Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 06:01

 

Département 24 - DORDOGNE

 N'est il que l'ombre de lui même ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Piégut-Pluviers est située à 65km au Sud-Ouest de Limoges, à 55km au Nord de Périgueux et à 45km à l'Est d'Angoulême (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

45° 37' 19" N 0° 41' 13" E
 45.6221218° 0.6870486999°

 

Toponymie : (--> voir initiation)

   A l'époque Romaine, le village se nommait : Podium Accutum.

Podium : Logiquement, ce mot désigne un site élevé.

Accutum : Aigu.

   Lentement, le nom de la cité se transforma en Pic-Aigu, Puy-Aigu et enfin Piégut.

 

 

L'ombre va-t-elle m'apporter la lumière de la connaissance ?

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    Un peu à l'Ouest de l'ancienne commune de Piégut, posée sur un mamelon rocheux, une haute construction me quémande de la découvrir.

 Comme il est agréable d'être hélé par une ruine de plus de 800 ans !

 

Petite précision du Chevalier

- Dans plusieurs brochures touristiques ou pseudo-culturelles, ce site est nommé : Tour de Piégut.

- Je ne suis point en accord avec ce qualificatif réducteur.

- Cette beauté a le droit de se nommer : Château.

1 - Il suffit de lire son historique pour être convaincu.

2 - En regardant le rempart et la haute tour, les preuves confirment le titre de mon article.

  Cette précision étant faite, la découverte du château peut commencer.

 

Le champs de pierres a créé un champ de tours !

L'enquête commence

* Depuis le pied de la petite colline, la construction fortifiée montre :

- Une courtine très arasée,

- Reliant de rondes tours d'angle très arasée.

- L'ensemble ne montre pas de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* La plus grande des tours d'angle possède encore 4 niveaux éclairés par une ouverture (défensive ?).

Peut être existe-t-il un ratier en partie basse ?

* Lentement je m'approche de cette tour. Elle a eu la gentillesse de s'effondrer pour que je puisse voir ses entrailles.

* En contournant le site, je constate que les 3 autres courtines et les 2 autres angles ont souffert.

  Pour ne pas faire durer le suspens, j'entre de suite dans ce château.

 

    L'intérieur :

Le secret de la haute tour d'angle

* En entrant, je me précipite sur la haute tour d'angle.

* Elle me montre le fantôme d'un escalier en colimaçon tournant sur la droite. C'est le sens le plus adapté à la défense puisque l'assaillant, en montant, a sa main droite "bloquée" par le "pilier central".

* Les baies à chaque étage sont des ouvertures de lumière avec un ébrasement latéral important. Evidemment, avec précaution (car le tireur est peu protégé), elles peuvent être utilisées pour la défense.

 

Défense et confort

* L'intérieur de la courtine comporte plusieurs vestiges de fente verticale. Avec l'important ébrasement en partie basse, je subodore que ce devait être des ouvertures de lumière.

* Avec les consolidations récentes et le manque d'indice, j'ai quelques réticences à vous donner les fonctions de "certaines salles".

* Pourtant en voyant l'unique piédroit d'une cheminée, j'ose affirmer que je suis dans le logis.

 

Le donjon

 

 

 

* Presqu'au centre du château, une haute tour impressionne

* Elle mesure 23m de haut par 7m de diamètre.

* Ses dimensions ne le rendent pas habitable.

* C'est l'ancien donjon de repli.

* La porte d'entrée est dans la partie basse, mais à plusieurs mètres du sol.

* Le sommet montre encore les vestiges des mâchicoulis.

* Ma documentation affirme que c'est l'un des rares donjons circulaires du Périgord.

Est ce la couronne d'un roi posée sur le sommet ?

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, construction d'un oppidum pour surveiller les vallées.

* Au 11ème siècle, construction d'un premier château sur une butte, rehaussée avec des blocs de granit.

* Vers 1199, les troupes Anglaises du Roi Richard Coeur de Lion attaquent le château. Il semblerait que cela fut sa dernière victoire avant d'être tué à Châlus.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, les Huguenots chassent les Catholiques enfermés dans le château.

* Au 17ème siècle, les Croquants attaquent le château.

* Au 20ème siècle, François, Marquis de Malet, donne la ruine à la commune.

* En 1997, la municipalité réalise un magnifique travail de consolidation et de mise en valeur du site.

* Au 21ème siècle, la visite du site est libre et gratuite. Bien que le site soit sécurisé, veuillez être prudent dans une ruine et surtout, respectez cet ancêtre de 1000 ans en ne montant pas sur ses murs.

 

Nom des propriétaires :

- La Goublaye (au15ème siècle),

- Collonge,

- Pompadour (au 17ème siècle),

- Danjeau (au 18ème siècle),

- Duleau,

- Malet.

 

 

Sont ce les jardins de Versailes ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article

commentaires

Pierrote 29/06/2016 21:05

C omme a bien fait cette belle de mille ans
A postropher notre Chevalier servant !
S ut-il, pour nous, en ramener images
T ant belles.* Ne les voir eût été dommage !
E lles nous entraînent dans un lointain passé.
L onguement, pouvons nous y arrêter,

P arcourir vestiges en rêvant, pour sûr !
I l semble que le temps n’ait eu sur ces murs
E mprise, ni les hommes ; est-ce mon point de vue :
G âtés ne sont par rajouts incongrus…
U n univers qui donne l’impression
T rès nette d’entrevoir Richard Cœur de Lion (

P ourtant Anglois !… mais sans conteste grand roi…
I l est aisé, en songe, de faire son choix !).
E ut-il loisir, en ces lieux séjournant,
G ravir cet escalier fort attirant ?
U n fantôme, dites-vous ? Au paradis
T out droit nous mène t-il, à mon avis !
-
P assion ai-je pour ces montées net stoppées.
L ‘heur ont-elles de me faire « divaguer »
U n peu plus encore, leur but n’étant point
V raiment connu, bien qu’ici, c’est certain,
I nvita t-elle à prendre son tour de guet
E n haut de la tour dans laquelle elle est…
R avie je suis lorsque dans le logis
S ont restes de degrés : dans ce cas-ci

D ‘emblée, je revois** pans de vie d’antan,
O ù n’est place pour princesse ni prince charmant !
R éaliste suis-je ! Cela n’empêche pas
D ‘inventer situations n’étant pas «
O bsédées » par la guerre… Y eut-il paix ! -
G uère souvent en Périgord, c’est bien vrai.
N ombreuses fois changea de souverain (
E n fait, était-ce plutôt de suzerain !).

P orte médiévale aussi me siet mirer,
E t là, oui, se déroulent des films guerriers !
R emplis sont-ils d’échalades et d’assauts :
I mpétueux durent-ils être, là-haut…
G ardé a ses mâchicoulis donjon,
O u l’art de recevoir de belle façon
R approchés ennemis de ce repli…
D éfiance était le maître-mot, ici.

N ous avons peu d’indices sécuritaires.
O r, l’ensemble dut en posséder, naguère :
T ant de courtines, tours élevées n’ont pu
A ccepter, pendant conflits, être « nues »…

B ien confortable le logis a dû être,
E t même si ne sont vues moult de fenêtres,
N e fut-il, du moins, de chauffage privé.
E t, comme compagnie, devant cheminée,

P our changer de Richard (!), vous ai-je choisi !
S ur royaume des ruines, êtes roi aussi ! ***

* toutes ! mais certaines m’ont particulièrement plu : la 1ère, déjà, celle de l’escalier aussi…
** par ce que j’en ai lu principalement : je me fais mes petits films, alors !
*** après un roi tel que Richard Cœur de Lion, il me fallait un autre roi digne de ce nom, pour entrer dans mon « film médiéval » !

Le Chevalier Dauphinois 04/07/2016 11:47

* Je constate que comme moi, ce site vous a fait rêver.
* J'adore ce style de ruine !
* Il y en a assez pour comprendre, mais pas trop pour laisser l'imaginaire travailler.
* Le site est assez consolidé pour être sécuritaire et pas trop cimenté pour se fondre dans le Moyen Âge.
* Chaque pierre nous compte une histoire.