Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 07:30

 

Pour découvrir l'extérieur du château, veuillez cliquer ici.

 

 

Département 73 - SAVOIE

Plan virtuel du château de Thomas II

 

Le château :

     L'extérieur (suite) :

L'entrée

  Symbolisée par la lettre E sur la vue satellite, le bâtiment d'entrée n'est plus que le fantôme de la puissante construction médiévale qui devait être une tour-porte.

Comment puis je affirmer cela ?

   Il suffit de regarder ses pierres en étant  à genou dans le fossé. Évidemment, je ne vous montre pas les tours au 2ème plan mais la pierre "travaillée" devant.

   Vous êtes si perspicaces hoo mes merveilleux lectrices et lecteurs que vous avez remarqué le système de rotation pour le pont-levis nommé : Crapaudine.

    Entre les crapaudines et la grille d'entrée, il y a une surface représentant la tour-porte certainement munie de bretèche (voir vocabulaire), herse, double-vantail et assommoir. En fermant les yeux, je les vois mieux.

   Pour entrer dans ce site Savoyard, Le Dauphinois que je suis doit donner quelques piastres.

 

     L'intérieur

Le choc

    En entrant, je suis surpris par le nombre de pierres éparpillées pour un site ouvert à la visite. Dans ce chaos digne d'un film catastrophe Hollywoodien, je remarque de belles pierres sculptées et je m'amuse à imaginer leur fonction et dans quel type de bâtiment. 

Tout semble irréel dans ce château Savoyard !

 

Les quartiers d'habitation

   Ce qui est fascinant avec ce curieux château, c'est le nombre impressionnant de fenêtres et ouvertures de lumière donnant vers l'extérieur.

N'est pas incroyable !

* Incroyable car elles ont résisté au temps,

* Incroyable car elles sont incompatibles avec un château fort construit au 13ème siècle.

  La raison est évidente : Cette construction au centre de la Savoie, loin des frontières dangereuses, est un château de plaisance (avant la renaissance). Les tours devaient marquer le pouvoir, les fenêtres donnaient la lumière pour les nombreuses festivités que ce château a vues.

 

Luxe et confort

    Évidemment, avec les siècles, les belles pierres du château ont disparu, mais il est possible de voir quelques détails montrant le confort :

* Les jolies fenêtres à meneaux en croix sont larges avec un ébrasement (voir vocabulaire) pour mieux faire entrer le soleil.

* Les pierres des coussièges ont des formes rondes agréable à l'oeil et non blessantes.

* Les pierres des départs de voûte ou de passage de porte sont réalisées avec soin

  fortifications et habitats se marient avec élégeance

Est ce une salle souterraine ?

     Soudain, mon oeil d'aigle voit une salle enterrée avec une ouverture qui m'appelle : "Viens me voir Chevalier !".

   En réalité, ce n'est point une salle basse car il faut imaginer qu'il y a au moins un niveau sous mes pieds. Durant des siècles, les pierres des étages supérieures sont tombées relevant le niveau du sol.

  Lentement, je m'avance vers cette beauté. La salle voûtée est si sombre que mon téléphone portable ne peut pas l'immortaliser. Pourtant, le peu de lumière entrant montre la qualité de construction et l'harmonie des courbes. Avec sa position presque centrale et sa beauté j'ose prétendre que ce devait être une salle de réception (banquet ou accueil des hôtes).

 

La tour de défense T4

   Cette haute construction d'angle située coté Nord-Est me semble être la plus fascinante. C'est la seule possédant une tourelle escalier légèrement dépassante avec de multiples ouvertures de lumière.

 

Que la lumière soit, et la lumière fut.

Les entrailles de la tour T4

    Avec la lumière diffuse, le manque d'entretien et l'atmosphère poussiéreuse, l'intérieur de la tour est pour moi comme un puzzle qu'il faut reconstituer.

  Cela commence par les éléments de confort représentés par la grande cheminée puis aux étages par les fenêtres à coussiège unique.

   Évidemment une tour défensive se doit de posséder des archères (droites avec un large ébrasement) et surtout un système de circulation permettant d'accéder au chemin de ronde.

   En sortant, je remarque 2 détails classiques, logiques certes mais qui me fascinent toujours :

   * Un escalier,

   * Des latrines.

 

La tour T2

   Hélas, le temps et les hommes n'ont point épargné cette tour arasée et ouverte, je pressens que ses entrailles seront modestes.

   En entrant, je constate que les encoches pour soutenir les poutres d'un plafond sont au niveau du sol. Le travail de restauration et de fouille n'a pas encore commencé dans cette tour.

   Dans l'épaisseur du mur, quelques fenêtres ont été créées transformant cette tour en coquette habitation. Il est amusant de constater que pour accéder aux coussièges, il faut monter quelques marches.

   Même si la pluie a usé et fragilisé la pierre, de nombreux détails montrent le luxe de finition des encadrements.

Quel plaisir de regarder l'horizon dans une tour médiévale 

La tour T1

     Sur la documentation remise à l'entrée, cette haute construction est nommée : Tour de la Poterne.

  Elle comporte un musée didactique sur la gestion de l'eau et des espaces naturels. Depuis les étages la vue est magnifique sur :

* La tour Est (que j'ai nommée T2),

* Les magnifiques montagnes de Savoie et Haute Savoie,

* Le marais avec son centre d'observation des oiseaux.

 

 

Histoire du château :

* En 1248, Thomas II, Comte de Piémont, Comte de Flandre et de Hainaut, Comte de Maurienne et  frère du Comte Amédée IV de Savoie (voir liste Comtes de Savoie), appréciant se rendre au Prieuré du Bourget, fait construire proche du lac, une maison et un vivier. De nombreux historiens pensent que l'actuel château n'est pas celui construit par Thomas II.
* A la fin du 13ème siècle, le Comte (voir titre de noblesse) de Savoie Amédée V (fils de Thomas II) hérite du domaine. Il réalise de nombreux embellissements faisant, de la construction fortifiée, un lieu de plaisance.
* En 1365, en ce château le Comte Amédée VI reçoit l'empereur Charles IV.
* En 1377, après son mariage avec Bonne de Berry, le futur Comte Amédée VII passe sa lune de miel en ce château.
* Au début du 15ème siècle, les Ducs de Savoie délaissent ce site et préfèrent se rendre au château de Ripaille au bord du lac Léman.
* En 1427, pour préparer le mariage de sa fille Marie, le Comte Amédée VII reçoit en ce château le Duc de Viscomti.
* En 1438, le château est inféodé à la famille Seyssel.
* En 1456, le château est détruit par un incendie.
* En 1524, le château appartient à la famille de Neumours.
* Au 18ème siècle, le château est vendu à la famille Laurent.
* Au milieu du 18ème siècle (?), le château appartient à De Buttet, Baron du Bourget.
* En 1841, le vieux château ruiné sert de carrière de pierres.
* En 1849, la ruine est achetée par Louis de Buttet.Par cet acte, il sauve le château de sa destruction totale.
* En 1979, la municipalité achète la ruine puis réalise des travaux de consolidation et des recherches archéologiques.
* En 1983, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site derrière les grilles est envisageable. La visite payante du château est possible certains jours. Renseignez vous.

 

Le vivier médiéval est aujourd'hui une réserve pour les oiseaux

     

Vers Menu châteaux de Savoie

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article

commentaires

Esclarmonde 23/03/2013 16:24

Pas si mal les photos de portable. Sans doute le contraste entre les pierres bien blanches du château et la verdure autour....

Le Chevalier Dauphinois 23/03/2013 18:17



  Avec un logiciel de retouche d'image, avec des photos restituées pas trop grandes, j'espère avoir réussi un article "regardable..... La Savoie n'étant pas très loin de chez moi, un jour,
je me rendrai en ce lieu pour bombarder avec mon merveilleux Canon.



Anne la Dauphinoise 22/03/2013 21:15

Pour ma part, vos photos ici me vont tout à fait bien et n'ont rien défiguré : sans elles, ç'aurait été le "néant" pour nous ! (déjà que point ne connaissais l'existence de ce château; alors, merci
le tél ! c'est bien un comble pour moi !)
Si j'avais osé,j'aurais acrostiché encore plus longuement sue ce site (mais il me manquait aussi des mots : avec quoi continuer après "Savoie" ?)
Je regrette seulement que vous n'ayez pas pu faire plus de photos de la salle voûtée, côté "intérieur" : elle était complètement dégagée ? si-oui, vaste, je suppose. Y avait-il des "décorations"
visibles ? des piliers sûrement ? (J'ai pensé à Chillon notamment, en regardant votre unique photo, point ne sais pourquoi...)

Le Chevalier Dauphinois 22/03/2013 21:34



  La salle "en sous sol" était très sombre. Avec mon fabuleux appareil photo numérique et son objectif grand angle, j'aurais pu faire de belles images. J'aurais même pu lui adjoindre mon
flash "super-puissant".... Je suis bien équipé pour ma passion castrale.


  Hélas, mon smartphone (qui n'est point de la dernière génération) a besoin de lumière pour mémoriser et faire la mise au point.


  Sinon, il me semble que la salle était bouchée au fond. De plus, un pilonne récent (pour soutenir le poids de la terre au dessus) cassait l'immensité.



Anne la Dauphinoise 22/03/2013 13:48

C heoir fallait-il donc bien dans le fossé !...
H istoire de voir les crapaudines de près :
A i-je là, mon vocabulaire enrichi;
T oute heureuse d'avoir nouveau mot appris.
E nthousiasme tôt retombé quand j'ai vu
A lors ce qu'entrée était devenue :
U n néant, ou peu s'en faut, aperçu.

D u moins, nous reste t-il encore la porte;
E nfin, son "armature" en quelque sorte...

T ant bien que mal, peut-on imaginer
H erse, assommoir, et autres sécurités,
O bstacles évidents d'une défense première :
M agnifique tour-porte devait être hier.
A urais-je aimé en avoir un croquis,
S entir sa force et sa puissance aussi...

I l est vrai que d'atours est vide la cour.
I l faut, pour en trouver, voir le pourtour :
---

L es nombreuses fenêtres, ici, nous attirent,
E nveloppant notre esprit de plaisir :

B aignèrent-elles castel de soleil naguère,
O ù ailleurs étaient percées pour la guerre...
U n détail plein de finesse, fort exquis :
R avissants coussièges aux bords arrondis.
G ravir quelques marches pour y accéder
E st tant charmant !... les aurais-je bien montées...
T résor, à mes yeux, de ce temps lointain :

D es salles voûtées... envoûtantes, c'est certain...
U ne chaleur s'en dégage, intimité,

L aissant flotter effluves du temps passé..
A vec grand art surent Compagnons, antan,
C onstruire tels édifices... avaient talent,

S ans lequel, céans, n'aurions admiré
A utant de luxe, qu'avez su nous montrer :
V isibles, cheminée, très belles huisseries;
O uvertures à meneaux, latrines aussi !
I ntemporelle visite, moult appréciée...
E nnemis auront su m'émerveiller !
---

N e sont-ils point seuls... à la vérité.
B ien crois que vos escripts m'y ont aidée !...

Le Chevalier Dauphinois 22/03/2013 18:26



  Votre magnifique acrostiche résume, tout en apportant des détails, les merveilles de cette ruine Savoyarde. J'espère que mes modestes photos prises avec un smartphone n'ont point
défigurées la beauté de ce site.


  Il fallait bien 2 articles pour montrer, sans tout dévoiler, les plaisirs à prendre et ressentir dans cette construction d'un autre temps.