Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 06:35

 

Département :  38 - ISERE

 La belle ruine médiévale attend SON Chevalier..... J'arrive !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Morestel est située à 65km au Nord-Ouest de Grenoble, à 50km Est-Sud-Est de Lyon et à 20km au Nord-Est de Bourgouin-Jallieu.

 

   Coordonnée du château :

45° 40' 33" N 5° 28' 9" E
 45.67576161°  5.46923071146°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

* Après avoir déposé mon destrier sur le grand parking, en levant la tête je vois les 2 symboles des fondations de notre Royaume :

- L'église,

- Le donjon médiéval.

* Evidemment, comme l'église n'est point fortifiée, toute mon attention est portée sur les vestiges du château fort.

* Diantre !.... Que c'est beau, une ruine Dauphinoise (Je ne suis point chauvin bien sur).

 Je vais me transformer en Homme-Araignée pour grimper la falaise

Une surprise

* Lentement, j'avance vers ce donjon posé sur une plateforme au dessus du bourg fortifié.

* Quand mon regard est attiré par une curieuse pierre.

En connaissez vous la fonction ?

* Ce type de pierre se voyait souvent dans les halles.

* Comme le système métrique n'existait pas et comme chaque province avait ses propres systèmes de poids et de longueur, il était important que les habitants aient une référence (pour comparer les prix par exemple).

* Cette pierre serait un étalon "à tissus". Ne me demandez point de vous décrire ses fonctions exactes, le mode d'emploi s'est perdu dans les labyrinthes du temps.

 

Elle est là haut !

* J'imagine que l'assaillant en bas de la paroi verticale devait être harcelé de pierres et de flèches depuis cette puissance tour.

* Soudain, mon regard est attiré par une curiosité architecturale dont je raffole.

La voyez vous ?

* Ce sont évidemment  les latrines en encorbellement.

 

     L'intérieur :

La plateformeN'est il pas magnifique ce donjon Dauphinois ?

* En découvrant la plateforme ayant porté le château, je suis étonné par sa surface.

* Ce site (Dauphinois je vous le rappelle au cas où) avait pour mission d'imposer la présence du Dauphin proche de la frontière avec le Comté de Savoie.

* Proche d'un angle, l'imposant donjon habitable est le seul bâtiment encore visite.

* Ayant été très consolidé à la fin du 20ème siècle, il est difficile d'analyser ses murs, mais la qualité des pierres, des joints et du parement d'angle ne laisse aucun doute sur la fonction symbolique de cette tour-donjon.

* La porte à sa base donnerait accès à la prison (d'après les descriptions d'archéologues).

* La belle fenêtre à meneaux en croix est l salle de réception.

* Pour accéder dans le donjon, il faut (et fallait) monter sur le chemin de ronde du rempart.

* Durant l'ascension je vois à nouveau l'église Saint Symphorien qui est l'ancienne chapelle du couvent des Augustins construite en 1425.

 Toute l'hospitalité des Dauphinois se ressent dans cette pièce

La salle principale

* Plutôt que d'interdire la visite comme souvent je le constate en notre Royaume, ou encore d'ouvrir et de faire payer le touriste uniquement durant juillet/août (ce qui m'ennuie car je ne visite jamais durant les mois d'été, ma montagne est mon terrain de marche d'été), la municipalité a ouvert le donjon aux artistes peintres et sculpteurs durant plusieurs mois.

* Ainsi, cette beauté se découvre en libre accès durant plusieurs trimestres.

N'est ce pas magnifique !

* Les tableaux et  l'éclairage contribuent à donner une ambiance (presque) médiévale.

* Par l'escalier en bois grinçant sous mes pieds, j'aborde l'autre salle tout aussi magnifique.

 

L'autre étage

* L'ambiance est différente, plus "intime".

* Ceci est certainement du à la plus faible hauteur du plafond.

Question : Qu'avez vous vu dans ces salles ?

*  Ma vision :

- Une imposante cheminée,

- Une grande fenêtre à meneaux,

- Une archère,

- Une porte menant aux latrines,

- De petites fenêtres à coussiège.

 

Le sommet (du monde ?)

Le Sabre et le Goupillon son toujours proches au Moyen Âge

* A l'époque médiévale, le sommet était couvert permettant aux guetteurs et défenseurs d'être protégés du mauvais temps et des flèches des assaillants.

* A travers les archères, ils pouvaient voir sans être vus.

* L'avantage de cette disparition du toit est la possibilité d'embrasser un panorama à 360°.

* Une table d'orientation permet de se situer entre les 3 départements visibles.

 

L'enfer est par là !

Au loin, est ce la poussière d'une troupe guerrière ?

Ce soleil me donne une envie de sieste !

 

C'est la fin

* Je me suis demandé comment quitter ce monde ... (médiéval bien sur).

* Redescendre par le même chemin est trop classique.

* Je me penche pour savoir si une échelle ou une corde d'ennemie a été laissée.

* Je me penche encore plus.....

...... Je glisssssse.... Adieu monde.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* En 1080, une famille portant le nom de Morestel est citée.

* Au début du 13ème siècle, un château fortifié en pierre est construit.

* En ce 13ème siècle, le territoire est possession du Comté de Savoie (voir liste des Comtes) grâce à la possession du château par la famille Miolans (voir leur château d'origine).

* Au début du 14ème siècle, la seigneurie devient Dauphinoise. Le Dauphin désigne un officier (le châtelain) pour administrer les terres.

* En ce 14ème siècle, les guerres Delphino-Savoyardes font rage (voir ce livre).

* En 1334, le Dauphin Humbert II (voir liste) est reçu au château.

* En 1342, la ville est pillée par les Savoyards mais le château résiste.

* En 1450, le Dauphin du Royaume, le futur Roi Louis XI (voir liste), est reçu au château.

* Au début du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la ville fortifiée et son château subissent de nombreuses attaques.

* En 1575, le château est démantelé et les remparts du bourg sont abattus.

* En 1791, l'ancienne chapelle du couvent des Augustins devient l'église paroissiale.

* En 1960, d'importants travaux de restauration sont réalisés sur le donjon.

* A la fin du 20ème siècle, la municipalité transforme le vieux donjon en salle d'exposition.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des étages est possible durant plusieurs mois dans l'année. Une visite guidée est possible, renseignez vous.

 

Je peux observer la frontière de MON Dauphiné

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38

Vers Menu châteaux

de l'Isère

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Pierrote 23/05/2016 21:41

J’ai tenté de reconstituer des pans d’histoire de ce castel d’après ce que j’ai lu dans différents grimoires que je possède. Point ne sais si tous mes historiens m’ont révélé la « vérité vraie »… Je l’espère seulement ! (des informations se recoupent, mais sont-elles les bonnes pour autant ?). Je compte sur d’éventuelles affirmations ou contradictions pour approfondir, ou chercher dans une autre voie…

… En 1080, le seigneur de Morestel se nommait Joffrey de Morestel. Il est témoin de la donation, de la part du chevalier Bérillon et de sa femme, de la chapelle du château de Pinet au monastère de Saint-André-le-Bas (de Vienne).
… J’avais parlé de cette donation dans votre article sur la Tour de Pinet, sans mentionner ce témoin, aux côtés d’Hugues de Demptézieu (il y avait d’autres témoins encore).
… Cette information provient du Cartulaire de Saint-André-le-Bas.

… Je n’ai rien sur les noms des seigneurs de Morestel, vassaux des Comtes de Savoie… ! (ce n’est mie du chauvinisme ! mes grimoires ne m’ont révélé aucun nom de seigneur ou châtelain de cette période). Mais j’ai effectivement retrouvé dans mes grimoires le nom de Miolans, bien plus tard seulement (mais qui revendiquait la terre de Morestel, toujours !).

… Je pense (je n’ai pas vérifié exactement encore mais ça paraît « logique ») que Morestel redevint Dauphinoise après le Traité de Villard-Benoît, en 1314. Mais je n’ai pas de noms de seigneurs ou châtelains jusqu’au premier quart du XVe siècle.

… En 1421, Gabriel de Roussillon devint seigneur de Morestel : il acheta ce castel à Charles VII qui le lui vendit… pour raisons pécuniaires !
… Nostre roy avait besoin de liquidités pour payer ses soldats ! et Gabriel de Roussillon avait rendu des services à Charles VII (et même au Dauphin Louis II, lequel ne s’en soucia point lorsqu’il fut devenu Louis XI : il fit enfermer Gabriel de Roussillon au castel de Beaurepaire, pour avoir suivi Charles VII pendant sa rébellion contre son père, et Gabriel de Roussillon mourut peu après, fin 1461).

… En 1448, Béraud de Murat (du Rouergue !) devint seigneur de Morestel : Louis II Dauphin lui donna cette seigneurie pour le remercier de ses services, car Béraud de Murat fut écuyer, puis échanson du futur Louis XI.
… Je vous en avais parlé au castel de Bournazel, de ces Murat du Rouergue, qui devinrent, pour certains, Dauphinois, et notamment de Béraud de Murat qui acquit la seigneurie de Morestel. Mais je suis heureuse ici, car j’ai pu trouver - et donc recouper – cette information grâce à l’un de mes grimoires, et non plus dans un dossier lu sur internet.

… En 1475 (contrat signé en 1478), le favori des favoris de « mon » Louis XI (et donc, mon favori aussi !), le Dauphinois Ymbert de Batarnay, seigneur du Bouchage, devint seigneur de Morestel.
… Cela se fit parce qu’Ymbert de Batarnay échangea sa terre de Rignac, en Rouergue, contre Morestel en Dauphiné, qui jouxtait ses terres du Bouchage notamment. (la terre de Rignac ayant été l’un des – nombreux ! – cadeaux de Louis XI à son favori).Terre échangée, donc, avec Béraud de Murat, vu plus haut.

… Puis, au cours des règnes suivants, Ymbert de Batarnay fit tout pour conserver cette seigneurie de Morestel : auprès de Charles VIII/ Anne de Beaujeu, puis de Louis XII, François 1er.
Pour Louis XII le « donnant-donnant » n’est pas très joli : Louis XII lui conserva ses titres (celui de seigneur de Morestel, entre autres), contre son témoignage au procès engagé contre sa femme Jeanne de France, pour l’annulation de leur mariage… Je le sais, l’Histoire n’est pas toujours « propre », y compris celle de mes « chouchous » !…

… En 1523, Ymbert de Batarnay mourut. Son fils étant décédé, son petit-fils René de Batarnay devint seigneur de Morestel mais il eut du mal à conserver ce bien : sous le règne de Charles IX il devait se battre encore pour le conserver ! (et évoquer le fait qu’il avait été échangé contre la terre de Rignac… en 1475 !).
… Puis, la seigneurie de Morestel disparaît peut-être de mes grimoires… à moins, comme je le pense, que l’arrière-arrière petite-fille de René de Batarnay ait été l’héritière de la seigneurie de Morestel si celle-ci se trouvait comprise dans la baronnie du Bouchage (cette arrière-arrière petite-fille, qui se maria à Henri de Bourbon, duc de Montpensier, puis en 2e noces à Charles de Lorraine , duc de Guise… du beau monde, pour une Dauphinoise d’origine assez modeste même si noble !).

NB :
Comme vous l’avez noté dans votre historique, cette seigneurie faisait partie du domaine du Dauphin de Viennois, qui « l’engageait » (donc, plus tard, elle fit partie du domaine royal, après le Transport du Dauphiné au royaume de France).

… Mais, pour son proche et fidèle ami Ymbert de Batarnay, Louis XI aliéna cette terre, laquelle, irrévocablement - normalement - ne fit donc plus partie du domaine royal.
… Or, sous les règnes des successeurs de Louis XI, les Parlements s’opposèrent à cette aliénation . Mais les rois successifs ne fléchirent mie, comme Louis XI, qui fut confronté à son Parlement aussi.

… C’est dire l’importance qu’Ymbert de Batarnay avait pendant le règne de Louis XI, et eut pendant le règne des 3 rois suivants qu’il servit !

…Et c’est pourquoi il y eut souvent des « réclamations » de différents prétendants à la possession de cette terre.
… Un tant compliqué, ce morceau d'histoire du castel de Morestel !

Le Chevalier Dauphinois 24/05/2016 16:43

* Quelle magnifique recherche !... C'est un genou à terre que je vous remercie pour toutes ces précisions.
* Les liens entre le Rouergue et le Gévaudan avec notre Dauphiné sont incroyables !
* Je pressens que les châteaux de ces provinces (durant 2016, 2017 et 2018) vont vous faire apparaître des noms "connus" et d'autres liens.

Pierrote 09/05/2016 13:48

M orestel, « Cité des peintres » autrefois.
O n la connaît sous ce nom par chez moi…
R avie je suis qu’ait Chevalier osé
E n Bas et Nord-Dauphiné posé pied !
S auf que destrier laissé aurait pu
T rouver repos dans espace bien herbu !
E st-ce signe des temps ? J’oublie cette question …
L à-haut est belle et ancienne construction.

I l est sûr qu’a subi des « toilettages »
S ans pour autant perdre du Moyen-Âge
E vidente allure massive et austère,
R appelant qu’était conçue pour la guerre
E t loger aussi ses seigneurs, naguère.

D e ses entrailles mes yeux sont enchantés.
A ujourd’hui encore témoins du passé -
U ne cheminée, une archère, des fenêtres
P ourvues de coussièges – font ici renaître
H istoire, en songe, de ses habitants,
I nspirée aussi par lectures donnant
N ombreux détails sur cette vie de jadis.
E t « pot-pourri » du tout est vrai délice…

P our mon esprit également chauvin !
O ui, mais ce bâtiment a su très bien
S auvegarder son âme de vieux guerrier,
T el chemin de ronde desservant l’entrée.

S on sommet a gardé fentes de tir
C omme s’il voulait absolument nous dire : «
R egardez ! Si des atours j’ai perdus,
I l en reste assez pour qu’un aperçu
P uissiez avoir de ma très grand'puissance !
T oiture, de plus, faisait mon élégance,
U tile, avant tout, pour ces braves soldats
M altraitant, à l’abri, intrus en bas »…

N ous offrez à voir une « pierre-étalon »,
O uvrage pour mesurer, antan, coupons.
T résor du savoir-faire de nos aïeux,
A ttisant notre envie de merveilleux

B anni de notre époque technologique.
E st, pour moi, ce vestige des plus magiques.
N ourrit-il mon imaginaire d’une vie
E nfouie trop dans méandres de l’oubli.

Le Chevalier Dauphinois 10/05/2016 18:55

* Pour ce qui est de la "pierre étalon", j'en ai photographiée d'autres (parfois gravés dans le mur) dans d'autres cités.
* Ces vestiges d'un autre temps sont pour le tissus mais d'autres pour la nourriture (graines).
* Peut être qu'un jour je ferai un article que je mettrai dans "Initiation au Moyen Âge".
** Pour le site Dauphinois, j'ai beaucoup apprécié sa grandeur, même s'il ne reste que l'imposant donjon et quelques remparts très consolidés.
** Cette tour-maîtresse tranche par rapport aux donjons Savoyards et à ceux de Touraine (par exemple).
** Ce que mes images ne reflètent pas assez, c'est l'ambiance dans les salles, c'est le bois et la pierre.
** Cette visite que j'ai faite à la fin de mes vacances dans l'Est de notre Royaume fut un moment magique.