Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 06:03

 

La découverte de l'extérieur du château est ici.

 

 La montée des marches n'est point qu'une simple expression en ce château

 

     L'intérieur :

L'escalier

* En entrant, c'est le choc !

* Avec une entrée en style Gothique flamboyant, il est évident que l'intérieur de la tour ne peut pas être classique. J'avoue que la surprise est magnifique.

* Comme il n'y a qu'un seul escalier pour desservir tous les étages, il se doit d'être exceptionnel.

* Il comporte 82 marches.

* Le noyau central est torsadé.

* La largeur des marches est de 2,5m.

* Coté noyau, chaque contremarche est sculptée. L'ensemble réalise une sorte de trompe l'oeil.

* Pour atteindre le 1er étage, l'escalier réalise 1,5 révolution.

* Alors que pour l'étage supérieur et les combles, il ne fait qu'une seule révolution.

 

 

L'escalier défensif

Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous... lalalala

Avez vous remarqué les trous dans le mur ?

 

Pensez vous que ce soit des ouvertures de lumière ?

* Que nenni !

* Ce sont les ouvertures de tir pour arme à feu.

* Grâce aux nombreuses fenêtres à meneau, l'escalier est très lumineux.

* Toutes les fenêtres ont une fonction défensive.

* Ainsi, les multiples ouvertures de tir permettent une défense sur 180°.

 

 

Le chef d'oeuvre de l'escalier

* Au sommet de l'escalier, c'est le choc !

Je suis conscient que c'est le 2ème de suite.

* L'escalier se termine par un magnifique palmier de pierre.

* Certains architectes nomment cette beauté : Une voûte en étoile.

* A chaque croisée d'ogives, le blason de la famille Calvimont est apposé.

 

 

 

Analyse des façadesVais je aller à droite ou à gauche ?

* A chaque étage, deux possibilités ("couloirs") me sont offertes.

* Le plan facilite la compréhension.

* J'opte pour la découverte à gauche menant vers les "petites" chambres

 

Les petites pièces numérotées 1

* En entrant, je constate que le temps a fait son travail d'usure. Les plafonds ont disparu.

* Les pièces ont une taille modeste, mais avec l'imposante cheminée par étage, il devait être agréable d'y séjourner.

* Les cheminées des étages ont des piédroits sculptés et un manteau esthétique.

* La cheminée de la salle basse ainsi que les murs et fenêtres sont rustiques car c'était la cuisine.

* Comme pour les autres pièces, les fenêtres à meneaux en croix possèdent à la base une ouverture défensive.

 

 

Des cheminée dans chaque salle

* Toutes les petites salles possèdent une cheminée.

* En fonction de l'importance de la pièce, elle est plus ou moins sculptée.

 Le petit coin est dans un coin

Les latrines

* Je me devais de vous parler des commodités.

* Très souvent je vous les montre.

* C'est un peu "ma" marque de fabrique... Hihihi.

* Excepté qu'elles aboutissent à une fosse (ce qui est assez rare pour cette époque), elles sont classiques dans leur architecture "d'aisance".

 

Les grandes salles numérotées 5

* Avant de pénétrer dans les grandes salles, je me délecte des sculptures d'encadrement des portes.

* En entrant dans la partie composée des plus grandes salles du château, je ne suis point surpris de l'absence des plafonds.

* Mais grâce à cette destruction j'ai un nouveau choc !

* Avant d'admirer chaque cheminée, je me concentre sur les corbeaux blasonnés ayant soutenu les imposantes poutres.

 

 

Les cheminées des grandes salles

* Les monumentales cheminées sont un autre chef d'oeuvre du château de l'Herm.

* Le fait qu'elles soient suspendues donne plus de magie.

 

 

La cheminée du rez de chaussée

* En bas, la cheminée correspond à la salle des repas

* Elle est large pour créer de la chaleur.

* Elle possède le blason de la famille Calvimont.

* C'est la plus sobre des 3.

 

La cheminée du premier étage

* La salle du 1er étage correspond à la salle d'apparat.

* C'est aussi dans cette salle que justice est rendue.

* La cheminée se doit d'être majestueuse et travaillée.

 

 

 

La cheminée du deuxième étage

* Celle du 2ème étage, correspondant à la grande chambre, est magnifique.

* En réalité, c'est la pièce des intimes, la salle permettant d'être en famille, de recevoir des amis et invités proches.

* La cheminée est un peu plus sobre, mais elle se doit de montrer les armoiries du seigneur.

 

 

La plateforme

* Evidemment, depuis le sommet du château, la vue est magnifique.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle (à vérifier), un construction de guet (?) existe pour surveiller l'axe de passage entre Périgueux et le château de Montignac.

* En 1479, Jean de Calvimont, conseiller du Roi Louis XI (voir liste), possède quelques terres en ce lieu.

* A la fin du 15ème ou début du16ème siècle, la famille de Calvimont fait bâtir ce château Renaissance.

* Au milieu de 16ème siècle, Jean II de Calvimont est ambassadeur du Roi de France François 1er(voir liste).

* En 1557, Jean II décède. Sa renommée est telle que 500 prêtres le portent en son sépulcre.

* En 1605, Marguerite de Calvimont, fille de Jean IV et dernière héritière du château, est assassinée par son mari, François d'Aubusson.

* Quelques annes après, François épouse Marie de Hautefort.

* Devenu veuve, Marie se bat contre la famille Calvimont Saint Martial pour conserver les biens de la seigneurie.

* En cette première moitié du 17ème siècle, l'histoire du château est entachée par de nombreux assassinats.

* En 1652, à l'âge de 70 ans, Marie décède, seule. La seigneurie, sans héritier direct, est mise en vente. Curieusement, une autre Marie de Hautefort achète le château et les terres.

* Durant la fin du 17ème siècle, Marie "l'Aurore de Louis XIII" ne vit pas à l'Herm. Le château inhabité se dégrade.

* Au 19ème siècle, le site est déclaré en ruine.

* En 1899,  Eugène Le Roy publie un roman nommé : Jacquou le Croquant. L'action se passe au château.

* En 1927, le propriétaire tente de vendre les cheminées. Les élus locaux ainsi l'architecte en chef des "beaux arts" déclenchent une procédure de classement. La même année, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde se crée. Elle organise plusieurs manifestations théâtrales et festives permettant de récolter de l'argent très utile pour la consolidation de ce site magnifique.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en dehors des fouilles. La visite payante de l'intérieur est possible certains jours. Renseignez vous.

 

Je vois presque l'Amérique !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article

commentaires

Pierrote 12/06/2016 18:24

L ‘enthousiasme, et une passion dévorante

H antant cet article, plus images charmantes,
E branlent mon esprit… Comme pour l’extérieur
R edirai-je « qu’ambiguë » est cette demeure.
M algré sculptures des âtres, huis, qui n’ont l’heur*

R avir mes yeux, ces entrailles m’attirent.
O ui, Chevalier, pouvez vous réjouir !
U n éloge vais-je faire de la Renaissance ?
F ichtre non ! Ne sont ici mes « errances ».
F ormulerai-je icelles plutôt ainsi :
I mpressionnée suis-je ressentir, ici,
G rande rudesse que nombreuses fioritures
N e savent mie « étouffer »… Sont bels ces murs
A rruinés non pas, mais très dépouillés (
C ertes, j’imagine qu’étaient dans le passé

S uperbes tentures ou tapis les couvrant).
A vec des orifices pour tir présents
I mmanquablement à chaque fenêtre -
N e les avais-je tous vus, je dois l’admettre -
T races de défenses, plus discrètes qu’au dehors,

C onfortent aspect d’un réel château fort,
E t se mêlent partout aux « décors » privés.
R eçut de ces « trous » même bel escalier !…
N e pouvons éviter cet ouvrage d’art :
I l tient sa place ! … une place vraiment à part,
N iché dans sa tour sise à l’extérieur.

D ame ! Est-ce la première fois que j’ai bonheur
E ntrevoir magnifique axe torsadé

R emplir, en outre, rôle d’un tronc de palmier !
E merveillée ne m’a trop voûte finale.
I ndiscutable travail original,
L e reconnais-je, est là, mais n’est-ce mie «
H abillage » que j’aime : en berceau n’est mie…
A la vue des cheminées tant nombreuses
C haleur en castel dut être généreuse !

D e toutes, celles des petites pièces je préfère.
O ù sobriété fait mieux mon affaire…
R affinement des autres laisse percevoir
D es hôtes aisance, aux coffres emplis d’avoirs. «
O deur » de Renaissance est là humée ;
G enre d’architecture que ne sais-je louer.
N oblesse je trouve pourtant à vos images
E voquant ces feux à tous les étages.**

P our sûr, les voir suspendus est magie…
S urprise je fus par ces latrines qui

N e donnent sur l’extérieur… Le Moyen-Âge
B ien le sent-on ( !) n’était plus « à la page » !***

* à part les blasons, en gros.
** images où l’on voit les 3 étages ensemble, même celles montrant les cheminées trop sculptées à mes yeux.
*** bien qu’il me semble me souvenir de telles latrines par vous montrées dans un (ou plusieurs ?) autre castel du « vrai » Moyen-Âge…(ou ma mémoire défaille ?).

Le Chevalier Dauphinois 12/06/2016 18:34

* Ce site est magique par sa sophistication et sa rudesse.
* Il est Renaissance sans l'être vraiment.
* Il est Moyen Âge sans se l'avouer.
* Il est en ruine tout en étant entier.
* J'ai humé ce site durant plusieurs heures tant il permet le rêve.
* J'ai tenté de le montrer sous ses plus beaux jours sans mettre en avant le 16ème siècle.
** Comme je suis heureux que cette bâtisse fortifiée vous soit agréable.
** Je vais donc profiter de votre bonheur pour de suite me forcer à vous en montrer un autre... (encore plus jeune....hihihihi).