Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 07:01

 

Département 30 - GARD

  Si j'étais SuperMan, je franchirais le ravin en un seul bond

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bessèges est située à 45km à l'Est de Florac, à 20km au Nord d'Alès et à 10km au Nord-Ouest de Saint Ambroix.

     Coordonnées du château :

44° 17' 23" N 4° 7' 42" E
 44.289730655°  4.12841856479°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* A 3km à l'Est de Bessèges, sur une colline boisée, une cubique construction se dore au soleil.

* Il ne m'en faut pas plus pour rêver d'aventure et de princesse à sauver dans une tour gardée par un dragon maléfique.

* Tel un géant, je tente de franchir les hauts arbres pour rejoindre ma belle.

* Mais rapidement, devant la masse verte, je comprends qu'il me faut trouver un sentier.

* Comme dans les contes de fée, un panneau apparaît soudain m'expliquant que je suis proche.

 Derrière ce mur, je vais découvrir une beauté médiévale

La remarque du Chevalier !

- Sur le panneau (ainsi que dans les brochures et cartes) il est noté : Tour de Castillon.

- Je désapprouve cette appellation réductrice !

- D'abord, il est rare qu'à l'époque médiévale une simple tour soit construite.

- De plus, en regardant la vue satellite, il est évident que cette haute construction est l'un des vestiges du château fort.

- En conséquence, je nomme officiellement ce site : Le Château de Castillon.

 

Le rempart

* Le long mur qui me fait face ne ressemble plus au puissant rempart avec crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire). Le temps a fait son travail d'usure.

* Pourtant, avec un peu d'attention, il est possible de voir des fentes verticales s'apparentant à des archères droites.

* En franchissant le rempart extérieur par une trouée, je suis surpris de voir la trace pour une poutre de blocage de la porte.

* Dans la paroi, je vois l'intérieur de quelques archères. Avec leur faible ébrasement, je présume qu'elles datent du 12ème siècle.

 

De mystérieux arcs !Les bâtiments

* Certains bâtiments "peu ruinés" m'étonnent par leur aménagement intérieur.

* Ils sont assez imposants pour en faire un palais, mais ils sont dépourvus de cheminée.

Peut être étaient elles sur les murs disparus.

* La présence d'arcs borgnes m'interpelle.

1 - Si ce sont des fenêtres, l'absence de coussiège est inhabituelle.

2 - Si ce sont des archères en niche, le recul me semble faible.

* En me retournant, je vois de nombreuses pierres taillées sur une imposante surface. Cette construction n'a pas pu être qu'un simple château de guet.

 

Une curiosité

A quoi sert ce trou ?

* Lentement, j'avance avec prudence dans cette ruine.

* Le sol étant recouvert de pierres roulantes, je regarde où sont posées mes chausses.

* C'est ainsi que je découvre un curieux trou horizontal sur le sol.

* Au bout du trou, il y a un "tuyau" de pierre.

* En suivant le tuyau, j'abouti à une salle.

Quelle est la fonction de cette salle ?

* Comme l'indique l'arrosoir moderne, ceci était la citerne alimentée par les eaux de pluie.

A quoi sert ce tuyau ?

 

Bien qu'arasée, la tour reste impressionnante de puissance !

La tour

* La tour a une base quadrangulaire. J'ose la nommer : Le donjon de repli.

* Sa faible hauteur est le résultat du temps qui ne l'a point épargné.

* Sur la paroi, je distingue une petite fente étroite. Je suppose que cela fut une archère du 12ème siècle.

* Une large ouverture, au niveau du mur de rempart intérieur, correspond certainement à l'entrée du donjon de repli.

* Au niveau le plus bas, une porte d'accès a été aménagée.

* Je me dois de la franchir, avec prudence car la tour semble fragile.

 

        L'intérieur du donjon de repli :

Rapide analyse 

* Le mur a plus d'un mètre d'épaisseur.

* La dimension intérieure de la tour ne la rend pas habitable.

* La piètre qualité de la taille des pierres me conforte dans la fonction de repli et non d'habitat de ce donjon.

* Les trous alignés sur plusieurs niveaux représentent les étages. Chaque étage reposait sur des poutres.

* Je ne vois aucune trace d'escalier. L'ascension se faisait certainement par des échelles en bois.

* Le faible ébrasement intérieur de l'archère confirme ma datation du 12ème siècle.

 

Une hypothèse

* Tout en cherchant des indices architecturaux, une idée germe sous mon heaume de castellologue amateur.

* En me remémorant la vue satellite ainsi que bâtiments externes, je pressens que ce château devait avoir beaucoup de ressemblance avec une autre construction nommée : Belvézet.

* Si mon raisonnement est juste, le plan ressemblerait à ceci.

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, probable construction du château (à vérifier).

* Au 14ème siècle, il est probable que les Tuchins saccagent le château (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte du château est libre et gratuite en respectant les vieilles pierres. La ruine n'est pas stabilisée. Veuillez être très prudents dans votre approche et votre visite car les pièges sont importants. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

La tour médiévale surveille le village du 20ème siècle

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 10/01/2016 11:47

C ombien m’aurait plu vivre au Moyen-Âge,
A lors mirer ce castel d’un autre âge
S ans blessures que temps lui a infligées !
T races, qui de nos jours à voir sont données,
E merveillent mes yeux. Quant à mon esprit,
L ibrement divague t-il dans une vie,

D e rêve, pas toujours, en suis-je bien consciente.
E st-elle pourtant magique et attirante ; ,

C ruelle aussi, me rapportent mes grimoires ;
A vec moments moments de paix, d’aucuns de gloire,
S ans omettre des périodes fort malheureuses,
T erribles, n’appelant paroles élogieuses.
I l en était ainsi… Mais conte de fées
L ‘on imagine que fut pour Chevalier
L a découverte de ces vestiges d’antan,
O ù une tour, au soleil se dorant,
N e lui fit-elle songer, premièrement,

B raver, tel un géant, les grands feuillus ?
E tait-il, dès lors, d’amour éperdu
S ans connaître du lieu tous ses atours !
S a bonne étoile lui évita détours,
E t arriva t-il face à vieil rempart
G ardé ayant encore belle mémoire ,
E n forme d’archères, de son passé guerrier… «
S ésame ouvre-toi ! » n’eut besoin clamer

G râce à porte entr’ouvrée déjà pour lui.
A h ! que jadis dut être fort cet huis
R ecevant blocage aussi important !*…
D ans palace se croit-on être vraiment

L orsqu’on pénètre dans immense intérieur.
A rruinés, certes, sont bâtis mais bonheur
N ous procurent pans de murs bien conservés.
G oûté ai-je « délicatesse » affichée :
U ne sorte de raffinement, pour moi,
E voqué par « niches », sans connaître pourquoi
D e tels renfoncements furent là prévus :
O uvrages utiles me sont-ils apparus.**
C omme ne savons dans quel but fut conçue

P areille ordonnance, voilà mon idée :
O n se trouve dans un logis habité
S oit par intendant,*** qui sait par soldats,****
T our n’étant que pour s’abriter, n’est-ce pas ?

S ont images de cette dernière très belles.
C harmée je fus, parce qu’avec icelles
R essentie est atmosphère qui me sied.
I l est vrai qu’appareillage ici n’est
P as étranger à cette sensation,
T ant j’aime ces pierres jointées sans trop d’union.
U ne chaleur s’en dégage… Est-ce mon avis,
M ais irraisonnée sais-je bien que je suis !

N ‘ai-je oublié la citerne admirer,
O ù comment nous faire au conte de fées
T out à fait croire par le magique indice
A bandonné là !… Fort plaisante malice !*****

B eauté, que ces ruines dans forêt perdues…
E t beauté des rêves qu’ont entretenus
N aguère chez ceux qu’elles surent bien protéger.
E n avons-nous largement profité !


* du moins, il me semble
** des niches, vraiment : où l’on entreposait l’aigue en pot, par exemple… ou est-ce le raisonnement saugrenu d’une femme ?… !
*** … de la place : un petit seigneur châtelain peut-être, et/ou capitaine du régiment de gens d’armes dévolus à cette place ?… si l’on s’imagine être face à un castel tel que celui de Belvézet…
**** habité par soldats, dans le sens que, dans le logis principal de grandes pièces leur étaient peut-être réservées, leur « dortoirs » étant ailleurs ?…
***** de la part de votre fée bienfaitrice ! (et de votre part d’avoir offert cette image cocasse et si à-propos !…)

Le Chevalier Dauphinois 14/01/2016 20:56

* Votre riche et longue prose me prouve qu'appréciée ce château vous avez.
* Dans ce style de ruine, où il reste de beaux vestiges, l'imagination est fertile.
* Vous voyez des niches pour des pots alors que je vois..... holala... des cases pour un mâle solitaire.
** Il est certain que je me suis bien amusé en narrant la citerne. J’eus cette idée durant ma visite de la ruine.
** Parfois, le site castral m'inspire tant que je prends des notes qui me serviront à proser plus rapidement à mon retour en Dauphiné.
** Pour Castillon, j'avais déjà les grandes idées et le sommaire mis sur le papier (que je prends toujours avec moi).
** Peut être qu'un jour, ce sera une tablette (informatique) qui sera mon support. Je ferai (presque) l'article en direct.

Anne la Dauphinoise 08/01/2016 13:21

A i-je cet article vraiment moult apprécié
P ar ses détails, explications données,
A insi que par nouvel effet miré,
R endu par petit texte là encadré
T rès joliment par images opposées.
E t n’oublié-je diaporama prisé !

P our tout cela, veux-je bien prendre mon temps,
S ource de bonheur dans site autant charmant !

Le Chevalier Dauphinois 08/01/2016 18:29

* Lorsque mes images le permettront, je tenterai de "nouveaux" affichages.
* Heureux je suis que ce texte pris entre images opposées vous soit agréable.