Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 06:35

 

Département 16 - CHARENTE

 Même adoucie par les siècles, la construction ressemble à un château fort

Le bourg :

       Situation :   (--> la voir sur une carte)

   La commune de Vilhonneur est située à 70km au Nord-Ouest de Périgueux, à 20km à l'Est d'Angoulême (voir son château) et à 7km Ouest-Nord-Ouest de Montbron.

 

   Coordonnées du château :

45° 40' 50" N 0° 25' 14" E
 45.680641569°  0.42055696249°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Dans ma petite brochure datant de quelques "siècles", le site est décrit en ruine.

* En arrivant, je vois de beaux bâtiments solides.

* Même s'il est vrai qu'il a un peu perdu son caractère médiéval, même si le rempart a été remplacé par un muret, le site est intéressant à découvrir.

Lentement, j'approche.

 La haute tour surveille mes agissements

La première tour

* Dépassant les toits des habitations, rivalisant avec les hauts arbres une grande tour consolidée surprend.

* Par sa surface, elle semble habitable.

* Les fenêtres à meneau à chaque étage me le prouvent.

* Par sa hauteur, la tour ressemble à un donjon.

* Le parement d'angle est bien appareillé.

* Par contre, je suis surpris de la variété des dimensions des pierres sur les parois. Certains lits semblent composés de gravas, d'éclats de pierre.

* Le plus étonnant est de ne voir aucun système défensif.

Est ce un château aseptisé ?

* Je contourne le donjon par la droite.

* Les traces sur le mur m'informent qu'un bâtiment de moindre hauteur était accolé.

Etait ce lui qui possédait les systèmes défensifs ?

 

D'autres surprenantes...surprisesLentement, avec patience, le site se révèle à moi

* Je tente de contourner le "donjon" par la gauche espérant découvrir quelques détails médiévaux.

* Sous le toit, dans un angle, une construction en encorbellement apparaît.

Quelle fut sa fonction ?

1 - Une échauguette : Cela paraît surprenant dans un angle fermé.

2 - Des latrines : Cela semble peu probable puisqu'il existe un bâtiment avec terrasse en dessous.

* Le petit bâtiment en dessous, dans l'angle est surprenant.

* Il possède une terrasse semi-couverte.

* Et surtout, il montre un curieux crénelage avec mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Le plus surprenant est le double système de console.

* Je pressens que cette coquetterie fut un ajout de l'époque Renaissance.

Qu'en pensez vous ?

 

La porte fortifiéeL'entrée fortifiée est telle que je l'imaginais

* L'entrée est généralement la partie la moins détériorée par le temps (si elle n'est pas détruite bien sur).

* Je la cherche.

N'est elle pas pas fascinante ?

* En partie basse, le portail a perdu sa beauté d'antan.

* L'encadrement garde les traces de retrait pour recevoir un pont levis, prouvant que des douves existaient alimentées par la rivière la Tardoire.

* Au dessus, il y a l'ouverture de lumière pour la salle des gardes.

* Le plus surprenant est la bretèche.

Avez vous déjà vu des pierres ciselées pour un système en encorbellement ?

 

        L'intérieur :

* Hélas, la barrière est fermée, la propriété privée n'est pas visitable.

* Tout en restant à l'extérieur, je tente d'apprécier l'allée vers la porte.

* Puis je hume (virtuellement) l'odeur du bois du vantail et je me délecte des fentes pour les flèches du pont levis, aujourd'hui disparu.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un site fortifié par une famille nommée : Jambes ou Gambes.

* A la fin du 12ème siècle, Guilotto de Chambes marié à mademoiselle de La Rivière possède la propriété.

* En 1256, le Chevalier De Chambes, fils de Guilotto, décède. Son tombeau est placé à l'arrière de l'église.

* Au 16ème siècle, le site est remanié.

* Au 17ème siècle, par mariage, le site quitte la famille De Chambes pour rejoindre celle de Dussault. La propriété possède un logis, de nombreuses salles voûtées, une  tour escalier, une galerie, une chapelle, un colombier, deux écuries et le portail d'entrée.

* En 1718, le site est occupé par un fermier. nommé : Jean Blanchard.

* En 1721, un violent incendie détruit partiellement le château.

* En 1751, le femier se nomme : Jean Marchasson.

* En 1758, le fermier se nomme : Léonard Blanchard.

* Vers 1789, le site est possession de Piere Labatut.

* Au début du 19ème siècle, le Marquis de Nieul, officier des Hussards, est propriétaire du château de Vilhonneur.

* En 1835, le site est acheté par la famille Groulade.

*  A la fin du 19ème siècle, le château appartient à monsieur Meunier.

* Vers 1900, monsieur Rust, de nationalité Suisse, est propriétaire du site.

* Au 20ème siècle, des sondages sont organisés dans les douves. Les archéologues retrouvent des armes de combats : Arquebuses, épées, boucliers, casques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter la propriété privée et le silence du site.

Ne souhaitant point être ennuyé, le château se cache des touristes

 

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 06:25

 

 Vais je devoir utiliser baudrier et cordes pour accéder à la ruine ?

Département 83 - VAR

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Châteaudouble est située à 40km au Nord-Est de Brignoles, à 30km au Nord-Ouest de Fréjus et à 8km au Nord de Draguignan.

 

     Coordonnées des châteaux :

43° 35' 46" N 6° 27' 09" E
 43.5961769339°  6.4526505768°

 

      Toponymie :   (--> voir initiation)

* A l'époque médiévale, 2 châteaux protégeaient le petit bourg. Ils se nommaient :

- Castel Diabolicum,

- Castel Duplum.

  * Ultérieurement, il a été décidé de nommer le bourg : Châteaudouble.

 

 

Le ou les château(x) ? Le rocher a-t-il servi de base à un des châteaux ?

        L'extérieur :

La découverte

* En arrivant par le village, je remarque, au sommet de la falaise un mur construit.

* Deux questionnent me viennent à l'esprit :

1 - Ne reste-t-il que cela des 2 châteaux ?

2 - Y a-t-il une échelle de corde pour monter ?

* La réponse 2 m'est apportée par une route en pente douce.

* La réponse 1 m'est suggérée par ce panneau.

- Deux flèches, donc 2 châteaux (?).

 

L'appoche du 1er site : Coté septentrional

* Devant moi, un rocher aplani.

Pensez vous qu'il ait été aplani par l'homme ?

* Au fond, un mur construit portant des traces d'ouverture de tir.

* Ce mur longe la falaise.

* La dimension, la taille et la pose des pierres sont de mauvaise qualité.

* Je vais tenter de franchir la petite clôture pour vérifier mes dires et supputations.

Oups... C'est haut !

* Bien que je sois équipé d'une armure, je préfère ne point prendre le risque de "voler dans les airs".

 Quelle merveille ce donjon !

Le 2ème site : Coté méridional

* "Quel magnifique donjon !" me suis je écrié.

* "Ceci est une simple tour" pensez vous.

* Certes, cela pourrait être qu'une tour de guet puisqu'elle est posée proche de la falaise mais plusieurs indications historiques me prouvent le contraire.

- La Comtesse de Provence donne le site à une des plus puissantes familles de Provence. Cet acte est rare pour une tour de guet.

- Ce site eut plusieurs co-seigneurs. Cela n'est pas traditionnel pour une simple tour.

- Etc...

* Cette haute construction est un carré de 5 mètres de coté.

* Les murs ont une épaisseur moyenne de 0.9 mètre.

* Ce donjon est construit en petit appareil que les archéologues situent d'époque Romane (12ème siècle).

* Par endroit, le chainage d'angle est en pierre à bossage.

* L'actuel donjon possède 2 niveaux.

* Chaque niveau possède une salle voûtée.

* Une échelle en bois amovible devait permettre d'accéder aux étages.

 

 

Le diaporama des châteaux est ici.

 

 

Histoire des châteaux et de la seigneurie :

* Au 11ème siècle (1032 ?), un château nommé  "Castellum Duplum" est cité. Il appartient à une famille éponyme.

* Vers 1200, ce même château est cité.

* En 1240, Giraud  de Villeneuve, membre d'une des plus importantes familles nobles de Provence, en fait aveu auprès du Comte (voir titre de noblesse) de Provence.

* En 1252, le Comte de Provence possède quelques droits sur la seigneurie.

* En 1304, Raimond Rostand vend la seigneurie à Charles II d'Anjou.

* En 1356, la Reine Jeanne le donne à Arnaud de Villeneuve.

* En 1499, Louis de Villeneuve est co-seigneur.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est sous votre responsabilité. Soyez très prudent, sauf si vous savez voler.

 

De là, je vois l'Amérique et même l'Inde !... Est ce que je vois double ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 83

Vers Menu

châteaux du Var

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Provence : 04 13 83 84
commenter cet article
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 06:05

 

Département :  11 - AUDE Bien qu'en ruine, ce château est imposant... La découverte va être merveilleuse !
 

 

Le bourg :  ( --> le voir sur une carte

  La commune de Termes est située à 45km au Nord-Ouest de Perpignan, à 40km au Sud-Ouest de Narbonne, à 30km au Sud-Est de Carcassonne et à 12km au Sud-Sud-Ouest de Lagrasse.

 

    Coordonnées du château :

43° 0' 8.503" N 2° 33' 23.666" E
 43.002362  2.556574

 

 

Le château : 

      L'extérieur :

Pour arriver en haut de la colline, il faut franchir plusieurs rempartsLa découverte

* Élevé sur une plate-forme entourée sur trois côtés par un profond ravin, le château n'est accessible que par la face méridionale.

* Dans l'ensemble, peu de vestiges sont antérieurs à la croisade :

   - Une partie de la face sud de la première enceinte,

   - La 2ème enceinte,

   - Une partie des bâtiments qu'elle abritait.

* Le reste est l'œuvre des ingénieurs du roi dans la seconde moitié du 13ème siècle et au début du 14ème siècle.

 

La grande enceinte extérieure

* Depuis le village actuel, par un agréable chemin, je découvre les premières pierres.

* Ce sont les vestiges très ruinés de l'enceinte du village médiéval.

* L'oeil averti verra une entrée en chicane en protection le village. 

* Ces murs millénaires me mettent déjà dans l'ambiance.

* A l'époque médiévale, le château avec son village avait fière allure.

 

Le plan

  Avant de vous montrer les images de ce magnifique château Audois, je vous propose ce plan :Le château de Termes épouse les formes tourmanentées du terrain.

0 - Fossé.

1 - Rampe d'accès

2 - Barbacane.

3 - Porte d'entrée.

4 - Salle des gardes.

5 - Rampe d'accès.

6 - Citerne.

7 - Tour défensive Sud.

8 - Chapelle.

9 - Donjon.

10 - Citerne.

11 - Poterne.

 

Le fossé

* Ce puissant château est entouré, par nature, de profondes vallées.

* On ne pouvait y accéder que d'un seul côté, au Sud.

* Conséquence, un fossé est creusé pour créer un obstacle difficilement franchissable.

* Ce fossé a aussi servi de carrière de pierres pour le château.

 

Première enceinte du château

* Relativement bien conservée, elle a une forme de parallélogramme irrégulier.

* Elle mesure 125 mètres de long pour 70 mètres de large.

* L’accès se fait par un sentier en pente (donc limitant la vivacité de l'assaillant).

* L'assaillant, coincé entre la barbacane au Sud-Est et la tour ronde, avait sa progression très contrariée.

* S'il choisissait une autre courtine, de haut murs avec archère, crénelage et échauguettes (voir vocabulaire) l'attendaient.

 

      L'intérieur :

Les premiers bâtiments

* A l'intérieur de l’enceinte subsistent de nombreux bâtiments que l'on discerne parfois grâce aux bases des murs.

* L'angle Nord-Ouest est occupé par une poterne.

* Elle est défendue par une échauguette construite sur 2 contreforts.

* Son épaisseur est due à un escalier intérieur.

* Cette issue permet d'accéder au site du Termenet.

 Est ce une archère cruciforme ou une croix latine ?

Deuxième enceinte du château

* Autour du château, cette enceinte abrite la "maison" des propriétaires. Elle est très ruinée. Seuls apparaissent  partiellement les murs Sud et Est.

* Elle montre les vestiges d'une rampe d'accès de la porte, avec les traces d'une citerne et d'un lavabo.

* Le côté Ouest est occupé par la chapelle castrale, à la voûte écroulée, éclairée par deux fenêtres romanes dont l'une est cruciforme.

* Cette forme est devenue le symbole le plus emblématique de Termes.

 

Au sommet

* Au sommet du site, je distingue les énormes blocs de maçonnerie éparpillés. Ce sont les vestiges du donjon détruit à la poudre en 1654.

* Sur cette butte artificielle, le spectacle est magnifique sur :

- La barbacane,

- Les remparts,

- Les montagnes.

 

      Le site de Termenet :

A l'époque médiévale

* Ce fortin, sur un éperon rocheux à 250m en contrebas du château, est décrit par un chroniqueur de la "Croisade contre les Albigeois".

"Les croisés sentant que la victoire était impossible depuis les faubourgs Sud, décident de déplacer une partie de leurs mangonneaux sur le site de Termenet.

Ils pouvaient ainsi :

- Attaquer Termes par deux cotés, divisant ainsi le nombre de pierriers de défense des Cathares.

- Priver l'accès à l'eau de la rivière pour les défenseurs."

 

Que reste-t-il ?

* Au 21ème siècle, il ne reste du Termenet qu'un fragment de maçonnerie caché dans une anfractuosité, ainsi que de rares aménagements du rocher.

* Depuis ce "fortin", une vue superbe s'étale sur le château, les gorges de Termenet et le moulin de la Buade.

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du village et du château :

* En 865, création de la septimanie. La frontière avec l'Espagne est fixée dans les Corbières. Le nom de termes viendrait de "Terminus" (frontière).

* En 1061, apparaît pour la première fois dans les textes le seigneur Olivier-Bernard de la famille de Termes. Cette famille est à la tête d'une vaste circonscription féodale des "Corbières", le Termenès, au sud du comté de Carcassonne à la frontière des possessions des comtes de Cerdagne puis Barcelone.

* En 1093, un castrum est mentionné.

* Au 12ème siècle, cette famille est périodiquement en conflit avec l'abbaye de Lagrasse voisine, notamment pour la possession de mines d'argent de Palairac.

* En 1163, l'acte de partage du château de Termes entre les deux frères, Raimond et Guillaume de Termes, oblige la construction d'une deuxième église. C'est l'édification d'une église fortifiée.

* En 1210, après sa victoire sur Carcassonne et Minerve, Simon de Montfort entame en août un siège contre Termes. Raymond, seigneur de Termes est accusé d'hérésie. Il oppose une résistance obstinée pendant 4 mois. Les 2 camps possèdent des "pierrières" qui font de ce siège un cas particulier de la croisade des Albigeois.

* En 1210, en novembre, les assiégés ont attrapé la dysenterie en buvant l'eau des citernes souillées par un fort déluge qui succédait à plusieurs semaines de sécheresse. Ils fuient le château dans la nuit. Resté sur place, Raimond de Termes est fait prisonnier. Il meurt en prison à Carcassonne. Après la capitulation de Termes, nombre de châteaux ne voulurent pas résister à Simon de Montfort.

* En 1211, le domaine est donné par Simon de Montfort à Alain de Roucy. Le village étant détruit, il est reconstruit le long de la rivière.

* En 1221, Alain de Roucy meurt durant la débâcle des croisés. Termes semble être de nouveau occupé par l'ancienne famille seigneuriale.

* En 1228, le château et ses terres sont rattachés à la couronne de France lorsque Amaury, fils de Simon de Montfort, abandonne ses droits sur le Languedoc. Termes devient la frontière du royaume de France face à l'Aragonais.

* En 1241, Olivier de Termes fait sa soumission auprès de Louis IX (voir la liste des rois).

* Vers 1250, le château de Termes est reconstruit, fortifié, puis occupé par une garnison royale. Il est intégré dans la ligne des places fortes gardant la frontière avec l'Aragon.

* Au 13ème siècle, Termes devient le chef-lieu d'une circonscription judiciaire (la viguerie du Termenès) ainsi qu'une circonscription religieuse (l'archiprêtre du Termenès). Termes est qualifié de "ville".

* En 1357, le château de Termes est temporairement "livré" aux Anglais du Prince Noir.

* En 1597, les notables de la région demandent au Roi de France (voir liste) les "écus" pour les réparations du château. Hélas, demande non satisfaite.

* En 1653, suite au recul de la frontière, la forteresse devenue inutile et coûteuse est détruite sur l'ordre du roi. Pendant un an, un maître maçon de Limoux démantèle les murailles à la poudre.

* En 1654, le puissant donjon est abattu.

* Au 17ème siècle, l'importance de la ville diminue considérablement lorsque le siège de la viguerie est établi à Félines-Termenès.

* En 1942, le site en ruine est classé aux Monuments Historiques.

* En 1973, le site est débroussaillé.

* En 1989, les ruines appartiennent à la commune et sont ouvertes au public.

* Au 21ème siècle, la visite est payante. Renseignez vous sur les horaires

 

Après toutes tes aventures, tu as le droit à un peu de repos !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude

 

 

 

 

Repost 0
Published by le chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 14:05

 

Département 12 - AVEYRON

  Voila mon sentier d'entrainement de ce jour

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Naucelle est située à 40km au Nord-Est d'Albi, à 35km au Sud-Est de Villefranche de Rouergue et à 30km au Sud-Ouest de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 11' 4" N 2° 21' 5" E
 44.184385° 2.351399°

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il faut entretenir sa forme

    Etre un castellologue-amateur demande une forme physique importante car je dois toujours être accompagné :

* D'un très gros livre de châteaux.

* D'un matériel photo adapté,

* D'un trépied solide,

* D'une paire de jumelles,

* D'un GPS puis d'une série de cartes avec boussole (car dans les sous-bois, le signal GPS est parfois peu fiable),

* Enfin d'une armure pour me protéger des chutes de pierres.

  Ceci m'oblige à entretenir ma forme physique en réalisant des parcours de santé, même en vacances.

 

La découverte

    C'est donc un Chevalier Dauphinois tout de sueur vétue qui remonte vers le Nord. Soudain, mon destrier tousse.

Est ce mon odeur ?

   Que nenni, cette bête extraordinaire (comme moi) a flairé une curiosité.

La voyez vous ?

 Un corps de ferme cache la ronde tour

Rapide analyse

* Ce site est parfois nommé "Château" et d'autre fois "Grange".

* Il est composé d'un corps de bâtiment parallélépipédique que je ne peux pas dater avec précision.

* Derrière un hangar moderne en tôle, une ronde tour en brique me surprend.

Dans une région de pierre,

pourquoi avoir utilisé la brique ?

* Ce rond vestige médiéval très remanié et consolidé possède une ouverture en hauteur. Sa taille me fait penser à une porte.

Etait ce l'entrée accessible

uniquement par une échelle rétractable

ou un escalier en bois ?

 

        L'intérieur :

  La propriété privée n'est pas visitable. 

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Gallo-Romaine, Bonnefon fait partie du domaine de Monneyrac.

* Au 10ème siècle (?), à Bonnefon, une grange (fortifiée ?) est aménagée. Elle appartient à l'abbaye de Bonnecombe. Autour de cette grange le village de Naucelle se crée.

* Vers 1370, durant la Guerre de Cent Ans, les religieux de Bonnecombe incendient la grange au lieu de la donner aux Anglais.

* En 1427, vers la fin de la Guerre de Cent ans, le château est reconstruit.

ème siècle, le bâtiment d'habitation est modernisé pour plus de confort.

* En 1794, les Révolutionnaires réquisitionnent le château et le vendent à Antoine Lacombe.

* Au milieu du 20ème siècle, le site est possession de la famille Ginistry.

* Les bâtiments étant très ruinés, ils sont démolis et les matériaux aménagent la route d'accès à la ferme.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Ceci n'est point une cheminée d'usine !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 12:00

 

Département 24 - DORDOGNE

 Quelle incroyable église fortifiée !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune des Eyzies-de-Tayac-Sireuil est située à 70km au Nord-Ouest de Cahors, à 40km au Sud-Est de Périgueux et à 20km au Nord-Ouest de Sarlat La Canéda.

   Coordonnées dé l'église :

44° 56' 38" N 1° 0' 18" E
 44.94387534°  1.0049057°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     A l'écart des sites touristiques et médiatisés de la Dordogne, l'église fortifiée de Tayac est peu connue. C'est donc une incroyable surprise lorsque mon destrier me plante face à cette construction que je n'imagine point être un moutier. Aucune croix, pas de transept, aucun véritable clocher traditionnel.

Je pressens que l'enquête va être fascinante et pleine d'étonnements !

 

Les pierres de la nef

    Ne voulant pas de suite découvrir la partie fortifiée, je m'intéresse en premier aux pierres de la nef.

1 - Au dessus des fines fenêtres, de magnifiques sculptures de guirlandes entrelacées.

2 - Sur la longueur de la nef, les pierres sont correctement taillées et jointives. Mais par endroit, elles ont une forme non classique (en L, en Z, en I)

Est ce du à des consolidations suite aux attaques ?

Ou aux consolidations du 19ème siècle ?

3 - Un curieux cadrant solaire qui ne donne pas l'heure.

Est ce le fantôme d'un chrisme ?

 

1 2 3

 

La nef

   La nef est solidement tenue par ses nombreux contreforts plats. Extérieurement, elle semble symétrique. Curieusement, la face ensoleillée et celle à l'ombre ne comporte pas le même nombre de fenêtres.

  Les étroites ouvertures de lumière sont éloignées du sol empêchant l'intrusion d'un assaillant.

 

Le clocher mur

   Voyez vous les trous de boulin pour un hourdage ?

 

  Au dessus de l'entrée, une haute construction ressemble à un mur bouclier. Sur la façade coté portail, ce clocher-mur compote de bas en haut :

* Une salle de repli avec une ouverture verticale.

* Des trous de boulin pour soutenir un hourdage (voir vocabulaire).

* Trois baies pour les cloches.

* Sous le toit une salle de défense crénelée.

  A l'arrière, je suis surpris par les panneaux en bois dont la fonction m'échappe.

 

 

La tour défensive

    Je prends un peu de recul pour comprendre le système défensif du clocher-mur quand mon regard est arrêté par une autre construction plus massive et plus haute. Sur la face extérieure, elle possède :

1 - Des contreforts plats peu épais reliés par des arcatures. Il est amusant de constater qu'à l'arrière de cette construction, de petits contreforts équilibrent les pressions.

Avez vous remarqué la petitesse du contrefort à droite ?

2 - Des archères droites sont visibles.

3 - Au sommet, une chambre défensive crénelée.

 

1 2 3

 

La salle défensive

Pourquoi y a-t-il 2 niveaux pour la salle défensive ?

 

   Cette salle défensive avec son crénelage est fascinante par sa dimension, et surprenant par sa tour surélevée dont la fonction stratégique m'étonne.

  Comme moi, vous avez remarqué l'ancienne pierre grise et la "consolidation récente".

 

 

Qu'est ce ?

   La tour qui m'étonnait déjà par sa fonction, me surprend par sa curiosité architecturale.

Voyez vous ce décroché en V inversé dans d'angle ?

Est ce un escalier pour habitant de l'hémisphère sud ?

Le portail

    La façade d'entrée de style Roman est surprenante par son architecture massive sous forme de auvent. Je suis surpris de ne pas voir de bretèche ni d'assommoir protégeant l'entrée.

    Je suis étonné :

* Par les corbeaux au lieu de modillons.

* Par la sobriété des sculptures sur des colonnes portant les voussoirs.

* Par la présence de 2 puissantes colonnes externes en "faux" marbre.

 

 

    L'intérieur :

* Comme souvent en notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci n'échappe pas à la règle.

* Je me console en admirant le paysage et les magnifiques falaises de la Vézère.

 

Je me transforme en peintre devant une telle architecture

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, construction de l'église.

* Au 14ème siècle, durant la guerre de Cent Ans, l'église est "fortement" fortifiée.

* Au 19ème siècle, l'église est partiellement remaniée et consolidée.

* En 1895, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Quelle magnifique vue depuis des tours

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 07:05

 

Département 12 - AVEYRON

  Voila un vrai château fort : 4 tours d'angle et de hautes courtines

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Lapanouse est située à 35km à l'Est de Rodez, à 30km au Nord-Nord-Ouest de Millau et à 3km au Nord-Ouest de Séverac le Château.

 

     Coordonnées du château fort :

44° 20' 35.898" N 3° 1' 7.565" E
 44.343305°  3.018768°

 

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

* Ce n'est point par hasard que je suis en ce lieu.

* Le château de Loupiac est une des destinations obligatoires que je m'étais fixée lors de mon préparatif de croisade en Rouergue.

* Quelle chance, il est là, devant moi, presque intact.

 Chacun regarde l'autre pour s'apprivoiser

Rempart et protections

    En avant du château, les communs (construits à la même époque que le château) servaient aussi à la protection du site. Ce premier rempart est renforcé par des contreforts plats.

  Les bâtiments ne montrent pas de vrai système défensif (archère, mâchicoulis, crénelage).

 

Les premières vraies défenses

* Un bâtiment possède des ouvertures ressemblant à des "mâchicoulis" (voir vocabulaire) ou assommoir.

* Un autre possède les consoles de vrais mâchicoulis.

 

Enfin, je regarde la perle de ce site

  Après avoir  tenté de comprendre les bâtiments externes, mon attention se porte maintenant sur la construction seigneuriale :

* Ce château a une base parallélépipédique.

* Il comporte aux 4 angles des rondes tours.

* Bien qu'elles aient été arasées, il semble évident qu'elles possédaient un crénelage et des mâchicoulis.

* Au loin, derrière les bâtiments annexes, je vois :

- Des fenêtres trilobées sur la courtine,

- Une fenêtre trilobée sur l'une des tours,

- Des latrines en encorbellement sur l'autre tour.

 

 

Un ensemble défensif homogène

 

 

        L'intérieur :

Propriété privée

  Le château est une propriété privée non visitable. Pour vous, mes chers lectrices et lecteurs, j'ai "volé" quelques images.

 

Détails architecturaux

  Grâce à ma documentation, je peux vous révéler quelques informations :

* Les murs du château sont épais. Ils atteignent 1,5m.

* Un escalier en spirale dessert les 3 étages.

* Au 3ème étage, les salles sont voûtées.

* De nombreux tableaux de nobles de la région garnissent les murs.

 

 

Histoire du château fort :

* Au 13ème siècle, un petit château fortifié est construit par la famille La Panouse.

* Au 14ème siècle, le château s'agrandit (à vérifier). La famille de Sévérac conteste aux La Papouse la propriété du château.

* En 1443, le château est reconstruit.

* Au 15ème siècle, la famille de Sévérac revendique la propriété du château si proche de leur propre bâtiment (3km).

* En 1548, le site appartient à la famille Lapanouse de Viescamp.

* En ce milieu du 16ème siècle, le château est possession de la famille Pouzols.

* En 1563, le Capitaine Trélans, à la tête d'une armée Catholique, attaque puis s'empare du château appartenant à la famille Gauzel (à vérifier).

* En 1564, après l'avoir pillé et abîmé, Trélans rend le château à son propriétaire.

* En 1569, une toupe de Calvinisne attaque la cité et le château avec des canons. Les défenseurs ne se rendent pas et conservent la maîtrise du château.

* En 1575, de nombreux soldats viennent en garnison au château. Le château appartient au seigneur de Roquelaure.

* En 1576, Charles d'Arpajon, Seigneur de Séverac, se présente devant le château avec une troupe de 1500 hommes. Les défenseurs décident de se rendre sans combattre. Le seigneur de Roquelaure vend le château à Françoise de Montal, femme de Charles d'Arpajon.

* En cette fin de 16ème siècle, la famille Roquelaure est toujours propriétaire du château.

Nota : Cette curiosité m'échappe. Pourquoi les Roquelaure sont ils toujours propriétaires d'un château qu'ils avaient vendu ?

* En 1608, la famille Bessouéjouls est propriétaire du château.

* En 1693, Gély Grandsaigne achète la propriété aux Bessouéjouls.

* En 1789, les paysans assaillent le château.

* En 1793, les Révolutionnaires commandés par le Général Victor, attaquent et pillent le château.

* En 1928, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1956, la famille Grandsaigne d'Hauterive est toujours propriétaire du château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant le calme du lieu. La visite de l'intérieur est interdite.

 

D'enigmatiques contreforts

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Que de tours !.... Est ce que je rêve ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le village de La Bouteille  est situé à 50km au Nord-Est de Laon, à 10km au Sud-Ouest de Hirson et à 6km au Nord-Est de Vervins.

   Coordonnées de l'église :

49° 51′ 34.6″ N 3° 58′ 27.41″ E
 49.85961°  3.97428°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

       En arrivant dans le village, je ne suis pas surpris de la couleur rouge des habitations, ce n'est pas que j'ai abusé de la boisson rouge (ni de La Bouteille ), mais la brique est le matériau de base du département de l'Aisne.

    Mon émerveillement vient en fait de l'impressionnante masse de l'église.

Pourquoi rougis tu , hoo ma belle brique ?  S'il n'y avait pas un haut clocher pointu, j'aurais presque cru que cette construction fut un château fort.

Cette église possède-t-elle un efficace système défensif ?

 

L'enquête commence

* Si j'enlève virtuellement la sacristie au bout de l'église, la petite courtine semble protégée par les tours.

* Ces hautes constructions circulaires ne comportent aucune fenêtre.

* Les petites fentes trahissent la fonction défensive. Cette église parait inattaquable.

* Pourtant, en regardant sur le coté, je m'aperçois que le mur de la nef est bien trop long pour être défendable efficacement par les tours.

* La partie gauche ayant été certainement reconstruite (les lies de briques et pierres en sont la preuve) je cherche à droite (coté entrée) les traces de systèmes défensifs :

  Point de bretèche (voir vocabulaire) ni salle de repli.

 

Les fentes de tir

* Le mur de la nef comporte sur 3 niveaux des fentes de tir pour fusil, elles sont épaulées par celles de la tour ronde.

* Ces ouvertures de tir sont présentes sur les 2 faces, toujours proche des tours de l'entrée.

* Les tireurs pouvaient défendre la longue courtine sans angle mort.

  Cette église me fait de l'ombre

Les tours

    Les 4 tours ne sont pas totalement identiques mais elles comportent les mêmes détails architecturaux et défensifs :

* Un toit conique,

* Des fentes pour tir au fusil,

* Des ouvertures de lumière pour l'escalier,

* Et ... je ne sais point comment nommer cette curiosité.

Est ce le vestige d'une bretèche ?

Pensez vous que cela fut des latrines ?

   Qu'importe, l'ensemble briques et pierres en grès est harmonieux et a dû impressionner plus d'un assaillant.

  J'ai hâte de pousser la porte pour découvrir ces merveilles.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 16ème siècle, un petit village s'organise autour d'une fabrique de bouteille (à vérifier).

* En 1547, construction de l'église fortifiée par les moines de Foigny.

* En 1860, une des tours est reconstruite en briques.

* En 1927, une partie de l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église Notre Dame est libre et gratuite. La visite des tours est interdite.

 

Est ce une maison forte ou une incroyable église ?

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 08:30

 

Département 12 - AVEYRON

 Un spectacle irréel où les pierres construites et le rocher se confondent

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Rivière sur Tarn est située à 55km au Sud-Est de Rodez, à 50km au Sud-Ouest de Mende, à 45km au Nord-Ouest de Le Vigan et à 15km Sud-Sud-Est de Séverac le Château.

     Coordonnées du château :

44° 11'  42" N 3° 8' 54.8" E
 44.19502°  3.148559°

 

Le château : 
        L'extérieur :

La découverte
      La beauté construite que je m'apprête à découvrir est à  moins de 2km au Nord-Est de Rivière sur Tarn. Ce site est considéré comme l'une des plus curieuses constructions féodales.
 Depuis les gorges du Tarn, je ne crois voir qu'un magnifique amas de rocher.

 

Chaque détail est magnifique

    Je suis si impatient de visiter cette incroyable beauté que je tombe dans mon défaut. C'est à dire que je me précipite vers elle. C'est ainsi que je tombe nez à nez devant :

 

1 2 3 4 5 6

 

1 - Amoncellement de pierres construites formant les remparts.

2 - Rempart extérieur posé sur le rocher. La différence de dimensions et de taille des pierres prouve de multiples réparations et des élévations à des siècles différents.

3 - Ronde tour flanque avec archère droite.

4 - En contournant le rempart, je remarque l'épaisseur du mur.

5 - Tour parallélépipédique avec à l'intérieur :

* A gauche une archère droite comportant un faible ébrasement (voir vocabulaire).

* Sur la droite, l'axe de circulation venant du chemin de ronde.

* De nombreux trous pour des poutres. Cette tour avait plusieurs étages.

6 - Dans le rempart, de nombreuses voûtes (Magasin, salle, etc...).

 

Je suis perdu

    Ne comprenant pas cette ruine, je prends un peu de recul. Evidemment, devant ce spectacle, je suis sous un "étonnement charmesque"... ou .... un charme étonnant.

 

Les remparts protègent un rocher construit !

 

La surprise est crescendo !

     La partie centrale de cette ruine est unique en notre Royaume. Il est presque impossible de différencier le rocher taillé par le vent ou par l'homme. Les constructions défensives se fondent dans le rocher.

 

 

Je vous sens perdus

   Devant une architecture aussi curieuse, je comprends votre étonnement devant ce roc turriforme. Pour mieux vous faire ressentir et comprendre cette beauté d'un autre âge, je vous propose une maquette.

    Le château est établi sur une plateforme haute de 50 mètres. Ce plateau formait un donjon naturel. Quelques textes affirment que le mur longeant ce plateau-donjon était crénelé.

  Au sommet il y avait :

* Un four,

* Une citerne,

* Un beffroi avec une cloche pour prévenir les paysans.

* Etc....

 

        L'intérieur :
Où suis je vraiment ?

   Entre la partie basse et la plateforme supérieure, entre les vestiges des 3 remparts et  l'ancien village, il est difficile de savoir ce qu'est réellement l'intérieur de l'extérieur.

     Qu'importe, ceci est mon blog et mon article donc --> J'écris ce que je veux. 

 

La porte du rempart et...

   L'entrée n'a peut être plus ses systèmes défensifs, mais gravir l'escalier est déjà bien difficile. A l'intérieur, je vois des bases de mur définissant des bâtiments. Mais je ne peux pas définir la fonction de ses surfaces délimitées.

Maisons, granges, casernes, etc ?

 Une tour escalier unique !

La tour-porte-escalier

  Evidemment, depuis bien longtemps, vous avez remarqué le chef d'oeuvre de cette ruine. La tour, dont le hourdage a été reconstruit, est le système défensif de l'accès au plateau.

   Cette tour comporte :

* Un pont levis,

* Une porte en hauteur accessible au bout d'un long escalier étroit (limitant le nombre d'assaillants),

* Quelques ouvertures défensives et de lumière,

* Un escalier intérieur.

 

C'est la fin de l'aventure

   Le château n'étant pas ouvert à la visite ce jour, je me console en admirant le paysage et aussi le chemin de ronde du rempart extérieur.

Vous doutez que cela soit un chemin de ronde !

   Je vous le prouve par la porte de l'axe de circulation dans le fantôme de la tour défensive.

 

 

Histoire du château :

  Décrire l'histoire simplifiée et surtout nommer les propriétaires de ce site fortifié est une opération délicate car le fief est souvent partagé entre plusieurs coseigneurs. Il y en eut au maximum 5 en même temps.

*Au 9ème siècle, la province, comme nostre pauvre petit Royaume, vit une période d'insécurité. Pour se protéger, les habitants se réfugient sur les hauteurs.

* Au 10ème siècle, un petit village se crée sur les flancs de la colline.

* Au début du 11ème siècle, un château est construit. Il appartient à la famille Roquefeuille.

* Au 12ème siècle, le site appartient à la famille Ahenric (parfois nommée Henry).

* En 1242 et durant plus d'un an, La famille Séverac, la famille Ahenric et le Comte de Rodez se disputent (batailles) la possession de cette forteresse.

* En 1385, pour priver la branche cadette de sa famille, Bernard d'Armagnac assiège le château durant 2 mois. Victorieux, il fait piller puis brûler maisons et château.

* En 1480, le village comporte 75 maisons.

* En 1558, puis 1574, puis 1580, durant les Guerres de Religion, le château est source de nombreux conflits entre Catholiques et Protestants.

* En 1581, le site est pris puis occupé par les troupes Huguenotes du célèbre capitaine Merle.

* Au début du 17ème siècle, le fief appartient à la famille du Bruel.

* En 1633, le château est détruit sur l'ordre de Richelieu.

* En 1641, Jeanne du Bruel apporte en dot le site à la famille Puel.

* En 1753, la famille Puel fait construire un château de confort dans la vallée au lieu dit : Vignals.

* Vers 1780, le site n'est plus habité que par 42 personnes.

* En 1963, le dernier habitant quitte le site de Peyrelade.

* En ce troisième quart du 20ème siècle, le site appartient à la commune de Rivière sur Tarn.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée. La restauration commence.

* En 1998, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les vieilles pierres. La visite payante de l'intérieur est possible certains jours. Renseignez vous.

 

Aviez vous déjà vu un château aussi curieux ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 07:05

 

Département 30 - GARD

  Le rempart sera-t-il assez haut pour m'empêcher de conquérir cette belle ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Les-Salles-du-Gardon est située à 50km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze, à 20km au Sud-Ouest de Saint Ambroix et à 7km au Nord-Ouest d'Alès.

     Coordonnées de la tour :

44° 10' 14" N 4° 2' 54" E
 44.1706619°  4.0483653°

 

La tour : 
        L'extérieur :
La découverte

* A 4 kilomètres au Sud-Est de Les Salles du Gardon, sur une petite colline en bordure de la rivière Gardon (évidemment) apparaît le hameau de La Tour.

* Ce site peu connu et peu médiatisé possède 2 constructions médiévales fortifiées.

* A 100 mètres au Nord, un peu isolée du hameau, entourée par les vestiges d'un rempart, une tour se dore au soleil.

* Sous mon armure rutilante, mes poils de Chevalier Dauphinois se dressent.

Je pressens un moment unique !

 Quand j'étais petit, je disais Pugue au lieu de Cube. Maintenant je dis : Tour.

Je l'appréhende

* La rencontre avec une ruine médiévale, c'est un peu comme le premier rendez vous avec une Damoiselle, il y a :

- L'anxiété.

- La peur de déplaire.

- L'appréhension qu'elle ne me plaise pas.

- La terreur de ne pas savoir lui parler.

- Mais aussi, le ravissement.

- La séduction,

- Parfois la découverte de ses entrailles... (ceci est pour les ruines médiévales bien sur)

* C'est donc dans cet esprit que je franchi le rempart pour aller la rejoindre.

 

Elle est devant moi

* Droite comme un i,

* Cubique comme un ,

* Cela me donne une idée de son origine et de sa fonction.

 

Rapide analyse

* Pour moi une tour, protégée par un rempart avec une surface entre les deux, se nomme un château.

* Par ses dimensions, la tour est habitable, mais certainement pas confortable.

* Elle ne paraît pas très haute sur l'image, mais il faut l'imaginer :

- Avec un crénelage ou au moins un chemin de ronde au sommet.

- Avec moins en terre et de gravas au sol.

* Le parement extérieur est constitué de pierres à bossage de dimensions aléatoires mais parfaitement jointives.

* La différence de couleur entre le sommet et la base me fait penser que la tour a été surélevée.

* Une fente verticale ressemble à une archère primitive.

* Question :

Est ce que l'architecte avait bu ?

* Sur une des faces, 2 imposantes ouvertures.

 Je suis au frais dans cette tour, je ne vais point sortir sous le chaud soleil Gardois

        L'intérieur :

La salle du basse

* En un bond, j'entre dans la salle basse de la tour.

* La spectacle est féerique.

* La salle basse est magnifiquement voûtée.

* Ses pierres sont parfaitement taillées et jointives.

* Une corniche permettait le portage de poutres divisant l'espace en 2 parties.

* A ce demi-étage, une ouverture accède (certainement) à l'escalier intérieur... A moins que ce soit aux latrines.

* Grâce à l'effondrement, je vois l'étage supérieur.

 

L'étage

* Que d'ouvertures et de mystères.

* L'ouverture de gauche est la porte haute.

* Celle de droite est une archère.

* Mais celle au centre est un défi pour moi.

* Tel un Terminator, je passe en mode infrarouge. Mais l'ouverture garde son secret.

 

Le diaporama de la tour est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction de la tour.

* Au 20ème siècle, construction d'un toit pour mise hors d'eau de ce site historique.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieure est possible en étant très prudent. La tour n'est pas totalement sécurisée. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

Moi qui adore les rondeurs féminines, j'apprécie pourtant les angles de cette beauté

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 07:08

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :

       Voyez vous une église fortifiée ? Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Genouilé est situé à 40km au Sud-Ouest de Niort, à 32 km au Nord-Nord-Ouest de Saintes, à 30km au Sud-Est de La Rochelle et à 22km au Nord-Est de Rochefort.

     Coordonnées du bourg :

46° 1′ 24″ N 0° 47′ 2″ W
 46.023333°  -0.783889°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Vais je revenir bredouille ?

    Après avoir visité la maison forte de ce bourg, je traverse la rue pour tenter de voir la deuxième bâtisse fortifiée de Genouillé.

    La massive église sans transept ni haut clocher ne semble pas posséder de système de tir ni de salle de sauvegarde.

  Une enquête fascinante commence.

 

Les systèmes défensifs

    En regardant l'église depuis le grand parking, je n'ai plus aucun doute. L'église de Genouillé fait bien partie des églises fortifiées de Saintonge.

  Les contreforts à larmier larges et peu profonds évitent d'importants angles morts. Proche du toit, des ouvertures de surveillance prouvent l'existence d'une salle de repli. La diversité des ouvertures m'étonne :

* La plupart des ouvertures sont identiques et classiques,

* Certaines comportent des crapaudines ayant du recevoir un mantelet (voir exemple au château d'Aigle).

* Et quelques rares possèdent une ouverture ronde pour arme à feu.

  Pour monter à l'étage, il faut un escalier que je suppose être dans cette construction avancée. Les fentes verticales alignées sont certainement les puits de lumière.

Voyez vous une curiosité architecturale ?  Des contreforts non classiques

Des curiosités architecturales
    Soudain, mon regard est attiré par le "renfoncement" au milieu de la nef. Ce ne sont pas les jolies fleurs poussant à la base de l'église qui m'interpellent, mais les 5 petits contreforts imbriqués.

 

Avez déjà vu ce type d'architecture ?

 

  Leur fonction et rôle sont  incompréhensibles. Ma surprise est encore plus grande lorsque je constate que les 5 se rejoignent dans un larmier unique.

   Il est difficile de comprendre la raison de ces renforts, car il me semble que l'église a été modifiée de nombreuses fois sans tenir compte des constructions antérieures.

 

Le portail

   Il est typiquement Saintongeais avec 2 niveaux. Chaque niveau comporte une ouverture centrale et une baie aveugle de chaque coté, en forme de zigzag en partie basse. A part des motifs géométriques, les sculptures sont rares. Il n'y a que les modillons de la corniche qui font références à des hommes aux expressions stylisées.

 

        L'intérieur :

La pénombre règne

   En pénétrant dans l'église, je suis confronté à une faible clarté. Cette "obscurité" est classique pour les églises Romanes. Le manque de lumière est du aux fines fenêtres très ébrasées (voir vocabulaire) situées en hauteur évitant l'intrusion de brigands.

   C'est un système de protection minimal et classique pour une église fortifiée. Leurs dimensions et formes si variées me font penser qu'elles ont été ouvertes à des périodes différentes.

   Le contraste lumineux est important avec l'abside éclairée par une large baie Renaissance.

 

Le plan

   L'architecture intérieure comporte les classiques éléments de l'art Roman (certains historiens affirment que l'église date de l'époque de transition). La nef est composée de trois importantes travées. Les piliers sont pauvrement sculptés (mais peut être ma sensation est causée par une restauration trop "stricte").

   Les voûtes en pierre sur croisées d'ogives comportent au centre une clé "animalière". Ma mission de touriste étant terminée, je cherche le moyen de monter pour découvrir les salles de repli. Bien que j'aie trouvé la porte, je n'ai point la "clé du bonheur" pour découvrir les étages.

 

A quoi sert cette bande noire ?

    "Ceinturant" l'église, une longue bande noire attire mon attention. Des blasons colorés égayent cette énigmatique rayure sombre.

Quelle est la fonction de cette curiosité ?

   Ces dessins se nomment : Litres seigneuriales (voir définition). Ces litres montrent les blasons de deux importants seigneurs du 18ème siècle :

  * Morel d'Aubigny,

  * De Goussé de la Roche-Allart.

 

Est ce un cercle magique ? Voyez vous les 2 cercles ? Connaissez vous ce blason ?

 

Je vous ai déjà montré cette curiosité sur les murs de l'église d'Authon dans le même département.

 

C'est la fin

   Ayant dévoré chaque détail de l'église fortifiée de Genouillé, c'est debout que je retourne me réchauffer avec ma blonde  sous les doux rayons du soleil de Charente Maritime.

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 13ème siècle, construction de l'église.

* Au 14ème siècle, des fenêtres sont aménagées pour amener la lumière.

* Au 16ème siècle, l'église est endommagée par les Guerres de Religion.

* Au 18ème siècle (?), partiellement détruit, le puissant clocher est remplacé par un haut campanile à quatre baies.

* En 1913, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 20ème siècle, les traces d'incendie causées par les Guerres de Religion sont encore visibles.

* A la fin du 20ème siècle, une campagne de consolidation et de mise en valeur est réalisée. Les traces de son dur passé sont pratiquement gommées.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de l'Assomption) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Je vais rejoindre la lumière

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0