Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 07:05

 

Département 30 - GARD

  Je pressens une longue marche agréable en syous-bois

Le bourg

       Situation :   (--> le voir sur une carte

   La commune de Verfeuil est située à 35km à l'Est d'Alès, à 10km au Nord d'Uzès et à 17km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze.

 

     Coordonnées du château :

44° 09' 55" N4° 26' 19" E
 44.1654330° 4.4387608767°

 

 

La tour :  

        L'extérieur

La découverte

* Après avoir visité le château de Verfeuil, je me dirige vers le Sud-Ouest.

* Après 800 mètres d'une belle promenade j'aperçois sur une colline boisée, une cubique construction en pierre.

* D'après ma carte, cette beauté se nomme : Tour de Marcuel.

* C'était un poste de guet pour signaler au château les intrusions de quelques "malfrats" ou troupes guerrières dans la vallée.

 Faut il un baudrier et des cordes pour monter vers cette tour ?

La montée 

* Face à la colline, je me demande si les ronces et autres épineux vont être mes compagnons d'aventure.

* Et surtout, j'espère qu'un chemin existe encore car la paroi est abrupte.

* Saint Damase (ou Saint Jérôme), patron des archéologues, ayant eu pitié pour mes petites jambes, me montre le sentier qu'il entretien (pour moi ?).

- Je sens que certains esprits chagrins derrière l'écran pester contre moi :

"Chevalier, point archéologue tu es !"

- Il est vrai que je ne suis qu'un castellologue amateur, mais ce Saint Patron m'accueille comme un de ses disciples.

* Lentement, je monte vers elle.

 

Rapide analyse

* La tour semble seule.

* Elle n'est pas précédée par un rempart.

* L'une des faces est borgne.

* Les autres faces possèdent entre une à 2 ouvertures.

* En voyant cette fente, je me demande si je suis en face d'une archère droite ou d'un puits de lumière.

Avez vous une opinion ?

  

 Archère ou puits de lumière ?

        L'intérieur :

Première sensation

* Par une grande ouverture, que je pressens être une porte d'entrée d'époque médiévale, j'entre dans la tour.

* En entrant, je suis étonné par la lumière. Evidemment, vous avez compris que cela est du à l'absence de plafond.

Comment puis je affirmer que plafond(s) il y eu ?

* Ceci est facile à "lire" sur les murs.

1 - Par les trous de boulin (voir vocabulaire), je peux estimer le nombre d'étage.

2 - Puis, par la rupture de verticalité en partie basse (au dessus de la porte).

3 - Et enfin par les pierres en encorbellement en partie supérieure.

 

Les ouvertures

* Avec son impressionnant ébrasement intérieur (et surtout par sa position en hauteur par rapport à l'emplacement des poutres de l'étage supérieur), cette ouverture est un puits de lumière.

* Par contre, cette petite ouverture n'amène que peu de lumière. J'imagine que sa fonction fut une archère. Pourtant je suis surpris par sa très faible hauteur.

* Avec mes constatations, je vais vous quémander de m'aider.

Que pensez vous de ces 2 ouvertures ?

** D'abord, elles sont proches des "poutres" de l'étage en dessous et trop loin des "poutres" de l'étage supérieur, donc je doute qu'elles furent des puits de lumière.

** Celle de gauche ressemble à l'archère droite que je vous ai montrée.

** Celle de droite possède un ébrasement en biais. Ce serait donc une archère pour tirer à "gauche".

 

 

Le diaporama de la tour est visible ici.

 

 

Histoire de la tour :

* Vers 1121, construction de la tour pour servir de guet et avertir, par signaux de fumée, le château de Verfeuil .

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en prenant garde que le sol n'est pas nivelé. La visite des fortifications intérieures est à vos risques et périls. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

Combien d'archers ont tiré depuis cette fente ?

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article

commentaires

Pierrote 25/01/2017 20:42

Pour l’ouverture avec arc plein cintre, je me suis mal expliquée : je parlais de celle (fantomatique parce que bouchée en partie haute) de gauche, vue par votre lien « de ces 2 ouvertures », et dans votre texte, ensuite, vous parlez d’archère droite…
… Ce serait une archère créée à partir d’une fenêtre, peut-être ?… pas courant, non ? il me semblait que l’inverse se produisait plutôt : une archère transformée/agrandie en fenêtre... ?

Le Chevalier Dauphinois 27/01/2017 20:38

* L'étage où se situent ces 2 baies me semble être la salle d'arme, pièce souvent au dessus de la salle de repos ou de vie.
* L'ouverture de gauche pourrait être une fenêtre car l'architecture du linteau n'est point droite/rectiligne.
* Il est vrai que je n'ai pas d'exemple de fenêtre transformée en archère. Une petite fenêtre modifiée en arquebusière, j'en ai vue. Mais il faut que la fenêtre soit petite. Pour une grande fenêtre, le trou pour arme à feu est intégré à la base de la baie de lumière (exemple au château de l'Herm : http://idata.over-blog.com/1/21/32/35/24-dordogne-2/rouffignac_saint_cernin_de_reilhac/herm-int-27.jpg).
* Pourquoi y a t il ce linteau ?... Est ce vraiment une archère ?
* Peut être que l'ouverture de gauche ressemble à cela ?... http://img.over-blog-kiwi.com/1/47/72/88/20151121/ob_0ef705_marcuel-59.jpg ... donc, ce n'est point une archère.
* J'ai visité cette ruine en 2006..... Cela fait une éternité pour le vieux Chevalier dont la mémoire défaille.
* Doute j'ai maintenant........

Pierrote 25/01/2017 17:00

T rès insolite est-il, ici, de voir
O uvrage sans aucune trace de rempart.
U n seul caillou n’avez-vous mie trouvé
R elatant telle existence, Chevalier ?

D onc, il arriva que des tours, parfois,
E rigées furent vraiment seules, autrefois,

M urailles n’étant pour les protéger ? Mais
A vaient-elles unique fonction : celle de guet.
R aison pour laquelle étaient bâtiments
C ampés en hauteur, ennemis épiant,
U ne ou deux défenses toutefois prévues
E n cas d’assaut. Aujourd’hui* sont pourvus
L es murs de peu d’archères. Autres attributs

V isibles ne sont. Vestige fut couronné,
E st-ce possible, de créneaux ; les ai-je rêvés…
R affinement n’était de mise, antan,
F antaisie inutile en lieux devant
E tre habités par gens d’armes, non seigneurs.
U ne austérité remarquée, d’ailleurs,
I ndifféremment dans entrailles, dehors,
L aissant image d’un grand mirador.

G uère de réponses n’ai-je eues à vos questions, «
A ccablée » par moult de contradictions !**
R egard sur première fente : puits de lumière
D écidé avais-je… trop large pour archère…

L ‘on est un tant perdu avec ces « trous » ***
A yant entre eux ressemblance beaucoup !
N e sommes qualifiés comme l’êtes, Chevalier,
G age de pouvoir très vite nous fourvoyer !…
U n arc de décharge j’avais aperçu
E n ouverture de gauche,**** juste au-dessus :
D ‘une ancienne fenêtre le fantôme, d’un huis ?
O u, jadis, percée d’archère était si
C ontraignante pour la structure d’un bâti ?*****

P our sûr, est deuxième ouverture « biaisée »
S urprise ! Détail qui m’a fort étonnée !

* aujourd’hui = les vestiges du jour.
** contradictions en mon esprit, bien entendu, pas dans votre article !
*** du moins je le suis !
**** sur l’image des 2 ouvertures, pour lesquelles vous nous demandez notre avis.
***** qu’il fallait un arc de décharge… Il me semble ne jamais en avoir encore vu au-dessus d’une ouverture pour archère (?).

Le Chevalier Dauphinois 12/03/2017 18:11

* "Vous attendiez mes impressions sur cette construction depuis longtemps"... Vous me faites trop d'honneur. Je ne suis qu'un modeste castellologue amateur parcourant notre Royaume pour le plaisir de la marche et de la photo.
* Je vous remercie pour toutes vos précisions qui améliorent la compréhension de cette "tour".
* Pour la date de 1121, il me semble qu'elle a été citée (certainement au conditionnel) par Philippe Léger (si mes notes sont correctes).

Nicolas 11/03/2017 20:47

J'attendais vos impressions sur cette "tour" depuis longtemps.

D'abord, cette construction est bâtie sur une terrasse sommitale aménagée, mur terrasse donc un possible moyen défensif. Sur la terrasse, inférieure, il y a bien un large mur conservée sur 2 ou 3 assises pouvant faire office de courtine.

Ensuite, pour les archères obliques, il n'y a pas de trace, sur la parement extérieur, de reprise dans la maçonnerie. Les Archères me semblent donc d'origine. Elles sont bien orientée pour laisser passer le soleil l'après midi.

Au dessus, des pierres en encorbellement, un orifice est visible de l'intérieur (voir photo) et de l'extérieur, je pense à une évacuation d'eau et donc que les encorbellement supportaient la charpente du toit : il y a quelques fragments de tuiles à l'intérieur.

Enfin, cette tour ne guette pas grand chose puisque les collines aux alentours sont plus hautes et que les chemins d'accès passaient sur les crêtes. Le seul panorama est le château voisin situé à 800m.

Ce château dispose d'une tour-beffroi (voir chateau de verfeuil) dont la surface est plus réduite que la "tour" de Marcuel. Je me demande donc si Marcuel, n'est pas plutôt une maison, (peut être ancêtre du château ?). La finition (ébrasement) me semble trop luxueux pour un ouvrage militaire.

Enfin je m'interroge sur votre source pour la date de 1121 !

Le Chevalier Dauphinois 25/01/2017 18:01

* Depuis plusieurs années, je clame haut et fort dans mon blog qu'une tour sans rempart n'existe pas....
........ et Marcuel me contredit (partiellement).
* J'ose écrire "partiellement" car il n'est pas interdit de penser que des pieux en bois n'entouraient point la tour.
* Hélas, je n'ai pas trouvé d'encoche dans le sol prouvant ma supputation.
* Cette tour de guet n'était certainement pas défendue par les guetteur en cas d'attaque d'une vraie armée. Donc, je ne saurai dire si crénelage il y avait.
* Crénelage peut être car cela est facile à construite sur la plateforme haut, mais mâchicoulis, je doute.
** L'ouverture avec un arc plein cintre est un puits de lumière. D'ailleurs elle est positionnée haute par rapport au "plancher" du dessus et elle "touche" presque les trous de boulin de l'étage supérieure.

Pierrote 24/01/2017 21:48

Si Damase n’est mie le saint patron des castellologues-Chevaliers des ruines oubliées, il en est d’autres qui le sont… à mes yeux !

P our vous, ai-je d’autres saints patrons invoqués :
E n premier : saint Georges, cel des Chevaliers !
T out comme Hubert : êtes chasseur de ruines-né !
I nattendu Raphaël, car savez
T ant bien, au long des articles, nous guider ;

A vec Véronique, images sont primées ;
P uis Louis* est là pour infos distillées;
A l’orfèvre qu’êtes,** Eloi s’est imposé ;
R estait Luc,*** car si bien enluminez
T outes vos découvertes ! (art est patronné) ;
E t Nicolas… car lecteurs emballez !****

* ou saint Esprit.
**… en la matière !
*** il est également le saint patron des artistes… et dans « enluminure », pour moi est sous-jacent un travail d’artiste…
**** dans le lien que vous donnez, saint Nicolas est, entre autres, saint patron des emballeurs… emballeurs de quoi ?… vu qu’il n’y avait rien de précisé, j’ai choisi emballeur de qui !

(ma prose sur la tour viendra plus tard… j’ai eu envie d’une petite diversion, que vous m’accorderez, je l’espère !)

Le Chevalier Dauphinois 25/01/2017 17:52

* Diantre !... Que de saints pour moi.
* Sacré (comme l'art) mon lard (sous l'armure) devient.
* Déjà que mon barda est lourd à porter en haut des collines, il me faut maintenant emporter tous ces saints donc leurs reliques.
* Me voila transformé en mulet. Peu sain est mon avenir sur les sentes pentues.
* En mon sein, mon cœur bat trop vite à cause du pesant sac dont la lanière me ceint le torse.
* J'appose donc sur le parchemin de ce blog le seing de mon acceptation Chevaleresque à porter ces saints vers Seyssins (proche de Grenoble).