Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 08:50

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 Puis je être l'ombre de ton ombre ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Firmin est située à 50km à l'Est de Die, à 30km au Nord de Gap et à 10km au Sud-Est de Corps

 

     Coordonnées du château :

44° 46' 40" N6° 01' 02" E
 44.7777668258° 6.01721942424°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Elle m'attend !

* Au Sud-Ouest de la commune et à une portée de flèche au Nord de l'usine électrique de Saint Firmin, une ruine me hèle.
* Cela fait plusieurs kilomètres que cette beauté médiévale m'a repéré. Posée sur sa colline, la construction du Moyen Âge a une vue plongeante sur la vallée.

* Je pressens qu'elle a envie de me rencontrer (et réciproquement), mais j'ai besoin de l'observer de loin (et peut être me faire désirer d'elle).

 Rond d'un coté, carré de l'autre

J'ai l'impression de déjà la connaître

* La construction est posée sur le rocher à 920 mètres d'altitude.

* La falaise protège le château au moins sur 2 faces.

* Grâce à la vue satellite et l'observation depuis le bas, il est possible de comprendre le plan, mais je préfère vous le montrer suite aux relevés de monsieur Vollaire au début du 20ème siècle.

 

 

Le plan

   Plan du château du château de Saint Firmin :

     4 - Tourelle de guet,

     5 - Courtines,

     6 - Donjon,

     7 - Entrée.

 

La façade coté poterne n'est pas impressionnante

Est ce le bon endroit ?

* Avec prudence et témérité, je marche sur le chemin menant à mon graal du jour.

* J'arrive coté Ouest.

* Je découvre la tour de guet de 4,5 mètres de haut, la poterne et un morceau du rempart arasé.

* Cette façade n'était point accessible à l'époque médiévale car l'entrée principale était à l'Est.

* Lentement, je contourne le site pour chercher l'entrée principale de ce château Dauphinois.

 

 

Une entrée bien gardée

* Depuis le plateau, la vue sur la ruine et l'arrière plan est magnifique.

* L'ancien château fort est posé sur une butte.

* Lentement j'avance vers le puissant donjon.

* Sur la gauche, l'ouverture est l'entrée principale du château.

* Je constate que l'architecture de cette construction défensive ne ressemble pas aux standards des châteaux seigneuriaux.

* Ce site est un fort de repli. Il pourrait s'apparenté, en plus modeste, au fort de Caumont en Ariège.

 

Que voila système défensif représentatif du Moyen Âge

        L'intérieur :

Le donjon

* Evidemment, la haute construction située à l'Est a perdu de la hauteur et donc son crénelage.

* Quelques fentes défensives sont encore visibles.

* Les pierres sont pauvrement taillées et les joints sont très épais.

* A l'intérieur, je distingue 4 niveaux.

* Des fenêtres à coussiège simple ou double se devinent.

* Soudain, la ruine m'offre une vue incroyable !

(Vous ai je déjà dit que j'ai l'imagination fertile et le verbe excessif ?).

* Sur un mur, apparaissent les jambages en pierre de taille d'une magnifique cheminée.

 

 

Le plan en coupe du donjon

* Pour mieux comprendre ce donjon du 14ème siècle, je vous propose ce plan :

1 - Terrasse avec crénelage (voir vocabulaire).

2 - Pièce commune confortable avec sa cheminée.

3 - Porte d'accès aux courtines (chemin de ronde).

 

La petite tour de guet protège aussi la poterne

La cour

* Je sors du donjon coté cour.

* Le vide et le néant se côtoient dans les entrailles du château.

Y avait il des bâtiments

des maisons, des entrepôts ?

* Je ne saurais répondre à cette question.

* Au sol, je ne vois point les bases de mur. Mais il y a tant de gravas qu'il faudrait faire un travail d'archéologue.

N'y a t il rien à voir ?

* Pour le curieux sachant regarder, pour le castellologue amateur, des dizaines, que dis je des centaines de détails s'affichent.

- Des archères droites avec ébrasement.

- Une courtine "un peu" cassée montrant son remblai et son épaisseur.

- Une poterne.

- Une tour de guet dont l'intérieur est..... je manque de mots.

 

 

C'est la fin.... pour vous

* Il me reste tant à voir que je préfère vous abandonner ici.

* Pendant que je me délecte des pierres, je vous propose que quitter ce site avant la tombée de la nuit.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 14ème siècle, la guerre de Cent Ans ravage les provinces. Les Routiers dévastes toutes les vallées et les villages.

* En 1376, Charles de Bouville, gouverneur du Dauphiné, inspecte l'état des constructions défensives des bourgs et vallées. Il ordonne la construction d'une fortification défensive à Saint Firmin.

* En ce dernier quart du 14ème siècle, le puissant donjon carré est d'abord construit. Puis furent aménagés les remparts avec la ronde petite tour permettant aux paysans de se réfugier et de guetter.

* En cette fin de 14ème siècle, un procès  s'ouvre entre les 2 co-seigneurs : Pierre d'Ambel et Bernard de Gravollière, prieur de Saint Michel de Connexe et de Saint Firmin. L'enjeu est la détention des droits de Haute Justice puis, évidemment, des taxes sur cette seigneurie.

* Au début du 15ème siècle, Raymond d'Ambel est chargé de la défense des communes de Saint Firmin et de La Chapelle.

* Au 16ème siècle, des fenêtres à coussiège sont aménagées dans le donjon.

* vers 1792, il n'y a aucune trace de présence des Révolutionnaires au château. Il est fort probable que ce dernier soit en ruine depuis bien longtemps.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec prudence.

 

Pour plus de rêve voici une petite vidéo.

 

Que de beautés en mon Dauphiné !

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 05Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Pierrote 28/11/2016 13:47

S uis-je par ce castel attirée,
A insi que l’aurez deviné.
I l ne fut d’un seigneur demeure ?
N ulle princesse ici eut l’heur
T enir cour ? Ce n’est point malheur !

F allait-il bien, antan, bâtis
I gnorant fastes, aussi petits,
R ésidence de quelques gens d’armes
M aintenus en place pour alarme
I mmédiatement faire sonner.
N ombreuses furent-elles dans le passé*…

H anté par les rondeurs vous êtes ;
A rchères me font tourner la tête !**
U ne passion que je ne sais pas
T rès bien expliquer : je les vois,
E t alors tout le Moyen-Âge
S urgit à mes yeux ; « habillage »

A ustère, si simple, de tir ou guet.
L ‘intérieur de ces défenses est
P lus encore un délice à voir :
E brasement, cet « entonnoir »,
S pectacle est, qui sait fort me seoir.

D es poternes, n’en mirons souvent.
A lors est-ce bonheur découvrant
U ne « rescapée ». Porte de la vie
P our moi est cette ouverture qui
H ors de portée les gens mettait…
I mage de l’appareillage est,
N ec plus ultra pour ce vestige ;
E t tant pis s’il n’a nul prestige !…

N e fut, cette ruine du passé,
O uvrage puissant, démesuré.
T outefois, l’ai-je apprécié bien
A vec montagnes pour écrin.

* enfin, si ce castel était juste de surveillance. Si c’était une « base » pour gens d’armes (genre Caumont), il y en eut peu, je crois (?).
** après les hourds, toutefois.

Le Chevalier Dauphinois 28/11/2016 17:32

* Ce petit château de garde et de marque de pouvoir seigneurial est fascinant.
* Certes, il est simple : Un donjon, quelques communs (disparus), un rempart asymétrique, une petite tour et une poterne.
* L'ensemble est efficace pour surveiller et se défendre contre une petite troupe.
* Un château comme il en existait beaucoup en "mon" moyen Âge. L'avantage de celui-ci, il est presque entier.