Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 08:00

 

Département 24 - DORDOGNE

 Je pressens que cette église va me passionner

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Bussière-Badil est située à 65km au Nord de Périgueux, à à 50km au Sud-Ouest de Limoges, à 20km à l'Est d'Angoulême (voir son château) et à 15km au Nord-Ouest de Nontron.

   Coordonnées de l'église :

45° 39' 8" N 0° 36' 15" E
 45.65232°  0.604307°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     Bien que la construction religieuse ne soit pas dotée du classique toit pointé vers le ciel avec une girouette ou une croix, le clocher octogonal m'informe que je suis en face de l'église de Bussière-Badil.

  Sa forme basse, ses angles droits, ses contreforts me font penser à une construction médiévale. Mais ma question primordiale est :

Est elle fortifiée ?

 

Analyse rapide des défenses

Je n'ai pas à réfléchir longuement pour affirmer que ce moutier Périgourdin est fortifié.

* La partie construite au dessus des modillons m'informe que l'église a été rehaussée après sa construction originelle.

* Sur cette face, le salle de repli sous le toit comporte :

- Des fentes de tir (je pressens que le fusil était l'arme dédiée).

- Des ouvertures de guet.

- Une petite bretèche permet d'éloigner l'assaillant trop hardi.

* Même si l'ensemble des dispositifs n'est pas homogène ni symétrique, l'important est que la défense soit assurée.

 

Beautés sculptées et système défensifs

1 - La bretèche surprend par sa petite taille. Mais c'est l'efficacité qui prime.

2 - La console de droite de cette autre bretèche s'appuie sur un modillon.

3 - Les modillons, devenus inutiles, embellissent le mur et même l'angle.

4 - Le mur coté portail d'entrée possède aussi ses fentes de tir.

5 - Le chevet rond possède aussi sa bretèche.

6 - Les architectes ont correctement positionné le trou de la bretèche entre les modillons.

 

1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12

 

7 - Rien est symétrique dans les systèmes défensifs, même la forme des fentes de tir.

8 - Les modillons sont correctement alignés, ce n'est pas le cas des ouvertures de tir.

9 - Un joli trou carré pour guetter.

10 - Est ce un éléphant ou un animal mangeant avec ses pattes ?

11 - Les visages sont très expressifs.

12 - Comme souvent sur les modillons, un singe est présent (pour se moquer des humains ?)

Une église Romange avec des fenêtres gothiques

L'autre coté est-il identique ?

* Bien que les 2 cotés de la nef ne soient pas symétriques en aménagements défensifs, elles se ressemblent par le nombre de contreforts et fenêtres.

* Sur cette face, la partie rehaussée au dessus des modillons est très visible.

* Même s'il semble évident que la bretèche (voir vocabulaire) a été refaite récemment, elle est dans l'esprit de l'église fortifiée.

 Avez vous vu la rosace ?

Le portail

* La façade occidentale est divisée en trois parties.

* Chacune est séparée par des contreforts puissants.

* Les parties extérieures sont pourvues de baies en plein-cintre aveugles.

* Celle de gauche possède un tympan sculpté.

* Le portail central, d'époque Romane, est formé de trois voussures en retrait.

* Il est richement décoré.

* Il est surmonté de sept statues décapitées (à la révolution).

* De chaque coté, des personnages bibliques apparaissent.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent en notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci n'échappe pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'un prieuré fortifiée appartenant à l'abbaye piémontaise de la Cluse.

* Au milieu du 12ème siècle, après le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec Henri II, le futur roi d'Angleterre, la contrée est Anglaise.

* Au 14ème siècle, le portail est rénové (à vérifier).

* A la fin du 15ème siècle, les fenêtres de l'église sont élargies. Une magnifique rosace à 12 branches est aménagée.

* Au 16ème siècle, à cause des guerres de religion, l'église est fortifiée.

* En 1862, l'église est classée aux Monuments historiques.

* A la fin du 19ème siècle, un grand programme de restauration est commencé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de la Nativité) est libre et gratuite depuis les rues du bourg. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Sans posséder des défense originales, l'église est fasinante de diversité

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 06/03/2016 20:24

B eau moutier qu’avez encore découvert !
U n de ceux, du moins, qui sait fort me plaire…
S ont-ce ces petits détails pris un à un ? «
S ous les feux de la rampe » est mis chacun,
I mage à l’appui, beaucoup agrandie :
E st-ce manière de les sublimer ainsi.
R iche idée, je le reconnais, pour sûr :
E prise je suis de toutes ces « miniatures » !

B ien petites et timides sont les défenses,
A n’en douter, mais donnent-elles ambiance
D es plus chaleureuses, même s’il est osé,
I l est vrai, de la sorte atours guerriers
L illiputiens, pas tant nombreux, louer !

D ois-je avouer qu’en fait je n’ai vu qu’eux.
O u, dit autrement : que fut très heureux
R endu des fortifications ici,
D ès lors que sont omniprésentes, comme si
O ccupaient totalité de l’église,
G arantissant, sur moi, très grande emprise.
N ichées sont au sommet, uniquement,
E xcepté gros contreforts s’affichant

P uissants, précieux pour entrée protéger (
E t peut-être le bâti consolider ?*)
R avie je fus les sécurités voir
I nalignées, décalées, car espoir,
G râce à elles même positionnées très mal,
O ffert était - volonté primordiale -
R ésister aux ennemis, aux intrus.
D émérité n’a ce moutier ; salut

N ‘est venu que de tous ces belliqueux
O uvrages « insérés » dans maison de Dieu…
T ant insérés qu’utilisèrent de foi «
A ccessoires » pour les soutenir, parfois !

B ien évidemment, assemblage des pierres
E xquis m’a paru : n’est mie linéaire
N i composé d’éléments de valeur,
E t juste cela suffit à mon bonheur !

E urent bretèches heur de moult me seoir
T ant menues, cependant montrant vouloir

C oncourir à ce lieu sauvegarder.
E t ouvertures de guet ai-je fort aimées
C aractérisant salle de repli
I nstallée sur nef et chevet aussi.

E ut ce site quelques fentes de tir encore
N ous indiquant - cela métonna fort -
C ontraintes venant des guerres de Religion,
O ù me semblait d’abord que cette région
R avages subit par la guerre de Cent Ans...**
E nfin, sculptures n’ai-je reniées, céans,

P uisqu’à défenses ont-elles su s’intégrer
S ous forme de modillons pour les porter.

* bien qu’il me semble que de ce côté le bâtiment n’avait mie besoin de consolidation, n’étant pas surélevé… (?).
** avant de subir l’effet des guerres de Religion, je pensais qu’ici l’on s’était fortifié pour éviter les dommages de la guerre de Cent Ans, en premier lieu…

Le Chevalier Dauphinois 06/03/2016 20:35

* Cette église a évidemment été fortifiée durant la guerre de Cent ans, car les vils Routiers, non payés par les "maudits Anglois" se prélevaient sur la fortune des villageois.
* Mais je pressens qu'après l'invention des armes à feu et à cause des guerres de Religion, les archères ont été remplacées par des fentes de tir pour fusils.
* Je subodore aussi que les curieuses bretèches aient pu aussi avoir la fonction de latrines.
* Cette église n'est pas grandiose comme Inières et pourtant elle a le charme indéniable d'un moutier correctement fortifié.