angle de visée et de tir.

 

Une échauguette presque intemporelle !

C'est la fin
    Comme moi, vous pensiez qu'une maison forte est beaucoup moins intéressante qu'un château fort, même en ruine.

Que nenni !

    Avec cet exemple, vous avez la preuve que toutes constructions, fortifiées par nos ancêtres, sont dignes d'intérêt.

 

        L'intérieur :
  La propriété est privée et non visitable, je me console en admirant le paysage

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 15ème siècle, construction de la maison forte (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la tranquillité du site. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

Une maison forte, très forte en surprises !

       Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département  40 - LANDES

Le bourg :

Sont ce vraiment des pierres d'un rempart ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Montaut est situé à 20km au Sud-Ouest de Mont de Marsan et à 5km à l'Est de Mugron.

    Coordonnées du bourg :

43° 44′ 30″ N 0° 39′ 18″ W
 43.741667°   -0.655°

 

Le site fortifié :

    L'extérieur :

La découverte

    En arrivant dans un bourg fortifié, je sais que 1000 ans d'histoire guerrière et un 19ème destructeur de vestiges pour faire "moderne" ne laissent que rarement des constructions intéressantes.

    Montaut n'étant pas connu pour concurrencer Carcassonne , je pressens qu'il me faudra un peu d'imagination et une grosse loupe pour trouver des preuves. C'est pour cela que je m'extasie devant ces pierres fleuries.

Pensez vous que ce soit des traces médiévales ?

 

L'enquête commence

    En levant les yeux, je découvre un mur fait de pierres pauvrement taillés. La datation m'est impossible et je dois encore chercher d'autres indices.

      Quelques dizaines de mètres plus loin, le mur comportent des trous de boulins. Même s'il est vrai que cette curiosité architecturale n'est pas une preuve que ce mur est médiéval, cela signifie au moins qu'il n'est pas récent. Je reprends espoir.

    Et c'est à quelques minutes de marche que mes yeux clignotent de joie.

Voyez vous cette merveille ?

    Certains esprits chagrins vont rétorquer : "Chevalier, des soutènements pour des murs qui s'effondrent sont classiques dans nos campagnes". Je leur donne raison, mais trop d'indices ne peuvent pas être en ma défaveur tout le temps.

 

La truffe au sol

    Tel un chien de chasse, je renifle chaque pierre pour trouver LA preuve que ce bourg a été fortifié au Moyen Âge. Épuisé de regarder le sol sous le chaud soleil Landais, je me mets à l'ombre en levant les yeux et là.... je suis en transe.

Devant moi, droite, fière, immense, imposante, une tour me regarde !

 

La tour de défense

    Cette tour parallélépipédique (hélas avec un crépi récent) comporte un crénelage paraissant "trop moderne".  Sur la droite en encorbellement, une tour escalier comporte des ouvertures de lumière pouvant servir d'archère. L'ouverture basse était certainement la porte fortifiée du bourg.

    Et là j'entends encore certains esprits chagrins me souffler dans l'oreille :

" Chevalier, à droite de la tour nous voyons une église,

possédant une porte formée de 3 arcatures ogivales

retombant sur des chapiteaux à décors végétaux avec

deux magnifiques angelots sur le tympan

portant les clefs pontificales et la tiare de Saint Pierre.

Es tu certain que cela ne soit point simplement le clocher de l'église ? "

 

Admiratif de vous je suis

Wahouu !!!

J'ai vraiment des lectrices et lecteurs aux yeux d'aigle

et à la connaissance architecturale très développée.

    Au Moyen âge, il était habituel de "poser" l'église contre le rempart. La transformation de cette tour-porte du bourg fortifié en clocher d'église s'est certainement faite au 16 ou 17ème siècle.

      L'autre face de la tour ne me donne pas plus d'indice mais montre une église dont les fenêtres à remplage et colonne centrale traduisent une construction Gothique.

 

    L'intérieur :

          Il n'est pas possible de visiter la tour. Je me console en regardant l'immensité des plaines Landaises.

 


Histoire :

* Au 13ème siècle (?), construction d'une église d'architecture Romane.
* Au 15ème siècle, construction d'un collatéral coté Nord de l'église.
* Au 16ème siècle, construction de la nouvelle église sur l'emplacement de la première.
* Au 17ème siècle, un portail en chêne massif est posé.
* Au début du 20ème siècle, une tornade emporte le toit pointu de la tour-clocher. Ce toit est remplacé par un crénelage en béton.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et de la tour est libre et gratuite. La visite du clocher-tour est interdite.

 

Quelle étendue de plaines

 



  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 06:30

En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

Résumé :

    « Dans la perspective du succès de  "L'Archéologie vue du ciel", cet ouvrage inventorie les plus beaux exemples de châteaux forts et de fortifications en Europe, de la Turquie au Portugal, au terme de plusieurs campagnes de photographies aériennes.

   Une place importante est réservée à la France et à l'Italie où les ingénieurs des XIIe et XIIIe siècle pour la première, et des siècles suivants pour la seconde ont acquis une maîtrise inégalée de l'architecture défensive.

   Il suffit de citer des ensembles comme les enceintes d'Aigues-Mortes, d'Albi, de Carcassonne, d'Avignon ou encore des édifices comme Angers, Vincennes, Biron, Château-Gaillard, Gisors, Lassay, Pontivy ou la Roche-Guyon, pour faire renaître un patrimoine qui ponctue toujours le paysage français et dont les volumes, les massifs et les plans redoutables apparaissent ici pour la première fois dans toute leur dimension, grâce à la photographie aérienne.

   Les édifices les plus importants ou les plus pittoresques du Portugal, de l'Espagne, de l'Allemagne, de la Grèce et de la Turquie introduisent d'autres courants architecturaux insérés dans leurs panoramas respectifs.

   Au total, on reste confondu par la variété des formes, l'ingéniosité des partis défensifs, la beauté des murailles qui protègent les villes, la stéréotomie des volumes et des élévations, tours, donjons, remparts, glacis qui dominent imperturbables, comme jadis, les vallées, les défilés et les cours d'eau de notre vieille Europe....
»
 
 
Mon avis :
Voir autrement les beautés médiévales !
         

      Durant des années, j'ai visité de nombreuses ruines, et parfois des châteaux entiers. Malgré mon "expérience" de l'architecture de cette époque, j'avoue avoir parfois quelques difficultés à comprendre l'aménagement des bâtiments.
     Ce livre évidemment ne montre pas "MES" ruines (ne soyez pas irrités si je suis un peu possessif, je vous les prête avec ce blog). La vision des grands châteaux très connus permet de mieux comprendre l'association des constructions avec le terrain et l'intelligence dont faisait preuve les architectes pour faire évoluer les défenses avec l'amélioration des armes d'attaques.

 

     Dans cet ouvrage, j'ai été en admiration devant de nombreuse photos.
 

     Il ne faut pas acheter ce livre pour la prose, ni pour avoir des informations techniques ou chronologiques. C'est avant tout un livre d'image avec un peu de texte, et surtout des photos que nous ne pouvons pas faire. Cet ouvrage est un bon complément  à celui ci  et  aussi celui là.
 
  Alors mesdames, si votre amoureux est un fou (comme moi) de châteaux médiévaux, faites lui ce cadeau. Ses yeux brilleront à chaque page, et vous pourrez le regarder avec lui en posant votre tête sur son épaule.
 

Petite annonce :  Chevalier disposant de ce livre dans sa bibliothèque, et possédant au moins une  solide épaule, recherche canapé et tête de princesse pour relire cet ouvrage.... à tête reposée.
  Faire réponse sur : 3615  code  Quinenveut

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 09 - ARIEGE

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Bonnac est situé à 70km à l'Ouest de Carcassonne, à 60km au Sud de Toulouse et à 7km au Nord-Nord-Ouest de Pamiers

     Coordonnées du bourg :

43° 10′ 1″ N 1° 35′ 36″ E
 43.166944°  1.593333°

 

L'église : 
        L'extérieur :
 

bonnac-eglise-01 Préambule

* C'est mon dernier jour de vacances.

* Mes jambes sont lourdes d'avoir marché durant 2 semaines.

* Après avoir visité la magnifique cité de Mirepoix...

* ...Je rentre tranquillement vers mon logis provisoire proche du château de Foix.

* Quand soudain, une construction me fait face !

bonnac-eglise-02
bonnac-eglise-11

La découverte

* Surpris par cette curieuse église, je consulte mon dictionnaire des châteaux forts car je pressens....

* ... Que ce bâtiment a pu être fortifié.

* Depuis 800 ans, j'ai acquis un 6ème sens....

* ...Même s'il est vrai que la plupart du temps, c'est mon destrier qui me signale les sites à voir.

* Mais c'est cela les vieux couples, chacun donne de l'importance à l'autre.

* Au point que nos idées ne font plus qu'une.

* Un grand personnage l'a dit mieux que moi. Veuillez l'écoutez ici.

bonnac-eglise-12-d
bonnac-eglise-21

Un clocher  fortifié ?

* Dans un premier temps, je ne remarque aucun système défensif.

* Je m'attarde donc à scruter le haut clocher.

* Avec son toit si "pointu", je ne pense pas qu'il ait été le symbole classique de la tour de guet.

* Mais avec une église, il faut toujours être vigilant...

* .... Car pour la conserver, les hommes l'ont souvent modifiée et consolidée.

 

Distinguez vous un signe ?

bonnac-eglise-22
bonnac-eglise-35  

Une archère

* Entre les classiques trous de boulin (voir vocabulaire), je vois une archère droite.

* Avec un peu d'attention, je l'imagine cruciforme.

* Et dans mon souci du détail, je suppose que cette archère est de type croix pattée.

Daterait elle du 14ème siècle ?

 

* Puisque je vois, derrière, la lumière du jour, je suppose que cet étage en possède au moins 2, si ce n'est 3 !

bonnac-eglise-36
bonnac-eglise-05

Le bâtiment adjacent

* Le mur de ce bâtiment possède les traces d'une ancienne construction.

Est ce à cause de la route que la nef a été amputée ?

bonnac-eglise-06
bonnac-eglise-45

Les traces

* Les multiples traces de constructions, démolitions, reconstructions sont visible sur ce mur.

Diantre... Quelle vie !

bonnac-eglise-46
bonnac-eglise-51  

Le chevet

* Je contourne l'église pour mieux la comprendre.

* Avec ses nombreux contreforts, le chevet me semble être d'époque Romane.

* Les fenêtres en hauteur empêchent les assaillants d'entrer facilement.

Y avait il une salle de repli ?

 

 

bonnac-eglise-52

 

        L'intérieur :
 J'étais si pressé que je n'ai pas pris le temps de découvrir l'intérieur de l'église. Un jour, peut être y retournerais je... 

 

 

Histoire de l'église :

* Vers 960, l'évêque Hugues de Toulouse donne les terres au chapitre cathédrale de Saint Étienne.

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est agrandie et fortifiée.

* Au milieu du 16ème siècle, l'évêque de Pamiers s'inquiète de l'état de l'église de Bonnac.

* A début du 17ème siècle, l'église est consolidée et réaménagée.

* Au milieu du 18ème siècle, une partie de l'église s'effondre.

* Au 19ème siècle, des bâtiments sont ajoutés et aménagés (sacristie, presbytère).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Cette ancienne église fortifiée mérite que l'on s'arrête pour la regarder

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 05:50

 En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

Résumé :

    « Loin des régions où se déroulent les principaux épisodes de la guerre de Cent Ans, Nathalie Nicolas, docteur en archéologie médiévale, a étudié les conséquences des principaux combats en Dauphiné.
   Dans cette province relativement épargnée, le passage récurrent des bandes de routiers - d'abord les Provençaux en 1368, puis les hommes de Raymond de Tarenne et du comte Jean d'Armagnac - perturbe le quotidien des habitants. S'ajoutent à ces incursions, des guerres privées qui accentuent le sentiment d'insécurité et fragilisent l'économie comme la société.
   Entre Provence et Piémont, toutes les autorités - principalement le dauphin, l'évêque de Gap et l'archevêque d'Embrun - organisent alors, avec plus ou moins de rapidité et de rigueur, la défense des villes. Les fortifications, leurs commanditaires et leurs constructeurs, forment le sujet de cet ouvrage.
   En plus de l'inventaire des coûts des aménagements défensifs et des installations domestiques des châteaux, la variété des textes - comptes de construction, rapports des maîtres d'œuvre, inventaires d'armes et de mobilier... rend compte des techniques de constructions utilisées.
   Les sources écrites mettent également en évidence ce que fut le quotidien des chantiers (matériaux, main-d'œuvre, modes de construction...) dans les châteaux et les villes de montagne à la fin du Moyen Âge. »
 
 
Mon avis :
Une étude poussée à l'extrème !
 
    Holalalalalalalala, quel livre .........Si vous aimez les tableaux de données, les chiffres, les graphiques, les schémas, les détails, les plans, les cartes et les photos annotées...... Vous allez être servis !
Ce livre est le résultat d'une thèse sur un sujet très "pointu" et rarement traité.
    Évidemment, cet ouvrage ne comporte aucune photo en couleur de jolis châteaux comme dans le Larousse, mais il possède une densité d'informations impressionnante. Un tel livre ne se lit pas en une soirée, et même ne se comprend pas à la première lecture. Mais on ressort grandi dans la connaissance du Dauphiné et aussi du moyen âge.
    Je le conseille aux Dauphinois bien sur, amoureux de leur région, mais aussi aux passionnés d'architecture médiévale.
  C'est vraiment un livre complémentaire aux écrits que vous connaissez si vous êtes un "fou" de cette époque.
 

Pour l'époque médiévale en Dauphiné, il existe d'autres ouvrages :
   - Pour l'Isère, une des vallées frontières : Le Grésivaudan.
   - Pour la Drôme : Les châteaux.

 

Venez "visiter" maintenant les châteaux de l' ISERE  ou de la  DRÔME   ou des HAUTES ALPES 

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article