Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 06:51

 

 

Département :  11 - AUDE Encore un petit effort pour découvrir cette merveille de l'amour courtois

 

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Puivert se situe à 40km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 25km au Sud-Est de Mirepoix (voir ses fortifications) et à 12km au Nord-Ouest de Quillan (voir son château).

 

  Coordonnées du château :

42° 55' 16" N02° 03' 25" E
 42.92126317° 2.0568895339°

 

 

 Je pressens que ce château va m'en faire voir de toutes les couleursLe château :  

     L'extérieur :

L'arrivée

* Depuis la petite route proche du parking, je laisse mon destrier et lentement je grimpe à pieds vers ce mythique château Audois posé sur plateau à 605 mètres d'altitude.

* Durant mon errance, je découvre le rempart coté Sud ainsi que la tour des Cas.

* Cette cubique construction possède des archères en étrier (évasée en partie basse) ainsi qu'une jolie petite fenêtre trilobée à l'étage supérieure. Je ressens dans ces pierres l'histoire médiévale

* L'ensemble (tour et rempart) est arasé, je ne peux pas savoir si mâchicoulis ou hourdage (voir vocabulaire) existaient.

* Ce site castral est construit sur une butte au dessus d'un lac aujourd'hui disparu (voir la légende).

* La protection contre une attaque est assurée par un à-pic sur trois cotés.

* Seule la façade coté Est permet un accès facile pour l'assaillant... et pour moi.

 

 

 Un château aligné sur l'axe EST-OUESTLe plan pour mieux comprendre

1 - Esplanade d'accès coté Est.

2 - Tour porte précédée d'un fossé.

3 - Tour du Cayre ou Quayre.

4 - Cour intérieure (basse cour).

5 - Tour carrée ou des Car ou Gaillarde ou Gualharde.

6 - Tour Bossue.

7 - Tour Vert.

8 - Porte de Chalabre.

9 - Donjon de 35m de haut.

10 - Ancienne poterne (petite porte de repli).

11 - Grosse tour.

12 - Tour de la Trésorerie ou du Treseaux.

13 - Habitation et citerne.

21 - Écuries.

22 - Grenier.

23 - Escalier des remparts.

 

  Particularité :

* De nombreux archéologues estiment que le château primitif était positionné sur la plateforme à l'Ouest (à gauche).

* Cela avait l'inconvénient de laisser beaucoup de place sur la droite pour les assaillants. Ces derniers pouvaient installer facilement des machines de jet.

* Pour éviter ce vide, le "nouveau" château a été précédé coté Est (à droite) d'une imposante basse cour.

* Ainsi, les assaillants avaient moins de liberté et les villageois pouvaient se réfugier avec leurs animaux.

 

 Sentez vous le parfum de l'aventure médiévale ?

La façade Est

* L'entrée étant l'endroit le plus facilement attaquable, une attention particulière a été portée sur cette façade.

A - Sur la gauche, une tour ronde (certes un peu arasée).

B - Sur la droite, une tour ronde presque entière (repère 3 sur le plan). Sa base est évasée et elle possède sur plusieurs niveaux d'archères en bêche. Ces verticales fentes permettent la défense sur 270°.

C - Entre chaque ronde tour et la tour porte, les courtines possèdent de hautes archères droites en bêche et en étrier (cela est curieux).

* L'ensemble des constructions ayant perdu leur "sommet", je n'ai aucun indice affirmant que crénelage, hourdage ou mâchicoulis existaient.

 

 Une entrée très bien fortifiée

La tour-porte

* L'entrée est précédée d'un fossé.

* Je ne vois aucun indice de présence d'un pont levis.

* La tiour carrée mesure 9m de coté.

* La défense est assurée de chaque coté de la porte par des archères en étrier puis au 1er étage par des archères en bêche.

* Des archères en étrier assuraient aussi la défense des courtines.

* Pour mieux comprendre le système défensif, voici un schéma.

 

 

Je vais tenter d'entrer

* Même si votre Chevalier n'est point belliqueux, il est prudent de montrer "patte blanche" et d'avancer avec lenteur.

* La herse est relevée, ce qui est bon signe.

* Au dessus, le blason des seigneurs de Bruyères (un lion à la queue fourchue et nouée) ne me tombe point sur la tête.

* Je ne vois pas de piège le long des rails de la herse.

* Je traverse prudemment la porte en arc brisé à double claveaux.

 

 

     L'intérieur :

 

Pour entrer dans le château, veuillez cliquer ICI

 

 

Ce château unique est le Graal de ma journée

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 11

Vers Menu

châteaux de l'Aude

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 06:30

 

   
michel-j-01    Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département :  27 - EURE

 Façade principale coté Sud-Est

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Boissey le Châtel est située à45km au Nord-Est de Lisieux, à 28km au Sud-Ouest de Rouen, à 15km à l'Ouest d'Elbeuf et à 10km au Nord-Nord-Est de Brionne (voir son donjon).

 

  Coordonnées du château :

49° 16' 27.03" N0° 47' 12.71" E
 49.274175° 0.786864°

 

 

Description du château 

     L'extérieur :

La découverte

* Construit sur un plan rectangulaire, le corps de logis cantonné de deux tours d'angle constitue l'archétype des constructions de plaisance du 16ème siècle.

 

 

 Porte d'entrée du château

 La façade Sud-Est

* Edifiée sur un robuste soubassement en damier de silex et grès, l'élévation fait un large appel à la brique de pays, notamment pour les deux tours d'angle dont l'aspect est agrémenté d'une décoration, en brique noire surcuite, en losanges au premier étage et en cordons au deuxième, la pierre n'apparaissant qu'aux encadrements de baies et aux bandeaux à chaque niveau.

 * La pierre redevient prédominante pour les façades du corps de logis, la brique n'apparaissant plus que dans la maçonnerie des meneaux entre baies.

* Largement sculptée dans sa travée centrale ornée de minces colonnes latérales, cette pierre est magnifiquement ouvragée sur les grandes lucarnes du comble où l'on retrouve sur leurs frontons le porc-épic de Louis XII et la salamandre de François Ier (voir liste des rois).

* Ces lucarnes étaient au nombre de trois. Celle du centre a été supprimée au 19ème siècle pour lui substituer trois lucarnes de dimensions plus modestes.

 

  Façade arrière coté Nord-Ouest

 

 La façade Nord-Ouest

* La façade arrière est la première que l'on découvre en arrivant à Tilly.

* Tout aussi Renaissance, mais d'une décoration beaucoup moins riche, la brique y prédomine, la pierre n'apparaissant plus qu'au pourtour des baies, dans les meneaux et en alternance avec la brique dans les chaînages d'angles.

* Cette grande tour circulaire est un ajout malencontreux du 19ème siècle.

* La ronde construction se termine par un original belvédère surmonté d'un lanternon.

* L'ensemble est couvert d'un immense comble en ardoise encadré par des souches de cheminées monumentales en brique ouvragée.

 * Par ses proportions parfaites et la richesse de son ornementation, le château de Boissey compte parmi les réalisations de style Renaissance les plus remarquables de Normandie. 

 

 

  Vous êtes en Normandie !

 Le parc et les bâtiments annexes

* La création d'un parc paysager au 19ème siècle a fait disparaître une bonne partie de l'enceinte basse clôturant le domaine, à l'exception de quelques petites tourelles rondes coiffées de poivrières.

* A remarquer dans la ferme voisine du château l'ancien colombier seigneurial bâti sur une base octogonale et réalisé en brique décorée de motifs en chevrons ou croisillons en brique surcuite.

* Des dépendances en colombage que l'on longe en arrivant au château, on retiendra essentiellement le corps central du 16ème siècle avec sa loggia à l'italienne, en cours de restauration, très caractéristique des constructions de cette époque.

 

 

 

Hommage

* Saluons le courage et l'énergie qu'il convient de déployer pour restaurer un ensemble de cette envergure.

 

 

 

     L'intérieur :

* Le château est un domaine Privé pour les mariages, séminaires, réceptions.

* L'intérieur n'est pas visitable mais il est possible de louer une chambre pour un merveilleux week-end de plaisir et sensualité.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, un château fort est construit par le seigneur de Boissey.

* En 1066, le seigneur de Boissey accompagne Guillaume le Conquérant, Comte (voir titre de noblesse) de Normandie (voir liste), dans sa chevauchée victorieuse à Hastings.

* A la fin du 15ème siècle, proche des vestiges du vieux château fort primitif, Guillaume Le Roux, (personnage considérable, voir une de ses réalisations) est possesseur du site.

* En 1528, construction de l'actuel château en plein épanouissement de la Renaissance.

* A la fin du 16ème siècle, Robert Le Roux, second fils et conseiller au Parlement de Normandie comme son père, hérite du château.

* En 1780, le Baron de Blangy, un cousin de la famille Le Roux devient propriétaire par legs. Ce brillant militaire permet peut-être au château d'être épargné par la Révolution.

* Durant le 19ème siècle, cette famille de Blangy effectue quelques aménagements de façades dont certains peu souhaitables comme ce fut souvent le cas en ce siècle où l'on est davantage sensible au confort des lieux qu'à leur harmonie.

* En 1897, le château change de main et devient la propriété d'un industriel Rouennais, M. Lainé-Condé qui entreprend des travaux d'une toute autre ampleur, aménageant en particulier les combles pour y créer des chambres éclairées par une suite de lucarnes ouvragées en zinc.

* En 1932, le château est vendu.

* Entre 1939 et 1945, le château est occupé par les troupes allemandes.

* En 1948, le château est acheté par la commune pour y créer des logements sociaux, puis lui chercher vainement une affectation culturelle.

* Le troisième quart du 20ème siècle est une période d'incertitude, mise à profit par les vandales et les voleurs.

* En 1990 M. Olivier Faivre et Mme Mathilde Josso achète le château et assurent une courageuse restauration.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est difficilement possible à cause des grands arbres. La visite du parc et de l'extérieur du château est possible moyennant quelques piastres. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture et les possibilités de réservation des chambres. 

 

Façade arrière Nord-Ouest - Sobre et pourtant si Renaissance

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 07:51

 

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  

 

Cet incroyable donjon est-il encore visible ?Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Ambleny est située à 60km au Sud de Saint Quentin, à 30km à l'Est de Compiègne et à 15km à l'Ouest de Soissons.

 

  Coordonnées du château :

49° 22' 50" N03° 11' 02" E
 49.380630807° 3.1838893890°

 

 

Le château

     L'extérieur :

Comment rassasier Le Chevalier !

* Durant ma croisade en terre Picarde, je dépense tant de calories qu'il me faut parfois stopper ma recherche de châteaux ou d'églises fortifiées pour me sustenter.

* C'est ainsi que j'arrive dans la commune d'Amblény pensant trouver une épicerie.

* Hélas, fermée elle est.

Suis je déçu ?

* Que nenni car j'ai vu une curieuse représentation au dessus de la porte.

Pensez vous que cette beauté existe encore ?

 

Voyez vous ce qui va être le bonheur de ma journée ?

 

Eglise et.....

* Très intrigué par ce dessin, je me retourne, la truffe au sol.

* Je vois l'église Saint Martin, construite au 12ème siècle mais très remaniée au 16ème siècle.

* Plus loin, je vois, je vois.....

Est ce un rêve ?

* Point rêverie cela est, car mes yeux s'écarquillent et mes poils de castellologue amateur se dressent.

 

 

Le plan

Quelle incroyable architecture !

* Pour mieux la comprendre, je sors de ma poche le plan de ce château réalisé par un historien.

- N'êtes vous pas étonnés que je sorte une feuille de ma poche alors que :

1 - Il n'y a en pas dans mon armure de castellologue amateur.

2 - Je vous ai fait croire au début que j'étais simplement venu me sustenter.

Serais je un peu menteur ?

* Par rapport au plan, le fossé, le logis et les 2 remparts extérieurs ont disparu, il ne reste que le puissant donjon central.

 

 Moi qui les aime rondes, je suis aux anges devant elle

A quoi ressemble-t-il ?

* Les spécialistes en architecture médiévale décrivent le donjon ainsi :

- C'est un carré aux angles duquel se sont démesurément développées 4 tours cylindriques engagées...

...ou...

- Un faisceau serré de 4 tours cylindriques séparées par de brèves courtines de même hauteur.

 

 

Les mensurations de cette beauté

* Le donjon a une base extérieure de 16 mètres par 14 mètres.

* Les tours ont un diamètre extérieur de 7,5 mètres.

* Sur deux cotés la courtine a une largeur de 2 mètres, sur deux autres cotés la largeur est de 4 mètres.

* La hauteur actuelle est d'une vingtaine de mètre. Avant 1792, un étage supplémentaire existait.

 

 

Que voir ?

Voila une belle avec de ravissantes rondeurs

* Ma 1ère constatation : Ce site castral n'est posé sur aucune butte, ni naturelle ni artificielle.

* Pour un château du 12ème siècle, sa structure quadrilobée (tout en rondeur) est surprenante. L'architecte a été très novateur.

* Cette tour maîtresse est si imposante que l'historien Denis Rolland affirme : "Dans de nombreux textes relatif à Amblény, le mot donjon est plus souvent usité que château".

* La face coté parking (située à l'Est) montre une porte positionnée à plusieurs mètres du sol.

* Cette entrée n'était accessible qu'à l'aide d'une passerelle en bois rétractile. Elle était protégée par un pont levis dont les traces se devinent.

* Le mur situé au fond, proche de l'entrée me fait penser qu'un coude forçait l'assaillant à entrer dans un "sas".

 

Faut il avoir des ailes pour entrer dans le donjon ?

 Quelle puissance et quelle qualité de parement

Les surprises continuent

* La qualité des parements et des joints m'impressionne.

* La façade coté Sud est évidemment dépourvue de porte.

* Au niveau inférieur, les courtines possèdent des fentes de 1,7 mètre de haut pour 15 centimètres de large. Leur fonction était l'entrée de la lumière et la ventilation des réserves.

* Quelques rares fentes verticales apparaissent. Elles ressemblent à des archères.

* Je suis étonné de ne point voir d'archères cruciforme (voir vocabulaire) ni d'arquebusière et encore moins de canonnière.

Le donjon a-t-il été figé défensivement ?

Les propriétaires comptaient-ils sur l'épaisseur des murs pour résister à tout ?

* Le premier étage est éclairé par une petite fenêtre sur 3 des 4 courtines (rappel : La 4ème possède la porte d'entrée).

Avez vous remarqué l'agrandissement de l'ouverture au Sud

pour devenir une fenêtre à trumeau

(aujourd'hui partiellement obturée) ?

 

 

 Le symbole républicain côtoit avec fierté la référence médiévaleCuriosités

* Le troisième étage comporte quelques mystérieux détails d'architecture.

* Mon étonnement n'est point causé par la suppression de l'étage supérieur qui devait comporter crénelage et peut être mâchicoulis.

* Je suis esbaudi par les ouvertures surtout celle supérieure :

Que voyez vous ?

* Evidemment, la fente située au 2ème étage ressemble à une archère, mais l'ouverture rectangulaire au dessus est surprenante.

* Ce n'est pas une porte et encore moins une fenêtre.

* En observant mieux cette curiosité, je remarque des trous carrés de chaque coté en partie haute et des encoches en bas.

Serait ce pour un hourdage ?

* Si la réponse est "OUI", cela signifie qu'il n'y avait pas de mâchicoulis sur les tours.

* Si la réponse est "NON", ma seule supposition est une construction en encorbellement pour... heu... des latrines (?)

* Sur la courtine au 2ème étage, un rebouchage m'intrigue.

Etait ce une fenêtre ?

 

 

 

Pour la suite de la visite, veuillez cliquer ici.

 

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 06:02

 

 

Département 12 - AVEYRON

 Ma carte m'informe qu'un château se cache ici !

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sainte Geneviève sur Argence est située à 50km au Nord-Nord-Est de Rodez, à 35km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 25km au Sud-Est d'Aurillac.

 

     Coordonnées probables du château :

44° 48' 33" N2° 43' 29" E
 44.809296° 2.724692°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Mais où est il ?

* Après avoir visité l'église fortifiée d'Orlhaguet proche de Sainte Geneviève sur Argence, je me dirige à 2km à l'Ouest pour découvrir l'ancien château fort de Mels.

* Perdu dans la forêt sans véritable chemin balisé, le site est difficilement repérable sans carte précise.

 

 Pierre qui roule... Ramasse la mousse !

Se cache-t-il ?

* Bien que la marche dans l'ombre matinale soit agréable, je ne suis point venu en ce lieu pour randonner. Je cherche les traces d'un château fort.

* Les pierres rondes sont nombreuses mais elles ne ressemblent guère à celles utilisées pour le parement d'un rempart ou d'une courtine.

* Proche de mon pied gauche, une pierre m'interpelle.

Pensez vous que ce soit une preuve ?

 

 

        L'intérieur :

Vais je trouver ?

* La truffe au sol comme les plus grands (joueurs), je cherche les indices mélangés aux herbes, à la mousse et aux racines. Lentement j'avance.

* Mais à chaque pas, mes espoirs s'amenuisent. Je ne vois rien.

* Soudain, j'entends rire derrière moi :

"Lève la tête stupide Chevalier soit disant expert !"

 

 

La découverte

* Dans la myriade de couleurs (causée par mes yeux trop longtemps dans la poussière), je distingue une haute construction enlacée par la végétation.

* Mon destrier avait raison, parfois, il faut savoir lever la tête.

- La construction semble mesurer 7 mètres de haut.

- Elle est composée de gros blocs de granit.

- Bien qu'il soit impossible de définir la fonction, mon instinct de castellologue-amateur pressent que ce fut le donjon.

 

Conclusions

1 - La patience est la base d'un "découvreur" de ruines castrales.

2 - Il est important de regarder le sol, souvent riche d'indices.

3 - Mais il faut aussi savoir regarder l'environnement.

4 - Être attentif, savoir prendre du recul.

5 - Avoir les sens aux aguets permettent de voir.... l'invisible.

  Avec ces conseils :

A - Auriez vous vu cette sculpture en redescendant dans le village ?

B - A quoi vous fait elle penser ?

 

 

Histoire du château :

* En 1150, le château est "habité" (plutôt propriétaire) par Astorg de Peyre, le plus puissant Baron (voir titre de noblesse) du Rouergue.

* En ce 12ème siècle, les habitants sont tenus chaque jour de faire le guet depuis la tour du château. Ils ont aussi l'obligation de son entretien.

* Au 13ème siècle, la famille de Blanquefort possède un quart de la seigneurie.

* Au 14ème siècle, la famille de Bénavent possède la seigneurie et la garde durant 3 siècles.

* En 1673, par mariage, Anne de Bénavent donne la seigneurie en dot à la famille Crucy-Marcillac.

* En 1677, le château est décrit comme "possédant deux corps de logis précédés d'une cour entourée de hautes murailles".

* En 1770, la seigneurie est possession du sieur Verdier de Suze.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez respecter le site et la propriété privée. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

Sentez vous la présence historique ?

    

 

 

   Cliquez pour eller au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 08:03

 

Département 24 - DORDOGNE

 Maman, les petits bateaux ont ils des jambes ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Vézac est située à 60km au Sud-Est de Périgueux, à 55km au Nord-Ouest de Cahors et à 5km au Sud-Ouest de Sarlat La Canéda.

   Coordonnées du château :

44° 49' 37.6" N 1° 10' 41.9" E
 44.827111°  1.178306°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

     Après avoir visité le château troglodytique de La Roque Gageac, je me promène le long de la rivière Dordogne en regardant passer les Gabarres. Soudain, à la sortie du bourg, sur le territoire de la commune de Vézac qui jouxte La Roque Gageac, une massive construction attire mon attention.

Est ce un château médiéval ?

Ou une reconstruction ?

 

L'enquête commence

1 - Un rempart (certainement crénelé) entoure l'actuel château.

2 - De gauche à droite : Un tour défensive, le donjon, la chapelle.

3 - La montagne rocheuse a-t-elle fourni les pierres du château ?

4 - Bien que percé de fenêtre à meneaux en croix, le donjon est très défensif.

5 - Archères, mâchicoulis (voir vocabulaire), chemin de ronde crénelé sont bien des astuces défensives médiévales.

6 - Le donjon n'est pas carré mais rectangulaire.

7 - Les archères cruciformes en bêche me font dater le site du 13ème siècle.

8 - La présence de fenêtres dans la courtine prouve que la vie continue dans le château.

 

1 2 3 4 5 6 7 8

 

Est il médiéval ?

  Même si la question n'est pas vitale,

il est important de définir la date de construction

de ce trop beau château.

 

11 - La différence de qualité de la pierre entre le rempart et le bâtiment est surprenante.

12 - Si le donjon avait été médiéval, l'ouverture des fenêtres se serait certainement traduite par des arcs de décharge.

13 - Les pierres de la tour ronde sont trop parfaites, trop bien taillées, merveilleusement jointives malgré les siècles. Ce chemin de ronde couvert est donc une reconstruction.

14 - Les crénelages de gauche sont faux. Les bossages n'ont pas d'utilités. La verrue dans l'angle du donjon est inutile au Moyen Âge.

15 - La fausse échauguette est l'image d'une adaptation style Viollet Le Duc (19ème siècle).

 

11 12 13 14 15

 

Conclusion

    Cette merveilleuse réalisation n'est pas un château fort directement parvenu de l'époque médiévale. Mais il en restitue si bien les systèmes défensifs et l'aménagement des fonctions que j'ai eu plaisir à le découvrir.

L'appréciez vous aussi ?

 

    L'intérieur :

       La propriété privée n'est pas visitable. Par contre, il est possible de réserver le château pour passer une semaine de rêve avec un panorama unique et un dépaysement total.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'une léproserie.

* Au 19ème siècle, Charles de Beaupoil, Comte de Saint-Aulaire, modernise et aménage l'architecture du château en style Renaissance.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route. La visite de la propriété privée est interdite. Mais il est possible de louer le site et ainsi pouvoir accéder à ses entrailles.

Un château qui paraît médiéval et... qui n'en est pas un

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 06:55

 

 

Département 11 - AUDE

 Quelle curieuse architecture

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Montmaur est située à 50km au Nord-Ouest de Carcassonne, à 40km au Sud-Est de Toulouse, à 35km au Nord de Mirepoix (voir cette cité fortifiée) et à 10km à l'Est de Villefranche de Lauragais.

 

   Coordonnées du château :

43° 23' 35" N01° 50' 41" E
 43.3932163908° 1.84466779232°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

Ancien et moderne

* En arrivant coté Sud-Est de la commune, une imposante construction me fait face.

* Je suis en extase devant cette façade, mais.........

.......................... je suis dans le questionnement.

 

 Quelle dualité !.. Tours défensives et fenêtres de confort

Linéarité et rondeur

  * Si je fais abstraction du vestige de porte sur la gauche, je vois sur cette façade :

- Une tour ronde à chaque angle.

- Elles possèdent des canonnières sur plusieurs niveaux.

- Entre les tours, une longue courtine dont les étages sont percés de fenêtres à meneaux en croix certainement aménagées à la Renaissance.

- A l'étage inférieur, une puissante grille en fer empêche l'intrusion.

- Je suis étonné de ne pas voir de couleuvrine sous les fenêtres (voir un exemple au château de l'Herm).

 * Tours et courtine ont été arasées, il est impossible de deviner si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

 

 

 Cette porte m'emporte dans les siècles passésLa curieuse.... curiosité

* Sur la gauche de la façade Sud-Est apparaît une haute ouverture.

* Cette curieuse construction était la porte d'entrée du château permettant l'accès à la première cour.

* La défense était assurée par une bretèche.

* Des archères cruciformes auxquelles ont été ajouté des trous pour arme à poudre sont encore visibles.

* La présence de la salle de garde se devine en franchissant la porte.

 

 

La façade Nord-Ouest

* La façade opposée à celle qui m'a accueilli est beaucoup plus austère.

* Encadrée par 2 tours rondes, la courtine ne possède aucune fenêtre.

* Des pierres en encorbellement sont l'une des deux curiosités de cette courtine.

Quelle fut la fonction de ce vestige ?

* Puisqu'il n'y a pas de porte à défendre en dessous, j'opte pour des latrines.

Avec vous remarqué l'autre curiosité au dessus des latrines ?

* La pierre sculptée est une gargouille. Il y en a plusieurs sur les parois du château.

 

 Que la lumière soir et... l'arquebusière fut

Les systèmes défensifs

* Ce château ayant été construit au 15ème siècle, les traces d'archères primitives sont inexistantes. Les orifices pour armes à poudre sont nombreux :

- Canonnières et bouches à feu.

- Arquebusière sous les fenêtres.

- Arquebusière avec fente de visée.

* Sur certaines tours, il est possible de voir sous le toit, les consoles d'anciens mâchicoulis.

 

  * Question :

Pensez vous que les araignées

aient participé à la défense du château ?

 

 La protection de l'entrée semble avoir été mûrement réfléchie

La façade Sud-Ouest

* L'entrée étant la partie la plus fragile d'un château fort, je me demande si celle de ce château a fait l'objet d'attentions.

* Les 2 tours d'angle possèdent une canonnière proche du sol permettant un tir rasant, tir le plus dévastateur pour les assaillants.

* Sous le toit actuel, les ouvertures carrées m'informent qu'un chemin de ronde défensif existe.

* Une construction en encorbellement nommée bretèche possède :

- Des fentes de tir.

- Des mâchicoulis.

* L'entrée était obstruée par une herse dont je distingue les rails de guidage.

 

 

    L'intérieur :

Close porte

* Je suis face à la porte.

* Je me brosse pour être présentable, je lève la visière de mon heaume.

* Je tente de pousser la porte...... Point elle s'ouvre.

* Je hèle, je toque, je me manifeste.......Point elle s'ouvre.

 

 Un escalier moderne dans une tour du 15ème siècle

Voleur je deviens

* Vous connaissez l'expression : "Parfois j'aimerais être une petite souris".

* J'ai donc appliqué cette "possibilité" pour voler (en tout bien tout honneur de Chevalerie) quelques images à travers les ouvertures de tir.

* Les salles basses des tours sont propres, presque neuves. Les pierres sont jointives et correctement taillées.

 

 

Le ciel vient à mon aide

* Pour mieux appréhender ce château médiéval, je m'aide de mon satellite privé (ou presque).

* Le site est de plan quadrangulaire, formé par des logis disposés autour d'une cour intérieure.

* Dans chaque angle est aménagé une tour ronde.

 

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle ou au début du 13ème siècle, construction probable d'un château.

* En 1209, début de la croisade des Albigeois. Des "hérétiques" se réfugient dans le château. Ils sont sous la protection de Sicard de Beaufort et de Bertrand de Montmaur.

* En 1211, la seigneurie est attaquée par les troupes Royales commandées par Simon de Montfort.

* En 1212, Sicard de Beaufort se rebelle. Le château est à nouveau attaqué par les troupes Royales.

* Au 15ème siècle, le château est reconstruit sur les bases de l'ancienne fortification (à vérifier).

* En 1577, le château est pillé puis partiellement endommagé durant les Guerres de Religion.

* Au 18ème siècle, le château est remanié.

* En 1926, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite des entrailles de cette propriété privée est interdite.

 

Quel incroyable système défensif !

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 11Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 06:55

 

Département 09 - ARIEGE

     Voyez vous une fortification médiévale ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Lacourt est située à 80km au Sud-Sud-Ouest de Toulouse, à 45km au Sud-Est de Saint Gauduns, à 35km à l'Ouest de Foix (voir son château) et à 5km au Sud-Est de Saint Girons.

 

     Coordonnées du château :

42° 56' 55" N01° 10' 40" E
 42.94876541° 1.17794036865°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Mais où est il ?

* Au Nord-Est de Lacourt, il y a une colline.

* Il semble logique qu'une structure de guet ait pu être aménagée au sommet pour surveiller la vallée du Sarlat.

* C'est donc d'un pas alerte que je grimpe le monticule sur un agréable sentier.

* Soudain, une curieuse indication me quémande de :

A - Rebrousser chemin.

B - Faire une virage à 360°.... ou presque.

Que vais je faire ?

 

Je pressens que cette beauté est faroucheLe mystère s'épaissit

* Ayant choisi la solution B, je me retrouve au sommet de la colline, à 550 mètres d'altitude.

* De suite, je suis émerveillé !

La voyez vous toute frétillante ?

*  Ne soyez pas déçu, ceci est le rempart extérieur.

* Certes, il n'est pas bien grand, mais ce n'est pas la longueur qui compte (n'est ce pas mesdames... hoooo), c'est l'ensemble de la prestation.

 

        L'intérieur :

Je repars dans le rempart

* En un bond, je franchis le rempart. Je suis donc dans le château.

* Je vois dans vos yeux grincheux et votre sourire moqueur que vous ne me croyez pas.

* Dans ce vestige il y a deux trous.

* L'un est pour un boulin (voir vocabulaire), l'autre est une ouverture défensive.

Etes vous convaincus ?

 

Elle me joue des tours

Noir comme un corbeau ou comme Zorro

* Je me retourne et je vois... je vois.... une tour.

* Je me précipite vers elle pour en faire le tour.

* Elle a un parement de piètre qualité.

* Pourtant sa brune couleur me fascine (pierre ferrugineuse).

* Ses dimensions ne la rendent pas habitable.

* A la base, le mur a une épaisseur de plus d'un mètre.

* Cette ronde construction ne semble pas avoir été le donjon du château.

* Lentement je m'approche d'elle. Je la sens fragile, je vais donc l'admirer avec précaution.

* Ses entrailles ne me montrent que peu.

* Elle ne possède pas d'escalier intérieur.

* La salle basse ressemble à un ratier.

Elle est penchée comme sa consoeur de Pise

 

Elle joue à la grande surface

* La surface plane de ce château est importante. Cela m'informe que ce n'était point un simple château de garde.

A quel puissant seigneur appartenait il ?

* Dans cette grande surface, il est possible de magasiner (comme disent nos cousins Québécois).

* Evidemment, la nourriture n'est point pour mon ventre mais pour mes yeux.

* Je cherche au sol les traces de mur, de tour, de constructions....

* Dans les hautes herbes, la difficulté est accrue.

* Je recherche les traces des 3 remparts dont le plus grand excédait 300 mètres de long.

* Je ne vais pas vous révéler mes trouvailles ainsi vous aurez le bonheur de chercher et trouver lors de votre venue en ce site médiéval.

* Avant de partir, n'oubliez pas de jeter un dernier regard (amoureux) vers cette tour "presque" intacte.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

* Au début du 10ème siècle, création du Comté de Comminges.

* En 1176, le Comte (voir titre de noblesse) Bernard III de Comminges décide de se retirer. Il partage son Comté en 4 (1 pour chacun de ses fils). La Vicomté de Couserans est créé. Elle est administrée par Robert Ier. Elle comprend de nombreux châteaux comme Encourthiech, Massat....

* En 1180, construction du château de Chunaut par Robert Ier, Vicomte de Couserans.

Comment le sais je ?.... Grâce à ceci.

* Au 16ème siècle, durant les guerres de religion, le château est souvent attaqué, repris, partiellement démoli et rapidement consolidé (à vérifier).

* En 1667, durant sa visite d'inspection des forêts Royales, Louis de Froidour décrit le château comme mal entretenu.

Est il déjà en ruine ?

* Vers 1900, les créneaux de la tour s'effondrent.

* En 1923, une demande de classement au titre des Monuments Historiques est faite. Hélas, le papier s'est perdu dans les multiples bureaux des fonctionnaires de la Capitale si peu préoccupés envers cette lointaine province qu'est le Couserans.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur de la tour est dangereuse. Le risque de recevoir une pierre n'est pas nul. Soyez très prudents.

 

 

Minimal et pourtant fascinant !

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 08:35

 

 

Département :  11 - AUDE  

 Faut il que je grimpe cette paroi abrupte ?

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Cette fière ruine fait face à Rennes le Château. Elle contrôlait la vallée de Sals. Le village de Coustaussa n'est qu'à 15km au Nord-Est de Quillan et à 45km au Sud de la cité de Carcassonne.

   Coordonnées du bourg :

42° 56′ 30″ N2° 16′ 44″ E
 42.941667° 2.278889°

 

 

  Origine du nom :

   Le 1er nom connu est Custodia signifiant :  Le veilleur de vallée.

Puis le nom se transforme :

- par contraction en Custoia,

- puis en Custode,

- puis en Coustaussan.....

 

 L'assaillant que je suis est assailli par la végétation

Le château :

     L'extérieur : 

La découverte

* Ce qui est surprenant en découvrant cette ruine de loin, c'est son importante superficie.

* Un rempart de 100 mètres de long sur 40 mètres de large est encore visible avec un peu d'observation et d'imagination, car les murs ont disparus partiellement et la végétation s'amuse à les cacher.

* La nature adore jouer avec mes ruines, quelle gamine.

 

 

La montée

*  Le château ne ressemble ni aux massives forteresses royales, ni aux petits châteaux de surveillance comme Blanchefort. C'est un compromis d'élégance défensive et de bâtiments de confort.

* L'accès au château devait se faire par le coté Sud grâce à une rampe et un pont.

* Aujourd'hui, il faut contourner le site par le Nord pour arriver devant la basse-cour.

 

 Est ce un donjon modernisé ou un logis seigneurial ?

    L'intérieur : 

  Le bâtiment

    Le bâtiment principal est au centre de ce "rectangle" de protection.

     La 1ère surprise, pour un castellologue amateur, est le manque d'emplacement d'un donjon.

     La tour maîtresse, qui en général a traversé le temps de la plupart des châteaux, est totalement absente à Coustaussa. Dans certains châteaux, le donjon est parfois transformé en grenier ou en tour d'escalier, mais ici, rien.

 

 

    La 2ème surprise est l'absence d'ouverture de défense, aucune trace d'archère, ni arquebusière, ni bouche à feu (voir vocabulaire). Cet ancêtre féodal a complètement supprimé ses traces des temps anciens. Le coté agressif d'origine a été gommé au profit d'une douceur "renaissance". Pourtant de loin, il paraissait massif et guerrier sur sa butte.

Curieuse opposition !  

 

 

 Que de lumière en cette ruine

   La 3ème surprise est la présence d'immenses salles. Certes, on les devine par les traces au sol car de nombreux murs ont disparus. Je discerne aussi de grandes fenêtres, des frises et des traces de sculptures. Cette ruine bien que médiévale a été presque reconstruite ou transformée à la renaissance. 

            Mais un détail trahit bien son origine : C'est une fenêtre en ogive romane.

 

 

Une curiosité

* Dans un angle à l'Ouest, il me semble distinguer les restes des latrines.

* Ces commodités sont un immense "tuyau" vertical en pierres desservant les 2 étages et la salle basse, pour aboutir en bas des remparts.

* Ce château devait appartenir à une puissante famille car il comporte à l'Est une architecture typique : Un pigeonnier.

 

 Que la lumière en cette ruine

Que de curiosités

* Une autre curiosité architecturale est la base d'une tourelle de flanquement (ou d'échauguette) sur l'angle du mur Nord-Est.

Pourquoi avoir gardé ce détail médiéval

sur un château si renaissance ? 

* Il est vrai que le triple encorbellement très soigné donne un luxe à cette façade un peu trop linéaire.

* Ce type d'architecture se retrouve aussi au château de Quillan situé à quelques kilomètres au Sud.

 

 

C'est fini

   Avant de quitter cette ruine et malgré la brume d'octobre, j'admire la vue sur la vallée.  

 

 

Diaporama du château, veuillez cliquer ICI

 

 

 

Histoire du château et du village :

* Vers 730, il semble qu'un site Wisigoth existe en ce lieu.

* Au 11ème siècle un village fortifié semble construit sur le plateau : "Villam quae vocatur Constantium".

* En 1157, à la demande du Vicomte (voir titre de noblesse) de Trencavel, un castellum est construit sur un éperon avancé de la vallée de Sals. Ce château est confié à Pierre de Villar.

* En 1210, durant la croisade des Albigeois, les troupes de Simon de Montfort prennent le château. Une parti des habitants fuit le village (il faut dire que la renommée de boucher et d'assassin de Simon sont une bonne raison de fuite).

* En 1211, le soulèvement de Castelnaudary pousse le seigneur de Coutaussa à se rebeller contre les "envahisseurs". Les troupes de Simon, commandées par Raymond Roger, font le siège devant le château. La reddition est rapide. Le village est incendié par représailles et le château partiellement détruit.

* En 1212, le territoire est confié à la famille de Montesquieu de Sault seigneur de Roquefort de Sault, plus "sage" que son ancien propriétaire. Le château ne fut plus jamais inquiété par des "ennemis".

* Au 16ème siècle, de nombreux aménagements sont réalisés pour rendre plus confortable cette belle bâtisse.

* En 1803, le château est vendu à un "marchand de biens".

* En 1819, un certain Azais, habitant d'Arques (voir le château), démantèle la ruine de Coustaussa.

* En 1820, des "bandits modernes" saccagent les restes, démontent les pierres importantes et les vendent aux habitants environnants. La nouvelle fonction du château de Coustaussa est : Carrière de pierres.

* En 1948, la ruine est inscrite dans la liste des Monuments Historiques. C'est toujours un monument privé.

* Au 21ème siècle, le château est  une propriété privée. Il est plus "poli" de demander l'autorisation. La découverte est risquée car les murs sont peu consolidés et le sol comporte de nombreuses pierres instables.

 

 

Ce château porte bien son surnom :  Le veilleur de vallée

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11Vers Menu châteaux de l'Aude
   

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 06:08

 

 

Département 30 - GARD

  Ne reste-t-il que ce pan de mur ?

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Sabran est située à 40km à l'Est d'Alès, à 20km au Nord-Est d'Uzès et à 6km à l'Ouest-Sud-Ouest de Bagnols sur Cèze (voir sa tour).

     Coordonnées du château :

44° 9' 6" N4° 32' 50" E
 44.151607036° 4.5473769307°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :

Préambule

* Il m'arrive parfois d'être perdu dans une ruine.

* Evidement lorsque les vestiges sont moins que minimaux, je ne sais pas où je pose mes chausses.

* Ce n'est pas toujours l'étendu d'un site qui me perd.

* La ruine peut être petite mais avec des bâtiments si disparates que mes bases de castellologue amateur s'en trouvent bouleversées.

* C'est ce qui m'est arrivé au château de Sabran. Mon imagination a vite été bloquée.

Peut être allez vous m'aider ?Comme je les adore ces constructions en encorbellement !

 

 

Là haut, des pans de murs

* Sabran est une petite commune construite sur une colline autour de son vieux château.

* Lentement, je m'avance vers le Nord pour faire la connaissance de cette construction médiévale.

* Bien que le sentier soit accessible, il offre une belle montée.

* Dans la végétation j'aperçois un vestige de mur (rempart ?) avec des pierres à bossage.

* A quelques mètres, un mur plus imposant m'étonne par sa hauteur et son absence de système défensif.

 

 

L'encorbellement est ma passion

* Quelques mètres plus haut, mon regard est attiré par une construction en encorbellement.

* Comme il n'y a pas de porte en dessous, j'opte pour des latrines.

* Je m'allonge en dessous pour sentir  (hihihi... évidemment, depuis des siècles, point d'odeur il y a).

* Je continue ma lente progression.

 Voyez vous tous ces indices de vie ?

 

         L'intérieur :

Un mur habitable

* Le vestige suivant, tout en hauteur avec un angle droit me fascine.

* En partie basse, je ne décèle aucun indice de vie.

* Mais à l'étage, je vois sur la gauche un beau vestige de fenêtre et à droite, une petite cheminée.

 

 

Il est très haut

* Un autre pan de mur ruiné me fait rêver.

* Les pierres sont magnifiquement taillées et très jointives, prouvant l'importance de ce bâtiment.

* Il montre sur la droite un mur d'une épaisseur importante.

* Au centre, plusieurs niches de taille différentes côtoient une haute ouverture dont la fonction m'échappe  (porte de liaison, latrines).

Avez vous remarqué la frise ?

* Au sommet, une belle ronde voûte donnait de l'ampleur à la salle où la damoiselle regardait par la fenêtre (dont apparaît le vestige à droite).

 

 

Est ce le donjon de Gruyère ?... hihihi

Une cubique construction

* Dans mon errance, je tombe nez à nez (ou plutôt pierre à heaume) sur un bâtiment cubique presque intact.

* Ses pierres extérieures sont parfaitement taillées et jointives.

* Le parement d'angle est très soigné. Pourtant, il est absent sur 2 angles.

Est ce du à une récupération par les villageois ?

* En m'approchant, je constate que le mur est très épais.

Etait ce le donjon habitable ?

 

 

Les entrailles du "cube"

* Il y a, hooo :

* Des salles en sous-sol,

* Des salles en "sur-sol",

* Des plantes grimpantes plantées certainement par les damoiselles du château.

 

 

La fin... du délire et de l'errance

* Derrière votre écran vous pensez :

"Le chevalier n'a point été très rigoureux dans cette description."

* Il est vrai que j'ai été un peu... désorienté.

* Ce site est rempli de bâtiments qui se "contredisent" pour moi : En voici la preuve.

* Je vais donc me reposer en mangeant une pomme et en admirant le paysage.

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié par le seigneur de Sabran. Cette famille est originaire d'Uzège. La famille Sabran est vassale du seigneur D'Uzès.

* En 1510, les frères de la famille de Combes se partagent les possessions. Cathelin de Combes est le nouveau seigneur de Sabran.

En 1602, la moitié de la seigneurie de Sabran est  affecté à Pierre d'Augrier, prévôt du Languedoc.

Au 17ème siècle, après un procès, le site est donné par Anne de Montcalm au seigneur de Montclus. (Rappel : Anne est un prénom masculin).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est normalement interdite. Veuillez être très prudents car la ruine est fragile. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe.

 

La ruine surveille l'alignement des arbres

    

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 06:05

 

 Du Guesclin accueille Le Chevalier Dauphinois en cette cité qu'il a libéré des Anglais !

Département 48 - LOZERE

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Châteauneuf de Randon est située à 70km à l'Ouest d'Aubenas, à 55km au Sud-Sud-Ouest du Puy en Velay et à 20km au Nord-Est de Mende (voir sa tour des Pénitents).

 

     Coordonnées du château :

44° 38' 32" N 3° 40' 28" E
 44.642283083°  3.674441278°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Mes chausses dans celles du célèbre Du Guesclin !

* Savoir qu'en ce lieu, les "Anglois" ont tenu tête aux armées Royales me hérissent les poils.

* Savoir que Bertrand Du Guesclin a perdu la vie ici me donne l'envie de trucider quelques "rosbif".

* C'est donc un Chevalier Dauphinois, en tenue de combat, qui aborde cette cité du Gévaudan.

* Mais la voix d'outre tombe du Connétable m'explique que la cité est conquise et assagie.

* C'est donc avec l'âme rêveuse d'un castellologue amateur que j'aborde la montée des marches.

* Ce n'est point le grand escalier de Cannes, ce sont des marches taillées dans le rocher.

 Sentez vous la puissance médiévale dans cette ruine minimale ?

La découverte

* Au sommet de la petite butte, un curieux bâtiment apparaît.

* Ce sont les vestiges d'une tour défensive.

* Cette construction est aussi nommée : La Tour des Anglais.

 

Rapide analyse

* Elle montre des archères droites sur 3 niveaux.

* Son parement a perdu sa beauté d'antan.

* Les rares pierres extérieures sont de petites dimensions.

* Le remblai a été cimenté à la fin du 20ème siècle.

* Ne voyant point d'autres vestiges (rempart, porte, poterne etc...) tel un cabri, je saute le dénivelé pour entrer dans le château.

 

 

        L'intérieur :

Minimal et passionnant

 

* La surface du plateau (donc du château) est impressionnante. Pourtant le site est minimal.

* Cette curiosité est due à l'utilisation des pierres pour construire de nombreuses habitations au 17ème siècle.

* La tour des Anglais (puisque c'est le nom régional) montre :

- Trois niveaux,

- Celui du bas est voûté,

- Celui du haut est aussi voûté,

 - L'étage intermédiaire avait un plafond soutenu par des poutres.

- Chaque niveau est défensif.

 

C'est la fin

* La fin de la visite correspond à la faim de votre Chevalier.

* C'est donc sur cette table en bois que je m'installe pour déguster ma pomme et dévorer la ruine.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, le seigneur de Randon, de retour d'une croisade en terre Sainte, délaisse son ancienne fortification et établit un nouveau château sur les bases d'un village Gallo-Romain. Le château-neuf permet de mieux surveiller la région.

* Au milieu du 14ème siècle débute la Guerre de Cent ans. Le Gévaudan est détenu par les Anglais. Les Routiers à la solde des "envahisseurs" pillent la région.

* En ce dernier quart du 14ème siècle, le Roi de France Charles V (voir liste) demande à Bertrand Du Guesclin de tout faire pour libérer la province.

* En juin 1380, après avoir libéré quelques places fortes détenues par les Anglais, l'armée Royale commandée par Le Connétable assiège le château.

* En juillet 1380, proche du château, Bertrand Du Guesclin décède. Les historiens ne savent toujours pas si les Anglais ont "donné les clés" de la ville avant ou après le décès du Connétable.

Vous souvenez vous de sa devise ?

* Vers 1632, le roi Louis XIII (voir liste) ordonne le démantèlement de nombreux châteaux du Gévaudan dont Châteauneuf. Les pierres servent à la construction de l'église et de quelques habitats.

* Au 21ème siècle, la découverte des vestiges est libre et gratuite.

 

C'est grâce à Duguesclin que je peux planter mes chausses en ce château fort !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article