Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 07:04

 

Département 30 - GARD

  Ce vestige me fait rêver !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Boucoiran-et-Nozières est située à 25km au nord-Ouest de Nîmes, à 20km à l'Ouest d'Uzès et à 18km au Sud-Est d'Alès.

     Coordonnées du château :

43° 59' 44" N 4° 11' 5" E
 43.99569367°  4.184868336°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* Ma petite documentation affirme qu'en ce bourg, un vestige fortifié de l'époque médiévale existe.

* C'est donc avec certitude que je me rends vers le Nord de la commune, en direction de la rue du château.

* Soudain, mon nez se heurte à une paroi construite. Cela ressemble à un rempart défensif, l'échauguette en est un des symboles.

 

Les découvertes sont nombreuses

* Quelques mètres plus loin, l'angle est pourvu d'une construction en encorbellement.

* Puis une porte (curieusement au rez de chaussée) s'amuse à me poser une énigme :

"Chevalier, quelle fut la fonction de mes 2 ouvertures ?"

* Ne voulant point discuter avec cette questionneuse, je me faufile le long du mur pour  :

- Retrouver une autre porte (moins énigmatique),

- Admirer une fenêtre à meneaux en croix,

- Observer de loin, une petite tour carrée.

* Soudain, je vois une puissante porte défensive, avec un arc intérieur à longs claveaux.

* Je la traverse en contemplant ses belles pierres.

 

Est ce la faim et la fin ?

* Pensant avoir tout vu, je me mets en quête d'une auberge pour me délecter des mets de cette province.

* Est ce à cause de l'instinct du castellologue amateur ou un appel silencieux des "cieux", mais ma tête se tourne pendant que mon corps continue tout droit.

* En général, cet acte permet le heurt d'un poteau ou la chute à cause d'un trottoir mal nivelé. Mais, le miracle de la redécouverte m'empêche d'être la cible de maux sans pour autant être la flèche des mot (ou les mots fléchés).

Les mots me manquent en voyant ceci !

Que de constructions défensives !

 

La tour que je nie me donne le tournis

* Au dessus d'un mur portant des fentes, je vois une haute "cheminée".

* Cheminer proche de la cheminée est un besoin qui me brûle.

* Mais, honte j'ai de vous dire que trompé je me suis.

* Cette si haute construction est une tour médiévale.

* Et même si son sommet porte un "chapeau" moderne, cette belle me séduit.

* Je la contourne espérant la toucher.

* Mais la vieille damoiselle solitaire est enfermée dans une propriété privée.

 

        L'intérieur :

Echec

    Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. 

 

Arme ultime : Le plan

* Par un hasard extraordinaire comme seule la chance d'un Chevalier peut avoir, je récupère un plan pour comprendre ce site :

- Le château mesure 75m de long pour 10m de large

- A - Tour carrée improprement nommée : Le Donjon.

- B - Saillant rectangulaire.

- F - Fenêtre à meneaux.

- G - Vestige d'un linteau en accolade.

- P - Porte fortifiée.

* Après la lecture du plan vous me dites :

"Chevalier, tu t'es bien moqué de nous dans ton article"

"Tu n'as point découvert les détails dans l'ordre de ton récit".

* Raison vous avez merveilleuses lectrices et subtils lecteurs, ma prose vous a promenés dans mon rêve et non dans ma vraie découverte du site.

* Je n'ai point triché, j'ai un peu déformé ma vérité.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est construit pour surveiller le passage sur la rivière. il appartient à la famille : Pelet d'Alès.

* En 1210, le site fortifié est mentionné dans un texte.

* En 1310, le site est vendu à Guillaume de Plaisians, conseillé de Philippe le Bel (voir liste des rois).

* En 1386, suite aux mouvements de rébellion des Languedociens contre l'administration Royale, Louis Grimaldi est envoyé par Jean 1er duc de Berry pour attaquer puis prendre le château de Boucoiran.

* En 1387, les Tuchins attaquent et récupèrent le château.

* Au 15ème siècle, le château est en indivision.

* En 1491, une salle du château sert de prison pour une sorcière nommée Martiale.

* En 1566, Jacques de Bozène, un des principaux propriétaires du château, vend le site à Robert de Calvière. Ce dernier entreprend de nombreux travaux de modernisation.

* En 1704, les Camisards attaquent le château, sans succès. Dans cette bataille, la chapelle est incendiée.

* Au 18ème siècle, la famille Calvière-Boucoiran délaisse ce vieux château. Ruine semble être son avenir.

* Au 19ème siècle, des industriels aménagent et utilisent la haute tour pour les tests de résistance des plombs de chasse.

* En 1954, monsieur Colombi achète le château, le restaure partiellement et utilise le site pour une fonderie de plombs de chasse.

* En 2011, la société est en liquidation judiciaire.

Que va devenir le site médiéval ?

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Point cheminée cela est... mais tour !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 03/03/2016 21:37

Votre historique m’a, bien sûr, interpellée, puisque s’y trouve le nom de Guillaume de Plaisians, seigneur de ce castel à un moment donné de l’Histoire.
Vous devez le savoir déjà, que ce légiste de Philippe le Bel était Dauphinois ( de peu, apparemment, car les Baronnies n’ont appartenu à notre Dauphin de Viennois qu’au début du XIVe siècle).

… J’ai retrouvé, dans l’un de mes « livres magiques » sur le Dauphiné, un dossier sur Guillaume de Plaisians, et j’y ai lu, entre autres, le même fait mentionné dans l’historique :
Il acheta Boucoiran et ses environs en 1308 ( il y a 2 ans d’écart dans la date d’achat, mais on ne va pas « chipoter » pour 2 ans, sur une période d’il y a 700 ans !).

… Décidément, mes rois préférés (Louis XI surtout, Philippe le Bel) ont su choisir des Dauphinois pour être à leurs côtés ! Me manque Philippe Auguste… mais là, je ne pense pas pouvoir trouver de Dauphinois à ses côtés ; du moins, je n’en ai pas encore « repéré » dans mes grimoires il me semble.

Le Chevalier Dauphinois 04/03/2016 18:29

* Les Dauphinois sont partout (ou presque).
* Même sur le Web, ils offrent des blogs de ruines !
* Ce site médiéval n'est pas le plus fabuleux de France, mais son histoire est riche de personnages "importants". Je me devais de le montrer.

Anne la Dauphinoise 25/02/2016 21:50

B ien des maux, dont avez fait « la démo »,
O nt jalonné découverte du château :
U n nez qui heurte paroi premièrement,
C omme le tournis qui vous prit en voyant -
O n ne saurait pourtant mie la nier ! -
I mmense tour que pensiez être cheminée…
R appeler vous faut-il que même la faim
A ction ne devrait avoir sur chemin
N écessaire à parcourir pour que bien

E voquée soit visite d’un lieu : jamais
T entation de la chère, non, ne saurait

N ous - et vous - priver de spectacles magiques !
O u… seriez Chevalier bien diabolique !…
Z èle, heureusement, ne vous a manqué
I ci, et votre manière de plaisanter
E st cerise sur gâteau* qui sait me plaire …
R êvé j’ai, en riant, d’armure de fer
E tre « en fusion », « flamboyante », par besoin
S i ardant** vous tenant prendre la main

G alamment - va sans dire - de damoiselle,
A ssurément séduisante fors*** capel !
R ouge comme une écrevisse vous ai-je vu !
D evant vous, aucun doute, belle a « fondu » !…

L e temps est venu reprendre mon sérieux.
A ce site quelques « moments » merveilleux,
N otamment l’échauguette du rempart.
G uère plus loin est arrêté notre regard :
U ne porte aux énigmatiques ouvertures;****
E t plus tard encore grande « entaille » dans mur :
D ut être, antan, entrée bien fortifiée,
O ù n’ai-je saisi pourquoi là est mirée
C omme deuxième porte sur première étagée (… ?).

N ous reste la tour qui, j’avoue, ne m’a plu,
O uvrage si haut, à mes yeux saugrenu.
T ranche t-elle parmi les autres vestiges
A uxquels est demeuré plus de prestige.

B ien sûr, est-ce mon avis : les ai-je aimés
E mpreints de cette bonne saveur du passé,
N ‘étant trop « toilettés », et ce-faisant
E mplissant de joie mes yeux : fut-ce charmant !

* que je vous suppose avoir dégusté, prenant votre repas après cette visite !
** point de faute d’orthographe de ma part : ardant = brûlant, en vieux-françois…
*** sauf/excepté, en vieux-françois toujours.
**** dont je n’ai mie trouvé la fonction… Vous, si, je suppose.

Le Chevalier Dauphinois 02/03/2016 20:28

* Ce château m'a amusé car... il n'est pas considéré comme un château dans les documentations régionales.
* De plus, inclus dans une usine, sa fonction semble transformée.
* Et puis, sachant que la société a déposé le bilan, j'ai un pincement au cœur pour ce château qui sera certainement ruine définitive dans quelques temps.
* Et surtout, je suis LE Chevalier des ruines peu connues, peu médiatiques et parfois oubliées. Je me devais de montrer cette curiosité.
*** Pour l'énigmatique ouverture, je n'ai pas de réponse. Peut être qu'un des lecteurs nous offrira une vérité.