Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 07:30
     
michel-j-01  
  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  


Département 76 - SEINE MARITIME

  Le château attend ma visite

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Saint Martin du Bec est située à 22km au Sud-Ouest de Fécamp, à 16km à l'Ouest de Bolbec et à 10km au Nord-Nord-Est de Le Havre.

  Coordonnées du château :

49° 35' 50.046" N
0° 12' 25.477" E
 49.597235°
 0.207077°

 

    Toponymie :  (voir initiation)

  Bec : Mot apporté en Normandie par les invasions "barbares". Il signifie : Ruisseau.

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

      Situé au milieu d'un plan d'eau alimenté par les sources de la Lézarde, l'ancien manoir féodal du 12ème siècle ne subsiste plus que sous la forme des vestiges des cinq tours de l'enceinte.

Le portail d'accès Renaissance 

L'entrée

    On aborde le château par son châtelet d'entrée constitué de deux imposantes tours circulaires encadrant un avant-corps d'inspiration Renaissance et couronné par un fronton en arc de cercle en encorbellement.

 

Les défenses (note du Chevalier)

   Ayant une ossature de château fort d'origine médiévale, cette construction possède de nombreux "fantômes" de systèmes défensifs, qu'il est possible d'observer sur la vue satellite de Google-earth

* Des douves entourant les bâtiments,

* Un châtelet d'entrée fortifié,

* Un pont-levis (voir vocabulaire),

* Des tours rondes aux angles avec archères et fentes de tir,

* En avant des courtines, de larges terrasses certainement pour positionner des canons. Je vous ai déjà présenté ce type d'architecture défensive au château du Plessis Bourré.

 

Le bâtiment d'habitation

   Le château lui-même, joliment mis en valeur par le plan d'eau qui l'entoure, laisse apparaître la gamme des matériaux locaux, dans un style de transition Henri IV – Louis XIII (voir liste des rois).

   La brique prédominante est ornée de damiers de silex et de pierre, alors que les pavillons d'extrémité font déjà usage de toits à la Mansart.

    A partir d'une architecture moyenâgeuse dont il ne reste que des traces. Le château du Bec est un subtil compromis entre une Renaissance finissante et un style Classique non encore affirmé.

   Son originalité réside dans cet appareillage en damiers de pierre, brique et silex.

 

 

Histoire du château : 

  Le château du Bec semble paisible. Comme il est peu connu, il aurait été raisonnable de penser que sa vie fut facile. Pourtant, il eut une existence mouvementée.

* Au 12ème siècle, construction du château par la famille Crespin dont certains membres furent connétables de Normandie.

En 1454, le dernier de cette lignée, l'évêque de Laon, Antoine de Crespin cède le château à son beau-frère, Pierre de Brézé, Grand Sénéchal de Normandie.

* A la fin du 15ème siècle, Louis de Brézé, petit-fils de Charles VII (voir liste) et d'Agnès Sorel et futur époux de Diane de Poitiers se charge de la restauration du château.

* En 1579, le château doit une fois de plus changer de main, lorsque son propriétaire, le duc d'Aumale, Charles 1er de Lorraine, le cède à Nicolas Romé de Fresquiennes, Conseiller au Parlement de Rouen. Ce nouveau propriétaire le remanie totalement dans un style cauchois, alliant la Renaissance finissante au Classicisme naissant.

* Au 17 et 18ème siècle, le château  n'est plus modifié.

* A partir de 1792, durant la Terreur, les révolutionnaires transforment le château en prison pour les prêtres réfractaires.

* Au début du 19ème siècle, le château est laissé à l'abandon

* En 1844, le château passe entre les mains de la famille de Croixmare qui le restaure entièrement durant 4 ans.

* Entre 1914 et 1918, pendant la première Guerre Mondiale, le château accueille le gouvernement belge.

* En 1937, le château  est la propriété de la famille Mignot.

* Entre 1939 et 1945, durant la seconde Guerre, le château devient un hôpital militaire.

* En 1952, certaines parties du château sont inscrites aux Monuments Historiques.

* En 1983, il appartient à une association religieuse.

* A la fin du 20ème siècle, la vocation du château n'en permet malheureusement pas la visite, mais il s'offre cependant généreusement à la vue depuis la route.

* Au 21ème siècle, le château est transformé en "chambres d'hôtes et locations de gîtes". Il serait donc possible de le découvrir partiellement. Veuillez vous renseigner sur les conditions.

 

Unchâteau qui ne renie pas ses origines médiévales

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 02/03/2015 21:01

Je reviens ici pour vous parler du lien que j'ai pu faire avec le Dauphiné :
... Evidemment, c'est grâce à Diane de Poitiers, comtesse de Saint-Vallier par son père Jean de Poitiers ou de Saint-Vallier, et duchesse de Valentinois de par le Roy.
... Mais, le plus important à mes yeux, est surtout le lien très étroit qu’il y a avec "mon Dauphinois du Moyen-Âge préféré" Ymbert de Batarnay, très proche de "mon roi préféré" Louis XI :
Diane de Poitiers n'est autre que la petite-fille (en ligne directe, pas par mariage) d'Ymbert de Batarnay, car fille de sa fille Jeanne de Batarnay.
... C'est tout, en fait...
... Mais cela signifie, pour moi, que certains arrières-petits-enfants de Charles VII ont du sang Dauphinois dans les veines... Et inversement, que certains arrières-petits-enfants de mon Dauphinois préféré ont du sang royal dans les veines... Et également que "mon" Louis XI, outre ses enfants illégitimes à moitié Dauphinois, avait des petites-nièces de sang Dauphinois (on ne dit pas "demi-petites-nièces », je crois).
... J’aime retrouver ces liens entre personnages, surtout lorsque le Dauphiné « entre en jeu », via vos castels tant éloignés de notre Province : heureuse je suis… point ne m’en faut moult !

Le Chevalier Dauphinois 04/03/2015 19:30

* Je vous reconnais bien là... A chercher des liens vers vos deux amours : Le Dauphiné et Louis XI.

Anne la Dauphinoise 25/01/2015 22:35

Que lis-je en dessous de l'article : 9 ans d'existence !
Vous renouvelez le bail, bien sûr ?... ad vitam eternam !...

Le Chevalier Dauphinois 26/01/2015 18:10



* Le bail est automatiquement renouvellé.


* Par contre......


* .... Le compteur que j'utilise se bloquera automatiquement à 800 ans.


* Je pense qu'à cette date, j'aurai montré tous les sites médiévaux de France et d'Europe.


* Donc..... Rendez vous dans 8 siècles.


 



Anne la Dauphinoise 23/01/2015 21:59

C uriosité est castel d'aujourd'hui,
H abillé de vieux, de "récent" aussi.
A t-il pourtant gardé aspect austère*,
T ant massif*, qui a l'heur de moult me plaire.
E t même si se firent aménagements* -
A u châtelet je pense notamment -
U n doux parfum médiéval m'envahit

D es tours jusque vers "l'ex" pont-levis.
U ne vue du ciel laisse aussi percevoir

B elliqueuse conception, plutôt vouloir
E vident de bâtir un site guerrier
C eint d'une muraille jadis, d'eau entouré.

S ont douves, pour tous je crois, très attirantes...
A près avoir été bien repoussantes ! -
I l faut le dire, leur toute première fonction -
N ageurs, l'ai-je lu, ou bien embarcations,
T ant peu de chances ayant, lors, "d'accoster" :

M altraités étaient-ils par flèches tirées
A ntan des tours, et plus tard par boulets
R emplaçant, siècles suivants, des arcs les jets.
T errasses en sont la preuve, nous montrant bien
I ntention d'évoluer, c'est certain.
N e me dérangent point trop ces "mutations",

D u moment qu'elles restent fortifications.
U ne autre "affaire" est celle du châtelet :

B ien qu'il ait conservé prestige, il est
E ntaché, à mes yeux, par avant-corps
C ouronné d'un fronton : d'un castel fort

N e sent-ont plus entrée si imposante,
O ù fioritures l'ont rendue fort "galante".
R ecèle t-elle toutefois encore allure
M artiale grâce aux tours borgnes, solides, pour sûr...
A i-je, par vestiges médiévaux, pu rêver,
N ourrie de l'historique très apprécié.
D es liens avec le Dauphiné je fis...
I mmense plaisir dû à Messire M.J.
E t à notre Chevalier. Aux deux : merci !

* en ne tenant point compte du tout du logis.

Le Chevalier Dauphinois 25/01/2015 18:18



* Sur ma carte des site à visiter/photographier, j'avais coché ce château.


* Hélas, lors de ma courte période dans le département 76, je n'ai pas pu me rendre sur tous les sites médiévaux. Je n'ai fait que les principaux et facilement accessibles.


* Heureux je suis que messire M.J. ait fait cet article.


* Il aurait été dommage de ne point avoir cette beauté dans mon blog.