Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 07:04

 

Département 30 - GARD

  Je pressens que les ronces vons me griffer les mollets

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Aigaliers est située à 40km à l'Ouest d'Orange, à 28km au Nord de Nîmes, à 20km au Sud-Est d'Ales et à 10km au Nord-Ouest d'Uzès.

     Coordonnées du château :

44° 03' 40" N 4° 19' 17" E
 44.06116239°  4.321347177°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* A 3km au Nord d'Aigaliers, au sommet d'une colline apparaît un amas de pierres construites nommé : Castellas de Aquilerio.

* La montée vers cette beauté médiévale ne va pas être longue, mais je pressens que les plantes piquantes et les pierres au sol vont s'amuser à me tendre des pièges.

* C'est donc un Chevalier vigilent mais très motivé qui part à la découverte d'un vieux château fort.

Venez vous avec moi ?

 Quelle coquine.. La ruine se cache de moi

Première analyse

* Dans ce labyrinthe d'arbres, je ne sais pas où je suis.

* Soudain, un mur épais apparaît.

* Il comporte des pierres correctement taillées mais aux dimensions et origines variées.

* Puis, plus loin, une autre paroi de pierres tente de survivre aux attaques de la végétation.

* Sa fonction  m'échappe.

* Les murs sont si arasés que point de système défensif est visible. Je vais donc supputer durant la visite.

 

Je suis perdu !

* Lorsque je ne peux pas faire la lecture d'un bâtiment fortifié, mon astuce est de pendre du recul.

* Hélas, avec les arbres, ma méthode est vaine.

* Soudain, j'ai un éclair de géni. Je vais faire appel à un satellite (plutôt qu'à un ami ou au 50/50 n'est ce pas Jean-Pierre).

* Comme vous le constatez, la végétation est si dense qu'il paraît difficile de distinguer la fonction des murs et surtout.... Je ne sais pas si je suis à l'intérieur ou à l'extérieur.

 Un mur qui ne murmure plus son histoire !

        L'intérieur :

Que voir et que vois je ?

* D'abord un mur épais, très épais. J'ai la sensation que cela eut pu être le portail d'entrée.

* Puis, en me décalant, un pan de mur qui ressemble à une courtine.

* Dans ce royaume de la désolation, je tente d'avancer.

* Au loin, un autre pan de mur m'attend. Son épaisseur est moindre. Je pressens que ce sont les restes d'un bâtiment d'habitation modeste.

* Dans mon périple de recherche d'indice je croise la route d'un bâtiment "presque entier" (il ne lui manque que 2 murs, les étages et la toiture). La piètre qualité des pierres et la petite ouverture me font penser à un commun (entrepôt, grange ?).

* Un peu plus loin, le sol est jonché de petits murs, traces évidentes de salles.

 

La surprise

* Dans mon errance je tombe nez à nez (disons plutôt pierre à heaume) devant une cubique construction.

* Par sa fente j'espionne ses entrailles qui ne m'informent que peu sur le nombre d'étages.

* Mais en me penchant, j'ai un gros penchant pour ce cube.

* J'entre et je vois... Hoooo.. que c'est beau !

* Ne voulant point tout vous dévoiler, je vous laisse devant la porte de sortie.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, probable construction du château par un vassal de la seigneurie d'Uzès.

* En 1209, début de la croisade des Albigeois.

* En 1211, le château est confisqué au profit du Roi de France Philippe Auguste (voir liste). Mais l'administration des biens est inchangée.

* En 1383, le château est attaqué puis endommagé par les Tuchins descendus d'Auvergne.

* En 1635, le Baron (voir titre de noblesse) d'Agaliers se nomme : Jacob de Rossel.

* En 1877, bien qu'en ruine, plusieurs bâtiments du château sont clairement identifiables.

* En 1977, la foudre s'abat sur le site. L'état de ruine sera l'avenir de ce château fort.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec prudence. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important. Soyez très prudent.

 

Avec beaucoup d'imagination , il est possible de voir le château comme à son origine

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 11/11/2015 21:44

Je reviens ici car, en plus de tant me plaire, cette ruine, par son historique, m’a donné - encore - un lien avec le Dauphiné (devin êtes-vous donc pour mettre des liens sur les bonnes personnes de vos historiques !)
… Toujours ténu, le lien, mais il existe - j’ai uniquement remonté l’arbre généalogique proposé - sauf erreur de ma part, bien entendu.
… Je me suis servie de la généalogie que vous nous donnez concernant le baron d’Aigaliers Jacob de Rossel, et, d’hommes en femmes, je suis remontée à la famille de Vesc en Dauphiné (Drôme).
Famille qui me tient à cœur car l’un de ses membres, Etienne de Vesc, fut proche de « mon » Louis XI, (et il aurait même un rapport avec « l’affaire Zizim », si ce que j’ai lu dans certains de mes grimoires est exact).

… Jean-Jacob de Rossel, baron d’Aigaliers, avait pour parents François de Rossel et Claude de Laudun d’Aigaliers.
… François de Rossel avait pour parents Jean de Rossel et Marie Del Puech.
… Marie Del Puech avait pour parents Bernard Del Puech et Louise de Bérard de Montalet (Louise, sa mère, 2ème femme de son père Bernard lequel avait épousé en 1ères noces sa sœur Marie-Charlotte de Bérard de Montalet… !).
… Louise (et Marie-Charlotte, donc) avait (avaient) pour parents Bertrand de Bérard de Montalet et Alix (ou Hélix) de Vesc.

… Voilà mon lien avec la famille dauphinoise de Vesc, et, je pense qu’il s’agit de la famille d’Etienne de Vesc, sans être peut-être la même branche.
Ce nom de Vesc n’est point tant courant, et la Drôme n’est pas tant loin du Gard aussi… Tout pour que ce castel magnifique soit relié à notre Dauphiné !
… En résumé : au moins un seigneur d’Aigaliers eut des ancêtres Dauphinois, et cela me réjouit.

Le Chevalier Dauphinois 12/11/2015 17:28

* J'ai plaisir dans les articles à faire des liens externe.
* Cela dynamise l'envie des curieux/curieuses et passionné(e)s qui souhaitent approfondir leur connaissance "humaine" des châteaux.
* Étant plus intéressé par les vieilles pierres et leur architecture, je me dois de contenter ceux dont l'histoire est la passion.
* Heureux je suis que vous ayez trouver des Dauphinoi(e)s dans ce site si loin de "mon" Dauphiné !

Anne la Dauphinoise 29/10/2015 21:30

A rruiné, comme je les aime, est ce lieu.
I llisible est ? Cela importe peu !
G rand nombre d’images, ici, vous nous offrez
A vec lesquelles on sait imaginer
L ‘ampleur du site ; et belle vue du ciel
I mpressionne : ne sont mie artificielles
E mpreintes de ce castel; et ombre aidant
R estes d’une ouverture* se dessinant
S ur une courtine m’ont fort plu. Sont vivants,

G râce à ce détail, vestiges découverts.
A insi ne sont-ils point amas de pierres
R angées verticalement, mais reflètent
D es pans de vie - j’en conviens, pas très nets -

L oin avant dans le temps, de ces bâtis.
A quoi se réfèrent bouts de murs ? à qui -
N obles ou simples gens d’armes - appartenaient ?...
G éant, à mes yeux, cet ensemble paraît.
U ne similitude avec le château**
E rigé à Caumont je trouve : des « lots »
D eviner j’ai cru, comme si partagé
O n avait la surface pour abriter
C ompagnies de soldats… ai-je fabulé…

P ourtant, multiples salles semblent aperçues.
O r, dans votre historique je n’ai point lu -
S urprise je fus, pour un si grand castel -
T races de noms connus, ni moult querelles…

S pectacle m’a fort réjouie, cependant.
C omme j’aime mirer tous ces témoins restants !
R ien que l’appareillage m’a enchantée…
I rréel est « bâtiment presque entier ».
P uis “cube” attire déjà de l’extérieur.
T outefois, ne nous avez donné l’heur
U nivers interne apprécier : êtes-vous
M audit un tant ! mais n’est grand mon courroux :

N ul besoin de tout voir : rêves sont plus beaux,
O ù l’on improvise moments médiévaux
T out à loisir, du moment que l’on a
A droite, à gauche, ou bien plus loin là-bas,

B rins du passé jusqu’à nous parvenus.
E t tant pis si nous sommes peut-être « perdus »,
N e connaissant plus vraie utilité
E t disposition des murs : ont été.


E t cela, à mon bonheur bien suffit. «
T ranches de jadis » j’ai retrouvées ici…

Merci !

* à moins que ce ne soit un « trou » dû à l’effritement du mur… ?
** nommé, dans votre article, « forteresse de repli », en Ariège.

Le Chevalier Dauphinois 14/11/2015 20:58

* J'ai un secret à vous dire.
* J'ai visité de nombreux sites fortifiés dans le Gard. Le pourcentage de ruines est impressionnant, donc vous allez vous régaler souvent.
* Mais curieusement, je ne suis jamais parti dans ce département pour visiter tous les châteaux dans la "même saison".
* Ce sont des incursions depuis les départements proches et durant mes voyages de retour.
* Donc, mes images de tous les châteaux ont été prises avec des dates différentes, des méthodes d'analyse non identiques et des appareils photos divers.
* Conséquence : Parfois, je ne me souviens que peu du site. D'autre fois je ne possède que peu de diapositives.
* Les articles pour ce département auront une approche "de questionnement" et d'autre fois "de minimalisme".
*** Pour ce site, j'ai l'impression que c'était un château d'un petit seigneur avec de nombreux habitats de paysans.
*** Mais peut être...me trompe je ?

Claudine/canelle 29/10/2015 07:58

Belle promenade dans tes allées Chevalier ..
Merci à toi
Bises

Le Chevalier Dauphinois 06/11/2015 20:19

* Mes allées ne sont point celles de Versailles.
* Les ronces remplacent les fleurs, la poussières remplace les fontaines.
* Mais, à la différence de Versailles où les touristes sont (trop) nombreux, seul je suis dans les ruines.