Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 07:07

 

     
michel-j-01  
Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

  Le château survole le petit bourg

Département 76 - SEINE MARITIME

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Valmont est située à 55km au Nord-Ouest de Rouen, à 45km au Sud-Ouest de Dieppe, à 35km au Nord-Est de Le Havre et à 10km à l'Est de Fécamp.

   Coordonnées du château :

49° 44' 29.789" N
0° 30' 50.969" E
 49.741608°
 0.514158°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

   Un peu au Sud du bourg, proche de l'église, une colline arborée porte une imposante construction. C'est le château médiéval de Valmont, dont les origines remontent à l'époque des Vikings.

  Cela peut vous surprendre, mais cette terre fut donnée à un certain d'Estout par le célèbre Rollon que certains historiens nomme : Le premier Comte de Normandie (voir liste).

 

Le château au 18ème siècle selon une gravure de l'époque

Des bâtiments disparates

    Pour comprendre les vicissitudes subies par le château de Valmont, il convient de se reporter à cette gravure du XVIIIe siècle, avant que cette imposante construction ne soit profondément modifiée durant les siècles suivants..

 

L'aile féodale

     Quand on l'aborde par sa façade Ouest, le château apparaît sous son aspect féodal établi sur un éperon rocheux avec sa puissante tour carrée de 10m de coté et nantie de murs de 2,40m d'épaisseur contrebutés par des contreforts plats, reste d'une ancienne construction du 11ème siècle, l'époque Anglo-Normande du château.

     A la fin de la guerre de Cent-Ans, seul ce donjon a été conservé. Il a bénéficié de modifications au15ème siècle par un couronnement de mâchicoulis (voir vocabulaire ) et la création de rares fenêtres à croisées de pierre, annonciatrices de la Renaissance.

   Le corps de bâtiment, le "Vieux Château", qui s'adosse à ce donjon présente une façade en lits alternés de brique et de pierre, reste d'une construction réalisée au 15ème siècle. 

Pignon de l'aile Renaissance et la façade du vieux château

 

L'aile Renaissance

   Tout autre est l'aspect de cette aile Renaissance du château, réalisée au 16ème siècle qui comportait à l'origine une haute galerie en arcades en plein cintre d'inspiration italienne, quelque peu défigurée au 19ème siècle.

    La galerie et l'étage d'origine ont été remplacés par une façade à trois niveaux, laissant tout de même intactes trois superbes lucarnes Renaissance dans la toiture ainsi que les pilastres de la façade s'ouvrant sur le parc.

 

 

Histoire du château :

* En 911, le Roi (voir titre de noblesse) de France Charles III (voir liste des rois) concède à Rollon (nommé Robert après son baptême) l'actuelle Haute Normandie dans l'espoir que les Vikings, devenus ainsi propriétaires terriens, épargnent le royaume de France.

* Au 10ème siècle, sur ce rocher surplombant la vallée menant à Fécamp, une première forteresse féodale est aménagée.

* En 1415, défaite Française à Azincourt. Le château passe entre les mains des Anglais.

* Au 15ème siècle, le château revient à la couronne de France suite à la reconquête de la Normandie.

* En ce siècle, le château appartient à Jacques d'Estouteville. Il agrandit les bâtiments et améliore les systèmes défensifs car les Bourguignons de Charles le Téméraire saccagent châteaux et terres en Normandie.

* Au 16ème siècle, le calme de la Renaissance permet à la Normandie de transformer les vieilles forteresse en château habitable.

* En 1537,  Adrienne d'Estouteville et son époux construisent l'aile dite "François Ier". Ce nom est donné suite à la visite du roi lors leur mariage en ces lieux.

* Au 17ème siècle,  le château passe de mains en mains sans véritable campagne d'entretien.

* Au 18ème siècle, les multiples propriétaires n'entretiennent pas les vieux murs.

* En 1824, le Comte Hocquart, chambellan de Charles X, achète le château. Certains historiens affirment : "Qu'il s'empresse de défigurer le château en faisant abattre la plus grande partie de son enceinte féodale et, plus grave, "remanier" l'aile François Ier".

* A la fin du 19ème siècle puis au début du 20ème siècle, le château est peu entretenu.

* En 1930, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle,  son nouveau propriétaire fait entreprendre une campagne de rénovation pour redonner son lustre à cette noble demeure.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est possible depuis la route. La visite de l'intérieur ou du parc est impossible. Le château est une propriété privée non visitable.

 

Plusieurs siècles de construction se devinent

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gregorie 22/03/2016 11:19

bjr article tres interessant sur ce chateau que je decouvre par azarre en venant a valmont etant de rouen
jai peu dexperience ds ce domaine mais une grande facination pr les chateaux .
le seul dommage es de ne pouvoir meme rentrer ds parc l'admirer de l'exterieur .

Le Chevalier Dauphinois 22/03/2016 18:14

* En notre Royaume, il y a beaucoup de châteaux privés.
* Un très grand nombre d'entre eux ne sont pas visitables.
* Mais l'avantage d'être toujours habité c'est .... qu'ils sont entiers.
* Cela est un bien car nous avons beaucoup de ruines à l'historique magnifique mais trop démolies et oubliées.
* En lisant dans mon blog, je pense que vos prochaines vacances seront riches de promenades historiques.

Anne la Dauphinoise 27/03/2015 21:30

Plaisanterie mise à part, vous, qui avez 800 ans, n’étiez pas né que cette coutume existait et on ne vous l’a point « transmise » ?
... Je l’ai lu quelque part, et je pense que dans le Sud-Isère, le 1er jour de l’année était le jour de Pâques… vous parlez d’une idée ! une fête mobile !… ça devait être pratique !
... D’autres contrées avaient pris le 1er avril comme 1er jour de l’année, d’autres, déjà le 1er janvier, et d’autres, comme la mienne, le 25 mars. Je n’ai pas souvenir qu’il y ait eu d’autres jours que ces 4.
... Heureusement qu’il y a eu l’Edit de Roussillon, n’est-il point vrai ? (celui-là je sais que vous le connaissez !)
PS : merci pour la bise !

Le Chevalier Dauphinois 31/03/2015 18:22

* J'avais abordé (il y a longtemps) le sujet des fêtes païennes récupérées par la religion.
* J'avais aussi un peu lu sur les festivités suivant les saisons.
* Mais (à cause de mes 800 ans je subodore) ce fait était sorti de ma mémoire.
* Heureux je suis que vous me re-titiller mes vieux neurones.

Anne la Dauphinoise 25/03/2015 20:04

Bonne année … médiévale, Chevalier ! (et, « en passant », bonne année à Messire M.J !)
Chez moi, c’est le 1er jour de l’année, donc je fête ce jour, et je souhaite la bonne année comme on le fait le 1er janvier ! (mais vers chez vous, il me semble que c’était plutôt à Pâques, non ? )

Le Chevalier Dauphinois 27/03/2015 19:15

* Diantre !... Que voila coutume qui ne m'est pas familière.
* Mais si cela me permet de faire une bise (virtuelle et respectueuse bien sur), je saisie cette occasion.
* Bonne Année de chez vous Dame Dauphinoise.

Anne la Dauphinoise 24/03/2015 20:51

V énérable castel… fut-il, pour sûr.
A notre époque, seulement quelques murs
L e montrent encore, mais une vue du ciel
M agique, par nombreuses traces qu’elle révèle,
O cculte les successifs remaniements,
N ous permettant imaginer d’antan
T ous les atours de cette forteresse.

S ans cela, j’aurais été en détresse !
E ssayer de trouver quelques attraits
I mpensables dans grand bâtiment qui est
N oble, sans doute, mais de mon goût du tout ;
E t Messire M.J. ne mérite courroux.

M e suis-je donc laissée à rêver ici
A un ensemble dont je ne saurai mie
R éellement dater les éléments :
I mposant châtelet sur le devant,
T rès protégé lui-même, partie faisait,
I l m’est avis, d’une enceinte qui était
M unie de rondes tours et érigée
E n delà, peut-être, d’un rempart premier (?)

N ‘était, aux temps anciens, que le donjon (?),
O uvrage impressionnant, dont la façon
R eflète la grand'puissance de ses seigneurs.
M algré « retouches » au sommet, a t-il l’heur
A voir gardé sa prime austérité.
N e fallait-il point à lui se frotter !
D ame ! Normands n’avaient donc aucune confiance,
I l semblerait, en leur voisin de France ? !…
E t raison ont-ils eu, car de défiance

P ourvue était aussi la fleur de lys …
S ait être ce pan d’Histoire un vrai « délice » !

Le Chevalier Dauphinois 25/03/2015 17:30

* Ce que j'apprécie dans messire M.J. c'est sa vision différente des constructions.
* De plus, ce n'est pas un adepte des ruines comme moi.
* Sa passion des bâtiments construits et entiers me fait voir autrement l'évolution des châteaux forts.
* Il est fort probable que je n'aurais pas pris le temps de voir ce site durant mes vacances.
* Complémentaires nous sommes.