Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 06:35

 

Département 16 - CHARENTE

 Même adoucie par les siècles, la construction ressemble à un château fort

Le bourg :

       Situation :   (--> la voir sur une carte)

   La commune de Vilhonneur est située à 70km au Nord-Ouest de Périgueux, à 20km à l'Est d'Angoulême (voir son château) et à 7km Ouest-Nord-Ouest de Montbron.

 

   Coordonnées du château :

45° 40' 50" N 0° 25' 14" E
 45.680641569°  0.42055696249°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Dans ma petite brochure datant de quelques "siècles", le site est décrit en ruine.

* En arrivant, je vois de beaux bâtiments solides.

* Même s'il est vrai qu'il a un peu perdu son caractère médiéval, même si le rempart a été remplacé par un muret, le site est intéressant à découvrir.

Lentement, j'approche.

 La haute tour surveille mes agissements

La première tour

* Dépassant les toits des habitations, rivalisant avec les hauts arbres une grande tour consolidée surprend.

* Par sa surface, elle semble habitable.

* Les fenêtres à meneau à chaque étage me le prouvent.

* Par sa hauteur, la tour ressemble à un donjon.

* Le parement d'angle est bien appareillé.

* Par contre, je suis surpris de la variété des dimensions des pierres sur les parois. Certains lits semblent composés de gravas, d'éclats de pierre.

* Le plus étonnant est de ne voir aucun système défensif.

Est ce un château aseptisé ?

* Je contourne le donjon par la droite.

* Les traces sur le mur m'informent qu'un bâtiment de moindre hauteur était accolé.

Etait ce lui qui possédait les systèmes défensifs ?

 

D'autres surprenantes...surprisesLentement, avec patience, le site se révèle à moi

* Je tente de contourner le "donjon" par la gauche espérant découvrir quelques détails médiévaux.

* Sous le toit, dans un angle, une construction en encorbellement apparaît.

Quelle fut sa fonction ?

1 - Une échauguette : Cela paraît surprenant dans un angle fermé.

2 - Des latrines : Cela semble peu probable puisqu'il existe un bâtiment avec terrasse en dessous.

* Le petit bâtiment en dessous, dans l'angle est surprenant.

* Il possède une terrasse semi-couverte.

* Et surtout, il montre un curieux crénelage avec mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Le plus surprenant est le double système de console.

* Je pressens que cette coquetterie fut un ajout de l'époque Renaissance.

Qu'en pensez vous ?

 

La porte fortifiéeL'entrée fortifiée est telle que je l'imaginais

* L'entrée est généralement la partie la moins détériorée par le temps (si elle n'est pas détruite bien sur).

* Je la cherche.

N'est elle pas pas fascinante ?

* En partie basse, le portail a perdu sa beauté d'antan.

* L'encadrement garde les traces de retrait pour recevoir un pont levis, prouvant que des douves existaient alimentées par la rivière la Tardoire.

* Au dessus, il y a l'ouverture de lumière pour la salle des gardes.

* Le plus surprenant est la bretèche.

Avez vous déjà vu des pierres ciselées pour un système en encorbellement ?

 

        L'intérieur :

* Hélas, la barrière est fermée, la propriété privée n'est pas visitable.

* Tout en restant à l'extérieur, je tente d'apprécier l'allée vers la porte.

* Puis je hume (virtuellement) l'odeur du bois du vantail et je me délecte des fentes pour les flèches du pont levis, aujourd'hui disparu.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un site fortifié par une famille nommée : Jambes ou Gambes.

* A la fin du 12ème siècle, Guilotto de Chambes marié à mademoiselle de La Rivière possède la propriété.

* En 1256, le Chevalier De Chambes, fils de Guilotto, décède. Son tombeau est placé à l'arrière de l'église.

* Au 16ème siècle, le site est remanié.

* Au 17ème siècle, par mariage, le site quitte la famille De Chambes pour rejoindre celle de Dussault. La propriété possède un logis, de nombreuses salles voûtées, une  tour escalier, une galerie, une chapelle, un colombier, deux écuries et le portail d'entrée.

* En 1718, le site est occupé par un fermier. nommé : Jean Blanchard.

* En 1721, un violent incendie détruit partiellement le château.

* En 1751, le femier se nomme : Jean Marchasson.

* En 1758, le fermier se nomme : Léonard Blanchard.

* Vers 1789, le site est possession de Piere Labatut.

* Au début du 19ème siècle, le Marquis de Nieul, officier des Hussards, est propriétaire du château de Vilhonneur.

* En 1835, le site est acheté par la famille Groulade.

*  A la fin du 19ème siècle, le château appartient à monsieur Meunier.

* Vers 1900, monsieur Rust, de nationalité Suisse, est propriétaire du site.

* Au 20ème siècle, des sondages sont organisés dans les douves. Les archéologues retrouvent des armes de combats : Arquebuses, épées, boucliers, casques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter la propriété privée et le silence du site.

Ne souhaitant point être ennuyé, le château se cache des touristes

 

      Vers Menu châteaux Charente

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 08/04/2016 20:32

V ous avez dû, Chevalier, être heureux,
I l m’est avis, en découvrant ce lieu :
L e bâti que pensiez fort arasé
H eur a eu de ses ruines se relever !
O ui, apparemment votre petite brochure
N e « datait pas d’hier », ça, c’est bien sûr !…
N e dirai-je mie qu’enchantée m’a ce site.
E st-il intéressant, comme nous le dites,
U niquement (cela n’engage que moi !)
R egardant allure massive d’autrefois.

C omment voir en maison carrée donjon
H ormis en sa stature, ses dimensions ?
A ssurément reconstructions n’ont pas
R endu compte de la vérité, n’ont pas
E ntremêlé « neuf » et réalité,
N ous laissant association « délurée ».*
T out n’ai-je songé « à jeter », pour autant :
E ntrée a gardé quelque attrait sachant

A viver mes neurones médiévaux.
N on que cette place soit devenue château…
G arantie avons-nous, enfin, que fut
O uvrage fortifié jadis, et m’a plu
U n pont-levis rêver et belle bretèche mirer,
M on temps préféré ainsi retrouvé…
O utre cela, de Compostelle chemin
I ndiqué est toujours pour pèlerins :
S ymbole d’hier, d’aujourd’hui, de demain…

P our sûr, nom du bourg m’a interpellée :
S ait être contradictoire… Quoi en penser ?

* le terme n’est pas approprié pour de l’architecture, mais, à mes yeux, il dit bien ce que je voulais signifier voyant les latrines ou la bretèche donner sur un genre de balcon plutôt fait pour une scène de Roméo et Juliette …

Le Chevalier Dauphinois 12/04/2016 20:35

* Comme vous le constatez, cette construction fut un choc pour le vieux Chevalier Dauphinois !
* Ma surprise fut encore plus grande en vous avouant que 20 minutes avant, j'avais visité l'église fortifiée du bourg (elle apparaîtra dans 1 mois).
* Le contraste entre l'église et le château fut mon premier choc.
* Le second fut évidemment la mixité entre médiéval et Renaissance dans cette construction que je pensais en ruine.
* De plus, ce département n'étant pas connu pour ses châteaux, la surprise fut encore plus imposante.
* C'est dans ces moments que je suis fier et heureux d'ête un castellologue amateur.

philae 08/04/2016 04:16

que du bonheur

Le Chevalier Dauphinois 08/04/2016 17:52

* J'adore dénicher des constructions peu connues et pourtant si originales.
* Heureux je suis que ce château plaise.

Claudine /canelle 07/04/2016 08:42

Bonjour Chevalier
C'est toujours aussi interessant de te suivre et la Charente j'aime !!
Je passe a chaque pblication mais souvent en silence ..Sourires !
Bises et bonne journée à toi

Le Chevalier Dauphinois 07/04/2016 19:31

* Bien le bonjour Princesse Claudine.
* La Charente n'est pas connu pour ses châteaux (la campagne et le vin en sont les étendards).
* Pourtant ce département possède de nombreuses merveilles, il est vrai souvent privées et non visitables.