Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 06:04

 

Département 24 - DORDOGNE

 Haute, massive et anguleuse sont des caractéristiques de cette église !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Saint-Martial-Viveyrol est située à 40km au Sud-Est d'Angoulême (voir son château), à 38km au Nord-Ouest de Périgueux et à 9km à l'Ouest de Cercles (voir son église fortifiée).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 21' 26" N 0° 20' 20" E
 45.3571449°  0.33899635°

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

   Survolant les maisons du bourg, la massive église de Saint Martial Viveyrol surprend par ses importantes dimensions. Il est rare de voir un si imposant moutier dans une commune si petite.

   Je pressens que cette construction a du être fortifiée, mais ma question est :

A-t-elle gardé des traces ?

 

 Est ce une église ou une immense tour défensive ?

L'enquête commence

* Curieusement, je découvre l'église par le chevet.

* Il possède deux ouvertures.

  1 - En partie médiane, une ouverture de lumière.

  2 - En hauteur, une ouverture correspondant à une salle de repli.

Avez vous remarqué les trous de boulin ?

* Ces trous portaient un hourdage (voir vocabulaire) défensif.

* En partie basse, il y a le fantôme (rebouchage) de l'ancienne fenêtre. Très étroite, elle empêchait l'assaillant d'entrer, mais n'amenait que peu de lumière.

* La façade latérale de l'église est si longue et si haute, que je n'arrive pas à la photographier sans erreur de parallaxe.

* Cette face montre les hautes et fines fentes de lumière.

* Les 3 ouvertures sous le toit m'informent que la salle de repli défensif occupe la longueur de la nef et de l'abside.

Certains historiens supposent que le toit est récent. La salle défensive était à ciel ouvert et les ouvertures dans le mur formaient un crénelage.

 

Le clocher

* Ce clocher ressemble plus à une tour défensive qu'à un emblème religieux.

* Il a une forme rectangulaire.

* L'alignement des ouvertures latérales avec leurs trous de boulin me prouve que la salle de repli couvre toute la longueur de l'église.

* Point d'abat-son au sommet du clocher, la vision des guetteurs-défenseurs aurait été perturbée.

* Sur la façade d'entrée, d'autre trous de boulin me font penser à une passerelle formant bretèche (pour protéger la porte).

Beaucoup de châteaux forts envient les défenses de cette église du Périgord

    L'intérieur :

Il fait noir

* En entrant, je suis surpris par la faible lumière (ne vous fiez pas à l'image, mon appareil photo est très performant).

* Avec mes remarques sur la petitesse des fenêtres, je pressentais que je ne serais pas dans une cathédrale aux multiples couleurs de vitraux, pourtant l'obscurité est si importante qu'il faut du temps pour que les yeux s'habituent.

* Même les imposants ébrasements ne suffisent pas à illuminer l'imposante nef ni le choeur.

 

La nef

* Elle est composée de 4 travées non symétriques.

* La 1ère supporte le clocher. Elle est barlongue et voûté en arc de cloître ogival.

* Les deux suivantes sont recouvertes de coupoles sur pendentifs.

 

Est ce la porte secrète ?

   Mon instinct de Castellologue amateur est attiré par une porte. Lentement je m'avance. Un message explicite m'informe que mon bonheur est derrière :

* Je pousse la porte.

* Un escalier en colimaçon dans le mur me quémande de monter.

* Je.......

* Je pressens que l'entrée n'est pas autorisée sans invitation.

* Je ne vous dirais pas si mes chausses ont foulé un sol de 8 siècles.

* Je vous dirais simplement :

- L'escalier est borgne.

- Deux salles sont visibles.

- De chaque coté, l'accès est facile vers les ouvertures de tir.

- Les baies du 1er et 2ème étage de la tour portent les traces d'incendie.

 

 

 

Le diaporama de l'église est visible ICI.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 13ème siècle (?), fortification de l'église. En ce siècle, l'église est possession des Chevaliers du Temple dépendant de la commanderie de Soulet, proche du bourg de Gout Rossignol.

* Vers 1313, après la dissolution de l'ordre du Temple, la commanderie appartient à l'ordre de Saint jean de Jérusalem. Il est fort probable que cette église fortifiée soit en leur possession.

* Au 14ème siècle, aménagement du clocher.

* En 1926, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martial) est libre et gratuite. La visite du clocher est/serait possible certains jours. Renseignez vous.

 

La vue est magnifique depuis le parvis de l'église

 

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers liste

châteaux

des Templiers

Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 10/04/2016 23:17

S uperbe bâtiment toute en hauteur,
A vec également fort belle longueur.
I ntégrez-y peu « d’allure » religieuse,
N ous avons un site qui me rend heureuse !
T rès imposantes sont ses dimensions,

M enu est bourg de son implantation.*
A rdemment ont souhaité gens du lieu
R endre essentielle cette maison de Dieu.
T emps de guerre survenant, voulurent donner
I ndispensable et bonne sécurité
A ux habitants… Le repli en est bien
L a merveilleuse preuve, même vu de loin.

V raiment très grand fut ce refuge, antan.
I l n’est qu’à le mirer sur l’un des plans,
V aste autant que surface de toute l’église.
E st-ce un « détail » qui m’a, pour sûr, conquise.**
Y voit-on espace assez pour loger
R égiment de gens d’armes dans le passé ;
O ù peu m’importe s’il fut ou non couvert :
L e principal est qu’exista naguère !

D écouverte de ses entrailles m’aurait plu…
O n devine que vous-même n’avez pu
R egard y jeter, sinon belles images
D ‘elles auriez partagé… Un peu dommage…
O n en a une description, toutefois.
G rand chose ne s’y trouve, comme souventefois.
N éanmoins, leur vision*** « laisse une odeur » (
E h oui, est-ce ridicule, j’en ai bien peur),

P arce qu’elle nous emporte siècles en arrière,
E n des temps où vie, religion, et guerre
R éellement n’étaient celles d'aujourd’hui.
I nstruit par lectures de grimoires aussi,
G uidé est notre esprit dans rêves charmants
O ù moutier, magie des songes opérant,
R essemble à s’y méprendre à un castel.
D ame ! Que tant me seyent transformations telles !

N ous voyons (bien mieux dans diaporama****)
O uverture petite, étroite : ne semble pas
T oute jeune, cette porte… Sur plan n’est point notée.
A t-elle su m’attirer, presque cachée.

* c’est de vous, dans le § « La découverte ».
** bien que ce ne soit pas la 1ère église que vous nous offriez possédant un repli sur toute sa longueur.
*** la vision du peu d’entrailles de replis que vous avez eu la chance de découvrir et nous montrer.
**** bien mieux que sur la photo du lien « la façade latérale » où on l’aperçoit.

Le Chevalier Dauphinois 12/04/2016 20:19

* Une église qui ne ressemble point à un moutier.
* Une construction religieuse qui se prend pour un château fort.
* En la découvrant, j'ai eu un choc... de plaisir évidemment.
* Je suis heureux que vous ressentiez aussi la puissance de ce haut clocher et l'utilité (et la beauté) de la salle de repli.
* L'ensemble est très homogène, c'est ce qui m'a marqué.
* La variété des églises fortifiées m'étonnera toujours.