Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 06:05

 

 

Département 30 - GARDLa puissance Royale s'exprime dans cette tour médiévale

 

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Villeneuve lès Avignon est située à 55km au Nord-Ouest de Salon de Provence, à 40km au Nord-Est de Nîmes, à 30km à l'Est d'Uzès et à 20km au Sud d'Orange.

 

     Coordonnées de la tour :

43° 57' 30" N4° 47' 50" E
 43.95839533° 4.79734003544°

 

 

 

La tour : 

        L'extérieur :

Un donjon solitaire

* Il y a bien longtemps, dans ma jeunesse (je vous rappelle que j'ai 800 ans) l'imposant donjon était intégré dans une forteresse.

* En "votre" siècle, la tour est seule sur sa butte.

* En voyant sa puissance, je vous laisse imaginer la construction imposante qu'avait fait construire le Roi Philippe le Bel.

* Je me dois de l'approcher et la toucher.

 Sont ce des boutons d'une maladie médiévale qui  décorent les parois ?

Première analyse 

* La tour est construite sur le rocher.

* Les pierres à bossage trahissent son siècle de naissance.

* Son parement d'angle est parfait. Cette tour est bien celle d'un grand du Royaume.

* De nombreuses fentes verticales hautes et fines garnissent les parois.

Sont ce des archères ?

* La réponse me sera certainement donnée en visitant ses entrailles.

* Au sommet, les mâchicoulis (voir vocabulaire) ainsi que les archères forment un duo efficace en cas d'attaque.

 

 

Deuxième analyse

* Aux pieds de la tour, je n'ai qu'un souhait : "Pourvu qu'un fantôme médiéval ne fasse point tomber un liquide bouillant depuis les mâchicoulis!".

* Par sécurité je regarde en haut.

* Je suis surpris par "la ligne droite" vers le sommet.

N'est point curieux ces pierres sans bossage ?

* En contournant le donjon, je crois comprendre l'ancienne fonction de "la ligne droite".

Pensez vous que cela fut des latrines ?

 

 

        L'intérieur :

L'angoisse dans l'entrée

* Après avoir donné quelques piastres à la damoiselle de l'accueil, j'entre dans un autre siècle.

* J'apprends qu'il y a 176 marches à gravir.

* J'ôte ma lourde armure Dauphinoise. C'est en pourpoint (et non à brûle pourpoint) que je commence l'ascension.

 

 

La première salle (propre !)

Avec quelques tapisseries, cette salle devient une aula magnifique !

* Je suis surpris par le calme de la pièce.

* Je ne suis point dans une salle pour soldats mais dans une magnifique pièce à vivre.

* Le plafond voûté d'ogives contribue à la sérénité du lieu.

* Les culs de lampe sont magnifiques.

 

 

* Les larges fenêtres amènent une douce lumière.

* Il suffit de s'asseoir sur les coussièges pour réaliser quelques travaux de couture ou d'écriture.

* Il y a la possibilité de "papoter" à plusieurs sur de longues coussièges dans l'épaisseur du mur.

Avez vous remarqué les fentes verticales ?

 

 

La deuxième salle (sale ?)

* Une exposition est en préparation dans la deuxième salle.

* Évidemment, elle paraît moins accueillante que sa consœur.

* Pourtant, elle bénéficie des mêmes fenêtres à coussièges et des culs de lampe aux décors finement sculptés.

 

 Au Nord, je vois le Fort Saint André !

La terrasse

* Je suis sur la plateforme.

* Rapidement, je regarde dans une archère cruciforme si point d'ennemi arrive.

* Je vérifie en bas, si point de vils personnages tentent une approche.

* Puis, je décide de monter au sommet (du monde ?).

 

 

Quelle vue !

* Le choix de cet emplacement pour aménager une tour n'est pas du au hasard.

* Depuis le crénelage, le guetteur contrôlait la région sur 360°.

* La panorama est magnifique sur le fort Saint André, le Ventoux, le Rhône, Avignon et la cité des papes.

 

 

C'est la fin

* Il est tard, les nuages s'accumulent.

* Il me faut de suite redescendre puis trouver une taverne pour la nuit.

 

Le diaporama de la tour Philippe le Bel est ici.

 

 

 

Histoire de la tour :

* A la fin du 12ème siècle, une tour défensive est construite.

* En 1226, la primitive tour est détruite suite au siège mené par les troupes du Roi (voir titre de noblesse) Louis VIII.

* En 1293, début des travaux de construction d'une forteresse. Ainsi, le Roi de France Philippe le Bel (voir liste des Rois) souhaite montrer sa puissance aux Avignonnais et contrôler l'entrée du pont reliant les deux rives du Rhône.

* En 1307, le donjon composé d'un étage est achevé.

* Au 14ème siècle, un deuxième étage ainsi que la tourelle sont construits.

* En 1862, la tour est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

La puissante tour surveille la Cité des Papes

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article

commentaires

Chanat Sylvie 11/07/2016 19:50

j'aime beaucoup ce blog. Très intéressant, instructif. Merci

Le Chevalier Dauphinois 11/07/2016 20:07

* Bonjour et merci pour votre compliment.
* Dans ce blog, j'essaie de montrer simplement mes découvertes castrales puis de faire ressentir les vieilles pierres autrement que par les techniques architecturale ou les longues descriptions historiques.
* J'essaie d'être un "touriste" attentif et un castellologue-amateur passionné.

Pierrote 10/07/2016 21:15

A vouerai-je de suite qu’impartialité
P our cette tour je ne saurai montrer,
A cause de celui qui la fit construire :
R oi que j’apprécie,* qui sut me séduire.
T rès souvent, des castels empreintes des hôtes
E conduisent ma plume… Ce n’est pas ma faute !


T our majestueuse ayant grande prestance,
O ù se distingue aussi intransigeance.
U ne droiture calculée et très austère
R endue plus accrue par une solitaire

P osition. Mais je subodore qu’antan
H égémonie avait ce bâtiment
I nclus dans un ensemble dont était maître.
L e peu d’ouvertures fait là apparaître
I mpénétrable caractère, froideur
P alpable, mais était-ce plutôt grande rigueur
P réservant son intimité des yeux
E nnemis, c’est-à-dire des religieux.

L a qualité de cette construction
E st, à mon avis, signe d’ambition

B ien placée !… Cité d’Avignon toisée
E t le pont étroitement surveillé ;
L ‘intérêt du royaume ainsi sauvé.

G oûter à cette puissance les papes n’ont dû.
A vait ce lieu tout pour être défendu,
R iche de ses archères, mâchicoulis,
D otés murs de pierres à bossage, aussi.

L ‘intérieur sait surprendre par sa finesse
A lliée à rudesse d’une forteresse.
N ous sommes dans enveloppe de pierre - qui est
G age de sécurité - mais lumière sait
U nivers adoucir, et les sculptures
E gayent, en nous charmant, ces rudes murs…
D ifficile est-il ne mie succomber !
O ù fierté est visible de s’imposer,
C omme il le fallait, pour bien gouverner…

P our sûr, qualités de Philippe le Bel
S ont identiques à celles de ce castel !**

* … j’assume… Le 3ème de mon « tiercé de rois préférés » (le 1er étant, bien sûr, « mon » Louis XI, le 2ème, Philippe Auguste).
**… à la tour restante, du moins / et : ou… vice-versa ! ... dirai-je !

Le Chevalier Dauphinois 11/07/2016 20:11

* Heureux je suis que vous ayez ressenti la différence entre rudesse extérieure et délicatesse intérieure.
* En cette place Royable, la force orgueilleuse est présente. Il fallait impressionner la Papauté et montrer que le Royaume de France était une puissance !
* J'adore ces constructions symboliques d'un autre temps !