Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 06:53

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 Voyez vous une construction fortifiée ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Roche des Arnauds est située à 90km à l'Est de Montélimar, à 40km au Nord de Sisteron et à 10km à l'Ouest de Gap.

 

     Coordonnées du château :

44° 33' 54" N 5° 57' 39" E
 44.56513811°  5.96086621°

 

Toponymie :   (--> voir initiation)

* La Roche : Ce qualificatif est évidement.

* Des Arnauds : Cette précision est due à l'histoire du site. il y eut 8 seigneurs ayant porté le prénom : Arnaud.

* Il est amusant de savoir que chaque année, en février pour la Saint Arnaud, la commune accueille toutes les personnes ayant ce prénom. Un apéritif et une fête sont organisés.

 

 

Le château : Ruiné est ce vieux château fort

        L'extérieur :

L'approche

* Au dessus de la petite commune une belle colline partiellement boisée me fait face.

* Mon destrier qui ressent les murmurent des vieilles pierres me quémande de mettre pied à terre et de monter sur la butte.

* Presque au sommet, je vois des pierres pauvrement taillées attirées par la pente.

* Je pressens que ruine je vais voir.

 

Confirmation : Le site est en ruine

* Lorsque souvent je vous affirme que le trésor d'un château fort, même en ruine, est le panorama ce n'est point une idée farfelue de mon esprit trop passionné de châteaux forts.

* Voici une preuve que je ne suis point seul à le penser. Un banc a été posé par la commune pour que les visiteurs apprécient le paysage.

* Je ne suis point venu en ce lieu pour le tourisme mais pour comprendre les secrets d'une construction.

Question 1 : Est elle médiévale ?

 Quelle magnifique rondeur !

Une tour imposante mais arasée

* Bien que les arbres tentent de la cacher, une ronde construction s'offre à moi.

* Bien que sa hauteur soit imposante, elle ne me donne aucune information sur ses systèmes défensifs.

* Point d'archère ni de mâchicoulis (voir vocabulaire) sont visibles.

* Son diamètre m'informe qu'elle n'était pas habitable.

* Ses pierres sont pauvrement taillées et peu jointives.

* Son lit de pierre m'informe que cette construction n'appartenait pas à un puissant seigneur.

* L'épaisseur du mur est une preuve que tour défensive cela était.

 

 En son coeur, le site me montre quelques fascinant détails

        L'intérieur :

Je renomme ce site en : Château vert !

* En entrant, je découvre une petite forêt. Cette végétation ne me facilite point la lecture du site.

* D'après ma documentation, il serait possible de voir les bases du logis rectangulaire appuyé contre la paroi.

* Avec précaution j'avance.

* Soudain, mon instinct de castellologue amateur me dicte de stopper.

Voyez vous la cause ?

 

Padirac... mais presque

* Devant moi, le sol est en pente, les pierres roulent et surtout, un gouffre se cache.

* Vous êtes si perspicaces mes merveilleux lectrices et lecteurs que vous avez deviné, non point un trou, mais les vestiges d'une voûte.

* Lentement, j'avance vers cette construction médiévale.

 En ce chaud soleil d'été, je resterai des heures au frais

L'écho me répond

* La marche est instable car les pierres jonchent le sol.

* La première idée qui me vient est d'imaginer que cette construction fut la citerne.

* Mais de suite, je change d'avis car il n'y a pas :

- De trou sous la voûte pour récupérer l'eau.

- D'argile sur les parois.

* Sur le coté, une porte me fait imaginer que je suis dans une réserve.

 

La mystérieuse cour

* Je sors pour tenter de voir d'autres bâtiments.

* Un mur plus haut que les autres pourrait être le vestige du logis.

* Mais à l'intérieur du site défini par les murs arasés je ne vois pas de construction identifiable.

* Je me console en admirant le magnifique panorama.

* Puis, je tente de retrouver le chemin vers le bourg.

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

Histoire du château :

* En 1017, sur la colline, au dessus d'une petite église, est aménagé une tour protégée par un rempart.

* En 1188, Arnaud III Flotte est seigneur de La Roche.

* Au début du 13ème siècle, le site est possession de Arnaud IV de Flotte.

* En 1226, la seigneurie et le château sont cités dans un texte. Le site n'est pas Dauphinois mais dépend des Comtes (voir titre de noblesse) du Valentinois et du Diois.

* En 1294, les étendards des 2 Comtes flottent sur le château.

* A la fin du 13ème siècle, le village est entouré d'un rempart.

* En 1357, la chapelle castrale est mentionnée dans un texte.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La ruine n'étant que partiellement consolidée, veuillez être très prudents. Le risque de glisser ou de recevoir un pierre est important.

 

En ce lieu je rêve d'un passé où le guet était une nécessité

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Pierrote 12/04/2017 13:02

L e flair de votre destrier est fort
A dmirable pour dénicher castel fort

R etiré dans un lieu un tant perdu !
O ublié des hommes, mais non des feuillus,
C elui du jour ne fait pas exception
H ébergeant en son sein végétation.
E t pourtant, a su vaillant Chevalier

D écouvrir des pans de murs du passé.
E tre castellologue, même amateur,
S urprises apporte, et parfois des frayeurs…

A insi les premières sont pierres formant
R ondeurs dont notre guide est très friand !
N ul doute que tour est merveilleux vestige
A vec - tant pis si ce n’est point prestige -
U n appareillage qui me siet. Et si
D éfenses ne sont plus visibles aujourd’hui,
S uis-je sûre qu’antan eurent peur les ennemis

D evant élément de guet qui devait
A tout le moins impressionner de près…
U ne des « angoisses » dans tel site provoquée
P rovient du fait que se sont effondrés,
H élas, murs et salles. Lors, dans trous béants,
I ncomparables,* Chevalier servant
N e doit surtout choir !… Quelle abnégation
E st montrée là ! Comme fut grande la tension

H abitant mon corps quand êtes descendu
A pprocher gouffre immense dans sol pentu !
U ne chose est sûre : je ne me moque point,
T rois fois non, du trésor par ce moyen
E ncontré ! Salle voûtée est magnifique !
S ait-elle avoir sur moi effet magique.

A jolivés sont rêves, car bien je sais
L ‘utilité de cette pièce, mais
P ar ce biais ai-je imaginé entier,
E t bel, cela va sans dire, ce guerrier
S ite, qui plus est, est sis en Dauphiné.

P our sûr, portent ces quelques pans de murs
S ouvenirs dont j’aime entendre le murmure.**

* ce n’est Pa dirac, mais presque, d’après vous !
** souvenirs historiques, bien que cette place n’ait pas toujours appartenu au Dauphiné, elle en fit partie tout de même.

Le Chevalier Dauphinois 12/04/2017 19:52

* Dans ces ruines minimales où deviner est la mission, j'adore mettre des titres amusants ou énigmatiques.
* Il est certain que le "Pas Dirac mais presque" m'a amusé.
* Je pressens qu'en ce lieu, si une association de sauvegarde voulait s’investir, plusieurs bases de mur serait mise à jour.
* Mais ce château sans histoire passionnante n'attire point les forces humaines ni les mécènes.
* Donc, il est fort probable que mon article soit, durant plusieurs décennies, la seule preuve de son existence.