Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 06:05

 

Département :  38 - ISERE

 Suis je perdu en cette dense forêt ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Jardin est située à 80km au Nord-Ouest de Grenoble, à 25km au Sud de Lyon et à 4km au Sud-Est de Vienne.

 

   Coordonnée du bourg :

45° 30' 3" N 4° 54' 11" E
 45.500798289°  4.9031102657°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

* La recherche d'une ruine médiévale se traduit souvent par une promenade, plus ou moins tranquille.

* En mon Dauphiné, la végétation est respectueuse du Chevalier Dauphinois. Ce sont donc des arbres qui s'écartent devant moi.

* Pour me permettre de savourer la beauté du ciel Dauphinois (qui ose affirmer que je suis chauvin ?), les feuilles s'effacent.

* Mais... Je ne suis point venu ici pour me faire flatter par la végétation. Je suis dans cette forêt pour découvrir la ruine du château de Montléans, dont j'aperçois les premiers indices.

 Je vois les frontières de mon Dauphiné !

Des pans de murs

* Des pierres construites... Cela est le fantôme d'un rempart (peut être).

* Quelques mètres plus loin, ma supputation est confirmée.

* En bordure d'un petit à-pic, le mur peu épais possède des ouvertures pour le guet.

* De là, je vois les limites de mon Dauphiné..... et même l'infini.

* Je pressens que ces murs n'étaient point que des remparts. Ils devaient encadrer des petits habitats ou des entrepôts.

* L'ensemble est si étendu qu'une idée me vient :

Il devait y avoir une vie en ce lieu

il y a quelques siècles.

 Est ce la tour de Babel ?

Mon sang n'a fait qu'un(e) tour

* Je suis si heureux d'avoir vu tant de remparts que mon esprit rêve tandis que mes jambes avancent vers.... heu, je n'en sais rien.

* Soudain, mon instinct me quémande de lever la tête.

Ma vue me joue-t-elle des tours ?

* Je frotte mes yeux, je passe ma vision en mode Terminator.

Diantre !... Ceci une tour.

 

Les atouts de la tour

* Ronde elle est.

* Haute elle paraît.

* Enlacée par le lierre elle s'affiche.

* Les hommes modernes l'ont consolidée avec un (gros) peu de ciment. Pourtant son ancienneté est évidente.

* Lentement je m'avance vers cette beauté médiévale.

* Elle ne comporte pas d'archère visible et son crénelage a disparu.

* A sa base, une ouverture non naturelle va me révéler ses entrailles.

 

     L'intérieur :

Analyses rapides de bas en haut

* Avec précaution, je passe la tête dans le trou.

Le cercle de la tour me fait tourner la tête.. en rond

* Bien que des gravas aient rempli le fond, je vois en bas l'encoche circulaire d'un fantôme de plancher m'informant que salle il y avait.

* Au dessus, une rangée de trous ayant porté des poutres. Entre les deux planchers, une fenêtre éclaire la salle.

* A l'étage supérieur, je vois une ouverture de lumière puis des niches (placards).

* Il me semble voir aussi l'entrée des latrines.

 

C'est la fin

* Je vous laisse ici et je vais continuer mon exploration seul.

* Mais avant, je vous offre le spectacle d'un système défensif classique et très efficace : Un fossé.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié. Il est possession de la famille de Beauvoir de Marc.

* Au 16ème siècle (1525 ?), la famille de Maugiron possède la seigneurie.

* En 1569, le site est élevé au rang de Comté (voir titre de noblesse).

* En 1629, le Roi de France (voir liste) Louis XIII est reçu au château (à vérifier).

* En 1633, le château est détruit (comme de nombreuses forteresses dans le Royaume de France) sur l'ordre du Cardinal de Richelieu.

* En 1809, après avoir été chassés par Napoléon, des prélats d'origine Espagnole logent dans les ruines du château (à vérifier).

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite.

 

Une vidéo de ce château est visible ici.

 

C'est dans ces moments où je regrette de ne point être un oiseau

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Pierrote 14/10/2016 21:59

Avant que je vous rende compte de ma future « croisade » là-bas un jour, je vous parle déjà de son histoire glanée dans mes grimoires :
En fait, il semble que nous ayons les mêmes renseignements, sans, je pense, qu’ils proviennent des mêmes sources.

En 1326, le castel de Montléans dut être assiégé, car un grimoire me rapporte qu’un noble, au servie du comte de Savoie du moment (Edouard le Libéral), fut remboursé de sa monture perdue devant Montléans.

La famille de Beauvoir de Marc m’est connue.
... Si je ne me fourvoie mie, elle a toujours été du côté des Dauphins du Dauphiné, alors que sa seigneurie était entourée de possessions Savoyardes. (assez cocasse, ces possessions Savoyardes dans mon Nord-Dauphiné - Nord-Isère, donc - : une « langue » de terres allant, en gros de Voiron au Rhône = d’Est en Ouest, « étranglées » par les terres Dauphinoises au Nord et au Sud).
... Je vous avais parlé des Beauvoir de Marc au castel de Pinet, à celui de Chirens, de Bressieux (je ne vous réécris mie ce que j’avais écrit à l’époque).

La famille Maugiron m’est un peu connue également.
... Elle semble ne pas être enracinée en Dauphiné depuis aussi longtemps que les « grandes familles » de notre Province.
... En 1430, François de Maugiron vint se battre sur « mes terres ». Mais, d’après votre historique, Montléans ne lui appartenait pas.
... Je sais que Guiot de Maugiron fit les guerres d’Italie avec François 1er.
... Laurent de Maugiron fut lieutenant-général du Dauphiné pendant les guerres de Religion. Mais, apparemment trop fanatique, il fut remplacé ! (par Bertrand de Simiane, seigneur de Gordes).
... En 1578, Un de Maugiron était « mignon » du roi Henri III. Il se battit en duel cette année-là pour son roi.
... En 1761, la seigneurie de Montléans est un marquisat (je ne sais pas la date de ce changement de titre), car le marquis de Montléans et son épouse sont cités dans l’un de mes grimoires pour avoir été parrain et marraine d’une des cloches de l’église de Jardin !
C’est d’ailleurs le châtelain de Montléans et sa femme qui les représentaient à ce « baptême ».

Le Chevalier Dauphinois 15/10/2016 10:16

* Que voila de nombreux détails pour cette tour cachée dans la forêt.
* Vos recherches confirment mon idée que ce site fut bien un vrai castel.
* Par contre, dans ma bibliothèque, je n'ai pas de trace sur son importance (financière, géographique ou .....) ou sa fonction.

Pierrote 08/10/2016 22:04

C’est sûr, Chevalier, qu’avec comme seul indice « la porte fortifiée d’une cité royale », même si elle est très connue, je vais vite tourner en bourrique si je la cherche !
… Un tout petit autre indice… non ?… Je suis certaine que cela vous soulagerait de savoir que je vais bien dormir cette nuit grâce à vous !… non ?

Le Chevalier Dauphinois 09/10/2016 10:16

* Aucun détail vous aurez du Dauphinois Chevalier.
* Ce (vil) personnage qui se prend pour un castellologue....
..... Adore s'amuser à vous titiller.
* Ainsi j'ai osé vous donner quelques bribes d'informations.....
...... Qui ne sont que le prologue d'un magnifique article.
* Évidemment, ce récit détaillé d'une porte fortifiée, qui est évidemment unique en nostre Royaume de France....
........ Ne vous sera révélé que dans 28 jours.
* Et je vais même vous faire encore plus souffrir....
....... car je pense que la description sera en 2 articles.
* Il y a beaucoup à montrer aussi bien en images, qu'en détails d'architecture et qu'en histoire.
* De plus, 3 Médiévales personnes Royales l'ont certainement traversée.
* Dormir vous ne pourrez point, ainsi "de moi" vous allez songer.
* Haaaa, être le songe d'une femme !

Pierrote 08/10/2016 09:03

Eh oui, mea culpa, Chevalier ! Je ne suis jamais allée saluer cette beauté alors que je la voyais là, tout près, sur sa butte…
… Mais, de mon côté, je saurais prendre mon temps pour vous parler pendant des heures et des heures (j’exagère à peine !) des seigneurs Dauphinois de Beauvoir de Marc ou de Maugiron qui l’ont possédée, en replaçant leur histoire dans le contexte « politique » du moment, dans l’histoire du Dauphiné, et en vous dévoilant leurs liens avec d’autres familles Dauphinoises ou du royaume de France , etc, etc !…

… Sans aucun doute, j’irai un jour voir cette beauté de près, pour apprécier le site dans son ensemble même s’il n’en reste plus grand chose (mais je ne passe plus devant cette tour depuis un moment ! Les connaissances chez lesquelles j’allais ont déménagé).
… Par chez moi, on parle toujours de « la tour Montléans », et je pense que je ne suis pas la seule à ignorer qu’il y avait d’autres vestiges, à part la tour. Merci encore de me l’avoir révélé, Chevalier, c’est un magnifique cadeau !
… Je vais faire le point sur mes propres renseignements historiques concernant ce site.

Le Chevalier Dauphinois 08/10/2016 15:48

* L'avantage d'avoir 800 ans comme moi, c'est que le temps est élastique.
* Contrairement aux travailleurs de ce 21ème siècle toujours pressés, le vieux Chevalier prend le temps... de l'éternité.
* Et comme je ne dors que 5 heures par nuit (et que je ne me lave jamais... hihihi), cela me fait encore plus de temps pour voir les ruines.
*** Le mot "Tour" est trop souvent usité en notre siècle pour désigner une construction médiévale plus importante.
*** Très souvent je vois un château, alors que la littérature cite une tour.
*** Il me semble que j'ai abordé ce sujet (rapidement certes) dans un de mes articles où je m'insurge contre ce vocabulaire limitatif (il est possible que l'article ne soit pas publié... j'en ai plusieurs étalés sur 2 ans).
*** Actuellement, je rédige un article qui sera publié en novembre parlant d'une tour alors que ce fut une porte fortifiée (la première défense d'une cité Royale très connue)... mais évidemment.... je n'en dirai pas plus.... hihihi...... titilleur de Dauphinoise je suis.
*** Bien sur, une simple tour a existé au Moyen Âge, mais ce type de construction fut assez rare... ou rarement parvenu jusqu'à nous.
*** Donc, à chaque fois que je visite un site dénommé "Tour", je recherche toujours les vestiges l'entourant. Très souvent, il y en a.
*** Évidemment, parfois je n'en trouve pas.

Pierrote 07/10/2016 19:51

M oi qui croyais qu’une seule tour existait !
O r, je découvre - parce que ne l’ai-je jamais,
N enni, approchée* - que d’autres très vieux murs
T entent de résister dans cette verdure.
L es vestiges sont bien maigres et arasés.**
E st, cependant, empreinte du passé
A ncrée dans ce rempart ayant servi,
N ‘en doutons pas, à contrer ennemis.
S avons, en outre, que n’étaient mie taillis

J adis;*** ainsi se trouvait le chemin
A découvert : gens d’armes voyaient de loin !
R avin et fossé complétaient l’aspect
D éfensif du lieu. Haute tour était,
I l semble bien, de guet, peut-être donjon,
N aguère compris dans vaste construction.

I ncroyable bâti ayant gardé
S on allure austère, sans sécurités
E videntes, mais en eut-il moult antan ?
R epli ultime fut-il ? ceux-ci n’ayant
E ngageante architecture bien souvent,

D épourvus d’ouvertures, sauf une ou deux
A l’étage accueillant seigneurs du lieu.
U n crénelage avait, je pense, tour ronde,
P lutôt qu’un toit couvrant chemin de ronde…
H eureuse je suis que m’ayez révélé
I nattendue place pourtant « côtoyée ».
N e m’avaient décrit le site mes grimoires,
E voquant uniquement son histoire.

P ar vos écrits et vos nombreuses images
S ûr qu’avez su à cette ruine rendre hommage !

* Il faut dire que je l’ai toujours mirée de jour de loin, parce que pas le temps de m’arrêter, ou pas mirée du tout parce qu’il faisait nuit noire lorsque je repassais devant !
** autres que la tour.
*** du moins, je le suppose fort.

Le Chevalier Dauphinois 08/10/2016 15:49

* Avec mon destrier, qui sait bien sentir la poussière médiévale, mon rythme de croisière est lent.
* Contrairement à vous dans votre "cheval vapeur", je sais/peux m'arrêter pour visiter les tours et les contours.
* Ainsi, j'ai pu toucher la construction que vous ne faites de voir (trop) rapidement.
* C'est cela la vie d'un castellologue amateur, visiter par saut de puce en tout nostre Royaume.
* Ce site Dauphinois est donc mon cadeau. Peut être que mes images vous forcerons à le humer de près.